December 14th, 1971

Last time, someone wanted a more precise definition of flows, more precise, that is, than something which flows upon the socius. What I call the socius is not society, but rather a particular social instance which plays the role of a full body. Every society presents itself as a socius or full body upon which all kinds of flows flow and are interrupted, and the social investment of desire is this basic operation of the break-flow to which we can easily give the name of schiz. It is not yet important for us to have a real definition of flows, but it is important, as a starting point, to have a nominal definition and this nominal definition must provide us with an initial system of concepts.

Seminar Introduction

When it first appeared in France, in 1972, Anti-Oedipus was hailed as a masterpiece by some and decried as "a work of heretical madness" by others. Given that this book’s publication is imminent at the time of this Seminar, these sessions constitute an intervention by Deleuze that offers a preview to the opening work of his collaboration with Félix Guattari.

English Translation

Edited
Deleuze with his son Julien
Deleuze with his son Julien in the early 1960s.

This second lecture, with length so short as to indicate that it only a fragment, continues discussion of the socio-economic concepts that underpin Anti-Oedipus, with implicit reference to the text's third part.

Gilles Deleuze

Seminar on Anti-Oedipus I, 1971-1972

Lecture 02, 14  December 1971

Transcribed by WebDeleuze

Translated by Karen Isabel Ocaña

 

I would like to pursue the problem of the economy of flows; last time, someone wanted a more precise definition of flows, more precise, that is, than something which flows upon the socius. What I call the socius is not society, but rather a particular social instance which plays the role of a full body. Every society presents itself as a socius or full body upon which all kinds of flows flow and are interrupted, and the social investment of desire is this basic operation of the break-flow to which we can easily give the name of schizz. It is not yet important for us to have a real definition of flows, but it is important, as a starting point, to have a nominal definition and this nominal definition must provide us with an initial system of concepts.

As a point of departure for our search for a nominal definition of flows, I'll take a recent study by a specialist in the flows of political economy: “Flows and stocks,” by Daniel ENTIER. Stocks and flows are two primary notions in modern political economy, remarked upon by Keynes, such that we find in Keynesian economy the first great theory of flows in his “General theory of employment, interest and money.” Entier informs us that, “from the economic point of view, we can call flows the values of the quantities of goods and services or money that are transmitted from one pole to another”; the first concept to be placed in relation with that of flows is that of pole: a flow, inasmuch as it flows on the socius, enters by one pole and exits by another. At our last session, we had tried to show that flows implicated codes, in the sense that a flow could be called economic insofar as something passed, and where something else blocked it and made it pass; the example given was that of the rules of alliance in so-called primitive societies, where taboos represent a blockage of the flow of possible marriages; the first permitted marriages, i.e. the first permitted incests, called preferential unions, which are, in fact, hardly ever realized, represent something like the first modes of passage: something passes, something is blocked (this blockage taking the form of incest taboos), something passes, the preferential unions, something blocks it and makes it pass, for example the maternal [utérine] uncle. There is, in any case, the determination of an incoming and of an outgoing flow; the notion of a pole implicates or is implicated in the movement of flows, and this takes us back to the idea that something flows, that something is blocked, that something makes it flow, that something blocks the flow.

Entier continues: “In the knowledge that the term pole will be given to an individual or a firm, or alternately a group of individuals or group of firms, or even a fraction of a firm...” “We are thereby defining the interceptors of flows... when the operations carried out by these -- the interceptions of flows -- can be described by a coherent accounting system...” Thus, a correlative of the notion of flow is that of an accounting system; when the operation carried out - such as the passage of a flow from one pole to another - may be described by a coherent system, this evidently being expressed in terms of capitalism, by which I mean that in this context we are in the framework of capitalism at the level of abstract quantities, as the final residue of something that has an entirely different scope in pre-capitalist societies, to wit, what in pre-capitalist societies present themselves as veritable codes. It's when a society is completely decoded that flows are prone to incorporation into an accounting system, that is, into an axiomatic of abstract quantities instead of referring to qualified codes; the accounting system under capitalism is the residue of quantities, abstracted from the coding of flows, and capitalism functions on the basis of decoded flows, from which point on these flows are taken up by a system based on accounting.

Entier continues: “...we can consider all goods arriving at the same level of material or legal transformation at the precise moment at which they arrive as constituting one and the same flow...” Here you have a third correlative notion: material or legal transformation, “and if one is speaking of flows that are exchanged between industrial sectors, one must specify the notion of sector, if one is interested in precisely determining the flow of production, the flow of revenues, the flow of consumption, then one has to determine these terms carefully; take for example the flow of monetary revenue reached by calculating the totals of all liquid assets...” The question is, what is meant by 'all liquid assets' [tous les biens en monnaie]. This is what economists refer to as nominal salaries - a concept that covers real wages, as well as management salaries and dividends (interest on assets). Take for example the flow of cash revenues [flux de revenus monétaires]: this is determined by the total of all liquid assets at the disposal of all of the individuals making up the collectivity, where the revenue of a large number of individuals can be precisely evaluated since it is paid out by other individuals, such as state contractors, and since it has been precisely calculated; but for many kinds of revenue the importance of which must not be undervalued, one can't give an exact definition; well, well, so there's a sphere of indetermination in the sector?

This is doubtless related to something very profound in what is, as we shall see, the accounting sector; but, for all that, we now have a triple reference : the flows refer for one thing to poles and for another to codes or accounting systems, then - in fourfold fashion - to rates of transformation, next to sectors and finally to stocks. This amounts to five correlative notions. >From an economic viewpoint we will refer to stocks of goods and monetary stocks, as the goods held and the money held by only one pole; the flow, then, is what flows from one pole to another, what goes in and what goes out, and the stock is what is brought back as the material and legal possession of one of the poles considered; this clearly shows the correlative character of the two notions; we can thus define stocks in the following way: the utility of stocks changes from case to case, but is linked in one way or another, at one time or another, to the existence of flows; we will, nevertheless, receive the distinct impression that stocks and flows are effectively the same thing as they relate to two different units: first, the passage from one pole to the other, and secondly, attribution to one of the two poles, as two units of measure for one and the same thing. The utility of stocks varies with every given case, but is linked in one way or another, and at one time or another, to the existence of flows; and yet, whereas flows allow one to extract the movements of values between different poles, stocks represent a sum of values that are at the disposal of a given pole; there are no goods related to a stock which are not, at a specified time, also correlated to a flow; this is, in fact, one of the fundamental principles of accounting, because the influx and output of a stock constitute flows; only the study of flows allows one to realize the role of the incoming and outgoing movements involved in stock variations...

So, we have just seen the correlation between the notion of flux and five other notions: pole, code or accounting system, stage of transformation, sector and stock. If we try to simplify all of this, I think that the notion which I was attempting to launch last time may be able to concentrate or group together all of these five references, this notion being that of the break-flow.

