November 6th, 1979

So I start with this, the way we had been induced to pose ... a certain problem, ...  a kind of abstract opposition... between what we called, broadly speaking, ‘the war machine’, and what we called ‘the State apparatus’ … And we said: the war machine and the apparatus of capture or the State apparatus: these are not at all the same thing. And this was just that, a hypothesis. We attempted to develop this hypothesis by observing that even historically the war machine was quite literally the invention of nomadic organization. ... I do not say that they invented armies. ... We supposed that it is the nomadic organization or composition which invented the war machine, whether it’s good, whether it’s bad – we already renounced the choice of which was worst, the apparatuses of capture or the war machines. ... But what struck us was that, if it is true that nomads invented the war machine, it is in specific environments, in determinate conditions and directed precisely against State apparatuses.

Seminar Introduction

Following publication of Anti-Oedipus in 1972, Deleuze continues to develop the proliferation of concepts that his collaboration with Guattari had yielded.

As part of this process of expanding these concepts in order to produce the sequel of Capitalism & Schizophreinia, A Thousand Plateaus, this series of 13 lectures on "The State Apparatus and War Machines" constitutes the major seminar of 1979-80 and Deleuze's penultiimate consideration of these concepts. He then returns to the history of philosophy with five sessions on Leibniz and then concludes the academic year, at his students' request, with two final sessions of reflections on Anti-Oedipus

English Translation

Edited

Deleuze explains that this Seminar will continue the discussion of material from the 1978-79 Seminar on State Apparatus and  War-Machines, first providing a review of the work undertaken previously, and also inviting students to contribute topics for consideration (especially on literary topics and authors) as well as to provide their own contributions.

Gilles Deleuze

Seminar on Apparatuses of Capture and War Machines, 1979-1980

Lecture 01, 06 November 1979

Transcribed by Annabelle Dufourcq

Translated by Christian Kerslake

 

This year I have several things to propose to you. The first thing concerns today alone: we will finish very early. We will finish unusually early, because I have to stop at midday. Because at two o’ clock there is an important meeting which everyone should be able to go to if they want. Above all foreign students, but not just them [?]. You know we already talked about these questions, I won’t take it up again: the Department of Philosophy at Vincennes will carry on functioning as it functioned before, but in addition and at the same time, it will become an institute of Philosophy with a very particular function. It can work: we’ll see. It can work. If it works, it will be very important for us, for Vincennes. Now, the presentation for this institute takes place at 2 o’clock, 14.00 hours, on the side of staircase E, room 210. So since I have meetings beforehand, I’ll have to stop at midday on this occasion. Because it’s an introductory session, it’s not [too serious] [?].

Second point. I propose that at the start of this year, that is to say, for one semester or a little more than one semester, we take up what we did last year – if you weren’t here last year, that’s no problem – we take up what remained for us to do and what we didn’t have time to do. I’ll explain myself a bit more in a moment. But what was left over for us to do was: a certain conception of the State Apparatus, a series of studies and analyses on the State apparatus, with the stipulation that I don’t want the analyses to reduce themselves to what is going on now, but rather to include and above all to flow out onto what is happening now. I’m aware that the year is beginning, in every respect and in this respect in particular, in a sombre mood, even very sombre. So what will occupy us for a while, if you don’t mind, are some analyses concerning the State apparatus in relation to what we did last year.

And then what will happen? Well, that will depend a lot on you. For my part, I hope that subjects will come from you. State apparatuses, that will take us one trimester, or at the maximum a semester, but for the rest of the semester, we can do, at your request, things on any authors you’re interested in. For myself, I’d like us to return a little to literary authors; for example we could do three or two sessions on Beckett, two sessions on someone else … It could be me or someone else, according to our competences. We could also do something on particular philosophers or on concepts.

Anyway, we’ll always find something to do. But I’m saying that I want you to be involved. Already for the State apparatus I will have a great need of you because, last year, something happened that worked very well, that worked better and better … What we did last year, above all at the end. There were many of you who brought me many things. Now, if that could happen in the same way for the State apparatus …

So today I would just like to content myself by very briefly recalling what we did last year, why the State apparatus locks into that, and at the same time to reassure those who were not here last year that they can be persuaded that there is no need to know what was said last year in order to follow this year. But it’s right that they should have the basic principles of the hypothesis in which we were ensconced. So I start with this. The way we had been induced to pose – but we were constrained, we didn’t have enough time (happily, happily) to resolve any of the problems – to pose a certain problem that appears to us to be the problem. That one can pose it in a million other ways goes without saying. But we were induced to start from – and we were occupied with this for almost the entire year – a kind of abstract opposition  (to say ‘abstract’ is right because it goes without saying, it is not an objection to say: ‘but concretely everything is mixed in together’ – obviously it is all mixed together), a kind of abstract opposition between what we called, broadly speaking, ‘the war machine’, and what we called ‘the State apparatus’ … or (we already gave it a name to pinpoint it better) ‘apparatus of capture’. And we said: the war machine and the apparatus of capture or the State apparatus: these are not at all the same thing.

And this was just that, a hypothesis. We attempted to develop this hypothesis by observing that even historically the war machine was quite literally the invention of nomadic organization. They are the ones who invented the war machine. I do not say – understand immediately where we are heading – above all, I do not say that they invented armies. Armies and the war machine are surely linked, but there is no reason to believe that it is the same thing. We supposed that it is the nomadic organisation or composition which invented the war machine. Whether it’s good, whether it’s bad – we already renounced the choice of which was worst, the apparatuses of capture or the war machines. Nothing could have been very good in any of that.

But what struck us was that, if it is true that the nomads invented the war machine, it is in specific environments, in determinate conditions and directed precisely against State apparatuses; and that the war machine was a kind of riposte, of parade, with regard to the State apparatus, to the apparatuses of capture. Even if the two entered into very complex relations and a very complex intimacy. For example, the nomadic war machines formed States, or the States appropriated war machines. But that is not what we wanted to focus on.  This was our subject: that they participated in concrete mixtures that must indeed be concretely analysed, but from the point of view of polar oppositions, with a view to a certain kind of abstract opposition.

I recall (because this is what preoccupied us for the whole year) the objection was raised that the war machine first of all implies … The question was not to define it through violence. Why? Because you can find violence everywhere. One of our objects this year evidently will be – and there are a lot of authors who discuss this, these are not matters we have discovered, there are many authors who concern themselves with this – one of our subjects this year will be to try to distinguish, in our own way, the forms, the types, of violence. An issue that obviously touches us and that touches on many historical problems: the violence of the police is not the same as the violence of the army. The violence of the State is not the same as the violence of war. No. Of course, they can become mixed in together.

But then what did our polar oppositions consist in? They consisted in saying that the nomadic war machine develops itself in a very particular kind of space. That was one of our major focuses, and I found it very interesting – and if I’m making this summary today instead of directly starting afresh, it’s because thanks to you it was necessary to return to and recast from the ground up one of these ideas. (If in the meantime some of you have had the chance to reflect, and have other things to [add][?] …) In any case, from the point of view of the first polar opposition, I arrived at the point of saying something like this: the nomadic war machine develops in a space that one could call a smooth space. And smooth spaces are very particular spaces. And we gave a lot of time to the definition of smooth space, whereas one might say that at the other pole, the State apparatus, things were still very abstract, but necessarily so. At the other pole, the State apparatus operates and organizes a space it was necessary to call a striated space. And to striate space is a fundamental operation of the State. Isn’t this already the case to the extent that it organizes agriculture? But does the State organize agriculture? That remains to be seen. We will have to see if there is an agriculture that is organised without a State … But I can say straightaway that what will confirm our analysis of the intimate relation between the State apparatus, agriculture and striated space is precisely that it is the State apparatus that creates [striated space] [?] … Wait and see.

So we had a first polar opposition: smooth space/striated space. I won’t go back over that, but we’ll see if we’re led to take up another point of view. All this was from the point of view of space. You see, the war machine develops a kind of smooth space. It is not by chance that it develops itself in the desert, the steppe, the sea, etc., which are types of smooth space. While the sedentary State apparatus passes its time by striating space, by organising a striated space, which also implies operations of an extreme violence, but precisely a violence of the State. Then there is a second point, no longer from the point of view of space, but from the point of view of composition. … [But first] I anticipate straightaway a possible objection, above all for those who were not here last year: surely, however one frames smooth space and striated space, they are mixed together the whole time. And yes, there is a way of striating the sea, even though the sea is a smooth space. They’re mixed in together all the time, okay. And on their side, moreover, striated spaces can yield up smooth spaces. Okay. They form part of concrete mixtures, and each time we had to analyse these concrete mixtures, because it is not in the same way that a striated space yields up smooth space and that a smooth space is striated. For example, the whole history of navigation involves a certain way of striating maritime space, but there are more or less closed ways of doing it; obviously, non-astronomical navigation does not end up striating the sea in the way that astronomical navigation made the sea into a striated space.

Second polar opposition, between the two machines, between the war machine and State apparatus, this time from the point of view of composition. For it is well known that the State apparatus proceeds towards and through – everyone remembers this, every textbook says it – a territorial organization or composition. I would say that from the beginning – since we’ll need to make appeal to this theme, I’ll recall it here – the State apparatus proceeds via a territorial composition; but in a certain way this should not be taken literally, because it also means that the State is profoundly deterritorializing. Why does that go without saying?

It is because the territorial organization of men – in other words, organization under a State – is defined by this: that it takes land [terre] as object of organization, through which it brings about a deterritorialization.The land ceased to be the active agent and becomes object. Object of what? Object of production, of circulation ... of the limits of territory, frontier, etc. So when one says the State is fundamentally territorial, that also means that it is deterritorializing from another point of view. In all cases it is a composition ... the composition of the State is not exclusively but above all territorial.

On the other hand we looked into whether there wasn’t a composition proper to the war machine, some very particular composition. We tried to discover it and we said: well, what is new in the war machine is a very specific kind of composition of men. And to my understanding this is important because for as long as there have been men, they have only found three ways of composing themselves amongst themselves. And the war machine, for its part, operates through a composition of men that is no longer territorial in the slightest – necessarily, because it moves in smooth space the whole time, it is nomadic – it has a space [of ubiquity] [?]. It has a space … yes … and the war machine moves towards an arithmetical composition of men. And the idea of organizing men arithmetically is very curious. I would say it is necessary to understand what that means, an arithmetical composition of men. It is quite simple, its source was to be found in a point which appeared to be insignificant. In a point which appears to be a small detail, namely the need for marching orders and displacements in the desert. That was it. And the Bible backed this up over and over again: In the famous Book of Numbers, Moses inherits numerical organization from the nomads. He inherits it from the nomads in order to do what? Precisely when what is required is to displace oneself in the desert. As if by chance he finds himself, in a sense without having wanted it (which is curious in itself), more or less despite himself, in the position of having constituted a war machine. So the Book of Numbers was an absolutely essential book for us last year. But, you see that here as well it is necessary to take account of concrete mixtures the whole time. I mean, it goes without saying that someone will say to me: hang on, States also attach a great deal of importance to arithmetical composition. Of course, of course. You will say to me: nomads also have principles of territory. Obviously, obviously! But this is not that which interests me. What interests me, from the point of view of the poles, is to isolate in a sufficently abstract manner the autonomy, the primacy, of an arithmetical organization of men in the nomadic war machine and the primacy of a territorial composition of men in the State apparatus. Assuming that is the case, as a consequence and at the level of consequences, the mixed formulas will be numerous.

That was our second point of view. Following the polar opposition of spaces, a polar opposition of the composition. Our third point of view concerned activity. And we said: well, it is not at all the same type of activity even though the two types of activity end up being confused in concrete mixtures. It is not the same type of activity because the State apparatus invented a very curious mode of activity, which didn’t just come about by itself. And I didn’t elaborate the discussion of this mode of activity last year [?] although I did elaborate it on certain points, but in any case we will rediscover it from another point of view; it’s because of this problem that I need to make this recapitulation. Because there are things that it will be necessary to elaborate from the new perspective we will take this year. The mode of activity that the State apparatus invents and imposes is work [travail].[1] ‘Work’ meaning any activity whatever. I mean that it is a mode that is defined not simply through the object on which it bears, the means that it employs, tools, for example. In fact, it is a very particular mode of activity.

Now, one of our hypotheses last year was that labour could not emerge  … here I would like to propose something for those who are familiar with these things; I will be coming back to it, don’t worry. For those who don’t know, it doesn’t matter. For those who know and are familiar with the Marxist distinction of labour and surplus labour [surtravail], I would precisely like to deepen or attempt to deepen one hypothesis this year: it is surplus labour that constitutes labour. It is surplus labour that is constitutive of labour. That is to say, it is surplus labour that makes activity into labour, or that submits activity to the rule of labour. With the result that we better understand the connection … If this hypothesis is true, we better understand that labour fundamentally belongs to the State apparatus. It is the State apparatus that puts people to work. There is no labour outside the State apparatus. There are other things, there are other activities, but labour never exhausted … And I’m saying this already because we are going to have to confront some problems … I’m doing this to pay homage to – at present, they are all in prison, or almost all of them – [interruption due to noise in the street].

It seems to me to be the considerable contribution made by the Italian autonomists, starting with Toni Negri, to have pushed very far with a Marxist analysis (but of a new kind) of labour in the contemporary State; and being well placed – that is to say the case of Italy being very particular with regard to the modern problem of labour – I think they pushed very far a point of analysis that was simultaneously Marxist and completely novel (two things which are certainly not opposed ) which will turn out to be of great importance for us, when it comes to new forms of labour and the new relations of labour and the State apparatus. We will therefore have to talk about all this.

So, you see, I would say that the third bipolarity is: activity becomes labour in relation to the State apparatus. And it is not by chance. There is a fundamental connection between the man of the State and the worker, which does not mean that the man of the State works. It means that there is a complementarity between the worker and the man of the State, and that the problem of labour is always posited in relation with a State apparatus, even when it doesn’t appear to be the case, as well as inversely. So labour in a way had to be redefined.

What type of activity is labour then? I would say: labour cannot be defined through the tool for the very simple reason that it is exactly the contrary. Namely: it is the tool that is defined through labour. It is when there is labour that what activity makes use of can be called a tool. Therefore one could say the contrary: that another problem is indeed involved at this point. We could put the problem otherwise. We have ended up posing the problem in this way: the impossibility of defining labour by the tool; the opposite is the case. Again, we could give as a definition of the tool: the tool is what activity makes use of when it is determined as labour. Then how to define labour since one cannot define it by the tool? One could say, finally, that work is the center of gravity; displacement, center of gravity, displacement of forces. Yes, linear displacement. Center of gravity, linear displacement. You see that everything is connected. I’ll persist in this recapitulation one more time, in order to try to suggest that we have in fact constituted a totality that is finally, in spite of ourselves, rather coherent.

Why is all this connected? You can see what the problem ‘centre of gravity, displacement, linear displacement of forces’ refers back to. I don’t need to explain in order to say that this is a very profound factor in the striating of space, that this constitutes a striated space. Fine. Force through displacements equals work. And work, what is that? It is irreducibly a social and physical concept. And it is not by chance that it is at the same time, in the physics of the 19th century, that this physico-sociological concept of ‘work’ is constituted. Work, as it is explained in all the physics textbooks used in the baccalauréat, you see, is: relations weight/height, forces/displacements; and then you have the elaboration of the status of work at the same time, in the 19th century, by the same people. And on this, certain amongst you have contributed very fundamental texts on the engineers of the 19th century who are precisely at the hinge point of the elaboration of the physical concept of work and the sociological concept of labour. All that is the same thing. On the side of the Mines, the school of Mines, and of all kinds of schools of engineers, one of the tasks of the civil engineer is a double elaboration of the physical concept and of the sociological concept. Whereas on the side of the war machine, as activity … Of course, in the war machine, one works as well. It goes without saying that one works. One cannot say that one does not work, one can say: yes indeed, one works. But again, that is only the case in concrete mixtures. Everyone works, of course; again, this is not what interests us.

What interests us is to isolate the poles or the prevalent potentialities, the prevalences, the preferences, the primacies. Thus, at the level of mixed formulas, everything is confused by definition. Necessarily. But this does not get in the way of the fact that the war machine is not defined [in this way]. Even if it involves work, this is not one of its constitutive elements. Why? Because the activity it governs is of another type than work, or rather it does not govern activity under the form of work. Under what form does it govern it? I would say, making use of the words of 17th century and 18th century physics, that it is much rather under the form ‘free action’ – on condition that one does not give to ‘free’ a democratic sense, but gives it a physical sense. And what is free action? Well, this is closely studied in the physics of the 17-18th century, and in the 19th century there will precisely emerge the great distinction between free action and work. A purely physical distinction, purely of the physical sciences. And the [notion] [?] of free action, it was found – although I can’t pursue this recapitulation in too much detail – almost in a model, a privileged model, namely: a vorticial [tourbillonnaire] movement that simultaneously occupies a maximum of points of space. It is not by chance that the movement that the war machine invokes is always … [?] always … is very frequently of this type. From the vortex of the nomadic tribes right up to the whirling character of war machines properly speaking; from the Greeks onwards (namely Democritus, Archimedes, etc.), a vorticial movement always appeared bound to the theme of the war machine … no, not always, but often, to the theme of the war machine.         

