November 27, 1979

There is a need, as much for the “City” form as for the “State” form, to appropriate, to capture a war machine. And why do I say that? Because … this is one of the reasons – and I am not saying the only one – but specifically that the “City” form is not a good instrument for appropriating a war machine. … Once again, the “City” form … needs rapid wars based on mercenary action. It’s obvious that war or appropriation of the war machine can be oriented to many different paths, beginning with national conscription, from the viewpoint of men, through material investment, from the viewpoint of capital, and this is perhaps one of the principal reasons that capitalism has operated via the “State” form, and hasn’t gotten involved with the “City” form. … Hence, in fact, the extraordinary distrust both of cities as regards the “State” form, and of the “State” as regards cities.

Seminar Introduction

Following publication of Anti-Oedipus in 1972, Deleuze continues to develop the proliferation of concepts that his collaboration with Guattari had yielded.

As part of this process of expanding these concepts in order to produce the sequel of Capitalism & Schizophreinia, A Thousand Plateaus, this series of 13 lectures on "The State Apparatus and War Machines" constitutes the major seminar of 1979-80 and Deleuze's penultiimate consideration of these concepts. He then returns to the history of philosophy with five sessions on Leibniz and then concludes the academic year, at his students' request, with two final sessions of reflections on Anti-Oedipus

English Translation

Edited

Building upon the work in the previous session, on the possibility of coexistence within a social field of extremely diverse social formations and of defining these through the commodity of "machinic processes," Deleuze proposes to consider the development of the concept of labor and labor-time from the primitive formations of exchange to the State formation of exchange. In this process of exchange, he develops the concept of “the utility of the last object” from economic marginalism, and he examines in great detail various examples that typify the concept of “the last” (the last drink; the last word in a domestic squabble; and the last “object”). The latter example provides a means of understanding the movement within social groups to maintain or be required to transform the group “assemblage” in relation to the “last object” obtained in the exchange. Deleuze also discovers in the classroom a student who can speak about these issues from the perspective of accountancy, so the recording ends as the student (inaudible) begins presenting.

 

Gilles Deleuze

Seminar on the Apparatuses of Capture and War Machines, 1979-1980

Lecture 04, 27 November 1979

Transcribed by Annabelle Dufourcq; augmented transcription, Charles J. Stivale

Translated by Charles J. Stivale

 

Part 1

Concerning our next meeting, I am saying, eh, next time, that at the request of many of those who were working with me last year, who wanted us to do a restricted session, not at all for the purpose of excluding anyone, on the contrary, quite the contrary, uh ... but because we will come back to certain notions that we had developed the next year... uh, last year and, as we will assume they are familiar, this will be like a kind of session that really cannot be of interest, I believe, which can only be followed by those who did the work last year. So, the others, if they want, I'll meet them the week after, a way of returning the favor, on the other hand, for “precursor” sessions which will be only for those ... [Laughter] ... There you go. I don't see how, but ... Fine.

Some students: [Inaudible]

Deleuze: About that, the last time, we had made some progress, not much, regarding ..., following the traces of a topic that we needed, namely the possibility of conceiving of  a coexistence in a social field, a coexistence and an encroachment of very diverse social formations. And we assumed as a hypothesis the possibility of defining the various social formations by processes which we conveniently called “machinic processes”, and we had identified the coexistence and the interpenetration of these processes. So, no attempt had been made at all now to speak of societies, for example, primitive insofar as being social formations, but we had identified a process which, no doubt, appeared in so-called primitive societies, but was also appearing elsewhere and where this process was called “anticipation-conjuration”.

We spoke more exactly of the State apparatus, no longer as a social formation or state society; we spoke of the apparatus of capture, another process. We spoke of war machines, we spoke of ... etc. [Deleuze does not finish] And we had outlined this social field where, then, when social formations are no longer related to modes of production that they would be supposed…. er… that they would be assumed to suppose, but are related to the processes that they envelop, the very idea of ​​a coexistence of all the formations in the social field seemed to us to be… to be verified, to be established. This is where I am asking if there are any points ... or else if I might continue ..., but I believe there are some points.

A student: [Inaudible]

Deleuze: What? Yes, yes. Go ahead, talk. Yes.

A woman student: It's about the city and the State.

Deleuze: Ah, on the city and the State. We had indeed seen, I recall, that in these social formations, we had felt the need to distinguish the “city” form and the “State” form because it seemed very important to us historically to understand, for example, why capitalism had gone through the “State” form while the “city” form, in its beginnings, had given it so many chances and so many opportunities. [Pause] What's going on? And we had tried to distinguish the “city” form and the “State” form, whatever the competition between the two, whatever the way there was in which the “State” form would later overwhelm the “city” form. We tried to distinguish, here as well, two very different processes by defining the “city” form through the constitution of instruments of polarization within a network, any city referring to other cities, while the “State”  form seemed to us to refer to some very, very different systems, systems of resonance that we had tried to… to distinguish precisely from instruments of polarization.[1] So, on this topic, did you want to add something?

The same student: Yes. Anyway, there is someone who has done work on Paris in particular and, from the 10th-11th century onward, and has been interested in seeing how Paris has resisted… er… well, the State, studying this up to 1980. So, I will just read you a page where he talks about Paris currently:

"The French villages did not want a train station, so they had to be built 2-3 kilometers from the church in the open fields. For a long time, there was no continuity in the construction (tissu) built between the old town center and its station. Then, little by little, around each station, the central zero began to secrete a rectilinear coagulation of foreign activities. This hiatus is still often noticeable; this is the story of the large number of Sainte-Emilie-Center and Sainte-Emilie-Gare that dot the French countryside. Paris has shown a similar reaction. The battle between the city and the State raged for fifty years and, in other forms, it has persisted until today ending and shutting itself down in the metropolitan rail node which is the process of being completed.”

That is, in fact, he explains, afterwards, that the city of Paris had widths for the rails, finally the gauge was at 1 meter 30 and that the rail network gauge was at 1 meter 40, and that it’s on this point that all the resistance occurred and up to the present. And he says that it is only now, that is, currently [late 1979], that the network of Les Halles has just connected the train system to the metro system, with the resistance ending; that is, what had started several centuries ago, but, by and large, particularly during the time of the French Revolution, that is, the struggle between Paris and the State, has now ended with the junction of the RER in Les Halles with the metro.

Deleuze: Yeah. Indeed, it would be very, very important ...

Student: It was published ...

Deleuze:… and I think they must be from the school of [Fernand] Braudel, right?… I was saying: it is really Braudel who, it seems to me, at least in France, launched this extremely deep study into the at once polemical and competitive relationships between the city and the State which really constitutes something fundamental in the history of Europe, right? Braudel is surely correct in saying, in Asia, it did not happen like that because, in Asia, there is a subordination ..., in the history of Asia, there is a much more direct and fundamental subordination of the city to the “State” form. But, in Europe, there was a kind of wavering, right, and really I believe for the birth of capitalism, it's a huge problem to wonder about, in fact, with all kinds of data, who outlined the formation of capitalism according to the “city” form.[2]

And, once again, I recalled this sentence by Braudel, because it seems to me very good, that he states: each time, there are two runners ... each time, there are two runners, and he says: it is the hare and the tortoise. And, of course, it’s this is the city that’s the hare, right? And it is the “State” form… the hare, it’s the “city” form, that is, it was at the highest speed and, for us, we can even add that we gives the word “speed” a very precise meaning. It is not at all a metaphor; it is really the speed of deterritorialization. There is a power of deterritorialization of the form… in the “city” form much greater than in the “State” form… uh… I was trying to say this the last time… because in the city, deterritorialization is truly dynamic, while State deterritorialization may not be less so, but it is static.

And we tell ourselves: but, in fact, what would capitalism have been and how did it take shape when it, and to the extent that it did, passes through the "city" form? What made it need the "State" form? Or what occurred to make it choose the "State" form? This will be very important for us to try to clarify this question. Here, I am saying immediately one of the hypotheses that I see, which seems to me to be one of the most important -- I do not know if I had stated it -- it is closely connected to a related topic, which we will also encounter, which we encountered last year, namely that, in any case, there is a need -- both for the “city” form and for the “State” form -- there is a need to appropriate, to capture a war machine.

And why am I saying that? Because at that point, maybe, everything just becomes a little bit clearer. It seems to me that this is one of the reasons -- I am not saying at all the only one -- but that the “city” form is not a good instrument for appropriating the war machine. That’s the "State" form, because it is the "State" form that can make the investments in so-called warfare "materiel". The “city” form has much less of this possibility. Once again, the “city” form, it’s not that it does not generate and does not have…, that it does not appropriate its war machine, but it essentially needs rapid wars, it needs rapid wars based on mercenaries. It is obvious that war or the appropriation of the war machine will be oriented toward entirely different paths, starting with national conscription, from the point of view of men, by material investment, from the point of view of capital, and that it is… that is perhaps one of the main reasons that capitalism went through the “State” form and did not limit itself to the “city” form, which implied that States… well, as Braudel says, that the hare… that, uh the… the tortoise catches up with the hare. The “State” form had to assert its size, its power apparatus -- which is not the same as that of the power of cities – the State apparatus had to wield this power apparatus over the cities. Hence, in fact, what the text you have just read confirms, the extraordinary mistrust both of cities in relation to the “State” form and of the “State” form in relation to cities.

The same student: Yes, finally, but that is especially related to circulation precisely. Because ... they ...

Deleuze: Yes. Yes. Completely, since cities, insofar as ... as they are instruments of polarization within a network, the city refers to another city or to other cities; it is essentially thought in terms of entrances and exits, essentially, while the State is not that. Of course, there is an entry and exit for the State; I am saying: this is not the main thing.

I want to say that, because, you understand, we will need to remember this point, that when we manage to define social formations by processes (processes of capture, processes of… anticipation-conjuration, etc.), we must see that these processes sometimes play out in a pure state ... I can say a primitive society, okay, or a gang -- it is already not the same thing -- but these are social formations in which really the anticipation process… uh… the anticipation-conjuration mechanism trumps all others. But that is a first point of view.

A second point of view, we must see how each formation not only envelops the preeminent process that corresponds to it, but adapts, adapts in its own way, the other processes. For example, you will also find anticipation-conjuration processes in cities, in the "city" formation, to ward off the state. You will also find anticipation-conjuration processes in capitalism to ward off the limits of capitalism.[3] So, if you will, each process plays a preferential role in a certain type of formation, but it can very well be taken up in a completely different formation. That’s why it creates a social field where everything necessarily coexists. You follow? Well. Good. So, we’ll continue.

Another student: I have a question about last week.

Deleuze: Yeah!

The student: When we were talking about the last word, the last drink, the last love ...

Deleuze: Yeah!

The student: Maybe we could add: last assemblage in Beckett for ...

Deleuze: The last assemblage in Beckett, yes, why not? We'll see where we can put “the last” in Beckett. Yes, there is a last love in ... which he weirdly calls first love, yes, there is all of that, yes. Good.[4]

The student: And then, for [D.H.] Lawrence, I think you said once that you even have to [Inaudible] love. You see?

Deleuze: Ah yes, this is quite simple, yes. What he means… It’s not all that simple, right, but what Lawrence means when he says that, fine. Well, we’ll talk about all that.

So good, this is a new topic we are tackling today. I'm just asking you to sense that these topics are very much a continuation of each other. Here, we find ourselves in the following situation: we tell ourselves that our task, today, should be to build even a very abstract model, an abstract model that we could call a “model of the primitive exchange”. In the background, we are concerned that, nonetheless, among all these mechanisms that we spoke about the last time, the mechanism that we saw fit to call “anticipation-conjuration”, both interests me, but it was still not left all that clear: what are these collective anticipations-conjurations? So, would a model of primitive exchange allow us to move forward in this direction and, above all, would that allow us to strengthen our hypothesis of a coexistence of the most diverse social formations in a given field? And the basic conditions ... So, we're going to do it like that, uh ... if you will: we are proposing, let's say ... uh, I guess we are proposing to build this abstract model of primitive exchange.

At the point we find ourselves, we know what we cannot allow ourselves. What can't we allow ourselves? Uh! And what must we allow ourselves? Well then, by definition, we have to allow ourselves groups that are in a certain communication with each other and, in fact, -- I’m not going back over this -- we do not believe, it does not seem necessary for us to presuppose what is classically called the autarky of small primitive societies or their independence, or their incommunicability. One assumes that primitive groups can be entirely in relation with one another. Moreover, I assume that it's inevitable. It’s inevitable because primitive formations already coexist with States, with apparatuses of Empire, that these apparatuses of Empire imply and put the primitive groups into communication with each other, so we have every reason to think that there are expressions of primitive exchange and not independent groups.

Moreover, I tell myself: there is communication between foreign groups as soon as there is, not even writing (writing, that would refer to the State apparatus, to the apparatus of Empire), but as soon as there is speech, as soon as there is language… uh… Something makes us anticipate that, in the end, language, I understand this to include oral language; it does not exist simply for those who speak the same language. I would even say more that language only exists to the extent that there are already contacts between people who do not speak the same language. I mean: language is inseparable from a function of translating languages ​​and not from a function of communication within one and the same language. Anyway, all that…, we offer ourselves this minimum: primitive groups in relation to each other.

But there are things you cannot allow yourself. What is it? If we assume that there are primitive exchanges, we cannot allow ourselves, first, the coexistence of a stockpile. I am stating the conditions of the problem to me, right? I would have no problem with some of you saying: ah well no, the problem for me is otherwise. Me, I am stating how it occurs for me. I cannot allow myself the pre-existence of a stockpile for a very simple reason, which is what we saw the last few times -- I won’t go back over this -- that, far from the stockpile presupposing a surplus, it was the stockpile which constituted the surplus, and the stock was an act of the State apparatus.

So, if I'm looking for an expression for primitive exchanges that coexist -- let's understand this well, which coexist with State apparatuses, but which do not constitute State apparatuses, since they will both anticipate and ward off, you remember, State apparatuses -- I cannot assume that primitive exchange implies a stockpile. At the most, I can say that it implies an elasticity of supply and demand. That's enough for me, yes. There is a certain elasticity of supply and demand, that is, sometimes they eat more, sometimes they eat less, good, so they can exchange food, etc., but I'm not demanding any ... any pre-existing stockpile. I'm just asking for some evidence (données) of… say -- I'm using a common political economy term -- elasticity of supply and demand. So, about primitive exchange, I am saying: impossible to allow oneself a stockpile for [inaudible word] expresses it.

Second thing: impossible to allow yourself a balance or a monetary equivalent (or of another type) for the same reason. One again, these primitive formations coexist with the State apparatus but involve other processes. Now, we have seen that, no less than the stockpile was an act of the State apparatus, the market, currency, are acts of the State apparatus. And, in this sense, we have already questioned without yet sufficiently justifying it, we have questioned the idea that money can find an origin in trade, that is, in generalized forms of exchange, in order to say: no, in any case, if there is an origin of money, it is on the side of taxation, that is, of a fundamental State act, which we have to research. So, no way to provide yourself: balance, equivalent or market, or the existence of a market.

Finally, third: no question either of allowing oneself the hypothesis of an intervention, in the primitive exchange, of a labor or of a labor-time, of a necessary form of labor or of a socially necessary labor-time for the production of the objects exchanged. Why? Because, there too, last year we had already developed this, but we will have to discover it again under another aspect, this idea, for a very simple reason: it’s that these so-called primitive formations do not work under the regime of labor which is a very special regime of activity. Last year, we tried to clarify this. For lack of anything better, we had found the expression of "continuous action" or "activity in continuous variation" which we opposed to the activity of the labor type. But, in fact, it seemed to us and it will be better ... it will be better to explain it, perhaps today, it seemed to us that, in any case, that labor was not a naturally determined activity, but was a very special determination of activity, a model to which one subjected activity, and this “one” seemed to us once again the State apparatus, namely, it is the State apparatus that subjects activity to the "labor" model. So, there is no question of invoking a labor-time that would serve as a possible comparison criterion between exchange ... between objects exchanged at the level of a so-called primitive exchange.

So, you see, I am continuing my completely abstract hypothesis. And so there arose, to help us, a hypothesis which I must say right away, it is curious that it occurs to us here. I was saying, well yes, there are economists who have said: value cannot be explained either by labor or the labor-time necessary for the production of the object, nor by the utility of the object… -- so you see they are opposed both to use-value and labor-value -- and they state this mysterious expression: value refers to the utility of the last object.

So, I say right away: what is curious is that this thesis -- the last object being the marginal object -- is well known in political economy under the name of “marginalism” or “neoclassicism”. and that this theory had and still retains a fundamental importance.[5] I am saying that it was obviously designed to take account of capitalism and capitalist market. But theories have adventures… like… like everything. It would not be improbable that, for example, a theory invented for a particular sector to account for certain phenomena of the capitalist market, notably of the balance of prices under a capitalist regime, shifts direction and is discovered to have a field of application in non-capitalist formations. So, we can always ask this question: does the marginal object, the idea of ​​the last object, not find a ... a very curious application in so-called primitive formations? Won't that help us? That’s my question, in our hypothesis.

