January 29, 1980

if you accept the idea that this second figure of the “State” -- [it] arises as a function of this phenomenon that we saw previously, namely archaic overcoding itself causes decoded flows and results in flows being decoded. ... As a result, I will indeed have my two great figures of State, [but] they are not the only ones; I will have: the archaic State overcoding, ... overcoding of flows in the archaic Empire, and then, there, topical conjunctions between decoded flows. ... These topical conjunctions ... form places that are at the same time places of legal discourse, places of society, places of the social field, geographical places, whatever you want, that are places in all senses of the word “place” (lieu)… Thus: topical conjunctions between flows decoded as such.

Seminar Introduction

Following publication of Anti-Oedipus in 1972, Deleuze continues to develop the proliferation of concepts that his collaboration with Guattari had yielded.

As part of this process of expanding these concepts in order to produce the sequel of Capitalism & Schizophreinia, A Thousand Plateaus, this series of 13 lectures on "The State Apparatus and War Machines" constitutes the major seminar of 1979-80 and Deleuze's penultiimate consideration of these concepts. He then returns to the history of philosophy with five sessions on Leibniz and then concludes the academic year, at his students' request, with two final sessions of reflections on Anti-Oedipus

English Translation

Edited

Deleuze continues to benefit from the collaboration of Eric Alliez who contributes to the class (unfortunately inaudibly in part) regarding mercantilism and rise of banks. Deleuze then goes back in time to discuss archaic forms of monetary exchange and overcoding, considering in detail how the ways that the very activity of overcoding by States and Empires ironically yield decodings of flows and lines flight. Deleuze's development, in large part, corresponds to specific pages in A Thousand Plateaus (pp. 448-452), up to the emergence of capitalism with which, he say, the next session will begin.

Gilles Deleuze

Seminar on Apparatuses of Capture and War Machines, 1979-1980

Lecture 07, 29 January 1980

Transcribed by Annabelle Dufourcq; augmented transcription, Charles J. Stivale

Translation: Charles J. Stivale

Part 1

Deleuze: ... like that ... we ... First ... uh ... First ... uh ... Eric, do you ... would you talk a little, or not?

Eric Alliez: Yes.

Deleuze: There you go, first I am looking either for confirmations or else – so that you understand what we are talking about -- confirmations or else complications on the theme that we have considered in the previous meetings, namely: a certain tax-trade relationship, such that, in a certain way, trade could only be developed in a social milieu of taxation. We considered that a lot. And so, among us, we have here, we have here ... Eric Alliez who has been working for some time on both an economic doctrine and on a period in which this doctrine was very important, namely mercantilism.[1] And so I asked him ... uh ... how, in his opinion, was organized, among these so-called mercantilist authors -- who are both practitioners ..., who are not only theorists, who are practitioners -- how was the tax-trade relationship organized, since this occurred at an essential moment in the historical formation of European trade? So, what would you say about this topic? What...?

Eric Alliez: [Inaudible comments]

Deleuze: You have to speak as loud as you can, eh, because ... uh, I don't know if ...

Eric Alliez: I was saying, there is a relationship that emerges between money and taxes [Inaudible words] insofar as mercantilism is the triumphant doctrine between, say, the middle of the 17th century and the middle of the 18th century, [inaudible words]. So, in fact, the thesis that I would like to try to extract is that, in fact, the best formulation, let’s say, of the money-tax problem that the mercantilists could paradoxically have given is found in Hobbes. So, in fact, in the Leviathan, Hobbes identifies, let’s say, two circuits of money, a venous circuit and an arterial circuit. So, I roughly have laid out the problematic. So, in fact, Hobbes says that the venous circuit of money is the taxes and levies which are placed on goods that are transported, bought or sold, a certain metallic mass. This one is channeled [inaudible words] that is, in the State coffers, and it is there that the metal will receive the vital principle, because in fact, only its authority, that is, the State authority, will be able to give it its rate (son cours).

Deleuze: This is very interesting. Is that in Leviathan? How about that.

Eric Alliez: Yes. For those interested, this is pages 268-269 of the, er, edition ...

Deleuze: French or ...?

Eric Alliez: Yes, yes, French. [Inaudible words] And, next, therefore, to this venous circuit is located an arterial circuit that he defines as the redistribution to individuals, and it is therefore the State which will give the impetus for exchanges of manufacturing and [inaudible words]. So we find in a ... in a French mercantilist named Vauban, let's say, a conception which is very, very close to that, insofar as he clearly says that the circuit of money begins at the time of government spending. And he explains it as follows: the horizontal circuit induced by State spending is the same as that which, naturally, links Paris to the heartland (campagnes) [inaudible words], simply money circulates there faster, and it is precisely this increase in the speed of circulation, and therefore of money, which will increase national wealth.

So, uh ... it seems to me that the ... the starting point to tackle the problem, let's say historically, is the repeated failure of all the so-called protectionist regulations, therefore all the attempts at overcoding that the territorial States make throughout the 16th century to put an end to the leaks of gold, what we will call cash outflows, and this failure has a demonstrative value on an essential point, namely that, in fact, these are the flows of commercial movements, known as the decoded flows, which regulate and disrupt the movement of cash and fluctuations in process (en cours). So, the mercantilists had an example, well, in front of them, one that’s very precise; it was obviously the example of Spain which had an absolutely extraordinary wealth both in cash and in precious currency from the 15th to the 16th century, and Spain is absolutely incapable of retaining its wealth [inaudible words]. So, from there, something very important plays out, and it is mercantilism that completely takes off from all thought [inaudible words], metallist that always reasons in terms of the body of gold.

Deleuze: In terms of?

Eric Alliez: the body of gold ...

Deleuze: Ah yes, quite right, yes, yes.

Eric Alliez: That is, that the nation must absolutely preserve as much as possible all precious metals and prevent them from circulating and going to other nations.

So, in fact, what is very curious is that in all classical economic thought, mercantilism has been constantly assimilated to [inaudible words] whereas, well, we realize that historically [inaudible words] this is totally false. So, starting from there, well ... let's say that the war for money (guerre d’argent), what Colbert defines as a war for money, takes on a whole new face, and that's the famous theory of trade balance given by an English mercantilist named [Thomas] Mun, at the beginning of the 17th century, and there, he tells us very clearly that there is a need for circulation of currencies, of metal, to establish a positive balance of exports, and ... therefore, of course, therefore, as I said, this mutation has been determined by taking into account, say, the impossibility of a direct coding of the movement of currencies.

So, from that moment on, essentially English mercantilists will try to stop all the policies of currency devaluation [inaudible remarks] which, up to that point, were the most traditional method to manage to pay off public debts, so that the State, in fact, no longer intervenes to regulate the movement of currency, by orienting the movement of the trade via indirect tax which [inaudible words] thus, that, Gilles had shown well the last time, public credit and, of course, a whole policy of borrowing, investment and financing, that is, obviously, public expenditure.

So, to summarize a little this ... this very general approach, in this way, to mercantilism, we can in fact say that mercantilism is truly a political geometry of power in that all its work consists of an operation of axiomatization of production starting from the creation of a new space of appropriation and distribution which is the national territory. And the national market is therefore the new comparative space that the mercantilists will cause to emerge from this appropriation [inaudible words] of the currency represented by taxes and public credit.

Deleuze: Can I ask a question?

Eric Alliez: Yes

Deleuze: Historically, we can clearly see that the mercantilists, in fact, are very closely linked to the ... er ... 17th century formation of ... large States such as the France and England types, right? Are there mercantilist currents that are linked to the autonomy of cities, or not? Are all the mercantilists uh ... really linked to the emergence of ... the so-called modern state in the 17th century?

Eric Alliez: [Inaudible remarks; he seems to speak directly to Deleuze and not to the audience] question is difficult [Inaudible remarks] [Deleuze: mmh mmh, yes yes yes] [Inaudible remarks] the mercantilist current itself, consequently, is completely determined by the emergence of the territorial State.

Deleuze: Alright, alright, great. Yes, it is very ...

Eric Alliez: So, so we have ...

Deleuze: Although, indeed, it appropriates urban mechanisms ... that's it. Yeah, that's fine for us ... because ... okay, yeah?

Eric Alliez: So, we are used to defining this mercantilism by a nationalization of economic life, so, well, through the best known practices of mercantilist policy, namely: creation of large monopolies to promote and control both foreign trade; the [inaudible words] of part of this commercial capital to manufacturers in the form of subsidies, tax exemptions etc., and then, of course, a whole territorial planning policy with public works which aim in fact essentially at the creation of facilities of circulation. This is the entire policy, well, [inaudible words] to create canals, problems [inaudible words], etc. So, there is an economic historian called Schuler in the 19th century, who precisely sums up this connection of mercantilism with the emergence of the territorial State. I’ve jotted down the quote; he said, "Mercantilism in its very essence is nothing other than the formation of the State, not the formation of the state per se, but the simultaneous building of the State and the economic system". Uh ... well …

But what interests us here, beyond a very general approach to mercantilism, is to try to identify somehow zones of immanence [inaudible words] of the mechanism of capture constituting what we could call the abstract machinism of the economic-administrative striation of the mercantilists which is, obviously, the basis of the new assemblage, namely: the nation. So, in fact, this whole kind of ... gigantic informational machine that the territorial State is putting into place, let’s say, which will simultaneously record, balance, regulate, distribute etc., the financial, commercial, industrial flows, and this obviously allowing the appropriation of the circulation of [inaudible words] foreign trade, derives its existence and its efficiency only from a more fundamental plane of appropriation -- this is what Gilles spoke to us about the last time -- namely, the tax that Marx defines, I believe quite rightly, as the economic existence of the State and, correlatively of course, the public credit that Marx defines, always in Capital, as the “credo of capital”, that's a quote, since public debt operates as “one of the most energetic levers of primitive accumulation”, it “endows barren money with power of breeding” by converting it to capital.[2]

So what is interesting at the level of mercantilists is that there is a very, very clear awareness of a conjunction developing these two [inaudible words], namely tax and public credit, the two being completely inseparable, more precisely, the State accumulation. And of this State accumulation, it can be said that it is really the continuous thread, properly designated. And fine, State accumulation, fine, indirect tax insofar being an advance on capital, while direct tax itself is [inaudible word] really the azimuth point which will allow this mechanism of exchange to be grasped.

So [inaudible words] as we said the last time there, [inaudible words] he says at one point something that sums up the problem very well, he says: "thus tax and currency appear to be transformers of economic wealth into political power.”

Deleuze: yeah, yeah, yeah ...

Eric Alliez: It's ... it's ... So, what I want to do now to complete this ... this kind of overview, like that, would be to try to see what effectively happened in France and England at the level of fiscal policy between, say, the middle of the 17th century and the middle of the 18th century. So obviously [inaudible words].

A student: [Inaudible words; she requests to be able to speak to the students, and apparently distributes an announcement for a meeting to be held that morning]

Deleuze: Of course.

Student: [Inaudible words]

Deleuze: I think there are already some. But if you can ... yes. Yes, Yes, Yes, Yes. You will leave some, yes. You pass them around, yes.

Student: [Inaudible words]

Deleuze: No, there isn't? Wasn’t it that that we ...?

Another student: Yes, it was.

Deleuze: Yes, yes, yes. But you can leave more of them, thank you.

Initial student: Bye.

Deleuze: Goodbye.

Eric Alliez: Yes, so then ...

Deleuze: Uh, those who want to go there at 11 am, eh, you can just go ....

Eric Alliez: [Inaudible words]

Deleuze: We can't hear you, Eric.

Eric Alliez: So, I was saying that, in France and in England, mercantilism tends to identify two fundamental fiscal policies, namely: on the one hand, in France with Colbert, and in England with [William] Petty, so from, say, from the middle of the 17th century, it is the aggregate of all the indirect taxes that will be established as the basis of public revenues. So, for example, in England, I have the figures: there indirect tax is [inaudible words] percent of the total tax. And in France, in the 18th century, the direct tax only increased by half, while the lease of the general tax farm (la ferme générale), which collected all of the kingdom's indirect taxes, was going to quintuple. So, that is the first point. And so there, to return to what Gilles said earlier, what is important is that we realize that the nation-State is really reintegrating into its fiscal policy a fundamental element which was at the base of the wealth and expansion of all urban economies between the 13th and 16th centuries, [inaudible words] and then, the second element is: financial concentration. So, in France, with the general tax farm, and in England, with what one could call the mercantilism of paper currency, that is, the creation of the Bank of England, which is not only a deposit bank, but also a bank of issue.

So, I start with the general tax farm. So, what is interesting [inaudible words] is trying to see the articulation that exists between direct, constitutive tax, therefore, of rent, indirect tax, public debt and [inaudible words]. So, from the start, Colbert will link his entire economic enterprise to the financial reorganization of tax revenues. And he will constitute a real financial lobby which will develop a vast network at once economic as well as administrative, ending up covering the whole country with a gigantic, complex spider web operating on two fundamental levels, in fact via two key figures who, as we will see, represent exactly the same person.

So, on the one hand, it is obviously the finance officer who bought his office (charge) and who is responsible for the collection of direct taxes. And he will keep a high percentage of this collection by operating what is called a tax surplus-levy. And the second figure, the figure of the shareholder (partisan), [is] really the key figure in the general tax farm, who is responsible for collecting indirect taxes. So, what is this general tax farm system? Well, in fact, it’s a private company that establishes a lease with the government. At its end, the company will have to pay a sum into the treasury, in the name of the tax in question, responsible for reimbursing itself and, of course, [extending] beyond. So, this difference will obviously constitute the corporate profit.

So, of course, there is a concentration since, originally, each of the taxes was [inaudible words] separately. And then Colbert will really constitute the system of the general tax farms with the lease operating on the aggregate of indirect taxes. So fine, and moreover, that will truly operate until the middle of the 18th century, the peak period being, roughly, 1725-1740. And ... So, this is nonetheless an absolutely gigantic operation, because we realize that by around 1730, there were more than 30,000 persons whose interests were completely tied into those of the farm.

So, this is where we have something that interests us particularly; it is that we realize that, in fact, the shareholder (partisan) type, paradoxically, therefore the one who, theoretically, deals with ..., is linked to the system of indirect taxation, is the finance officer, that is, the one who theoretically should collect direct taxes. Why? Because, quite simply, by [inaudible words] the function, his milieu, his alliance networks, etc., he is the most able to fulfill his role as intermediary since he is in permanent contact with potential leaseholders, large landowners who are, through the angle of the seigneurial system, some of the main leaseholders of the land, those who control directly or indirectly, obviously, the main source of wealth, namely the land.

So, what I mean is simply that ... let's say if the ground rent comes down from the heights of a form of hoarding in order to be reinvested, therefore, in the economy of the country, it is of course in large part through the advances of the lenders in [inaudible words], through this system of general tax farms. So, there, I believe that we fully verify Gilles's hypothesis, insofar as this is indeed the monopolistic appropriation of currency in the fiscal policy of the indirect tax, with the general tax farm, which truly opens up the market function of money ... er ... well, what Marx calls ... fine ... the becoming-capital of money. So, the indirect tax literally allows the deterritorialization of wealth originating from land and, therefore, this indirect tax will ensure the circulation of money through the creation of a market, of course artificial in nature, and determines in this same way the whole economic dynamic through the investment of this same capital.

So, we notice something that is quite ... that is quite symptomatic: it is that all the receiving managers (receveurs généraux), therefore, who belong to the indirect tax system, since it is they who [inaudible word] all the finance officers, fine, appointed by Colbert, in addition to their direct interests in the tax farm, are also shareholders of large trading companies, large industrial companies, not to mention the military navy since it is Colbert who is mainly responsible for the navy. And, so, all these large companies, the main origin of funds, are of course the officers and the [inaudible words]. So, there, I believe that at this first level, we verify exactly what Hobbes said, namely that ... well, it is really the State levy, the tax system, which is the venous circuit of money.

So, much more briefly, I wanted to look at another ... another point, let’s say, of this system of appropriation, with the English reform, then the problem of public credit with the emergence of the bank of issue. So, what is going on in England?

Deleuze: When was the creation of the Bank of England?

Eric Alliez: It's 1690 ...

Deleuze: That's it, yes.

Eric Alliez: But what is interesting is that we see, well before the official creation, let's say, of this bank ... uh ... we realize that the mercantilists will try by all means to create a market for long-term government borrowing and a very, very low interest rate. This constant preoccupation with interest rates can be found in absolutely all mercantilists, essentially Colbert, and that, I think that Keynes sees it very, very well in the chapter which he devotes to the rehabilitation, precisely, of mercantilist policy, since the whole of classical economy will completely reject mercantilism. But then, Marx has a rather ... rather interesting interpretation on this matter. He says that, in fact, classical political economy rejects mercantilism because, in fact, it is the barbaric figure of all ... uh, let's say, the territorial political economy.

So, therefore, this market with long-term government borrowing will be created, and, as if quite naturally, of course, the long-term borrowing will be transformed into perpetual borrowing. And then, the interest is that obviously [that] the payment of interest no longer exhausts public credit, that is, one is no longer required to borrow and then return the borrowed money. One simply limits oneself to paying the interest annually. So, what seems quite important to me is that we realize that the mercantilists had nevertheless anticipated very well a fundamental mutation, namely that ... uh ... historically, we realize that it’s the public debt, the whole system of public debt that will trigger, let’s say, the fundamental mutation of both the stock company and the bank of issue. So here, I would like to read a passage from Marx on the ... precisely on the creation of the Bank of England. It's in Capital, it's the whole passage on the genesis of industrial capitalism.

Deleuze: What page? Euh, bon… [25 :00] c’est dans la Pléiade, tome I, page 1217.

Eric Alliez: Euh, well… It’s in the Pléiade edition, vol. 1, page 1217. [Inaudible words] [Laughter]: “At their birth the great banks, decorated with national titles, were only associations of private speculators, who placed themselves by the side of governments, and, thanks to the privileges they received, were in a position to advance money to the State. Hence the accumulation of the national debt has no more infallible measure than the successive rise in the stock of these banks, whose full development dates from the founding of the Bank of England in 1694. The Bank of England began with lending its money to the Government at 8%; at the same time it was empowered by Parliament to coin money out of the same capital” – and this is obviously the important point – “by lending it again to the public in the form of banknotes. It was allowed to use these notes for discounting bills, making advances on commodities, and for buying the precious metals. It was not long ere this credit-money, made by the bank itself, became. The coin in which the Bank of England made its loans to the State, and paid, on account of the State, the interest on the public debt. It was not enough that the bank gave with one hand and took back more with the other; it remained, even whilst receiving, the eternal creditor of the nation down to the last shilling advanced. Gradually it became inevitably the receptacle of the metallic hoard of the country, and the centre of gravity of all commercial credit.”[3] At the same time that the burning of witches was stopped in England, banknote counterfeiters began to be hung there.

Okay, so, I think, there, uh ... I'm identifying two things that I think are quite important. On the one hand, with all modern money, this is a banking indebtedness since, in fact, well, that is the whole meaning of Marx's explanation: it is the debt claim that the bank draws on itself which takes the place of payment currency. So, what is the creation of money? It is, let’s say, the projection of a circulatory flow in political economy, and uh ... therefore this is an extremely sophisticated appropriation formula [inaudible words].

And, on the other hand, we notice a second thing, which is that the function of money is absolutely not to exchange, but, let's say, to credit a flow of power [inaudible words] of deterritorialization, somewhat finally in the sense that I was saying earlier about the deterritorialization of commercial wealth with this entire general tax farm system, so that it is a matter of crediting with a flow of power [inaudible words] the operation of [inaudible words] which really constitutes the State apparatus. And I think that, in fact, the whole point of reflecting about mercantilism is to see that, in fact, State-creation (étatisation) is really, let’s say, the very essence of all capitalistic axiomatization. And the creation of money is obviously the most sophisticated point of this axiomatization, obviously with all the development of the international credit system, etc. [28:42]

Deleuze: Perfect. So, listen, there is nothing to add, since everything is confirmation. I mean, there is no difficulty. It would be a mass ... Perfect. So, you see, we could have ... Then, surely, there are other examples. What I would be concerned about is ... then, in a whole different social context, but the example of the ... Eastern Empires. Uh ... to what extent, there too, is the tax system which ... allows the extension of trade, and at the same time, the appropriation of trade by ... uh ... by … by the Empire. So, everything is fine. So, there we are. Uh ...

Today I would almost like to ... number our topics, and we will discover some problems similar to those of ... [Deleuze does not finish]. Here we are, my first question is this. And I would almost like us to manage to ... as if we might sense, to sense a complementarity between ... an inevitable complementarity between two events, two abstract events. The first event that I am considering is, again, the formation of the State as an apparatus of capture. So, we have already completed this aspect; we saw it the last time. I am just bringing it up again in order to summarize that this formation of the State as apparatus of capture, we can ... we can present it, in summary, as the overcoding-land system (système surcodage-terre), the overcoding-land system in contrast with what we could call, in passing, the primitive systems which are themselves systems -- is the word "system" appropriate there? It doesn't matter, eh -- code-territory systems. So, we saw that the overcoding-land system was something quite different, and that the overcoding-land system was but one with the erection of an apparatus of capture as such.

So, what interests me today is for this theme to become as concrete as possible. If I try to say what I would like to show .... I would like to show this: that when we find ourselves in a system which overcodes, which overcodes flows, that is, which instead of coding territories or territorialities, overcodes aggregates formed under the conditions we have seen er ... previously, well then, when we find ourselves facing an overcoding system, when we find ourselves facing a system which overcodes the flows of a social field, inevitably, this overcoding will give rise to decoded flows, will itself at certain points cause -- simply, we will have to say which points and why -- but there is something, how to say this, inevitable. Literally, one could say: well obviously, you will not overcode flows, you will not launch an overcoding apparatus without thereby causing decoded flows, that is, decoded flows, I mean, which escape both ... that is, which escape both the primitive code and imperial overcoding, and State overcoding. This is the very act of overcoding of flows which will cause flows, within the social field, that are themselves decoded, flows themselves decoded which therefore tend to escape it, since, once again, "decoded", for us, that does not mean "whose code is encompassed", it means: "flows which escape the code, which escape their code".

So, if you will, so that this becomes concrete, I am taking ... I am coming back to my three ... we saw that the imperial apparatus of capture, the apparatus of overcoding, had something like three heads: public property, the public property of the Emperor who, once again, is absolutely not a private owner, who acts as the public owner of the land; land is an object of public appropriation, so it is owned by the municipalities, but it is an object of imperial property. Fine. So, the first head was public property. The second head was public works. The third head was public tax. These were the three forms of overcoding. And, in fact, in public property, it was the territory that was overcoded and through this became land. In public works, it was activity that was overcoded and through this became surplus labor. And, in taxes, it was the relations or exchanges between goods and services which were themselves overcoded and which became tax money. So, it would be necessary to show that, at these three levels, something very, very precise will act in such a way that the overcoding will not occur without, at the same time, flows appearing and beginning to flow into the social field, flows which escape the code and the overcoding, that is, start the stream of decoded flows.

And the last time I only said this, that this is where every time you must affix, eh, the point that will act like the source of these decoded streams. You understand where I am going with this: it’s that if we assign these points well, henceforth ... well yes, necessarily the most archaic State, that is, the oldest Empire, already will contain germs or viruses within it. There will even no longer be any need to assume an evolution. In the oldest archaic Empire, there will already be kinds of viruses which will labor within it and which will ensure that imperial overcoding does not happen without itself creating something that will escape it and which, therefore, will undoubtedly to be included in forms of States which, apparently, appear to us much later or, in reality, do occur much later. But what will interest us ... uh ... what interests us is not an evolution; it is already to specify how these germs are distributed within the archaic Empire.