Here again I rediscover my points, for a whirling motion whose points occupy a maximum of positions in space raises the problem, what is the nature of this space? It is obviously a smooth space. It is obviously a smooth space [Deleuze repeats]. The whirling movement traces a smooth space. On the contrary, the criterion of labour, which we have seen was ‘centre of gravity, linear displacements of force’, defines a striated space. So everything went well for us last year. The important thing is that that continues this year. That was the third point. I hope this recapitulation is not useless.

Fourth point: here too, we had a fourth bipolar opposition from the point of view of expression. And we would say, look, because one gets the sense more and more that the State apparatus is in a very fundamental relation with labour, or rather labour is in a very fundamental relation with it, and in fact the State apparatus, you understand (and this is not very complicated): its fundamental elements of expression are what? I should say of ‘action-expression’, or rather ‘expression-expression’. The answer is: tools and signs. And after all, that gives us a new direction: yes, there will indeed be a fundamental relation between tools and signs. In fact, everyone knows it, there is no State apparatus without an apparatus of writing. And when it comes to organizing surplus labour, when it involves making people work, there is a whole bureaucracy. There is no labour without bureaucracy [?]. And what is bureaucracy? Well, it implies a whole accountability, a whole system of writings. And this is a true conceptual couple that constitutes ‘signs/tools’ at the level of the State apparatus. To the point that it even constitutes the strongest unity joining the man of the State with the worker. The man of the State emits signs, while the subject activates his tools. So here too there are all sorts of combinations, but the necessity of writing is inscribed into work. Just as the necessity of tools is inscribed in semiological systems, in systems of signs.

And the first signs are signs of the type: ‘Go over there’, ‘Are you ready?’, ‘Go to your work’. These are the great signs. We saw this last year, namely that the basis of language is the word of command [mot d’ordre].

And on the side of the war machine? Here again, you are already used to this mode of reasoning, so you cannot object to me, ‘well, here there are also signs and tools’. Obviously: there are tools in the war machine as well, but for it, it is not what is essential. Moreover: where there are signs and tools in the war machine, the nomadic war machine, for its part, is quite happy to very freely borrow signs from neighboring State apparatuses. Not so much the need for writing, they pass that by completely. Last year, I did not have the necessary information, so I did not have the example of the Mongolian war machine, but there is an amusing piece of writing (a password?), where they borrow Chinese writing and other more bizarre modes of writing: they make a phonetic transcription of their language into Chinese characters. They do not have any especial need for writing, they didn’t need it. Tools? Yes, of course they had tools like everybody. Yes, they worked, they had tools, but I say: that is not what defines them. Whereas, you understand – and this is the point that I’d really like to make very clearly for you – ‘signs-tools’, that is one of the defining and determining characteristics of the State apparatus. You will of course also find it in the war machine, but that is not what determines it, it is not that which defines it. That is another couple.

For clarity, solely for reasons of clarity, of symmetry, it was necessary for us to search in the war machine for a couple, a distinct couple, to aid our comprehension. And we grasped hold of a quite distinct couple, we said: the war machine has a very bizarre couple, it is ‘arms’ and ‘jewelery’. Arms and jewellery. ‘Jewelery’, why does that come in here? First, because it pleased us, and then in order to allow us to advance on several points. With regard to ‘arms’, I made the same remark as I made earlier for the tool, namely: ‘arms’, what will define ‘arms’? If you try to define ‘arms’ and ‘tool’, taken in themselves, you will not succeed, because they are the same. They are the same thing. A pitchfork, such as the peasant’s pitchfork, is it a weapon or a tool? It depends on what he does with it, eh? There are wars which are fought with arms that are the tools of the peasantry. It was even the case that for a long time, the distinction arms – tools was remarkably vague. So it is not at the level of objects that one can make a distinction arm/tool. It is at the level of what? This confirms to us that it is always at the level of the type of activity. There will be ‘arms’ as opposed to ‘tools’ when, instead of being taken as an object, of an activity defined as labour (that is to say, as ‘center of gravity, displacement of force’), the same object is taken up in the other type of activity: the vorticial motion occupying a maximum of points in a smooth space. This is why arms are fundamentally projective and that the gesture of the weapon is always a whirling gesture that leaves behind the dimensions of the center of gravity, the exigencies of the center of gravity.

Okay, but none of that tells us why ‘jewelery’? Well, because, you understand, signs of writing and jewelery can be compared with each other. It is not ‘jewelery’, simply ‘jewelery’, that was just a handy word. In fact, it is everything in the domain of decoration and goldwork. Goldwork-decoration. Now, what was striking to us, I recall here, because perhaps here we would have a new need, is that goldwork and decoration form a system that does not enjoy a single degree less abstraction than signs of writing, even political ones. The only thing is that it is, quite literally, a completely different abstract machine. It is not less abstract. The abstraction in the decoration of goldwork has a power that is at least equal to the power of the most abstract signs. But it is an entirely different kind of organization. And it is clear that decoration, goldwork and jewelery [joallerie] do not constitute a writing. It is almost, if you will, the semiotic of arms, whilst writing is the semiology of the tool. At the same time I take back this formula precisely because it is too easy. Nevertheless, it will do for the purposes of clarification.

Then of course there is also the minor objection: but jewelery exists in States. Obviously jewelery exists in States. Only, they have a comical history in States. It is in war machines that jewelery finds all of its – if I can dare to say this – splendor. Because these are the true signs in the war machine; in States, they only have derived utilizations … how to put it? Decadent, degenerate. One can even speak through jewelery, there are languages of jewels. The languages of jewels are not …[?]; it is not that at all, it is not that. The force of jewelery, the force of decoration, the force of ornamentation, this is, once again, to direct a system of abstraction no less great than the most abstract signs. And why? In order to be a completely different kind of abstraction, with a completely different object in view. Good: that was our fourth point, from the point of view of expression, then, ‘arms-jewels’. The coupling ‘arms-jewels’ of the war machine and the coupling ‘tools-signs’ of the State apparatus.

Finally, from the point of view of feeling – war machines and State apparatuses putting feelings into play – we attempted … we will see whether later on this year, with regard to certain authors, we might not be able to take up this theme or elaborate it in a different direction. We attempted to distinguish two sorts of feeling: the sentiments, which refer back simultaneously to the theme of a development, of a formation, and which were really the feelings circulating in the milieu of the State apparatus, of work, of signs, etc. And on the other hand, something which is of another nature (although the two exist at one and the same time: on the one hand, the other hand), on the other hand, the affects. The affects, which for their part, are the feelings proper to the war machine. And in the two cases, it is no longer necessary to choose where the worst violence is, all of that is violent in every way, or it is not violent at all, that depends, that depends. I mean that in the war machine, there is another compassion, two justices. There is an admirable page of Kafka on the two compassions, the two justices. An author I discussed frequently last year, namely Dumézil, has greatly elaborated this difference between the justice of the man of war, or his injustice, insofar as it is quite different to the justice or the injustice of the man of State. It is not the same compassion, nor the same graces, nor … It’s not at all the same emotional system. In one case, for convenience sake, we talked of affects. And in the other case, we talked of sentiments.

In fact, from the point of view of violence, which we have scarcely broached, it is again indeed because of this that one cannot say that the war machine must be more terrible, however terrible it can be. It is not more terrible than the State apparatus. Can one say that the army, that an army, however close to the absolute it might be, a global army, should be any more terrible than a global police force? There is no reason to confound these notions. There is no space for thinking that the war machine proceeds in the same manner as the police. The State apparatus, for its part, has need of a police, well before having need of an army. There are very curious things in what one has a presentiment of in certain archaic States, like already having a police and a developed bureaucracy, but not yet, it seems, having an army, an army in the proper sense. And what is the difference between these types of violence? The violence of war … It could be in one sense that there is nothing worse … But what is special in the violence of the State? Certain modern authors have invented a concept in order to give an account of this violence of the State, namely the concept of structural violence. We will have to ask what it is that one can call a ‘structural violence’. In any case, structural violence, is what rests with the police or what only has need of a police. Everything happens as if it was in the mode of the ‘already there’. It is always ‘already there’, it is always as already applied, it constantly presupposes itself. So that, in a certain manner, it can say: ‘who me? I’m nothing, I’m not a violence.’ Whilst the violence of the war machine is a violence that is perpetually on the horizon.

And what does that mean? It is to conclude this enumeration [of points] that there would therefore be at the end of the account a distinction between two violences, of the war machine and of the State, in the same way as we distinguished other poles. And here there is something that appears very striking to me, on the issue here also precisely of certain passing remarks by Dumézil … Dumézil says on this, in some texts that are unfortunately very short, that from the point of view of mythology, it would be very interesting to study the role played, even in mythologies, by the double character of policeman and jailer. And that, above all, it is not the same role, even mythically, even in the most ancient myths, it is not at the same role as that of the man of war. Dumézil insists on this – I think we talked about it a little last year  – on a characteristic found very often in the myths, in the mythology of political sovereignty, he insists a great deal on the mutilated character of the man of State. The mutilated character of the man of State, to the point that he explains there is an alternation between two types of man of the State and that this alternation between the two types of men of the State, between the two great political sovereigns, is often represented as an alternation of the one-eyed man [le borgne] and the one-handed man [le manchot]. The one-eyed and the one-handed man.

In Scandinavian and Germanic mythology, you have Odin the one-eyed and Tyr – t-y-r [he spells out] – the one-handed. These are the two poles of political sovereignty. Amongst the Romans, you have Horatius Cocles and Scaevola. The one is one-eyed, the other one-handed. This is a very frequent theme: the one-eyed and the one-handed. This is interesting, by the way, because the one-eyed man, you understand, is the man of the sign. From his single eye, he emits … and in fact, in the mythologies, the one-eyed God is he who emits signs at a distance, who strikes down, who, with a sign, strikes with stupor. He looms up, his eye blinks … This is the signifier. The one-handed man is the man of work. The one-handed man is generally the chief of those strange characters in mythologies, in many mythologies, who appeared as the ‘hundred-handers’ [cent-mains]. But not ‘sans’, s-a-n-s, ‘cent’, c-e-n-t. He who has only one hand is at the same time the leader of those who have all sorts of hands. So the man of the State is a kind of mutilated man, mutilated [but …] [?]. And the worker too is a species of mutilated man.

It is curious … In what sense? Everyone, in so far as they are in the State, is one of the mutilated. I mean, I don’t want to put forward a facile anarchism, but, independently of Dumézil, it brings to mind a beautiful text by the German novelist Jünger (ambiguous, nevertheless). In his novel The Glass Bees, Jünger says this: it’s quite curious, but when I read Homer and the narratives of combats between the Homeric heroes, I never see the least narrative of mutilation. It is necessary not to exaggerate … You will say to me: surely one does see it in the narratives of war. But let’s leave that aside. In Homer, one does not see it. And in fact, the gods of the war, strangely enough, are not mutilated, while the gods of work are all mutilated. They limp, they have only one hand, they have only one eye. And Jünger proposes a formula that I find apt, he says: in work everyone knows that there are workplace accidents, and it is true that there are accidents at work, but more profoundly, what is terrible about work is that a mutilation already precedes any accident. And that is perfectly valid in the coupling of State apparatus and work. There, it is as if the mutilation has already been done. Mutilation precedes the accident. There is already mutilation in the posture. Of course, this is not to say that mutilations in war are a pleasure or are worth more. Once again, certainly not. It is to say that maybe there is a regime of violence …  to suggest that there is perhaps a totally different regime of violence.

So, that was where we had got to. I add that we continually had the concern of …

 

Section 2: 45 minutes, 06 secondes

[Gap in recording] They cease to communicate … and how ? And we attempted to specify the milieu of communication. And we stated – and this greatly interests me, and we did not elaborate upon it, but we won’t develop it any further, because I don’t know … well, not unless you want to – that communication is something we called matter-movement. It is a single and same matter-movement into which State apparatuses and war machines are plugged. And by ‘matter-movement’, one must not just understand ‘the inert’, ‘the inanimated’. Matter-movement can just as well be a human matter. It is finally (making use of or borrowing a word from biology) what we proposed to call a phylum, p-h-y-l-u-m, a veritable phylum that would traverse both the war machines and the State apparatuses, that is to say, into which both are plugged and from which both, the war machines and State apparatuses, do not borrow the same characteristics. Nevertheless, a same phylum would traverse all of them, a same phylum, inanimated, animal and human. And this phylum, by nature, for its part, would no longer be nomadic like the war machines, nor sedentary like the State apparatuses, it would be fundamentally – and this was the occasion for us to distinguish a third concept – it would be fundamentally itinerant.

And the situation of man in relation to this phylum – this would precisely be itinerance. And this phylum which would simultaneously traverse the State apparatus and the war machines and which would be the object of a kind of itinerance seemed to us to put into play a whole set of problems that have already absorbed our attention for some time, namely, the problem of metallurgy and of the history of metallurgy. And if this sort of phylum into which everything was plugged was fundamentally metallurgy, which does not mean ‘inanimated’, but is simultaneously made up of metals and those who follow metals; namely: the itinerant forgers and their metallurgic lodes. Okay, but is any of that valid today? Certainly, but it will depend on the phylum. There is absolutely a phylum of petrol. What happens when the phylum of petrol is immersed in the sea, that is to say, when petrol becomes maritime? What does that imply for spaces, and for maritime space in particular ? What is … well, these are problems that remain for us this year. Which is to say perhaps we will come across the history of this particular phylum again.

And this phylum has its own space, no longer either a smooth space like the war machine, nor a striated space like … all that. It was a space we attempted to define, and what was said was fine, but something else could be involved, we might need to find something else. What we said was that it was a space with holes. And the space of mining is indeed a holed space, it is the space of what is beneath the earth. And it is a holed space that holes smooth spaces and striated, sedentary spaces alike. It is a space riddled with holes, and which in a subterraneanean way traverses things and makes … Maybe this is what ultimately determines all the concrete mixtures between the  two poles.

Okay, from all that we will now draw one conclusion. The conclusion we draw from all this was: we do not know much about what the State apparatus is, but at any rate, if one allows us the characteristics we attempted to pinpoint in defining the State apparatus, then the State apparatus becomes a prodigious mystery, all the more prodigious – how can that be, such a thing! – all the more prodigious, at least, in that we only know one thing: it does not derive from the war machine. The war machine cannot explain it. In fact, if all the abstract characteristics of the war machine, including its space, including its human composition, including its means [moyens] etc., etc. are opposed point-by-point to the characteristics of the State apparatus, one can at least conclude: no, every explanation which would try to engender the State apparatus from a pre-existing war machine, for us …  – it might be quite satisfying for someone else who poses the problem in a different way, but that’s their affair – for us, in the way we posit the problem, it has become impossible.

Understand: that does not mean to say that there is not all the same a fundamental problem. The fundamental problem is that, at the point we are, we say to ourselves: we have no idea how a thing like the State apparatus could constitute itself. We didn’t know at all. But, if it is constituted, it is not through the war machine. The war machine even has a fundamental goal, namely: to destroy State apparatuses.  It is understood as directly targeted against the phenomenon of the State, the urban phenomenon and the agricultural phenomenon. Then, of course, it is integrated into it. But it is integrated at a secondary level. But we will see how it is integrated and why it is integrated. But the ultimate explanation lies elsewhere. In order for the war machine to be integrated into the State apparatus, there already has to be a State apparatus. It is not that which explains the State apparatus. And in fact, at the other extremity, one can say to oneself: why, of course, everything that is known of the most ancient State apparatuses, or everything that archaeology reveals to us about the most ancient State apparatuses, seems to confirm that they did not dispose of an army.

Again, they did not make use of the war machine, they already made use of a bureaucracy  – I talked of the most ancient States, we will return to that – they already made use of a bureaucracy, they already had a police force at their disposal, they already had prisons at their disposal, indeed they had many things at their disposal, but bizarrely, they did not make use of the war machine, nor even the army properly speaking. It follows that, if one accepts that, the fundamental question of the State, once again, will be: ‘But then where does it come from?’ Again, that is, if we are led on our account to say: no, for the reasons we already attempted to give, we refuse every explanation that would derive the State apparatus from a war machine or from war.