I'm quoting a ... text from a textbook, not at all by a great economist, from a textbook that explains marginalism. I will read slowly, ok? It’s a question ... this time, it’s a question of labor and productivity, not about the product; it is a question of the productivity of labor and the worker. And this is what the author says: "Let it be a sheep farmer ..." -- see, it's quite simple, the example must be very clear, right? -- "Let it be a sheep farmer who wonders if his team of shepherds is sufficient. He can see that if he hired one more shepherd (without making any change in his tools or in his constructions)” -- he puts that in parentheses; I’m emphasizing it, right, emphasizing it for the future, for my future. – Take a close look at the conditions: you have the entrepreneur, right, the entrepreneur-breeder who tells himself: do I have enough shepherds? This is the question. And he tells himself: maybe I could hire, that is, pay one more shepherd without making any change in my tools or in my constructions. We should add: neither in my lands -- you are aware that a sheep is so many… I don't know, a cow is an acre, a sheep is…, I don't know ... uh ... but the land area is also supposed to stay the same. – So, without making any changes, can he take on one more shepherd? This is a question that all ... To understand, you have to put yourself ... uh ... all that we will have to say, later, about capitalism, you always have to put yourself in the place of a boss. So ... there you go, the sheep boss, ok? Do I hire one more person, once it’s said that this is a matter of not changing anything in your business?

Sense that we already have something. I would really like to go slowly today and have you follow me… very closely and… uh…. A notion of threshold begins to emerge. All bosses know that; all bosses say that. There is even a famous rule which is something like the rule of fifty. There is always a threshold in a business. Bosses know very well that, beyond a certain threshold, the structure of the company must be changed. For example, there is a threshold at which if you hire one more person, you, as the boss, have a labor council on your back. You will tell me: this does not matter, it's okay ... Yes, no, uh ... Fine ... uh ... There are also thresholds in which the accounting can no longer be done the same way. You have to change, I would say… [He does not complete this] There are thresholds beyond which the whole assemblage has to change. So, notice that my sheep boss, there, he is asking himself: can I hire one more shepherd without changing my assemblage, that is, without increasing my property, without changing the constructions, etc.? See the problem?

I’ll continue. "He can see that if he hired one more shepherd without making any change, the flock would be better looked after, the number of lambs could be increased, and they would be able" - that is, he would -- "he would in this way be able to send twenty more sheep to market every year." Let us suppose he realizes this: without changing the assemblage of my business, if I hire one more guy, I can have twenty more little lambs to send to the market. You see, right? You follow me? If you don't understand, you won't understand the other examples ... it's not ... So up to this point, it's okay.

"The net product", the net product "of this additional shepherd’s labor will therefore be in the quantity of twenty sheep". And, right, since with the additional shepherd, the guy, without changing anything, can have twenty more little sheep, the net product of this shepherd’s labor will therefore be, in quantity, twenty sheep, and in value, and in value, what the price these twenty sheep will be worth at market. This is all crystal clear. "If the breeder can hire the additional shepherd for a salary that is somewhat lower" -- that is, a somewhat lower than the price of twenty, the price of twenty sheep minus x -- "If the breeder can hire the additional shepherd for a lower price, a salary even slightly lower than the price of the twenty sheep, he will. Otherwise, he will refrain from hiring him." These are… these are basic rules for a business operation.

"This shepherd we're about to hire ..." -- You see, right? -- "This shepherd we're about to hire ..." It starts ... the text starts to get interesting here, right? There, in the boss’s head, he is evaluating. He’s evaluating: can I hire a guy? Is he going ... uh ... is he going to earn twenty sheep for me? Can I pay him a little less or a lot less than the price of the twenty sheep at the market rate? -- "This shepherd that we are about to hire is the marginal shepherd, he is the borderline (limite) shepherd.” Notice why he is marginal or borderline: because, if this last shepherd is hired, and if we hired another shepherd ... another shepherd after the first one, then the assemblage would have to change. This is why the parenthesis is essential. This is the borderline shepherd, given the assemblage being considered. The guy can always hire more shepherds; at that point, he will need new land, new constructions; he will have to change the nature of his operating assemblage, the nature of the business. So, understand, here we are at a last shepherd in the sense of: the last one before the assemblage is forced to change, the last one before the assemblage is forced to change. This will be called "the marginal" or "the borderline object" or "the borderline character". -- Fine, is this OK? You stop me, huh, if this isn’t working -- He will receive a salary approximately equal to the net value he adds to the total product, that is, less than the twenty sheep he brings in, less to a determined extent. [Pause] Uuuhh, there you go.

But if we assume that all the shepherds in the operation, this one, the marginal shepherd -- this is a beautiful notion, the marginal shepherd, the morning shepherd, it's curious, that ... [He does not finish this] Okay then, uh, this must already, you sense that we are going to come, that we are going to come back to our problems that I mentioned the last time, more concrete ones there: the café, the last drink. But I tell myself, the worker of the last hour, we will ... we will have to go and see, will have to return to this parable, there, of the worker of the last hour and see if, not at all if this is marginalism -- that's not how we work -- but if there is a way to make, not at all an assimilation between a text uh ... of the New Testament and a text of political economy, that would be of no interest, but if we cannot jump from one to the other, to create ruptures that will enrich this notion of “last” ... --

But finally, there you have it. If we assume that all the shepherds of the operation, this one and those who had been hired previously -- that is, the whole series, the whole series of successively hired shepherds all the way to the marginal shepherd -- if we assume that all the shepherds of the operation, that one and those who had been hired previously, are interchangeable, that is, if we do not allow ourselves the hypothesis of a magic shepherd (berger génie), if they are interchangeable, we must think that all will necessarily receive the same salary. Notice what this means: if you’ve understood this phrase "everyone will necessarily get the same salary", that's great. He's telling us ... And by what right can he tell us that? He is telling us: The salary of previously hired shepherds depends on the evaluation of the salary of the marginal shepherd.

So, you will tell me: but the marginal shepherd is not yet hired. Obviously, he's not yet hired. Across the entire series, the entire series is determined by the businessman’s evaluation of the marginal shepherd's salary. And the salary of the shepherds, of the previous shepherds, across the whole series, will be determined by the salary of the last of the possible shepherds. Once again, how can I say [Deleuze coughs and chokes] "the last possible object"? I can say this because I am calling "the last possible object" ..., uh, no, "the last possible shepherd", the last shepherd before the assemblage is forced to change. One more shepherd, besides the last shepherd, the assemblage is no longer possible; another assemblage is required. Therefore, it is the evaluation of the marginal shepherd's salary that determines the salary for all existing shepherds. Do you understand? Fine.

It's no wonder that it was the English who had these ideas; it's very, very ... it's very ... it's very funny. And, therefore, this author who only summarizes the marginalist theses can conclude, this is what interests me: "the productivity of the marginal worker ..." -- namely his power over twenty little sheep -- "the productivity of the marginal worker thus determines not only that worker’s wages" -- quite simply - "but that of all the others." Fine. There, we chose the problem of productivity and wages. And he adds in brackets: "In the same way that, when it was a question of commodities ..." -- and undoubtedly, at the level of the commodities, this is even clearer; I therefore chose a more difficult case, so, if you understand it, you understand this all the more for commodities. "In the same way that, when it was a question of commodities, the utility of the last bucket of water ...", "the utility of the last bucket of water or the last sack of wheat governed the value not only of that bucket or that sack but of all the other buckets or all the other sacks making up the stockpile.” We’ll cross out the last bit: "making up the stockpile" [inaudible word], since it doesn't fit, it doesn't change a thing. "The value of all buckets of water and of all sacks of wheat is governed by the marginal object, that is, by the determining value of the last bucket of water and the last sack of wheat."[6]

You will tell me: in that case, we vaguely understood what “the last” was in the case of the shepherd, but we understand more, perhaps, in the case of the bucket of water and ... [Deleuze does not finish] Well, if we have already understood about the shepherd and we see that the marginalists began by undertaking their analysis not at the level of productivity and labor, but at the level of the commodity, so it's the utility of the last object that determines the value of the whole series -- that's it, if I sum up, right? It's the utility of the last object that will determine the value of the whole series and of each term in the series. If we say that, we tell ourselves: well, we’ve got hold, we’ve got hold of a start.

What can…? And, in fact, we have a break, and so, we tell ourselves, we have to catch our ... breath; let’s forget, let’s forget about marginalism, or let’s pretend to forget it. And we say: the topic, this marginal thing, is really odd. The last one determines the value of the whole series. What can I say about that? That, in fact, it needs to be corrected: it’s the idea of the last one. The idea of ​​the last one determines the value of the whole real series, of the whole series of real terms. Why? Because we saw it quite well, and there it was clear in the example of the shepherd. It is not when the last shepherd, the marginal shepherd, is actually hired that he will become a determining factor of the salary, it is the salary of all the previous shepherds actually hired which is determined by the idea of ​​the marginal shepherd’s productivity, that is, of the last shepherd that can be hired without causing the assemblage to change.

In other words, there we already have something that matters to me enormously, it is… I will then formulate my hypothesis more precisely: there would be collective evaluations… -- we are in the middle of the social field, in the middle of… in the midst of collective formation -- there would be collective evaluations which would be of an anticipatory nature. What would they anticipate? They would anticipate the limit. -- There we… we… we progress suddenly; we progress in leaps and bounds, even if it's abstract. -- They anticipate the limit. They anticipate the number of terms necessary to reach this limit, and they anticipate the time taken to reach this limit. Fine. [Pause]

Why is this collective evaluation anticipatory? After all, it is a philosophical subject that matters to you; well, even from the point of view of the history of philosophy, I am quoting for the record a very beautiful text by Kant that some of you know, on the anticipations of perception. And, in this text, Kant tries to show that perception has a structure such that it comprises at least ... – perception being entirely related to experience, one perceives only something which is given in experience, otherwise we imagine (on conçoit), we do not perceive -- well, that there is nevertheless a given that Kant calls a priori, that is, independent of experience, which intervenes in perception, only one. And it is this datum that constitutes the anticipation of perception. And this datum is that whatever it is, perception necessarily has a quantity, an intensive magnitude. Fine.

I am saying: maybe we encounter, on a whole different level, but maybe that… that, there too, the intersection will be created between this problem of anticipation in judgment… and, there, we grasp onto, really under a completely different aspect, we grasp onto a problem of anticipation in collective evaluation. And we say: collective evaluation is… -- and at that point, we will call it, even if it means then saying “oh no, we were wrong, that was only one case; there are other collective evaluations ..." -- but for the moment, I can say: I will call "collective evaluation" an evaluation which bears on the idea of ​​a last object, of the marginal object, and therefore, on the number of terms in the series in order to arrive at this last object and the time necessary to arrive there. You see?

Why does that interest me? That interests me enormously since the other years, uh… I would find something like a confirmation there, but which, in previous years, I could not think through since… [Deleuze does not finish] In previous years, for example, we have not ceased to return constantly to the notion of assemblage, very often. And I was trying to say: the assemblage, an assemblage, which seems to me better than the notion of behavior – in the end, we assemble (on agence), we do not behave --, and well… it is very different, as a notion, at the same time, and well, I was trying to say: an assemblage always has two sides. It has like, very roughly, it has one side, and these two sides, one does not depend on the other; they are in reciprocal presupposition. Fine, every assemblage has a physical aspect or even, one should say, to harden the word, physicalist aspect, and it has a semiotic or semiological aspect. That is, it is both a machinic assemblage and an assemblage of enunciation. Why am I going through this parenthesis? Because, there, I have a very ... [He does not finish] And these two aspects are not at all symmetrical, they do not correspond at all term to term. In any assemblage, you will find a system of wording and statements, and you will find a system of things and mixing of things.[7]

And there, in the primitive assemblage, where ... that I'm dealing with right now, what do I find? I indeed find the aspect, how to say, a physical, physicalist "thing" (‘chose’ physique, physicale) namely the series of men, shepherds, or objects ... [End of the tape] [46: 20]

Part 2

In this case, what would I call the “speaking system (système d’énonciation) of the assemblage”? Precisely the aggregate of collective evaluations bearing on the ... idea of ​​the last object. And don't wait for the last object to be there. You do not wait…. The boss does not wait to hire the last possible shepherd so that his evaluation of the last shepherd’s productivity determines the actual wages of all the actual shepherds. Right? Fine. Well, this is it, this is the collective evaluation. [Pause]

And there, I am indeed bringing up a problem. What problem am I bringing up? Because, compared to the outline of the theory of labor-value, here I ... this will become more concrete in a little while, ok? ... You have to put up with me ... You have to ... Compared to the theory of labor-value, notice that there is a common problem with which political economy -- and this is even what makes it interesting in my opinion from the point of view of a theory of statements or a theory of utterance -- political economy inevitably encounters this problem, whatever its conception of value might be, namely: how is the evaluation of the means of exchange or the criterion of exchange established? There has to be a collective assessment. I would say that a fundamental and insufficiently outlined chapter of political economy is: whatever school to which one refers, it is that it [the school] necessarily includes a theory of collective evaluations which I would also call "a theory of the anticipation of social perceptions".

Fine. Uh ... So that would work just fine, because in fact, the advocates of labor-value, what are they telling us? They assume that the means of exchange for objects refer to the so-called socially necessary labor-time to produce objects. You see, this is an extremely clear thesis. Once again, there, to credit ... to credit Marx with this thesis is nonsense, not that Marx does not accept it, but Marx does not claim to invent it; on the contrary, it is the most classic old theory of classical political economy. Marx’s innovation is quite profound, but, precisely, it is not there, right? Good.

We are told: if there is therefore an exchange of objects, it is because there is indeed a way to compare the objects exchanged, you see, in the theory of labor-value. And this way to compare the objects exchanged is to compare the socially necessary labor-time for the production of object A and object B. I assume that object A takes double the time; it will be worth two objects B. Okay, very simple. You see that the theory of labor-value nonetheless implies …, we do not assume that these societies have, for example, systems or even a state of labor which is mechanized labor. [Pause] Now, if we do not assume a so-called scientific, pseudo-scientific mechanization and quantification of labor, the socially necessary working time immediately implies and refers to a collective evaluation of both the worker and the entrepreneur and the collectivity itself. Ah yes, that takes ... Uh ... you use ... with a steel ax ... uh ... they are not going to take measurements anyway ... With a steel ax, you do twice as much ... or three times more work than with an iron ax ... This is a collective evaluation which relates to labor-time. It assumes the labor regime. Fine.

For reasons that we have seen and others that we will see – once again, I cannot say everything at the same time -- we have deprived ourselves of this possibility in the case of so-called primitive exchanges, that we called by convention primitives, since we are saying: in this, there is no socially necessary labor-time since the activity there is in continuous variation, therefore there is absolutely nothing that corresponds to labor-time. However… However, here I am quoting for the record, so that…, out of a concern…, of course, I know that there are certain ethnologists who have tried to apply criteria, even very quantitative criteria, of labor-time to primitive societies. It's very odd that even those say that it has no correspondence in the group consciousness, that it has no equivalent. We can always apply it, but ... Fine, I am thinking of an Australian who developed much of this kind of research, saying: well yes, but… it does indeed work; it works, it is true, but there it is, it does not matter. For reasons that I have tried to state or suggest, we cannot think that collective evaluation has a bearing on labor-time.

Moreover, one of the most developed texts in this respect is found in Engels, in Engels, the preface that Engels wrote for Book III of Capital, Book III of Capital, which is not published by Marx himself, is published by Engels, and Engels appends a preface to it. And, in this preface, is, I believe, one of the most precise texts in which Engels says: once it’s given, once labor-value is stated, how in a very primitive society can the evaluation of labor-time occur since he is an advocate of a labor-value theory? And his answer states that, well yes, there is a kind of collective evaluation in the mode of anticipation… -- this is a very curious text; well, those who are interested, you will look it up; I will pass it around at the end of the session -- he adds: otherwise, those involved in exchange would not meet their expenses. Grant me… uh… I'm sure you've understood all this, why should that last sentence, "otherwise, those involved in exchange would not meet their expenses” put us into a state of joy that I am not adequately expressing? [Laughter] That's because, maybe, you will surely feel this, but it comes close to something, specifically he is in the process of reintroducing a marginalist criterion.

If we try to comment on "otherwise, those involved in exchange would not meet their expenses", how can we define the cost recovery independently from the reference to any other type of evaluation? Won’t the respective assessment of costs not allude ...? [He does not complete this] In any case, notice in what state we find ourselves: we are saying, in certain cases, namely where there is no State apparatus, in so-called primitive groups, we made a big leap; we were right to talk about an anticipation mechanism, because it works, in fact, in the form of anticipation. There is an anticipatory collective evaluation. And we specify: what does this anticipatory collective evaluation consist of? And we answer: this anticipatory collective evaluation consists in this, that it anticipates the limiting idea of ​​the last object or of the last producer and fixes the value of all the terms of the series and the time necessary to exhaust the series -- implied without the assemblage changing -- and fixes it according to the idea of ​​the last object.