Now, the last time, what did I ... try to say based on the theses of ... the Hungarian sinologist Tökei?[4] I tried to say this, something quite simple: yes, when the despot's public property overcodes municipal possession or, if you will, territorial possession, well then, at the same time, at the same time, we are going to witness a very strange phenomenon, namely flows of private property will come into being scattered here and there. And the overcoding produced by public property is itself going to give rise to flows of private property that, at the extreme, it is unable to control – this story is very interesting -- uh ... that, at the extreme, it is going to be unable more or less to control this. More or less, that is, these flows which are decoded are going to be as if caught within a ... kind of tension, their tendency to escape the code and the State overcoding and also the way in which State overcoding must get complicated, must transform itself to catch up with them, to block them ... to, euh, inhibit them, to prevent them, or to master them, to control them.

And, in fact, I was saying: it is at the same time that the public figure of the despot overcodes all the territories as the public owner of the land, and that an entirely different character, who really seems a poor guy within this story, will bring forth the flow, a small stream ... a small stream of private property. And who is this rather ... kind of shabby, kind of weird figure, this character who, once again, complains all the time? For example, on the horizon of the history of China, but in all of universal history, we find this lament, this elegy, it is the freed slave, or the plebeian. The Roman plebeian, the freed slave of the Chinese Empire -- and, once again, the Roman plebs are partly made up of freed slaves, so the resonance between very different systems like Rome and China would be verified -- he is the one who becomes capable of private property, a small private property.

So, there, we can see very well how the overcoding, once again, of the territories, as produced by the Emperor’s or the despot’s public property, causes to flow under specific conditions -- namely: the freed slave -- a stream which, no doubt, at first appears tiny, a stream of private property. In other words, what ... what I am insisting on is that: it seems to me impossible for us to pass from the forms of the Empire’s public ownership to a kind of privatization which would occur by a miracle. Once again, even the Emperor’s functionaries who receive land under tenure cannot become private owners, since the whole point of tenure as function is precisely that one does not own it.

So, as Tökei said, the Emperor's functionaries can be made into little despots, [but] they cannot … they can't be made into small private owners. All their interest, and all the income they derive from these lands, come precisely from the public character of the appropriation. The private owner can only come from elsewhere. So, we must show that it both comes from elsewhere and that this elsewhere is necessarily linked to the imperial system. And, we had a first response in terms of ownership. Once again, the overcoding despot’s public property causes, at a precise point, that of the freed slave, the formation of a flow of private and no longer public property, that is, there is like a decoded flow that begins to flow into the overcoding system.

I would say the same about our second case: labor. I would say ... I would use the same expression: activity is not overcoded by the imperial labor regime, by the imperial public labor regime, without also a flow private labor being formed. And what will this private labor be? It will already be private slavery, namely the activity of the private slave insofar as being the property of a figure, who is who? Once again: who is the freed slave. It is the freed slave who begins to own private slaves for industrial work and especially mining, craftsmanship and especially mining. [Pause] Uh ... once again, sense that this is some kind of complementarity. As soon as you have an overcoding system, it is this overcoding system that causes within it the formation and flow of private flows, of decoded flows.

The third example: tax and money. If it is true that the form "money" relates to tax as overcoding produced by the imperial State, by the archaic Empire, it must be said that this money, this "money" form, it is the currency, is metallic currency. It’s metallic currency. And, finally, metallic currency is State currency. [Pause] Only here’s what we have: with this overcoding, we can imagine that a set of equivalences is established – something we have seen; I will not come back to that -- between goods, services and money, especially in terms of tax payment. Some will pay tax in kind, in goods, others will pay tax in services, others will pay tax in money, in money. It is also conceivable that commercial forms, henceforth, are developed since this whole tax system consists of initiating and operating a rotation and putting goods, services and ... and coins into circulation.

So, there is already a kind of circulation. There is already a kind of commercial circulation within this “tax” overcoding. And it is thanks to this system that commerce can be taken by the archaic Empire to the point at which the Emperor has precisely the monopoly of commerce. But I am saying at the same time, understand, this comes down to saying a very simple thing: you can't stop. As is said, ... uh, once something is unleashed, you can't stop it. You just never know what goes with it. You never know the complementarities in advance. These are not logical complementarities. This is another area. There is no logical complementarity between the overcoding by the archaic Emperor and the decoded flows of the freed slave. The freed slave is the figure who is indeed in a situation of decoding. As long as he was a slave, he was still overcoded ... he was encoded. The freed slave is like a ... you see: he is outcast, but outcast from within, he has no status, he has no public right. We are creating a very, very bizarre situation. And the overcoding system secretes that, secretes that.

So, I am saying: fine, you have the tax system, metallic currency, and through these, commerce is indeed appropriated by the State. The great example is, in fact, for example, the way in which the Chinese Empire tried, really, to overcode trade; it is the famous Chinese grid, the grid of Chinese cities which is typically a system of territorial planning that essentially belongs to the State apparatus as an apparatus of capture and which is a way of overcoding all commercial activities. And ... [End of the cassette] [46: 09]

Part 2

... metallic currency other forms of currency. I am taking the classic distinction in all er ... financial textbooks, where three forms of currency are distinguished. Metallic currency, you see, these are coins ... uh ... gold, silver, copper, whatever you want. The so-called “fiduciary” money consists of paper in the sense of banknotes. And so-called script currency (monnaie scripturale), what is this script money? Well, it's a kind of bill of exchange (lettre de change), discount note (billet à escompte). There you have it. The first two forms, euh seem ... very ... to appear around the 13th ... between the 13th-15th centuries, bill of exchange, discount note. There is a rather curious thing, if we think about it: fiduciary money does not seem very, very interesting to me ... because it is ... uh ... very interesting, because it allows precisely ... it operates as a kind of creation of financial capital. It allows, in fact, ... er ... on the one hand, to transform everything in the domain of ​​circulation, but above all, it authorizes the increase of the quantity of currency. This is already a kind of creation of money.

But what interests me are the two extremes. If I take fiduciary money as constituting metallic currency ... no ... uh ... not ... If I take metallic currency and fiduciary money as expressing the same thing, being the simple expression and the complex expression of what might be called State money, script currency, and here’s my question, is that it has a completely different origin.

You see that I am again locating my theme, in this third case. I am saying: at the same time, it has a completely different origin, and yet it is inseparably linked to State money, to metallic currency, to the point that you will not be able to unleash overcoded flows of metallic currency without also creating currencies. ... flows of decoded script currency. Why? In the same way I was saying earlier: you cannot turn the despot into the public owner of the land that overcodes all territories without unleashing a whole new level of flows of private property that connect back to the freed slave.

You see: the freed slave is not the same as the despot, but it turns out that, very oddly, there is complementarity in the sense that, and this is not surprising then, that in a story that you can already sense, the freed slave will become the Emperor's adviser. There is a very bizarre kind of correlation. Well, we are satisfied with all that. This is an illogical necessity. We would have to find a word for that: an alogical necessity, an alogical complementarity. Then it's not at all the same thing, in the same way, script currency and metallic currency are not at all the same thing. That still does not prevent, as soon as you ... er ... create a system of metallic currency which overcodes, which overcodes trade, you inevitably, necessarily unleash decoded flows of trade which, for their part, pass through the uh ... script currency. I'm trying to explain better ... Yes ... [Deleuze speaks to a student who interrupts] Yes, you will speak later, because maybe I will answer in advance ... because it is... [Laughter]

A student: [Inaudible words]

Deleuze: So, good. You are saying...?

The student: [Inaudible words]

Deleuze: You need to speak loudly, eh!

The student: … that therefore traces were discovered of an archaic Empire which would have been discovered on the high plateaus [Inaudible words] which is very, very old [Inaudible words] And the trace that was found of this Empire is a system of clay balls containing small dice, small triangles with traces of color on them, also clay, and which were found swarming through everything that can correspond [Inaudible remarks] of the territory. I wanted to ask you if this is what can correspond to script currency.

Deleuze: No, there, I think this is a form of, uh ... pseudo-metallic, non-metallic currency, but which functions as metallic currency. Uh ... I guess.

Another student: [Inaudible words]

Deleuze: Yes, but these are functionaries ... in my opinion, they are functionaries .... Uh ... it depends, it's not in Mesopotamia, right? It's in Anatolia, right?

The student: [Inaudible words]

Deleuze: What? It’s in Anatolia, yes. Yes, but that's what we talked about. When we created the hypothesis that there was no reason to stick to Neolithic States, you remember, I’ll remind you very quickly about that: we said that, by virtue of relatively recent discoveries in archeology, you could even break with a pattern that had lasted until ... er ... recently, concerning these Empires ... the problem of the archaic Empires. The classic timeline was: these Empires are Neolithic Empires, and these Neolithic Empires already implied an agriculture, an elaborate agriculture, that is, an agriculture capable of forming stockpiles. We have seen that a very great archaeologist, to whom ... a lot of misfortunes occurred, but for other reasons ..., namely an Englishman called [James] Mellaart has been doing since ... -- or was doing ... he's ... he's been banned from excavations ... I think -- uh ... had been digging since ... uh ... 1960, about twenty years ago, had undertaken a series of excavations in Anatolia. And where he had found -- it seems to me that it is ... one of the great ... uh ... one of the great innovations, really, in archaeological discoveries for a very long time -- he had discovered traces of veritable Empires, eh, with a radius of about ... with an influence of ... an area of ​​domination of 3000 km -- which is huge -- uh ... in Anatolia.[5]

And ... uh ... the example ... the first excavations concern a city with a name that gives you pause, a city, so ... uh ... very, very archaic ... uh ... which is famous thanks to Mellaart’s work and which is pronounced roughly ... I do not quite know how it is pronounced: Çatal-Hüyück. Çatal-Hüyück -- uh ... c cedilla, a - t - a - l, hyphen, h - u umlaut - y - u umlaut ... uh ... - c - k -- But ... uh... because he started there, it seems there are even older ones. He actually traces back ... Archaeological dating goes back to 10,000-7,000, 10,000-7,000, that's huge. And the whole hypothesis ... by which that reverses everything that was said until then about the archaic Empires, as these Empires presupposed an already developed agriculture, etc., what reverses everything is that, obviously, nothing prevents us in addition from believing that these Empires are themselves successors ... Very difficult, these are Empires ... the dwellings are mud, so it is. .. uh… it's not even…that doesn't subsist at all. We can, at the extreme ... 10,000, that puts us at the very beginning of the Paleolithic ... er, of the Neolithic. We can, at the extreme, propose the idea of ​​-- which would upset a lot of things about the dating of ... er ... of ... of this kind of problem -- we can propose the theme of a Paleolithic State, cautiously, right. There might be Paleolithic States of which Çatal-Hüyück would only be ... uh ... would only be ... a last link.

But I am saying: why is it important, this matter of dates? This is because, at that point, there is no question that Empires presuppose an agriculture. Once again, that was our subject: it is not a certain level of agriculture that makes Empires possible; it is archaic Empires that invent agriculture, specifically archaic Empires are directly in the grips of the world of hunter-gatherers. There is no need ... -- again this breaks the patterns of evolution greatly -- no need to presuppose agriculture, a passage to gathering ... ah ... a rudimentary agriculture, development of agriculture and, agriculture having developed, the archaic Empire becomes possible. No reason. On the contrary, we must in ... Must ... must break, there, all these patterns of evolution, in what form? Since we see how is possible at least, thanks to Mellaart’s work, the erection of an archaic Empire directly engaged in a world of non-farmer hunters. And there, how do we see it?

Well, for a very simple reason, it is that, what we see positively, is rather the way in which agriculture comes from the Empire and comes from the city, namely, there, the framework ... the evolutionary framework is completely transformed; it is even ... uh ... turned upside down, namely: it suffices to give you a system of abduction or exchange between hunter-gatherers where wild seeds are, literally, put in a bag. Everything comes out of a bag. This bag, it turns out, is the Empire bag, it's the apparatus of capture. You put in a bag ... uh ... wild seeds from different territories, so that does not imply any agriculture ... As a ... uh ... an urban planner who is very, very important, I believe, who started from James Mellaart’s work, built a whole system ... a kind of imperial model. She's a very good English urbanist ... er ... who has worked a lot on American cities, and her name is Jane Jacobs.[6] Jane Jacobs creates a model that she calls the new obsidian, "obsidian" I am saying ... -- Ah well here I am ... obsidian, for those who do not know, it is ..., but it is very ... normal ..., uh ... it's uh ... lava; it's linked to volcanoes, it's some ... it's uh ... there are several, this is not a type of lava, it is an aggregate of lavas which before, before any metallurgy, allowed the manufacture of tools, in the Paleolithic and the Neolithic. And, indeed, it yields ... you see, these are ... these are... these are... very beautiful lavas, very ... green black. And, in fact, they can be given a sharp edge, so there were obsidian knives, there was ... well obsidian, it's a very beautiful material. – Fine,

You see, if I insist on "before any metallurgy", I mean it was obsidian, it's just as if I said, "before any agriculture", right? So, there is no need even to assume ... eh, a nascent metallurgy, an emerging agriculture on which the archaic Empire would be formed. No, I am saying: everything comes out of a bag, that is, when you put in wild seeds from different territories -- this is indeed the system of the archaic Empire insofar as it overcoded the territories -- they put it all in a bag with functionaries guarding the bag, the despot’s functionaries. What is happening? Everyone knows this. At a greater or lesser length of time, hybridization phenomena occurred, hybridization phenomena. And Jane Jacobs insists strongly on this; she is very, very brilliant regarding these hybridizations within the bag.

And what is going on? Well, the Empire and the capital Çatal-Hüyück, the great capital, it is there that agriculture is created. The capital is in a position to have seedlings, and comparative seedlings; that is, the capital is going to spread those seed hybrids ... she's going to spread them into the territories, where? But the capital is going to put them on its very own land. In other words, agriculture originates in the city and on the city’s land. It’s not born in the countryside, never, ever! It was born in the city, in the city, on the city’s land. So, you see that here, evolutionism, in fact... uh ... is totally short-circuited. You have your hunter-gatherer territorialities, that is, your itinerant territorialities, you have the ... the "archaic Empire" apparatus of capture which does not presuppose any agriculture. And then agriculture will emerge from the apparatus of capture.

So, you will have two cases. In fact, when you plant seedlings, when you plant your seedlings on the city’s lands, you can do it in two ways: either the same seedling on different properties (terres), or different seedlings on the same property successively. These are two interesting cases. This corresponds -- if you remember what we considered the last few times -- this already corresponds absolutely to the expressions, in fact, of land and ground rent, and of ground rent which goes to the despot. That is, there is a comparativity of lands, or seedlings on the same property. Everything is going very well, right?

So… uh… in fact, this is very, very important… I am saying: the importance of Mellaart's discoveries is not simply to push back -- which would already be very, very important -- to push back the ordinary timeline of great archaic Empires by 3000 years or 5000 years; for once, this is no longer… this is no longer the Neolithic. It is the very beginning of the Neolithic and the end of the Paleolithic, and perhaps farther back. But this quantitative problem is secondary to the qualitative problem. It is that, if you push back the date, from that moment on, there is no ... no reason still to suppose – as it still is in Marx’s theory or in the theory of ancient archaeologists -- no reason to assume that the Empire supposes an elaborate stage of agriculture, no need. In other words, the Empire’s emergence, we can say: this apparatus of capture is assembled, but it is assembled in one fell swoop. And it is contemporary, it is ... it is immediately contemporary with any social field. That doesn't mean that everyone is subordinate to it; there are people who escape it, but it's always there on the horizon, always on the horizon.

So, I come back to that, fine ... This kind of comes back to the same thing, we didn't really ... uh ... get off track from what we were saying. See, my complementarities ... Only I am adding: as soon as this Empire is there, as soon as this overcoding apparatus is there, it also contains the viruses that eat away at it. And if I go back over the list of the three viruses, which at the same time are something else, but something else inseparably linked to the system of overcoding, I would say ... I would start again by saying: public property which overcodes ... the public property of the despot who overcodes the land, engenders a shallow stream on the side of the freed slave -- at the beginning shallow -- a shallow stream, the decoded flow of private property, since the freed slave is the decoded figure. He has the right to private property only because he is excluded from public rights. At the same time, he becomes capable of having private slaves, unlike the despot who only has public slaves. The private slave is the one who, precisely, goes to work in metallurgy, in the craft industry, over which the freed slave has a sort of de facto monopoly.

And I come back to my last example: so, I have my State money, metallic or even fiduciary currency. I am saying, well yeah, fine, this is a currency of overcoding, with the "tax" system. It already operates a circulation, a rotation during which the equivalences of goods-services-money are constituted. So, it [currency] overcodes trade and commerce; it overcodes all systems of equivalence. Only here we have this: you cannot unleash this currency of overcoding without another, script currency constituting itself alongside, but necessarily always alongside, but in necessary complementarity. So, you will say to me: but what is this script currency? How do we distinguish it? If I take the two poles "State currency"/"script currency", "metallic State currency"/"script currency", the distinction is very well drawn by Marx, in the texts ... in his texts on currency.

Marx -- I am summarizing a lot -- Marx says roughly this: you understand, he says, uh, metallic currency, … -- and he sometimes says State currency -- metallic State currency is by itself an element of socialization. That's fine with us ... if you follow me, this expression is fine with us; that is, [currency] is itself a social determination. In what sense? It socializes. What? Well, it socializes whatever it comes into contact with. What does metallic tax money come into contact with? We have seen it: with goods and services since, in fact, it is at the level of tax that, once again, is created -- this, I will not stop trying to repeat it -- that it seems to me that the first systems of goods-services-money equivalence are established. So, this metallic currency socializes goods and services, that is, it is a question of a public social relationship. [Pause]

Script currency, what is it? There, Marx says it very ... -- I believe all the ... all the financiers ... would also say it; the analysis is very, very ... it is not especially Marxist what I am saying; any uh ... financier would say it, I think -- that, logically -- I'm not talking about de facto mixtures that are ... -- logically, what is called script currency is the expression of a relationship between two private persons. I'm not necessarily saying physical persons: it can be legal persons, but it is a relationship ... it is a monetary relationship between two private persons. In other words, script currency -- and this is what strikes me as essential, essential, if one tries to go beyond the purely ... er ... apparent definitions -- script currency is always asocialized; it is not itself an element of socialization. It must be socialized; it is a private relationship, private relationship between who and who? Between a private person that we will call a bank and a private person that we will call a merchant, for example. In other words, what Eric [Alliez] was saying clearly earlier, it is even the definition of the creation of money at this level; there are several creations of money. There is a creation of money, metallic currency. There is a whole different type of creation of money, namely: a bank issues a claim on itself; that is script currency. The act by which a bank issues a claim on itself is going to be the fundamental private bank-merchant relationship that will constitute so-called script currency.

So, we understand better the forms of script currency. It's going to be ... the first form, it's going to be the bill of exchange (billet de change). The second form, much more complex, will be the discountable note (billet escomptable). So, you will say to me: but the State intervenes ... but be careful, of course, the State will intervene. But we are dealing with logical determinations. Of course, it has to. But, if you will, we have to talk about a duality of money. There is money as a public social determination that belongs to the archaic Empire already; this is metallic currency. It refers to the tax system. The tax system makes goods-services-money equivalents possible and overcodes trade. But, at the same time, you cannot unleash this same overcoded circuit without, within this circuit, creating points of decoding. These points of decoding are the formation of a completely different monetary flow, a now fundamentally decoded monetary flow; it, "fundamentally decoded," that is, which expresses the private relationships between people.

You will say to me: why [can't] it be prevented? Well, because… it's at the level of this circuit… it's a bit like… -- if you will, there, I'm selecting a, uh… geometric metaphor uh… easy -- it's as if there were tangential points. You undertake your overcoding circuit: there are tangents that are emerging. There are tangents that take flight. So how will these be retained (rattraper)? -- I am correcting simultaneously what I have just said -- At the same time, this currency, therefore script, which is a private relationship, as opposed to metallic currency as a public agency, [about] this script currency, I am saying: it expresses a private relationship and not a social relationship in itself. But, at the same time, it is inseparable from a process of socialization. It is socialized to the extent that ... or through the intermediary of operations, of the commercial and banking operations it makes possible.

Which means what? This obviously means that there will have to be -- and there is a need for -- an adjustment from script currency to metallic currency. There will have to be a form of control over this script currency by the most archaic State. The State will have to make this up. And why does unifying the two currencies have a role? For one simple reason, both currencies need to be convertible. Script currency, if it is not convertible into metallic or fiduciary currency, it ... it makes no sense. If you will, it arises as a private relationship between two people, but can only work as long as it is socialized. And it is only socialized to the extent that, in one way or another, it aligns itself with metallic and script currency, with State currency.

There must be convertibility of the two currencies. And who is it that ensures the convertibility of the two currencies? It’s the bank ... not just any; it is no longer the same as the one that issued the script currency. It’s the bank that is rightly called "central" or "State", or at the extreme, the World Bank. The central bank is precisely the one that will ensure the convertibility of the two currencies, the passage from one currency to another, but the control of the other by one. Particularly striking example, for those who… uh… [a few inaudible words] for example, it is obviously the central bank which will fix the discount rate, the discount rate which concerns above all script currency. When you discount a draft, precisely there is a discount rate that is set by the central bank. You understand?

So, this is perfect. I mean: we possess our outline. I mean: you see that, in our three examples -- which are nothing more than examples since they are the three fundamental aspects of the State apparatus, of the imperial apparatus -- I say: yes, it is very odd but every time you form a circuit of overcoding which one can call "State apparatus", circuit of overcoding, either at the level of the public ownership of the land, with the comparison of properties, you remember, this is a veritable circuit -- from the worst to the best land, from the best to the worst, there is a circuit of the land, there is a land circuit (circuit foncier) -- you form an overcoding circuit. Well, at the same time, in certain points of this circuit, which can be assigned, you create the flow of flows that are decoded. This is private property, at which points of the circuit? The answer is: the freed slave, or the plebs. It [the pleb] is the mistress of private property… at first, eh? It’s not going to stay that way for long in such a system. It’s the freed slave as well

In the second case, when you create a circuit of labor, of public work, and you have there the second aspect of overcoding; you cannot do it without, at certain points, some flows of private labor, flows of work that will be called oddly free labor -- but it is a very, very curious sense of the word "free"; "free" means exactly "decoded" -- ... flows of free or privatized labor only flow at certain points of the circuit. What are these points? My answer: it is the private slavery of which the freed slave is something like the inventor.

And, thirdly, when you create your "tax" circuit, when you make your metallic tax circuit, you cannot do it without at the same time causing, at certain points of this circuit, flows that are decoded. Which points of the circuit? Our answer, our third and final answer, is not difficult: at the very points where script currency is formed as a relationship between two people.

So, this is going to be… this going to be a very amazing thing, the archaic Empire. It already has all the germs or viruses that force it either… either to disappear, or to evolve. This system of public appropriation, which did not include anything private, itself creates the conditions for the formation of the flows of privatization. [Pause] I’m not managing to express this… I want to say it even more clearly, and then I… I don't know… is that clear? Ah…

A student: [Inaudible words]

Deleuze: Really? There, I was going fast, in fact, because ... there you have it, it also seems that ... uh ... "slavery" ... well, it has already been said .... It is… it is a word that… that it has been linked so much to "private slavery", notably when someone, when men are the private property of other men, has been so linked to “private slavery” that we almost hesitate to speak of public slavery. When ... er ... certain authors, influenced by Marx, launch this category of what they call generalized slavery, what does that mean, "generalized slavery"? It is precisely slavery which is not private slavery. So, what is "general slavery"? Generalized slavery is the state of labor in the archaic Empire when either a certain number of workers are owned, we would say today, by the crown, property of the Empire -- you see, this is not at all… it is not property of the despot as a private person -- they have a function, namely a public work function. They are public slaves.