The problem we fall into is that, assuming there are war machines which assert themselves and which are first of all directed against the State apparatus … one of the fundamental problems will become: how to appropriate the war machine. But, once again, this problem can only be posed if there are State apparatuses. So, yes there is a problem, there is an enormous problem, which will traverse all States. If they do not appropriate the war machine, they are lost. And how to otherwise explain the brutal disappearance of a certain number of very archaic States, which archaeology tells us disappear from one day to the next, leaving no trace, razed to the ground, only to reappear centuries later under other forms? Unless it is precisely because – no doubt one of the main reasons invoked by archaeologists – they find themselves completely liquidated by nomadic war machines, at a moment when they have not at all managed to appropriate the war machine yet. Although this will be a vital problem for the State: to appropriate the war machine, with the inconvenience that the war machine will create a huge amount of concern and will be enormously mistrusted by them, and that they will always be led into giving an immense power to this war machine, while they also have to control it, to ask themselves how to control this war machine.

And I mean, what happened in history? I’m asking that just in order to conclude this summary – no, I’ve already gone beyond the summary – but in history, how does this take place? We can see that it is indeed as if there are two great poles, two attempts by the State apparatus to make itself a war machine. I would say, broadly speaking, that there is the mercenary pole and the army pole. ‘National’ army –in quotation marks, since I’m talking of peoples for whom the word ‘nation’ is obviously anachronistic –  ‘State Army’, if you prefer. Hired mercenaries, paid mercenaries on the one hand, and the territorial army, the army coming from the territory of the State on the other. Now, in both cases, it is terrible, you know, that it should be either the system of the mercenariat or the system of the territorial army. These are two ways. I would say that the first way consists in encasting, literally ‘encasting’ a war machine in the State apparatus. The second way, obviously much more subtle, much more complex, consists in the State apparatus appropriating a war machine. I would say that armies of the State or military institutions have nothing to do with a war machine – if we rely on my definitions for convenience sake – but that armies and military institutions are not the form under which the State apparatuses appropriate a war machine and put it to their service.

Therefore I will never identify a war machine and a military instution. If you like, the war machine appears, according to the preceding hypotheses, to be much more on the side of the nomads without a State, but with a strong war machine, than from the side of the State apparatuses. The State apparatuses appropriate the war machine, and makes armies out of it, makes military institutions out of it. But these two poles – to encast or appropriate, as you see … the maximum of appropriation will only emerge much later in the forms of national conscription. We encounter the problem much later and even still today: the craftsman’s army [armée de métier] versus the army of the nation. The craftsman’s army – the army of the people … One sees that everywhere, everywhere. There will always be these two poles. Two special bodies. The famous special bodies that animate in their singular way modern armies and then national conscription … all that will be in play in the most fundamental political problems on the interior of the State. Oh yes. But then, in both cases, I would say, moreover, that this is not the only problem, because if one reduces things to the relation State apparatus – war machine, how is it then that the State can encast the war machine under the form of the mercenariat or appropriate it under the form of the army known as ‘national’? If one reduces the problem to that, one can end up letting all sorts of things escape.

Because in fact, what is the really big problem? It is not so much which formula to choose, because whatever the case, be it mercenaries or soldiers who are called ‘national’, one must do something with them, one must take them into the system of the State apparatus. If not they quickly turn against the State apparatus. So how to do this? There is a broadly universal solution, but whose concrete figures are very varied, namely: one must give them pieces of land [terres]. They will literally have to be territorialized. It will be necessary to accord them territories, whether it be under the form of colonies, or internal territories. But what will the status of these military territories in the State apparatus be? In other words, I think it is less through the technical form ‘mercenariat – territorial armies’, than through financial, economic and territorial correlates – the distribution of territories, systems of taxes, codes of service – that the State apparatuses will succeed in assimilating war machines; but always still with the risk that the war machines will regroup themselves against them.

And this is not the happy day we have all been waiting for; this day is not yet the day of the revolution. When war machines turn against the State apparatuses, these can be very ambiguous moments, and it can occur under the form of certain revolutionary movements, but it also comes about under completely different conditions, as we also must try to see this year. In any case I would say: the problem of the appropriation through the State of the war machine is all the more important in that it is a question that traverses all of history, at least all of history for those historians who are interested in the formation of the development of capitalism. The question is very simple: how does it come about that the development of capitalism should have to pass through the ‘State’ pole? When in capitalism there are so many factors which go against the State, that even proceed as a function of the abolition of States, how come capitalism triumphed by way of States and through the intermediary of the State apparatuses? It is not obvious. So you ask me: how could it be manage to triumph?

Well, at any rate, there is another obvious solution: it could triumph by way of the ‘town’ pole. And town and State are not at all the same. The proof: at the beginning of capitalism, there are towns without States, and amongst the factors of capitalism, these are the most decisive factors. There was no absence of banking towns, commercial towns, and these did not at all belong to States. Any confusion between town and State would obviously be extremely annoying for us: they are completely different social formations. But here too they are found in [concrete] mixtures. I mean: sure, States are made up of towns. That doesn’t mean at all that they have to involve the same social function. So why is it that capitalism isn’t developed and formed as a function of a network of towns that have not yet passed through the State apparatus? After all one can say that in some respects, that failed to happen. Here one would touch on points of contingency in history which would of course be very interesting.

You see, none of this ever goes without saying. What took place so that the State-form won? A real struggle was necessary; and first of all, a bloody struggle, for the State apparatuses seized control of the towns. For example, in Europe, this doesn’t just happen by itself. They resisted, the towns. But all this is to say that I think, before going into the differences between the ‘State’ form and the ‘town’ form any further, that one of the fundamental reasons was precisely this: it was because only the ‘State’ form, only States were able to literally afford the cost of appropriating the war machine. For a town, for the towns, it would be much more difficult. We will have to look further into that. But I mean: when the triumph of the ‘State’ form over the ‘town’ form takes place at the moment of the development of capitalism, it is at the same moment that the appropriation of the war machine implies a very heavy investment of capital, which the commercial towns, even the richest, were not capable of providing. We would have to understand why. There could be a very simple explanation: that the commercial towns needed wars; commercial wars are an important kind of war. … They needed wars, but they needed wars that were quick. They needed the quickest possible kind of wars, and finally, the least expensive types of war. We would have to look again at wars, like, for example, the war of Carthage. Carthage is a typical town. While Rome is already much more of a State apparatus. But Carthage: it cannot support Hannibal. Hannibal won everything he wanted, but he did not get any reinforcements. There was no investment in war. They needed a war of mercenaries; and a war of mercenaries, that needs to be be carried out very quickly, if not it’s not going to work. It is the States that will invent, that will truly invent, the means of appropriating a war machine, by transforming war into a war of materials, that is to say, by investing more and more in the industry of war. At that moment, yes, they will appropriate it … Except that it is never a definitive solution … Except that what is reconstituted from the apparatuses known as ‘military-industrial’ is so complex and also ultimately international, so States can no longer control them without difficulty. All that is somewhat complicated.

So you see, I would say: okay, there is indeed a problem of the relation of the State and the war machine, but the problem is how it appropriates it. Whatever the case, it cannot be that the State apparatus comes from  the war machine. Now, in fact what is terrible is that, wherever one turns, wherever one turns in this story of ‘what is the State apparatus and where does it come from?’ wherever one turns, wherever one looks among the numerous theses on this subject, one comes up against the same thing, the same impression, namely that these theses are, as one says in logic, tautologies, that is to say that they presuppose what is in question. If I attempt to group together the classical theses on the origin of the State, I can observe that they are all found in one of the most profound authors on this question, namely: they are found, not at all in a confused state but under distinct headings, in Engels.

Now, the first kind of thesis involves invoke war, or (which is the not the same thing but which is in the same current) phenomena connected to the war machine. It could be the act of war or the organisation of war. There were several theses along these lines. Engels deploys it when discussing the Germans. He doesn’t deploy it for any old case, he doesn’t present a hotchpotch. He focuses on it in the case of the Germans. That’s a first series of theses. If you don’t mind, for greater simplicity I will call them exogeneous theses (if that helps to simplify matters); that is to say, theses accounting for the formation of the State apparatus through reference to an extrinsic factor: the war machine, war. The State apparatus would be born, would be the product, of war.

Second kind of thesis: theses I call, for convenience sake, endogeneous. They consist in invoking phenomena interior to economic and political development in the widest sense to give an account of the formation of the State apparatus. These theses are well known, these are factors which ... these are theses that mainly invoke two principal factors: how, starting from, and within, societies known as primitive, the elements of private property are constituted, the privatization of property and the monetarization of the economy. It is the emergence of the phenomenon of private property and of monetary and mercantile economics that would have brought with it the formation of the State apparatuses. Engels invokes this thesis notably in relation to Greece and Rome. Neither of these theses exclude each other; one can mix them together.

Third sort of thesis, which to me seems the most interesting but … What for now we could call theses invoking specific factors. I hope you’ll be able to see the very profound difference between these and the second kind of theses, the endogenous theses. If you look for these theses in Engels, you won’t find them in The Origin of the Family and of the State, but in another book, namely: in the Anti-Dühring. They appeal to another stratum of cultures, to other geographical places. This is why it might seem at first sight that all these theses can be combined. And they consist in saying that what explains the formation of the State apparatus is the progressive emergence of public functions. The celebrated formula of Engels: “It is public functions that are at the origin of domination.” What are these public functions? Well, with the advent, or rather with a certain development of agriculture, problems would have been posed that would have transcended the framework of primitive agricultural communities. In particular, one great problem: that of irrigation. And these are problems common to several communities, which would have engendered public functions of the type: keeper of the waters, organizer of irrigation, and, from that moment on, the entrepreneur of works. You see: the organizer of irrigation, the entrepreneur of works, and if need be, the inspector of taxes, etc. These are public functions that are progressively singled out and which would have armed the State apparatus, brought with them the State apparatus.

Where do we stand in relation to these three types of theses? It’s up to you to go and look at the books; as I said, Engels lays it all out very nicely. And well, I don’t know, but for my part I have the impression  … but you know how it is, there will be some amongst you who say: yes, sure, one of these these works for me. Once you’ve thought about it for a bit, or maybe you have already reflected on it. If one of them suits you, good, that’s fine. Then you will switch off [laughter] or just carry on listening to me all the same, in order to see how I arrange things. That’s quite possible! But for my part, I just say this: what is it that makes me think these theses presuppose what is in question? With regard to the first theses, the theses making a derivation from war, the thesis I call ‘exogeneous’, it’s not that complicated. It’s not complicated. Under what conditions, in fact, can war machines manage to produce a State? On the condition that one already exists. I would say that, yes, these are factors of the State, but they are secondary factors. They can only produce States in a derived form. It is to the extent that they are first directed against a pre-existing State – and again it is necessary that there be a pre-existing State – that, as a consequence, they can be integrated into a State. But they obviously presuppose that there is first of all … that you’re already assuming a State.

The endogenous theses, I would say, are even more striking, because the whole history of a formation of private property starting from the primitive commune … well, everyone knows that it doesn’t work, neither in archaeology nor in ethnology. I am just giving impressions: one truly has the feeling that it doesn’t work. Why? One really cannot see how it could be done. One would have to indicate a mechanism. It is not enough to say that, all of a sudden, some great savage would say: ‘That belongs to me.’ No. It would at least be necessary to have some idea of a basic mechanism which, starting from a communal property, or a tribal property, could engender a private property. How can that be done? For its part, everything archaeology teaches us – and you can find much clearer information there – is that property is not or does not at all seem to be constituted, in contemporary archaeological data, it does not at all seem to be born from a so-called primitive tribal system of property. It is constituted starting from a system of public imperial property. I would say that it is only later, through a very specific social mechanism, very assignable, variable according to the case but still very assignable, starting from a public property of the State – so not at all a private property, but a public property of State – that private property can be constituted. That makes sense, and it reinforces my basic hunch that the privatisation of property is only a factor in the State if one already assumes a State. For a simple reason, that the privatisation of property implies the public property of the archaic empire as the framework that makes it possible.

And what about money? On the side of money, I appeal to a point that I will take up again next time, but I’ll just say this for those amongst you who can already anticipate these points. Couldn’t one also say that a simultaneously mercantile and monetary development of the economy could have played a role in the constitution of the State? Here too answer seems to me: obviously not. No, for two reasons, one of which is self-evident, while the other seems to me much more malign, that is to say, much more interesting for us, if we manage to deepen it this year. The self-evident reason is almost the same as earlier, namely: the merchant economy is assignable to which moment? Even as merchant and monetary economy. It is precisely assignable. Money [l’argent], you understand, is a very complicated problem. But it is assignable precisely starting from the moment where there are very well-determined external circuits of commerce. These exist in primitive societies. Only, there is no monopoly. What appears with States is, as one says, the monopolistic character of external commerce. In other words, let us put it like this to move quickly: it is the emperor who holds the monopoly of commerce. And it is starting from this monopoly that the economy can be really monetarised. So that it is not at all on the side of commerce that one must search for the source of money. The form ‘money’ does not come from commerce, rather the latter derives from it … It comes into commerce starting from something else. And where does it come from, the ‘money’ form? There are many authors (and I don’t claim to be the first to say this, on the contrary, I’ve got this from authors who seem to be saying some interesting things) who suggest the following hypothesis. It is that there are two sources (there is not much choice if you ask ‘where does this thing of the form ‘money [argent]’, the form ‘currency’ [monnaie]’, come from?’). It could come from two things:either from commerce or from what? Or from taxation. From taxation. Or rather it is a means. … Either one will say that money is a means with which to exchange commodities, or one will say that money is a means of discharging you from tax. Let’s leave to one side for the moment why it is that money discharges you from tax. We will see. But with a first glance, we can understand it at the level of summary propositions.

Now I do find very interesting this whole current of specialist writers on financial history who tend more and more towards this solution. They not only insist on the bipolar character of money (in saying that sometimes it is tax that is the origin of money, sometimes it is external commerce), but what interests me even more are those who tend towards the idea of a sole origin, namely that it is always tax. It is always tax which would be at the origin of money and it is starting from this moment, that an external commerce monopolised by the master of taxes becomes possible. I did not develop that at all because we would need to do some (albeit very simple) economic analyses. I personally think that it’s true, that money does come from tax and not at all [from the exchange of commodities]. So you can see at any rate why this is so interesting for us. I’m saying this for those who already have some knowledge of these matters, but we will take the whole thing up more gently by looking at the story of the sequence of three kinds of rent …. The three famous rents. For example, when all the textbooks on economics distinguish between rent in products or rent in goods (that is to say, the peasant who gives goods to the landlord), rent in labour or services (the peasant who renders services, who gives services to the landlord), and rent in money (the peasant who makes payments to the landlord), very often these rents are presented as successive in history. But at the juncture at which we find ourselves, you can already see that in fact it is a single system, in which none of the three terms can exist without the other.

And why? Because the apparatus … the State, defined as apparatus of capture, immediately has three poles. It is an apparatus of capture with three heads. And the three heads of the apparatus of capture, are: rent of the landlord, profit of the entrepreneur, tax of the despot. And why? They’re necessarily part of the same thing. There is something prodigious in the archaic States, in the archaic empires … and it will also pose problems that will preoccupy the modern State, where things are no longer like that. But one must not say that the archaic State already discovered everything. Because our States went on to discover other things. What is formidable is the convergence of three forms: of the rent of the landlord, of the profit of the entrepreneur and of the taxes through which it maintains external commerce. How did that happen? It’s not difficult, as we can see: necessarily, the State is simultaneously the public proprietor of the land … I’m not bringing private property back into the equation: there is no private property, it is in so far as the emperor, the imperial instance, the instance of power, is the proprietor, therefore the public proprietor. There is no private property. There is a communal possession and an imperial property. It is a system, therefore, in which everything is public. There is no private element. The archaic emperor is the public proprietor and, by virtue of this title, receives ground rent. He is the master of surplus labour, the master of great works, and by virtue of this status receives profit from the entrepreneur. And finally, he collects taxes and monopolises external commerce. And the three heads, I would say, this is almost, if you like … well, in Marx there is a famous trinitary formula, for those who know it. For myself, I am thinking of another formula, but to some extent it comes down to the same thing … but that has no importance, it’s no discovery, it is …

The trinitary formula I am thinking of would be this: at the level of archaic empires there is already rent of land, profit of enterprise, taxes and external commerce. And these will be the three heads of the apparatus of capture. Hence you can see why, from where I’m standing, all the factors that have been proposed to me are factors that already presuppose what was to be explained. In relation to the previous arguments, not only is it not monetary economy and the development of the monetary economy which are capable of explaining the State, since the monetary form presupposes tax, which already returns to the State, but it is also not private property, the development of private property that is capable of explaining it, for the simple reason that private property derives, under predetermined conditions, from imperial public property. And finally, is it the last hypothesis, the public functions which progressively lead to it? No. There are three archaic public functions. There are three. And the archaic imperial bureacuracy has three heads. This is the ground landlord, or the representative of the ground landlord, who is a functionary of the Emperor, because the ground landlord is the Emperor. So it is he who handles the ground rent. Secondly, it is the entrepreneur who receives profit; and the entrepreneur is also the Emperor or his functionary. Both are required: the emperor and his functionaries. Or rather, this is a second type of functionary. And thirdly, perhaps the best of all, the most mysterious, but who appears right from the beginning, is the banker. It is the banker. And there you have the triple imperial bureaucracy. The representative of the ground landlord, the entrepreneur, the banker. Why? Because the bank has never simply been an intermediary institution. The bank is an institution and when one understands … but you already know this, I’m saying this for those … we should try to make this clear, this is what we should do this year: the bank is not an intermediary … or at least, it is only an intermediary institution, in some of its aspects, if it is already an institution that creates. A bank – but not any kind of bank. The others only derive from the more fundamental banks. A bank: meaning an institution for the emission and creation of money. To the question ‘where does money come from?’, the answer is: obviously, money comes from what emits it, what creates it. There is a creation of money. It is the banks that bring about the creation of money.