For this notion of the break-flow has to be understood simultaneously in two ways: it is to be understood as the very correlation of flux and code, and if, returning once more to capitalism, we are aware that flows are “accounted for”, it is in favour of a movement of decoding such that the accounting system has simply taken the place of codes; it is at this point that we come to realize that it's no longer sufficient to speak of an accounting system, but rather of a financing system or structure.

The strict correlation of flux and code implies, apparently, that in a society -and this is clearly our point of departure - it's impossible to seize flows other than by and through the operation which codes them; the fact is that a non-coded flow is, strictly speaking, an unnameable or merely a thing. This is what I was getting at last time, this is the terror of society - it is the flood, the deluge which is the flow that breaks through the barriers of codes. Societies aren't exactly in mortal dread because everything is coded - the family is coded, death is coded; but what makes societies panic is when something or other breaks down, something that forces the codes to crack. A flow is thus not recognizable as an economic and social flow except by and through the code which encodes it, but this operation of coding implies two simultaneous interruptions, and it is this simultaneity which allows us to define the notion of a break-flow: simultaneously, in an operation of coding the flows, a subtraction [prélèvement] from the flows is produced, due to the code, and this subtraction from the flows defines its poles: it defines a certain entry point and a certain exit, and it is between the two that the break-subtraction takes place; this occurs at the same time as the code itself relates to a break of another sort which is strictly simultaneous, meaning once more that... there is no subtraction from a flow which is not accompanied by a detachment of or from the code which encodes this flow, although it is the simultaneity of the subtraction of the flow and the detachment of a segment of code that permits one to define the flow with reference to poles, sectors, rates and stocks. This notion of a break-flow presents itself in two-fold fashion, for it implies at once a break-subtraction of a flow and a break-detachment of a code. Here you've got the mechanism of delirium: it's this double schizz operation -- it's the schizz which consists both in an operation of subtractions of flow as a function of detachments of code, and vice versa.

If, to begin, I take an indeterminate flow as a purely nominal starting point, then what flows on the socius, cannot appear socially speaking as a flow, except in correlation to a code, or at least to an accounting system, and the flow itself is qualified as a function of the code, and the correlation of the two is where you have a break-subtraction on this flow itself (as qualified by the code), at the same time as and in reaction to which you have a break-detachment of the code. A detachment of code is correlative to a subtraction of flow. This is simply a formal description. At first glance, a madman is someone who passes on the unnameable, who carries decoded flows: “a god speaks to me, but it's not your god”. The Greeks had a notion of the demon, they had gods and the gods were allotted, everything was very properly allocated, they had powers and spaces; in a way, they couldn't move, they were sedentary, they had their territory and the demons carried out the coding. Religions are not to be understood from an ideological viewpoint, but at the level of their pertaining to a social code. Demons were above all powers which did not respect the codes. In Oedipus there is a text which is badly translated and which reads, “which demon has leapt the longest leap,” a text which frankly leaps beyond the limits, it had to do with unnameable powers, with excess, and it is not forcing things to translate this as “decoding”. Thus, a demon speaks in a certain way so that a madman receives decoded flows, and in turn emits decoded flows, such that it flows and escapes on all sides, messing up all the codes. Which is why in Oedipus' case, it just won't stick, because literally, Oedipus is a screwed-up code.

When something goes bad, you always have to go back up to a higher level to see where things start to go bad (cf. the USSR), and psychoanalysis goes bad, but why and how so? Derrida has seen very clearly in what way psychoanalysis, at least at the level of its first intentions, is opposed to the code; it is in fact a system of decoding, and this is why this affair just couldn't help going bad. Because decoding means either to read a code, to penetrate the secret of a code, or else it means to decode in an absolute sense, i.e. to destroy the codes in order to make the flows flow freely; a major part of the project of psychoanalysis was intended as an absolute decoding of the flows of desire and not as a relative decoding, to make the walls of the code cave in, and to make the flows of desire run wild. It is in this sense that psychoanalysis was very close to a desiring economy, and properly speaking, to desiring-machines, the producers of the flows of desire; and this is seen very clearly in Freud's writings, such as The Interpretation of Dreams, where he says: what distinguishes my method from the method of the key of dreams? The major difference is that the key of dreams proposes a code of desire; Freud says that they have seen everything, but that they propose a systematic coding : this means that, that is the key of dreams; and from the perspective of a key of dreams, if one decodes the dream, one decodes it in a relative sense, i.e. one discovers the cipher of its code. Now Freud says that psychoanalysis has nothing to do with all of that, that it does not interpret. And Derrida, in his article on Freud in Writing and Difference shows this very well. It carries out an absolute decoding, rendering the codes as flows in the raw state, and thereby psychoanalysis is opposed to codes. It goes without saying that, at the same time, and from the outset, they are inventing a new code, that is, the oedipal code which is even more of a code than any other code; thus, the flows of desire pass into the oedipal code, or else, whatever the flow of desire, it is stuffed into the oedipal grid. At this stage, psychoanalysis proves less and less capable of understanding madness, for the madman is really the being of decoded flows.

And who has shown this in a most vital and convincing way if not Beckett, whose strange creatures spend their time decoding things, they make non-codable flows pass. Social processes can't capture flows except in relation to codes which operate on them, and which are simultaneously a detachment of a flow and a subtraction of chains or codes, and the madman makes flows pass on it, flows from which it is no longer possible to detach anything; there are no more codes, there is a chain of decoded flows, but one can't cut into it. There is a sort of deluge or failure of the body, maybe that's it, after all, the body-without-organs, when on the body, or from the body flows enter and exit by way of poles, flows on which one can no longer carry out any subtraction because there are no longer any codes from which to detach anything.

The state of the body of someone who has undergone a fairly severe operation, the eyes of this patient are the eyes of someone who has not been very far from death, who has not been very far from madness, the eyes are elsewhere in a certain sense - he has gone through the wall. It is interesting that what we call convalescence is a kind of return. He's had a brush with death, it is an experience of the body, very strange, psychoanalysis: why does Freud cling so strongly to the notion of a death instinct? He tells his secret in “Inhibition, Symptom and Anxiety.” It seems that if there is a death instinct, it's because there is neither a model nor an experience of death. When pressed, he admits that there is a model of birth but not of death, thus, all the more reason to make of it a transcendent instinct. Bizarre. Perhaps the model of death could be something like the body-without-organs.