I would like to point out, for example, an excellent book by… I suddenly think of Métraux, of… a great ethnologist, Alfred Métraux, on the Aztecs, where… he insists enormously on the existence of public slavery, namely… uh… among the Aztecs, it is called yana (y-ana).[7] There are… er… children taken away from their communities early on and who are public slaves to the Emperor, and who are assigned to public works duties. But public slavery goes beyond that, or slavery… what is called generalized slavery goes beyond that, because uh, generalized slavery is also… uh… the situation of surplus labor, namely municipal workers owe the Emperor a service in public works. For example… uh… the text we were talking about last time, I believe, the… the admirable text by Kafka on the Chinese wall and the construction of the Chinese wall, well, municipal workers owe a surplus labor, which goes toward constructing the wall, or else, in the so-called hydraulic archaic Empire, that is, which rests on an important hydraulic construction, well, the labor of the canals and of maintaining the canals, it is a public work.

There is therefore a generalized or public slavery. But therefore, the public slave is a slave either to the despot as the public owner of the land or to the despot’s functionary insofar as this official receives land via tenure. But this is land of this function; it is not privately owned land since, when he ceases to fulfill his function, the land reverts to the crown; it reverts to the imperial authority. Or else, even, he is a slave of the municipalities… er… of the village communities which had slaves. For example, in China, the municipalities… er… the farming communities themselves had slaves. In each case, you see that this public slavery is the opposite of private slavery; there is no private property of a slave at all. And yet there is public slavery.

When does private slavery seem to appear? Well, here too, we repeat exactly, this is entirely the ... something symmetrical to what we saw for land ownership. When does land ownership appear as private property? It appears when we can assign persons, in the social field… -- it will precisely become persons, so this requires… this requires something like prejudging, anticipating… -- people who are excluded from public rights appear. So, the question: who is it that is excluded from public rights? Okay, I'm starting over… eh… uh… just to make it really clear, well, the despot is the master of public rights; the functionary is defined by public rights; village municipalities have public rights; public slaves have public rights and public duties. So, in such a system, we say to ourselves: but there is no room for the slightest evolution, or for the slightest change. Everything is planned, everything is perfect. You never foresee ... it's that at the same time, there is this very bizarre mechanism -- you will say to me: why did it come up, this mechanism? No doubt… I don't know… that… that is beyond me -- but there is, in all Empires, this mechanism of emancipation.

A student: [Inaudible words]

Deleuze: What?

The student: [Inaudible words]

Deleuze: Where does that [emancipation] come from? I do not know. It…. Uh ... if you tell me, indeed ... well ...

The student: [Inaudible words]

Deleuze: Yes ... Oh ... that ... if I am being reproached for giving it to myself, the freedman ... In that, I cannot go further, there, for the moment; maybe during another year, I'll have an idea… uh… You mustn't blame me… I am saying, fine, … There if you ask me, in fact, "what necessitated a mechanism of emancipation?”, I am not sure that we can find an answer, but that, there, then, that presupposes, in fact, things that I do not have on… on the Chinese Empire, for example, where… where the movement of freedmen has been so important. So, the movement of freedmen presupposes that emancipation is like a kind of institution necessarily, necessarily constituted in such a system ... uh ... I will allow [discussion] later, because, as I will lose everything if ... uh ... and because I'm almost done.

So uh ... well, given this criticism that can be made of me and which is very, very fair -- that I am not explaining why there is, there is this institution of emancipation -- I am saying: the freedman has no public rights. He no longer has public law. He is no longer a slave; he is not a functionary; he is nothing. He is excluded from public rights. The plebs, there, maybe it would be on the side of the plebs, because nonetheless, the Romans are more familiar to us; maybe, there, the answer would be easier to find, but… uh… in fact, we can see very well in… uh… I am considering Rome at a time when, while forcing things a bit, one can present Rome as a case of an archaic Empire. And in fact, everyone agrees on this, that the Etruscan Empire, that this is an Empire, this is an Empire of the archaic type ... er ... with all its public determinations, this public property, etc. This is the heyday of Kings, of what is called ... er ... in mytholo ... in ... legend, the Kings of Rome.

What happens? What will cause this Empire to collapse? Once again, you remember, we saw this during another year; these archaic Empires were odd in both seeming so perfect and then suddenly collapsing, suddenly collapsing, the Greek proto-Empires… er… of Crete, of Mycenae etc., which collapse like that with, we think, the Dorian invasion, which produce texts. The texts disappear, and the Greek City will rediscover texts from a whole different horizon and in connection with quite different things. There are all kinds ... the disappearance of a small Empire, the Empire of Easter Island ... These disappearances are very bizarre that seem to have really corresponded to a "catastrophe" type, in fact. Fine.

So, I am saying: in the case of the Roman Empire… -- of… of this old Roman Empire, eh, I… I am not talking about what is classically called the Roman Empire… -- of… of the old Etruscan system, which is an archaic system, what takes place? Well, the patricians…. There are the patricians, and they belong entirely to the imperial system, er… public, in what sense? In the sense that they exploit public land. This public land is the eminent property of the Etruscan King; the patricians exploit and have the right to exploit the public land, ager publicus. Fine, there we are. There are public slaves, there are villagers, there is everything you want, there is everything that has been said to define the Empire, [that] the plebs are formed.

So, fine, what does that mean, "the plebs are formed"? So, well, we fall back on the same thing a bit. The plebs are made up, it seems, of inhabitants of the conquered territories, in part, in part freed slaves, we fall back on… uh… so no freed private slaves; that’s not where we are, freed public slaves, freed imperial slaves, freed royal slaves. Once again, I am saying: if ... if ... uh ... yes, you are entirely too correct in telling me ... uh ..., but then why is there this emancipation, why is there this institution since ...? I do not know. I do not know!

Well ... well, the plebeian, you remember, he is excluded from all public rights, that is, he is not allowed to exploit the ager publicus. But, precisely insofar as being excluded from all public rights, he has the right to designate property from the ager publicus, that is, to claim possession of a small piece of land in a private capacity. A piece of what? Is it the ager publicus itself or land outside the ager publicus, some uncleared land? In my opinion, that changed; it's a very, very important problem, that, in which the only point that I know a little about is then… uh… royalty, but it is a very… relatively late case, the royalty of the Lagides, under Greek influence in Egypt. Well, this is very curious; sometimes… uh… it was an assignment of cleared land, already cleared, therefore already belonging to the crown, sometimes it was un-cleared land, right? In any case, whatever this point may be, whatever its importance, that does not prevent the plebe from having the right to assign the property of the ager publicus, that is, to receive as private property a… a small lot. So, it is confirmed that it is the freed slave who -- literally, if I may say -- invents, by suppressing, er… or benefits, creates; it is as a function of the freed slave that the flow of private property is created.

And this same freed slave, insofar as being excluded from public rights, will also have the right to engage in trade and crafts, even if it means, of course, still paying taxes to the Emperor -- there will be a whole system of special taxation -- and insofar as he is not only the owner of a piece of land, but he has a sort of de facto monopoly on industrial and commercial activity, which does not come within the rights of the patricians -- the patrician is not at all interested in this, at that time -- well, the freed slave will become the private owner of slaves that he puts to work, who will no longer be public slaves. And, ultimately, as a master of trade, he is the one we can imagine as initiating the first equivalents or the first seeds of a so-called script currency.

So, in fact, the more I speak, the more I am telling myself that your comment is quite correct, that, henceforth, if emancipation is so important, we must understand where such a thing comes from, this emancipation. Why does the Emperor need… why does the Empire have an institution, uh… that he doesn't know, at the same time… the extent to which it is not going to deport him… that I don't know. I do not know. That will be for another time, eh, or one of you can discover this. There we are… uh… Is that clear? It should be very clear. What time is it?

Claire Parnet: Noon.

Deleuze: Yes?

Parnet: Ten past twelve.

Deleuze: Ten past twelve? Uh ... well, I’ll add very quickly: there, all I just said is a complementarity that I'm going to call an intrinsic complementarity, between what and what? Intrinsic complementarity, that is, internal to the imperial system, between overcoding and the appearance of decoded flows. If I summarize this ... this intrinsic complementarity, I’ll say: the more you overcode, the more you will also cause to flow, at other points, decoded flows which will be like the correlates of the points of overcoding. You see? Script currency, a correlate of metallic currency; private property, a correlate of public appropriation. But these are not at the same points, right? I am saying: we should add that ... there is also an extrinsic complementarity. So, there, maybe… aah, maybe, in this way… you have to take everything into account…

Extrinsic complementarity is what one might call the resumption of the great dossier ... er, that historians talk about, the East-West dossier. And here I am summarizing because I spoke about it during another year, I think; I am summarizing a kind of great archaeological hypothesis which, precisely, was the reigning hypothesis before Mellaart’s work, but which, from what I retain, is perfectly valid even in light of Mellaart’s work. This is the hypothesis that an English archaeologist, again, [Gordon] Childe, c-h-i-l-d-e, laid out very, very well in ... in two books, Prehistoric Orient and Prehistoric Europe. And Childe’s archaeological outline, himself an archaeologist, is exactly this: he says, well yes, the great Empires were formed in the Middle East, Middle East, Egypt… uh… and, we can add… -- he does not deal with China… er… he is a specialist in Egypt… uh… -- we can add: in the Far East. It is the invention of the East, the archaic Empire.[8] [End of tape] [92: 39]

Part 3

… China. It was under these agricultural conditions that the first large stockpiles were formed, the first large imperial stockpiles. So I won't come back to that, because we have changed the order of things: it's not the Empire that presumes the stockpile, it's ... uh ... the stockpile that presumes the Empire, etc., but that doesn't change anything.

Let us suppose the model of these great archaic Empires was precisely the East. Why? It would be necessary, there, to bring in all kinds of things about geography, about ... contemporary historians have done a lot, for example ... the West-East dossier, it's a uh ... it's a commonplace ... in contemporary history… uh… studying the ancient record. With [Fernand] Braudel, you find… uh… you find that aspect deeply detailed, the evaluation of both the potentialities of the West and the East… uh… why a particular thing happened here and why not there.[9] For example: what was the system… uh… what was the relationship of the East with wood, the relationship of the West with wood, the relationship with water… uh… in both cases, well, all kinds of things.

In this very general dossier, it seems to me that Childe was already raising a great cry. He said: you understand, oh well yes, the large agricultural stockpiles were created in the Near East, in the Middle East and, we add, in the Far East. Good. At that point, what else is there in the world? Well, there is already the world we call the Aegean world which will become the prototype of the West. But what is the Aegean world, this Aegean Mediterranean world? Well, he says: oh, they’re unable, if only through the geographical conditions, they’re unable to achieve a level of agriculture and to make stockpiles of the imperial stockpile type. The big bags of seeds, right, even wild seeds, if I go back, then, to the Jane Jacobs framework, uh… where the great hybridizations occur, er… the lands on which the seedlings are planted, all that… No, the Aegean world with all its small plots of land, its islands, all that, no! These are not… not the [right] conditions.

And Childe writes some very beautiful, very brilliant pages on archaeological excavations, when he, there, he really speaks as a specialist; he said: well, you just have to ... be a little familiar with ... tombs, the studies of tombs; we can see very well that, in the Aegean world, tombs give us absolutely nothing of the “stockpile” type, as we find in the oriental tombs. Finally, stockpiles are very, very ... much weaker; this is quite evident, right? He says, he manages to say: well yes, so we find Empires, the Cretan Empire, the Empire er… of Mycenae, Crete, Mycenae… But he almost goes so far as to say: but these are Empires as jokes. These are Empires for laughs; they’re not… Agamemnon is not the Emperor of China. Agamemnon of Mycenae… Uh… or think of Plato's very beautiful text, those who know this text, in which the Egyptian told the Greeks: you are only children. "You are just children," said the Egyptian, because ... no ... uh ... uh ... you don't know ... at the level of an imperial machine, you don't know, you do not know what you’re doing.

Why don’t they know what they’re doing? The Aegean world… We will see what that implies in Childe's framework, which seems very, very interesting to me. In Childe’s framework, it means this: the Aegeans are too far from the great centers of the Middle East to be directly within the sphere of influence of these great Empires. These great Empires are already there, but the Aegeans, the Greeks are too far from the sphere of influence. By themselves, they cannot create the same thing. They can't afford to create stockpiles like that, to build an Empire. On the other hand, they are sufficiently close to know that they exist, to be in constant relations; what is going to happen? As long as they can, they plunder; the Greeks are great looters. As long as they can, indeed, the plundering, there ... er ... all Greek literature is crisscrossed with these big operations, these raids which are raids for looting the agricultural stocks of the Middle East.

Okay, but uh ... it's not always easy to plunder a great Empire, so what else can they do? Well here it is: they will have another regime, because thanks to agricultural stockpiles, what were the Eastern Empire doing? In Childe’s framework, it’s quite simple. So they were developing -- or, we would say: they were creating agriculture, but that uh ... difference matters little since it's no longer about that -- so they were developing or creating agriculture, on the other hand, thanks to the stockpiles, they could maintain castes of specialized craftsmen. Namely: there were people who lived on the Empire stockpile, and who took care of what? Either of metallurgy or trade, both at the same time, since these Eastern Empires, in fact, are great, great metallurgists and yet lack raw material. So, they already needed some very, very extensive commercial circuits.

Fine. But you see that these trades, these specialized craftsmen, either metallurgists or traders, as they depended directly on the archaic Emperor, in fact, they lived on the stockpiles, they lived on the functionaries’ stockpiles, on the stockpiles managed by the functionaries, on imperial stockpiles. Along with their families, they were like… functionaries of a different kind; they depended directly on the imperial stockpiles. As a result, the Emperor, the Eastern Emperor, the archaic Emperor had all the means to overcode trade and crafts. Trade, metallurgy, industry, he possessed them! But, here too, we will find exactly -- but, if you will, at another level, at the level of exteriority, what we found earlier at the level of interiority -- but, at the same time, their very function in the archaic Empire did not cease to put them in touch with the outside world, that is, with the Aegean world. In fact, metals ... metals, for example copper, which the Middle East was tragically lacking, they came through Egypt. So, these metallurgists and these traders came from very far off, they did not come from the Aegean, eh… uh… According to Childe, starting from the Neolithic, one finds, right, of… uh… for example, tin from Cornwall passing through the Aegean and arriving… but not in the Empires uh… from the Middle East, so that supposes immense commercial circuits, eh, enormous, enormous.

And so, these traders who were overcoded in the archaic Empire, they find themselves at the same time in another situation, under the other aspect where they are dealing with the Aegean world from which raw materials will come, that is, the Aegeans exchange raw materials for agricultural stockpile. As a result, the trader in the Aegean world has a completely different status than in the Eastern world or tends to have a completely different status than in the Eastern world. Likewise, the metallurgist tends to have a completely different status than in the Eastern world. And yet, in a way, he’s the same. He is the same guy who travels around, there is an itinerance -- so a new form of roaming -- of the trader and the metallurgist. Sometimes it's the same kind, sometimes it's not the same. We understand, at that moment, what it could mean for a kind of corporation being formed, a corporation of metallurgists who would have like two heads, even three heads: a head in the Eastern Empire where it is overcoded, a head in the Aegean Empire… uh, in the Aegean world where it is much less established, and then an obscure head among the little known peoples who occupied Cornwall at that time and who deliver tin… Good.

It gets complicated. What does complementarity mean this time? It is that, at the extreme, the same figure who is overcoded in the East under the conditions of the archaic Empire, simultaneously exists as much less coded, as at the extreme decoded, in the Aegean world. And that's what Childe says, already: well yes, the vocation of trade and ... er ... of liberal trade, so-called "liberal" uh ... from the West, but it begins from that point onward. And this is not at all a virtue; this is a kind of complementarity. They don't have to create great archaic Empires because they exist from them. They exist from them, but this is a give and take.

Look at my two complementarities; I would say: one is consistent with Childe's archaeological framework, that is -- if I am looking for expression that summarize them -- it would be extrinsic complementarity consistent with Childe's scheme in archeology. It would be flows; the overcoded flows in the archaic Empires of the Near East and the Middle East necessarily generate, or necessarily have as a correlate, flows which tend to be decoded in the Aegean world. There we have a geographic complementarity. Uh… we're crushed by global visions like that…

The intrinsic complementarity, this time around, conforms to the framework, if you will, of the sinologist Tökei, of the historian Tökei: the more the system of overcoding establishes (assoit) its power, the archaic imperial overcoding establishes its public power on the ownership of land, public ownership of land… uh… etc. etc., labor uh ... public labor and uh ... and uh ... tax, the more are formed, in correlation, points of decoding, decoded flows, first, of private property, second, of private labor and slavery, third , uh… of script currency. Phew, there you go.

So, if you understand this situation, imagine: we are in there, we are in this situation of double tension, intrinsic tension, extrinsic tension… Yes, it's a… uh… I think that this is one of the big points for understanding what could only be the archaic corporations. You see, these are multi-headed apparatuses, there as well. It goes without saying that, if need be, they were quite close branches, uh… guys who were familiar with each other, eh, the guys who uh… uh… the Aegean metallurgist, the Egyptian metallurgist, and then the Cornwall metallurgist. They had to maintain relations, they had to… there were… there were caravans, they went through nomadic populations, they went through… uh… At one end, who owned the mines? Who were the people who ran the mines, eh? At the other end, what were those Empires that already had a very strong metallurgical industry, whereas they did not have the metals necessary? What did that imply?

It implied precisely this complementarity between the overcodings. The more the Emperor overcoded trade and crafts, the more they had to… the more they had to unleash uh… more in some ways; on the other hand, there were all… all, so… uh… in favor of, uh… decoded flows, there were all the lines of flight, namely the metallurgists who were fed up, who had to go through entire collectivities to be settled in the Aegean world where they had good, much ... much better conditions. There must have been… uh… peasant revolts; they had always been in favor… always… very, very often, in the ancient world, they were related to the revolts of metallurgists, revolts in the mines, all that. The overcoding of mines ... The Emperor ... The Emperor attaches great importance to it. Uh ... still just not long ago, eh, and that's why historians ... that's one of the reasons historians explain very well that ... uh ... it is not China which invented capitalism, whereas it could have done so for a long time; starting from the 12th century, one of the reasons is precisely the overcoding in which the Emperor controlled… where the Emperor as a public person, of course, controlled the trade and labor in the mines.

For example, when he decided he’d had enough of this, the mines were closed, right, they weren't being worked anymore. There, it is typically, the Emperor of China decides the closure of the mines -- see the book by [Etienne] Balazs on… The Celestial Bureaucracy, where he explains very well this system of the mines which were closed periodically… er… which required maintenance officials for the state of the mines, that goes without saying.[10] But uh ... this was really pure overcoding; a Western state can never  ... uh ... can pull off something like that. I mean: they just imitated… and uh… took what they could from… archaic Empires, but there, there is a system of overcoding which, at the same time, will be simultaneous, then, with enormous flows. The grid of cities in the Chinese Empire consists essentially in preventing precisely, in principle, in preventing the trade flows from being decoded. So, there we code them completely. A particular city, right, will have ... er ... a particular trade monopoly, and not another, right; it will not have to undertake another kind of trade. And, in the city itself, the neighborhoods will be completely gridded and partitioned. This is the partitioning method. In fact, this is a kind of overcoding method of.

And it turns out that the more you overcode, at the same time, the more there are these kinds of flows which are decoded, which ... either which are decoded in relations with the outside, or even inside. So, this is the double complementarity. Hence: you put yourself in the position of… of… being in an Empire like this, so what's happens? What's might possibly happen? Fine, shall we have a little break? What time is it?

A student: [Inaudible words]

Deleuze: Half past twelve!? You've had enough, maybe, right? Yeah, eh? Yes. Are there any questions? Are there any questions? Did you understand all that? Okay, so, next time ... No, then ... I ... anyway, no! Excuse me. Uh… I… I… Can you hang in there for another 5 minutes? Yeah, 5 minutes, eh. In that way, that ...

So, I am quickly summarizing something that I ... a little ... that I had started, that I intended ... uh ... to develop much more, but we have to move forward. What might happen? Well, what’s going to happen, I would almost say, here it is: we are going to witness the second figure of the State. Only, a second figure of the State, this is very complicated, this is very poorly expressed. This second figure of the State seems to be an evolution, not necessarily an evolution. On the other hand, it seems to be a somewhat homogeneous figure; it's not homogeneous at all; it’s whatever you want. In this second figure, there are actually the most different, the most varied forms... They have nothing to do with each other.

What is an evolved Empire? I would say: an evolved Empire is an Empire in which the relations of function, in which the public relations of function, as we defined them previously -- I will not go back to this -- are constantly doubled and, at the extreme, replaced by relations of personal dependence. You will say to me: "relations of personal dependence", but then what is this, is this turning into a matter of psychology? Not at all, obviously. What interests me is not "personal"; it is the "relation", that is, it is the consistency and constancy of these relations, regardless of the person. The Roman Emperor can be Julius or Octavian, but that does not prevent that, between the Roman citizen and the Emperor, there being a relation of personal dependence. Fine, each time you have a sphere of personal relations of dependency that is arising, doubling, covering, replacing the public relations of the old archaic Empire, you can say, this is an evolved Empire.

We have seen that, precisely, the Roman Empire, how should it be defined? By the rise of this sphere, then, called "the private sphere". Not that it is not ... that it is not social; it is perfectly social, but the public has ceased to designate the imperial mode of appropriation, the public is no more than the means of appropriation which has become a private appropriation. So I was saying: that’s it, this is the story of the Roman Empire; I am not starting over again, you understand, and it is not by chance that, here, we again find the fundamental figure of the freed slave. In the evolved Roman Empire… the Roman Empire occurs as an evolved Empire, it’s that… it arises; there are Empires that are born evolved, the Roman Empire is an Empire that is born as an Empire evolved.

And in what form was it born? It was born with a double system already, the system of functionaries, which refers to the old topic of the populus romanus, the old Roman people, the Senate, etc. and which, very quickly, is only there as a kind of cover. And this whole system of imperial functionaries that remains, it's very curious -- imperial functionaries... uh ... public tax -- is doubled by another system, which is what? The freed slave as a member of the Emperor's private consilium. And it is the private consilium that governs, it is not the Sta... it is not the Senate, it is not even the imperial functionaries. The fiscus, which is a special tax or which covers a set of special taxes, and which differs from the public tax, and there you have this whole sphere, so, it is very complicated, because that, you see, there are… uh… uh… even in uh… this “evolved Empire” category, you have all kinds of extraordinarily varied figures.

But I am saying: its dominant feature is that relations of personal dependence duplicate public service relations. Well, on this, I am saying, let's forget about evolved Empires; they continue ... they continue, but that's not the only case. It seems to me -- and it’s with this that I’d like to ... but I don't have the time anymore, so I am just quoting -- I believe that the organizations of town and city, which precisely stand apart, are decoded from Archaic Empires -- as we have seen, the “city” organization which is very different from the “Empire” organization -- well, the whole regime of corporations is another thing; they are relations of personal dependence of an urban type, very different from those of evolved Empires, completely different, but they must be analyzed starting from there. Private slavery ...