Now, in the archaic Empire, the banker is precisely the master of taxes and the one who, in the name of the Emperor, takes care of foreign trade and the monopoly of foreign trade. More: he carries out the most mysterious operation, the most mysterious for us from the archaeological point of view, that could exist in the most archaic State, namely: he already carreis out the operation of being an intermediary between the three poles. Namely: he exchanges money for goods. Because put yourself in the situation of a poor functionary of the Emperor. He owes a tax to the Emperor. He receives lands, but in a delegated title. He is not a private proprietor – we will see that more clearly the next time – there is no private property, there is a communal possession of the commons, there is an eminent property of the Emperor, but it is a public property, and it is a property of the function of functionaries of the emperor. There is no private property in any of that. Well, it is not easy, his situation, the functionary who gains lands with this functional title. He owes to the Emperor a tax. The peasants give him goods for taxes. But the Emperor, for his part, makes a conversion. You know, it’s inspired as a system. It is inspired. I mean, if one doesn’t understand that … If understands that, one can better understand contemporary monetary operations which, nevertheless, have no relation to this, but must start with a device like that. He finds himself in a diabolical situation, because the Emperor, for his part, does not want goods. Or at least, if he does want them, it’s for his stocks. He takes a small share of natural goods, okay. He puts aside some corn, things like that. But he also takes money [argent].

Therefore the functionary will have to bring about the conversion of a share of the goods that the peasants owe him into the money [monnaie] that he owes to the Emperor. It is necessary therefore that it passes through a bank. And the bank, for its part, how is it to procure that? How will it harvest it? It takes in natural goods and it gives out money [argent]. What will this creation of money [argent] be in the oldest Empires? It is formidable as a system. It will be one of those very strange systems. Understand that much of what was already known as the agrarian problem, in the most archaic epochs, is completely related to this system. Rent in nature, in natural goods, and then conversion of rent in nature into monetary rent through the intermediary of the bank. In every case, the three great public functions – I say this in order to finish up – are: the ground landlord, the entrepreneur of large works, and the banker, the banker of taxes and commerce. Now, how do these public functions account for the apparition of the State? When, on the one hand, they are strictly complementary – it seems to me – and, on the other hand, that from the moment they emerge, the State is already there.

So, at the point we’ve got to, I think I have said what this year’s problem will be. When it is so clear-cut, we could stop here, and say: “there is no solution, it’s perfect.” The problem, from where we’re standing, is: suppose that the State apparatus is defined as an apparatus of capture that is not explained through the war machine, which will appropriate the machine of war but which will not be explained through it - we can see that it functions like a trap. It is like a trap in the sense in which one talks of a trap in hunting. It is not war that is the model of the State apparatus. It is much more like capture. It would be much more like hunting. One could draw up a table of the apparatus, in the same way one can make a table of the hunting apparatus, or of a trap. It is an apparatus with three heads, constituted by: rents, profits, taxes. How could that have worked? How could that have worked? With a police, to be sure. With a bureacuracy. With a policing bureacuracy. Why does that suffice? How did it come about that there was no need for an apparatus of war at this moment, of a war machine for such an apparatus? How come the problem of war is a completely different problem? So what happens at this level? What is this State that I call ‘archaic’, and which already presents these three heads? And what about the circulation between the three heads? We could say that this, therefore, is the strange role of the bank, between rents, profits and taxes; and our trinitary formula of the State apparatus of capture would be: rents, profits, taxes.

So the primary task for you this year is to do some political economy, if you don’t mind, at this level of ground rent, taxes, and all that. There is surely a lot on that that can help me. Second task: when we arrive at some of the other problems, it would be good if there could be a group which this time – I will explain why in the next session – could get started as soon as possible on research into what is known as – this might sound surprising, but I’ll explain next time – into what mathematicians call ‘axiomatics’. And as I think that the relations between the Department of Philosophy and that of Mathematics are particularly close, if need be I will ask the mathematicians if there is a way for some of you …

 

Notes

[1] [Translator’s note: Travail will be translated as ‘work’ or ‘labour’, depending on the context.]

French Transcript

Edited

Gilles Deleuze

Sur les appareils d’État et machines de guerre, 1979-1980

1ère séance, 06 novembre 1979

Transcription : Annabelle Dufourcq (avec le soutien du College of Liberal Arts, Purdue University)

 

I

Cette année j’ai plusieurs choses à vous proposer. Première chose qui concerne uniquement aujourd’hui : nous terminons très très tôt. Nous terminons anormalement tôt, parce que je dois arrêter à midi. Parce que, à deux heures, il y a une réunion importante à laquelle il est souhaitable que tous ceux qui veulent viennent. Surtout les étudiants étrangers, mais pas [?]. Vous savez on a déjà beaucoup parlé de ces questions, je reprends pas, que le département de philosophie à Vincennes ne cesse pas de fonctionner comme il fonctionnait auparavant mais constitue en plus et en même temps un institut de philosophie qui, lui, a un fonctionnement particulier. Ça peut marcher, on verra bien. Ça peut marcher. Si ça marche c’est très important pour… pour nous, pour Vincennes. Or, la présentation de cet institut a lieu à 2 heures, donc 14 heures, escalier E à côté, salle 210. Donc comme j’ai des réunions avant, il faut que j’arrête à midi exceptionnellement. Comme d’autre part c’est une séance de programmation, c’est pas…

Deuxième point. Je vous propose au début de cette année, c’est-à-dire pendant un trimestre ou un peu plus d’un trimestre, de traiter dans le prolongement de ce que nous avons fait l’année dernière – mais ceux qui, l’année dernière, n’étaient pas là : aucune importance - de traiter dans le prolongement l’année dernière ce qui nous restait, ce qui nous restait à faire et que nous n’avions pas eu le temps de faire. Je m’expliquerai un peu mieux tout à l’heure. Mais, ce qui nous restait à faire, c’était : une certaine conception de l’appareil d’Etat, une série d’études et d’analyses sur l’appareil d’Etat, une fois dit que je voudrais que les analyses ne se réduisent pas à ce qui se passe actuellement, mais comportent et surtout débouchent sur ce qui se passe actuellement. [?] sensible que l’année commence à tout égard et à cet égard en particulier, commence comme sombre et même très sombre. Alors donc ça nous occuperait un certain temps si ça vous convenait ces analyses concernant l’appareil d’Etat en liaison avec ce qu’on avait fait l’année dernière.

Ensuite qu’est-ce qui se passerait ? Eh ben, ça dépendrait beaucoup de vous. Moi je souhaite que des sujets viennent de vous. Ah… j’aimerais bien revenir… plutôt… ça nous prendra, ça, « appareils d’Etat », ça nous prendra un trimestre ou au grand maximum un semestre, mais que le reste du semestre on fasse, à votre demande, des choses sur des auteurs dont vous avez besoin. Moi j’aimerais bien revenir… qu’on revienne aussi un peu à des auteurs littéraires par exemple on fait trois séances ou deux séances sur Becket, on fait deux séances sur quelqu’un d’autre… Soit moi, soit un autre suivant nos compétences à chacun. Là il faudrait que… ou bien des philosophes ou bien des notions…tout ça, bon.

Enfin, on trouvera toujours de quoi faire. Mais, ça, ça implique que ce soit vous. Et puis tout… tout, déjà pour l’appareil d’Etat j’aurai très besoin de vous parce que, l’année dernière, une chose qui marchait bien… ça marche de mieux en mieux… sur ce qu’on a fait l’année dernière, surtout à la fin, il y en a beaucoup d’entre vous qui m’ont apporté beaucoup de choses. Alors si ça pouvait se faire de la même manière pour l’appareil d’Etat…

Donc aujourd’hui je voudrais juste me contenter et de rappeler très brièvement ce qu’on avait fait l’année dernière, pourquoi l’appareil d’Etat s’enclenche là-dessus, et en même temps rassurer ceux qui n’étaient pas là l’année dernière, qu’ils se persuadent bien qu’il n’y avait aucun besoin de savoir ce qu’on a dit l’année dernière pour suivre cette année. Mais il faut juste qu’ils aient les principes de base de l’hypothèse dans laquelle nous étions. Alors c’est par là que je commence… cette manière dont nous avons été amenés à poser… mais on s’était bien gardé, on n’a pas eu le temps… - heureusement, heureusement – de résoudre le moins du monde… de poser un certain problème qui nous paraissait être le problème. Qu’on puisse le poser de mille autres manières ça va trop de soi. Mais nous on avait été amenés à partir… - et ça nous avait occupé toute l’année dernière à peu près - à partir d’une espèce d’opposition abstraite… (Je dis bien "abstraite" parce que ça va de soi, c’est pas une objection de dire : mais concrètement ça se mélange… évidemment que ça se mélange…), d’une espèce d’opposition abstraite entre ce qu’on appelait en gros "la machine de guerre" et ce qu’on appelait "l’appareil d’Etat" ou… ou on lui donnait déjà un nom pour s’y repérer davantage : "l’appareil de capture". Et on disait :

Partial video audio of this lecture, starting below, with intertitles (63 minutes, courtesy Le Leuch)

 

La machine de guerre et l'appareil d’Etat ou l’appareil de capture, c’est pas du tout pareil. Bon.

Et c’était, comme ça, une hypothèse. La manière dont on essayait de développer cette hypothèse était ceci que, même historiquement, la machine de guerre a été, si on la prend vraiment à la lettre, la machine de guerre a été l’invention de l’organisation nomade. C’est eux qui ont inventé la machine de guerre. Je dis pas - comprenez toute suite dans quel sens on va - je ne dis surtout pas qu’ils ont inventé les armées. Les armées, la machine de guerre, c’est sûrement lié, mais aucune raison de croire que c’est la même chose. Nous supposions que ce sont…, c’est l’organisation ou la composition nomade qui a inventé la machine de guerre. Est-ce que c’est bon, est-ce que c’est pas bon, on avait déjà renoncé à choisir ce qui était le pire entre les appareils de capture, les machines de guerre, tout ça. Rien ne pouvait être très très bon dans tout ça.

Mais ce qui nous frappait c’était que, s’il est vrai que les nomades ont inventé la machine de guerre, c’est dans des milieux précis, dans des conditions déterminées et dirigés justement contre les appareils d’Etat et que, la machine de guerre, ça a été une espèce de riposte, de parade aux appareils d’Etat, aux appareils de capture. Même si les deux sont entrés dans des rapports très complexes, et d’intimité très complexes. Par exemple les machines de guerre nomades ont formé des Etats, ou les Etats se sont approprié des machines de guerre… C’était pas notre sujet. Si, c’était notre sujet : ça, ça se faisait partie des mélanges concrets qu’il fallait analyser concrètement, mais du point de vue des oppositions polaires, ces espèces d’oppositions abstraites, je rappelle - parce que c’est ça qui nous a tenu toute l’année - on disait : ben oui, la machine de guerre elle implique d’abord…

La question, c’était pas de la définir par la violence… Pourquoi ? Parce que la violence vous en trouvez partout, il faudrait… L’un de nos objets cette année, évidemment, ce sera… - il y a beaucoup d’auteurs, c’est pas des sujets qu’on découvre : il y a beaucoup d’auteurs qui s’occupent de ça -, mais l’un de nos sujets, cette année, ce sera, à notre manière, essayer de distinguer les formes, les types de violence. Exemple qui nous touche évidemment et qui touche beaucoup de problèmes historiques : la violence de police, c’est pas la même que la violence d’armée. La violence d’Etat, c’est pas la même que la violence de guerre. Non. Bien entendu, elles peuvent se mélanger.

Mais enfin, nos oppositions polaires, elles consistaient en quoi ? Elles consistaient à dire que la machine de guerre nomade se développe dans un type d’espace très particulier. Et là on a insisté beaucoup beaucoup, et ça m’intéressait, et si je fais ce résumé, là, aujourd’hui, au lieu de commencer directement, c'est parce que j’exclus pas que, grâce à vous, on ait besoin de revenir, alors, de relancer, de reprendre à zéro une de ces notions si, entre temps, certains d’entre vous ont réfléchi, ont d’autres choses à… En tout cas, du point de vue de la première opposition polaire, j’arrivais à dire quelque chose comme ceci : ben oui, la machine de guerre nomade, elle se développe dans un espace qu’on pourrait appeler un espace lisse. Et les espaces lisses, c’est des espaces très particuliers. Et là-dessus on était resté très longtemps sur la définition de l’espace lisse, tandis que l’on disait : à l’autre pôle, l’appareil d’Etat – toujours c’était très abstrait ça, oui forcément – à l’autre pôle, l’appareil d’Etat il opère et il organise un espace qu’il faudrait appeler un espace strié. Et strier l’espace est une opération fondamentale de l’Etat. Ne serait-ce que dans la mesure où, déjà, il organise une agriculture. Mais est-ce qu’il organise l’agriculture, l’Etat ? ça, ça reste à… on verra. On s’il y a une agriculture qui s’organise sans Etat… Je dis tout de suite que ce qui confirmera notre analyse d’un rapport intime entre l’appareil d’Etat et l’agriculture… et euh… l’espace strié, c’est précisément l’appareil d’Etat, c’est lui qui crée [?]… On verra.

Donc on avait une première opposition polaire : espace lisse / espace strié. Là je ne la reprends pas, [ ?] on verra si on est amené à la reprendre d’un autre point de vue que [ ?]. Ça c’était du point de vue de l’espace. Vous voyez : la machine de guerre développe une espèce d’espace lisse. C’est pas par hasard qu’elle se développe dans le désert, la steppe, la mer etc. qui sont des types d’espace lisse. Et l’appareil d’Etat sédentaire passe son temps à strier l’espace, à organiser un espace strié, ce qui implique aussi des opérations d’une violence extrême, mais d’une violence d’Etat justement. Deuxième point : non plus du point de vue de l’espace, mais du point de vue de la composition. Alors, bien sûr, je préviens tout de suite, surtout pour ceux qui n’étaient pas là l’année dernière, l’objection toujours possible : mais, voyons, l’espace lisse et l’espace strié, même si peu qu’on comprenne, ça empêche pas qu’ils se mélangent tout le temps… Oui, il y a une manière de strier la mer, bien que la mer soit un espace lisse. Tout le temps. Bien sûr. Et en plus les espaces striées, de leur côté, peuvent redonner des espaces lisses. D’accord. Ça fait partie des mélanges concrets et, à chaque fois, il fallait analyser ces mélanges concrets, car c’est pas de la même manière qu’un espace strié redonne de l’espace lisse ou qu’un espace lisse se fait strier. Par exemple tout l’histoire de la navigation c’est une certaine manière de strier l’espace maritime, mais il y a des manières plus ou moins fermes, c’est évident que la navigation non astronomique n’arrive pas à strier la mer comme la navigation astronomique a fait de la mer un espace strié. Tout ça.

Deuxième opposition polaire, entre les deux machines, entre la machine de guerre et l’appareil d’Etat, je disais : cette fois ci, c’est du point de vue de la composition. Car il est bien connu que l’appareil d’Etat procède à une et par une – c’est ce que tout le monde rappelle, tous les manuels le disent – c’est une organisation ou composition territoriale. Dès le début je le disais, comme on aura besoin de ce thème, je le rappelle, là, d’accord l’appareil d’Etat il procède par une composition territoriale, mais d’une certaine manière il ne faut pas prendre à la lettre car ça veut dire aussi bien que, l’Etat, il est profondément déterritorialisant. Pourquoi est-ce que ça va de soi ?