Horror-story writers have understood, after Edgar Allen Poe, that death wasn't the model for schizophrenic catatonia, but that the contrary was true, and that the catatonic was the one who made of his body a body-without-organs, a decoded body, and that on such a body there is a kind of nullification of the organs. On this decoded body, flows can flow under conditions where they can no longer be decoded. This is why we fear decoded flows - the deluge; because once flows have been decoded, you can no longer subtract anything or break into them, no more than you can detach segments from any codes in order to dominate, orient or direct the flows. And the experience of one who has been operated on, of her body-without-organs, is that, on this body, there are literally noncodable flows which constitute a thing, an unnameable thing. At the very moment that she breathes, there is great confusion of the flows that form one great indivisible flow, no longer susceptible to subtractions, one can no longer interrupt it. One long stream that cannot be tamed, where all of the flows that are usually distinguished by their codes are united in one and the same indivisible flow all flowing on one and the same non-differentiated body, the body without organs. And as for the mad patient who has undergone an operation, every breath of air he takes is at the same time a breath of spittle, a flow of air and spit that tend to get mixed up together, so that there are no longer any distinctions. Moreover, each time that he breathes and spits, he feels a vague desire to defecate, a vague erection: it's the body-without-organs that escapes on every side. It is sad, but then again, it has moments of great joy, mixing up all the codes, it has its great moments, and this is what makes Beckett a comic writer.

Though here again, one can't help saying, and then, and then, though this is what constitutes the madman and his place in society, as the place of one through whom all of the decoded flows pass, which is why he is perceived as the fundamental danger. The madman doesn't decode in the sense that he would harbour a secret the meaning of which ordinary people have forgotten, but rather he decodes in the sense that he sits in his little corner and makes little machines which make the flows pass and which make social codes break down. The schizophrenic process as such, of which a schizo is only the schizophrenic continuation, well that schizophrenic process is a revolutionary potential in itself, in opposition to paranoid investments which are fundamentally of a fascist type.

This leads to a first result, namely, that the economic operation of coding flows involves a double break-flow, a break-detachment and a break-subtraction; and on the socius of a society one encounters these strange creatures, the mad, who make all of these decoded flows carry on. The strangest phenomenon of world history is the formation of capitalism because, in a certain sense, capitalism is madness in its pure state, and in another sense, it is likewise the opposite of madness. Capitalism is the only social formation which presupposes, as its condition of emergence, the breakdown of all preceding codes. In this sense, the flows of capitalism are decoded flows, and this poses the following problem: how could a society, with of all of its repressive formations, create itself on the basis of what constituted the terror of all other social formations: namely, the decoding of flows.

The intimate bond between capitalism and schizophrenia consists in their common basis and installation on decoded flows (insofar as they are decoded). How then was this decoding carried out? One has to keep the following two requirements clearly in mind: the basic affinity between schizophrenia and capitalism, but, at the same time, find in this basic affinity the reason for which the repression of madness under capitalism is conducted with much greater harshness and specificity than under pre-capitalist formations. In the one case there is a political economy and a libidinal economy, and, in the other, an economy of decoded flows.

I'd like to show that, historically, this shift took place over a long period of time: there are synchronic social machines and there are diachronic social machines; despotic Asiatic social machines are of a truly synchronic nature - Marx's Asiatic state emerges in one blow, and all of the cogs and wheels of its state apparatus appear synchronically. The formation of the capitalist machine extends over many centuries. It's a diachronic machine and has taken two long periods to come about; it isn't capitalism that decodes the flows, rather, they are decoded on what we call the ruin and decline of great empires, and feudalism is only one of the forms of this ruin and decline. Capitalism does not proceed from the decoding of flows because it presupposes them, it presupposes flows that have lost their codes.

Marx is the author who has demonstrated the radical contingency of the formation of capital. Any history of philosophy is either theological, or else it is the history of contingencies and unforeseen encounters. The originary phenomenon of capitalism is this: decoded flows qua decoded flows must enter into conjunction. What then assures that this conjunction will take place? Here, one feels that history can teach us as much about the process of the decoding of flows, as about what ensures the conjunction of the decoded flows as such, and this can be nothing else than the processes of a specific historic sector.

This tale of capitalism implies a generalised decoding of flows and at the same time something else, as if what ought to be put in place were an apparatus for conjugating decoded flows; this is what gives capitalism its purely illusory appearance of liberalism. It has in fact never been liberal, it has always been state capitalism. This tale begins in Portugal in the 12th century, this tale of state capitalism. There has never been a time when flows were decoded and when everything was free, bringing recuperation, which is an awful thing. If it's true that capitalism replaces the old ruined codes with conjugating machines, and axiomatic machines which are infinitely more cruel, crueller than the cruellest despot, although of another cruelty, it is at the same time as the decoding takes place [que ça se décode] that it is taken up by another machine which is a machine for conjugating decoded flows; whence capitalism?s affinity with schizophrenia, for it is based on decodings, and its opposition to schizophrenia, because instead of making the decoded flows pass, it blocks them in another way, and it makes them enter into a machine for conjugating decoded flows.

Take an example from the history of painting, the very bizarre history of the Venetian School: it is marked very late by the so-called Byzantine style, while Venice itself was already very advanced in mercantile capitalism, but this merchant and banking capitalism remained entirely nestled in the pores of the old despotic society. And all of Christianity at that time finds something like its pictorial form in these pyramidal structures, literally, in hierarchical mode, which respond to despotic overcoding. These Byzantine paintings of the Venetian school continue until the middle of the 15th century. Here you have this beautiful Byzantine style, and what do you see? - overcoded Christianity, Christianity interpreted according to the style and the manner of overcoding: there is an old despot, there is the father, there's Jesus and there are the tribes of the Apostles. In one of Delphiore's paintings, there are rows of pyramids which are spread in fine rows facing straight ahead. It is not just the people who are coded and overcoded in Byzantine art, it is also their organs which are coded, coded and overcoded, under the great unifying influence of the despot, whether this despot is God or the father or whether he is the great Byzantine Emperor. We get the impression that their organs are the object of a collective hierarchic investment. It would be mad for a Virgin to be looking to the right while baby Jesus was looking the other way. You've got to be mad to invent something like that; you couldn't do something like that under a regime where organs are collectively invested, are coded by the collectivity and are overcoded. Under Christianity, the codes are mixed up, but this is because despotic codes coexist with territorial codes, and the colours themselves enter into the pictorial code. And if, in a museum, you change rooms, you will discover something else altogether, it is a great joy and a great anxiety too, for they are in the process of decoding the flows, a process which doesn't coincide with the explosion of capitalism, but comes quite a bit later. The great decoding of the flows of painting takes place around 1450, right in mid-15th century, and it's a kind of radical break: all of a sudden we see the hierarchy of overcoding breaking down, the ruin of the territorial codes, the flows of painting go insane too, destroying all of the codes, a flow passes. We get the impression that painters - occupying their usual position amongst artists in relation to the social system - create Christs that are totally queer, they are totally mannerist Christs, it's all sexualized, they create Virgins who stand in for all women, and baby boys who have just nursed, little boys pooping, they really play at this process of decoding flows of colour.