So, we answer, no! Not necessary! The collective assessment does not have to have a bearing on labor-time. Collective evaluation may well have a bearing on the idea of ​​the limit object or marginal object. You see? Confirmation, like the confirmation of rest. -- I am sensing that, in a little while, we are going to take a break because ... You tell me if you can take more because ... I mean, that bothers me ... For me, I find this fun… Fine, this, this puts me in a great state of joy, but for you, it is not necessarily the same thing. Uh ... And sometimes we can talk about things that bore me fully and that are fun for you, you never know. That’s how we should distribute UVs [academic credits]; I’d ask "who’s having fun with this?" Anyone who would say that they’re having fun, well ... [Laughter]

A student: [Inaudible] … accelerate growth without changing the structure.

Deleuze: That’s it, that’s it, that’s it. of course. I'll summarize what he’s saying, ok?

The student: [Inaudible]

Deleuze: Yeah, yeah, yeah. Absolutely, absolutely, the bottom lines are completely ... Yes, yes, he’s pointing out that, in fact, in any company, precisely what is called accounting operations and. in particular, the exercise of the balance sheet, the preparation of the balance sheet precisely relies on this whole system which implies and which is always created as a function of a threshold beyond which the entire company would have to change its structure, in particular the global payroll, I suppose, what we call the global payroll. Here I think there is someone here who would in any case be much more knowledgeable than me to talk about this, uh…. There we are.

The student: What's important is that [Inaudible] in general accountancy [Inaudible] to accelerate growth without increasing costs.

Deleuze: Yes, of course! Without changing, it's not so much to increase costs, it's worse than to increasing costs ...

The student: It's time [Inaudible]

Deleuze: That's it.

The student: [Inaudible]

Deleuze: You are right. You are all the more correct since the importance here, indeed, of this accounting, in fact, causes the factor of duration to intervene. There is the factor of numbers of elements, the numbers of elements in the series; what we are doing is ... this is a theory of ... of what we could call serial groups, but we would call that precisely, borrowing the expression from Sartre, but giving it a completely different meaning. These are serial groups and serial operations that cause a number of terms of the series to intervene, the limit object, idea of the ​​limit object, and time required to [do something]. And, in fact, he is right to insist on the temporal factor in accounting, to the point that one would imagine a thesis: the idea of ​​time in accounting, there yes, that would be a beautiful thesis ... It would, right? I think so, right? Uh ... Certainly ..., but finally ... what would have a lot to say would have nothing to say, but that, it’s true. Have you studied any accounting?

The student: [Inaudible]

Deleuze: You know what you're going to do, right? [Laughter] Well, what? This is ... Uh ... Would you be ready [to present], here?

The student: Sure.

Deleuze: Would you be ready right away? That’s going to be great; I'm going to continue presenting my concrete examples. If you even like to go next door to think a little bit, how just to explain to us… -- because, there, that would interest me greatly -- to explain to us in about fifteen minutes, I'll have someone find you… [Laughter] You could explain to us, precisely, the time factor in accountancy, in business accounting. Could you do that?

The student: Yes, I can ...

Deleuze: Can you? So...

The student: Not right away; it would be better that way; I ... [Inaudible]

Deleuze: In my opinion, this is where you are inspired, this is where you [Inaudible words] [Laughter] So precisely, or you cover your ears, you cover your ears, eh, you just don’t listen, you ... re ... Or you go outside and ... uh ... so ... just to give yourself the time [to prepare].

So, we’ll forget that, ok, because it's ... it's just a thing ... I am saying, there's a second point. Here, my first point was, you see, this collective evaluation which is, from the beginning, ah yes, I am emphasizing this, because ... there is, for those who would like to extend this then in a philosophical direction… you see the extent to which it is… -- this is good, we have an accounting direction thanks to him -- I was thinking of a philosophical direction; we would have to start again. Those who know Kant, Kant’s text, in my opinion, is completely wrong [inaudible word] anticipation. In fact, if there is an intensive quantity of perception, that’s because social perception is fundamentally serial and works as a function of the limit object… uh… but… So, it is for another reason than the one that he believes ... Uh ... No, one shouldn’t say that: Kant is never wrong, he guessed all that [inaudible words] ...

So, understand me ... What did I mean ...? Yes, there is… All marginalism has a completely crazy theory because they're all crazy, really, all of them… uh… completely crazy; this is precisely the theory of evaluation and trial and error. And you see that, in a way, if we pursue this, it becomes quite funny since, here, the opposition between the proponents of labor-value and the marginalists takes on a very, very concrete meaning. They both agree, once again, in saying: there is a need ..., nothing would happen in the social field, neither productivity, nor exchange of products, if there were no anticipatory mechanisms of collective evaluation.

Good, that interests me a lot; it's not about planning, it's not about ... It's much more about concrete things, much more general stuff in societies. Simply, the difference is that the advocates of labor-value tell us: collective evaluation has a bearing on socially necessary labor-time. The marginalists tell us: that’s not it at all! So, we are right to follow the marginalists on…, in certain cases. I am saying: if it is true that, in certain cases, in certain social formations, you find yourself faced with an activity regime of the “continuous variation” type and not at all of the “labor” type, there is no collective evaluation of labor-time. And yet there is a collective evaluation which will govern trading. Trading is still possible, because at that point, you have a collective evaluation having a bearing on the idea of ​​the limit object or the last object. But, once again, this idea is there from the start of the series. In other words, it is an anticipatory evaluation of the time required to reach the limit object of the series. But this evaluation occurs from the first term of the series, it occurs from the beginning. In other words, it is much faster than the time required to "get to," to the last term of the series. Moreover, it is necessarily faster than the time required to go from term 1 to term 2 of the series.

Hence a very, very curious notion that some marginalists develop in what they call their theory of evaluation or of trial and error. They developed the notion of infinite speed of adjustment, the infinite speed of adjustment. So there, they conceive it…, they fight among themselves, because there are several ways of conceiving of the infinite speed of adjustment, either in a single operation, er…, it is a really differential operation in the sense of differential calculus. But it can already be conceived in the form of a kind of integration of differentials; that is, there would be several operations which would occur in an extremely rapid time, there would be an op… a summation of these operations; or there would be only one operation, well…, This is very important…, This would be very… And they develop diagrams, then, pseudo-mathematical ones very, very, very…, very creative, very interesting, very funny ...

The previous student: [Inaudible]

Deleuze: That's it, that's it. That's it. And now, so, no doubt, with uh ... with everything we've done ... what's that called? Uh… the terminal, with the distances of the… factors… of the terminal factor, there would be equivalences of infinite speeds of adjustment. The stock market currently must function... well ... he ... he will be saying that later. See what horizons that opens up for us. [Laughter]

So, the time of ... I am saying: a second point. And, there, we have a first point which, already, opens lots of research for us on ... Second point, and well, it seems obvious to me that, in all this, it seems that we are playing ... -- and, if you have something that you did not quite understand, it is only for this reason, it is not your fault -- we are playing on the word “last” and that, in fact, there are two of them, two “lasts”. The “last” has two very, very different meanings. There we are.

So, suddenly, I'm going back to my example, because it's obvious ... let's forget about the marginalists before going back to it. In that way, we will have three points, right? These will be... We created, little a, we start, little b, we forget everything. And I go back to my seemingly simple examples like that, but not easier than anything else. I mean…, I was saying: let's take the word “last” literally. What is the last drink? At the cafe, it's an assemblage. The “men at the cafe” assemblage. What time is it?

A student: Twenty-five to twelve.

Deleuze: Twenty-five to twelve already? Uh ... well, men at the cafe, this is an assemblage. Or else, I said: a domestic drama, at first glance, that seems an event, in that way. No, it is an assemblage, to see the way in which, in certain households, it is repeated, and it fulfills a very specific social function. We have a fight, right; if we don’t have our fight, something is wrong. So, I am saying, at that point, it's even more of a habit, really, it's truly a functional assemblage. I will stick to these two examples; we can multiply them. Either ... Either I am quoting for the record, because I ... I would very much need it later, the last violence. Okay, I've got: the last drink in the cafe assemblage. See, I am looking for examples, but you should find others, but in other areas. The last drink in the café assemblage, the last word in the domestic drama…

A student: [Inaudible]

Deleuze: The last bonus trick in belote, in a game, yes, there, that's a very complex case, yes ... And then ... uh ... the last violence, which we will leave aside, it’s later on that we’ll need it.

Well then, well then ... I’ll say right away: what's going on? When the men are at the cafe -- I'm trying to recount ... to tell the uh ... common story, a common story -- they're at the cafe. Each of them asks uh… he orders, uh… a drink. There are four of them, let's say. [Pause] Okay, I am saying, don't you get a sense that there is something strange? I assume that this very marginalist, that, in fact, the number of terms, that is, the number of drinks and the length of time they stay at the cafe, of course, is subject to all kinds of factors: the need to get home not too late, right?… uh… economic constraints, money… fine, whatever you want… But among all these factors, is there not one series of marginalist type, namely that the value of all drinks is determined by the idea of ​​the marginal drink, the last drink, so much so that it's in order to reach -- like in a finalized series - it's in order to reach the last one that all the others are drunk?

What does it mean? [Laughter] So, why don't they start with the last one? [Laughter] That’s absurd, because not only can they not start with the last one, but they cannot even hurry along the time which is the object of a collective evaluation. And whoever wants to hurry along the time will be laughed at. Likewise -- to say how good people are and are not alcoholics no matter what some say --- the one who wants to lengthen their time excessively will be despised and treated like an alcoholic. There is a kind of collective evaluation, fine; there, we have a number of drinks which is often distributed according to the number of people, that is, each one has his round. And, I am saying: the value of each drink is determined by the idea of ​​the limit object, that is, the marginal glass.

And what does "the last drink" mean? What meaning do we give to: "Come on, the last drink" ... all that? Here too, these are problems of collective evaluation. The last drink is the last one before [Pause] the assemblage is forced to change. If you go past that limit, it can no longer be the same assemblage. What does that mean? If we go past that limit, then there is still another last one then, there is a last one after the last one, again, there is a last one after the last one. The last one after the last one is the one that would involve a different assemblage.

What other assemblage in this specific case? I can imagine several. Let's start over. Let's start again to be clear. So, the marginal last one, the one that marks the limit ..., what does that mean, the limit? It means everyone has had enough. It means, we stop drinking, finished, right? This society, this social formation there, the guys in the cafe… well, that's it for today. What does that mean? “See you tomorrow, see you guys tomorrow." What does that mean? Literally, to go faster, I am saying: you have to recover, right, you have to stop drinking to be able to drink again. You have to stop drinking to be able to drink again, that marks what? It marks the necessary break between two sets of the same assemblage. It marks the necessary break between two exercises of assemblage. -- I hope in accountancy, he has found us [inaudible words] to match. -- The necessary break between two exercises of the same assemblage and marked by the marginal object.

Good. So up to there, it’s fine. I would add: this is why ... this is why, in a way, you recognize alcoholism in that alcoholics are people who keep continuously stop drinking, right?[8] [Laughter] These are not people who drink all the time. Just as you only encounter drug addicts in the process of detoxification, you only meet alcoholics who are stopping their drinking. The "I’m quitting my drinking, quitting my drinking" is strictly a part of alcoholism. You will tell me: what isn’t a part of it? We'll see. So, good. So, these are series that are like so many assemblage exercises, the assemblage remaining the same and, each time, the marginal object arrive at the end.

You will tell me: but the marginal object of each series can change. Yes, there are phenomena in the history of the speed of adjustment; there may be an intensification of the marginal object within the same assemblage, but see if, on the sly, already, the assemblage is not in the process of changing. From here, I turn to the other aspect of my problem: what would the change of assemblage be? I can say just anything. There is a threshold; and here as well, alcoholics are… they're not idiots, eh, they're very, very… very sensitive to thresholds. In this way, I am saying: fine, a threshold… where they only have a feeling that… they might not survive (tenir). We would have to jump into another assemblage. What then? Or else, to change the nature of the drinks, we also see that in the collective evaluation of drugs. A threshold is reached, and we say to ourselves: ah, we're going to have to change the assemblage, the “drug” assemblage; we're going to have to move on from grass to something else. It happens. It is indeed a problem of evaluating thresholds and limits. And then ... or else, to change the nature of the drinks or change the assemblage, that is, the composition of the assemblage: not the nature of the drinks, but the people with whom you drink. They won't be able to be the same anymore; we'll have to change the assemblage, we'll spend it with real alcoholics, we won't spend it… it won't be with friends after work, it will be something else. Fine. Here as well, there is a kind of evaluation.

Or else, we feel quite well: ah well, if… if I go too far, there, it's… I still am risking something, it's… this will be a particularly terrible assemblage, it will be the hospital assemblage, the “hospital” assemblage. This is an assemblage, the "hospital" assemblage, it is an assemblage. I am saying that, there, we will have reached the threshold because the limit will have been crossed. Having crossed the limit defined by the marginal object, it is necessary to change the assemblage in one way or another, by inventing another… another “alcohol” assemblage or else by entering into a “hospital” assemblage … -- I don't mean that this is necessarily a “hospital” assemblage … -- or else, or else, or else… depending on the inventiveness of the assemblage, there are so many assemblages.[9]

Likewise, with my story of ... I can say ... so, I can go really fast here, because this is exactly the same in my story of a domestic drama. The domestic drama works, right, like an assemblage. It works through series. Each series or each exercise of assemblage, I would say, is strictly determined by the collective evaluation, that is, the oddly common, vaguely common evaluation that both partners make, if the assemblage is a couple -- therefore, the collective evaluation is the assemblage of the two partners -- that the two partners make concerning what? The idea of ​​the last word, the idea of ​​the last word, the marginal word, the limit word. It may not always be the same, but it would be defined by a certain weight or a certain color. Fine. There is also a collective evaluation of how long it takes to get to that word and what other words through which one has to pass. I would say: the value of the other words and the value of time ... [Pause] and the amount of time it takes to reach, ... etc., is determined by the collective evaluation of the marginal word. It is the limit object, in this case.

Suppose they go beyond it [the word]: here, something has gone wrong. All of a sudden, there's one of the two saying something they shouldn’t. We can imagine it; this happens all the time in domestic dramas. Once again, when you're the bewildered spectator, you're like, “Well look out, they can't go any farther than that”. [Laughter]. And then there is one of them who suddenly speaks a word that, to you, seems quite restrained, and that is the one that is not acceptable. It has gone past the limit. It has gone past the ... Yeah. It went past ..., precisely, it left behind the kind of agreement implied by collective evaluation. At that point, the whole assemblage changes, namely, we enter the “divorce” assemblage, the “separation” assemblage, this is another assemblage. It's no longer the couple assemblage; it's another assemblage, right?

Good, so what am I saying? I'm saying that “last” in the sense of marginal, does not mean “ultimate”; it actually means "second to last", since in fact, the last in the sense of "ultimate" is the one starting from which the assemblage is forced to change. “Last” in the sense of "ultimate" or the one starting from which the assemblage is forced to change, this is what I will call "the threshold". So why not reserve the word “last” for that one? We’re indeed forced to reserve the word "last" for that one since it is the first. He is the first of the other assemblage. Good.

On the other hand, the last in the sense of limit and no longer threshold, no longer “threshold of new assemblage”, but “limit of the previous assemblage”, the last in the sense of limit, this is the marginal object. This is the second to last. French has a word that comes from Latin and which clearly distinguishes the second to last or the last in the sense of second to last, from the ultimate, it is the word “penultimate”. Penultimate is literally the almost last, or the last before the last. The marginal object is the penultimate or the limit. Beyond the marginal object, there is something else, the threshold once again. Beyond the limit object, there is the threshold starting from which another assemblage begins.

Hence, I can answer the question: in such a formation, what is anticipated, what is warded off? What are these anticipation-conjuration mechanisms that I attached so much importance to the last time? The answer now becomes, it seems to me, crystal clear, uh… water, uh… obvious: in the collective evaluation, what is anticipated is fundamentally the limit; what is warded off is fundamentally the threshold. [Pause] And the collective evaluation indissolubly unites anticipation and conjuration, and cannot anticipate the limit without conjuring the threshold, nor conjure the threshold without anticipating the limit.

Hence: how does it work ... -- I have only to apply this, and I have finished my problem anyway. Uh… -- Let’s suppose, then, an abstract mode -- I really insist on abstract – abstract mode of primitive exchange. This is what is happening. I take two groups, a group of pickers, who collect wild seeds. Do you remember? I am sticking to my conditions, right, I'm not giving myself a farmer's group. For I don't know if you sense this: farming is incapable of fitting into these series outlines. If you sense that, you've understood everything. Why can't farming fit into these serial outlines, why does it necessarily refer to a State apparatus? We will see that much later, later, but you must already feel it.

So, in any case, I'm not reflecting on that; I'm telling myself: here is my little group of gatherers, they are picking wild seeds, this is not farming. The others are not metalworkers, but they make axes, they make axes. You have group A; I would say no more than A, pickers, and B, ax makers. The best axes were made from obsidian before metallurgy, for example, right? Obsidian, I think it's a kind of volcanic rock with which you get very ... very excellent edges. And then, that's a nice word. Well, I am saying: [in] the primitive exchange, no need to compare the labor-times, no need to ask oneself what the labor-time is in order to gather, what the labor-time is in order to make the obsidian ax, and then compare both. How do you expect that to be possible?