A student: [Inaudible words]

Deleuze: Very different both from archaic Empires, but also from evolved Empires. They are relations of personal dependence of an urban type, very different from an "evolved Empire" type. Uh… feudalism, I'm not even developing that because feudalism is derived from that. It is a system of relations of personal dependency. Once again, what matters is not "personal" in this; it is that they are constant or consistent relations between persons determined as private persons. And the big difference between feudalism and false feudalism, between real fiefdoms -- that is, feudal fiefdoms -- and what is called, what historians call false fiefs, false fiefs, it is quite simple: it is the function lands which refer… which refer more or less directly to an archaic Empire. For example, it is the tenures granted to the functionary; it is what is designated by the Greek word not of fief precisely, but the Greek word kleros, it is the cleruchies I had spoken of, I believe, once previously very quickly. And there you are granting ... the Emperor grants the benefit of land to a functionary as a civil servant, the land reverting to the crown when the functionary retires or dies. The stronghold (fief) is completely different. It is private property with a relation of dependence ..., of personal dependence of the vassal vis-à-vis the lord. Private property there goes through all these types of relations of personal dependence. So I'll quote, like… uh… to satisfy myself about that, relations of personal dependence in the evolved Empires, relations of personal dependence in cities and towns -- and again: these would be… of… very, very different cases -- relations of personal dependency in the feudal systems… in rural feudal systems. So, it would be at ... at the level of land ownership, which then becomes private property.

And I am saying, and this is where I would like to end, what... what allows me to say that this is a second figure of the State? And I don't even need to say it anymore, because, if need be, someone will tell me: but there is no State, there is no longer State ... uh ... the State is in feudalism, does the State exist? In any case, that doesn’t interest me because there is always a State on the horizon. There is always a State on the horizon. Even in feudalism, there is always an Empire. There is still an Empire, either as an old archaic Empire that has broken up, or an evolved Empire that is alongside it. And the relations of personal dependence, they arise… they arise within… to double, to replace those imperial relations. Fine.

But then what do they express? What is it, since what interests me is that they are relations of dependence between private persons, but that they have a social consistency as ... as great as ... as the rest, as in sy ... as in imperial systems. I would say: well, it's not difficult, if you have followed me, there we ... we got hold of this. I would say… uh… and we will understand why there are so many varied figures at this level. Not so difficult, because, if you accept the idea that this second figure of the “State” -- in quotation marks, "State" -- this second figure of the "State" arises as a function of this phenomenon that we saw previously, namely archaic overcoding itself causes decoded flows and results in flows being decoded. I would say that relations of personal dependency are the expression of conjunctions, local, topical, qualified conjunctions between decoded flows. As a result, I will indeed have my two great figures of State, already, they are not the only ones; I will have: the archaic state overcoding, the archaic Empire, overcoding of flows in the archaic Empire, and then, there, topical conjunctions between decoded flows.

It is in fact necessary that all these flows which are decoded, they will have to enter ... What the relationship of personal dependence expresses is ultimately something completely impersonal, namely: these ... these local conjunctions, very ... which form topoi, places (lieux), these topical conjunctions, which form places that are at the same time places of legal discourse, places of society, places of the social field, geographical places, whatever you want, that are places in all senses of the word “place” (lieu)… Thus: topical conjunctions between flows decoded as such. And it's a ... in a way, that keeps them from being decoded even more; it keeps them from taking flight. That creates kinds of knots; that creates kinds of… uh… Fine.

How do you define courtly love? Courtly love is very odd. What has the tremendous uh ... importance of ... chivalrous love first and then of courtly love? I would almost say, you understand, what is marriage? Well, on marriage, this is not a bad thing to say about it: it’s a particular system of overcoding system. In the end, the origins of marriage, we would have to look for them in the despot’s marriage, namely uh…: marriage, in my opinion, is very well formed in the archaic Empires. Uh ... it's ... yes, this is an overcoding. It's an overcoding of a certain kind of relationship, and public relations, right? Fine. [Pause]

At the same time, it is not difficult to show that in a society, at the same time that there is a whole overcoding of marriage, well ..., there are flows, flows of sexuality, but also flows of feeling (sentimentalité), which tend to be decoded. And they did not exist before, these flows; it is indeed overcoding which provokes on other points, which establishes a circuit, the marital circuit, the public marital circuit, with the despot’s marriage as a model, the pharaoh’s marriage... well ... and then which will result in a whole system of flows that are decoded. Flows which are decoded, it is not with my wife that I could ... she, she is contained, it is not ... it is not that she is incapable of it, it is that … she is caught in the overcoding.

Hence the systems that have existed in all societies, very, very odd. Chivalrous love and courtly love, this is love, both in one case and in the other; in both cases, it is not the same thing, but in both cases, it is the love a man feels for a woman who not only is not his, but has no right to be his. In a way, you will tell me: this is codified. Yes and no, it all depends on what is called a code. I believe it is codified as that which escapes the code. Uh ... this is the state of the decoded flow. You cannot have chivalrous love or courtly love with your own wife. And, at the same time ..., at the same time as I develop chivalrous love and then, above all, courtly love, what is being developed? A new system. It didn't exist before, I believe, or it did, but then in other forms. Love is defined as a relation of the personal dependence of a man in relation to a woman.

You understand, by definition, why you can't establish this with your wife. It would go completely against the system of marriage as an overcoding, which itself is based only on the primacy of the man. And the decoded flow is going to find its expression when it is going to promote a type of relation that is going to have its right, I would say that this is typically a topical right. Marriage is an overcoding, courtly love is a ... is something topical. Ah yes, this illuminates everything, this. Uh ... it's illuminating. It’s something topical and which will be defined by… which will not be, in that way, a compensation, which will be the invention, the establishment of a relation of personal dependence of the knight in relation to the lady (dame). Well, it's going to be a conjunction between decoded flows.

Fine. And ... and in the entire institution of chivalry, courtly love, that won't be to say ... you understand, it would be really silly to say: this is ideology. It’s not ideology at all. It is a… er… fundamental phenomenon which is like the correlate of the status of marriage at that moment, when a relation is established… It is not that there is a relation of personal dependence in the case of the marriage, it is not at all the reverse; it does not operate at all on the same level. This is something else.

So I would say, to sum it up, I can define an aggregate of apparatuses of power, let’s say, a second type of apparatuses of power, however varied they may be, by trying to create a category, a proper social category that I will call: relations of personal dependence between private persons. And I am saying, these relations of personal dependence between private persons are defined by this, it’s that they express conjunctions between flows decoded as such. In this way, they form a new right. As a result, I have at least two very vague figures: the system of overcoding of "imperial apparatus" flows, and then this thing, this much more blurry, much more varied zone that goes once again from evolved Empires to feudalism via urban regimes, topical conjunctions between decoded flows. What can occur after? After ... I withdraw "after", since it's a ... this is not an evolution, everything is already there, everything is still ... Finally... uh ... but it's for convenience. What even more horrible thing can happen after? Or even more beautiful?

Well, you can tell, this is where we will start next time. [Laughter] Everything is ready for… Everything is ready for capitalism to emerge. Oh… That’s good. Very good. So, there we are. [2: 08: 30]

 

[1] Deleuze quotes the unpublished research by Eric Alliez in A Thousand Plateaus, p. 568, note 36 (Mille plateaux, pp. 553-554 note 32) which will be published several years later: Les Temps capitaux, t. 1, Récits de la conquête du temps, préface de Deleuze (Paris : Édition du Cerf, 1991) ; t. 2, vol. 1, L’État des choses, vol. 2, La Capitale du temps (Paris : Édition du Cerf, 1999), translated by George Van den Abeele as Capital Times : Tales from the Conquest of Time (Minneapolis : University of Minnesota Press, 1995).

[2] Karl Marx, Capital, vol. 1, ch. 31, p. 535 ; https://www.marxists.org/archive/marx/works/download/pdf/Capital-Volume-I.pdf

[3] Ibid, p.536.

[4] Deleuze quotes Tökei concerning freed slaves in A Thousand Plateaus, p. 448, and the discussion of the three forms of decoding unfolds in the following pages, pp. 448-452

[5] Deleuze refers to James Mellaart’s work in A Thousand Plateaus, p. 565, note 11 (Mille plateaux, p. 534, note 11).

[6] Jane Jacobs is, in fact, an American-Canadian author in urban studies and sociology whose major work is The Death and Life of Great American Cities (1961; Vintage, 1992).

[7] Alfred Métraux contributed notably to a publication in seven volumes produced by the Smithsonian Institute entitled, The Handbook of South American Indians (1940-47), with Julian H. Steward as the general editor.

[8] Deleuze quotes Gordon Childe’s work at several points in plateaus 12 and 13 in A Thousand Plateaus, notably pp. 412, 415, 428-429, 450-451, and 562 note 96, 563 note 101, 569 note 42 (Mille plateaux, pp. 513, 516, 534, 561, 563).

[9] Among the numerous references in A Thousand Plateaus to Fernand Braudel, see pp. 558 note 60, 558-559 note 64 (Mille plateaux, voir p. 478 n. 53 et 480 n. 57).

[10] Etienne Balazs, La bureaucratie céleste (Paris : Gallimard, 1968).

French Transcript

Edited

 Gilles Deleuze

Sur les appareils d’État et machines de guerre, 1979-1980

7ème séance, 29 janvier 1980

Transcription : Annabelle Dufourcq (avec le soutien du College of Liberal Arts, Purdue University) ; transcription augmentée, Charles J. Stivale

Partie 1

Deleuze : ... comme ça... on... D’abord... euh... D’abord... euh... Eric, tu... tu parles un peu ou pas?

Eric Alliez: oui

Deleuze : Voilà, d’abord je cherche ou bien des confirmations ou bien -- que vous compreniez bien de quoi on parle -- ou bien des confirmations ou bien des infirmations sur le thème qu’on a vu les fois précédentes, à savoir : un certain rapport impôt-commerce, tel que, d’une certaine manière, le commerce ne pourrait se déployer que dans un milieu social d’imposition. Ça, on l’a vu beaucoup. Et alors, parmi nous, là... il y a... il y a... Eric Alliez qui travaille depuis un certain temps sur une à la fois une doctrine économique et une période où cette doctrine a eu beaucoup d’importance, à savoir le mercantilisme.[1] Et alors je lui demandais... euh... comment, à son avis, s’organisait chez ces auteurs dits mercantilistes -- qui sont à la fois des praticiens..., qui ne sont pas seulement des théoriciens, [1 :00] qui sont des praticiens -- comment s’organisait le rapport impôt-commerce, puisqu’ils ont été à un moment essentiel de la formation historique du commerce européen ? Alors qu’est-ce que tu dirais là-dessus? Qu’est-ce que...?

Eric Alliez: [Propos inaudibles]

Deleuze : Tu parles le plus fort que tu peux, hein, parce que... euh, je ne sais pas si....

Eric Alliez: Je dis, il y a un rapport qu’on dégage entre monnaie et impôt [Propos inaudibles] dans la mesure où le mercantilisme est la doctrine triomphante entre, disons, le milieu du XVIIe siècle et le milieu du XVIIIe siècle, [propos inaudibles]. Alors, en fait, la thèse que je voudrais essayer de dégager, c’est que, en fait, la [2 :00] meilleure formulation, disons, du problème monnaie-impôt qu’ont pu donner les mercantilistes paradoxalement se retrouve chez Hobbes. Alors, en effet, dans le Léviathan, Hobbes dégage, disons, deux circuits de la monnaie, un circuit veineux et un circuit artériel. Alors, j’ai à peu près donné la problématique. Alors, en fait, Hobbes dit que le circuit veineux de la monnaie, c’est les impôts et les taxes qui prélèvent sur les marchandises transportées, achetées ou vendues, une certaine masse métallique. Celle-ci est conduite [Propos inaudibles] c’est-à-dire dans les coffres de l’Etat, et c’est là que le métal va recevoir le principe vital, parce qu’en effet, seule son autorité, c’est-à-dire l’autorité de l’Etat, va pouvoir lui donner son cours.

Deleuze : C’est très intéressant, ça. C’est dans le Léviathan, ça? Tiens, tiens.

Eric Alliez : Oui. Pour ceux que ça intéresse, c’est pages 268-269 de l’édition euh... [3 :00]

Deleuze : française ou...?

Eric Alliez : oui, oui, français. [Propos inaudibles] Et, à côté, donc, de ce circuit veineux, il dégage un circuit artériel qu’il définit comme la redistribution aux particuliers, et c’est donc l’Etat qui va donner l’impulsion des échanges des fabrications et des [Propos inaudibles]. Alors on retrouve chez un... chez un mercantiliste français qui s’appelle Vauban, disons, une conception qui est très, très proche de ça, dans la mesure où il dit clairement que le circuit de l’argent commence au moment de la dépense gouvernementale. Et, lui, explique cela de la manière suivante : le circuit horizontal induit par les dépenses de l’Etat est le même que celui qui, naturellement, relie Paris aux campagnes de [Propos inaudibles], simplement l’argent y circule plus vite et c’est précisément cette augmentation [4 :00] des vitesses de circulation, donc de la monnaie, qui va augmenter la richesse nationale.

Alors, euh... il me semble que le... le point de départ pour aborder le problème, disons historiquement, c’est l’échec répété de toutes les réglementations dites protectionnistes, donc toutes les tentatives de surcodages que font les Etats territoriaux tout au long du XVIème siècle pour mettre fin aux fuites d’or, celles qu’on appellera les sorties de numéraire, et cet échec a une valeur démonstrative sur un point essentiel, à savoir que, en fait, ce sont le... les flux des mouvements commerciaux, dit les flux décodés, qui règlent et dérèglent le mouvement des espèces et les fluctuations en cours. Alors les mercantilistes avaient un exemple, bon, sous les yeux, bien précis, c’était évidemment l’exemple de l’Espagne qui avait une richesse monétaire et en monnaie précieuse [5 :00] absolument extraordinaire du XVème au XVIème siècle, et l’Espagne est absolument incapable de retenir ses richesses [Propos inaudibles]. Donc, à partir de là, se joue quelque chose de très important, c’est le mercantilisme décolle complètement de toute la pensée [Propos inaudibles], métalliste qui raisonne toujours en termes de corps d’or.

Deleuze : En termes de?

Eric Alliez : de corps d’or…

Deleuze : Ah oui, parfaitement, oui oui.

Eric Alliez : C’est-à-dire que la nation doit absolument préserver au maximum tous les métaux précieux et les empêcher de circuler et d’aller vers les autres nations.

Alors, en fait, ce qui est très curieux, c’est que, dans toute la pensée économique classique, on a sans arrêt assimilé le mercantilisme à [Propos inaudibles] alors que, bon, on s’aperçoit qu’historiquement [Propos inaudibles] c’est tout à fait faux. Alors à partir de là, bon... disons [6 :00] que la guerre d’argent, ce que Colbert définit comme guerre d’argent, prend tout à fait un nouveau visage, et c’est la fameuse théorie de la balance commerciale que donne un mercantiliste anglais qui s’appelle [Thomas] Mun, au début du XVIIème siècle. Et là, il nous dit très clairement qu’il y a nécessité de circulation des monnaies, du métal, pour établir un solde positif des exportations, et... donc, bien sûr, donc, comme je disais, cette mutation a été déterminée par la prise en compte, disons, de l’impossibilité d’un codage direct du mouvement des espèces.

Alors, à partir de ce moment-là, essentiellement les mercantilistes anglais vont essayer de stopper toutes les politiques de dévaluation de la monnaie [Propos inaudibles] qui jusqu’à présent était le procédé le plus traditionnel pour arriver à éponger les dettes publiques, [7 :00] afin que l’Etat, en fait, n’intervienne plus pour réglementer le mouvement des espèces, en orientant le mouvement du commerce par l’impôt indirect qui [Propos inaudibles] donc, ça, Gilles, l’a bien montré la dernière fois, le crédit public et, bien sûr, toute une politique d’emprunt, d’investissement et de financement, c’est-à-dire, évidemment, des dépenses publiques.

Alors, pour résumer un peu cette... cette approche, comme ça, très générale du mercantilisme, on peut dire en fait que, le mercantilisme, c’est véritablement une géométrie politique de la puissance en ceci que tout son travail consiste en une opération d’axiomatisation de la production à partir de la création d’un nouvel espace d’appropriation et de distribution qui est le territoire national. Et, le marché national, c’est donc le nouvel espace comparatif que vont faire surgir les mercantilistes à partir de cette appropriation [Propos inaudibles] de la monnaie que représentent l’impôt et le crédit public. [8 :00]

Deleuze : Je peux poser une question?

Eric Alliez : Oui

Deleuze : Historiquement on voit bien que les mercantilistes, en effet, sont très liés à la... formation euh... XVIIème siècle des... des grands États du type France et Angleterre, hein. Est-ce qu’il y a des courants mercantilistes qui sont liés, eux, à l’autonomie des villes, ou pas? Est-ce que tous les mercantilistes euh... sont vraiment liés au surgissement de... l’Etat dit moderne au XVIIème siècle?

Eric Alliez : [Propos inaudibles ; il parle plutôt directement à Deleuze et pas à l’assistance] question est difficile [Propos inaudibles] [9 :00] [Deleuze : mmh mmh, oui oui oui] [Propos inaudibles] le courant mercantiliste lui-même, par conséquence, est complètement déterminé par l’émergence de l’Etat territorial.

Deleuze : D’accord, d’accord, très bien. Oui, c’est très...

Eric Alliez : Alors, donc on a...

Deleuze : Bien que, en effet, il s’approprie des mécanismes urbains... c’est cela. Oui, ça, ça nous va... parce que... D’accord, oui?

Eric Alliez : Donc on a l’habitude de définir ce mercantilisme par une étatisation de la vie économique, alors, à travers des, bon, les pratiques les plus connus de la politique mercantiliste, à savoir : création des grands monopoles [10 :00] pour favoriser et contrôler à la fois le commerce extérieur ; la [Propos inaudibles] d’une partie de ce capital commercial aux manufactures sous formes de subventions, d’exonération d’impôt etc., et puis, bien sûr, toute une politique d’aménagement du territoire avec des travaux publics qui visent en fait essentiellement à la création d’équipements de circulation. C’est toute la politique, bon, [Propos inaudibles] de créer des canaux, des problèmes [Propos inaudibles], etc. Alors il y un historien de l’économie qui s’appelle Schuler au XIXème siècle, qui résume précisément très bien cette liaison du mercantilisme avec l’émergence de l’Etat territorial. J’ai noté la citation, il dit : « le mercantilisme dans son essence même n’est rien d’autre que la formation de l’Etat. Non pas la formation de l’Etat en lui-même, mais simultanément l’édification de l’Etat et du système économique ». [11 :00] Euh... Bon...

Mais ce qui nous intéresse ici, au-delà d’une approche très générale du mercantilisme, c’est d’essayer de repérer en quelque sorte des zones d’immanence [mots inaudibles] du mécanisme de capture constituant ce qu’on pourrait appeler le machinisme abstrait du striage économico-administratif des mercantilistes qui est, évidemment, la base du nouvel agencement, à savoir : la nation. Alors, en effet, toute cette espèce de... de gigantesque machine informationnelle que met en place, disons, l’Etat territorial qui va à la fois enregistrer, équilibrer, réguler, distribuer etc. les flux financiers, commerciaux, industriels, et cela permettant, évidemment l’appropriation de la circulation de [Propos inaudibles] commerce extérieur, ne tire son existence et son efficience que d’un plan d’appropriation plus fondamental -- c’est ce que nous disait Gilles la dernière fois -- à savoir, [12 :00] l’impôt que Marx définit je crois très justement comme l’existence économique de l’Etat et, corrélativement bien sûr, le crédit public que Marx définit, toujours dans Le Capital, comme le « crédo du capital », ça c’est une citation, puisque la dette publique opère comme « l’un des agents les plus énergiques de l’accumulation primitive », elle « doue l’argent improductif de la vertu reproductive » en le convertissant au capital.

Alors ce qui est intéressant au niveau des mercantilistes, c’est qu’il y a une conscience très, très nette d’une conjonction se développant ces deux [Propos inaudibles] à savoir impôt et crédit public, les deux étant complètement indissociables, plus précisément l’accumulation d’État. Et de cette accumulation d’État, c’est qu’on peut dire que c’est vraiment le fil continu très proprement dit. Et bon, l’accumulation d’État, bon, impôt indirect en tant qu’avance sur le capital alors qu’impôt direct, lui, [13 :00] est [mot inaudible] véritablement le point azimut qui va permettre de cerner ce mécanisme d’échange.

Alors [propos inaudibles] qu’on a dit la dernière fois-là, [mots inaudibles] il dit à un moment quelque chose qui résume très bien le problème, il dit : « ainsi l’impôt et la monnaie apparaissent-ils comme des transformateurs de la richesse économique en puissance politique ».

Deleuze : ouais, ouais, ouais...

Eric Alliez : C’est... c’est... Alors, ce que je veux faire maintenant pour achever ce... cette espèce de tour d’horizon, comme ça, ce serait essayer de voir ce qui s’est effectivement passé en France et en Angleterre au niveau de la politique fiscale entre, disons, le milieu du XVIIème siècle et le milieu du XVIIIème siècle. Alors évidemment [Propos inaudibles]

Une étudiante : [Propos inaudibles ; elle demande de pouvoir parler aux étudiants, et il s’agit apparemment de distribuer une annonce d’une réunion qui va avoir lieu ce matin-là même]

Deleuze : Bien sûr. [14 :00]

L’étudiante : [Propos inaudibles]

Deleuze : Je crois qu’il vient déjà d’y en avoir. Mais si vous pouvez..., oui. Oui oui oui oui. Vous en laisserez, oui. Vous les faites passer, oui.

L’étudiante : [Propos inaudibles]

Deleuze : Non, il n’y en a pas? Ce n’était pas ça qu’on...?

Une autre étudiante : Si.

Deleuze : Si, si si. Mais vous en laissez en plus, merci.

L’étudiante initiale : Au revoir.

Deleuze : Au revoir.

Eric Alliez : oui, alors donc...

Deleuze : euh, ceux [15 :00] qui voudront y aller à 11h, hein, vous irez....

Eric Alliez : [Propos inaudibles]

Deleuze : On t’entend mal, Eric.

Eric Alliez : Donc je disais que, en France et en Angleterre, le mercantilisme tend à dégager deux politiques fiscales fondamentales, à savoir : d’un côté en France avec Colbert, et en Angleterre avec [William] Petty, à partir, disons, donc, du milieu du XVIIème siècle, c’est l’ensemble des impôts indirects qui vont être établis comme base des [16 :00] recettes publiques. Alors, par exemple, en Angleterre, j’ai les chiffres, là, l’impôt indirect, c’est [Propos inaudibles] pour cent de la globalité de l’impôt. Et en France, au XVIIIème, l’impôt direct n’augmente que de moitié, alors que le bail de la ferme générale qui collecte la totalité des impôts indirects du royaume va quintupler. Donc, ça, c’est le premier point. Et alors là, pour reprendre ce que disait Gilles tout à l’heure, ce qui est important, c’est que on s’aperçoit que l’Etat-nation réintègre vraiment dans sa politique fiscale un élément fondamental qui était à la base de la richesse et de l’expansion de toutes les économies urbaines entre les XIIIème et XVIème siècles. [Propos inaudibles] Et puis, deuxième élément, c’est : la concentration financière. Alors, en France, avec la ferme générale, et en Angleterre, avec ce qu’on a pu appeler le mercantilisme de papier monnaie c’est-à-dire la création de la Banque d’Angleterre qui n’est pas seulement [17 :00] une banque de dépôt, mais aussi une banque d’émission.

Alors, je commence par la ferme générale. Alors, ce qui est intéressant [Propos inaudibles], c’est d’essayer de voir l’articulation qui existe entre impôt direct, constitutif, donc, de la rente, impôt indirect, dette publique et [Propos inaudibles]. Alors, dès le départ, Colbert va lier toute son entreprise économique à la réorganisation financière des recettes fiscales. Et il va constituer un véritable lobby financier qui va développer un vaste réseau tant économique, d’ailleurs, qu’administratif, finissant par recouvrir tout le pays d’une gigantesque toile d’araignée complexe fonctionnant sur deux niveaux fondamentaux, en fait sur deux personnages clefs qui, on va le voir, représentent exactement la même personne.