And how does this happen? Everything happens as if, for the first time, the characters represented became the owners of their own organs: the collective hierarchic codification of organs, the social investment of organs is done with; from now on the Virgin and every other character will, literally, start to run their own affair; in fact the painting escapes on all sides: the Virgin looks to one side, there are two guys looking at baby Jesus, a third is looking on as if something were happening, there are scenes in the background and the picture explodes in all directions so that every one starts possessing their own organs. They are not insane, there is one member of the Venetian School who makes a creation of the world that is incredible: generally the creation of the world 'a la Byzantine' was done according to a hierarchy; there was a kind of cone or big pyramid of the despotic order and at the very bottom, the territorial codes. The creation of the world that interests me is a departure from this: there is God the Father up in the sky in the position of a runner, and he gives a starting signal; in front of him are ducks and chickens who are racing away as fast as they can, and in the sea there are fish who are also racing away, and God is the one who sends it all away, it is the end of all the codes.

And what do they do with the body of Christ? The body of Christ is useful as a body without organs; so they machine it in every way and direction, they make it amorous, suffering, tortured, but you can feel that it is joyous. The perspective, you see, the perspective, that's nothing, a useless trick; those who have done without it, it's because they didn't need it, they had other problems. Perspective is lines of flight, and can only be useful in a painting of decoding, but it is very secondary, it doesn't even count in the organization of a painting. So what are they trying to do, we're going to cut low along Christ's hip, we're going to make a mannerist Christ, all the tortured bodies are good bodies without organs, Saint Sebastian with his arrows sticking out in all directions; again, in this overthrowing of the pictorial system, perspective is only a little thing. The generalized decoding of flows has to be taken up again by something other than a code, and in effect, there is no longer a pictorial code, but instead a strange sort of pictorial machine that conjoins and that will give rise to the unity of the picture, no longer a signifying unity of a code or overcode, but a system of echoes, of repetitions, of oppositions, of symmetries, a veritable conjugating machine, where flows of colours and decoded features are conjugated. There emerges a real pictorial axiomatic that replaces the failing codes.

Capitalism doesn't arise by means of the simple decoding of flows, for it does not appear until such time as flows, inasmuch as they are decoded, enter into conjunction with one another. Marx has said that when this happens it proves his great theory of contingency. In Rome, as at the end of feudalism, the decoding of flows brought in a new kind of slavery and not at all capitalism. For what had to take place was the meeting of the flow of decoded capital and that of deterritorialized labour. Why did this encounter take place? Refer to Marx's notion of primitive accumulation, on one condition and that is that primitive accumulation, this can be a dangerous thing, if we say: oh yes, primitive accumulation, this is what served to fuel the process of accumulation, and we might as well say the formation of stocks at the beginning of capitalism. One has to see that primitive accumulation is called primitive to distinguish it from other types of accumulation, not primitive because it comes first...

The way capitalism functions, even if we are talking about its industrial essence, is the way banking and trading work, and we must hold that capitalism is essentially industrial, although it only functions through its banking system and through its trade circuits. Why? There is a kind of conjunction: capital starts to take control of production, but is it the first time? No. So, we take up Marx's analysis again, an analysis which Marx insists on: the control of production by capital has existed in a certain guise from the beginning, but it appears in another guise with capitalism. I mean to say that even from the perspective of banking and mercantile capitalism, the banks and merchants create a monopoly for themselves: there is at the outset of capitalism, the way in which English mercantile capitalism forbids foreign capitalists from buying wool and woollen cloth; in that case, this exclusive clause is the means whereby the local merchant capitalists ensure that they control production because the producers can only sell through them; so, we have to mark two times: a first time where merchant capitalists, in England for example, make the producers work for them by means of a system of delegation whereby the producer becomes a sort of sub-contractor, and this is where commercial capital directly takes possession of production; it is the great historic moment when merchant capital declared war on the leagues, i.e. the associations of producers. It's a war between producers who looked with trepidation upon their being in the service of merchant capital, and merchant capital which, on the contrary, was trying to obtain greater and greater control of production via this sub-contracting method. But it would take, as Marx declared, a second time ...

 

French Transcript

Edited

La deuxième séance, avec une longueur de transcription assez tronquée qui indique qu’il s’agit d’un fragment, continue la discussion des concepts socio-économiques qui soutiennent le déroulement de l’Anti-Oedipe, avec une référence implicite à sa troisième partie.

Gilles Deleuze

Sur L'Anti-Oedipe I, 1971-1972

2ème seance, 14 decembre 1971

Transcription : WebDeleuze

 

Je voudrais avancer le problème de l'économie des flux; la dernière fois, quelqu'un voulait une définition plus précise des flux, plus précise que quelque chose qui coule sur le socius; ce que j'appelle socius, ce n'est pas la société mais une instance sociale particulière jouant le rôle de corps plein. Toute société se présente comme un socius ou corps plein sur lequel coulent des flux de toutes natures et sont coupés, et l'investissement social du désir, c'est cette opération fondamentale d la coupure-flux à laquelle on peut donner le nom commode de schize. Il n'importe pas encore pour nous d'avoir une définition réelle des flux, mais il importe, comme point de départ, d'avoir une définition nominale et cette définition nominale doit nous fournir un premier système de concepts.

Je prends comme point de départ pour la recherche d'une définition nominale des flux, une étude récente d'un spécialiste des flux en économie politique : Daniel ENTIER, "Flux et stocks". Stocks et flux sont deux notions fondamentales de l'économie politique moderne marquées par Keynes au point qu'on trouve chez lui la première grande théorie des flux dans: "La théorie générale de l'emploi et de l'intérêt". Entier nous dit: "du point de vue économique, on peut appeler flux la valeur des quantités de biens de service ou de monnaie qui sont transmises d'un pôle à un autre"; le premier concept à mettre en rapport avec celui de flux, c'est celui de pôle; le flux en tant qu'il coule sur le socius, entre par un pôle et sort par un autre pôle. La dernière fois, on avait essayé de montrer que les flux impliquaient des codes, en ce sens qu'un flux pouvait être dit économique dans la mesure où quelque chose passait et où quelque chose d'autre était bloqué et quelque chose d'autre le bloquait et le faisait passer; l'exemple c'était les règles d'alliance dans les sociétés dites primitives, où les interdits représentent bien un blocage dans le flux de mariage possible par exemple; les premiers mariages permis, i.e. les premiers incestes permis qu'on appelle les unions préférentielles et qui, en fait, ne sont presque jamais réalisés, représentent comme les premiers modes de passage : quelque chose passe, quelque chose est bloqué, ce sont les interdits d'inceste, quelque chose passe, ce sont les unions préférentielles, quelque chose bloque et fait passer, c'est par exemple l'oncle utérin. Donc, de toutes manières, il y a détermination d'un flux d'entrée et de sortie; la notion de pôle implique ou est impliquée par le mouvement des flux, et elle nous renvoie à l'idée que quelque chose coule, que quelque chose est bloqué, quelque chose fait couler, quelque chose bloque.

