Foucault / 08

December 17, 1985

Visibility is always a picture. Why? Because visibility is a being of light before it is a solid being. Well, light, just like the statement, is an integration of singularities, singular points. And you can only define a light…and the path of a light as going from one singularity to another; that is, there are luminous series just as there are verbal series. 

Seminar Introduction

After Michel Foucault's death from AIDS on June 25, 1984, Deleuze decided to devote an entire year of his seminar to a study of Foucault's writings. Deleuze analyses in detail what he took to be the three "axes" of Foucault's thought: knowledge, power, and subjectivation. The seminar led to the publication of Deleuze's book Foucault (Paris: Minuit, 1986), which subsequently appeared in an English translation by Seán Hand (Minneapolis: University of Minnesota Press, 1988).

English Translation

Edited

In the 17 December 1985 lecture, topics of discussion include: Foucault's The Archeology of Knowledge; the statement and its double; the statement as the double of something that is strangely similar and almost identical to it: "AZERT"; the copy; rules of the statement and singularities; discourse and singularities; mathematics and singular points; regular lines (lignes de réguliers) and the idea of ​​a series; the statement as a regularity, a series, the emission of singularities; power and relations of forces; knowledge (le savoir) as an integration of relations of forces; philosophy, mathematics and singularities; Mallarmé's poem “A Throw of the Dice Will Never Abolish Chance” (“Un Coup de Dés Jamais N'Abolira Le Hasard”), chance and singular points, singularities of thought and concepts, and the German philosopher Friedrich Nietzsche; the social field and the relations of forces; chance as a relation of forces; pastoral and royal power; the individualization of subjects; the actualization of these individualizations by institutions, and pastoral knowledge in general; Foucault's historical series, durations, and French historian Fernand Braudel; the concept of event and social mutations; the Markov chain; light as the integration of singular points; the verbal series and the luminous series; light in Velázquez's Las Meninas; Roussel; the interlacing of the visible and the statable (l'énonçable); the informal dimension of the relations of forces between the visible and the statable; Foucault and Blanchot, the neuter pronoun (le on) opposing the person, the singular opposing the universal, and the multiple opposing the same; and the knowledge-power system.

 

Foucault Defert
Daniel Defert and Michel Foucault. From Defert's book Une vie politique: Entretiens avec Philippe Artières et Éric Favereau (Paris: Le Seuil, 2014) 

 

Gilles Deleuze

Seminar on Foucault, 1985-1986

Part I: Knowledge (Historical Formations)

Lecture 08, 17 December 1985

Transcribed by Annabelle Dufourcq

Translated by Samantha Bankston

 

So, you see what the problem is. It coincides well with the end of the term. It’s... after painting a kind of picture of knowledge along Foucault’s lines, we were almost pushed...I mean, it wasn't a matter of will, it wasn't…we truly were pushed towards a second domain, that of power. And I mean: I have a feeling that this is also what happened to Foucault. Meaning, he actually started with an epistemology, or with an attempt to construct a doctrine of knowledge, and it was this doctrine of knowledge that literally pushed him towards the discovery of a new domain, which would become that of power. So much so that what we were already looking for last time was a kind of transition that caused us to shift from knowledge to power, and we proceeded by making a series of remarks, the most concrete remarks possible. And for today, we suggested closely examining a particular passage, because it is a mysterious passage from The Archaeology of Knowledge.

You see, ultimately, it’s always been very embarrassing to answer the question, if this question was ever asked, but come on, come on, come on, come on: give us an example of a statement. At least now we know why we were embarrassed, such that we're no longer embarrassed. It is very, very difficult to give an example of a statement. Effectively, statements are distinct from words, sentences and propositions, but at the same time, they are completely immanent to them. I cannot give an example of a statement without passing through what the statement is not, namely words, sentences and propositions. So, every time that I am asked for an example of a statement, I will only be able to provide a sentence or a proposition and explain why the statement is different from the sentence itself. But since it doesn’t exist outside of a sentence, it is very difficult for me to give an example.

Accordingly, if someone held fast to their demand—give an example, an example of a statement!—Foucault would respond as he does in The Archaeology of Knowledge, and that’s what should be the focus of our session today. He would respond: A Z E R T, azert. So, obviously, memories flood back to us. We say to ourselves, ah yes, the Stoics, for example, had a secret word, this secret word was blituri, it was a wonderfully magical word.  For the Stoics, “blituri” refers to a word that has no meaning. So, is "azert", in this sense, the secret statement, A Z E R T? That is why pages 109-114 from The Archaeology, which I asked you to read, if possible, should be analyzed very closely. On page 109, I will quote Foucault's first remark. The point is to demonstrate that a statement does not necessarily imply a grammar or syntax. And, to demonstrate this, he tells us: an equation is a statement. And he adds: a curve is a statement. A graph, a growth curve, an age pyramid, a dispersed cloud; they all form statements (p.109). An equation and a curve are statements. Can we say the inverse? We want to say the inverse. In any case, I immediately want to say the inverse.