Alors d’un côté, c’est évidemment l’officier de finance qui a acheté sa charge et qui s’occupe de la collecte des impôts [18 :00] directs. Et il va garder un fort pourcentage de cette collecte en opérant ce qu’on appelle un surprélèvement fiscal. Et la deuxième figure, la figure du partisan, qui, lui, est vraiment le personnage clef de la ferme générale, qui s’occupe de la collecte des impôts indirects. Alors qu’est-ce que c’est ce système de la ferme générale? Donc, c’est, en fait, une compagnie privée qui passe un bail avec le gouvernement. A son terme, elle devra verser au trésor une somme, au titre de l’impôt en question, à charge pour elle de se rembourser et, bien sûr, au-delà. Alors cette différence va constituer, évidemment, le profit d’entreprise. 

Alors, il y a bien sûr concentration puisque, à l’origine, chacune des taxes était [Propos inaudibles] séparément. Et puis Colbert va constituer véritablement le système [19 :00] des fermes générales avec le bail fonctionnant sur l’ensemble des impôts indirects. Et, bon, ça, en plus, ça va fonctionner vraiment jusqu’au milieu du XVIIIème siècle, la période de pointe étant, en gros, 1725-1740. Et... Alors, c’est quand même une entreprise absolument gigantesque, parce qu’on s’aperçoit que, vers 1730, il y a plus de 30000 personnes dont les intérêts sont complètement liés à ceux de la ferme.

Alors, là où il y a quelque chose qui nous intéresse particulièrement, c’est qu’on s’aperçoit qu’en fait le partisan type, paradoxalement, donc celui qui, théoriquement, s’occupe..., est lié au système de la fiscalité indirecte, c’est l’officier de finance, c’est-à-dire celui qui théoriquement devait collecter les impôts directs. Pourquoi? Parce que, tout simplement, par [Propos inaudibles] la fonction, son milieu, ses réseaux d’alliance etc., il est le plus à même de remplir son rôle d’intermédiaire, puisqu’il est en contact permanent [20 :00] avec les bailleurs de fond potentiels, grands propriétaires terriens qui sont par le biais du système seigneurial des principaux rentiers du sol, ceux qui contrôlent directement ou indirectement, évidemment la principale source de richesse, à savoir la terre.

Alors ce que je veux dire c’est simplement que... disons si la rente foncière redescend des hauteurs d’une forme de thésaurisation pour s’investir à nouveau, donc, dans l’économie du pays, c’est bien sûr en grande partie par les avances des prêteurs en [Propos inaudibles], par ce système des fermes générales. Alors, là, je crois qu’on vérifie tout à fait l’hypothèse de Gilles, dans la mesure où c’est bien l’appropriation monopolistique de la monnaie dans la politique fiscale de l’impôt indirect, avec la ferme générale, qui ouvre véritablement la fonction marchande de la monnaie... euh... bon, ce que Marx appelle... bon... le devenir-capital de l’argent. Donc l’impôt indirect [21 :00] permet littéralement la déterritorialisation de la richesse d’origine foncière et, donc, cet impôt indirect va assurer la circulation monétaire par la création d’un marché, de nature artificielle bien sûr, et détermine par là-même toute la dynamique économique par l’investissement de ces mêmes capitaux.

Alors on s’aperçoit de quelque chose qui est assez... qui est assez symptomatique, c’est que tous les receveurs généraux, donc, qui font partie du système de l’impôt indirect, puisque c’est eux qui [Propos inaudibles] tous les officiers de finance, bon, nommés par Colbert, outre leurs intérêts directs dans la ferme, sont également actionnaires des grandes compagnies de commerce, grandes entreprises industrielles, sans oublier la marine de guerre puisque c’est Colbert qui est le grand responsable à la marine de guerre. Et, donc, toutes ces grandes entreprises, l’origine principale des fonds, c’est bien sûr les officiers [22 :00] et les [Propos inaudibles]. Donc, là, je crois qu’à ce premier niveau, on vérifie tout à fait ce que disait Hobbes, à savoir que... bon, c’est vraiment le prélèvement étatique, le système fiscal, qui est le circuit veineux de la monnaie.

Alors, beaucoup plus brièvement, je voulais voir un autre... un autre point, disons, de ce système d’appropriation, avec la réforme anglaise, puis le problème du crédit public à l’apparition de la banque d’émission. Alors, qu’est-ce qui se passe en Angleterre?

Deleuze : C’est quand la création de la banque d’Angleterre?

Eric Alliez : C’est 1690...

Deleuze : C’est ça, oui.

Eric Alliez : Mais ce qui est intéressant c’est que l’on voit, bien avant la création disons officielle de cette banque... euh... on s’aperçoit que les mercantilistes vont essayer [23 :00] par tous les moyens de créer un marché pour des emprunts publics à long terme et un taux d’intérêt très, très faible. Cette préoccupation constante des taux d’intérêt, on la retrouve chez absolument tous les mercantilistes, essentiellement Colbert, et ça je crois que Keynes le voit très, très bien dans son chapitre qu’il consacre à la réhabilitation, justement, de la politique mercantiliste, puisque toute l’économie classique va rejeter complètement le mercantilisme. Mais, alors, Marx a d’ailleurs une interprétation assez... assez intéressante là-dessus. Il dit qu’en fait l’économie politique classique rejette le mercantilisme parce qu’en fait, c’est la figure barbare de toute... euh disons l’économie politique territoriale.

Alors, donc, on va créer ce marché avec des emprunts publics à long terme et, comme de lui-même, bien sûr, l’emprunt à long terme va se transformer en emprunt perpétuel. Et, alors, l’intérêt c’est qu’évidemment, [24 :00] c’est... le paiement des intérêts n’épuise plus le crédit public, c’est-à-dire qu’on n’est plus obligé de faire des emprunts et puis de rendre les sommes empruntées ; on se borne simplement, annuellement, à verser les intérêts. Alors, ce qui me paraît assez important, c’est qu’on s’aperçoit que les mercantilistes avaient quand même très bien anticipé une mutation fondamentale, à savoir que... euh... historiquement, on s’aperçoit que c’est la dette publique, tout le système de la dette publique qui va enclencher, disons, la mutation fondamentale à la fois de la société par actions et de la banque d’émission. Alors, là, je voudrais lire un passage de Marx sur la... justement sur la création de la banque d’Angleterre. C’est dans Le Capital, c’est tout le passage sur la genèse du capitalisme industriel.

Deleuze : Quelle page?

Eric Alliez : Euh, bon… [25 :00] c’est dans la Pléiade, tome I, page 1217. [Propos inaudibles] [Rires] [Il lit] : « Dès leur naissance, les grandes banques, affublées de titres nationaux, n’étaient que des associations de spéculateurs privés s’établissant à côté des gouvernements et, grâce aux privilèges qu’ils en obtenaient, à même de leur prêter l’argent du public. Aussi l’accumulation de la dette publique n’a-t-elle pas de gradimètre plus infaillible que la hausse successive des actions de ces banques, dont le développement intégral date de la fondation de la Banque d’Angleterre, en 1694. Celle-ci commença par prêter tout son capital argent au gouvernement à un intérêt de 8 % ; au même temps elle était autorisée par le Parlement à battre monnaie du même capital » -- et ça, c’est évidemment, le point important – « en le prêtant de nouveau au public sous forme de billets qu’on lui permit de jeter en circulation, en escomptant avec eux des billets [26 :00] d’échange, en les avançant sur des marchandises, et en les employant à l’achat de métaux précieux. Bientôt après, cette monnaie de crédit de sa propre fabrique devint l’argent avec lequel la Banque d’Angleterre effectua ses prêts à l’État et paya pour lui les intérêts de la dette publique. Elle donnait d’une main, non seulement pour recevoir davantage, mais, tout en recevant, elle restait créancière de la nation à perpétuité, jusqu’à concurrence du dernier liard donné. Peu à peu, elle devint nécessairement le réceptacle des trésors métalliques du pays et le grand centre autour duquel gravita dès lors le crédit commercial. » Dans le même temps qu’on cessait en Angleterre de brûler les sorcières, on commença à y pendre les falsificateurs de billets de banque.

Bon, alors, je crois que, là, euh... je dégage deux choses qui me paraissent assez importantes. C’est que, d’un côté, avec toute monnaie moderne, [27 :00] c’est un endettement bancaire puisque, en fait, bon, c’est tout le sens de l’explication de Marx : c’est la créance que tire la banque sur elle-même qui tient lieu de monnaie de paiement. Donc, qu’est-ce que c’est la création de monnaie? C’est, disons, la projection d’un flux circulatoire en économie politique, et euh... c’est donc une formule d’appropriation extrêmement sophistiquée [Propos inaudibles].

Et, d’autre part, on s’aperçoit d’une deuxième chose, c’est que la fonction de la monnaie n’est absolument pas d’échanger, mais, disons, de créditer un flux de puissance [Propos inaudibles] de déterritorialisation, un peu finalement au sens où je parlais [28 :00] tout à l’heure de la déterritorialisation de la richesse commerciale avec tout ce système de la ferme générale, donc il s’agit de créditer d’un flux de puissance [Propos inaudibles] l’opération de [Propos inaudibles] qui est constitutive vraiment de l’appareil d’Etat. Et je crois qu’en fait tout le sens d’une réflexion sur le mercantilisme est de voir qu’en fait l’étatisation est vraiment, disons, l’essence même de toute l’axiomatisation capitalistique. Et la création de monnaie, c’est évidemment le point le plus sophistiqué de cette axiomatisation avec évidemment tout le développement du système de crédit international etc. [28 :42]

Deleuze : Parfait. Ecoute, alors, il n’y a rien à ajouter, puisque tout est confirmation. Je veux dire : il n’y a aucune difficulté. Ce serait une masse... Parfait. Donc vous voyez, on aurait pu... Puis, sûrement, il y a d’autres exemples. Moi, ce qui [29 :00] me soucierait, c’est ... alors dans un tout autre contexte social, mais l’exemple des... des Empires orientaux. Euh... dans quelle mesure, là aussi, c’est le système des impôts qui... qui permet le déploiement du commerce, et en même temps, l’appropriation du commerce par... euh... par... par l’Empire. Alors tout va bien. Alors voilà. Euh...

Je voudrais aujourd’hui presque... numéroter nos thèmes, et on va retrouver des problèmes analogues à ceux de... [Deleuze ne termine pas]. Voilà, ma première question, c’est ceci. Et je voudrais presque qu’on arrive à le... comme le sentir, sentir une complémentarité entre... une complémentarité inévitable entre deux événements, deux événements abstraits.  Le premier événement que je considère c’est, encore une fois, la formation de l’Etat [30 :00] comme appareil de capture. Alors, ça, on en a fini avec cette formation, on l’a vue la dernière fois. Je rappelle juste pour résumer que cette formation de l’Etat comme appareil de capture, on peut... on peut la présenter, en résumé, comme le système surcodage-terre, surcodage-terre par différence avec ce qu’on pourrait appeler, comme ça, les systèmes primitifs qui, eux, sont des systèmes – est-ce que le mot « système » convient, là ? Peu importe, hein – des systèmes code-territoire. Alors on a vu que le système surcodage-terre, c’était tout à fait autre chose, et que le système surcodage-terre ne faisait qu’un avec l’érection d’un appareil de capture en tant que tel.

Alors, ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est que devienne le plus concret [31 :00] possible ce thème. Si j’essaie de dire ce que je voudrais montrer.... Je voudrais montrer ceci que : lorsque l’on se trouve dans un système qui surcode, qui surcode les flux, c’est-à-dire qui, au lieu de coder des territoires ou des territorialités, surcode des ensembles formés dans les conditions qu’on a vues euh... précédemment. Eh bien, lorsqu’on se trouve devant un système de surcodage, lorsqu’on se trouve devant un système qui surcode les flux d’un champ social, inévitablement, ce surcodage va faire naître des flux décodés, va lui-même provoquer en certains points – simplement, il va falloir dire quels points et pourquoi – mais il y a quelque chose de, comment dire, d’inévitable. A la lettre, on pourrait dire : ben évidemment, [32 :00] vous ne surcoderez pas des flux, vous ne monterez pas un appareil de surcodage sans par là-même faire couler des flux décodés, c’est-à-dire, des flux décodés, je veux dire : qui échappent à la fois... c’est-à-dire, qui échappent à la fois au code primitif et au surcodage impérial, et au surcodage d’Etat. C’est l’acte même du surcodage de flux qui va faire couler, dans le champ social, des flux eux-mêmes décodés, des flux eux-mêmes décodés qui tendent donc à lui échapper, puisque, encore une fois, « décodé », pour nous, ça ne veut pas dire « dont le code est compris », ça veut dire : « des flux qui échappent au code, qui échappent à leur code ».

Alors, si vous voulez, pour que ça devienne concret, je prends... je reprends mes trois... on a vu que l’appareil de capture impérial, l’appareil de surcodage, avait comme trois têtes : [33 :00] la propriété publique, la propriété publique de l’Empereur, qui, encore une fois, n’est absolument pas propriétaire privé, qui agit comme propriétaire public de la terre ; la terre est objet d’appropriation publique, donc elle est possédée par les communes, mais elle est objet de la propriété impériale. Bon. Donc, la première tête, c’était la propriété publique. La seconde tête, c’était le travail public. La troisième tête, c’était l’impôt public. C’était les trois formes de surcodage. Et, en effet, dans la propriété publique, c’était le territoire qui était surcodé et qui devenait par là-même terre. Dans le travail public, c’était l’activité qui était surcodée et qui devenait par là-même surtravail. [34 :00] Et, dans l’impôt, c’était les rapports ou les échanges biens-services qui étaient eux-mêmes surcodés et qui devenaient monnaie d’impôt. Donc il faudrait montrer que, à ces trois niveaux, quelque chose tr..,. de très précis va agir de telle manière que le surcodage ne se fera pas sans que, en même temps, surgissent et se mettent à couler dans le champ social des flux qui échappent au code et au surcode, c’est-à-dire se mettent à couler des flux décodés.

Or, la dernière fois, j’ai juste dit ceci : c’est là où il faut assigner chaque fois le point, hein, qui va être comme la source de ces flux décodés. Vous comprenez où je veux en venir, c’est que : si on assigne bien ces points, dès lors... ben oui, c’est forcé [35 :00] que l’Etat le plus archaïque, c’est-à-dire le plus vieil Empire, contienne déjà en lui des germes ou des virus. Il n’y aura même plus besoin de supposer une évolution. Il y aura déjà dans le plus vieil Empire archaïque des espèces de virus qui vont le travailler et qui vont faire que le surcodage impérial ne se fait pas sans créer lui-même quelque chose qui va lui échapper et qui, dès lors, va sans doute être repris dans des formes d’Etats qui, en apparence, nous paraissent bien plus tardifs, ou bien en réalité sont bien plus tardifs. Mais ce qui nous intéressera... euh... ce qui nous intéresse, ce n’est pas une évolution, c’est assigner déjà comment ces germes se distribuent dans l’Empire archaïque.

Or la dernière fois qu’est-ce que j’ai... essayé de dire à partir, là, des thèses du... du sinologue hongrois Tökei?[2] J’ai essayé de dire ceci qui est tout simple : oui, lorsque [36 :00] la propriété publique du despote vient surcoder la possession communautaire ou, si vous voulez, la possession territoriale, eh bien, en même temps, en même temps on va assister à un phénomène très étrange, à savoir des flux de propriétés privées vont par-ci par-là se former. Et le surcodage opéré par la propriété publique va lui-même susciter des flux de propriétés privées que, à la limite, il est incapable de contrôler -- c’est très intéressant, une telle histoire -- euh... que, à la limite, il va être incapable de contrôler plus ou moins. Plus ou moins, c’est-à-dire ces flux qui se décodent vont être comme pris dans une... [37 :00] sorte de tension, leur tendance à échapper au code et au surcodage d’Etat et aussi la manière dont le surcodage d’Etat doit se compliquer, doit se transformer pour les rattraper, pour les bloquer... pour les... euh... pour les... inhiber, pour les empêcher, ou pour les maîtriser, pour les contrôler.

Or je disais, en effet : c’est en même temps que le personnage public du despote surcode tous les territoires en tant que propriétaire public de la terre, et que un tout autre personnage, qui paraît vraiment un pauvre type là-dedans dans cette histoire, va faire couler le flux, un petit ruisseau... un petit ruisseau de la propriété privée. Et qui c’est, ce personnage un peu… un peu minable, [38 :00] un peu étrange, ce personnage qui, encore une fois, se plaint tout le temps? Par exemple, à l’horizon de l’histoire de la Chine, mais dans toute l’histoire universelle, on retrouve cette plainte, élégie, c’est l’esclave affranchi, ou le plébéien. Le plébéien romain, l’esclave affranchi de l’Empire chinois – et, encore une fois, la plèbe romaine est composée en partie d’esclaves affranchis, donc la résonnance entre des systèmes pourtant très différents comme Rome et la Chine se vérifierait – c’est lui qui devient capable de propriété privée, petite propriété privée.

Alors, là, on voit très bien comment le surcodage, encore une fois, des territoires tel que l’opère la propriété publique de l’Empereur ou du despote fait couler [39 :00] dans des conditions précises – à savoir : l’esclave affranchi – un ruisseau qui, sans doute, paraît d’abord minuscule, ruisseau de la propriété privée. En d’autres termes, ce que... ce sur quoi j’insiste, c’est que : il me semble exclu que l’on puisse passer des formes de la propriété publique de l’Empire à une espèce de privatisation qui se ferait par miracle. Encore une fois, même les fonctionnaires de l’Empereur qui reçoivent des terres en tenure ne peuvent pas devenir propriétaires privés, puisque tout l’intérêt de la tenure de fonction, c’est précisément qu’on ne soit pas propriétaire.

Alors, comme disait Tökei, les fonctionnaires de l’Empereur, ça peut faire de petits despotes, ça ne peut... ça ne peut pas faire de petits propriétaires privés. Tout leur intérêt, et tous les revenus qu’ils tirent de ces terres [40 :00] viennent précisément du caractère public de l’appropriation. Le propriétaire privé, il ne peut venir que d’ailleurs. Alors, il faut montrer qu’à la fois il vient d’ailleurs et que cet ailleurs est nécessairement lié au système impérial. Or, ça, on avait une première réponse au niveau de la propriété. Encore une fois, la propriété publique du despote qui surcode provoque, en un point précis, celui de l’esclave affranchi, la formation d’un flux de propriété privée et non plus publique, c’est-à-dire, il y a comme un flux décodé qui se met à couler dans le système de surcodage.

Je dirais la même chose de notre second cas : le travail. Je dirais... j’emploierais la même formule : l’activité n’est pas [41 :00] surcodée par le régime impérial du travail, par le régime impérial du travail public, sans que ne se forme aussi un flux de travail privé. Et qu’est-ce que ce sera, ce travail privé? Ce sera déjà l’esclavage privé, à savoir : l’activité de l’esclave privé en tant que propriété d’un personnage, qui est qui? A nouveau : qui est l’esclave affranchi. C’est l’esclave affranchi qui commence à posséder des esclaves privés pour le travail industriel et surtout minier, artisanal et surtout minier. [Pause] [42 :00] Euh... sentez que, encore une fois, c’est une espèce de complémentarité. Dès le moment où vous disposez d’un système de surcodage, c’est ce système de surcodage qui provoque en lui la formation et la coulée de flux privés, de flux décodés.

Troisième exemple : l’impôt et la monnaie. S’il est vrai que la forme « argent » se rapporte à l’impôt comme surcodage opéré par l’Etat impérial, par l’Empire archaïque, il faut dire que cette monnaie, cette forme « monnaie », c’est la monnaie métallique. C’est la monnaie métallique. Et, finalement, la monnaie métallique, c’est la monnaie d’Etat. [Pause] [43 :00] Seulement voilà : avec ce surcodage, on conçoit que s’établisse un ensemble d’équivalences – on l’a vu, ça, je ne reviens pas là-dessus – entre des biens, des services et de l’argent, notamment au niveau du paiement de l’impôt. Les uns paieront l’impôt en nature, en biens, les autres paieront l’impôt en services, les autres paieront l’impôt en monnaie, en argent. On conçoit aussi que des formes commerciales, dès lors, se développent puisque tout ce système de l’impôt consiste à mettre et à opérer une rotation et à mettre en circulation des biens, des services et des... et des pièces. [44 :00]

Donc, il y a comme déjà une espèce de circulation. Il y a déjà une espèce de circulation commerçante au sein de ce surcodage « impôt ». Et c’est bien grâce à ce système que le commerce peut être tenu par l’Empire archaïque au point que l’Empereur a précisément le monopole du commerce. Mais je dis en même temps, comprenez, ça revient à dire une chose très simple : vous ne pouvez pas arrêter. Comme on dit... euh...: une fois que c’est lâché, on ne peut pas arrêter quelque chose. Simplement on ne sait jamais ce qui va avec. On ne sait jamais les complémentarités d’avance. Ce n’est pas des complémentarités logiques. C’est d’un autre domaine. Il n’y a pas de complémentarité logique entre le surcodage par l’Empereur archaïque et les flux décodés de l’esclave [45 :00] affranchi. L’esclave affranchi, c’est lui le personnage qui est en effet en situation de décodage. Tant qu’il était esclave, il était encore surcodé... il était encodé. L’esclave affranchi, c’est comme un... vous voyez : c’est un exclu, mais un exclu du dedans, il n’a pas de statut, il n’a pas de droit public. On crée une situation très, très bizarre. Or le système du surcodage secrète ça, secrète ça. 

Alors je dis : bon, vous avez le système impôt, monnaie métallique et, par-là, le commerce est bien approprié par l’Etat. Le grand exemple, c’est en effet, par exemple, la manière dont l’Empire chinois a tenté, vraiment, de surcoder le commerce, c’est le fameux quadrillage chinois, le quadrillage des villes chinoises qui est typiquement un système d’aménagement du territoire qui [46 :00] appartient essentiellement à l’appareil d’Etat comme appareil de capture et qui est une manière de surcoder toutes les activités commerciales. Et... [Fin de la casette] [46 :09]

 Partie 2

.... monnaie métallique d’autres formes de monnaie. Je prends la distinction classique dans tous les manuels euh... financiers, où l’on distingue trois formes de monnaie. La monnaie métallique, vous voyez, c’est les pièces... euh... l’or, l’argent, le cuivre, tout ce que vous voulez. La monnaie dite « fiduciaire », ce sont les billets au sens de billets de banque. Et la monnaie dite « scripturale » ; la monnaie scripturale, c’est quoi? Ben, c’est du type : lettre de change, billet à escompte. [47 :00] Voilà, c’est les deux premières formes euh... très... qui apparaissent... euh... vers le XIIIème... entre le XIIIème –XVème siècles, lettre de change, billet à escompte. Il y a une chose assez curieuse, si on réfléchit : la monnaie fiduciaire, elle ne me paraît pas très, très intéressante... parce que elle est… euh… très intéressante, parce que elle permet précisément de... elle opère comme une espèce de création de capital financier. Elle permet en effet... euh... d’une part, de transformer tout dans le domaine de la circulation, mais elle permet surtout d’augmenter la quantité de monnaie. C’est déjà une espèce de création de monnaie.