Entier continue : "Sachant qu'on appellera pôle un individu ou une entreprise ou bien un ensemble d'individus ou d'entreprises, voire même de fractions d'entreprises ..." "Là, sont définis les intercepteurs de flux ..." Lorsque les opérations effectuées par celles-ci - les interceptions des flux - pourront être décrites dans un système comptable cohérent ..." Est donc corrélative de la notion de flux la notion de système comptable; lorsque les opérations effectuées, i.e. le passage du flux d'un pôle à un autre peuvent être décrites dans un système cohérent, c'est évidemment exprimé en termes de capitalisme, je veux dire que dans ce contexte, c'est dans la cadre du capitalisme et au niveau des quantités abstraites, comme le dernier résidu de ce qui a une toute autre ampleur dans les sociétés pré-capitalistes, à savoir ce qui, dans les sociétés pré-capitalistes, se présente comme de véritables codes; c'est lorsqu'une société est complètement décodée que les flux ressortissent à un système comptable, c'est i.e à une axiomatique des quantités abstraites au lieu de renvoyer à des codes qualifiés; le système comptable dans le système capitaliste c'est le résidu de quantités, abstractifié du codage des flux, le capitalisme fonctionne à base de flux décodés, dès lors, ces flux sont repris dans un système à base comptable.

Entier continue : "on peut considérer comme constituant un même flux, tous les biens arrivés à un même stade de transformation matérielle ou juridique au moment où ils arrivent ..." Voilà une troisième notion corrélative : transformation matérielle ou juridique, "et si on parle de flux échangés entre des secteurs industriels, il faudra préciser la notion de secteur, s'il s'agit de déterminer exactement le flux de production, le flux de revenus, le flux de consommation, il faudra déterminer ces termes soigneusement; prenons par exemple le flux de revenu monétaire, il a constitué par le total de tous les gains en monnaie ..." Qu'est-ce que ça veut dire tous les biens en monnaie : c'est ce que les économistes appellent les salaires nominaux, ça couvre aussi bien le revenu salarial que les salaires de la direction, que les dividendes. Prenons l'exemple du flux de revenus monétaires, il est déterminé par le total de tous les biens en monnaie mis à la disposition de tous les individus composant la collectivité, le revenu d'un grand nombre d'individus peut être évalué avec précision parce qu'il est versé par d'autres personnes, entrepreneurs d'état, et qu'il est nettement déterminé; mais pour bien des revenus dont l'importance ne peut être négligé, une définition exacte ne peut être donnée; tiens, tiens, il y a une sphère d'indétermination dans le secteur ? C'est sans doute lié à quelque chose de très profond dans ce qu'on verra être le système comptable; pour tout ça nous voilà déjà avec une triple référence : les flux renvoient d'une part à des pôles, d'autre part, à des codes ou des systèmes comptables, d'autre part, en quadruple référence à des stades de transformations, d'autre part à des secteurs et enfin à des stocks. Voilà cinq notions corrélatives. Au point de vue économique, on appellera stocks de biens et stock de monnaie, les biens détenus et la monnaie détenue par un seul pôle; donc le flux, c'est ce qui coule d'un pôle à un autre, qui entre et qui sort, et le stock c'est ce qui est rapporté comme la possession matérielle et juridique de l'un des deux pôles considérés; on voit bien là le caractère corrélatif des deux notions; alors le stock sera défini comme ceci : l'utilité des stocks est variable selon les cas, mais est lié d'une façon ou d'une autre, à un moment ou à un autre, à l'existence des flux, cependant, - en effet on va avoir l'impression très nette que stock et flux c'est la même chose rapportée à deux unités différentes, l'une le passage d'un pôle à un autre, l'autre l'attribution à l'un des deux pôles, comme deux unités de mesure d'une seule et même chose -, donc, l'utilité des stocks est variable suivant les cas, mais est liée d'une façon ou d'une autre, à un moment ou à un autre, à l'existence des flux, cependant, alors que les flux permettent de dégager des mouvements de valeurs entre pôles différents, les stocks représentent une somme de valeurs à la disposition d'un pôle; il n'y a pas de biens figurants dans un stock qui, à un moment donné, ne figurent pas dans un flux, c'est même là l'une des bases de la comptabilité, puisque l'entrée et la sortie d'un stock constitue des flux; seule l'étude des flux permet de rendre compte du rôle des entrées et des sorties sur les variations de stocks...

Voilà, on vient de voir la corrélation de la notion de flux avec cinq notions : pôle, code ou système comptable, stade de transformations, secteur, stock. Si l'on essaie de réduire tout ça, je crois que la notion dont j'essayais de partir l'autre fois, opère une telle réduction ou réunit ces cinq références, à savoir celle de coupure-flux.

Car la notion de coupure-flux doit s'entendre simultanément de deux manières : elle s'entend dans une corrélation du flux lui-même et du code, et si, dans le capitalisme encore une fois, on s'aperçoit que les flux sont comptabilisés, c'est à la faveur d'un mouvement de décodage tel que le système comptable a simplement pris la place des codes; c'est alors qu'on s'aperçoit déjà qu'il ne suffit plus de parler de système comptable, mais qu'il faudrait parler d'un système ou d'une structure de financement.

La stricte corrélation du flux et du code implique que dans une société, en apparence - et c'est bien notre point de départ -, on ne peut pas saisir les flux autrement que dans et par l'opération qui les code; c'est que, en effet, un flux non codé, c'est à proprement parler, la chose ou l'innommable. C'est ce que j'essayais de vous dire la dernière fois, la terreur d'une société, c'est le déluge : le déluge c'est le flux qui rompt la barrière des codes. Les sociétés n'ont pas tellement peur parce que tout est codé, la famille c'est codé, la mort c'est codé, mais ce qui les panique c'est l'écroulement d'un quelque chose qui fait craquer les codes. Donc un flux n'est reconnaissable comme flux économique et social que par et dans le code qui l'encode, or cette opération de codage implique deux coupures simultanées, et c'est cette simultanéité qui permet de définir cette notion de coupure-flux : simultanément, dans une opération de codage des flux, se produit, grâce au code, un prélèvement sur le flux, et c'est ce prélèvement sur le flux qui définit ses pôles : il entre à tel endroit et il sort à tel autre endroit, entre les deux, s'est faite la coupure-prélèvement; en même temps que le code renvoie lui-même à une coupure d'une autre sorte et strictement simultanée, à savoir cette fois-ci : il n'y a pas de prélèvement sur un flux qui ne s'accompagne d'un détachement sur ou dans le code qui encode ce flux si bien que c'est la simultanéité du prélèvement de flux et du détachement d'un segment de code qui permet de définir le flux dans la préférence à des pôles, à des secteurs, à des stades, à des stocks. Cette notion de coupure-flux se présente double puisqu'elle est à la fois coupure-prélèvement portant sur le flux et coupure-détachement portant sur le code. On retrouve le mécanisme du délire : c'est cette opération de double schize, c'est la schize qui consiste simultanément à opérer des prélèvements de flux en fonction des détachements de code et inversement.