C’est parce que l’organisation territoriale des hommes, en d’autres termes l’organisation sous un Etat, l’organisation territoriale des hommes se définit par ceci qu’elle prend la terre comme objet de l’organisation, par là-même elle opère une déterritorialisation. La terre a cessé d’être agent actif et devient objet. Objet de quoi ? Objet de la production, de la circulation… euh des limites territoire-frontière etc. Donc, quand on dit : l’Etat est fondamentalement territorial, ça veut dire aussi bien qu’il est déterritorialisant, d’un autre point de vue. En tout cas c’est une composition… la composition d’Etat est, non pas exclusivement, mais avant tout territoriale. Tandis que l’on cherchait s’il n’y avait pas une composition propre à la machine de guerre, très particulière, et on avait essayé de la trouver… et on disait : ben oui, ce qu’il y a de très nouveau dans la machine de guerre c’est cette composition des hommes tout à fait particulière. Et à ma connaissance, c’est important parce que, depuis qu’il y a des hommes, ils ont trouvé que trois manières de se composer entre eux. Et la machine de guerre, elle, elle opère par une composition des hommes non plus du tout territoriale – forcément puisque dans l’espace lisse elle se balade tout le temps, elle est nomade – elle a un espace [ d’ubiquité?]… Elle a un espace… oui…et la machine de guerre, elle procède à une composition arithmétique des hommes. Et l’idée d’organiser les hommes arithmétiquement, c’est très très curieux. Je disais : il faut comprendre ce que ça veut dire une composition arithmétique des hommes, c’est très simple, la composition arithmétique des hommes on en avait trouvé la [ ?] euh… on en a trouvé la source dans un point qui paraissait insignifiant…

Dans un point qui paraissait très de détail à savoir les nécessités de l’ordre des marches et des déplacements dans le désert. C’était ça. Et la Bible nous avait donné cent fois raison, mille fois raison : Moïse hérite des nomades l’organisation numérique dans le fameux livre « Les nombres », et, l’organisation numérique des hommes, il l’hérite des nomades pour quoi faire ? Précisément quand il s’agit de se déplacer dans le désert et comme par hasard il se retrouve, en un sens sans l’avoir voulu, c’est ça qui est curieux, il se retrouve, plus ou moins malgré lui, comme ayant constitué une machine de guerre. Donc le livre des nombres était pour nous un livre tout à fait important l’année dernière. Mais, vous voyez là aussi il faut tout le temps tenir compte des mixtes concrets. Je veux dire : ça va de soi qu’on va me dire : mais quoi, les Etats aussi ils attachent beaucoup d’importance à la composition arithmétique. Bien sûr. Bien sûr. Bien sûr. On va nous dire : les nomades, ils ont aussi des principes de territoire. Evidemment. Evidemment ! Mais c’est pas ça qui m’intéresse. Ce qui l’intéresse c’est, au point de vue de pôles, dégager d’une manière suffisamment abstraite l’autonomie, le primat d’une organisation arithmétique des hommes dans la machine de guerre nomade et le primat d’une composition territoriale des hommes dans l’appareil d’Etat. Une fois dit que [?] conséquence et au niveau des conséquences, les formules mixtes seront nombreuses.

Ça, c’était notre second point de vue. Après une opposition polaire des espaces, une opposition polaire de la composition. Notre troisième point de vue concernait l’activité. Et on disait : ben c’est pas du tout le même type d’activité encore que les deux types d’activité vont se mélanger dans des mixtes concrets. C’est pas le même type d’activité parce que l’appareil d’Etat, il a inventé un mode d’activité très très curieux et qui allait pas de soi. Et ce mode d’activité [?] je l’avais pas développé l’année dernière… [?] si je l’avais développé sur certains points, mais on le retrouvera d’un autre point de vue ce problème, c’est pour ça que j’ai besoin de cette récapitulation. Parce qu’il y a des choses qu’il faudra développer du nouveau point de vue de cette année. Le mode d’activité que l’appareil d’Etat invente et impose, c’est le travail. Le travail, c’est pas n’importe quelle activité. Je veux dire c’est un mode, ça se définit pas simplement par l’objet sur lequel il porte, les moyens qu’il emploie, les outils par exemple. Ça définit… c’est véritablement un mode d’activité très particulier.

Or, une de nos hypothèses l’année dernière, c’était que le travail ne peut surgir, oui euh je [?] là pour lancer une… euh, pour ceux qui savent, euh… je reviendrai là-dessus, faut pas vous inquiéter. Ceux qui ne savent pas, ça n’a aucune importance. Ceux qui connaissent et qui ont bien à l’esprit la distinction marxiste du travail et du surtravail… une hypothèse que je voudrais justement approfondir ou essayer d’approfondir cette année, c’est que : c’est le surtravail qui constitue le travail. C’est le surtravail qui est constitutif du travail. C’est-à-dire c’est le surtravail qui fait de l’activité un travail ou qui soumet l’activité à la règle du travail. Si bien que, là, on comprend mieux le lien…– si cette hypothèse est vraie – on comprend mieux : le travail appartient fondamentalement à l’appareil d’Etat. C’est l’appareil d’Etat qui fait travailler les gens. Il n’y a pas de travail hors de l’appareil d’Etat. Il y a d’autres choses, il y a d’autres activités, mais le travail il a jamais épuisé… euh. Et je dis ça déjà parce qu’on aura, alors, à affronter ces problèmes… là je tiens à faire d’autant plus cet hommage que, à présent, ils sont tous en prison, ou presque tous, - merde, merde, merde, merde (bruit dans la rue) –

Euh.. ça me paraît être l’apport le plus considérable des autonomes italiens, à commencer par Toni Negri d’avoir poussé très très loin une analyse marxiste, mais nouvelle, du travail dans l’Etat actuel et, étant bien placé, c’est-à-dire parce que le cas de l’Italie étant très très particulier quant au problème moderne du travail…, là je crois qu’ils ont poussé une pointe d’analyse à la fois marxiste et complètement nouvelle - ce qui ne s’oppose certes pas - qui sera d’une grande importance pour nous, dans les formes nouvelles du travail et les rapports nouveaux du travail et de l’appareil d’Etat. Donc on aura à parler de tout ça. Voilà. Je dis donc... vous voyez, cette troisième euh… bipolarité, c’est : l’activité devient travail en rapport avec l’appareil d’Etat. Et c’est pas par hasard… il y a un lien fondamental entre l’homme d’Etat et le travailleur, ce qui ne veut pas dire que l’homme d’Etat travaille, hein. Ce qui veut dire qu’il y a une complémentarité du travailleur et de l’homme d’Etat et que le problème du travail est toujours posé en rapport avec un appareil d’Etat même quand ça n’apparaît pas, et inversement. Or le travail, il fallait encore le définir d’une certaine manière.

Alors c’est quel type d’activité, le travail ? Je disais : c’est pas le travail qui peut se définir par l’outil, pour une raison très simple c’est que c’est juste le contraire. A savoir : c’est l’outil qui se définit par le travail. C’est quand il y a travail que ce dont l’activité se sert peut être nommé un outil. Donc on pourrait dire le contraire, oui, à ce moment-là c’est un autre problème. On poserait autrement le problème. Nous on en était arrivé à poser le problème de cette manière : impossibilité de définir le travail par l’outil, c’est le contraire. L’outil, encore une fois, à la lettre on pourrait donner comme définition de l’outil : l’outil c’est ce dont se sert l’activité lorsqu’elle est déterminée comme travail. Alors comment définir le travail puisqu’on peut pas le définir par l’outil ? On disait, finalement, le travail c’est centre de gravité - déplacement, centre de gravité déplacement de forces. Oui, c’est [facile ?], c’est pas…. déplacement linéaire. Centre de gravité déplacement linéaire. Vous voyez que tout s’enchaînait. Je tiens à faire cette récapitulation, encore une fois, pour essayer de dire que, en effet, on a fait un ensemble, finalement, malgré nous, assez cohérent.

Pourquoi tout s’enchaîne ? Vous voyez bien que le problème « centre de gravité déplacement, déplacement linéaire de forces », ça renvoie à quoi ? Là j’ai même pas besoin de m’expliquer pour dire que c’est un facteur très profond de striage de l’espace, que ça constitue un espace strié. Bon. Force par déplacements égal travail. Et le travail, c'est quoi ? C'est irréductiblement un concept social et physique. Et ce n'est pas par hasard que c'est en même temps, dans la physique du XIXème, que se fait ce concept physico-sociologique de “travail”. Le travail, comme il est expliqué dans tous les manuels de physique à l'usage du bachot, vous voyez : les rapports poids / hauteur, forces / déplacements, et puis l'élaboration du statut du travail en même temps, au XIXème siècle, et par les même gens. Et là, certains d'entre vous nous avaient apporté des textes très fondamentaux sur les ingénieurs du XIXème qui sont précisément à la charnière de l'élaboration du concept physique de travail et du concept sociologique de travail. C'est les mêmes tout ça. C'est du côté des Mines, de l’école des Mines, c’est du côté de toutes sortes d'écoles d'ingénieurs, c'est une des tâches de l'ingénieur civil cette double élaboration du concept physique et du concept sociologique. Tandis que du côté de la machine de guerre, comme activité, bien sûr, les… euh… dans la machine de guerre on travaille aussi. Cela va de soi qu'on travaille. On ne peut pas dire qu'on ne travaille pas, on peut dire : on travaille, oui. Mais là aussi ça fait partie des mixtes concrets. Tout le monde travaille, bon d'accord, c'est pas ça qui nous intéresse encore une fois.

Ce qui nous intéresse, c'est de dégager des pôles ou des potentialités prévalentes, des prévalences, des préférences, des primats. Alors, au niveau des formules mixtes, tout se mêle par definition. Forcément. Mais ça empêche pas que, la machine de guerre, elle ne se définit pas…, même si elle comporte du travail, c’est pas un de ses éléments constitutifs. Pourquoi ? Parce que l'activité qu'elle règle est d'un autre type que le travail ou elle ne règle pas l'activité sous forme de travail. Elle le règle sous quelle forme ? Je disais, en employant des mots de la physique du XVIIème et du XVIIIème siècle, c'est beaucoup plus sous la forme "action libre" à condition de ne pas donner à "libre" un sens démocratique, mais de lui donner un sens physique. Et l'action libre, c'est quoi ? Eh ben c’est très étudié là aussi dans la physique du XVIIème, du XVIIIème siècle. Et au XIXème siècle, précisément, il y a aura la grande distinction entre l'action libre et le travail. Distinction purement physique, purement de sciences physiques. Et le [?] de l'action libre, on l’avait trouvé… - bon, je veux pas pousser trop en détail cette récapitulation -, dans un modèle presque, un modèle privilégié, à savoir: un mouvement tourbillonnaire qui occupe simultanément un maximum de points de l'espace. C'est pas par hasard que le mouvement qu'invoque la machine de guerre est toujours [?] toujours… est très fréquemment de ce type. Depuis le tourbillon des tribus nomades jusqu'au caractère tourbillonnaire des machines de guerre à proprement parler, dès les Grecs, à savoir dès Démocrite, Archimède, etc. … le mouvement tourbillonnaire apparaît toujours lié au thème de la machine de guerre... Non, pas « toujours », souvent au thème de la machine de guerre.

Là encore, je retrouve mes points, parce qu’un mouvement tourbillonnaire dont les points occupent un maximum de positions dans l'espace, je demande… : problème, de quelle nature est cet espace ? C'est évidemment un espace lisse. C’est évidemment un espace lisse. Le mouvement tourbillonnaire, il trace un espace lisse. Au contraire, le critère du travail, dont on a vu que c'était "centre de gravité, déplacements linéaires de la force », définit un espace strié. Donc tout allait bien pour nous l'année dernière. Le principal c'est que ça dure cette année... Voilà, c'était le 3ème point. J'espère que ce n'est pas inutile cette récapitulation. (Je voudrais… ?) Quatrième point : là aussi, on avait une quatrième opposition bipolaire du point de vue de l'expression. Et on disait : l'appareil d’Etat, voyez puisqu'on pressent de plus en plus qu'en effet il est en rapport très fondamental avec le travail ou plutôt le travail est en rapport très fondamental avec lui, et bien l'appareil d’Etat vous comprenez, ce n'est pas très compliqué : son… ses éléments fondamentaux d'expression c’est quoi ? Je dirais euh… ou "d'action-expression", oui plutôt « action-expression ». C’est : outils et signes. Et après tout, ça nous donne une nouvelle direction : tiens, ah ben alors, il y aura un rapport fondamental entre les outils et les signes. En effet, tout le monde le sait, il n'y a pas d'appareil d'Etat sans appareil d'écriture. Et quand il s'agit d'organiser le surtravail, quand il s'agit de faire travailler les gens, il y a toute une bureaucratie. Il n'y a pas de travail sans bureaucratie [?]. Et la bureaucratie c'est quoi ? Ben ça implique toute une comptabilité, tout un système d'écritures. Et c'est un véritable couple de notions que constituent "signes" "outils » au niveau de l'appareil d'Etat. Au point que c'est même la plus forte unité de l'homme d'Etat et du travailleur. L'homme d’Etat émet des signes tandis que le sujet agite ses outils. Alors, là aussi, il y a toutes sortes de combinaisons, mais la nécessité de l'écriture est inscrite dans le travail. Tout comme la nécessité des outils est inscrite dans les systèmes sémiologiques, dans les systèmes de signes.

Et les premiers signes sont des signes du type : "allez-y", "vous êtes prêts ?... Allez-y, au boulot". C'est ça les grands signes. Ça on l'avait vu une autre année, à savoir que le fond du langage, c'est le mot d'ordre. Bon. Et du côté de la machine de guerre ? Là encore, vous êtes déjà habitués à ce mode de raisonnement, qu’on ne nous objecte pas "ben, il y a aussi des signes et des outils". C'est évident : il y a des signes et des outils. Bien plus : c’est la même chose qui euh… bien sûr, c’est… Il y a des signes et des outils dans la machine de guerre aussi, mais pour elle, c'est pas ça l'essentiel. Bien plus : quand il y a des signes et des outils dans la machine de guerre, la machine de guerre nomade, elle, elle se contente très volontiers d'emprunter les signes aux appareils d’Etat voisins. Pas tellement besoin d'écriture, elles s'en passent très volontiers. L'année dernière j'avais pas les renseignement nécessaires donc j’ai pas pu… par exemple il y a un cas très beau, mais comme j’y comprends rien, je le cite pour mémoire : par exemple dans la machine de guerre mongole, il y a une très très drôle d'écriture, (une passe ?) où ils empruntent l'écriture chinoise ou bien des modes d'écritures encore plus bizarres : ils font la transcription phonétique de leur langue en caractères chinois. Ils ont pas besoin d'écriture… spéciale. Ils ont pas besoin… Les outils ? Oui, bien sûr ils ont des outils comme tout le monde. Oui ils travaillent, ils ont des outils mais je dis : c'est pas ça qui les définit. Tandis que, vous comprenez, c'est toujours mon… c’est le point que je voudrais qui soit très clair pour vous, tandis que « outils-signes », ça c'est un des caractères définitionnels, déterminants de l'appareil d’Etat. Tandis que, bien sûr, vous en trouvez dans la machine de guerre, mais c'est pas ça qui la détermine, c’est pas ça qui la définit. Et quel est le couple...

On cherchait, toujours pour être plus clair, uniquement pour des raisons de clarté, de symétrie, on cherchait euh, euh.. la machine de guerre, il faudrait qu'on trouve un couple, un couple distinct pour mieux comprendre. Et on le tenait, ce couple distinct, on disait : la machine de guerre, c'est un très très bizarre couple, c'est "armes", "bijoux". Armes et bijoux. "Bijoux", pourquoi ça venait là ? D'abord parce que ça nous plaisait, et puis ça nous a permis d'avancer sur beaucoup de points. "Armes"… « armes », je fais la même remarque que tout à l’heure… que la remarque que je faisais tout à l'heure pour l’outil, à savoir : « arme », qu’est ce qui va définir "arme" ? Si vous essayez de définir "arme" "outil" pris en eux-mêmes, vous y arrivez pas, c'est les mêmes. C'est la même chose. Une fourche… même une fourche de paysan, bon… une fourche de paysans, c'est une arme ou c'est un outil ? Ça dépend ce qu'il en fait hein ? Il y a des guerres qui se sont menées avec des armes qui étaient des outils de paysan. Pendant longtemps même, la distinction armes - outils a été extraordinairement lative. Donc c'est pas au niveau des objets qu'on peut faire une distinction arme / outil. C'est au niveau de quoi ? Ce qui nous confirme, c'est que c'est toujours au niveau du type d'activité. Il y aura "arme" par opposition à "outil" lorsque, au lieu d'être pris comme objet, d'une activité définie comme travail, c'est à dire comme « centre de gravité déplacement de la force », le même objet sera pris dans l'autre type d'activité : l'activité tourbillonnaire occupant un maximum de points dans un espace lisse. C'est pour cela que les armes sont fondamentalement projectives et que le geste de l'arme c’est toujours un geste tourbillonnaire qui quitte les dimensions du centre de gravité, les exigences du centre de gravité.