Here, I select an example that fits perfectly. And these two groups don't even speak the same language, well, what do you want them to compare? Moreover, gathering is a typical activity with continuous variation. For example, women go gathering, and then they sing, and then they chat, and then they gather some more. This is called an "activity with continuous variation". There is no ... there is no measurement of labor-time. For the ax maker, he's not going to compare. It’s even an idea that would make the ... the primitives laugh, comparing the time taken to gather wild seeds and the time taken to make an ax ... Well, sense this then, how are they going to create the exchange?

On the other hand, they have a collective evaluation. We assume that it cannot be related to labor-time which would even presuppose a common language that they do not have. I assume that they're even two rather distant tribes, not of the same cultural background, not sharing the same language. Fine. They exchange seeds for axes. I am saying: how can the exchange take place? Well, we know that now. We know it. We know it. Uh ... [Pause] The question of whether anyone ever used this method to exchange anything is another question. But I think, yeah, I think people acted like that all the time.

Group A, you remember, eh, in your head, group A must be the one that offers seeds and receives axes. I say, in parenthesis, that it is too obvious after all I have said: marginalism is a primacy of the law of demand over the law of exchange. I'm not saying why, but you [inaudible words, Deleuze lowers his voice]. Well, group A that gets axes may develop -- I say “may”, this is all abstract, eh; you cannot make the slight reflection to me about [inaudible word] -- Uh… group A may develop an idea about ​​the last quantity of axes that would force them to change their assemblage. And the group may have [this idea] from the start, the collective evaluation of the last quantity of axes that would force it to modify the structure of its gathering assemblage.

What does that mean? So, I’m continuing, eh, I’m continuing in the abstract. Group B can make a collective assessment of the last quantity of seeds which would force it to modify its own assemblage. If you grant me that, you grant me everything. I would say, at that point, that the value of the traded items is strictly determined by the two limit objects for each group respectively, the marginal ax for the group that gives wild seeds, the marginal seed for the group that gives axes. And if the last ax ... And then the law of exchange will be ... [Pause] -- Ah that's very simple; it’s the lack of words -- the law of exchange will be : [Pause] the last ax, that is, which forces the I-don’t-remember-which group to change their assemblage… which would force the group… beyond which, rather, beyond which the group would be forced to change its assemblage, equal to the quantity of seeds that would force…, beyond which the other group would be forced to change its own assemblage.

You see? This is a great market. You can't go wrong with this system. Why? Because: what’s valuable here? There is never a direct comparison; this is an indirect exchange. Each group evaluates respectively on its own behalf the value of its marginal object, [Pause] and it is this respective evaluation by each group of the value for each of the marginal object relative to each one that will determine the exchange. In other words, the objective relation in the exchange arises from two subjective series; the direct relation arises from the indirect relation or, if you prefer, the equalization in the exchange arises from two unequal, non-symmetrical processes.

But I’m just adding ... you’ll tell me: this is a little confusing, how do they evaluate? What does that mean, “they would be forced to change their assemblage”? Well, let's reconsider the group -- and I’ll finish up with this -- let's reconsider the group of people receiving axes. Beyond the marginal ax, either they have nothing to do with it, they keep the same assemblage, but they have no concerns about the last ax, they have no need to use it. So, the exchange loses all interest. This doesn't happen anymore. This is the moment time for the break before another series begins again, the axes having worn out. This is exactly the moment for a break at the café. Or are they forced to change their assemblage, so what would that mean? Giving up their itinerance; giving up their gathering itinerance; creating with the threshold-axes – no longer the limit-ax that itself belonged to the “gathering” assemblage – but creating what with the ultimate ax, with the threshold ax? From brush clearing or worse, from stump removal, they become farmers. They could no longer follow the flow of gathering; they would switch into a completely different type of assemblage which, at least, would already involve agricultural elements. So, they ward off the agricultural threshold by anticipating the “gathering” limit. Same reasoning for axes, not difficult, namely that beyond the subsistence seeds necessary for their livelihood, the ax makers would have to change their assemblage.

All is fine; it is still the development for itself of each respective series that will fix the value of the exchange, the value of the object exchanged starting from what functions as the marginal object in a series and from this which functions as marginal object in the other series. Proof of which ... Proof of which ... it's uh ... it's just the last effort that I ask of you, this gives us a confirmation, jumping from savages to things, to the most modern forms; this gives us a singular confirmation concerning the time, the margin, the limit and the threshold, the accounting exercise. [Deleuze indicates the student who he has asked to speak] You pick it up here ... you pick it up here…

The previous student (who has just prepared a brief presentation): [Inaudible remarks]

Deleuze: Ah, ok, you aren’t picking it up here… And you should speak loudly… you should speak as loudly as possible.

The student: [Inaudible presentation; some students say "Louder!"]

Deleuze: Okay! I would translate that, in my own language, by saying: the assemblage exercises, the successive assemblage exercises, each, uh, primitive assemblage forms a series, and it recurs after a pause, right? Er… Each series is therefore an assemblage exercise. It is obvious that the assemblage exercises are variable. Right? No, what I want you to discuss very quickly, there, to emphasize nonetheless, is your story uh ... the importance of time and of the evaluation of duration in accounting. If necessary, if you can't hear, I'll repeat what he says, if he doesn't want to speak loudly, right? ...

The student: [Continued inaudible presentation] [End of recording] [92:45]

 

[1] Besides the previous session, Deleuze discusses the relation city versus State throughout Plateau 13, “Apparatus of Capture,” in A Thousand Plateaus.

[2] On Braudel and these points, see A Thousand Plateaus, pp. 431-435.

[3] Deleuze considers the anticipation-conjuration process in plateau 13 (on the apparatus of capture), A Thousand Plateaus, pp. 435-437 (Mille plateaux, pp. 543-545).

[4] Beckett’s short story, “Premier amour” (1946) is translated “First Love”.

[5] Deleuze develops these same terms (e.g. utility, the “last”, marginalism, threshold) in section XII, “Capture”, in plateau 13, A Thousand Plateaus, pp. 437-442 (Mille plateaux, pp. 545-550).

[6] In footnote 24 of Plateau 13, A Thousand Plateaus, p. 566, Deleuze attributes this quote (and provides its text) not to an Englishman, but to Gaëton Picon, from Economie libérale et économie dirigée, vol. 1 (Paris: Sedes, 1946-47), p. 117. After the text of this citation, Deleuze adds parenthetically: “Marginalism seeks to quantify the assemblage, when in fact all kinds of qualitative factors are at work in the evaluation of the ‘last’.”

[7] Deleuze develops these two aspects of the assemblage in A Thousand Plateaus, plateau 5, “On Several Regimes of Signs,” notably, pp. 140-145.

[8] Deleuze discusses his own alcoholism in this perspective in “B as in Boire [Drinking]”, in the video interview with Claire Parnet from 1988-89, Gilles Deleuze, From A to Z [MIT/Semiotext(e), 2012).

[9] See also “D as in Desire” in Gilles Deleuze, From A to Z, for Deleuze’s moving account of being forced to deal with student at Vincennes who has experienced the extreme threshold experience and requiring hospitalization.

French Transcript

Edited

Gilles Deleuze

Sur les appareils d’État et machines de guerre, 1979-1980

4ème séance, 27 novembre 1979

Transcription : Annabelle Dufourcq (avec le soutien du College of Liberal Arts, Purdue University) ; transcription augmentée, Charles J. Stivale (avec référence à la révision de Florent Jonery à Web Deleuze)

 

Partie 1

Je dis, quant à la prochaine fois, hein, la prochaine fois, que, sur le souhait de plusieurs de ceux qui travaillaient l’année dernière, qui voulaient que nous fassions une séance restreinte, non pas du tout dans le but d’exclure qui que ce soit, au contraire, bien au contraire, euh… mais parce qu’on reviendra sur certaines notions qu’on avait développées la proch… l’année dernière et, comme on les supposera connues, ce sera comme une espèce de séance qui ne peut intéresser, je crois, réellement, qui ne peut être suivie que par ceux qui ont fait le travail l’année dernière. Alors, les autres, s’ils le veulent bien, je leur donne rendez-vous la semaine d’après. A charge de revanche, par contre, à des séances [1 :00] “précurseurs” qui seront que pour ceux... [Rires]…Voilà. Je ne vois pas comment, mais... Bien.

Quelques étudiants : [Propos inaudibles]

Deleuze : Là-dessus, la dernière fois, nous avions un peu avancé, pas beaucoup, sur…, dans la voie d’un thème dont nous avions besoin, à savoir la possibilité de concevoir une coexistence dans un champ social, une coexistence et un empiétement de formations sociales très diverses. Et l’on s’était donné comme hypothèse la possibilité de définir les diverses formations sociales par des processus que l’on appelait par commodité des “processus machiniques”, et l’on avait dégagé la [2 :00] coexistence et l’interpénétration de ces processus. Alors, l’on n’avait tenté non plus du tout, maintenant, de parler de sociétés, par exemple, primitives en tant que formations sociales, mais l’on avait dégagé un processus qui, sans doute, apparaissait dans les sociétés dites primitives, mais apparaissait aussi ailleurs et où, ce processus, on l’appelait “d’anticipation-conjuration”.

On parlait plus exactement d’appareil d’État, non plus comme formation sociale ou société étatique, on parlait d’appareil de capture, un autre processus. On parlait de machines de guerre, on parlait de… etc. [Deleuze ne termine pas] Et on avait dessiné ce champ social où, alors, lorsque les formations sociales sont rapportées non plus à des modes de production qu’elles seraient supposées…. euh… qu’elles seraient censées supposer, mais sont rapportées [3 :00] aux processus qu’elles enveloppent, l’idée même d’une coexistence de toutes les formations dans le champ social nous paraissait se… se… se vérifier, se fonder. C’est là-dessus que je demande s’il y a des points… ou bien si je continue…, mais je crois qu’il y a des points...

Une étudiante : [Inaudible]

Deleuze : Quoi? Oui, oui. Dis. Dis. Oui

L’étudiante : C’est sur la ville et l’État.

Deleuze : Ah, sur la ville et l’État. On avait vu en effet, je le rappelle, que dans ces formations sociales, nous avions éprouvé le besoin de distinguer la forme “ville” et la forme “État”, parce que ça nous semblait très important historiquement de comprendre, par exemple, pourquoi le capitalisme était passé par la forme “État”, alors que la forme “ville”, à ses débuts, lui avait donné [4 :00] tant de chances et tant d’occurrences. [Pause] Qu’est-ce qui se passe? Et l’on avait essayé de distinguer la forme “ville” et la forme “État”, quelle que soit la concurrence entre les deux, quelle que soit la manière dont la forme “État” allait plus tard s’emparer de la forme “ville”. On avait essayé de distinguer, là aussi, deux processus très différents en définissant la forme “ville” par la constitution d’instruments de polarisation au sein d’un réseau, toute ville renvoyant à d’autres villes, tandis que la forme “État” nous paraissait renvoyer à des systèmes très, très différents, des systèmes de résonance que l’on avait essayé de… de distinguer justement des instruments de polarisation.[1] Alors, c’est là-dessus que tu voulais ajouter quelque chose.

La même étudiante : Oui. Enfin, il y a quelqu’un qui a fait un travail sur Paris [5 :00] en particulier et, à partir du Xème-XIème siècle, s’est attaché de voir comment Paris a résisté… euh… enfin contre l’État et cela jusqu’en 1980. Alors je vais vous lire enfin juste une page où il parle de Paris actuellement :

« Les villages de France n’ont pas voulu de gare, il a fallu les construire à 2-3 kilomètres de l’église en pleins champs. Pendant longtemps, il n’y a pas eu de continuité dans le tissu bâti entre le vieux centre et sa gare. Puis, petit à petit, autour de chaque gare, le zéro central a commencé à secréter une coagulation rectiligne d’activités étrangères. Ce hiatus est encore souvent perceptible ; c’est là l’histoire du grand nombre de Sainte-Emilie-Centre et Sainte-Emilie-Gare qui parsème la campagne française. Paris a manifesté une réaction du même ordre. La bataille entre la ville et l’État a fait rage pendant cinquante ans [6 :00] et sous d’autres formes, elle a persisté jusqu’à aujourd’hui se concluant et s’annulant dans le nœud ferroviaire métropolitain qui est en cours d’achèvement. »

C’est-à-dire qu’en fait, il explique, après, que la ville de Paris avait des largeurs pour les rails, enfin l’écartement était à 1 mètre 30 et que le réseau ferré était à 1 mètre 40 et que c’est là-dessus que toute la résistance s’est faite et jusqu’à maintenant. Et lui, il dit qu’il n’y a que maintenant, c’est-à-dire maintenant que le réseau des Halles vient de relier le train au métro, que la résistance se termine, quoi, c’est-à-dire que ce qui avait commencé il y a plusieurs siècles, mais, en gros, particulièrement à l’époque de la Révolution française, c’est-à-dire la lutte entre Paris et l’État, vient de se terminer maintenant avec la jonction RER, Halles et métro. [7 :00]

Deleuze : Ouais. En effet, ce serait très, très important…

L’étudiante : Cela a été publié…

Deleuze : … et je crois qu’ils doivent être de l’école de Braudel, hein… Je disais : c’est vraiment Braudel qui a, il me semble, en tous cas en France, lancé cette étude extrêmement profonde sur les rapports à la fois polémiques, de concurrence, entre la ville et l’État qui vraiment constitue quelque chose de fondamental dans l’histoire de l’Europe, hein. Braudel a sûrement raison de dire : en Asie, ça ne s’est pas passé comme ça parce que, en Asie, il y a une subordination…, dans l’histoire de l’Asie, il y a une subordination beaucoup plus directe et fondamentale de la ville à la forme “État”. Mais, en Europe, il y a eu une espèce de vacillement, hein, et vraiment la naissance du capitalisme, je crois que c’est un problème considérable [8 :00] que de se demander, en effet, avec toutes sortes de données, qui dessinait la formation du capitalisme en fonction de la forme “ville”.[2]

Et, encore une fois, je rappelais cette phrase de Braudel, parce qu’elle me paraît très bonne, qui dit : chaque fois, il y a deux coureurs… chaque fois, il y a deux coureurs, et il dit : c’est le lièvre et la tortue. Or, c’est la ville, bien entendu, le lièvre, hein. Et c’est la forme “État”… c’est la forme “ville”, le lièvre, c’est-à-dire : il était à la vitesse la plus grande et, pour nous, on peut même ajouter qu’on donne au mot “vitesse” un sens très précis, ce n’est pas du tout une métaphore, c’est vraiment la vitesse de déterritorialisation. Il y a une puissance de déterritorialisation de la forme… dans la forme “ville” beaucoup plus grande que dans la forme “État”… euh… j’essayais de dire, la dernière fois… parce que dans la ville, la déterritorialisation, elle est vraiment dynamique, tandis que, la déterritorialisation d’État, elle n'est peut-être pas moindre, mais elle est [9 :00] statique.

Or, on se dit : mais, en effet, qu’est-ce qu’aurait été et comment se dessinait le capitalisme quand il, et dans la mesure où il, passe par la forme “ville”? Qu’est-ce qui fait qu’il a eu besoin de la forme “État”? Ou qu’est-ce qui fait qu’il a choisi la forme “État”? Ce sera très important pour nous d’essayer de préciser cette question. Là, je dis tout de suite, une des hypothèses que je vois, qui me paraît une des plus importantes – je ne sais pas si je l’avais dite – c’est très lié à un thème voisin, que l’on rencontrera aussi, que l’on a rencontré l’année dernière, à savoir que, de toute manière, il y a nécessité – aussi bien pour la forme “ville” que pour la forme “État” – il y a nécessité de s’approprier, de capturer une machine de guerre.

Or, pourquoi je dis ça? [10 :00] Parce qu’à ce moment-là, peut-être, tout devient un tout petit peu plus clair. Il me semble que c’est une des raisons – je ne dis pas du tout la seule – mais à savoir que la forme “ville” n’est pas un bon instrument d’appropriation de la machine de guerre. C’est la forme “État”, parce que c’est la forme “État” qui peut faire les investissements dans la guerre dite “de matériel”. La forme “ville” a beaucoup moins cette possibilité. Encore une fois, la forme “ville”, ce n’est pas qu’elle n’engendre pas et qu’elle n’ait pas…, qu’elle ne s’approprie pas sa machine de guerre, mais elle a besoin essentiellement de guerres rapides, elle a besoin de guerres rapides à base de mercenaires. Il est évident que la guerre ou l’appropriation de la machine de guerre va s’orienter vers de toutes autres voies, à commencer par la conscription nationale, du point de vue des hommes, par l’investissement matériel, du point de vue du capital, et que c’est… c’est peut-être [11 :00] une des raisons principales de ce que le capitalisme est passé par la forme “État”  et il ne s’en est pas tenu à la forme “ville”, ce qui a impliqué que les États… enfin, comme dit Braudel, que le lièvre… que euh le… la tortue rattrape le lièvre. Il a fallu que la forme “État” fasse peser son poids, son appareil de pouvoir – qui n’est pas le même que celui du pouvoir des villes -- il a fallu que l’appareil d’État fasse peser cet appareil de pouvoir sur les villes. D’où, en effet, ce que confirme le texte que tu viens de lire, l’extraordinaire méfiance à la fois et des villes par rapport à la forme “État”, et de la forme “État” par rapport aux villes.