Si je me donne, au départ, d'une manière toute nominale, un flux indéterminé, la chose qui cule sur le socius, cela ne peut apparaître socialement comme flux, que dans la corrélation code, ou au moins système comptable, et le flux est qualifié en fonction du code, et dans la corrélation des deux, s'opère précisément sur ce flux lui-même, qualifié par le code, une coupure-prélèvement en même temps que par réaction, le code lui-même éprouve ou est le siège d'une coupure-détachement. Détachement de code corrélatif à un prélèvement de flux. C'est uniquement une description formelle. Un fou, à première vue, c'est un type qui fait passer l'innommable, c'est quelqu'un qui porte des flux décodés : "un dieu me parle, mais c'est pas votre dieu"; les Grecs avaient une notion qui est celle de démon, ils avaient les dieux et les dieux étaient lotis, tout était bien quadrillé, ils avaient des puissances et des espaces; d'une certaine manière, ils avaient beau bouger, ils étaient sédentaires, ils avaient leur territoire et les démons opéraient leur codage. Le système religieux, il ne faut pas le prendre à un niveau idéologique, mais au niveau de son appartenance au code social; les démons c'étaient avant tout des puissances qui ne respectaient pas les codes. Dans Oedipe, il y a un texte qui est mal traduit et qui est : "quel démon a sauté d'un plus long saut", texte bondissant franchissant les limites, c'était une puissance innommable, c'était de la démesure, et c'est pas forcer les choses que de traduire ça décodage. Donc un démon parle de telle manière que le fou reçoit des flux décodés, il émet des flux décodés, ça fuit de partout, il brouille tous les codes. C'est pour ça qu'Oedipe, ça risque pas de prendre sur lui, parce qu'à la lettre, Oedipe c'est un foutu code.

Quand ça tourne mal quelque part, il faut toujours remonter plus haut pour voir où ça commence à mal tourner (cf URSS), et la psychanalyse ça tourne mal, pourquoi et comment ? Derrida a très bien vu dans quel sens la psychanalyse, au moins dans une de ses intentions premières, elle s'oppose au code; c'est un système de décodage et c'est pour ça que ça ne pouvait que mal tourner cette histoire là. Parce que décodage, ça veut dire, ou bien lire un code, pénétrer le secret d'un code, ou bien ça veut dire décoder en un sens absolu, i.e. détruire les codes pour faire passer les flux à l'état brut; toute une partie de la psychanalyse se proposait d'être un décodage absolu des flux de désir et pas un décodage relatif, le faire passer aux flux le mur des codes, et faire culer des flux de désir à l'état brut. C'est par là que la psychanalyse était toute proche de l'économie désirante et, à proprement parler, des machines désirantes, productrice de flux de désir; et ça, on le voit très bien dans des textes de Freud, tels que : "L'Interprétation des rêves", où il dit : qu'est-ce qui distingue ma méthode de la clé des songes ? La grande différence c'est que la clé des songes propose un code du désir; Freud dit qu'ils ont tout vu, mais qu'ils proposent un codage systématique : ceci veut dire cela, c'est ça la clé des songes; et dans la perspective d'une clé des songes, si on décode le rêve, on le décode au sens relatif, i.e. on découvre le chiffre de son code. Or, Freud dit que la psychanalyse n'a rien à voir avec ça, elle ne traduit pas. Et Derrida, dans son article sur Freud, dans "L'écriture de la différence", le montre très bien. Elle opère un décodage absolu, elle traduit les codes en flux à l'état brut, et par là, la psychanalyse s'oppose aux codes. Il va de soi que, en même temps, et dès le début, ils inventent un nouveau code, à savoir le code oedipien qui est un code encore plus code que tous les codes; et voilà que les flux de désir passent dans le codage d'oedipe, ou quel que soit le flux de désir, on le fout dans la grille oedipienne. A ce moment la psychanalyse se révèle de moins en moins capable de comprendre la folie, car le fou c'est vraiment l'homme des flux décodés.

Et l'homme qui a montré ça d'une façon vivante et convaincante, c'est Beckett, les étranges créatures de Beckett passent leur temps à décoder des trucs, elles font passer des flux non codables. L'opération sociale ne peut saisir des flux par rapport à des codes qui opèrent sur eux, dans la simultanéité, détachement de flux prélèvement de chaînes ou de codes, et le fou, là-dessus, fait passer des flux sur lesquels on ne peut plus rien prélever; il n'y a plus de codes, il y a une chaîne des flux décodés, mais on ne peut pas couper. Il y a une espèce de déluge ou de faillite du corps, c'est peut-être ça, après tout, le corps sans organes, lorsque sur le corps, ou du corps, s'écoulent, par des pôles d'entrée et de sortie, des flux sur lesquels on ne peut plus opérer de prélèvement parce qu'il n'y a plus de codes sur lesquels on puisse opérer des détachements.

L'état du corps de quelqu'un qui sort d'une opération relativement grave, les yeux d'un opéré ce sont les yeux de quelqu'un qui a été pas très loin de la mort, ou pas très loin de la folie, ils sont ailleurs, d'une certaine façon, il a passé le mur. Il est intéressant que ce qu'on appelle convalescence, c'est une espèce de retour. Il a frôlé la mort, c'est une expérience du corps - très bizarre la psychanalyse : pourquoi Freud tient-il tellement à ce qu'il y ait un instinct de mort, il dit son secret dans "Inhibition, symptôme et angoisse" : vous comprenez, si il y a un instinct de mort, c'est parce que il n'y a ni modèle ni expérience de la mort, à la rigueur, il admet qu'il y ait un modèle de la naissance, pas de modèle de la mort, donc raison de plus pour en faire un instinct transcendant. Curieux. Peut-être que le modèle de la mort, ce serait quelque chose comme le corps sans organes.

Les auteurs de terreurs ont compris, à partir d'Edgar Poe, que ce n'est pas la mort qui était le modèle de la catatonie schizophrénique, mais le contraire, et le catatonique c'est celui qui fait de son corps un corps sans organes, c'est un corps décodé, et sur un tel corps, il y a une espèce d'annulation des organes. Sur ce corps décodé, les flux coulent dans des conditions telles qu'ils ne peuvent plus être décodés. Ce par quoi on redoute les flux décodés, le déluge, c'est que lorsque des flux coulent décodés, on ne peut plus opérer des prélèvements qui les coupent, pas plus qu'il y a de codes sur lesquels on puisse opérer des détachements de segments permettant de dominer, d'orienter, de diriger les flux. Et l'expérience de l'opéré sur un corps sans organes, c'est que, à la lettre, sur son corps coulent des flux non codables qui constituent la chose, l'innommable. Au moment même où il respire, c'est l'espèce de grande confusion des flux en un seul flux indivis qui n'est plus susceptible de prélèvements, on ne peut plus couper. Un long ruisseau non dominable où tous les flux qui sont normalement distingués par leurs codes, se réunissent en un seul et même flux indivis, coulant sur un seul et même corps non différentié, le corps sans organes. Et l'opéré fou, chaque bouffée de respiration qu'il prend, c'est en même temps de la bave, le flux d'air et de salive qui tendent à s'entremêler l'un l'autre, de telle manière qu'il n'y a plus de nuances. Bien plus, à chaque fois qu'il respire et qu'il bave, à la fois il y a une vague envie de défécation, une vague érection : c'est le corps sans organes qui fuit par tous les bouts. C'est triste, mais d'autre part, ça a des moments très joyeux, brouiller tous les codes, ça a ses grands moments, c'est pour ça que Beckett, c'est un auteur comique.