Mais, ce qui m’intéresse, c’est les deux extrêmes. Si je mets la monnaie fiduciaire comme étant une monnaie métallique... non... euh... pas... Si je mets monnaie métallique et monnaie fiduciaires comme [48 :00] étant l’expression même, l’expression simple et l’expression complexe de ce qu’on peut appeler la monnaie d’Etat, la monnaie scripturale, ma question, c’est qu’elle a une tout autre origine.

Vous voyez que je retrouve mon thème, dans ce troisième cas. Je dis : à la fois elle a une tout autre origine, et pourtant elle est inséparablement liée à la monnaie d’état, à la monnaie métallique, au point que vous ne pourrez pas lâcher des flux de monnaie métallique surcodés sans créer aussi des monnaies... des flux de monnaie scripturale décodée. Pourquoi? De la même manière, je disais tout à l’heure : vous ne pourrez pas faire du despote le propriétaire public de la terre qui surcode tous les territoires sans lâcher un tout autre niveau des flux de propriété privée qui renvoient à l’esclave affranchi. [49 :00]

Vous voyez : l’esclave affranchi, ce n’est pas la même chose que le despote, mais il se trouve que, très bizarrement, c’est le complémentaire au sens où, et ce n’est pas étonnant, alors, que, dans une histoire que vous pressentez déjà, l’esclave affranchi va devenir le conseiller de l’Empereur. Il y a une espèce de corrélation très bizarre. Eh bien, tout nous satisfait. C’est une nécessité non logique. Il faudrait trouver un mot pour ça : une nécessité alogique, une complémentarité alogique. Puis ce n’est pas du tout la même chose, de la même manière, la monnaie scripturale et la monnaie métallique, ce n’est pas du tout la même chose. Ça n’empêche pas que, dès que vous… euh… faites un système de la monnaie métallique qui surcode, qui surcode le commerce, vous lâchez fatalement, nécessairement des flux décodés de commerce qui, eux, passent par la monnaie euh… scripturale. J’essaye d’expliquer mieux... Oui... [50 :00] oui, tu vas parler tout à l’heure, parce que je vais peut-être répondre d’avance... parce que c’est... [Rires]

Un étudiant : [Propos inaudibles]

Deleuze : Alors, bon. Tu dis...?

L’étudiant : [Propos inaudibles]

Deleuze : Tu parles fort, hein !

L’étudiant : qu’on avait trouvé donc des traces d’un Empire archaïque qui se serait trouvé sur les hauts plateaux [Propos inaudibles] ce qui est très, très ancien [Propos inaudibles] Et la trace qu’on a trouvée de cet Empire, c’est un système de boules d’argile contenant des petits dés, des petits triangles avec des traces de couleur dessus, d’argile eux aussi, et qu’on a retrouvés essaimés sur tout ce qui peut correspondre [Propos inaudibles] [51 :00] du territoire. Je voulais vous demander si c’est ça qui peut correspondre à la monnaie scripturale.

Deleuze : Non, ça, je pense que c’est une forme de monnaie euh... pseudo-métallique, non métallique, mais qui fait fonction de monnaie métallique. Euh... Je suppose.

Intervenant 3 : [Propos inaudibles]

Deleuze : Oui, mais ça, c’est des fonctionnaires... à mon avis, c’est des fonctionnaires.... Euh... ça dépend, ce n’est pas en Mésopotamie, ça? C’est en Anatolie, non?

Intervenant 3 : [Propos inaudibles]

Deleuze : Quoi? C’est en Anatolie, oui. Oui, mais c’est ce dont on a parlé. Quand on a fait l’hypothèse qu’il n’y avait aucune raison de s’en tenir à des Etats néolithiques, vous vous rappelez, je vous rappelle très vite ça : on a dit que, en vertu d’acquis relativement récents de l’archéologie, on pouvait même rompre avec un schéma qui avait duré jusque au... euh... récemment, concernant ces Empires... le problème des Empires archaïques. Le schéma classique, [52 :00] c’était : ces Empires sont des Empires du Néolithique, et ces Empires du Néolithique supposent déjà une agriculture, une agriculture élaborée, c’est-à-dire une agriculture capable de former des stocks. On a vu qu’un très grand archéologue, à qui… il est arrivé beaucoup de malheurs, mais pour d’autres raisons..., à savoir un anglais qui s’appelle [James] Mellaart fait depuis... – ou faisait... il est… il a été interdit de fouilles... je crois – euh... faisait des fouilles depuis... euh... 1960, une vingtaine d’années, avait entrepris une série de fouilles en Anatolie. Et où il avait trouvé – il me semble que c’est... une des grandes... euh… une des grandes nouveautés, quoi, dans les découvertes archéologiques depuis très, très longtemps – il avait découvert des traces de véritables Empires, hein, avec un rayon à peu près... [53 :00] avec une influence de… une aire de domination de 3000 kms -- ce qui est énorme -- euh... en Anatolie.[3]

Et... euh... l’exemple... les premières fouilles concernent une ville au nom qui fait rêver, une ville, alors... euh… très, très archaïque... euh... qui est célèbre grâce aux travaux de Mellaart et qui se prononce à peu près... je ne sais pas très bien comment ça se prononce : Çatal-Hüyück. Çatal-Hüyück -- euh... c cédille, a - t - a - l, tiret, h - u tréma - y - u tréma... euh... - c - k -- Mais... euh... parce qu’il a commencé par-là, il semble qu’il y en ait de plus anciennes. Il fait remonter en effet... La datation archéologique fait remonter cela à 10000 -7000, 10000 - 7000, c’est énorme. Et toute l’hypothèse... ce par quoi, ça renverse tout ce qu’on disait [54 :00] jusque-là sur les Empires archaïques, en tant que ces Empires présupposaient une agriculture déjà élaborée, etc., ce qui renverse tout, c’est que, évidemment, rien n’empêche en plus de croire que ces Empires sont eux-mêmes héritiers... Très difficile, c’est des Empires... les habitations sont en torchis, donc c’est... euh… ce n’est même pas de la... ça ne subsiste pas tout ça. On peut, à la limite... 10000, ça nous met au tout début du Paléolithique... euh, du Néolithique. On peut, à la limite, lancer l’idée de – ce qui bouleverserait beaucoup de choses quant à la datation des... euh… des... de ce genre de problème – on peut lancer le thème de Etat paléolithique, avec prudence hein. Il y aurait des Etats paléolithiques dont Çatal-Hüyück ne serait que...euh… ne serait que… un dernier chaînon.

Or je dis : pourquoi c’est important,  cette histoire de date? C’est parce que, à ce moment-là, il n’est pas question que les Empires présupposent une agriculture. [55 :00] Encore une fois, c’était notre thème : ce n’est pas un certain niveau de l’agriculture qui rend possibles les Empires, c’est les Empires archaïques qui inventent l’agriculture, à savoir, les Empires archaïques, ils sont directement en prise sur le monde des cueilleurs-chasseurs. Il n’y a pas besoin... -- là aussi ça brise beaucoup les schémas d’évolution – aucun besoin de présupposer une agriculture, passage à la cueillette... ah... une agriculture rudimentaire, développement de l’agriculture et, l’agriculture s’étant développée, l’Empire archaïque devient possible. Aucune raison. Au contraire, il faut in... Faut... faut casser, là, tous ces schémas d’évolution, sous quelle forme? Puisque l’on voit, grâce aux travaux de Mellaart, comment est possible au moins l’érection d’un Empire archaïque directement en prise sur un monde de cueilleurs-chasseurs non-agriculteurs. Et là, comment on le voit? [56 :00]

Eh ben, pour une raison très simple, c’est que, ce qu’on voit positivement, c’est plutôt la manière dont l’agriculture vient de l’Empire et vient de la ville, à savoir, là, le schéma... le schéma évolutionniste est complètement transformé, il est même... euh... mis à l’envers, à savoir : il suffit de vous donner un système de rapt ou d’échange entre cueilleurs-chasseurs où des graines sauvages sont, à la lettre, mises dans un sac. Tout sort d’un sac. Il se trouve que, ce sac, c’est le sac de l’Empire ; c’est l’appareil de capture. Vous mettez dans un sac des... euh... graines sauvages issues de territoires différents, donc ça ne suppose aucune agriculture... Comme dit une... euh… une urbaniste qui est très, très importante, je crois, qui, à partir des travaux de James Mellaart, a construit tout un système... une espèce de modèle impérial. C’est une urbaniste... anglaise... [57 :00] euh…très bonne qui a beaucoup travaillé sur les villes américaines et qui s’appelle Jane Jacobs.[4] Jane Jacobs, elle fait un modèle qu’elle nomme la nouvelle obsidienne, « obsidienne » je dis... -- Ah ben me voilà... obsidienne, pour ceux qui ne savent pas, c’est…, mais c’est très... normal..., euh... c’est euh... des laves, c’est lié aux volcans, c’est certains... c’est euh… il y en a plusieurs, ce n’est pas un type de lave, c’est un ensemble de laves qui avant, avant toute métallurgie, a permis la fabrication d’outils, au Paléolithique et au Néolithique. Et, en effet, ça donne... vous voyez, c’est... c’est... c’est... des laves très belles, très... vert-noir. Et, en effet, on peut leur donner un tranchant, [58 :00] donc il y avait des couteaux en obsidienne, il y avait... enfin l’obsidienne, c’est une très belle matière. -- Bon.

Vous voyez, si j’insiste sur « avant toute métallurgie », je veux dire c’était de l’obsidienne, c’est, tout comme je dis « avant toute agriculture », hein. Alors il n’y a même plus besoin de supposer... hein, une métallurgie naissante, une agriculture naissante sur lesquelles l’Empire archaïque se formerait. Non, je dis : tout sort d’un sac, c’est-à-dire, lorsque vous mettez des graines sauvages issues de territoires différents – c’est bien le système de l’Empire archaïque dans la mesure où il a surcodé les territoires – il foutent tout ça dans un sac avec des fonctionnaires gardiens du sac, des fonctionnaires du despote. Qu’est-ce qui se passe? Tout le monde le sait. A plus ou moins longue échéance, se produisent des phénomènes d’hybridation, des phénomènes d’hybridation. Et Jane Jacobs insiste beaucoup, là, elle est très, très brillante sur ces hybridations dans le sac.

Et qu’est-ce qui se passe? [59 :00] Ben, l’Empire et la capitale Çatal-Hüyück, la grande capitale, c’est elle qui crée l’agriculture. C’est elle qui est en situation d’avoir des semis, et des semis comparatifs ; c’est-à-dire elle va foutre ces hybrides de graines... elle va les foutre sur les territoires, où ça? Mais elle va les mettre sur sa propre terre à elle. En d’autres termes, l’agriculture, elle naît dans la ville et sur les terres de la ville. Elle ne naît pas à la campagne, jamais, jamais ! Elle naît à la ville, dans la ville, sur les terres de la ville. Alors vous voyez que, là, l’évolutionnisme, en effet... euh... est tout à fait court-circuité. Vous avez vos territorialités de cueilleurs-chasseurs, c’est-à-dire vos territorialités itinérantes, [60 :00] vous avez la... l’appareil de capture « Empire archaïque » qui ne présuppose aucune agriculture. Et puis l’agriculture va sortir de l’appareil de capture.

Alors vous aurez deux cas. En effet, lorsque vous mettez des semis, lorsque vous plantez vos semis sur les terres de la ville, vous pouvez le faire de deux manières : ou bien le même semi sur des terres différentes, ou bien des semis différents sur la même terre successivement. C’est les deux cas intéressants. Ça correspond – si vous vous rappelez ce qu’on a vu les dernières fois – ça correspond absolument déjà aux formules, en effet, de la terre et de la rente foncière, et de la rente foncière qui revient au despote. C’est-à-dire : il y a une comparativité des terres, ou des semis sur une même terre. [61 :00] Tout va très bien, quoi.

Alors… euh… en effet, c’est très, très important... Je dis : l’importance des découvertes de Mellaart, ce n’est pas simplement de reculer – ce qui serait déjà très, très important – de reculer de 3000 ans ou de 5000 ans la datation ordinaire des grands Empires archaïques, pour une fois ce n’est plus… Ce n’est plus le Néolithique, c’est le tout début du Néolithique et la fin du Paléolithique, et peut-être plus haut. Mais ce problème quantitatif est second par rapport au problème qualitatif. C’est que, si vous reculez la date, dès ce moment-là, il n’y a au... aucune raison de supposer encore -- comme c’est encore dans la théorie de Marx ou dans la théorie des anciens archéologues -- aucune raison de présupposer que l’Empire suppose un stade élaboré d’agriculture, aucun besoin. En d’autres termes, le surgissement de l’Empire, on peut dire : cet appareil de capture, il se monte, mais il se monte en un coup. [62 :00] Et il est contemporain, il est... il est immédiatement contemporain de tout champ social. Ça ne veut pas dire que tout le monde lui soit subordonné ; il y a des gens qui y échappent, mais il est toujours là à l’horizon, toujours à l’horizon.

Alors, je reviens à ça, bon... ça revient un peu au même, on ne s’est pas tellement... euh... détourné de ce qu’on disait. Voyez, mes complémentarités... Seulement j’ajoute : dès que cet Empire est là, dès que cet appareil de surcodage est là, il comporte aussi les virus qui le rongent. Et, si je recommence la liste des trois virus, qui sont à la fois autre chose, mais autre chose inséparablement liée au système du surcodage, je dirais... je recommencerais à dire : la propriété publique qui surcode... la propriété publique du despote, qui surcode [63 :00] la terre, engendre du côté de l’esclave affranchi un peu profond ruisseau – au début peu profond – un peu profond ruisseau, le flux décodé de la propriété privée, puisque l’esclave affranchi, c’est le personnage décodé. Il n’a le droit d’avoir une propriété privée que parce qu’il est exclu des droits publics. Du même coup, il devient capable d’avoir des esclaves privés, contrairement au despote qui n’a que des esclaves publics. L’esclave privé, c’est celui qui, précisément, va travailler dans la métallurgie, dans l’artisanat, dont l’esclave affranchi a comme une espèce de monopole de fait.

Et je reviens à mon dernier exemple : j’ai donc ma monnaie d’Etat, monnaie métallique [64 :00] ou même fiduciaire. Je dis : eh ben oui, d’accord, c’est une monnaie de surcodage, avec le système « impôt ». Elle opère déjà une circulation, une rotation au cours desquelles se constituent les équivalences biens-services-argent. Donc elle surcode les échanges et le commerce, elle surcode tous les systèmes d’équivalence. Seulement, voilà : vous ne pouvez pas lâcher cette monnaie de surcodage sans que se constitue à côté, mais nécessairement, toujours à côté, mais en complémentarité nécessaire, une autre monnaie scripturale. Alors, vous me direz : mais cette monnaie scripturale, c’est quoi? Comment la distinguer? Si je prends les deux pôles « monnaie d’Etat » / « monnaie scripturale », « monnaie métallique d’Etat » / « monnaie scripturale », la distinction, elle est très bien faite par Marx, [65 :00] dans les textes... dans ses textes sur la monnaie.

Marx – je résume beaucoup – Marx dit en gros ceci : vous comprenez, il dit, la monnaie, euh… métallique... -- et il dit parfois la monnaie d’Etat -- la monnaie métallique d’Etat, elle est par elle-même élément de socialisation. Ça nous convient... si vous me suivez, ça nous convient tout à fait, cette expression, c’est-à-dire, elle est elle-même une détermination sociale. En quel sens? Elle socialise. Quoi? Eh ben, elle socialise ce avec quoi elle entre en rapport. Avec quoi la monnaie métallique d’impôt entre-t-elle en rapport? On l’a vu : avec des biens et des services puisque, en effet, c’est au niveau de l’impôt que se crée, encore une fois – ça, je ne cesserai pas d’essayer de le répéter – que il me semble que se fait les premiers systèmes d’équivalence biens-services-monnaie. [66 :00] Donc, cette monnaie métallique, elle socialise les biens et les services, c’est-à-dire il s’agit d’une relation sociale publique. [Pause]

La monnaie scripturale, qu’est-ce que c’est? Là, Marx le dit très... -- je crois tous les... tous les financiers le... le diraient également, l’analyse est très très... ce n’est pas spécialement marxiste, ce que je dis, n’importe quel euh… financier le dirait, je crois -- que, logiquement – je ne parle pas des mélanges de fait qui sont... – logiquement, ce qu’on appelle la monnaie scripturale, c’est l’expression d’une relation entre deux personnes privées. Je ne dis pas nécessairement des personnes physiques : ça peut être des personnes morales, mais c’est une relation... [67 :00] c’est une relation monétaire entre deux personnes privées. En d’autres termes, la monnaie scripturale – et c’est ça qui me paraît essentiel, essentiel, si l’on essaie de dépasser les définitions purement... euh… apparentes – la monnaie scripturale, elle est toujours associalisée ; elle n’est pas elle-même un élément de socialisation. Elle doit être socialisée, c’est une relation privée ; relation privée entre qui et qui? Entre une personne privée qu’on appellera une banque et une personne privée qu’on appellera un commerçant, par exemple. En d’autres termes, ce que disait Eric [Alliez] très bien tout à l’heure, c’est même la définition de la création de monnaie à ce niveau, [68 :00] il y a plusieurs créations de monnaie. Il y a une création de monnaie, monnaie métallique. Il y a un tout autre type de création de monnaie, à savoir : une banque émet une créance sur elle-même, c’est ça la monnaie scripturale. L’acte par lequel une banque émet une créance sur elle-même, ça va être la relation privée fondamentale banque-commerçant qui va être constitutive de la monnaie dite scripturale.

Alors on comprend mieux les formes de la monnaie scripturale. Ça va être... la première forme, ça va être la lettre de change. Deuxième forme beaucoup plus complexe, ça va être le billet escomptable. Alors, vous me direz : mais l’Etat intervient... mais attention, bien sûr, l’Etat va intervenir. Mais [69 :00] on en est à des déterminations logiques. Bien sûr, il faut bien. Mais, si vous voulez, il faut parler d’une dualité de monnaie. Il y a la monnaie comme détermination sociale publique qui appartient à l’Empire archaïque déjà, c’est la monnaie métallique. Elle renvoie au système d’impôt. Le système d’impôt rend possible des équivalences biens-services-argent et surcode le commerce. Mais, en même temps, vous ne pouvez pas lâcher ce circuit même surcodé sans que, dans ce circuit, des points de décodage ne se fassent. Ces points de décodage, c’est la formation d’un tout autre flux monétaire, flux monétaire, lui, fondamentalement décodé, « fondamentalement décodé » c’est-à-dire : qui exprime les relations privées entre des personnes. [70 :00]

Vous me direz : pourquoi [est-ce] qu’on ne peut pas l’empêcher? Eh ben, parce que… c’est au niveau de ce circuit… c’est un peu comme… -- si vous voulez, là, je prends une métaphore, euh… géométrique euh… facile -- c’est comme s’il y avait des points de tangentes. Vous faites votre circuit de surcodage : il y a des tangentes qui s’en vont. Il y a des tangentes qui fuient. Alors comment ce sera rattrapé? -- Je corrige en même temps ce que je viens de dire -- En même temps, cette monnaie, donc scripturale, qui est une relation privée, par opposition à la monnaie métallique comme instance publique, cette monnaie scripturale, je dis : elle exprime une relation privée et non pas une relation sociale en elle-même. Mais, en même temps, elle est inséparable d’un processus de socialisation. [71 :00] Elle se socialise dans la mesure où… où par l’intermédiaire des opérations, des opérations commerciales et bancaires qu’elle rend possibles.

Ce qui signifie quoi? Ce qui signifie évidemment qu’il faudra, qu’il y ait – et, là, c’est nécessaire – un ajustement de la monnaie scripturale sur la monnaie métallique. Il faudra qu’il y ait un contrôle par l’Etat le plus archaïque de cette monnaie scripturale. Il faudra bien que l’Etat rattrape ça. Et c’est le rôle de quoi, unifier les deux monnaies? Pour une simple raison, c’est qu’il faut qu’elles soient convertibles, les deux monnaies. La monnaie scripturale, si elle n’est pas [72 :00] convertible en monnaie métallique ou fiduciaire, elle… elle n’a aucun sens. Si vous voulez, elle naît comme relation privée entre deux personnes, mais ne peut fonctionner que dans la mesure où elle est socialisée. Et elle n’est socialisée que dans la mesure où, d’une manière ou d’une autre, elle s’aligne sur la monnaie métallique et scripturale, sur la monnaie d’Etat.

Il faut bien qu’il y ait convertibilité des deux monnaies. Et qui est-ce qui assure la convertibilité des deux monnaies? C’est la banque… pas n’importe laquelle ; ce n’est plus la même que celle qui émettait la monnaie scripturale. C’est la banque que l’on nomme à juste titre “centrale” ou “d’Etat”, ou à la limite, la banque mondiale. La banque centrale, c’est elle qui va précisément assurer la convertibilité des deux monnaies, [73 :00] le passage d’une monnaie dans l’autre, mais le contrôle de l’autre par l’une. Exemple particulièrement frappant, pour ceux qui… euh… [quelques mots inaudibles] par exemple, c’est évidemment la banque centrale qui va fixer le taux d’escompte, le taux d’escompte qui concerne avant tout la monnaie scripturale. Quand vous escomptez une traite, précisément il y a un taux d’escompte qui est fixé par la banque centrale Vous comprenez?

Alors c’est parfait. Je veux dire : on le tient, notre schéma. Je veux dire : vous voyez que, dans nos trois exemples -- qui ne sont autre chose que des exemples puisque c’est les trois aspects fondamentaux de l’appareil d’Etat, de l’appareil impérial – je dis : ben oui, c’est très curieux mais, à chaque fois que vous formez un circuit de surcodage que l’on peut appeler « appareil d’Etat », circuit de surcodage, soit au niveau de la propriété publique de la terre, [74 :00] avec la comparaison des terres, vous vous rappelez, c’est un véritable circuit -- de la plus mauvaise à la meilleure terre, de la meilleure à la plus mauvaise, il y a un circuit de la terre, il y a un circuit foncier, -- vous formez un circuit de surcodage. Eh ben, en même temps, dans certains points de ce circuit, qui peuvent être assignés, vous faites couler des flux qui se décodent. C’est la propriété privée, dans quels points du circuit? On répond : l’esclave affranchi, ou la plèbe. C’est elle qui est maîtresse de la propriété privée… au début, hein, elle ne va pas le rester longtemps dans un pareil système. C’est l’esclave affranchi aussi.

Dans le deuxième cas, quand vous faites un circuit du travail, du travail public, et que vous avez là le second aspect du surcodage, vous ne pouvez pas le faire [75 :00] sans que, en certains points, des flux de travail privé, des flux de travail qu’on appellera de travail libre, bizarrement – mais c’est un sens très, très curieux du mot « libre », « libre », ça signifie exactement « décodé » – … des flux de travail libre ou privatisé ne coulent qu’en certains points du circuit. Ces points, c’est quoi? Je réponds : c’est l’esclavage privé dont l’esclave affranchi est comme l’inventeur.

Et, troisièmement, quand vous faites votre circuit « impôt », quand vous faites votre circuit métallique de l’impôt, vous ne pouvez pas le faire sans en même temps faire, en certains points de ce circuit, couler des flux qui se décodent. Quels points du circuit? Notre réponse, notre troisième et dernière réponse, ce n’est pas difficile : [76 :00] aux points mêmes où se forme la monnaie scripturale comme relation entre deux personnes.