La même étudiante : Oui enfin, mais qui est surtout liée à la circulation justement. Parce que…ils...

Deleuze : Oui. Oui. Complètement, puisque les villes, en tant… en tant que c’est des instruments de polarisation sur un réseau, la ville renvoie à une autre ville ou à d’autres villes, elle est essentiellement pensée en termes d’entrées [12 :00] et de sorties, essentiellement, tandis que l’État, ce n’est pas ça. Bien sûr, il y a une entrée et une sortie de l’État ; je dis : ce n’est pas l’essentiel, là.

Je veux dire ça, parce que, vous comprenez, on aura besoin de se rappeler ce point, que lorsque l’on arrive à définir les formations sociales par des processus (processus de capture, processus de… d’anticipation-conjuration, etc.), il faut voir que ces processus tantôt jouent à l’état comme pur… Je peux dire une société primitive, bon d’accord, ou une bande – ce n’est déjà pas la même chose – mais ce sont des formations sociales où vraiment le processus d’anticipation… euh... le mécanisme d’anticipation-conjuration l’emporte sur tous les autres. Mais, ça, c’est un premier point de vue.

Un second point de vue, il faut voir comment chaque formation [13 :00] n’enveloppe pas seulement le processus prééminent qui lui correspond, mais adapte, adapte à sa manière, les autres processus. Par exemple, des processus d’anticipation-conjuration, vous les trouverez aussi dans les villes, dans la formation “ville”, pour conjurer l’État. Des processus d’anticipation-conjuration, vous les trouverez aussi dans le capitalisme pour conjurer les limites du capitalisme.[3] Donc, si vous voulez, chaque processus joue de manière préférentielle dans tel type de formation, mais il peut très bien être repris dans une toute autre formation. C’est pour ça que ça fait un champ social où tout coexiste nécessairement. Vous suivez? Bon. Bien. Alors on continue. [14 :00]

Une autre étudiante : J’ai une question à propos de la semaine dernière.

Deleuze : Ouais !

L’étudiante 2 : Quand on parlait de dernier mot, de dernier verre, de dernier amour...

Deleuze : Ouais !

L’étudiante 2 : On pourrait peut-être ajouter : dernier agencement chez Beckett pour...

Deleuze : Dernier agencement chez Beckett, oui, pourquoi pas? On va voir où on pourrait mettre le dernier chez Beckett. Oui, il y a un dernier amour chez… qu’il appelle bizarrement le premier amour, oui, il y a tout ça, oui. Bon.[4]

L’étudiante 2 : Et puis, chez Lawrence, je crois que tu avais dit une fois il faut même [Propos inaudibles] de l’amour. Tu vois ?

Deleuze : Ah oui, ah, ça, c’est tout simple, oui. Ce qu’il veut dire... ce n’est pas tout simple, hein, mais ce qu’il veut dire, Lawrence, lorsqu’il dit ça, d’accord.  Eh ben, on va parler de tout ça.

Alors bon, c’est un nouveau thème qu’on aborde aujourd’hui. Je vous demande juste de sentir que ces thèmes sont très à la suite les uns des autres. Là, on se trouve dans la situation suivante : on se dit que notre tâche, [15 :00] aujourd’hui, ça devrait être de construire un modèle même très abstrait, un modèle abstrait qu’on pourrait appeler “modèle de l’échange primitif”. En arrière-fond, on a comme souci que, quand même, parmi tous ces mécanismes dont on a parlé la dernière fois, le mécanisme qu’on a cru bon d’appeler “d’anticipation-conjuration”, à la fois il m’intéresse, mais il ne restait quand même pas du tout clair : qu’est-ce que c’est que ces anticipations-conjurations collectives? Alors, est-ce qu’un modèle de l’échange primitif nous permettrait d’avancer dans cette voie et, surtout, est-ce que ça nous permettrait de renforcer notre hypothèse d’une coexistence des formations sociales les plus diverses dans un champ donné? [16 :00] Or, les conditions de base... Donc on va faire comme ça, euh… si vous voulez : on se propose, mettons… euh, je suppose que on se propose de construire ce modèle abstrait de l’échange primitif.

Au point où nous en sommes, nous savons ce que nous ne pouvons pas nous donner. Qu’est-ce que nous ne pouvons pas nous donner? Euh ! Et qu’est-ce que nous devons nous donner? Et ben, nous devons nous donner, par définition, des groupes qui sont dans une certaine communication les uns avec les autres et, en effet -- je ne reviens pas là-dessus -- nous ne croyons pas, il ne nous semble pas nécessaire de présupposer ce qu’on appelle classiquement l’autarcie des petites sociétés primitives ou leur indépendance, ou leur [17 :00] incommunicabilité. On suppose que des groupes primitifs peuvent être tout à fait en rapport les uns avec les autres. Bien plus, je suppose que c’est inévitable. C’est inévitable, parce que les formations primitives coexistent déjà avec les États, avec des appareils d’Empire, que ces appareils d’Empire impliquent et mettent les groupes primitifs en communication les uns avec les autres, donc on a toute raison de penser qu’il y a des formules d’échange primitif et pas des groupes indépendants.

Bien plus, je me dis : il y a communication entre groupes étrangers dès qu’il y a, même pas écriture (l’écriture, ça renverrait à l’appareil d’État, à l’appareil Empire), mais dès qu’il y a parole, dès qu’il y a langage… euh…quelque chose nous fait pressentir que, finalement, [18 :00] le langage, j’entends y compris le langage oral, ce n’est pas du tout fait simplement pour ceux qui parlent la même langue. Je dirais même plus, le langage, il n’existe que dans la mesure où il y a déjà des contacts entre des gens qui ne parlent pas la même langue. Je veux dire : le langage est inséparable d’une fonction de traduction des langues et non pas d’une fonction de communication à l’intérieur d’une seule et même langue. Enfin, tout ça…, on se donne ce minimum : groupes primitifs en rapport les uns avec les autres.

Mais il y a des choses qu’on ne peut pas se donner. C’est quoi? Si nous supposons qu’il y a des échanges primitifs, nous ne pouvons pas nous donner, premièrement, la coexistence d’un stock. Je dis les conditions du problème pour moi, hein. [19 :00] Je ne verrais aucun inconvénient à ce que, parmi vous, il y en ait qui disent : ah ben non, le problème pour moi, il se pose autrement. Moi, je dis comment il se pose pour moi. Je ne peux pas me donner la préexistence d’un stock pour une raison très simple, c’est qu’on a vu les dernières fois, je ne reviens pas là-dessus, que, loin que le stock présuppose un surplus, c’était le stock qui était constitutif du surplus, et le stock était un acte de l’appareil d’État.

Donc si je cherche une formule des échanges primitifs qui coexistent – entendons-nous bien, qui coexistent avec des appareils d’État, mais qui ne constituent pas des appareils d’État, puisqu’ils vont à la fois anticiper et conjurer, vous vous rappelez, les appareils d’État – je ne peux pas supposer que l’échange primitif implique un stock. Je peux tout au plus dire qu’il implique une élasticité [20 :00] de l’offre et de la demande. Ça me suffit, oui. C’est une certaine élasticité de l’offre et de la demande, c’est-à-dire que tantôt ils mangent plus, ils mangent moins, bon, donc ils peuvent échanger de la nourriture etc., mais je ne réclame aucun… aucun stock préalable, je réclame juste des données de… dites – j’emploie, là, un terme d’économie politique courant – d’élasticité d’offre et de demande. Donc, l’échange primitif, je dis : impossible de se donner un stock pour [mot inaudible] l’exprime.

Deuxième chose : impossible de se donner un équilibre ou un équivalent monétaire (ou d’un autre type) pour la même raison. Encore une fois, ces formations primitives coexistent avec [21 :00] l’appareil d’État, mais impliquent d’autres processus. Or, on a vu que, non moins que le stock était un acte de l’appareil d’État, le marché, la monnaie, sont des actes de l’appareil d’État. Et, en ce sens, on a déjà mis en question sans encore le justifier suffisamment, on a mis en question l’idée que la monnaie puisse trouver une origine dans le commerce, c’est-à-dire dans des formes d’échange généralisées, pour dire : non, de toute manière, s’il y a une origine de la monnaie, c’est du côté de l’impôt, c’est-à-dire d’un acte fondamental de l’État, qu’il faut la chercher. Donc, pas moyen de se donner : équilibre, équivalent ou marché, ou existence d’un marché.

Enfin, troisièmement : pas question non plus de se donner l’hypothèse d’une intervention, dans l’échange primitif, d’un travail ou d’un temps de travail, [22 :00] d’un travail nécessaire ou d’un temps de travail socialement nécessaire à la production des objets échangés. Pourquoi? Parce que, là aussi, l’année dernière on l’avait déjà développé, mais on aura à retrouver, sous un autre aspect, cette idée, pour une raison très simple c’est que ces formations dites primitives ne fonctionnent pas sous le régime du travail qui est un régime d’activité très spécial. L’année dernière, on avait essayé de préciser. On avait trouvé, faute de mieux, la formule de “action continue” ou “activité à variation continue” que l’on opposait à l’activité du type travail. Mais, en effet, il nous semblait et il vaudra… il vaudra mieux l’expliquer, peut-être aujourd’hui, il nous semblait que, de toute manière, le travail n’était pas une activité naturellement déterminée, mais était une détermination très particulière de l’activité, un modèle auquel on soumettait [23 :00] l’activité et ce “on” nous paraissait une fois de plus l’appareil d’État. A savoir : c’est l’appareil d’État qui soumet l’activité au modèle “travail”. Donc, pas question d’invoquer un temps de travail qui servirait de critère de comparaison possible entre échange… entre objets échangés au niveau d’un échange dit primitif.

Donc, voyez, je continue mon hypothèse tout à fait abstraite. Et voilà que survenait, alors, pour nous aider, une hypothèse dont je dois dire tout de suite qu’il est curieux qu’elle nous survienne, là. Je disais, ben oui, voilà qu’il y a des économistes qui ont dit : la valeur ne s’explique [24 :00] ni par le travail ou le temps de travail nécessaire à la production de l’objet, ni par l’utilité de l’objet… – vous voyez, donc ils s’opposent et à la valeur-utilité et à la valeur-travail -- et ils disent cette formule mystérieuse : la valeur se réfère à l’utilité du dernier objet.

Alors, je dis tout de suite : ce qui est curieux, c’est que cette thèse – le dernier objet étant l’objet marginal – est bien connue sous le nom, en économie politique, de “marginalisme” ou “néo-classicisme” et que cette théorie a eu et conserve encore une importance [25 :00] fondamentale.[5] Je dis qu’elle a été évidemment élaborée pour rendre compte du capitalisme et du marché capitaliste. Mais les théories ont des aventures… comme… comme tout. Ce ne serait pas invraisemblable que, par exemple, une théorie inventée pour tel secteur, pour rendre compte de certains phénomènes du marché capitaliste, notamment de l’équilibre des prix en régime capitaliste, se retourne et se découvre avoir un champ d’application dans les formations non-capitalistes. Donc, l’on peut toujours se poser cette question : est-ce que l’objet marginal, l’idée du dernier objet, est-ce que ça ne trouverait pas une… une application très curieuse dans des formations dites primitives? Est-ce que ça ne va pas nous aider ? C’est ma question, dans notre hypothèse.

Je cite un… texte d’un manuel, pas du tout d’un grand économiste, d’un manuel [26 :00] qui expose le marginalisme. Je lis lentement, hein. Il s’agit… il s’agit cette fois du travail et de la productivité, non pas du produit, il s’agit de la productivité du travail et du travailleur. Et voilà ce que dit l’auteur : « Soit un éleveur de moutons… » -- voyez, c’est tout simple, il faut que l’exemple soit très clair, hein -- « Soit un éleveur de mouton qui se demande si son personnel de pâtres est suffisant. Il peut s’apercevoir que s’il louait un pâtre de plus (sans faire par ailleurs aucun changement dans son outillage ni dans ses constructions) » – il met ça entre parenthèses, je le souligne, hein, je le souligne pour l’avenir, pour mon avenir. [27 :00] -- Voyez bien les conditions : vous avez l’entrepreneur, hein, l’entrepreneur-éleveur qui se dit : est-ce que j’ai assez de pâtres? Voilà la question. Et il se dit : peut-être que je pourrais louer, c’est-à-dire salarier, un pâtre de plus sans faire aucun changement dans mon outillage ni dans mes constructions. Il faudrait ajouter : ni dans mes terres -- vous n’ignorez pas qu’un mouton, c’est tant de… je ne sais pas, une vache, c’est un hectare, un mouton, c’est…, je ne sais pas... euh… mais la surface des terres est aussi censée rester la même. -- Donc, sans faire aucun changement, est-ce qu’il peut prendre un pâtre de plus? C’est une question que tous les... Il faut se mettre, pour comprendre…euh… tout ce qu’on aura à dire, plus tard, sur le capitalisme, il faut toujours se mettre aussi à la place d’un patron. Alors... Voilà, le patron de moutons, [28 :00] quoi. Est-ce que j’engage quelqu’un de plus, une fois dit qu’il s’agit de ne rien changer dans son entreprise ?

Sentez que déjà, on a quelque chose. Je voudrais aller très lentement aujourd’hui et que vous me suiviez… très bien et que… euh…. Commence à se dessiner une notion de seuil. Tous les patrons connaissent ça, tous les patrons disent ça. Il y a même une règle fameuse qui est quelque chose comme la règle des cinquante. Il y a toujours un seuil dans une entreprise. Les patrons savent très bien qu’au-delà d’un certain seuil, il faut changer la structure de l’entreprise. Par exemple, il y a un seuil à partir duquel si vous engagez une personne de plus, vous avez sur le dos, en tant que patron, un comité d’entreprise. Vous me direz : ce n’est pas grave. Ce n’est pas grave... Oui, non, euh… Bon... Euh…il y a aussi des seuils où la comptabilité ne peut plus être faite de la même manière. Il faut que vous changiez, je dirais…, [Deleuze ne termine pas] [29 :00] Il y a des seuils au-delà desquels l’agencement tout entier doit changer. Voyez donc que mon patron de moutons, là, il est en train de se dire : est-ce que je peux engager un berger de plus sans changer mon agencement, c’est-à-dire sans augmenter ma propriété, sans changer les constructions, etc. ? Voyez le problème ?

Je continue. « Il peut s’apercevoir que s’il louait un pâtre de plus sans faire par ailleurs aucun changement, le troupeau serait mieux soigné, le nombre des agneaux en pourrait être augmenté et l’on serait en mesure » – c’est-à-dire lui – « il serait en mesure d’envoyer ainsi au marché vingt moutons de plus chaque année. » Supposons qu’il s’aperçoive de ça : sans changer l’agencement de mon entreprise, si j’engage un type de plus, je peux avoir [30 :00] vingt petits agneaux de plus à envoyer au marché. Voyez, hein. Vous me suivez? Si vous ne comprenez pas, vous ne comprendrez pas les autres exemples… ce n’est pas... Jusque-là, ça va.

« Le produit net », le produit net « du travail de ce pâtre supplémentaire sera donc en quantité de vingt moutons ». Or, hein, puisque avec le pâtre supplémentaire, le type, sans rien changer, peut faire vingt petits moutons de plus, le produit net du travail de ce pâtre sera donc, en quantité, de vingt moutons et en valeur, et en valeur, du prix que ces vingt moutons vaudront au marché. Tout ça est limpide. « Si l’éleveur peut embaucher le pâtre supplémentaire pour un salaire tant soit peu inférieur » -- [31 :00] c’est-à-dire : tant soit peu inférieur au prix des vingt, prix des vingt moutons moins x – « Si l’éleveur peut embaucher le pâtre supplémentaire pour un prix inférieur, un salaire tant soit peu inférieur au prix des vingt moutons, il le fera. Sinon, il s’abstiendra de l’engager ». C’est… c’est des règles de base d’une entreprise.