Là aussi, il faut dire, et puis, et puis, mais ça constitue le fou et sa place dans la société comme celui par où passent les flux décodés, et c'est pou ça qu'il est saisi comme le danger fondamental. Le fou ne décode pas au sens où il disposerait d'un secret dont les gens normaux auraient perdu le sens, il décode au sens que, dans son petit coin, il machine des petites machines qui font passer les flux et qui font sauter les codes sociaux. Le processus schizophrénique en tant que tel, dont le schizo n'est que la continuation schizophrénique, et bien le processus schizophrénique est le potentiel propre de la révolution par opposition aux investissements paranoïaques qui sont fondamentalement de type fasciste.

On arrive à ce premier résultat, à savoir : l'opération économique du codage des flux avec la double coupure, coupure détachement et coupure prélèvement, et sur le socius dans une société ces étranges créatures, les fous, qui font passer les flux décodés. Le phénomène le plus étrange de l'histoire mondiale, c'est la formation du capitalisme parce que, d'une certaine manière, le capitalisme c'est la folie à l'état pur, et d'une autre manière, c'est en même temps le contraire de la folie. Le capitalisme, c'est la seule formation sociale qui suppose, pour apparaître, l'écroulement de tous les codes précédents. En ce sens, les flux du capitalisme sont des flux décodés et ça pose le problème suivant : comment une société, avec toutes ses formations répressives bien constituées, a-t-elle pu se former sur la base de ce qui faisait la terreur des autres formations sociales, à savoir : le décodage des flux.

Le rapport intime entre le capitalisme et la schizophrénie, c'est leur commune installation, leur commune fondation sur des flux décodés en tant que décodés. Comment il s'est fait ce décodage ? Il faudra tenir très présentes à l'esprit ces deux exigences : à savoir l'affinité fondamentale de la schizophrénie et du capitalisme, mais en même temps, dans cette affinité fondamentale, trouver la raison pour laquelle la répression de la folie s'est faite dans le capitalisme d'une manière incroyablement plus dure et plus spécifique par rapport aux formations pré-capitalistes. On a, dans un cas, une économie politique, une économie libidinale, dans l'autre cas, une économie de flux décodés.

Je voudrai montrer que, historiquement, ça s'est produit sur une longue période de temps - il y a des machines sociales qui sont synchroniques, il y a des machines sociales qui sont diachroniques; les machines despotiques asiatiques sont une forme comme vraiment synchroniques, l'état asiatique de Marx surgit d'un coup, toutes les pièces et tous les rouages de l'appareil d'état apparaissent synchroniquement. La formation de la machine capitaliste s'étend sur plusieurs siècles. C'est une machine diachronique et il a fallu deux grands temps : ce n'est pas le capitalisme qui décode les flux, ça se décode sur ce qu'on appelle ruine et décadence des grands empires, et la féodalité ce n'est qu'une des formes de la ruine et de la décadence. Le capitalisme ne procède pas du décodage des flux parce qu'il le suppose, il suppose des flux qui ont perdu leurs codes.

Marx, c'est l'auteur qui a montré la contingence radicale de la formation du capital. Toute philosophie de l'histoire est, ou bien théologique, ou bien histoire des contingences et des rencontres imprévues. Le phénomène originaire du capitalisme : il faut que ces flux décodés en tant que décodés, entrent en conjonction. Or, cette conjonction, qu'est-ce qui l'assure ? Là, on sent que, autant l'histoire peut nous renseigner sur les processus de décodage des flux, autant ce qui assure la conjonction des flux décodés en tant que tels, ça ne peut être que des processus d'un secteur historique particulier.

Cette histoire du capitalisme, que ça implique un décodage généralisé des flux et en même temps quelque chose d'autre, comme si devait être mis en place un appareil à conjuguer les flux décodés; c'est ça qui donne au capitalisme son apparence, pure illusion, de libéralisme. Il n'a jamais été libéral, il a toujours été capitalisme d'état. Ça commence au Portugal au 12ème siècle, les histoires de capitalisme d'état. Il n'y a pas eu un moment où les flux se décodaient et où tout était libre, et après une récupération, c'est mauvais ça, la récupération. Et si il est vrai que le capitalisme substitut aux vieux codes écroulés des machines à conjuguer, des machines axiomatiques infiniment plus cruelles que le despote le plus cruel, quoi que d'une autre cruauté, c'est en même temps que ça se décode, que c'est repris par une autre machine qui est une machine à conjuguer les flux décodés. D'où l'affinité avec la schizophrénie parce que ça fonctionne à base de décodages et opposition avec la schizophrénie, parce qu'au lieu de faire passer des flux décodés, ça les arrête d'une autre manière, et ça les fait rentrer dans une machine à opérer des conjugaisons de flux décodés.

Par exemple l'histoire de la peinture. Très bizarre l'histoire de l'école vénitienne : très tard ça reste marqué du style dit byzantin alors que Venise a déjà bien avancé dans le capitalisme marchand, mais ce capitalisme marchand et bancaire, il reste tout à fait dans les pores de l'ancienne société despotique. Et tout le christianisme à ce moment là trouve comme sa forme picturale dans les agencements, à la lettre, pyramidaux sur un mode hiérarchique, qui répondent au surcodage despotique. Ces tableaux byzantins de l'école vénitienne vont jusqu'au milieu du 15ème siècle, vous avez ce beau style byzantin, et qu'est-ce qu'on voit : du christianisme surcodé, du christianisme interprété sur le style et le mode du surcodage : il y a le vieux despote, il y a le père, il y a le jésus, les tribus d'apôtres. Dans un tableau de Delphiore, il y a des files pyramidales qui sont éparpillées bien en rang, le regard bien droit. Ce n'est pas seulement les gens qui sont codés et surcodés dans l'art byzantin, c'est leurs organes qui sont codés qui sont codés et surcodés sous la grande unité du despote, que ce despote soit Dieu le père ou qu'il soit le grand byzantin. On a l'impression que leurs organes sont l'objet d'un investissement collectif hiérarchisé. Ça serait fou qu'une vierge regarde à droite pendant que le petit Jésus regarderait d'un autre côté. Pour inventer un truc comme ça, faut être fou; ça ne peut pas se faire dans un régime où les organes sont collectivement investis, sont codés par la collectivité et surcodés. Dans le christianisme, les codes sont brouillés mais c'est parce que coexistent avec les codes territoriaux des codes despotiques, les couleurs mêmes interviennent dans le code pictural. Et si, dans le musée, vous changez de salle, vus découvrez tout à fait autre chose, c'est la grande joie et la grande angoisse aussi, ils sont en train de décoder les flux et ça ne coïncide pas avec l'explosion du capitalisme, c'est assez en retard; le grand décodage des flux de peinture s'est fait autour de 1450, en plein 15ème, et c'est une espèce de coupure radicale : tout d'un coup, on voit l'écroulement de la hiérarchie des surcodages, l'écroulement des codes territoriaux, les flux de peinture deviennent fous, ça crève tous les codes, un flux passe. On a l'impression que les peintres, leur position comme toujours chez les artistes par rapport au système social, ils font des christ complètement pédés, ils font des christ complètement maniérés, tout ça c'est sexualisé, ils font des vierges qui valent pour toutes les femmes, des petits garçons qui viennent de boire, des petits garçons qui font caca, ils jouent vraiment à cette opération de décodage des flux de couleurs.