Bon, mais enfin tout ça, ça ne nous dit pas pourquoi "bijoux" ? Ben parce que, parce que, vous comprenez, où ça se compare les signes d'écriture et les bijoux. C'est pas "Bijoux", simplement « bijoux » c’était un mot commode. En fait, c'est tout ce qui est le domaine de la décoration et de l'orfèvrerie. Orfèvrerie-décoration. Or, ce qui nous avait frappé, je le rappelle ici, parce qu’on en aura peut-être à nouveau besoin, c'est que l'orfèvrerie et la décoration forment un système qui ne jouit pas d'un degré d'abstraction moindre que les signes d'écriture même politiques. Seulement, c'est, à la lettre, une machine abstraite complètement différente. C'est pas moins abstrait. L'abstrait de la décoration de l'orfèvrerie a une puissance au moins égale à la puissance des signes les plus abstraits. Mais c'est une tout autre organisation. Et notamment la décoration, l'orfèvrerie et la joaillerie ne constituent pas une écriture. C'est presque, si vous voulez, la sémiotique des armes alors que l'écriture c’est la sémiologie de l'outil. - En même temps je retire cette formule parce que justement comme elle est trop facile... Mais c'est juste pour euh… essayer d'éclaircir – Voilà.

Alors bien sûr, objection mineure aussi : mais, il y a des bijoux dans les États. Evidemment il y a des bijoux dans les Etats. Seulement, ils ont une drôle d'histoire dans les États. C'est dans les machines de guerre que les bijoux ont toute leur…, si j'ose dire, toute leur splendeur. Parce que c'est les vrais signes dans la machine de guerre. Dans les États, ils n'ont plus que des utilisations dérivées euh... comment dire, décadentes, dégénérescentes. On parle même par bijoux, alors il y a des langages de bijoux. Des langages de bijoux, c'est pas…, c'est pas ça du tout, c’est pas ça. La force de la joaillerie, la force de la décoration, la force de l'ornementation, c'est encore une fois diriger un système d'abstraction non moins grand que les signes les plus abstraits. Et pourquoi ? … d'être d’une abstraction complètement différente qui se propose à tout autre objet. Bon ça, c'était notre quatrième point du point de vue de l'expression, donc, "armes-bijoux". Le couplage "armes-bijoux" de la machine de guerre et le couplage "outils-signes" de l'appareil d'État. Enfin du point de vue de l'émotion - machines de guerre et appareils d’Etat mettant en jeux des émotions - on avait essayé… on verra si… mais peut-être ce sera plus tard dans l'année, à propos de certains auteurs, on pourra reprendre ce thème ou le développer autrement.

On avait essayé de distinguer deux sortes d'émotions : les sentiments, qui renvoyaient à la fois au thème d'un développement, d'une formation, et qui étaient vraiment les émotions circulant dans le milieu de l'appareil d'État, du travail, des signes, etc. et, d'autre part, quelque chose qui est d'une autre nature (bien que nous ayons les deux à la fois : tantôt, tantôt)… et d'autre part les affects. Les affects qui, eux, sont les émotions propres à la machine de guerre. Et dans les deux cas, il ne faut pas non plus choisir là où est la pire violence, tout ça c'est très violent de toute façon, ou bien ce n'est pas violent du tout, ça dépend, ça dépend... Je veux dire que, dans la machine de guerre, il y a une autre pitié, il y a une autre justice. Il y a une page de Kafka admirable sur les conditions des deux pitiés, des deux justices. Un auteur dont j'ai beaucoup parlé l'année dernière, à savoir Dumezil, a beaucoup développé cette différence entre la justice de l'homme de guerre, ou son injustice, en tant que très différente de la justice, ou de l'injustice, de l'homme d'État. C'est ni la même pitié, ni les mêmes grâces, ni… C'est pas du tout le même système émotif. Dans un cas, par commodité, on parlait d'affects. Et dans l'autre cas, on parlait de sentiments. Enfin, du point de vue de la violence, et ça on l'avait à peine entamé…

Du point de vue de la violence, encore une fois, c’est bien pour ça que : on peut pas dire que la machine de guerre soit plus terrible, si terrible qu'elle soit. Elle n'est pas plus terrible que l'appareil d'État. Est-ce qu'on peut dire que l'armée, qu'une armée si portée à l'absolu soit-elle, une armée mondiale, soit plus terrible qu'une police mondiale ? Il n'y aucune raison de confondre ces notions. Il n'y a pas lieu de penser que la machine de guerre procède de la même manière que la police. L'appareil d'État, lui, il a besoin d'une police, bien avant d'avoir besoin d'une armée. Il y a des choses très curieuses dans ce qu'on peut pressentir de certains États archaïques, comme ayant déjà une police et une bureaucratie développées, mais n'ayant pas encore d'armée, semble t-il, d'armée à proprement parler. Et qu'est-ce que la différence entre ces types de violence ? La violence de guerre... peut-être qu'en un sens il n’y en a pas de pire... Mais qu'est-ce qu'il y a de spécial dans la violence d'État ? Certains auteurs modernes ont inventé un concept pour rendre compte de cette violence d'État, à savoir le concept de violence structurelle. Faudra nous demander qu'est-ce qu'on peut appeler une "violence structurelle". En tout cas, la violence structurelle, c'est elle qui repose sur la police ou qui n'a besoin que d'une police. Tout se passe comme si elle était sur le mode du "déjà là". Elle est toujours "déjà là", elle est toujours comme appliquée, elle se présuppose constamment elle-même. Si bien que, d'une certaine manière, elle peut dire : "mais, moi, je n'y suis pour rien, je ne suis pas une violence". Tandis que la violence de la machine de guerre, c'est la violence qui perpétuellement arrive et ne cesse pas d'arriver. Et qu'est ce que ça veut dire ça ? C'est pour clore cette énumération de...

Il y aurait donc en fin de compte à distinguer deux violences, de la machine de guerre et de l'appareil d'État, comme on a distingué les autres pôles. Et il y a une chose qui me paraît très très frappante, à l'issue justement là aussi de certaines remarques en passant de Dumézil… Dumézil dit par-ci par-là dans des textes très très courts hélas, que, du point de vue de la mythologie, ce serait très intéressant d'étudier le rôle que, même dans les mythologies, ont le double personnage du policier et du geôlier. Et que, surtout, c'est pas du tout le même rôle. Même mythique, même dans de très vieux mythes, c'est pas du tout le même rôle que celui l'homme de guerre. Et Dumézil insiste sur ceci - on en avait un tout petit peu parlé l'année dernière je crois - : le caractère très souvent dans les mythes, dans la mythologie de la souveraineté politique, il insiste beaucoup sur le caractère mutilé de l'homme d'État. Le caractère mutilé de l'homme d'État, au point que, il explique qu'il y a une alternance entre deux types d'hommes d'État et que cette alternance entre les deux types d'hommes d'État, entre les deux grands souverains politiques, est souvent représentée comme une alternance du borgne et du manchot. Le borgne et le manchot...

Dans la mythologie scandinave et germanique, vous avez Odin le borgne et Tyr – t-y-r (il épèle) – le manchot. C'est les deux pôles de la souveraineté politique. Chez les Romains, vous avez Oratius Coclès et Scaevola. L'un est borgne, l'autre manchot. C'est un thème très très fréquent ça : le borgne et le manchot. C'est intéressant parce que le borgne, vous comprenez, c'est l'homme du signe, hein, par parenthèse. De son œil unique, il émet… et, en effet, dans les mythologies, là, le Dieu borgne, c’est celui qui émet les signes à distance, qui frappe… qui, avec un signe, frappe de stupeur. Il surgit, son œil clignote... C'est le signifiant. Le manchot, c'est l'homme du travail. Le manchot, c’est généralement le chef de celui ou des personnages étranges dans les mythologies, dans beaucoup de mythologies, qui apparaissent comme les "cent-mains". Mais pas "sans" s-a-n-s, "cent" c-e-n-t. Celui qui n'a qu'une main est en même temps le directeur de ceux qui ont toutes sortes de mains. Bon, c’est... Voilà que l'homme d'État est une espèce de mutilé, mutilé [mais ? …]. Le travailleur aussi, c'est une espèce de mutilé.

C'est curieux… En quel sens ? Et tous, en tant qu'on est dans un Etat, on est des mutilés. Je veux dire… euh… euh, je veux pas du tout faire de l'anarchisme facile, mais, indépendamment de Dumézil, je me… je me rappelle un texte que je trouve très beau de… du romancier allemand, pourtant ambigüe, Jünger. Jünger, dans son roman Les abeilles de verre, dit ceci, il dit : c'est quand même curieux, quand je lis Homère, et les récits de combats entre les héros homériques, je ne vois jamais le moindre récit de mutilation. Faut pas exagérer… vous me direz : dans les récits de guerre on en voit, bon. Mais ça… laissons ce problème. Dans Homère, on ne voit pas ça. Et en effet, les dieux de la guerre, c'est très curieux, ne sont pas mutilés. En revanche, les dieux du travail sont tous mutilés. Ils boitent, ils ont qu’une main, ils ont qu'un œil. Et Jünger dit une formule que je trouve très bonne, il dit : vous comprenez, dans le travail, on a l'habitude de croire qu'il y a des accidents du travail, à savoir… - et c'est vrai qu'il y a des accidents du travail - mais bien plus profondément, ce qui est terrible dans le travail, c'est que la mutilation précède l'accident. Or, ça vaut parfaitement dans le couplage appareil d'État-travail. Là, la mutilation, elle est comme déjà faite. La mutilation, elle précède l'accident. La mutilation, elle est déjà dans la posture. Alors c'est pas pour dire que les mutilations de la guerre sont un plaisir ou valent mieux. Encore une fois, certes pas. C'est pour dire qu'il y a peut-être un régime de la violence…, et pour suggérer qu’il y a peut-être un régime de la violence tout à fait différent. Alors, à ce point, voilà à peu près ce qu’on avait fait. J’ajoute que, perpétuellement, on avait eu le souci des…

 

II

(…)

Ils cessaient pas de communiquer… et comment ? Et on avait essayé de préciser le milieu de communication. Et on avait dit… Et là ça m’intéressait bien, ça, et on n’avait pas beaucoup développé, mais on redéveloppera pas, parce que je sais pas…A moins que vous le vouliez… La communication, c’est quelque chose qu’on appelait la matière-mouvement, c’est une seule et même matière-mouvement sur laquelle les appareils d’État, les machines de guerre sont branchées. Et par matière-mouvement, il faut pas seulement entendre "l’inerte", "l’inanimé". La matière-mouvement ça peut très bien être une matière humaine. C’est finalement en se servant, en empruntant le mot à la biologie, c’est ce qu’on proposait d’appeler un phylum, p-h-y-l-u-m, un véritable phylum qui traverserait et les machines de guerre et les appareils d’État, c’est-à-dire sur lequel les uns et les autres seraient branchés et auquel les uns et les autres, machines de guerre et appareils d’État, n’emprunteraient pas les mêmes caractéristiques. Mais un même phylum traverserait tout ça, un même phylum inanimé animal et humain. Et ce phylum, par nature, lui, il ne serait plus ni nomade comme les machines de guerre, ni sédentaire comme les appareils d’État, il serait fondamentalement - et c’était pour nous l’occasion de distinguer ce troisième concept – il serait fondamentalement itinérant.

Et la situation de l’homme par rapport à ce phylum, ce serait précisément l’itinérance. Et ce phylum qui traverserait à la fois les appareils d’État et les machines de guerre et qui serait l’objet d’une espèce d’itinérance, il nous semblait mettre en jeu tout l’ensemble d’un problème qui nous avait longtemps retenus, à savoir le problème de la métallurgie et de l’histoire de la métallurgie. Comme si cette espèce de phylum sur lequel tout était branché était fondamentalement métallurgique, c’est-à-dire ce qui ne veut pas dire "inanimé", mais comportait à la fois les métaux et ceux qui suivent les métaux, à savoir : les forgerons itinérants et les filons métallurgiques. Bon. Est-ce que ça vaut encore aujourd’hui ? Certainement, mais il y aura à faire avec le phylum. Il y a tout à fait un phylum du pétrole. Qu’est-ce qui se passe quand le phylum du pétrole s’enfonce dans la mer, c’est-à-dire quand le pétrole devient maritime ? Qu’est-ce que ça va impliquer pour les espaces, pour l’espace maritime aussi, ça ? Qu’est-ce que… ça c’est des problèmes qui nous restent pour cette année. Mais c’est pour dire que cette histoire de phylum, elle nous reviendra peut-être.

Bon, et ce phylum, il avait son espace propre, c’était plus ni un espace lisse comme la machine de guerre, ni un espace strié comme… euh… tout ça… C’était un espace qu’on avait essayé de définir et puis, ça nous avait plu, alors, mais c’est pas…, ça peut être autre chose, on peut trouver autre chose…, on s’était dit : c’est un espace troué. Et en effet l’espace minier, c’est un espace troué, c’est l’espace du sous-sol. Et c’est un espace troué qui troue aussi bien les espaces lisses que les espaces striés, sédentaires. C’est un espace qui fout ses trous partout, là, et qui souterrainement traverse des choses et fait… Et c’est peut-être lui qui détermine en fin de compte tous les mélanges concrets entre les deux pôles. Bon. Alors voilà. Et, dans tout ça, on en tirait enfin une conclusion. La conclusion qu’on tirait de tout ça, c’était : on sait pas très bien ce que c’est que l’appareil d’État, mais, en tout cas, si on nous accorde les caractères qu’on a essayé de dégager en définissant l’appareil d’État, l’appareil d’État ça devient un mystère prodigieux, d’autant plus prodigieux - comment que ça a pu se faire, une pareille chose ! - d’autant plus prodigieux que, au moins, on ne sait qu’une chose : il ne dérive pas de la machine de guerre. C’est pas la machine de guerre qui peut l’expliquer. En effet, si tous les caractères abstraits de la machine de guerre, y compris son espace, y compris sa composition humaine, y compris ses moyens etc. etc. s’opposent point par point aux caractères de l’appareil d’État, on peut au moins en conclure : non, toute explication qui essaierait d’engendrer l’appareil d’État à partir d’une machine de guerre préexistante, pour nous… - elle peut être très satisfaisante pour d’autres qui posent autrement le problème, ça devient leur affaire - pour nous, dans notre position du problème, c’est devenu impossible.

Comprenez-moi : ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas même un problème fondamental. Le problème fondamental c’est que, au point où on en est, on se dit : nous ne savons pas du tout comment une chose comme l’appareil d’État a pu se constituer. Ça on ne le sait pas. Mais, si c’est constitué, ce n’est pas par la machine de guerre. La machine de guerre, elle a même un but fondamental premier, à savoir : détruire les appareils d’État. Comme on dit, elle est directement dirigée contre le phénomène d'État, le phénomène urbain, le phénomène agricole. Alors, bien sûr, elle s'intègre là-dedans. Mais elle s'intègre à un second titre. Mais on verra comment elle s'intègre et pourquoi elle s'intègre. Mais, enfin, c'est pas elle qui l'explique. Pour que la machine de guerre s'intègre à l'appareil d'État, encore faut-il qu'il y ait un appareil d'État. C'est pas elle qui explique l'appareil d'État. Et, en effet, à l'autre bout, on peut se dire : mais oui, tout ce qu'on sait des plus vieux appareils d'État, ou tout ce que l'archéologie nous révèle sur les plus vieux appareils d’État, semble bien confirmer qu'ils ne disposent pas d'armée.