« Ce berger que l’on est sur le point d’embaucher… » -- Vous voyez, hein -- « Ce berger que l’on est sur le point d’embaucher… » Ça commence… le texte commence à devenir intéressant ici, hein. Là, le patron, c’est dans sa tête, il évalue. Il évalue : est-ce que je peux engager un type? Est-ce que ça va…, euh… est-ce qu’il va me rapporter vingt moutons? Est-ce que je peux le payer un peu moins ou beaucoup moins que le prix des vingt moutons au tarif du marché? – « Ce berger que l’on est sur le point [32 :00] d’embaucher, c’est le berger marginal, c’est le berger limite. » Voyez pourquoi il est marginal ou limite : parce que, si ce dernier berger est engagé, et si l’on engageait encore un berger… un autre berger après ce dernier, à ce moment-là, il faudrait que l’agencement change. C’est pour ça que la parenthèse est essentielle. C’est le berger limite, compte tenu de l’agencement considéré. Le type, il peut toujours engager encore d’autres bergers ; à ce moment-là, il lui faudra de nouvelles terres, de nouvelles constructions ; il faudra qu’il change la nature de son agencement d’exploitation, la nature de l’entreprise. Comprenez, donc, là, on en est à un dernier berger au sens de : le dernier avant que l’agencement ne soit forcé de changer, le dernier avant que l’agencement ne soit forcé de changer. [33 :00] C’est ce qu’on appellera “le marginal” ou “l’objet limite” ou “le personnage limite”. Bon, ça va? Vous m’arrêtez, hein, si ça ne va pas. Il recevra un salaire approximativement égal à la valeur nette qu’il ajoute au produit total, c’est-à-dire inférieur aux vingt moutons qu’il rapporte, inférieur dans une mesure déterminée. [Pause] Euuuhh, Voilà.

Mais si nous supposons que tous les bergers de l’entreprise, celui-là, le berger marginal -- C’est une belle notion, le berger marginal, le berger matinal, [34 :00] c’est curieux, ça... [Il ne termine pas] Bon alors, euh, ça doit déjà, vous sentez qu’on va en venir, qu’on va en revenir à nos problèmes que j’invoquais la dernière fois, plus concrets, là : le café, le dernier verre. Mais je me dis, l’ouvrier de la dernière heure, il faudra… faudra aller voir, faudra retourner dans cette parabole, là, de l’ouvrier de la dernière heure et voir si, non pas du tout si c’est du marginalisme – ce n’est pas comme ça qu’on travaille – mais s’il y a moyen de faire, pas du tout une assimilation entre un texte euh… du nouveau testament et un texte de l’économie politique, ça n’aurait aucun intérêt, mais si on peut pas sauter de l’un à l’autre, faire des ruptures qui vont enrichir cette notion de “dernier”... --

Mais enfin, voilà, si nous supposons que tous les bergers de l’entreprise, celui-là et ceux qui avaient été engagés précédemment -- c’est-à-dire toute la série : toute la série des pâtres engagés successivement [35 :00] jusqu’au pâtre marginal -- si nous supposons que tous les bergers de l’entreprise, celui-là et ceux qui avaient été engagés précédemment, sont interchangeables, c’est-à-dire si on ne se donne pas l’hypothèse d’un berger génie, s’ils sont interchangeables, nous devons penser que tous toucheront nécessairement le même salaire. Voyez, ce qui veut dire, si vous avez compris cette phrase « tous toucheront nécessairement le même salaire », c’est formidable. Il est en train de nous dire... Et de quel droit est-ce qu’il peut nous dire ça? Il nous dit : le salaire des bergers précédemment engagés dépend de l’évaluation du salaire du berger marginal.

Alors, vous me direz : mais le berger marginal, il n’est pas encore engagé. Évidemment il n’est pas encore engagé. Sur toute la série, toute la série est déterminée par l’évaluation, [36 :00] par l’entrepreneur, du salaire du berger marginal. Et le salaire des pâtres, des bergers précédents, sur toute la série, va être déterminé par le salaire du dernier des bergers possibles. Encore une fois, comment est-ce que je peux dire [Deleuze tousse et s’étouffe] “dernier objet possible”? Je peux le dire puisque j’appelle “le dernier objet possible”…, euh, non, “le dernier berger possible”, le dernier berger avant que l’agencement ne soit forcé de changer. Un berger de plus, outre le dernier berger, l’agencement n’est plus possible ; il faut un autre agencement. Donc, c’est l’évaluation du salaire du berger marginal qui détermine le salaire de tous les bergers existants. Vous saisissez? Bon.

Ce n’est pas étonnant [37 :00] que ce soit des Anglais qui ont eu ces idées, c’est très, très... C’est très… c’est très rigolo. Et, donc, cet auteur qui ne fait que résumer les thèses marginalistes peut conclure, c’est ça qui m’intéresse : « la productivité de l’ouvrier marginal… » – à savoir son pouvoir sur vingt petits moutons – « la productivité de l’ouvrier marginal détermine ainsi non seulement le salaire de cet ouvrier marginal » -- tout simple – « mais celui de tous les autres. » Bon. Là, on a pris le problème de la productivité et du salaire. Et il ajoute entre parenthèses : « De même que, lorsqu’il s’agissait de marchandises… » – et sans doute, au niveau de la marchandise, c’est encore plus clair : j’ai donc pris un cas plus difficile, donc, si vous le comprenez, vous comprenez à plus forte raison pour la marchandise – [38 :00] « De même que, lorsqu’il s’agissait de marchandises, l’utilité du dernier seau d’eau… » « l’utilité du dernier seau d’eau ou du dernier sac de blé commandait la valeur non seulement de ce seau ou de ce sac, mais de tous les autres seaux ou de tous les autres sacs composant le stock. » Nous barrons le dernier bout : « composant le stock » [mot inaudible], puisqu’il ne convient pas, ça ne change rien. « La valeur de tous les seaux d’eau et de tous les sacs de blé est déterminée par l’objet marginal, c’est-à-dire par la valeur déterminante du dernier seau [39 :00] d’eau et du dernier sac de blé. »[6]

Vous me direz : dans ce cas-là, on comprenait vaguement ce que c’était que “le dernier” dans le cas du pâtre, mais on comprend plus, peut-être, dans le cas du seau d’eau et de... [Deleuze ne termine pas] Bon, si on a déjà compris à propos du pâtre et que l’on voit que les marginalistes ont commencé par faire leur analyse non pas au niveau de la productivité et du travail, mais au niveau de la marchandise, c’est donc l’utilité du dernier objet qui détermine la valeur de toute la série – c’est ça, si je résume, hein : c’est l’utilité du dernier objet qui va déterminer la valeur de toute la série et de chaque terme de la série. Si on dit ça, on se dit : bon, on tient, on tient un début.

Qu’est-ce que…? Et, en fait, on a un repos et, alors, on se dit, il faut reprendre notre… souffle : on oublie, on oublie le marginalisme, ou on fait semblant de l’oublier. Et on dit : c’est curieux ce truc du thème [40 :00] du marginal. Le dernier détermine la valeur de toute la série. Qu’est-ce que je peux dire là-dessus? Que, en fait, il faut corriger, c’est l’idée du dernier. L’idée du dernier détermine la valeur de toute la série réelle, de toute la série des termes réels. Pourquoi? Parce que on l’a très bien vu, et, là, c’était clair dans l’exemple du pâtre ; ce n’est pas au moment où le dernier pâtre, le pâtre marginal, est effectivement engagé qu’il va devenir déterminant du salaire, c’est le salaire de tous les pâtres précédents réellement engagés qui est déterminé par l’idée de la [41 :00] productivité du pâtre marginal, c’est-à-dire du dernier pâtre engageable sans que l’agencement change.

En d’autres termes, voilà déjà quelque chose qui m’importe énormément, c’est… Je formulerai alors plus précisément mon hypothèse : il y aurait des évaluations collectives… – on est en plein champ social, en plein… en pleine formation collective – il y aurait des évaluations collectives qui seraient de nature anticipatrice. Elles anticiperaient quoi? Elles anticiperaient la limite. -- Là on… on… on progresse tout d’un coup, on progresse à pas de… de géant, même si c’est abstrait. -- Elles anticipent la limite. [42 :00] Elles anticipent le nombre de termes nécessaires pour arriver à cette limite, et elles anticipent le temps mis à atteindre cette limite. Bon. [Pause]

Pourquoi est-ce que cette évaluation collective est anticipante? Après tout, c’est un sujet philosophique qui vous importe, enfin même du point de vue de l’histoire de la philosophie, je cite pour mémoire un très beau texte de Kant que certains d’entre vous connaissent, sur les anticipations de la perception. Et, dans ce texte, Kant essaye de montrer que la perception a une structure telle qu’elle comporte au moins… -- elle qui est tout entière liée à l’expérience, [43 :00] on ne perçoit que quelque chose qui est donné dans l’expérience, sinon on conçoit, on ne perçoit pas – eh bien, qu’il y a pourtant une donnée que Kant appelle a priori, c’est-à-dire indépendante de l’expérience, qui intervient dans la perception, une seule. Et c’est cette donnée qui constitue l’anticipation de la perception. Et cette donnée, c’est que, quelle qu’elle soit, la perception a nécessairement une quantité, une grandeur intensive. Bon.

Je dis : peut-être qu’on rencontre, à un tout autre niveau, mais peut-être que… que, là aussi, le croisement se fera entre ce problème de l’anticipation dans le jugement… et, là, on tient, vraiment sous un tout autre aspect, on tient un problème de l’anticipation dans l’évaluation collective. Et l’on dit : l’évaluation collective, [44 :00] c’est… – et on appellera, à ce moment-là, quitte à dire ensuite « ah non, on s’est trompé, ça n’était qu’un cas, il y a d’autres évaluations collectives... » – mais pour le moment je peux dire : j’appellerai “évaluation collective” une évaluation qui porte sur l’idée d’un dernier objet, de l’objet marginal et, par là même, sur le nombre des termes de la série pour arriver à ce dernier objet et le temps nécessaire pour y arriver. Voyez.

Pourquoi que ça m’intéresse? Ça m’intéresse énormément puisque les autres années, euh… j’y trouverais comme une confirmation, mais à laquelle, les autres années, je ne pouvais pas penser, puisque… [Deleuze ne termine pas] Les autres années, on n’a pas cessé, par exemple, de tourner autour de la notion d’agencement, très souvent. Et j’essayais de dire : l’agencement, un agencement, ce qui me paraît meilleur que la notion de comportement -- finalement, on agence, on ne se comporte pas --, [45 :00] et ben… c’est très différent, comme notion, en même temps, et ben j’essayais de dire : un agencement, ça a toujours deux faces. Ça a comme, en très gros, ça a une face, et ces deux faces, l’une ne dépend pas de l’autre ; elles sont en présupposition réciproque. Bien, tout agencement a un aspect physique ou même il faudrait dire, pour durcir le mot, physicaliste, et il a un aspect sémiotique ou sémiologique. C’est-à-dire, il est à la fois agencement machinique et agencement d’énonciation. Pourquoi que je fais cette parenthèse? Parce que, là, j’ai une très… Et ces deux aspects sont pas du tout symétriques, ils ne se correspondent pas du tout terme à terme. Dans tout agencement, vous trouverez un système de formulation et d’énoncés et vous trouverez un système de choses et de mélange de choses.[7]

Or, là, dans l’agencement primitif où… dont [46 :00] je m’occupe en ce moment, qu’est-ce que je trouve? Je trouve bien l’aspect, comment dire, “chose” physique, physicale, à savoir la série des hommes, des pâtres, ou des objets… [Fin de la cassette] [46 :20]

 Partie 2

Dans ce cas, qu’est-ce que j’appellerais “système d’énonciation de l’agencement”? Précisément l’ensemble des évaluations collectives portant sur le… l’idée de dernier objet. Or, vous n’attendez pas que le dernier objet soit là. Vous n’attendez pas…. Le patron n’attend pas d’engager le dernier pâtre possible pour que son évaluation de la productivité du dernier pâtre ne détermine le salaire réel de tous les pâtres réels. Hein ? Bon. Ben, c’est ça, c’est ça l’évaluation collective. [Pause] [47 :00]

Or, là, je touche bien un problème. Quel problème je touche? Parce que, par rapport au schéma de la théorie de la valeur-travail... Là je… ça va devenir plus concret tout à l’heure, hein… Il faut me supporter... Il faut… Par rapport à théorie de la valeur-travail, remarquez qu’il y a bien un problème commun auquel l’économie politique – et c’est même ce qui la rend intéressante à mon avis du point de vue d’une théorie des énoncés ou une théorie de l’énonciation – l’économie politique, fatalement rencontre ce problème, quelle que soit sa conception de la valeur, à savoir, c’est : comment se fait l’évaluation du moyen d’échange ou du critère d’échange? Il faut bien qu’il y ait une évaluation collective. Je dirais qu’un chapitre fondamental et insuffisamment dégagé de l’économie politique, c’est : quelle que soit [48 :00] l’école à laquelle on se réfère, c’est qu’elle comporte nécessairement une théorie des évaluations collectives que j’appellerais aussi bien « une théorie de l’anticipation des perceptions sociales ».

Bon. Euh… Alors ça marcherait très bien, parce que, en effet, les partisans de la valeur-travail, qu’est-ce qu’ils nous disent? Ils supposent que le moyen d’échange des objets se rapporte au temps de travail dit socialement nécessaire pour produire les objets. Vous voyez, c’est une thèse extrêmement claire. Encore une fois, là, prêter… prêter cette thèse à Marx est un non-sens, non pas que Marx ne la prenne pas, mais Marx ne prétend pas l’inventer ; c’est au contraire la vieille théorie la plus classique de l’économie politique classique. La nouveauté de Marx, elle est assez profonde, mais, précisément, [49 :00] elle n’est pas là, hein. Bien.

On nous dit : s’il y a donc échange d’objets, c’est parce qu’il y a bien un moyen de comparer les objets échangés, vous voyez, dans la théorie de la valeur-travail. Et ce moyen de comparer es objets échangés, c’est comparer le temps de travail socialement nécessaire pour la production de l’objet A et de l’objet B. Je suppose que l’objet A prenne le double du temps, il vaudra deux objets B. Bon, tout simple. Vous voyez que la théorie de la valeur-travail implique quand même…, on ne suppose pas que ces sociétés aient par exemple des systèmes ni même un état du travail qui soit un travail mécanisé. [Pause] [50 :00] Or, si on ne suppose pas une mécanisation et une quantification dite scientifique, pseudo-scientifique, du travail, le temps de travail socialement nécessaire implique et renvoie immédiatement à une évaluation collective et du travailleur et de l’entrepreneur et de la collectivité elle-même. Ah oui, ça, ça prend... Euh… tu emploies… avec une hache en acier... euh… ils ne vont pas faire des mesures quand même... Avec une hache en acier, tu fais deux fois plus de… ou trois fois plus de travail qu’une hache en fer... C’est une évaluation collective qui porte sur le temps de travail. Ça suppose le régime travail. Bon.

Pour des raisons que nous avons vues et d’autres que nous allons voir – encore une fois je ne peux pas dire tout à la fois – nous nous sommes [51 :00] privés de cette possibilité dans le cas des échanges dits primitifs, qu’on appelait par convention primitifs, puisque nous disons : là, il n’y a pas de temps de travail socialement nécessaire puisque l’activité y est en variation continue, donc il n’y a absolument rien qui corresponde au temps de travail. Pourtant… Pourtant, là je cite pour mémoire, pour que…, par souci de…, bien sûr, je sais qu’il y a certains ethnologues qui ont tenté d’appliquer les critères, même très quantitatifs, de temps de travail aux sociétés primitives. C’est très curieux que même ceux-là disent que cela n’a pas de correspondance dans la conscience du groupe, ça n’a pas d’équivalent. On peut toujours l’appliquer, mais... Bon, je pense à un Australien qui a beaucoup poussé ce genre de recherche, il dit : ben oui, mais… ça marche en effet, ça marche, c’est vrai, mais voilà... ça ne fait rien. Nous, pour des [52 :00] raisons que j’ai essayé de dire ou de laisser prévoir, on ne peut pas penser que l’évaluation collective porte sur le temps de travail.

Bien plus, un des textes les plus poussés à cet égard se trouve dans Engels, dans Engels, la préface que Engels fait au livre III du Capital. Le livre III du Capital, qui n’est pas publié par Marx lui-même, est publié par Engels, et Engels y joint une préface. Et, dans cette préface, est, je crois, un des textes les plus précis où Engels dit : une fois donnée, une fois dit la valeur-travail, comment peut se faire, dans une société très primitive, l’évaluation du temps de travail, puisque, lui, il est partisan d’une théorie valeur-travail? Et sa réponse dit que, ben oui, il y a une espèce d’évaluation collective sur le mode de l’anticipation… [53 :00] – c’est un texte très curieux, enfin ceux que ça intéresse vous irez le voir, je le ferai passer en fin de séance – Il ajoute : sinon, ceux qui échangent ne rentreraient pas dans leurs frais. Accordez-moi… euh… je suis sûr que vous avez tout compris, pourquoi est-ce que cette dernière phrase « sinon, ceux qui échangent ne rentreraient pas dans leurs frais » doit nous mettre dans un état de joie dont je ne témoigne pas suffisamment ? [Rires] C’est parce que, peut-être, vous le sentirez sûrement, mais il frôle quelque chose à savoir : il est en train de réintroduire un critère marginaliste.