Et comment font-ils ? Tout ce qui passe comme si, pour la première fois, les personnages représentés, devenaient possesseurs de leurs organes : c'est fini les codages collectifs hiérarchisés des organes, les investissements sociaux des organes; voilà que la vierge et chaque personnage se mettent, à la lettre, à mener leur propre affaire; à la lettre le tableau fuit par tous les bouts : la vierge regarde d'un côté, il y a deux types qui regardent le petit Jésus, un troisième regarde par là comme si quelque chose se passait, il y a des scènes à l'arrière plan, le tableau éclate dans toutes sortes de directions où chacun se met à posséder ses propres organes. Ils ne sont pas fous, il y en a un de l'école vénitienne qui fait une création du monde pas croyable : généralement la création du monde à la byzantine, ça se faisait dans l'ordre hiérarchique, il y avait une espèce de cône ou de grande pyramide de l'ordre despotique et tout en bas, les codes territoriaux; la création du monde qui m'intéresse c'est un départ : il y a le Bon Dieu qui est dans l'air dans une position de coureur, et il donne un départ; il a devant lui des canards et des poulets qui s'en vont à toute allure, et dans la mer il y a des poissons qui s'en vont aussi, il y a Dieu qui renvoie tout ça, c'est la fin de tous les codes.

Et qu'est-ce qu'ils font avec le corps du Christ ? Le corps du Christ ça leur sert de corps sans organes; alors ils le machinent dans tous les sens, ils lui donnent des attitudes d'amoureux, de souffrance, de torture, mais on sent que là, c'est la joie. La perspective, vous comprenez la perspective, c'est rien comme truc; ceux qui s'en sont passés, c'est qu'ils n'en avaient pas besoin, leurs problèmes étaient autres. La perspective c'est des lignes de fuite, ça ne peut servir que dans une peinture de décodage, mais c'est très secondaire, ça compte même pas dans l'organisation d'un tableau. Alors, qu'est-ce qu'ils sont en train de faire, on va décoller la hanche du Christ, on va faire du maniérisme, tous les corps de supplice, ça sert de corps sans organes, San Sebastian avec ses flèches dans tous les sens; encore une fois, dans ce bouleversement du système pictural, la perspective ça n'est qu'un tout petit truc. Ce décodage généralisé des flux, ça doit être repris par autre chose qu'un code et, en effet, il n'y a plus de code pictural, mais il va y avoir une étrange machine picturale de mise en conjonction et ce qui va faire l'unité du tableau, ça ne va plus être une unité signifiant de code ou de surcode, ça va être un système d'échos, de répétitions, d'oppositions, de symétries, ça va être une véritable machine conjonctive, il s'agit de mettre en conjonction les flux de couleurs et de traits décodés. Il y a une véritable axiomatique picturale qui va remplacer les codes défaillants.

Le capitalisme ne se forme pas par la simple vertu du décodage des flux, il n'apparaît que au moment où les flux décodés en tant que décodés entrent en conjonction les uns avec les autres. Marx a dit quand ça se fait, c'est la grande théorie de la contingence. A Rome, comme à la fin de la féodalité, le décodage des flux a entraîné une nouvelle forme d'esclavagisme et pas du tout le capitalisme. Il a fallu la rencontre entre le flux de capital décodé et le flux de travail déterritorialisé. Pourquoi s'est faite cette rencontre : voir dans Marx l'accumulation primitive, à une condition parce que accumulation primitive, ça peut être un truc dangereux, si on se dit : ah oui, accumulation primitive, c'est le truc qui a servi au processus d'accumulation, on dirait aussi bien à la formation des stocks au début du capitalisme. Il faut bien voir que l'accumulation primitive elle est dite primitive pour la distinguer d'autres formes d'accumulation, mais elle n'est pas primitive au sens où elle aurait un premier temps... Le fonctionnement du capitalisme, même pris dans son essence industrielle, c'est un fonctionnement bancaire et marchand, il faut maintenir que le capitalisme est essentiellement industriel, mais qu'il ne fonctionne que par son système bancaire et par ses circuits marchands. Pourquoi ? Il y a une espèce de conjonction; le capital se met à contrôler la production, mais est-ce que c'est la première fois? Non; mais si on reprend l'analyse de Marx, et Marx insiste là dessus : le contrôle de la production par le capital, d'une certaine manière il a toujours existé, et d'une autre manière il apparaît avec le capitalisme. Je veux dire que même dans la perspective d'un capitalisme bancaire et marchand, les banques et les marchands se réservent un monopole : il y a au début du capitalisme, la manière dont le capitalisme marchand anglais interdit aux capitalistes étrangers l'achat de la laine et du drap; dans ce cas là, cette clause d'exclusivité est une forme sus laquelle les capitalistes marchands locaux s'assurent le contrôle de la production puisque les producteurs ne peuvent vendre à part eux; il faut marquer deux temps : un premier temps : lorsque les capitalistes marchands, par exemple en Angleterre, font travailler à leur compte des producteurs avec une espèce de système de délégation où le producteur devient comme un sous-traitant, là, le capital commercial s'empare directement de la production, ce qui a impliqué historiquement le grand moment où le capitalisme marchand s'est mis en guerre contre les ligues, i.e. les associations de producteurs. Lutte entre les producteurs qui ne voyaient pas sans inquiétude leur asservissement au capital marchand, et le capitalisme marchand qui, au contraire, voulait s'assurer de plus en plus le contrôle de la production par ce système de sous-traitement. Mais il faudra, comme le dit Marx, un second temps..

 

Lectures in this Seminar

Anti-Oedipus I / 01
Anti-Oedipus I / 02
Anti-Oedipus I / 03
Anti-Oedipus I / 04
Anti-Oedipus I / 05
Anti-Oedipus I / 06
Anti-Oedipus I / 07
Anti-Oedipus I / 08
Anti-Oedipus I / 09