But under what conditions is this legitimate? Every statement is a curve. It would be important for us, it would be interesting, very interesting for us, because it would be a way of insisting on the irreducibility of the statement to the sentence. Maybe if the curve were stated it would involve a sentence, but this wouldn't be the same sentence, it would be the curve of the sentence. But what is that, the curve of a sentence? Alright, let's move on. On pages 113-114, he tells us a little more. Because, he tells us what a statement is and what it isn’t, using even more unusual examples than the previous ones. A curve is a statement. This tells us a little more, because he is saying what a statement is and what it isn’t. What does not constitute a statement? Letters picked at random. Literally, a handful of letters. A handful of letters is not a statement. Letters that are picked at random literally do not constitute a statement. Um, you see this intelligent game: Scrabble, yeah? You take a handful of letters, you have a handful of letters in your hand: that's not a statement. Alright.

However, if you copy the letters that you drew at random down on a sheet of paper: that’s a statement. If you copy them down, then it becomes a statement. We have to go slowly because he’s telling us something funny. If I write down this handful of letters, if I reproduce them on a sheet of paper, then it is a statement. A statement of what? A statement of a series of letters with no law other than that of chance. We have to remember this: a statement of a series of letters with no law other than that of chance. But my handful of letters is not a statement. And you can see that this example is equivalent to the letters on the keyboard of a typewriter. A Z E R T. These are the first letters on the keyboard of French typewriters. These letters on the keyboard of a typewriter are not a statement. If I copy them down or say them, then it becomes a statement. A statement of what? It is the statement of the order of letters on a French machine. There you go. Suddenly, questions abound and we think we understand. But, before you even begin to think you understand, you have to see how it ends.  Look, you recall, right?  My handful of letters is not a statement, but if I copy them onto a sheet of paper, then it becomes a statement. If I copy them onto a sheet of paper or say them, it's a statement. A Z E R T on the keyboard is not a statement. If I say “A Z E R T” or write it down on a sheet of paper, then it is a statement. On p. 117, he concludes: “A series of signs [...]” In fact, the letters from Scrabble or the letters on a keyboard are already a series of signs, they’re not yet statements. Well, “A series of signs will become a statement on the condition that it contains ‘something else’ […],”  “on the condition that it contains ‘something else’ […],” in parentheses: “‘something else’ (which can be strangely similar to it, and quasi-identical, as seen in the given example).” “‘[S]omething else,’ (which can be strangely similar to it […])”.  Um, it’s very, very strange, and that is pure Foucault…“'something else’ (which can be strangely similar to it, and quasi-identical […].” So: “A series of signs will become a statement on the condition that it contains ‘something else’ (which may be strangely similar to it, and quasi-identical, as seen in the given example), a specific relationship that is concerned with itself.” You see: a series of signs, A Z E R T, becomes a statement on the condition that it contains “something else”…

What is the “something else”? The same signs on the keyboard, which are not themselves a statement, yet the statement is strangely similar and quasi-identical. Why do I say “this is pure Foucault”?  It's pure Foucault, because if there's something, a problem, a running problem, or an amusing problem…a fascinating problem that haunted him—everyone has problems that fascinate them, and for Foucault it's the problem of the double. What is a double? And we won’t be able to get anywhere in our attempt to explicate Foucault if we don’t pass through this issue, which is the issue of the double, and the problem of the double. And that haunts him, it haunted him from beginning to end. What is a double? What does it mean to have a double?

So, yeah, something else “strangely similar” and yet other, “strangely similar and quasi-identical.” This is a first for us: the first time we see the existence of the double surface in Foucault. The statement is the double of something that is “strangely similar and quasi-identical” to it. AZERT. The statement “AZERT” is the double of “AZERT” on the keyboard. And yet one is not a statement, while the other is a statement. Well, then we say to ourselves, OK, we get it, he’s saying something banal. What would it be like to say something banal? It would be, for instance, saying something like: for there to be a statement, well, it has to be spoken or written. So, the letters on the keyboard are not a statement, but if I say the letters on the keyboard or write them down on a sheet of paper, then I am making a statement. To make a statement would imply: speaking or writing. In other words, it would be talking about something that exists.