Si l’on essaye de commenter « sinon ceux qui échangent ne rentreraient pas dans leurs frais », comment est-ce qu’on pourra définir la rentrée dans les frais indépendamment de la référence à tout autre type d’évaluation? L’évaluation respective des frais, est-ce qu’elle ne fera pas allusion…? En tous cas, voyez [54 :00] dans quel état on en est : nous sommes en train de dire : dans certains cas, à savoir là où il n’y a pas appareil d’État, dans des groupes dits primitifs, on a fait un grand gain, nous avions raison de parler de mécanisme d’anticipation, parce que ça marche en effet sous forme de l’anticipation. Il y a une évaluation collective anticipatrice. Et nous précisons : en quoi consiste cette évaluation collective anticipatrice? Et nous répondons : cette évaluation collective anticipatrice consiste en ceci, qu’elle anticipe l’idée limite du dernier objet ou du dernier producteur et fixe la valeur de tous les termes de la série et le temps nécessaire pour épuiser la série – sous-entendu sans que l’agencement ne change – et le fixe d’après l’idée du dernier objet.

Donc nous [55 :00] disons : non ! Pas nécessaire ! Pas nécessaire que l’évaluation collective porte sur le temps de travail. L’évaluation collective peut fort bien porter sur l’idée de l’objet limite ou objet marginal. Vous voyez? Confirmation. Comme la confirmation de repos. – Je sens que, tout à l’heure, on va se reposer parce que... Vous me dites si vous en pouvez plus parce que... Je veux dire, ça m’ennuie… Moi, ça m’amuse beaucoup... Bon, ça… ça me met dans un grand état de joie, mais, vous, ce n’est pas forcément la même chose. Euh… Et parfois on peut parler de choses qui, moi, m’ennuient profondément et que, vous, ça vous amusera, on ne sait jamais. C’est comme ça qu’il faudrait distribuer les UV, je demanderais « qui ça amuse, là? », tout ceux qui diraient ça m’amuse, bon... [Rires]

Un étudiant: [Propos inaudibles] [56 :00] … accélérer la croissance sans changer la structure.

Deleuze : C’est ça, c’est ça, c’est ça. bien sûr. Je résumerai ce qu’il dit, hein.

L’étudiant: [Propos inaudibles]

Deleuze : Ouais, ouais, ouais. Tout à fait, tout à fait, les bilans sont complètement… Oui, oui, il remarque que, en effet, dans toute entreprise, précisément ce qu’on appelle des opérations de comptabilité et notamment l’exercice du bilan, la confection du bilan, fait appel précisément à tout ce système qui implique et qui se fait toujours en fonction d’un seuil au-delà duquel [57 :00] toute l’entreprise devrait changer de structure, notamment la masse salariale, je suppose, ce qu’on appelle la masse salariale. Là je crois qu’il y a ici quelqu’un qui serait beaucoup plus savant que moi en tout cas pour en parler, de cette euh…. voilà...

L’étudiant: Ce qui est important, c’est que [Propos inaudibles] dans la comptabilité générale [Propos inaudibles] accélérer la croissance sans augmenter les frais.

Deleuze : Oui, bien sûr ! Sans changer, ce n’est pas tellement d’augmenter les frais, c’est pire qu’augmenter les frais…

L’étudiant: C’est le temps [Propos inaudibles]

Deleuze : C’est ça.

L’étudiant: [Propos inaudibles]

Deleuze : Tu as raison. Tu as d’autant plus raison que l’importance, en effet, là, de cette comptabilité fait intervenir, en effet, [58 :00] le facteur durée. Il y a le facteur nombres d’éléments, nombres d’éléments de la série ; ce qu’on est en train de faire c’est… c’est une théorie des… de ce qu’on pourrait appeler les groupes sériels, mais on appellerait ça précisément, en empruntant le mot à Sartre, mais en lui donnant un sens complètement différent. C’est des groupes sériels et des opérations sérielles qui font intervenir nombre de termes de la série, objet limite, idée de l’objet-limite, et temps mis à. Et, en effet, il a raison d’insister sur le facteur temporel dans la comptabilité, au point où on imaginerait une thèse : l’idée de temps dans la comptabilité, ça oui, ce serait une belle thèse... Oui, hein? Je crois, non? Euh… Certainement que…, mais enfin... ce qui aurait fort à parler n’aurait rien à dire, mais ça, c’est vrai. Tu as fait de la comptabilité?

L’étudiant: [Propos inaudibles]

Deleuze : Tu sais ce que tu vas faire, hein? [Rires] Ben, quoi? C’est... [59 :00] Euh… Tu serais prêt, là?

L’étudiant: Ouais.

Deleuze : Tu serais prêt tout de suite? Ça va être formidable, je vais continuer mes exemples concrets, si tu veux même aller à côté réfléchir un tout petit peu, comment juste nous expliquer… – parce que, là, ça m’intéresserait beaucoup – nous expliquer dans un quart d’heure, j’irai te faire chercher… [Rires] Tu pourrais nous expliquer, justement, le facteur temps dans la comptabilité analytique, dans une comptabilité d’entreprise. Tu pourrais?

L’étudiant: Oui, je peux…

Deleuze : Tu peux? Alors...

L’étudiant: Pas tout de suite, ça serait mieux comme ça ; je... [Propos inaudibles]

Deleuze : A mon avis, c’est là que tu es inspiré, c’est là que tu [Propos inaudibles] [Rires] Alors justement, ou bien tu te bouches les oreilles, tu te bouches les oreilles, hein, tu n’écoutes plus, tu... ré… Ou bien tu t’en vas et… euh…alors… juste pour te donner le temps.

Alors, on oublie ça, hein, parce que c’est… c’est quand même un truc... Je dis, il y a un second point. [60 :00] Voilà, mon premier point, c’était, vous voyez, cette évaluation collective qui est, dès le début, ah si, je précise, parce que… il y a, pour ceux qui voudraient pousser ça alors dans un sens philosophique… vous voyez à quel point c’est… -- c’est bien, on a un sens comptable grâce à lui -- moi je pensais à un sens philosophique, il faudrait reprendre, ceux qui connaissent Kant, le texte de Kant, à mon avis, se trompe complètement [mot inaudible] l’anticipation. En fait, s’il y a une quantité intensive de la perception, c’est parce que la perception sociale est fondamentalement sérielle et travaille en fonction de l’objet limite… euh… mais… c’est donc pour une autre raison que celle qu’il croit... Euh… Non, il ne faut pas dire ça : Kant ne se trompe jamais, il a deviné tout ça [mots inaudibles]...

Alors, comprenez-moi… Qu’est-ce que je voulais dire...? Oui, il y a…  Tout le marginalisme a une théorie complètement folle puisqu’ils sont tous fous quoi, tous... euh… complètement folle, [61 :00] c’est précisément la théorie de l’évaluation et du tâtonnement. Et vous voyez que, en un sens, si on mène ça, ça devient très rigolo puisque, là, l’opposition entre les partisans de la valeur-travail et les marginalistes prend un sens très, très concret. Ils sont tous les deux d’accord, encore une fois, pour dire : il y a nécessité…, rien ne se ferait dans le champ social, ni productivité, ni échange des produits, s’il n’y avait pas des mécanismes anticipateurs d’évaluation collective.

Bon, ça, ça m’intéresse beaucoup, il ne s’agit pas de la planification, il ne s’agit pas... Il s’agit de trucs beaucoup plus concrets, beaucoup plus généraux dans les sociétés. Simplement, la différence, c’est que les partisans de la valeur-travail nous disent : l’évaluation collective porte sur le temps de travail socialement nécessaire. [62 :00] Les marginalistes nous disent : rien du tout ! Alors, nous, on a une raison de suivre les marginalistes sur…, quant à certains cas. Je dis : s’il est vrai que, dans certains cas, dans certaines formations sociales, vous vous trouvez devant un régime d’activité du type “variation continue” et pas du tout du type “travail”, il n’y a pas d’évaluation collective du temps de travail. Et pourtant il y a une évaluation collective qui va présider aux échanges. L’échange est quand même possible, parce qu’à ce moment-là, vous avez une évaluation collective portant sur l’idée de l’objet limite ou du dernier objet. Mais, encore une fois, cette idée, elle est là dès le début de la série. En d’autres termes, elle est une évaluation anticipatrice du temps nécessaire pour arriver à l’objet limite de la série. Mais, cette évaluation, elle, elle est dès le premier terme de la série, elle est dès le début. [63 :00] En d’autres termes, elle est beaucoup plus rapide que le temps nécessaire pour “arriver à”, au dernier terme de la série. Bien plus, elle est nécessairement plus rapide que le temps nécessaire pour passer du terme 1 au terme 2 de la série.

D’où une notion très, très curieuse que certains marginalistes développent dans ce qu’ils appellent leur théorie de l’évaluation ou du tâtonnement. Ils ont développé la notion de vitesse d’ajustement infinie, la vitesse d’ajustement infinie. Alors là, ils la conçoivent…, ils se battent entre eux, parce qu’il y a plusieurs manières de concevoir la vitesse d’ajustement infinie : ou bien en une seule opération euh…, c’est une opération vraiment différentielle au sens de calcul différentiel, mais on peut la concevoir déjà sous la forme d’une espèce d’intégration de différentielles, c’est-à-dire il y aurait plusieurs opérations qui se feraient en un temps extrêmement rapide, [64 :00] il y aurait une op… une sommation de ces opérations ; ou bien il y aurait qu’une seule opération, enfin…, c’est très important…, ce serait très... Et ils donnent des schémas, alors, pseudo-mathématiques très, très, très…, très créatifs, très intéressants, très amusants...

L’étudiant précédent : [Propos inaudibles]

Deleuze : C’est ça, c’est ça. C’est ça. Et actuellement, alors, sans doute, avec euh… avec tout ce qu’on a fait… comment que ça s’appelle, là? Euh… le terminal, avec les distances des… des facteurs… du facteur terminal, il y aurait des équivalences de vitesses d’ajustement infinies. La bourse actuellement, ça doit fonctionner... enfin… il… il va dire ça tout à l’heure. Voyez quels horizons ça nous ouvre. [Rires]  

Alors, le temps de... Je dis : deuxième point. [65 :00] Et, là, on a un premier point qui, déjà, nous ouvre beaucoup d’études sur... Deuxième point, et ben me paraît évident que, dans tout ça, il apparaît qu’on joue… – et, si vous avez quelque chose que vous n’avez pas bien compris, c’est uniquement pour cette raison, ce n’est pas votre faute – on joue sur le mot “dernier” et que, en fait, il y en a deux de “dernier”. Le dernier a deux sens très, très différents. Voilà.

Alors, du coup, je reprends mon exemple, parce que c’est évident…, oublions les marginalistes avant d’y revenir. Comme ça on aura trois points, hein, ce sera... On a fait, petit a, on commence, petit b, on oublie tout. Et je reprends mes exemples d’apparence faciles comme ça, mais pas plus faciles qu’autre chose. Je veux dire…, je disais : prenons à la lettre le mot “dernier”, qu’est-ce que c’est, le dernier verre? [66 :00] Au café, c’est un agencement. Agencement “les hommes au café”. Il est quelle heure?

Réponse : Midi moins vingt-cinq.

Deleuze : Midi moins vingt-cinq, déjà? Euh… Eh ben, les hommes au café, c’est un agencement. Ou bien, je disais : une scène de ménage, à première vue, ça paraît, comme ça, un événement. Non, c’est un agencement, à voir la manière dont, dans certains ménages, elle se répète et elle remplit une fonction sociale très précise. On fait sa scène, hein, si on n’a pas fait sa scène, ça ne va pas. Donc je dis, à ce moment-là, c’est même plus une habitude, quoi, c’est vraiment un agencement fonctionnel. Je m’en tiens à ces deux exemples, on peut les multiplier. Ou bien… Ou bien je cite pour mémoire, parce que j’en… j’en aurais très besoin plus tard, la dernière violence. [67 :00] Bon, j’ai : le dernier verre dans l’agencement café. Voyez, je cherche des exemples, mais, vous, il faudrait en trouver d’autres, mais dans d’autres domaines. Le dernier verre dans l’agencement café, le dernier mot dans la scène de ménage...

Un étudiant: [Propos inaudibles]

Deleuze : Dix de der à la belote, dans un jeu, oui, là, c’est ça un cas très complexe, oui... Et puis… euh… la dernière violence, qu’on laisse de côté, parce que c’est plus tard qu’on en aura besoin.

Et ben… et ben… je dis tout de suite : qu’est-ce qui se passe? Lorsque les hommes sont au café -- j’essaye de raconter… de raconter l’histoire euh… courante, une histoire courante -- ils sont au café. Chacun, il demande euh… il demande euh… un verre. Ils sont quatre, mettons. [Pause] [68 :00] Bon, je dis : est-ce que vous ne pressentez pas qu’il y a un drôle de truc? Je suppose que c’est très marginaliste, que, en fait, le nombre de termes, c’est-à-dire le nombre de verres et la durée pendant laquelle ils restent au café, bien sûr, est soumise à toutes sortes de facteurs : nécessité de rentrer à la maison pas trop tard, hein… euh… contraintes économiques, l’argent… bon, tout ce que vous voulez... Mais est-ce que, parmi tous ces facteurs, il n’y a pas une série de type marginaliste, à savoir que : [69 :00] la valeur de tous les verres est déterminée par l’idée du verre marginal, du dernier verre ? Au point que c’est pour arriver – comme dans une série finalisée – c’est pour arriver au dernier que tous les autres sont bus.

Qu’est-ce que ça veut dire? [Rires] Alors, pourquoi ils ne commencent pas par le dernier? [Rires] C’est absurde, parce que non seulement ils ne peuvent pas commencer par le dernier, mais ils ne peuvent même pas brusquer le temps qui est objet d’une évaluation collective. Et celui qui voudra brusquer le temps se fera moquer. De même – pour dire comme le peuple est bon et n’est pas alcoolique quoi qu’on en dise – celui qui voudra allonger le temps exagérément sera méprisé et traité comme un alcoolique. [70 :00] Il y a une espèce d’évaluation collective, bon, là, un nombre de verres qui souvent est réparti d’après le nombre de personnes, à savoir, c’est chacun sa tournée. Et, je dis : la valeur de chaque verre est déterminée par l’idée de l’objet limite, c’est-à-dire du verre marginal.

Et qu’est-ce que ça veut dire “le dernier verre”? Quel sens donner à : « Allez, le dernier verre »… tout ça? Là aussi, c’est des problèmes d’évaluation collective. Le dernier verre, c’est le dernier avant que [Pause] l’agencement ne soit forcé de changer. Si l’on dépasse cette limite, ça ne peut plus être le même agencement. Qu’est-ce que ça veut dire, ça? Si on dépasse cette limite, c’est donc qu’il y a encore un autre dernier alors, [71 :00] il y a un dernier après le dernier, encore, il y a un dernier après le dernier. Le dernier après le dernier, c’est celui qui impliquerait un autre agencement.

Quel autre agencement dans ce cas précis? J’en imagine plusieurs. Recommençons. Recommençons pour être clair. Alors, le dernier marginal, celui qui marque la limite..., qu’est-ce que ça veut dire, la limite? Ça veut dire : tout le monde en a assez. Ça veut dire : on arrête de boire, fini, hein. Cette société-là, cette formation sociale là, les types au café… bon, c’est fini pour aujourd’hui. Qu’est-ce que ça veut dire? « On se retrouve demain, à demain les gars. » Ça veut dire quoi ça? A la lettre, pour aller plus vite, je dis : il faut bien se reconstituer, hein, il faut bien arrêter de boire pour pouvoir reboire. Faut bien arrêter de boire pour pouvoir reboire, ça marque [72 :00] quoi? Ça marque la pause nécessaire entre deux séries du même agencement. Ça marque la pause nécessaire entre deux exercices d’agencement. – J’espère que dans la comptabilité, il nous a trouvé [mots inaudibles] d’équivalent. -- La pause nécessaire entre deux exercices du même agencement et marquée par l’objet marginal.

Bon. Là, ça va jusque-là. J’ajoute : c’est pour ça que… c’est pour ça que, d’une certaine manière, vous reconnaissez l’alcoolisme à ceci que les alcooliques sont des gens qui ne cessent pas d’arrêter de boire, hein ?[8] [Rires] Ce n’est pas des gens qui boivent tout le temps. De même que vous ne rencontrez que des drogués en cours de désintoxication, vous ne rencontrez que des alcooliques en train d’arrêter de boire. Le « j’arrête de boire, je cesse de boire » fait strictement partie de l’alcoolisme. Vous me direz : qu’est-ce qui n’en fait pas partie? [73 :00] On va voir. Bon. Bien. C’est donc des séries qui sont comme autant d’exercices d’agencement, l’agencement restant le même et, chaque fois, l’objet marginal arrive à la fin.