Alors ça va être… ça va être un truc très étonnant, l’Empire archaïque. Il a déjà tous les germes ou virus qui le forcent ou… ou à disparaître, ou à évoluer. Ce système de l’appropriation publique qui ne comportait rien de privé crée lui-même les conditions pour que se forment des flux de privatisation. [Pause] Je n’arrive pas à le dire… Je voudrais le dire encore plus clairement, et puis je… je ne sais pas… est-ce que c’est bien clair? Ah… [77 :00]

Un étudiant : [Propos inaudibles]

Deleuze : Ah bon? Là, j’allais vite, en effet, parce que… voilà, il semble là aussi que… euh… « esclavage »… bon, c’est déjà dit…. C’est… c’est un mot que… qu’on l’a tellement lié à « esclavage privé », à savoir lorsque quelqu’un, lorsque des hommes sont la propriété privée d’autres hommes, on l’a tellement lié à « esclavage privé » qu’on hésite presque à parler d’esclavage public. Lorsque… euh… certains auteurs, à la suite de Marx, lancent cette catégorie de ce qu’ils appellent l’esclavage généralisé, ça veut dire quoi, « l’esclavage généralisé »? C’est précisément un esclavage qui n’est pas un esclavage privé. Alors c’est quoi, « l’esclavage généralisé »? L’esclavage généralisé, c’est l’état du travail dans l’Empire archaïque lorsque, [78 :00] soit un certain nombre de travailleurs sont propriété, on dirait aujourd’hui, de la couronne, propriété de l’Empire – vous voyez, ce n’est pas du tout… ce n’est pas propriété du despote comme personne privée – ils ont une fonction : à savoir une fonction de travail public. C’est des esclaves publics.

Je signale, par exemple, un livre excellent de… je pense tout d’un coup, de Métraux, de… un grand ethnologue, Alfred Métraux, sur les Aztèques, où… il insiste beaucoup sur l’existence d’un esclavage public, à savoir… euh… chez les Aztèques ça s’appelle les yana (y-a-n-a).[5] Ce sont… euh… des enfants enlevés très tôt à leurs communautés et qui sont esclaves publics de l’Empereur, [79 :00] et qui sont affectés à des tâches de travaux publics. Mais l’esclavage public dépasse ça, ou l’esclavage… ce qu’on appelle l’esclavage généralisé déborde ça, parce que euh, l’esclavage généralisé, c’est aussi… euh… la situation du surtravail, à savoir des travailleurs des communautés doivent en impôt à l’Empereur un service dans les travaux publics. Par exemple… euh… le texte dont on parlait la dernière fois, je crois, le… le texte admirable de Kafka sur la muraille de Chine et la construction de la muraille de Chine, bon, des travailleurs de communauté doivent un surtravail, qui va être la construction de la muraille, ou bien, dans les Empire archaïques dits hydrauliques, c’est-à-dire qui reposent sur une construction hydraulique importante, eh ben le travail des canaux et de l’entretien des canaux, c’est un travail public. [80 :00]

Il y a donc un esclavage généralisé ou public. Mais donc, l’esclave public, il est esclave soit du despote en tant que propriétaire public de la terre, soit du fonctionnaire du despote en tant que ce fonctionnaire reçoit une terre en tenure. Mais c’est une terre de fonction ; ce n’est pas une terre possédée à titre privé, puisque, quand il cesse sa fonction, la terre revient à la couronne, elle revient à l’instance impériale. Ou bien, même, c’est un esclave des communautés… euh… des communautés villageoises, qui avaient des esclaves. Par exemple, en Chine, les communautés…euh… les communautés agricoles avaient elles-mêmes des esclaves. Dans chaque cas, vous voyez que cet esclavage public est le contraire d’un esclavage privé ; il n’y a pas du tout de propriété privée d’un esclave. Et pourtant il y a esclavage public. [81 :00]

Quand est-ce que l’esclavage privé semble apparaître? Eh ben, là aussi, on reprend exactement, c’est tout à fait le… le symétrique de ce qu’on a vu pour la propriété foncière. Quand est-ce que la propriété foncière apparaît comme propriété privée? Elle apparaît lorsque l’on peut assigner, dans le champ social, des personnes… -- ça va précisément devenir des personnes, alors il faut… il faut comme préjuger, devancer… -- apparaît des gens qui sont exclus des droits publics. Alors, question : qui est-ce qui est exclu des droits publics? Bon, je recommence… hein… euh… pour que vraiment ce soit clair, eh ben, le despote est le maître des droits publics, le fonctionnaire est défini par des droits publics, les communautés villageoises ont des droits publics, [82 :00] les esclaves publics ont des droits publics et des devoirs publics. Donc dans un tel système, on se dit : mais, il n’y a pas de place pour la moindre évolution, ou pour le moindre changement. Tout est prévu, tout est parfait. On ne prévoit jamais… c’est que en même temps, il y a ce mécanisme très bizarre -- vous me direz : pourquoi qu’il s’est monté, ce mécanisme? Sans doute que… je ne sais pas… ça… ça me dépasse -- mais il y a, dans tous les Empires, ce mécanisme de l’affranchissement.

Un étudiant : [Propos inaudibles]

Deleuze : Quoi?

Un étudiant : [Propos inaudibles]

Deleuze : D’où ça vient, ça? Je ne sais pas. Ça…. Euh… si tu me dis en effet… bon…

Un étudiant : [Propos inaudibles]

Deleuze : Oui... Oh… ça… si on me reproche de me le donner, l’affranchi… Là, je ne peux pas aller plus loin, là, pour le moment ; peut-être une autre année, j’aurai une idée… euh… Il ne faut pas m’en vouloir… je dis, bon… Là si [83 :00] vous me demandez, en effet, « qu’est-ce qui rendait nécessaire un mécanisme d’affranchissement ? », je ne suis sûr qu’on peut trouver une réponse, mais que, là, alors, ça suppose, en effet, des choses que je n’ai pas sur… sur l’Empire Chinois, par exemple où… où le mouvement des affranchis a eu tellement d’importance. Alors le mouvement des affranchis présuppose bien que l’affranchissement soit comme une espèce d’institution nécessairement, nécessairement constituée dans un tel système… euh… Je permets tout à l’heure, parce que, comme je vais tout perdre si… euh… et que j’ai presque fini.

Alors euh… bon, compte tenu de cette critique qu’on peut me faire et qui est très, très juste -- que je n’explique pas pourquoi il y a, il y a cette institution de l’affranchissement – je dis : l’affranchi, lui, il n’a aucun droit public. Il n’a plus de droit public. Il n’est plus esclave, il n’est pas fonctionnaire, il n’est rien, il est exclu des droits publics. La plèbe, là, peut-être que ce serait du côté de la plèbe, parce que les Romains, ça nous est quand même plus familier, peut-être que, là, la réponse serait plus facile à trouver, mais… euh… [84 :00] en effet, on voit très bien dans… euh… Je prends Rome au moment où, en forçant un peu les choses, on peut présenter Rome comme un cas d’Empire archaïque. Et en effet, tout le monde est d’accord sur ceci, que l’Empire étrusque, que c’est un Empire, c’est un Empire de type archaïque… euh… avec toutes ses déterminations publiques, cette propriété publique, etc. C’est la grande époque des Rois, de ce qu’on appelle… euh… dans la mytholo… dans… la légende, les Rois de Rome.

Qu’est-ce qui se passe? Qu’est-ce qui va faire que cet Empire va s’écrouler? Encore une fois, vous vous rappelez, on l’avait vu une autre année ; c’était curieux ces Empires archaïques qui à la fois semblent tellement parfaits et qui s’écroulent d’un coup, s’écroulent d’un coup, les proto-Empires grecs… euh… de Crète, de Mycènes etc., qui s’écroulent comme ça avec, pense-t-on, l’invasion dorienne, qui ont une écriture. L’écriture disparaît, [85 :00] et la Cité grecque redécouvrira l’écriture à partir d’un tout autre horizon et en rapport avec de tout autres choses. Il y a toutes sortes… la disparition d’un petit Empire, l’Empire de l’île de Pâques… Très bizarres ces disparitions qui semblent avoir été vraiment d’un type “catastrophe”, quoi. Bon.

Alors, je dis : dans le cas de l’Empire romain… -- de… de ce vieil Empire romain, hein, je… je ne parle pas de ce qu’on appelle classiquement l’Empire romain… -- de… du vieux système étrusque, qui est un système archaïque, qu’est-ce qui se passe? Eh ben, les patriciens…. Il y a les patriciens et les patriciens, ils appartiennent entièrement au système impérial euh… public, en quel sens? En ce sens qu’ils exploitent la terre publique. Cette terre publique est la propriété éminente du Roi étrusque ; les patriciens exploitent et ont le droit d’exploiter [86 :00] la terre publique, l’ager publicus. Bon, voilà. Il y a des esclaves publics, il y a des villageois, il y a tout ce que vous voulez, il y a tout ce qu’on a dit pour définir l’Empire, [que] se forme la plèbe.

Alors, bon, qu’est-ce que ça veut dire, « se forme la plèbe »? Alors, bon, on retombe un peu dans le même truc. La plèbe, elle est constituée, semble-t-il, d’habitants des territoires conquis, en partie, en partie d’esclaves affranchis, on retombe sur… euh… donc pas d’esclaves privés affranchis ; on n’en est pas là, d’esclaves publics affranchis, d’esclaves impériaux affranchis, d’esclaves royaux affranchis. A nouveau, je dis : si... si… euh… si, vous avez trop raison de me dire… euh… : mais alors pourquoi cet affranchissement, pourquoi cette institution puisque…? Je ne sais pas. Je ne sais pas !

Eh ben… eh ben, le plébéien, [87 :00] vous vous rappelez, lui, est exclu de tous les droits publics, c’est-à-dire n’a pas le droit d’exploiter l’ager publicus. Mais, précisément en tant qu’exclu de tous les droits publics, il a le droit d’assigner la propriété de l’ager publicus, c’est-à-dire de réclamer la possession d’une petite parcelle à titre privé. Parcelle de quoi? Est-ce de l’ager publicus lui-même ou bien de terres extérieures à l’ager publicus, de terres non défrichées ? A mon avis, ça a changé, c’est un problème très, très important, ça, où le seul point que je connaisse un peu qui est alors… euh… la royauté, mais c’est un cas très… relativement tardif, la royauté des Lagides, sous l’influence grecque en Egypte ; eh bien, c’est très curieux, tantôt… euh… ça a été une assignation de terres défrichées, déjà défrichées, donc déjà appartenant à la couronne, tantôt de terres non-défrichées, hein. En tout cas, peu importe ce point, [88 :00] quelle que soit son importance, ça n’empêche pas que le plébéien, lui, a le droit d’assigner la propriété de l’ager publicus, c’est-à-dire de recevoir en propriété privée une… un petit lot. Donc se confirme que c’est l’esclave affranchi qui -- à la lettre, si j’ose dire -- invente, en supprimant euh… ou bénéficie, crée ; c’est en fonction de l’esclave affranchi que se crée le flux de propriété privée.

Or ce même esclave affranchi, en tant qu’exclu des droits publics, va aussi avoir le droit de faire du commerce et de l’artisanat, quitte, bien sûr, à donner encore à l’Empereur de l’impôt -- il y aura tout un système d’imposition spéciale -- et, en tant qu’il est non seulement le propriétaire terrien d’un lot, mais [89 :00] qu’il a une espèce de monopole de fait de l’activité industrielle et commerciale, qui n’entre pas dans les droits du patriciens -- le patricien, ça ne l’intéresse pas du tout, à ce moment-là -- eh bien, l’esclave affranchi va devenir propriétaire privé d’esclaves qu’il fait travailler, qui ne seront plus des esclaves publics. Et, à la limite, en tant que maître du commerce, c’est lui dont on peut imaginer qu’il lance les premiers équivalents ou les premiers germes d’une monnaie dite scripturale.

Alors, en effet, plus je parle, plus je me dis que votre remarque, elle est tout à fait juste, que, dès lors, si l’affranchissement a tellement d’importance, il faudrait comprendre d’où ça vient un tel truc, l’affranchissement. Pourquoi l’Empereur a-t-il besoin… Pourquoi l’Empire a-t-il une institution, euh… dont il ne sait pas à la fois… dans quelle mesure elle ne va pas le déporter… ça je ne sais pas. Je ne sais pas. Ce sera pour une autre fois, hein, ou bien l’un [90 :00] de vous trouvera. Voilà… euh… est-ce que c’est clair, ça? Il faudrait que ce soit très clair. Quelle heure il est?

Claire Parnet : midi

Deleuze : Oui ?

Parnet : midi dix.

Deleuze : midi dix? Euh… bon, j’ajoute très vite : là, tout ce que je viens de dire, c’est une complémentarité que je vais appeler une complémentarité intrinsèque, entre quoi et quoi? Complémentarité intrinsèque, c’est-à-dire intérieure au système impérial, entre le surcodage et l’apparition de flux décodés. Si je résume cette… cette complémentarité intrinsèque, je dis : plus vous surcoderez, plus vous ferez couler aussi, sur d’autres points, des flux décodés qui seront comme les corrélats des points de surcodage. Vous voyez? [91 :00] Monnaie scripturale, corrélat de la monnaie métallique ; propriété privée, corrélat de l’appropriation publique. Mais ce n’est pas sur les mêmes points, hein. Je dis : il faudrait ajouter que… il y a aussi une complémentarité extrinsèque. Alors, là, peut-être que… aah, peut-être que, dans cette voie… il faut tenir compte de tout…

La complémentarité extrinsèque, c’est ce qu’on pourrait appeler la reprise du grand dossier… euh dont parlent les historiens, le dossier Orient-Occident. Et, là, je résume parce que j’en ai parlé une autre année, je crois bien ; je résume une espèce de grande hypothèse archéologique qui, justement, était l’hypothèse régnante avant les travaux de Mellaart, mais qui, pour ce que j’en retiens, il vaut parfaitement même compte tenu des travaux de Mellaart. C’est l’hypothèse qu’un archéologue anglais, encore, [Gordon] Childe, c-h-i-l-d-e, [92 :00] a très, très bien exposée dans… dans deux livres L’Orient préhistorique et L’Europe préhistorique. Et le schéma archéologique de Childe, lui-même archéologue, c’est exactement ceci : il dit, ben oui, les grands Empires, ils se sont constitués au Proche–Orient. Proche–Orient, Egypte… euh… et, on peut ajouter… -- il ne s’occupe pas de la Chine… euh… c’est un spécialiste de l’Egypte… euh… -- on peut ajouter : en Extrême-Orient. C’est l’invention de l’Orient, l’Empire archaïque.[6] [Fin de la cassette] [92 :39]

 Partie 3

… Chine. C’est dans ces conditions d’agriculture que se forment les premiers grands stocks, les premiers grands stocks impériaux. Donc je ne reviens pas là-dessus, parce que, nous, on a changé l’ordre des choses, ce n’est pas l’Empire qui suppose le stock, c’est… euh… le stock qui suppose l’Empire, etc., mais ça ne change rien.

Supposons que le modèle [93 :00] de ces grands Empires archaïques, ça ait été précisément l’Orient. Pourquoi? Il faudrait, là, faire intervenir toutes sortes de choses sur la géographie, sur le… les historiens actuels ont beaucoup fait, par exemple… le dossier Occident-Orient, c’est une euh… c’est un lieu… commun dans l’histoire actuelle… euh… l’étude du dossier antique. Chez [Fernand] Braudel, vous trouvez… euh… vous trouvez ça très détaillé, l’évaluation à la fois des potentialités de l’Occident et de l’Orient… euh.... pourquoi telle chose s’est passée plutôt là et pourquoi pas là-bas.[7] Par exemple : quel était le système… euh… quel était le rapport de l’Orient avec le bois, le rapport de l’Occident avec le bois, le rapport avec les eaux… euh… dans les deux cas, enfin toutes sortes de choses.

Dans ce dossier très général, Childe, il me semble déjà lançait un grand cri. Il disait : vous comprenez, ah ben oui, les grands stocks agricoles se sont faits dans le Proche–Orient, dans le Moyen–Orient et, on ajoute, en Extrême-Orient. Bien. [94 :00] A ce moment-là, qu’est-ce qu’il y a d’autre dans le monde? Ben, il y a déjà le monde qu’on appelle le monde égéen qui deviendra le prototype de l’Occident. Mais, le monde égéen, c’est quoi, ce monde méditerranéen égéen? Eh ben, il dit : pff… incapable, ne serait-ce que par les conditions géographiques, incapable d’arriver à un niveau de l’agriculture et de faire des stocks de type stock impérial. Les grands sacs de graines, hein, de graines même sauvages, si je reviens, alors, au schéma de Jane Jacobs, euh… là où se font les grandes hybridations, euh… les terres sur lesquelles les semis sont plantés, tout ça… non, le monde égéen avec toutes ses petites parcelles, ses îles, tout ça, non ! Ce n’est pas… pas les conditions.

Et Childe écrit des pages très belles, très brillantes sur les fouilles archéologiques, lorsqu’il, là, il parle vraiment comme spécialiste ; [95 :00] il dit : ben, il suffit de… d’être un peu familier des… des tombes, des études de tombes ; on voit très bien que, dans le monde égéen, les tombes ne nous livrent absolument rien du type « stock », comme on en trouve dans les tombes orientales. Finalement les stocks sont très, très… beaucoup plus faibles, c’est très apparent, hein. Il dit, il arrive à dire : ben oui, alors on trouve des Empires, l’Empire crétois, l’Empire euh… de Mycènes, la Crète, Mycènes… Mais, il va presque jusqu’à dire : mais c’est des Empires pour rire. C’est des Empires pour rire, ce n’est pas… Agamemnon, ce n’est pas l’Empereur de Chine. Agamemnon de Mycènes… Euh… ou bien pensez au très beau texte de Platon, ceux qui connaissent ce texte, où l’Égyptien dit aux Grecs : vous n’êtes que des enfants. « Vous n’êtes que des enfants », dit l’Égyptien, parce que... non… euh… euh… vous ne savez pas… au niveau d’une machine impériale, vous ne savez pas, [96 :00] vous ne savez pas y faire.

Pourquoi ils ne savent pas y faire? Le monde égéen… On va voir ce que cela implique dans le schéma de Childe, qui me paraît très, très intéressant. Dans le schéma de Childe, ça veut dire ceci : les Égéens, ils sont trop loin des grands centres du Proche-Orient pour être directement dans la sphère d’influence de ces grands Empires. Ces grands Empires sont déjà là, mais les Égéens, les Grecs sont trop loin de la sphère d’influence. Eux-mêmes, ils ne peuvent pas faire la même chose. Ils n’ont pas les moyens de faire des stocks de ce type, de construire un Empire. En revanche, ils sont assez près pour savoir que ça existe, pour être en rapport constant, qu’est-ce qu’il va se passer? Tant qu’ils peuvent, ils pillent ; les Grecs sont [97 :00] de grands pilleurs. Tant qu’ils peuvent, en effet, les pillages, là… euh… toute la littérature grecque est parcourue de ces grandes entreprises, de ces raids qui sont des raids de pillage sur les stocks agricoles du Proche-Orient.

Bon, mais euh… ce n’est pas toujours facile de piller un grand Empire, alors qu’est-ce qu’ils peuvent faire d’autre? Eh ben voilà : eux, ils vont avoir un autre régime, parce que, grâce aux stocks agricoles, qu’est-ce que faisaient les Empire d’Orient? Dans le schéma de Childe, c’est tout simple. Donc ils développaient – ou, nous, nous dirions : ils créaient l’agriculture, mais peu importe cette euh… différence puisque ça ne porte plus là-dessus – donc ils développaient ou créaient l’agriculture, d’autre part grâce aux stocks ils pouvaient entretenir des castes d’artisans spécialisés. A savoir : [98 :00] il y avait des gens qui vivaient sur le stock d’Empire, et qui s’occupaient de quoi? Soit de métallurgie, soit de commerce, les deux à la fois, puisque ces Empires, en effet, d’Orient sont de grands, grands métallurgistes et pourtant manquent de matière première. Donc il fallait déjà des circuits commerciaux très, très poussés.

Bon. Mais vous voyez que ces commerces, ces artisans spécialisés, soit métallurgistes, soit commerçants, comme ils dépendaient directement de l’Empereur archaïque, en effet, ils vivaient sur les stocks, ils vivaient sur les stocks de fonctionnaires, sur les stocks gérés par les fonctionnaires, sur les stocks impériaux. Eux et leurs familles, ils étaient donc comme [99 :00] des… fonctionnaires d’un autre type, ils dépendaient directement des stocks impériaux. Par là-même l’Empereur, l’Empereur oriental, l’Empereur archaïque avait tous les moyens de surcoder le commerce et l’artisanat. Le commerce, la métallurgie, l’industrie, il les tenait ! Mais, là aussi, on va retrouver exactement -- mais, si vous voulez, à un autre niveau, au niveau de l’extériorité, ce qu’on a trouvé tout à l’heure au niveau de l’intériorité, -- mais, en même temps, leur fonction même dans l’Empire archaïque ne cessait pas de les mettre en rapport avec le monde extérieur, c’est-à-dire avec le monde égéen. En effet, les métaux… les métaux, par exemple le cuivre, dont le Proche-Orient manquait tragiquement, ils venaient par l’Egypte. Donc ces métallurgistes [100 :00] et ces commerçants, ils venaient de très loin, ils ne venaient pas d’Egée, hein… euh… D’après Childe, on trouve dès le Néolithique, n’est-ce pas, de… euh… par exemple, de l’étain de Cornouaille passant par l’Egée et qui arrive… mais pas dans les Empires euh… de Proche-Orient, donc ça suppose des circuits commerciaux immenses, hein, énormes, énormes.

Or, donc, ces commerçants qui étaient surcodés dans l’Empire archaïque, ils se trouvent en même temps dans une autre situation, sous l’autre aspect où ils ont affaire avec le monde égéen d’où vont venir des matières premières, c’est-à-dire les Égéens échangent des matières premières contre du stock agricole. Si bien que le commerçant, dans le monde égéen, a un tout autre statut que dans le monde oriental, [101 :00] ou tend à avoir un tout autre statut que dans le monde oriental. De même, le métallurgiste tend à avoir un tout autre statut que dans le monde oriental. Et pourtant, d’une certaine manière, c’est le même. C’est le même qui se ballade, il y a une itinérance – alors une nouvelle forme d’itinérance – du commerçant et du métallurgiste. Tantôt c’est le même, tantôt ce n’est pas le même. On comprend, à ce moment-là, ce que peut vouloir dire une espèce de corporation qui se forme, une corporation de métallurgistes qui aurait comme deux têtes, même trois têtes : une tête dans l’Empire oriental où il est surcodé, une tête dans l’Empire égéen… euh, dans le monde égéen où il est beaucoup moins tenu et, alors, une tête obscure dans des peuples peu connus qui occupaient la Cornouaille à ce moment-là et qui livrent l’étain… bon.

Ça se complique. Qu’est-ce que ça veut dire, cette fois-ci, [102 :00] la complémentarité? C’est que, à la limite, le même personnage qui est surcodé en Orient dans les conditions de l’Empire archaïque, existe simultanément comme beaucoup moins codé, comme à la limite décodé dans le monde égéen. Et c’est ce que dit Childe, déjà : ben oui, la vocation de commerce et de…euh… de commerce libéral, dit « libéral » euh… de l’Occident, mais il commence dès ce moment-là ; et ce n’est pas du tout une vertu, c’est une espèce de complémentarité. Ils n’ont pas à faire de grands Empires archaïques parce qu’ils vivent dessus. Ils vivent dessus, mais donnant-donnant.