In other words, it would mean: for there to be a statement, there has to be a copy. I have to copy the sequence of letters as they are on the keyboard, or I have to copy the letters that I picked at random. At that time, there would be a statement. This is stupid. Why is it stupid?  If only because the keyboard itself, containing the letters that are not themselves a statement, is itself is a copy. Every French machine copies the French model of that machine. So if there is a copy of the conditions of enunciation, then we’d have to say: the letters on the keyboard are already statements. So that doesn’t work. Would it be better to say: well, yes, we understand that in order for there to be a statement, there has to be a designation, and when I copy the letters from the keyboard I have a statement, because I have an instance where something is designated, and what is this something? Well, it is an instance that designates something else that is strangely similar and quasi-identical, namely: the letters on the keyboard.

So I would say, at this point: yes, there is a statement when there is something that designates. Or, what comes down to the same thing from this point of view: there is a statement when there is something that signifies. And I would say: the designated “A Z E R T” on the keyboard is not a statement; however, when I copy it on paper…You see, I am no longer defining the statement by the condition of copying, I am defining it by the condition of designating, because the second series designates the first strangely similar and quasi-identical. That would be stupid too. Why? It would not be stupid on one condition, which would be if I were able to define the designation or signification without presupposing anything about the statement. Maybe it's possible, I don't know. [Interruption in the recording]. Since, the statement is presupposed in traditional definitions of designation and signification.

So I cannot define the statement by designation, nor by signification, for the simple reason that these are dimensions of the statement that presuppose the statement itself.  The statement itself is what designates. The statement itself is what designates. My second remark, after having thought that I understood the matter too quickly, well, it collapsed. Someone will say to me: well, the statement must be defined by what all the other dimensions presuppose, both the designation and the signification, namely: the statement must be defined as a signifying chain, because the signifying chain does not presuppose the statement; it is constitutive or it can pass for being constitutive.  That doesn’t work this time either! Because if I define the statement by the signifying chain, what will prevent me from saying that the signifying chain is already on the keyboard? And now I'm back to square one. And, going back to square one is like saying... I take my head in my hands and I say to myself: what is this “something else”? If the statement is fundamentally related to something else that is strangely similar and quasi-identical, then this “something else” is neither a designated, nor a signified, nor a signifier.

What could it be? We're starting over. So this long path we took—how did it serve us? We used it to create impasses. We know that we can't, we can't…And then a word emerges, a word that Foucault... to which Foucault attaches a lot of importance, but that, oddly enough, he barely comments on.  It’s enough simply to take a look at the table of contents at the beginning of The Archaeology of Knowledge, and we see that, basically, the first major part—since it is the title of a part and not of a chapter—is called “Discursive Regularities”. Discursive regularities. And then we see that, in the last part, in a chapter, Chapter 2 of the fourth part is called “The Original and the Regular”. And what is the theme of this chapter on The Original and the Regular?  Basically, it consists in saying that when you want to define a statement, and he doesn't say that it's unimportant, but when you want to define a statement, there's something that is unimportant, which is the criterion of the original versus the banal. When you want to know... again, you shouldn't go too fast, because you shouldn't conclude that Foucault is saying that a proposition said a thousand times, or a statement said a thousand times is a new statement.  No, he says that the criterion of novelty or banality doesn't constitute the statement itself.  A banal statement is no less a statement than an original statement. In other words, “banal/original” is not a relevant distinction when it comes to knowing what a statement is.

This matters to us. Why? Because we saw that the statement was related to “one speaks”. Well, the “one” is no more banal than original. The “one” is not the “one” of banality.  The distinction between banal and original is not relevant to the “one speaks” as a condition of any enunciation. Good. So, the statement is neither banal nor original, it is regular. “Regular”, what does that mean? That it obeys rules. What are these rules? We saw that these are very specific rules when we commented on the nature of the statement…we felt the need...I felt the need to borrow Labov’s term “facultative rules” as opposed to “obligatory rules”.  Thus, these are strange rules. Not every rule is a rule of enunciation. No doubt the statement involves very specific rules, the very rules that have been called “facultative rules”.   

The fact remains that the statement is a regularity. Alright. That would be like saying: alright, it's a regularity, not just any regularity. So it seems that, when I said “facultative rule”, it implied for us that these rules are defined in relation to something, but in relation to what? Which would not be the same as obligatory rules. In other words, the enunciative rules are defined in relation to what? In relation to what? Not the original, not the banal.  The rules themselves are defined in relation to what? Now we'll move on, maybe. Maybe…I’ll say: enunciative rules are rules that are defined in relation to singularities. They’re in relation to singularities.