Vous me direz : mais l’objet marginal de chaque série peut changer. Oui, il y a des phénomènes dans l’histoire de la vitesse d’ajustement, il peut y avoir une intensification de l’objet marginal au sein du même agencement, mais voir si, en douce, déjà, l’agencement n’est pas en train de changer. D’où je passe à l’autre aspect de mon problème, qu’est-ce que ce serait le changement d’agencement? Je peux dire n’importe quoi. Il y a un seuil ; or, là aussi, les alcooliques, ils sont… ce n’est pas des idiots, hein, ils sont très, très… très sensibles aux seuils. Je dis, comme ça : bon, un seuil… où ils ne pressentent que... ils ne pourraient pas tenir. Il faudrait sauter dans un autre agencement. Quoi [74 :00] alors? Ou bien changer la nature des boissons, on voit ça aussi dans l’évaluation collective “drogue”. On approche d’un seuil, et on se dit : ah, il va falloir changer l’agencement, l’agencement “drogue”, va falloir passer de l’herbe à autre chose. Ça arrive. C’est bien un problème d’évaluation des seuils et des limites. Et puis… ou bien changer la nature des boissons ou bien changer l’agencement, c’est-à-dire la composition de l’agencement : pas la nature des boissons, mais les gens avec qui on boit ; ça ne pourra plus être les mêmes, il faudra changer d’agencement, on passera avec de vrais alcooliques, on ne passera plus… ce ne sera plus les copains après le boulot, ce sera autre chose. Bon. Là aussi, il y a une espèce d’évaluation.

Ou bien, on sent très bien : ah ben, si… si je vais trop loin, là, c’est… je risque quand même quelque chose, c’est… ce sera un agencement particulièrement terrible, [75 :00] ce sera l’agencement hospitalier, l’agencement “hôpital”. C’est un agencement, l’agencement “hôpital”, c’est un agencement. Je dis que : là, on aura atteint le seuil parce qu’on aura franchi la limite. Ayant franchi la limite définie par l’objet marginal, il faut changer l’agencement d’une manière ou d’une autre, en s’inventant une autre… un autre agencement “alcool” ou bien en entrant dans un agencement “hôpital”… – je ne veux pas dire que ce soit nécessairement un agencement “hôpital”…-- ou bien, ou bien, ou bien… à charge d’inventivité d’agencement, il y a tellement d’agencements.[9]

De même pour mon histoire de... je peux dire… alors, je peux aller très vite, là, parce que c’est exactement la même chose dans mon histoire de scène de ménage. La scène de ménage fonctionne, hein, comme un agencement. Elle fonctionne par séries. Chaque série ou chaque exercice d’agencement, je dirais, est strictement déterminé par l’évaluation [76 :00] collective, c’est-à-dire l’évaluation bizarrement commune, vaguement commune que font les deux partenaires, si l’agencement est de couple – donc, l’évaluation collective, c’est l’agencement des deux partenaires – que les deux partenaires font concernant quoi? L’idée du dernier mot. L’idée du dernier mot, du mot marginal, du mot limite. Ce n’est pas forcément toujours le même, mais il se définirait par un certain poids ou une certaine couleur. Bon. Il y a aussi une évaluation collective du temps nécessaire pour arriver à ce mot et des autres mots par lesquels il faut passer. Je dirais : la valeur des autres mots et la valeur du temps… [Pause] et la quantité du temps nécessaire pour arriver… etc., est déterminée par l’évaluation collective du mot marginal. C’est lui l’objet limite, dans ce cas. [77 :00]

Supposez qu’il soit dépassé : là il y a quelque chose qui ne va plus. Tout d’un coup, il y en a un des deux qui dit quelque chose qu’il ne faut pas. On peut le concevoir, ça arrive tout le temps dans les scènes de ménage. Encore une fois, quand vous en êtes le spectateur effaré, vous vous dites : « eh ben alors, ils ne peuvent pas aller plus loin. » [Rires]. Et puis il y en a un qui dit tout d’un coup un mot qui, à vous, paraît tout à fait en retrait, et c’est celui-là qui n’est pas supportable. Il a dépassé la limite. Il a dépassé la... Ouais. Il a dépassé…, justement, il est sorti de l’espèce d’accord impliqué par l’évaluation collective. A ce moment-là, c’est tout l’agencement qui change. A savoir, on entre dans l’agencement “divorce”, l’agencement “séparation”, c’est un autre agencement ; ce n’est plus l’agencement de couple, c’est un agencement, un autre, hein.

Bon, qu’est-ce que je suis en train de dire? Je suis en train de dire que “dernier” au sens de marginal, [78 :00] ça ne veut pas dire “ultime” ; ça veut dire en fait “avant-dernier”, puisqu’en effet, le dernier au sens de “ultime” est celui à partir duquel l’agencement est forcé de changer. Le dernier au sens de “ultime” ou celui à partir duquel l’agencement est forcé de changer, c’est ce que j’appellerai “le seuil”. Alors pourquoi ne pas réserver à celui-là le mot “dernier”? Bien forcé de réserver à celui-là le mot “dernier” puisqu’il est le premier. Il est le premier de l’autre agencement. Bien.

De l’autre côté, le dernier au sens de limite et non plus seuil, non plus “seuil de nouvel [79 :00] agencement” mais “limite de l’agencement précédent”, le dernier au sens de limite, c’est l’objet marginal. C’est l’avant-dernier. Le français a un mot qui vient du latin et qui distingue bien l’avant-dernier ou le dernier au sens d’avant-dernier, de l’ultime, c’est le mot pénultième. Pénultième, c’est littéralement le presque dernier, ou le dernier avant le dernier. L’objet marginal, c’est le pénultième ou la limite. Au-delà de l’objet marginal, il y a quelque chose d’autre, le seuil, encore une fois. Au-delà de l’objet limite, il y a le seuil à partir duquel commence un autre agencement.

D’où, je peux répondre à la [80 :00] question : dans une telle formation, qu’est-ce qui est anticipé, qu’est-ce qui est conjuré? Qu’est-ce que c’est ces mécanismes d’anticipation-conjuration auxquels j’attachais tellement d’importance la dernière fois? La réponse, maintenant, elle devient, il me semble, limpide, euh… de l’eau, euh… une évidence : dans l’évaluation collective, ce qui est anticipé, c’est fondamentalement la limite ; ce qui est conjuré, c’est fondamentalement le seuil. [Pause] Et l’évaluation collective réunit indissolublement l’anticipation et la conjuration, et ne peut pas anticiper la limite sans conjurer le seuil, ni conjurer le seuil sans anticiper la limite. [81 :00]

D’où : comment fonctionne… -- je n’ai plus qu’à appliquer ça, et j’ai fini mon problème quand même. Euh… -- Supposons, alors, un mode abstrait – vraiment j’insiste sur abstrait – d’échange primitif. Voilà ce qui se passe. Je prends deux groupes. Un groupe de cueilleurs, qui cueillent des graines sauvages. Vous vous rappelez? Je tiens mes conditions, hein, je ne me donne pas un groupe d’agriculteurs. Car, je ne sais pas si vous sentez : l’agriculture est incapable d’entrer dans ces schémas de série. Si vous sentez ça, vous avez tout compris. Pourquoi que l’agriculture ne peut pas entrer dans ces schémas de série, pourquoi elle renvoie nécessairement à un appareil d’État? Nous le verrons beaucoup plus tard. Plus tard, mais vous devez déjà le sentir.

Donc, en tous cas, je ne me demande pas ça, je me dis : voilà [82 :00] mon petit groupe de cueilleurs, ils cueillent des graines sauvages, ce n’est pas une agriculture. Les autres, ce n’est pas des métallurgistes, mais ils font des haches, ils fabriquent des haches. Vous avez le groupe A ; je ne dirais plus que A, cueilleurs, et B, fabricants de haches. Les meilleures haches étaient faites d’obsidienne avant la métallurgie, par exemple, hein. L’obsidienne, je crois que c’est une espèce de roche volcanique avec laquelle on obtient des coupants très… très excellent. Et puis c’est un joli mot. Bon, je dis : l’échange primitif, aucun besoin de comparer les temps de travail, aucun besoin de se dire quel est le temps de travail pour cueillir, quel est le temps de travail pour fabriquer la hache d’obsidienne, et puis comparer les deux. Comment voulez-vous [83 :00] que ce soit possible?

Là, je prends un exemple qui convient parfaitement. Et ces deux groupes, ils ne parlent même pas la même langue, enfin, qu’est-ce que vous voulez qu’ils comparent? En plus, la cueillette, c’est une activité typique à variation continue. Par exemple, les femmes vont à la cueillette, et puis elles chantent, et puis elles bavardent, et puis elles reprennent la cueillette. C’est ça qu’on appelle une “activité à variation continue”. Il n’y a pas… il n’y a pas de mesure du temps de travail. Pour le fabricant de hache, il ne va pas comparer. C’est même une idée qui ferait rire les… les primitifs, comparer le temps mis à cueillir des graines sauvages et le temps mis à fabriquer une hache... Ben, sentez, alors, comment qu’ils vont faire l’échange?

En revanche, ils ont une évaluation collective. Nous supposons qu’elle ne peut pas porter sur le temps de travail qui présupposerait même un langage commun qu’ils n’ont pas. Je suppose que c’est même deux tribus [84 :00] assez lointaines, pas de même formation culturelle, pas de même langage. Bon. Ils s’échangent des graines contre des haches. Je dis : comment peut se faire l’échange? Et ben, nous le savons maintenant. Nous le savons. Nous le savons. Euh… [Pause] La question de savoir si jamais quelqu’un s’est servi de cette méthode pour échanger quoique ce soit, c’est une autre question. Mais moi, je crois, oui, je crois qu’on fait tout le temps comme ça.

Le groupe A, vous vous rappelez, hein, dans votre tête, le groupe A, ça doit être celui qui donne des graines et qui reçoit des haches. Je dis, par parenthèse, que c’est trop évident d’après tout ce que j’ai dit : le marginalisme est un primat de la loi de la demande sur la loi de l’échange. Je ne dis pas pourquoi mais vous [mots inaudibles, Deleuze y baisse la voix]. [85 :00] Eh ben, le groupe A qui reçoit des haches peut se faire -- je dis “peut”, tout ça est abstrait, hein ; vous ne pouvez pas me faire la moindre réflexion sur le [mot inaudible] -- Euh… le groupe A peut se faire une idée de la dernière quantité de haches qui le forcerait à changer son agencement. Et, cette idée, il peut l’avoir dès le début. Évaluation collective de la dernière quantité de haches qui le forcerait à modifier la structure de son agencement de cueillette.

Qu’est-ce que ça veut dire, ça? Alors, je continue, hein, je continue dans l’abstrait. Le groupe B peut se faire une évaluation collective de la dernière quantité de graines qui le forcerait à modifier son propre agencement. [86 :00] Si vous m’accordez ça, vous m’accordez tout. Je dirais, à ce moment-là, que la valeur des objets échangés est strictement déterminée par les deux objets limites pour chaque groupe respectivement, la hache marginale pour le groupe qui donne des graines sauvages, la graine marginale pour le groupe qui donne des haches. Et si la dernière hache... Et alors la loi de l’échange sera... [Pause] -- Ah c’est très simple, ça, c’est les mots qui manquent – la loi de l’échange ce sera : [Pause] la dernière hache, c’est-à-dire qui [87 :00] force le groupe je-sais-plus-quoi à changer d’agencement… qui forcerait le groupe… au-delà de laquelle, plutôt, au-delà de laquelle le groupe serait forcé de changer d’agencement, égale la quantité de graines qui forcerait…, au-delà de laquelle l’autre groupe serait forcé de changer son propre agencement.

Vous voyez? C’est un marché formidable. On ne peut pas se tromper avec ce système-là. Pourquoi? Parce que : qu’est-ce qu’il y a de bien? Il n’y a jamais de comparaison directe, c’est un échange indirect. Chaque groupe évalue respectivement pour son compte la valeur de son objet marginal, [Pause] et c’est cette évaluation respective par chaque groupe de la valeur pour chacun de l’objet marginal relatif [88 :00] à chacun qui va déterminer l’échange. En d’autres termes, le rapport objectif dans l’échange naît des deux séries subjectives, le rapport direct naît de la relation indirecte ou, si vous préférez, l’égalisation dans l’échange naît de deux processus inégaux, non-symétriques.

Mais j’ajoute juste… vous me direz : c’est un peu confus, comment qu’ils évaluent? Qu’est-ce que ça veut dire qu’ils seraient forcés de changer d’agencement? Eh ben, reprenons le groupe – et j’en termine avec ça – reprenons le groupe de ceux qui reçoivent des haches. Au-delà de la hache marginale, ou bien ils n’ont rien à en faire, [89 :00] ils gardent le même agencement, mais ils n’ont rien à faire de la dernière hache, ils n’ont pas à s’en servir. Donc l’échange perd tout intérêt. Il ne se fait plus. C’est le temps de la pause avant que recommence une autre série, les haches s’étant usées. C’est exactement le temps de la pause au café. Ou bien ils sont forcés de changer d’agencement, ça voudrait dire quoi? Abandonner l’itinérance ; abandonner l’itinérance de cueillette, faire avec les haches-seuil – plus la hache-limite qui, elle, fait partie de l’agencement “cueillette” – mais faire avec la hache ultime, avec la hache-seuil, quoi? Du débroussaillage ou pire, de l’abattement de souches, ils deviennent agriculteurs. [90 :00] Ils ne pourraient plus suivre le flux de cueillette ; ils passeraient dans un tout autre type d’agencement qui, au moins, impliquerait déjà des éléments agricoles. Donc ils conjurent le seuil agricole en anticipant la limite “cueillage”. Même raisonnement pour les haches, pas difficile, à savoir que, au-delà des graines de subsistance nécessaires à leur subsistance, les fabricants de haches devraient changer leur agencement.

Tout va bien, c’est toujours le développement pour soi de chaque série respective qui va fixer la valeur de l’échange, la valeur de l’objet échangé à partir de ce qui fonctionne comme l’objet marginal dans une série et de ce qui fonctionne comme [91 :00] objet marginal dans l’autre série. A preuve de quoi… A preuve de quoi… c’est euh… c’est juste le dernier effort que je vous demande, nous en donne une confirmation, sautant des sauvages aux choses, aux formes les plus modernes, nous en donne une singulière confirmation concernant le temps, la marge, la limite et le seuil, l’exercice de la comptabilité. Tu enchaînes… tu enchaînes…

L’étudiant précédent (qui vient de préparer un exposé bref) : [Propos inaudibles]

Deleuze : Ah bon tu n’enchaînes pas… Et tu parles fort… tu parles le plus fort que possible.

L’étudiant : [Exposé inaudible ; quelques étudiants disent ‘Plus fort !’] [92 :00]

Deleuze : D’accord ! ça je traduirais, dans mon langage en disant : les exercices d’agencement, les exercices successifs d’agencement, chaque agencement, euh, primitif forme une série, et il se reproduit après une pause, hein. Euh… Chaque série est donc un exercice d’agencement. Il est évident que les exercices d’agencement sont variables. Hein. Non, ce que je voudrais que tu dises très vite, là, quand même pour frapper, c’est ton histoire euh… l’importance du temps et de l’évaluation de la durée dans la comptabilité. Au besoin, si vous n’entendez pas, je répèterai ce qu’il dit, s’il ne veut pas parler fort, hein…

L’étudiant : [Exposé inaudible continue] [Fin de l’enregistrement] [92 :45]

 

Notes

[1] A part la session précédente, Deleuze considère les rapports ville-État le long du plateau 13, « Appareil de capture », dans Mille plateaux.

[2] A propos de Braudel dans ce contexte, voir Mille plateaux, pp. 538-542.

[3] Deleuze considère le processus de d’anticipation-conjuration dans le plateau 13 (sur l’appareil de capture), Mille plateaux, pp. 543-545.

[4] Deleuze fait référence à la nouvelle de Beckett, « Premier amour » (1946).

[5] Deleuze développe ces mêmes termes (e.g. l’utilité, le « dernier », le marginalisme, le seuil) dans la section XII, « Capture », dans le plateau 13, Mille plateaux, pp. 545-548 et suite.

[6] La note 23 dans le plateau 13, nomme l’auteur de cette citation, sa source, et le texte : « Gaetan Pirou, Economie libérale et économie dirigée, Ed. Sedes, t. l, p. 117 : ‘La productivité de l'ouvrier marginal détermine non seulement le salaire de cet ouvrier marginal, mais celui de tous les autres, de même que, lorsqu'il s'agissait de marchandises, l'utilité du dernier seau d'eau ou du dernier sac de blé commandait la valeur, non seulement de ce seau ou de ce sac, mais de tous les autres seaux ou tous les autres sacs.‘ ( Le marginalisme prétend quantifier l'agencement, alors que toutes sortes de facteurs qualitatifs agissent dans l'évaluation du ‘ dernier ‘.) »

[7] Deleuze développe ces deux aspects de l’agencement dans Mille plateaux, plateau 5, « Sur quelques régimes de signes », notamment, pp. 175-181.

[8] Deleuze se réfère à sa propre expérience avec l’alcoolisme à cet égard dans l’interview avec Claire Parnet (de 1988-89), L’Abécédaire de Gilles Deleuze, « B comme Boire » (Paris : Editions Montparnasse, 2004).

[9] Voir “D comme désir” dans L’Abécédaire de Gilles Deleuze, où Deleuze décrit, en des termes très émouvants, son expérience avec des étudiants qui se sont drogués jusqu’à se voir obligés d’aller dans l’hôpital.

Notes

Based on Annabelle Dufourcq's excellent transcription, the augmented transcription was prepared in August 2020 with reference to the revised text prepared in early 2020 by Florent Jonery at Web Deleuze. The translation was prepared in September 2020.