Encore une fois, ils disposent… ils ne disposent pas de machine de guerre, ils disposent d'une bureaucratie déjà – je parle des États les plus anciens, on reviendra là-dessus – ils disposent déjà d'une bureaucratie, ils disposent déjà d'une police, ils disposent déjà de prisons, ils disposent de bien des choses, mais, bizarrement, ils ne disposent pas de machine de guerre, ni même d'armée à proprement parlé. Si bien que… Si bien que la question fondamentale de l'État, si on se l'accorde - encore une fois, notre problème ça va être "mais alors d'où ça peut venir ?" encore une fois - si nous sommes amenés, nous, pour notre compte, à dire : non… euh… pour des raisons qu'on essaie d’avoir… euh… de dire, on refuse toute explication qui dériverait l'appareil d'État d'une machine de guerre ou de la guerre.

Le problème qui nous retombe dessus, c'est que, en revanche, deviendra, une fois dit qu'il y a des machines de guerre qui se proposent et qui sont d'abord dirigées contre les appareils d'État, un des problèmes fondamentaux de l'appareil d'État, ça va être comment s'approprier la machine de guerre. Mais, encore une fois, ce problème, il ne peut se poser que s'il y a des appareils d'État. Alors ça, oui, il y a un problème. Il y a un problème énorme. Et qui traversera tous les États. S'ils ne s'approprient pas la machine de guerre, ils sont perdus. Et comment expliquer autrement la disparition brutale d'un certain nombre d'États très archaïques, dont l'archéologie nous affirme qu'ils disparaissent comme du jour au lendemain, qu'ils ne laissent plus aucun souvenir, qu'ils sont rasés et qu'ils ne réapparaîtront que des siècles après sous d'autres formes ? Sinon parce que, sans doute une des raisons invoquées par les archéologues, est que justement ils se trouvent complètement liquidés par des machines de guerre nomades, à un moment où ils ne se sont pas du tout encore appropriés la machine de guerre. Si bien que ce sera un problème au fond vital pour l'État : s'approprier la machine de guerre, avec un inconvénient, c'est que cette machine de guerre leur donnera toujours énormément de soucis et qu'ils s'en méfieront énormément, et qu'ils seront toujours amenés à donner à cette machine de guerre un pouvoir immense, en même temps à contrôler, à se demander comment contrôler cette machine de guerre.

Et je veux dire, dans l'histoire, qu'est ce qui s'est passé ? Je dis là juste euh… pour en finir avec ce résumé, euh… non, j’ai déjà dépassé le résumé de… Dans l'histoire, comment ça s'est fait ? On voit bien qu'il y a comme deux grands pôles, deux tentatives par lesquelles l'appareil d'État se fait une machine de guerre. Il y a le pôle, en gros, je dis : le pôle mercenaires et le pôle armée. Armée "nationale" entre guillemets, puisque je parle des peuples où le mot "nation" est évidemment anachronique. "Armée d'État" si vous voulez. Mercenaires employés, mercenaires payés ou armée territoriale, armée venue de… oui venue du territoire d'État. Or, dans les deux cas, c'est terrible vous savez, que ce soit le système du mercenariat ou le système de l'armée territoriale. C’est les deux manières. Je dirais que la première manière consiste à encaster, à la lettre "encaster" une machine de guerre dans l'appareil d'État. La seconde manière, évidemment beaucoup plus subtile, beaucoup plus complexe,  elle consiste, pour l'appareil d'État, à s'approprier une machine de guerre. Je dirais que les armées d'État ou les institutions militaires n'ont rien à voir avec une machine de guerre - dans mes définitions, comme ça, c’est… comme ça c’est par commodité - mais les armées et institutions militaires sont la forme sous laquelle les appareils d'État s'approprient une machine de guerre et la mettent à leur service.

Donc jamais je n'identifierai une machine de guerre et institution militaire. Si vous voulez, la machine de guerre, elle apparaît, conformément aux hypothèses précédentes, beaucoup plus du côté des nomades sans État, mais avec une forte machine de guerre, que du côté des appareils d'État. Les appareils d'État s'approprient la machine de guerre, en font des armées, en font l'institution militaire. Alors… mais… ces deux pôles - encaster ou s’approprier, vous voyez… - le maximum d’appropriation surgira très tardivement avec les formes de conscription nationale. Mais on retrouvera toujours le problème très tardivement et même encore maintenant : armée de métier – armée de nation. Armée de métier – armée… euh… armée du peuple… on voit ça partout, partout. Il y aura toujours ces deux pôles. Deux corps spéciaux. Les fameux corps spéciaux qui animent singulièrement les armées modernes et puis la conscription nationale… tout ça, ça jouera dans des problèmes politiques à l’intérieur de l’État qui sont des problèmes fondamentaux. Bien. Mais alors... dans les deux cas, je dis que... C'est pas la seule euh… c’est pas le seul problème d'ailleurs, parce que, si on réduit le rapport appareil d'État - machine de guerre, comment est-ce qu'il peut l'encaster sous forme du mercenariat ou se l'approprier sous forme de l'armée dite nationale ? Si on réduit le problème à ça, on laisse échapper toutes sortes de choses.

Parce qu'en fait, le vrai grand problème, c'est quoi ? C'est que… c’est pas tant la formule à choisir, c'est que, de toute manière, mercenaires ou soldats dits "nationaux", il faut bien en faire quelque chose, il faut bien les prendre dans le système de l'appareil d'État. Sinon ils se retournent vite contre l'appareil d'État. Alors comment ? Il y a une solution en gros universelle, mais dont les figures concrètes sont très variées, à savoir : il faudra bien leur donner des terres. Il faudra bien, à la lettre, les territorialiser. Il faudra bien leur accorder des terres, soit sous forme de colonies, soit des terres intérieures. Mais qu'est-ce que ce sera, le statut de ces terres militaires dans l'appareil d'État ? En d'autres termes, je crois que c'est moins par la forme technique "mercenariat - armées territoriales" que par les corrélats financiers, économiques et territoriaux,  distribution des terres, systèmes des impôts, codes des services, que les appareils d'État arriveront à s’assimiler des machines de guerre toujours avec un risque encore une fois : que les machines de guerre se reforment contre eux.

Et là, c'est pas pour nous le jour de notre bonheur, c'est pas encore le jour de la révolution ce jour-là. Les machines de guerre se retournent contre les appareils d'État : c'est peut-être des moments très ambigus, et ça peut se faire sous forme de certains mouvements révolutionnaires, mais ça se fait aussi dans de tout autres conditions, et on aura aussi à essayer de le voir cette année. En tout cas je dis : ce problème d’une appropriation par l’ État de la machine de guerre est d’autant plus important qu’il y a une question qui parcourt tout le… toute l’histoire, quoi, toute l’histoire du moins pour les historiens qui s’intéressent à la formation et au développement du capitalisme… euh… cette… la question, elle est toute simple : comment ça se fait que le développement du capitalisme soit passé par le pôle " État " ? Alors qu’il y a dans le capitalisme tellement de choses qui vont contre l’État, qui vont même en fonction d’une abolition des États, comment ça se fait que le capitalisme ait triomphé par les Etats et par l’intermédiaire des appareils d’ État ? ça va pas de soi. Vous me direz : comment qu’il aurait pu triompher ?

Ben, au moins il y a une autre solution évidente : il aurait pu triompher par le pôle "ville". Et, ville et État, c’est pas du tout pareil. La preuve : au début du capitalisme, il y a des villes sans États et c’est parmi les facteurs du capitalisme, les facteurs les plus décisifs. Les villes bancaires, les villes commerçantes, ça manque pas et c’est pas du tout des États. Et la confusion de la ville et de l’État serait évidemment tout à fait fâcheuse pour nous : c’est des formations sociales complètement différentes. Là aussi elles se mélangent. Je veux dire : les Etats, ils comportent des villes, d’accord. Ça veut pas dire du tout que ce soit la même formation sociale. Alors pourquoi est-ce que le capitalisme s’est pas développé et s’est pas formé en fonction d’un réseau de villes qui n’aurait pas passé par des appareils d’État ? Après tout, on se dit qu’à certains égards, ça a failli se faire. Là on toucherait des points de contingence de l’histoire qui seraient bien bien intéressants.

Vous voyez, ça va jamais de soi, ça. Qu’est-ce qui a fait que ce soit la forme État qui a gagné ? Il a fallu une vraie lutte… et d’abord une lutte sanglante, pour… les appareils d’État  se sont emparés des villes. Par exemples en Europe, ça s’est pas fait tout seul, ça. Elles ont résisté, les villes. Mais tout ceci pour dire que je crois, avant d’étudier ce point, les différences entre la forme "État" et la forme "ville", je crois qu’une des raisons fondamentales, ce serait justement celle-ci : c’est qu’il n’y a que la forme "État", il n’y a que les États qui puissent à la lettre se payer de s’approprier la machine de guerre. Pour une ville, pour les villes, ce serait beaucoup plus difficile. Là, il y aura quelque chose à chercher pour nous, mais je veux dire : quand se fait le triomphe de la forme "État" sur la forme "ville", au moment du développement du capitalisme, c’est en même temps que l’appropriation de la  machine de guerre implique un investissement de capital très lourd dont les villes commerçantes, même les plus riches, ne sont pas capables. Faudrait chercher pourquoi. Il y aurait une explication toute simple, c’est que les villes commerçantes ont besoin de guerres, [ ?] guerres commerciales sont un aspect très grand des guerres… Elles ont besoin de guerres, mais elles ont besoin de guerres rapides. Elles ont besoin de guerres très… le plus rapide possible et, finalement, qui coûtent pas cher. Il faudrait étudier… re-étudier des guerres comme par exemple la guerre de Carthage. Carthage, c’est typiquement une ville. Tandis que Rome c’est déjà beaucoup plus un appareil d’État. Mais, Carthage, il peut pas soutenir Hannibal. Hannibal a beau gagner tout ce qu’il veut, il reçoit pas de renfort. Il n’y a pas d’investissement dans la guerre. Ils ont besoin d’une guerre de mercenaires. Et, une guerre de mercenaires, ça doit se faire très vite, sinon c’est foutu. C’est les États qui vont inventer, qui vont vraiment inventer le moyen de s’approprier une machine de guerre en transformant la guerre en guerre de matériel, c’est-à-dire en investissant de plus en plus dans l’industrie de guerre. A ce moment-là oui, ils s’approprieront… Quitte… quitte à ce que... C’est jamais… c’est jamais une solution définitive… Quitte à ce que se reconstituent des appareils comme on dit "industriels-militaires" tellement complexes et finalement internationaux que les États ne les contrôlent plus qu’avec peine. Ce sera très compliqué tout ça.

Donc vous voyez, je dis : d’accord, il y a bien un problème du rapport de l'État et de la machine de guerre, mais, ce problème, c'est comment il se l'approprie. Ce n'est pas, en tous cas, que l'appareil d'État viendrait de la machine de guerre. Or, ce qui est terrible en effet, ce qui est terrible, c'est que, où qu'on se tourne… où qu'on se tourne dans cette histoire de "mais l'appareil d'État qu'est-ce que c'est et d'où ça vient ?", où qu'on se tourne, de quelque côté qu'on se tourne dans les thèses qui sont pourtant nombreuses, on se heurte à la même chose, à la même impression, à savoir que ces thèses sont, comme on dit en logique, des tautologies, c'est-à-dire qu'elles présupposent… qu'elles présupposent ce qui est en question. Si j'essaie de grouper les thèses classiques sur l'origine de l'État, je précise qu'elles se retrouvent toutes chez un des auteurs les plus profonds sur cette question, à savoir : elles se retrouvent toutes non pas mélangées n'importe comment, mais à des titres différents, elles se retrouvent toutes chez Engels.

Or, première sorte de thèse : invoquer la guerre ou, ce qui est pas la même chose, mais c’est dans le même courant, des phénomènes liés à la machine de guerre. Soit l'acte de guerre, soit l'organisation de la guerre. Il y a eu plusieurs thèses comme ça. Engels s'en sert à propos des germains. Il s'en sert pas dans n'importe quel cas, il ne fait pas un mélange. Il s'en sert dans le cas des germains, beaucoup. Ça, c'est une première série de thèses. Une seconde série de thèses, je dirais… ça je l'appellerais, si vous voulez, pour plus de simplification - enfin, si ça simplifie quelque chose - ce sont les thèses exogènes, c'est-à-dire qui rendent compte de la formation de l'appareil d'État par un facteur extrinsèque : la machine de guerre, la guerre. L'appareil d'État serait né, ou serait le produit de la guerre. Deuxième sorte de thèses : des thèses que j'appelle par commodité, endogènes. Elles consistent à invoquer des phénomènes intérieurs au développement économique et politique au sens le plus large, pour rendre compte de la formation d'un appareil d'État. Ces thèses, elles sont bien connues, ce sont les facteurs qui… ce sont les thèses qui invoquent notamment deux facteurs principaux : comment, à partir et dans les sociétés dites primitives, se sont constitués des éléments de propriété privée, la privatisation de la propriété et la monétarisation de l'économie. Et c'est l'émergence des phénomènes de propriété privée et d'économie monétaire et marchande qui aurait entraîné la formation des appareils d'État. Cette thèse est invoquée par Engels notamment à propos de la Grèce et de Rome. Elles s'excluent pas, aucune…, on peut les mélanger toutes. Troisième sorte de thèses, qui me paraissent les plus intéressantes, mais euh… c’est ce qu’on pourrait appeler cette fois-ci… elles invoquent des facteurs spécifiques.

Et je voudrais que vous voyiez leur différence très profonde avec les secondes, avec les thèses endogènes. Si vous les cherchez chez Engels, vous ne les trouverez pas dans L'origine de la famille et de l'État, mais dans un autre livre, à savoir : dans L'anti-Düring. Et elles s'adressent… et elles s'adressent à un autre… à un autre niveau des cultures, à d'autres endroits géographiques... C'est pour ça que toutes ces thèses peuvent être combinées à première vue. Et elles consistent à dire que ce qui explique la formation de l'appareil d'État, c’est l'émergence progressive de fonctions publiques. Formule célèbre de Engels : « ce sont les fonctions publiques qui sont à l'origine de la domination ». Qu'est-ce que c'est que ces fonctions publiques ? Et bien, avec l'avènement, ou plutôt avec un certain développement de l'agriculture, il y aurait eu des problèmes qui auraient dépassé... se seraient posés des problèmes qui auraient dépassé le cadre des communautés agricoles primitives. Et notamment un grand problème : celui de l'irrigation. Et ce sont ces problèmes communs à plusieurs communautés qui auraient engendré des fonctions publiques du type : le gardien des eaux, l'organisateur de l'irrigation, dès lors l'entrepreneur des travaux. Voyez : l'organisateur de l'irrigation, l'entrepreneur des travaux, au besoin le percepteur d'impôts, etc. Et ce sont ces fonctions publiques dégagées progressivement qui auraient armé l'appareil d'État, entraîné l'appareil d'État. Je dis que, où que nous nous tournions dans ces trois types de thèses... A vous d'aller voir les livres, encore une fois c'est dans Engels que tout se trouve très bien, euh…

Eh ben… si on…je sais pas, moi j'ai l'impression alors euh… vous comprenez comment on fonctionne ici... Il peut très bien y en avoir parmi vous qui se disent : ah ben une de ces thèses me va. Quand vous aurez réfléchi, ou si vous avez déjà réfléchi. Si elle vous va, ben ça fait rien. Ou bien vous ne m'écoutez plus ou bien vous… [rire] vous m'écoutez quand même pour… pour voir si ça peut s'arranger... Mais c'est très possible ! Moi, je dis juste : qu'est-ce qui me fait penser que, ces thèses, elles présupposent toujours ce qui est en question ? Je dis, pour la première, les thèses qui dérivent de la guerre, les… les thèses dites… que j’appelais "exogènes", c’est pas compliqué. Pas compliqué. C’est que, en effet les machines de guerre, elles peuvent toujours produire un État, à quelles conditions ? A condition qu’il y en ait déjà un. Je dirais que c’est des facteurs… oui c’est des facteurs d’État, mais des facteurs secondaires. Elles ne peuvent produire que des Etats dérivés. C’est dans la mesure où elles sont d’abord dirigées contre un État préalable – et encore faut-il qu’il y ait un État préalable – que, par voie de conséquence, elles peuvent s’intégrer dans un État. Mais elles présupposent, évidemment, elles présupposent qu’il y ait d’abord… que vous vous donniez d’abord un État.