Ha! I seem surprised that I've made so much progress. And yes. Because: wouldn't this already be a way of confirming the distinction between facultative and obligatory rules?  Facultative rules concern singularities that they regularize. While obligatory rules always concern the universal. That would be convenient. That would be a solid confirmation. But we’ll leave that.  Enunciative rules would concern singularities. I will say right away that Foucault rarely uses the word “singularities”, but he does use it. For example, in “The Discourse on Language”, you’ll find the following sentence: “The logos elevates singularities to the level of the concept,” to the level of the concept. And, understand, even if you cut out the context, he is critiquing the logos, because the concept is universal. The logos elevates singularities to the level of the concept, that is, it transforms them into universals.

Then, here and there, Foucault uses the word “singular”, or “singularity”, but at the same time we cannot say that he makes a big deal out of their terminology. I think what happens is even more beautiful. You know, among philosophers there are always two kinds of terms at the terminological level. There are terms whose importance is explicitly noted, such as “statement” for Foucault.  In this case he explicitly tells you: Take note—what I mean by “statement” is not what it is meant by “sentence” or “proposition”. And then there are terms that the philosopher doesn’t feel like s/he needs…that s/he uses and does not feel the need to tell you to “pay attention”. And s/he slips it into some part of a sentence, like it’s no big deal. It's up to you to sort out for yourselves. At that moment, these concepts are no longer explicit concepts to this philosopher, they’re implicit concepts. They are no longer concepts that announce “look!”, but are concepts that “wink” or “glance.”

I’m coming back to my theme. There you go. First of all, let’s make it simple, yeah!  It sounds like mathematics, but it's not [he writes something on the chalkboard]. There you go. What did I do? I made an emission, an emission of singularities, three singularities. Or, as they say in mathematics, I marked three singular points. These singular points, as they are…good, I drew three singular points on a plane. One of the singularities is not on the same line. I could have made another emission of singularities, I would have…[he writes on the chalkboard]. It was a completely different emission of singularities. That's where I made my emission of singularities, that one. Then that's all. You will notice that my singular points are indefinite. Ahhh. One more attempt. I'm going to do something else. I’ll do that, and then…

Alright. What did I do? There’s a second figure. To put it simply, I would say: I have united the three singular points. I drew three lines. Good. We're going very slowly because I think there are tons of traps. The more you think you’ve understood something right away, the less you will have understood it. At the same time, if you do understand right away, it's annoying. So, what can I say other than “I have connected my singular points?” I can say: I have regularized them. I have regularized them. Indeed, each of the lines is a line of regular points. A line of regular points unites one singularity to another or, if you prefer, I’ll introduce another term because it will be very useful to us, a regular line, a line of regular points, or, if you prefer, then [inaudible], a series of regular points goes from the neighborhood (this is a mathematical notion, and you don’t need to know mathematics to know that it holds great mathematical importance)…it goes from the neighborhood of a single point to the neighborhood of another single point. This is my regular line. And the idea of a series appears.

So, regularity is a series of points that go from the neighborhood of one singularity to the neighborhood of another singularity. Good. Can I... can I conceive..., at this level from before..., in my first figure, over there, my singular points were indefinite. Over there, when I regularized them, they receive a determination, namely, vertices of a triangle. But earlier, as indefinite points, they existed as singularities. They were indefinite. I had three singular points. Can I... Is it necessary that the regularization be triangular? I would say that triangular regularization is a regularity, that is, a form in which I regularized my singular points. Is that the only one, or—and let's keep trying to fix the words, the words that will be extremely important terminologically—was another series possible with the same singular points than the “triangle” series? Oh yes, well yes, another series was possible. We see one right away....

And, in this second regularity…you see, it's a second regularization... what will my third singular point be? My third singular point will be determined—it will be another determination—will be determined as follows: a point located outside the line AB through which I will draw a parallel line to AB. It will be [he writes on the board] another regularity. You can see that regularities are infinite. Because, from that point on, I might as well suggest drawing a secant. Are you all right?

Alright. I'm sticking to my two series.  Practically, you see that I might conceive an infinite number of series.  What is the relationship between my two series? Convergent or divergent? Meaning, the same family or different families? In other words, you can already see that in my triangular regularization I actually have three series. But, strictly speaking, since these three series are convergent, I can consider them a single series. I'm moving on to regularization. I’m also treating it like one series. What is the relationship between the two series? Can I extend one into the other? I don't know in advance. Maybe, maybe.  On what condition?  On the condition that a third series is set up, which includes the two previous ones. Well, you know what it is. If you remember your elementary geometry, you know on what condition the two series will endure. The answer is not given. Maybe they don't endure. In some cases they do not endure. They endure on the condition that you introduce a new regularization. What will it be? It's [he writes on the board]. If you use one of the vertices of the triangle to raise the parallel to the opposite side. This will be the condition under which you will demonstrate that the three angles of a triangle are equal to two right angles. There you go. You will have made your series converge.