Voyez, mes deux complémentarités, je dirais : l’une conforme au schéma archéologique de Childe, c’est – si je cherche des formules qui les résument – ce serait la complémentarité extrinsèque conforme au schéma de Childe [103 :00] en archéologie. Ce serait les flux ; les flux surcodés dans les Empires archaïques du Proche-Orient et du Moyen-Orient engendrent nécessairement, ou ont nécessairement pour corrélat, des flux qui tendent à se décoder dans le monde égéen. Ça, c’est une complémentarité géographique. Euh… on est écrasé par des visions mondiales comme ça…

Complémentarité intrinsèque, cette fois-ci, conforme au schéma, si vous voulez, du sinologue Tökei, de l’historien Tökei : plus le système de surcodage assoit son [104 :00] pouvoir, le surcodage impérial archaïque assoit son pouvoir public sur la propriété de la terre, la propriété publique de la terre… euh… etc. etc., le travail euh… le travail public et euh… et euh… l’impôt, plus se forment, en corrélation, des points de décodage, des flux décodés de, premièrement, propriété privée, deuxièmement, travail et esclavage privés, troisièmement, monnaie euh… scripturale. Ouf, voilà. [105 :00]

Alors, si vous comprenez cette situation, imaginez : on est là-dedans, on est dans cette situation de double tension, tension intrinsèque, tension extrinsèque… Oui, c’est une… euh… je crois que c’est un des grands points pour comprendre ce que ça ne pouvait être que les corporations archaïques. Vous comprenez, c’est des appareils à têtes multiples, là aussi. Ça va de soi que, au besoin, c’était des branches assez voisines, euh… des types qui se connaissaient, hein, les types qui euh… euh… le métallurgiste égéen, le métallurgiste égyptien, et puis le métallurgiste de Cornouaille, il fallait bien qu’ils aient des rapports, il fallait bien… il y avait… il y avait des caravanes, ça passait à travers des peuples nomades, ça passait à travers des… euh… A un bout qui est-ce qui tenait les mines ? Qui c’était les peuples qui tenaient les mines, hein? [106 :00] A l’autre bout, qu’est-ce que c’était que ces Empires qui avaient une industrie métallurgique déjà très forte, alors qu’ils n’avaient pas les métaux nécessaires? Qu’est-ce que ça impliquait?

Ça impliquait précisément cette complémentarité entre les surcodages. Plus l’Empereur surcodait le commerce et l’artisanat, plus ils devaient… plus ils devaient lâcher euh… plus à certains égards ; d’autre part, il y avait toute… toute, alors… euh… en faveur des flux…euh… décodés, il y avait toutes les lignes de fuite, à savoir les métallurgistes qui en avaient marre, qui devaient filer par collectivités entières pour s’installer dans le monde égéen où ils avaient des conditions bien, bien… bien meilleures, quoi. Il y a dû y avoir… euh… les révoltes paysannes ; elles ont toujours été en faveur… toujours… très, très souvent, dans le monde antique, elles sont en rapport avec des révoltes de métallurgistes, des révoltes dans les mines, tout ça. Le surcodage des mines… l’Empereur… l’Empereur y attache énormément d’importance. Euh… encore juste qu’il n’y a pas longtemps, hein, et c’est pour ça que les historiens… c’est une des raisons pour lesquelles les historiens expliquent très bien que… euh… [107 :00] ce n’est pas la Chine qui a inventé le capitalisme, alors qu’elle aurait pu tellement le faire depuis longtemps, dès le XIIème siècle, une des raisons, c’est précisément le surcodage où l’Empereur tenait… où l’Empereur comme personne publique, bien entendu, tenait le commerce et le travail des mines.

Par exemple, quand il décidait qu’il y en avait marre, les mines étaient fermées, hein, on ne travaillait plus dedans. Là, c’est typiquement, ça, l’Empereur de Chine décide la fermeture des mines – voyez le livre de [Etienne] Balazs sur… La Bureaucratie céleste, où il explique très bien ce système des mines qui étaient fermées périodiquement… euh… ce qui supposait des fonctionnaires d’entretien pour l’état des mines, ça va de soi.[8] Mais euh… là c’était vraiment le surcodage à l’état pur, jamais un Etat occidental ne peut… euh… ne peut réussir un coup comme ça. Je veux dire : ils n’ont fait qu’imiter… et euh… prendre ce qu’ils pouvaient des… des… Empires archaïques, mais, là, il y a un système de surcodage [108 :00] qui va, en même temps, s’accompagner, alors, de fuites énormes. Le quadrillage des villes, ça consiste essentiellement dans l’Empire chinois à empêcher précisément, en principe, à empêcher les flux commerçants de se décoder. Alors, là, on les code complètement. Telle ville, n’est-ce pas, aura… euh… tel monopole de commerce, et pas un autre, hein ; elle ne devra pas faire un autre commerce. Et, dans la ville même, les quartiers seront complètement quadrillés et cloisonnés. C’est la méthode du cloisonnement. En effet, c’est une méthode type de surcodage, ça.

Or il se trouve que plus vous surcodez, plus il y a, en même temps, ces espèces de flux qui se décodent, qui… soit qui se décodent dans les rapports avec l’extérieur, soit même à l’intérieur. Alors c’est la double complémentarité. D’où : vous vous mettez dans la situation de… de… être dans un Empire de ce type, qu’est-ce qui se passe? Qu’est-ce qui va pouvoir se passer? Bon, on se repose un peu? Quelle heure il est, là? [109 :00]

Un étudiant : [Propos inaudibles]

Deleuze : midi et demi !? Vous en avez assez, peut-être, non? Oui, hein? Oui. Il n’y a pas de questions? Il n’y a pas de questions? Vous avez tout bien compris? Bon, alors, la prochaine fois… Non, alors… je… quand même, non ! Pardon. Euh… je… je… Vous tenez encore 5 minutes? Oui, 5 minutes, hein. Comme ça, ça…

Alors je résume très vite quelque chose que j’ai… un peu… que j’avais lancé, que je comptais… euh… beaucoup plus développer, mais il faut avancer. Qu’est-ce qui peut se passer? Ben, il va se passer, je dirais presque, voilà : on va assister à la seconde figure de l’Etat. Seulement, seconde figure de l’Etat, c’est très compliqué, c’est très mal dit. Cette seconde figure de l’Etat, ça a l’air d’être une évolution ; pas forcément une évolution. D’autre part, ça a l’air d’être une figure un peu homogène, ce n’est pas du tout homogène, c’est tout ce que vous voulez. Dans cette seconde figure, il y a en fait les formes les plus différentes, [110 :00] les plus variées… Elles n’ont rien à voir les unes avec les autres.

Qu’est-ce qui me permet, pourtant, de parler d’une seconde figure de l’Etat, avec toutes ces précautions... euh… de parler d’une seconde figure de l’Etat, la première figure étant l’appareil de capture impérial archaïque? Je l’avais dit, c’est que, voilà, je dirais : renvoient à une seconde figure de l’Etat, avec… avec beaucoup de précautions toujours, toutes les relations, toutes les relations collectives sociales qui se présentent comme des relations de dépendance personnelle. La relation de dépendance personnelle, c’est ça la seconde figure de l’Etat, où que ça se trouve et de quelque manière qu’elle s’incarne. Alors, je cite dans le désordre [111 :00] pour bien montrer à quel point ce n’est pas une figure, ce n’est pas un stade de l’évolution ; je dis : chaque fois que les relations de dépendance personnelle vont monter dans le champ social, vous n’aurez plus un Empire archaïque, vous y reconnaitrez la preuve de ce qu’il faut appeler un Empire évolué. Quand on nous parle de l’Empire romain, par exemple, bon, c’est ça, ce n’est pas un Empire archaïque, l’Empire romain. Quand on nous parle de l’Empire de Chine à tel ou tel moment, c’est ça, ce n’est pas un Empire archaïque, c’est un Empire évolué. Quand Montesquieu parle du despotisme asiatique, il ne parle pas des vieux Empires archaïques, il parle d’Empires typiquement évolués.

Qu’est-ce que c’est un Empire évolué? Je dirais : un Empire évolué c’est un Empire où les relations de fonction, où les relations publiques de fonction, telles que nous les avons définies [112 :00] précédemment – là je ne reviens pas dessus – sont constamment doublées et à la limite remplacées par des relations de dépendance personnelle. Vous me direz : « relations de dépendance personnelle », mais alors quoi, ça devient affaire de psychologie? Pas du tout, évidemment. Ce qui m’intéresse, ce n’est pas « personnelle » ; c’est « relation », à savoir c’est la consistance et la constance de ces relations, quelles que soient les personnes. L’Empereur romain peut être Jule ou Octave, ça n’empêche pas que, entre le citoyen romain et l’Empereur, il y aura une relation de dépendance personnelle. Bon, chaque fois que vous avez une sphère des relations de dépendance personnelle qui monte, qui double, qui couvre, qui remplace les relations [113 :00] publiques de l’ancien Empire archaïque, vous pouvez dire : c’est un Empire évolué.

On a vu que, précisément, l’Empire Romain, comment il fallait le définir? Par la montée de cette sphère, lors, qu’on appelle « sphère du privé ». Non pas qu’elle ne soit pas… qu’elle ne soit pas sociale, elle est parfaitement sociale, mais le public a cessé de désigner le mode d’appropriation impérial, le public n’est plus que le moyen de l’appropriation qui, elle, est devenue une appropriation privée. Alors je disais : c’est ça, c’est ça l’histoire de l’Empire romain, je ne recommence pas, vous comprenez, et ce n’est pas par hasard que, là, on retrouve à nouveau le personnage fondamental de l’esclave affranchi. Dans l’Empire romain évolué… l’Empire romain se fait comme un Empire évolué, c’est… il surgit, il y a des Empires qui naissent évolués, l’Empire romain est un Empire qui naît comme [114 :00] Empire évolué.

Or sous quelle forme il naît? Il naît avec un double système déjà, le système des fonctionnaires, qui renvoie au vieux thème le populus romanus, le vieux peuple romain, le Sénat etc. et qui, très vite, n’est plus là que comme une espèce de couverture. Et tout ce système des fonctionnaires impériaux qui subsiste, c’est très curieux -- fonctionnaires impériaux… euh… impôt public – est doublé par un autre système, qui est quoi? L’esclave affranchi comme membre du consilium privé de l’Empereur ; or c’est le consilium privé qui gouverne, ce n’est pas l’Et… ce n’est pas le Sénat, ce n’est même pas les fonctionnaires impériaux. [115 :00] Le fiscus, qui est un impôt spécial ou qui couvre un ensemble d’impôts spéciaux, et qui se distingue de l’impôt public, et là vous avez toute cette sphère, alors, c’est très compliqué, parce que, vous comprenez, il y a des... euh… euh… même dans euh… cette catégorie « Empire évolué », vous avez toutes sortes de figures extraordinairement variées.

Mais je dis : sa dominante, c’est que des relations de dépendance personnelle viennent doubler les relations de fonction publique. Bon, je dis : là-dessus, oublions les Empires évolués, ils continuent… ils continuent, mais ce n’est pas le seul cas. Il me semble -- et c’est là-dessus que je voudrais… mais je n’ai plus le temps, alors je cite juste -- je crois que les organisations de ville et de cité, qui précisément se détachent, se décodent des Empires archaïques – on l’a vu, l’organisation « ville » qui est très différente de l’organisation « Empire » – eh ben, tout le régime des [116 :00] corporations, c’est un autre ca ; c’est des relations de dépendance personnelle d’un type urbain, très différentes de celles des Empires évolués, tout à fait différentes, mais il faudrait les analyser à partir de là. L’esclavage privé…

Un étudiant : [Propos inaudibles]

Deleuze : Très différentes à la fois des Empires archaïques, mais aussi des Empires évolués. C’est des relations de dépendance personnelle d’un type urbain, très différent d’un type « Empire évolué ». Euh… la féodalité, je ne développe même pas parce que la féodalité, elle est faite de ça. C’est un système de relations de dépendance personnelle. Encore une fois, ce qui compte, ce n’est pas « personnelle » là-dedans, c’est que ce sont des relations constantes ou consistantes entre personnes déterminées comme personnes privées. Et la grande différence entre la féodalité et la fausse féodalité, entre les vrais fiefs -- c’est-à-dire les fiefs de féodalité -- et ce qu’on appelle, [117 :00] ce que les historiens appellent les faux fiefs, les faux fiefs, c’est tout simple, c’est les terres de fonction qui renvoient… qui renvoient plus ou moins directement à un Empire archaïque. Par exemple, c’est les tenures accordées au fonctionnaire, c’est ce qu’on désigne par le mot grec non pas de fief justement, mais le mot grec kleros, c’est la cleruchie dont j’avais parlé, je crois, une fois précédemment très vite. Or, là, vous accordez… l’Empereur accorde le bénéfice d’une terre à un fonctionnaire en tant que fonctionnaire, la terre revenant à la couronne lorsque le fonctionnaire prend sa retraite ou meurt. Le fief, c’est complètement différent. C’est une propriété privée avec relation de dépendance…, de dépendance personnelle du vassal vis-à-vis du seigneur. La propriété privée, là, passe par tous ces types de relations de dépendance personnelle. Alors je citerai, comme… euh… pour me contenter de ça, [118 :00] les relations de dépendance personnelle dans les Empires évolués, les relations de dépendance personnelle dans les cités et villes -- et encore : ce seraient des… des… cas très, très différents -- les relations de dépendance personnelle dans les systèmes féodal… dans les systèmes de féodalité rurale. Donc ce serait au… au niveau de la propriété foncière, qui devient à ce moment-là une propriété privée.

Or je dis, et c’est là-dessus que je voudrais terminer, qu’est-ce qui… qu’est-ce qui me permet de dire que c’est une deuxième figure de l’Etat? Et je n’ai même plus besoin de le dire, parce que, au besoin, on me dira : mais il n’y a pas Etat, il n’y a plus Etat… euh… l’Etat est dans la féodalité, est-ce qu’il y a Etat? De toute manière, ça ne m’intéresse pas, parce qu’il y a toujours un Etat à l’horizon. Il y a toujours un Etat à l’horizon. Même dans la féodalité il y a toujours un Empire. Il y a toujours un Empire, soit comme vieil Empire archaïque qui a éclaté, soit comme Empire évolué qui est à côté. Et les relations de dépendance personnelle, elles montent… elles montent au sein… pour doubler, [119 :00] pour remplacer ces relations impériales. Bon.

Mais alors qu’est-ce qu’elles expriment? Qu’est-ce que c’est, puisque ce qui m’intéresse, c’est que ce sont des relations de dépendance entre personnes privées, mais qu’elles ont une consistance sociale aussi… aussi grande que… que le reste, que dans les sy… que dans les systèmes impériaux. Je dirais : ben, ce n’est pas difficile, si vous m’avez suivi, là, on… on tient. Je dirais… euh… et on va comprendre pourquoi il y a tellement de figures variées à ce niveau. Pas tellement difficile, parce que, si vous acceptez l’idée que cette seconde figure de l’”Etat” – entre guillemets “Etat” – cette seconde figure de l’”Etat”, elle surgit en fonction de ce phénomène qu’on a vu précédemment, à savoir le surcodage archaïque provoque lui-même des flux décodés et entraîne des flux à se décoder. [120 :00] Je dirais que les relations de dépendance personnelle sont l’expression de conjonctions, de conjonctions locales, topiques, qualifiées entre flux décodés. Si bien que j’aurai bien mes deux grandes figures d’Etat, déjà, ce n’est pas les seules, j’aurai : le surcodage d’Etat archaïque, l’Empire archaïque, surcodage des flux dans l’Empire archaïque, et puis, là, conjonctions topiques entre flux décodés.

Il faut, en effet, que tous ces flux qui se décodent, il va falloir qu’ils entrent… Ce qu’exprime la relation de dépendance personnelle, c’est finalement quelque chose de tout à fait impersonnel, à savoir : ces… ces conjonctions locales, très… qui forment [121 :00] des topoi, des lieux, ces conjonctions topiques, qui forment des lieux qui sont à la fois des lieux du discours juridique, des lieux de la société, des lieux du champ social, des lieux géographiques, tout ce que vous voulez, qui sont des lieux en tous les sens du mot « lieu »… Donc : des conjonctions topiques entre flux décodés comme tels. Et c’est une… d’une certaine manière, ça les empêche de se décoder encore davantage, ça les empêche de fuir. Ça fait des espèces de nœuds, ça fait des espèces de… euh… Bien.

Alors, c’est là que je dis : c’est, en effet, un deuxième âge du droit. Ce n’est plus du tout le vieux droit archaïque. Naît… naît sous les formes les plus diverses un nouveau type de droit, le droit que certains auteurs appellent précisément le droit à topiques, avec topiques, le droit qui procède par topiques, naît une sorte de droit topique qui va essentiellement être, [122 :00] à mon avis, une sorte de… expression, d’énoncé juridique de l’ensemble des relations personnelles. Pour que vous compreniez plus ou moins où nous sommes, euh… là, en pleine féodalité, ou à la fin de la féodalité, bon... exemple sur lequel… dont on a parlé à d’autres égards, sous d’autres points de vue, d’autres années : l’amour courtois. Ce que je dis, ça ne concerne pas seulement… ça concerne même des choses qui paraissent euh… très minuscules.

Comment ça se définit, l’amour courtois? L’amour courtois, c’est très curieux. Quelle a été l’importance énorme euh... de… d’abord l’amour chevaleresque et puis l’amour courtois? Je dirais presque, vous comprenez, le mariage, c’est quoi? Eh ben, le mariage, ce n’est pas mal en parler que dire : c’est un certain système de surcodage. Finalement les origines du mariage, il faudrait les chercher dans le mariage du despote, à savoir euh… : le mariage, à mon avis, il est très bien formé [123 :00] dans les Empires archaïques. Euh… c’est… oui. C’est un surcodage. C’est un surcodage d’un certain type de relations, et de relations publiques, hein. Bon. [Pause]

En même temps, ce n’est pas difficile de montrer que dans une société, en même temps que se fait tout un surcode du mariage, eh ben…, il y a des flux, flux de sexualité, mais aussi flux de sentimentalité, qui tendent à se décoder. Et ils ne préexistaient pas, ces flux ; c’est bien le surcodage qui provoque sur d’autres points, qui instaure un circuit, le circuit marital, le circuit marital public, avec comme modèle le mariage du despote, le mariage du pharaon… bon… et puis qui va entraîner tout un système de flux qui se décodent. [124 :00] Flux qui se décodent, ce n’est pas avec mon épouse que je pourrais… elle, elle est contenue, ce n’est pas… ce n’est pas qu’elle en soit incapable, c’est que … elle est prise dans le surcodage.

D’où les systèmes qui ont existé dans toutes les sociétés, très, très curieux. L’amour chevaleresque et l’amour courtois, c’est l’amour, aussi bien dans un cas que dans l’autre, dans les deux cas, ce n’est pas la même chose, mais, dans les deux cas, c’est l’amour qu’un homme éprouve pour une femme qui, non seulement, n’est pas la sienne, mais n’a pas le droit d’être la sienne. D’une certaine manière, vous me direz : c’est codifié. Oui et non, tout dépend de ce qu’on appelle un code. Je crois que c’est codifié comme ce qui échappe au code. Euh… c’est l’état du flux décodé. On ne peut pas avoir d’amour chevaleresque ni d’amour courtois avec sa propre femme. Et, en même temps…, en même temps que je développe l’amour chevaleresque et puis surtout l’amour courtois, se développe quoi? [125 :00] Un nouveau système. Ça n’existait pas avant, je crois, ou ça existait, mais alors sous d’autres formes. L’amour est défini comme une relation de la dépendance personnelle de l’homme par rapport à la femme.

Vous comprenez par définition pourquoi on ne peut pas le faire avec sa femme. Ça irait complètement contre le système du mariage comme surcode, qui, lui, ne repose que sur le primat de l’homme. Et le flux décodé va trouver son expression lorsqu’il va promouvoir un type de relation qui va avoir son droit, je dirais que c’est typiquement un droit topique. Le mariage est un surcode, l’amour courtois est un… est une topique. Ah oui, ça éclaire tout, ça. Euh… c’est lumineux. C’est une topique, et qui va se définir par… qui ne va pas être, comme ça, une compensation, qui va être [126 :00] l’invention, l’instauration d’une relation de dépendance personnelle du chevalier vis-à-vis de la dame. Bon, ça va être une conjonction entre flux décodés.

Bon. Et… et dans toute l’institution de la chevalerie, l’amour courtois, ce ne sera pas… dire… vous comprenez, ce serait vraiment idiot de dire : c’est de l’idéologie. Ce n’est pas du tout de l’idéologie. C’est un phénomène… euh… fondamental qui est comme le corrélat du statut du mariage à ce moment-là, où s’instaure une relation… Ce n’est pas qu’il y ait une relation de dépendance personnelle dans le cas du mariage, ce n’est pas du tout l’inverse, ça ne joue pas du tout sur le même plan ; c’est autre chose.

Donc, je dirais, pour résumer,  je peux définir un ensemble d’appareils de pouvoir, mettons, un second type d’appareils de pouvoir, si variés qu’ils soient, en essayant de [127 :00] faire une catégorie, une catégorie sociale propre que j’appellerai : les relations de dépendance personnelle entre personnes privées. Et je dis, ces relations de dépendance personnelle entre personnes privées se définissent par ceci, c’est qu’elles expriment des conjonctions entre flux décodés comme tels. Par-là, elles forment un nouveau droit. Si bien que j’ai au moins deux figures très vagues :  le système de surcodage de flux « appareil impérial » et puis cette chose, cette zone beaucoup plus floue, beaucoup plus variée qui va encore une fois des Empires évolués aux féodalités en passant par les régimes urbains, conjonctions topiques entre flux décodés. Qu’est-ce qui peut se passer après? [128 :00] Après… je retire « après », puisque c’est une… ce n’est pas une évolution, tout est déjà là, tout est encore… Enfin… euh… mais c’est par commodité. Qu’est-ce qui peut se passer après d’encore plus horrible? Ou d’encore plus beau?

Ben, vous le sentez, c’est là qu’on commencera la prochaine fois. [Rires] Tout est prêt pour… Tout est prêt pour que surgisse le capitalisme. Oh… ça va. Très bien. Bon, voilà.​ [2 :08 :30]

Notes

[1] Deleuze cite l’œuvre inédite d’Eric Alliez dans Mille plateaux, pp. 553-554 note 32, qui paraîtra en trois volumes quelques années plus tard, Les Temps capitaux, t. 1, Récits de la conquête du temps, préface de Deleuze (Paris : Édition du Cerf, 1991) ; t. 2, vol. 1, L’État des choses, vol. 2, La Capitale du temps (Paris : Édition du Cerf, 1999).

[2] Deleuze cite Tökei quant aux esclaves affranchis dans Mille plateaux, p. 560, et la discussion des trois formes de décodage se trouve dans les pages suivantes, pp. 560-64.

[3] Deleuze se réfère à l’œuvre Mellaart dans Mille plateaux, p. 534, note 11.

[4] Au fait, Jane Jacobs est un urbaniste et sociologue américaine-canadienne dont l’œuvre-clé est The Death and Life of Great American Cities (1961 ; Vintage, 1992).

[5] Métraux a contribué notamment à une publication en sept volumes produite par l’Institute Smithsonian intitulée The Handbook of South American Indians (1940-47), dont Julian H. Steward était l’éditeur général.

[6] Deleuze cite le travail de Gordon Childe à plusieurs reprises dans plateaux 12 et 13 de Mille plateaux (notamment, pp. 513, 516, 534, 561, 563).

[7] Parmi de nombreuses références à Fernand Braudel, voir p. 478 n. 53 et 480 n. 57.

[8] Etienne Balazs, La bureaucratie céleste (Paris : Gallimard, 1968).

Notes

For archival purposes, the augmented version of the transcription (with reference to the updated transcript by Florent Jonery on Web Deleuze) and the new translation were completed in August 2020.