Les thèses endogènes, je vous dis, c’est encore plus euh…Les thèses endogènes, c’est… c’est encore plus frappant, parce que toute cette histoire d’une formation de la propriété privée à partir de la commune privative, tout ce qu’on sait, aussi bien en archéologie qu’en ethnologie : ça marche pas. J’ai, j’ai… enfin, on peut avoir… je mets tout ça comme ça, c’est des impressions…, on peut avoir le sentiment que ça marche vraiment pas. Pourquoi ? On voit vraiment pas comment que ça pourrait se faire. Il faudrait encore indiquer un mécanisme. Il suffit pas de dire que, tout d’un coup, il y aurait un grand sauvage qui dirait : ça c’est à moi. Non. Il faudra au moins avoir l’idée du moindre mécanisme qui peut, à partir d’une propriété communale, engendrer…, ou une propriété tribale, engendrer une propriété privée. Comment que ça peut se faire ? En revanche, tout ce que l’archéologie  nous apprend - et là on a des renseignements plus clairs – c’est que la propriété ne se constitue pas du tout… ou ne semble pas du tout, dans l’état actuel des données archéologiques, ne semble pas du tout naître d’un système de propriété tribale dite primitive. Elle se constitue à partir d’un système de la propriété publique impériale. Et, là, on voit… Et, là…euh… je le dirai seulement plus tard… on voit par quel mécanisme social très précis, très assignable, variable selon les cas mais très assignable, à partir d’une propriété publique d’État - donc pas du tout une propriété privée, mais une propriété publique d’État - peut se constituer une propriété privée. Là, on s’y reconnaît.

Mais ça me donnerait raison dans ma pure impression… euh…   ça me donnerait raison dans ma pure impression, à savoir que : là aussi la propriété privée… la privatisation de la propriété n’est facteur d’État que si vous vous donnez déjà un État. Pour une simple raison, c’est que la privatisation de la propriété, elle implique comme son cadre qui la rend possible, la propriété publique de l’empire archaïque. Et du côté de la monnaie ? Du côté de la monnaie, là il y a un point où je fais appel… où je tiens à faire appel… parce que… euh… je continuerai la prochaine fois… mais, ce sera pour vous… pour demander à ceux d’entre vous qui peuvent de déjà préparer ces points. Est-ce que on peut dire aussi qu’un développement de l’économie à la fois marchande et monétaire aurait été un facteur de la constitution de l’État ? Là aussi la réponse, elle me paraît évidemment : non. Non, pour deux raisons, dont l’une va de soi et dont l’autre me paraît beaucoup plus maligne, c’est-à-dire beaucoup plus intéressante pour nous si on arrivait à l’approfondir cette année. La raison qui va de soi, c’est presque la même que tout à l’heure, à savoir : il se trouve que l’économie marchande, elle est assignable à quel moment ? Même comme économie marchande et monétaire.

Elle est assignable précisément… Vous comprenez, l’argent, c’est un problème très très compliqué… Mais elle est assignable précisément à partir du moment où il y a des circuits de commerce extérieur très déterminés. Il y en a dans les sociétés primitives. Seulement, il y a pas de monopole. Ce qui apparaît avec les Etats, c’est, comme on dit, le caractère monopolistique du commerce extérieur. A savoir : c’est… mettons, euh… pour aller vite, c’est l’empereur qui tient le monopole du commerce. Et c’est à partir de ce monopole que l’économie peut être réellement monétarisée. Si bien que c’est pas du tout du côté du commerce qu’il faut chercher la source de l’argent. La forme "monnaie", elle vient pas du commerce, elle en dérive…Elle vient dans le commerce à partir d’autre chose. Et d’où qu’elle peut venir, la forme "monnaie"? Il y a beaucoup d’auteurs… - là je dis pas du tout être le premier à dire ça, au contraire, mais c’est des auteurs qui me paraissent très très intéressants – qui suggèrent l’hypothèse suivante, c’est que… Il y a que deux sources, hein, il y a pas tellement le choix, si vous demandez : oh, d’où ça peut venir un truc comme la forme "argent", la forme "monnaie" ? Euh… ça peut venir que de deux choses : ou bien du commerce ou bien de quoi ? Ou bien de l’impôt. Ou bien de l’impôt. Ou bien c’est un moyen… Ou bien vous direz de l’argent que c’est un moyen d’échanger des marchandises, ou bien vous direz de l’argent que c’est un moyen de vous acquitter de l’impôt. On laisse de côté : pourquoi est-ce que l’argent vous acquitterait de l’impôt ? Euh… on verra.

Mais enfin, à première vue, on comprend, au niveau de propositions sommaires…. Or ce qui m’intéresse c’est tout un courant d’auteurs spécialistes de l’histoire financière qui tendent de plus en plus vers cette solution. Non seulement ils insistent sur un caractère bipolaire de la monnaie (en disant : tantôt c’est l’impôt qui donne euh… qui est à l’origine de la monnaie, tantôt c’est le commerce extérieur), mais m’intéressent encore plus ceux qui tendent vers l’idée d’une seule origine, à savoir que c’est toujours l’impôt. C’est toujours l’impôt qui serait à l’origine de la monnaie et que, à partir de ce moment-là, un commerce extérieur monopolisé par le maître des impôts devient possible. Je développe pas ça du tout parce que ça… ça il nous faudra des analyses économiques, mais très… très…faciles… très euh…. Je crois que c’est vrai, ça, que… que la monnaie, elle vient de l’impôt et pas du tout… et pas du tout de… Du coup, vous voyez quand même que ça nous engage… - je dis pour ceux qui savent déjà, mais on reprendra tout ça plus doucement – dans l’histoire d’une succession des trois rentes… hein… des trois fameuses rentes. Quand on distingue dans tous les manuels par exemple : rente en produits, rente en biens (c’est-à-dire le paysan qui donne des biens au propriétaire), rente en travail ou en services (le paysan qui donne des services, qui rend des services au propriétaire), et rente en monnaie (le paysan qui paie au propriétaire), on présente très souvent ces rentes comme successives dans l’histoire. Au point où on en est, vous devez déjà comprendre que, en fait c’est un système où aucun des trois termes ne peut exister sans l’autre.

Et pourquoi ? Parce que l’appareil…, l’État défini comme appareil de capture, a immédiatement trois pôles. C’est un appareil de capture à trois têtes. Et les trois têtes de l’appareil de capture, c’est : rente du propriétaire, profit de l’entrepreneur, impôt du despote. Et pourquoi ? Forcément c’est le même. Ce qu’il y a de prodigieux dans les Etats archaïques, dans les empires archaïques… Et ça posera bien des problèmes quant à l'État moderne où ce n'est plus du tout comme ça... Il ne faudra pas dire : l'État archaïque, il a tout trouvé. Parce qu’on a trouvé…nos Etats, ils ont trouvé bien d'autres choses. Mais ce qu'ils ont trouvé d'assez formidable, c'est la convergence des trois formes : de la rente du propriétaire, du profit de l'entrepreneur et de l'impôt par lequel il tient le commerce extérieur. Comment qu'il a fait pour ça ? Pas difficile, on verra : nécessairement c'est simultanément qu'il est propriétaire public de la terre… - je ne suis pas en train de me redonner la propriété privée, hein : il y a aucune propriété privée, c'est en tant que empereur, c'est l'instance impériale, c'est l'instance de pouvoir qui est propriétaire, donc propriétaire public, il n'y a aucune propriété privée. Il y a une possession communale et une propriété impériale. Donc c'est un système où tout est public. Il n'y a aucun élément privé. L'empereur archaïque est propriétaire public et, à ce titre, reçoit la rente foncière. Il est maître du surtravail, maître des grands travaux, et à ce titre reçoit le profit de l'entrepreneur. Et enfin, perçoit les impôts et monopolise le commerce extérieur. Et les trois têtes, je dirais... ce serait presque, si vous vous voulez... il y a dans Marx, une fameuse formule trinitaire, pour ceux qui savent... Moi je rêverais d'une autre formule, mais ça revient un peu au même… Ça n'a aucune importance, c'est pas une découverte, c’est… Euh…

La formule trinitaire dont je rêverais, ce serait celle-là : au niveau des empires archaïques déjà, rente de la terre, profit de l'entreprise, impôts et commerce extérieur. Et ce serait ça, les trois têtes de l'appareil de capture. D'où vous voyez bien pourquoi, où que je me tourne, tous les facteurs qu'on me propose sont des facteurs qui présupposent déjà ce qui était à expliquer. Car le dernier argument, non seulement c'est pas l'économie monétaire et le développement de l'économie monétaire qui va pouvoir supposer… euh… qui va pouvoir expliquer l'État, puisque, la forme monétaire, elle suppose l'impôt qui renvoie déjà à l'État. C'est pas la propriété privée, le développement de la propriété privée, qui va pouvoir expliquer quoi que ce soit, pour une raison simple, c'est que, la propriété privée, elle dérive, dans des conditions prédéterminées, elle dérive de la propriété publique impériale. Et enfin, dernière hypothèse, est-ce que c'est les fonctions publiques qui progressivement... ? non. Ces fonctions publiques archaïques, il y en a trois... Il y en a trois. Et, la bureaucratie impériale archaïque, elle a trois têtes. C'est le propriétaire foncier, ou représentant du propriétaire foncier, qui est un fonctionnaire de l'Empereur, puisque, le propriétaire foncier, c'est l'Empereur.

Donc c'est lui qui touche la rente foncière. C'est, deuxièmement, l'entrepreneur qui reçoit le profit et, l'entrepreneur, c'est aussi l'Empereur ou son fonctionnaire. Les deux : l'Empereur et ses fonctionnaires. Ou bien c'est le deuxième type de fonctionnaire. Et le troisième, peut-être le meilleur, le plus mystérieux, mais qui apparaît dès le début, c'est le banquier. C'est le banquier. Et ça, c'est la triple bureaucratie impériale. Le représentant du propriétaire foncier, l'entrepreneur, le banquier. Et pourquoi ? Parce que la banque, ça n'a jamais été simplement une institution d'intermédiaires. La banque, c'est une institution et quand on comprend... - mais vous le savez déjà, je dis ça pour ceux... pour euh… que ce soit plus clair, tout ce qu'on a à faire cette année - la banque c'est pas un intermédiaire… euh… ou, du moins, c'est une institution intermédiaire sous certains de ses aspects, sinon c'est une institution créatrice. Une banque - du moins pas n'importe quelle banque, mais… les autres ne font que dériver de ces banques fondamentales - une banque, c'est une institution d'émission et de création de monnaie. A la question "d'où vient la monnaie ?", évidemment, ben, la monnaie, elle vient de celui qui l'émet, qui la créé. Il y a une création de monnaie. C'est les banques qui font les créations de monnaie.

Or, le banquier, c'est précisément, dans l'Empire archaïque, le maître des impôts et celui qui tient, au nom de l'Empereur, le commerce extérieur et le monopole du commerce extérieur. Bien plus : il fait l'opération la plus mystérieuse, la plus mystérieuse pour nous du point de vue archéologique, qui puisse exister dans l'État le plus archaïque, à savoir : il fait déjà cette opération d'intermédiaire entre les trois pôles. A savoir : il change contre de la monnaie des biens. Car mettez-vous dans la situation d'un pauvre fonctionnaire de l'Empereur. Il doit de la… il doit un impôt à l'Empereur. Il reçoit des terres à titre délégué… Il est pas propriétaire privé - on le verra mieux la prochaine fois - il n'y a aucune propriété privée, il y a une possession communale des communes, il y a une propriété éminente de l'Empereur, mais c'est une propriété publique, et il y a une propriété de fonction des fonctionnaires de l'Empereur. Il n'y a aucune propriété privée dans tout ça. Eh ben, c'est pas facile sa situation, au fonctionnaire qui reçoit des terres, à titre fonctionnel. Il doit à l'Empereur un impôt. Les paysans lui donnent en impôts des biens. Mais l'Empereur, il fait une conversion.... c’est… c'est génial comme système, vous savez. C'est génial. Je veux dire, si on comprend pas ça… euh… Si on comprend ça, on comprend mieux même des opérations monétaires actuelles qui, pourtant, n'ont aucun rapport, mais faut bien commencer par des trucs comme ça. Il se trouve dans une situation diabolique, parce que l'Empereur, lui, dans son coup de génie, il veut pas de biens. Ou du moins, si, il en veut, pour ses stocks. Une petite partie, il le prend en biens naturels, d'accord. En réserve de blé, tout ça. Mais il le prend aussi en argent.

Donc, il va falloir que le fonctionnaire opère la conversion d'une partie des biens que les paysans lui doivent, en monnaie qu'il doit à l'Empereur. Il faut donc qu'il passe par une banque. Et la banque, elle, comment elle va se procurer ça ? Et comment elle va engranger ? Elle reçoit des biens naturels et elle fournit de l'argent. Qu'est-ce que ça va être cette création de l'argent dans les Empires les plus anciens ? C'est formidable comme système. Ça va être un de ces systèmes très très curieux. Comprenez que beaucoup de ce qu'on appelle déjà, dans les époques les plus archaïques, le problème agraire est complètement lié à ce système. Rente en nature, en biens naturels, et conversion de la rente en nature en rente monétaire par l'intermédiaire de la banque. En tous cas les trois grandes fonctions publiques - je dis pour en terminer - c'est : le propriétaire foncier, l'entrepreneur de grands travaux, le banquier… le banquier des impôts et du commerce. Or, comment voulez-vous que ces fonctions publiques rendent compte de l'apparition de l'État ? Alors que, d'une part, elles sont strictement complémentaires - il me semble - et que d'autre part, dès qu'elles surgissent, il y a déjà État.

Donc, au point où j'en suis, j'estime avoir dit le problème de cette année. Alors il est tellement bien, on pourrait s'arrêter, on pourrait dire : "y a pas de solution, c'est parfait". Le problème, là où on en est, c'est : supposons qu'on définisse l'appareil d'État comme un appareil de capture qui ne s'explique pas par la machine de guerre, qui s'appropriera la machine de guerre mais qui ne s'explique pas par elle..., nous voyons qu'il fonctionne comme… c’est comme un piège… c’est comme un piège au sens où on parle d'un piège à la chasse. C'est pas la guerre le modèle de l'appareil d'État. C’est beaucoup plus euh…. la capture… serait beaucoup plus les chasses. Lui, c'est un appareil dont on pourrait faire le tableau, comme on fait le tableau d'un appareil de chasse, d'un piège. C'est un appareil à trois têtes, constitué par : rentes, profits, impôts. Comment ça a pu marcher, ça ? Comment ça a pu marcher? Avec une police, bien sûr. Avec une bureaucratie. Avec une bureaucratie policière. Pourquoi que ça suffit ? Comment se fait-il qu'il y ait même pas besoin d'appareil de guerre, à ce moment-là, de  machine de guerre pour ce… pour un tel appareil ? Comment est-ce que le problème de la guerre est un problème tout à fait différent ? Donc qu'est-ce qui va se passer à ce niveau ? Donc qu'est-ce que c'est que cet État que j'appelle "archaïque" et qui présente déjà ces trois têtes ? Et la circulation entre les trois têtes. On dirait que ce rôle très bizarre de la banque donc, entre rentes, profits et impôts, et notre formule trinitaire de l'appareil de capture État, ce serait ça : rentes, profits, impôts.

D'où cette année pour vous, première nécessité : faire de l'économie politique, si vous le voulez bien, même au niveau de la rente foncière, des impôts, tout ça... c’est très… il y en a sûrement qui pourront, là, beaucoup m'aider. Deuxième nécessité, ce sera… euh… quand on abordera d'autres problèmes, je voudrais qu'il y ait un groupe qui se mette cette fois-ci - j’expliquerai pourquoi la prochaine fois – déjà à la recherche de ce qu’on peut appeler… - là, je le dis de manière plus surprenante,  mais j’expliquerai la prochaine fois pourquoi – qui se mettent à des recherches concernant ce que les mathématiciens appellent "axiomatique". Et comme je pense que les rapports du département de philosophie avec celui de mathématiques sont des rapports particulièrement serrés, au besoin je verrai avec des mathématiciens s’il y a moyen que certains d’entre…

 

Lectures in this Seminar

A Thousand Plateaus V: The State Apparatus and War-Machines II / 01
A Thousand Plateaus V: The State Apparatus and War-Machines II / 02
A Thousand Plateaus V: The State Apparatus and War-Machines II / 03
A Thousand Plateaus V: The State Apparatus and War-Machines II / 04
A Thousand Plateaus V: The State Apparatus and War-Machines II / 05
A Thousand Plateaus V: The State Apparatus and War-Machines II / 06
A Thousand Plateaus V: The State Apparatus and War-Machines II / 07
A Thousand Plateaus V: The State Apparatus and War-Machines II / 08
A Thousand Plateaus V: The State Apparatus and War-Machines II / 09
A Thousand Plateaus V: The State Apparatus and War-Machines II / 10
A Thousand Plateaus V: The State Apparatus and War-Machines II / 11
A Thousand Plateaus V: The State Apparatus and War-Machines II / 12
A Thousand Plateaus V: The State Apparatus and War-Machines II / 13