Good. Ah. It's perfect. We’ve found almost everything. I mean, you can't go wrong with [inaudible]. What can we say now? Well, that's it: a statement is a regularity; Foucault says it explicitly. A statement is a regularity. What does that mean? What is it regularizing? It regularizes singular points. That is why it is a very particular regularity that is called a “facultative regularity”. It regularizes singular points, and to regularize means “to constitute a series that goes from the neighborhood of one singular point to the neighborhood of another singular point.” These series can be multiple. There will be as many statements as there are series. Will these statements converge? There’s no ready-made answer. You have to wait and see. Yes, if the series converge. No, if the series diverge. We saw this with “what is a family of statements?” If there is a convergence of the series, the statements will be from the same family.

In other words, the statement is a regularity, but the emission of singularities is not a statement. The pure emission of singularities is not a statement. The statement presupposes it. If there is not an emission of singularities, then there is no statement. “Something else strangely similar and quasi-identical,” what is it? The statement refers to something else that is strangely similar and quasi-identical: the emission of singularities. And, in fact, my indefinite singular points are strangely similar and quasi-identical to what the statement will be. The statement simply adds a regular line from the neighborhood of one of these points to the neighborhood of the other point. In other words, the statement contains “something else strangely similar and quasi-identical,” and yet this “something else” is much different from the statement. The statement is the regularity, it's the series. All statements are serial. By the way, this is a great confirmation of a kind of anti-structuralism, since Foucault never stops wanting to substitute the perspective of series for the perspective of structure.

So you can see that he is offering us a completely different solution. A Z E R T on the keyboard of the machine is not what the statement means at all. A Z E R T on the machine’s keyboard are the singularities that the statement will embody, the emission of singularities. When I copy A Z E R T onto the sheet of paper, I am doing much more than copying or designating what is on the keyboard. I’m regularizing the singularities. I'm making my series. The same thing goes for the handful of letters that are picked randomly in the game of Scrabble, and when I copy them down, I’m doing something other than designating: I’m embodying singularities, I’m regularizing them. In other words, the small difference, the “something else”, which I’m calling a small difference—something else that can be strangely similar and quasi-identical—the small difference does not pass between the statement and what it is supposed to designate, nor between the statement and what it is supposed to copy, but between the regularity that it constitutes by itself and the singularities that it embodies or actualizes.

There you go. You're resting. I mean, that has to be clear. What he did was…he did something wonderful, in my opinion. Within an outdated system of representation, the copy, designation, signification, and the signifier, he erected a kind of vertical dimension that redistributes everything, creating a new kind of distribution. So, obviously, what is troubling is that he does not explicitly emphasize this notion of singularity as much as he would have liked to do. In a way, it's because it’s too close to him. And we will see, I mean we have to wait, and in my opinion, we will see that in his entire canon, including at very different levels that no longer have anything to do with the statement, the notion of singularity is fundamental and for a very simple reason: it is the element of multiplicities. A multiplicity is a set of singularities, an emission of singularities. And it seems to me that all of his hatred of the universal and all his criticism of the universal remains incomprehensible if we do not see what he means, namely that things proceed in singularities. So why doesn't he develop it?  I think because he is able to consider a notion that has already been attained in mathematics and physics.

There you go. I would like for you to reflect upon it yourselves. Because, if it's not absolutely clear, I'll go over it again, yeah! I'll go over it again: everything else depends on it, so stay alert for two minutes of intense reflection. What seems very, very curious to me, and what seems to go without saying, but, you know, if you want to skip it…you have to fully understand how this no longer has anything to do with a relation of designation. If I say: the statement is a regularity that embodies or actualizes singular points, then you must understand that the serial conception of the statement immediately comes out, along with all of the problems that accompany it: if we take two statements, can you say whether they are from the same family or not? Well, they'll be from the same family if you can extend the series of one into the series of the other. If you can't, they won't be from the same family. You see, everything depends on this.  Ultimately, it’s a vertical construction, and a construction above all…

You have: singularities…there, you could even put them in a kind of sky, we'll see in what sense elsewhere, but singularities are in a kind of sky. Simply put, universal ideas are not what is in the sky, but singular points, small stars; it’s in this vertical construction that you have indeterminate singularities. It is a kind of Platonism of singularity. And then you have the statements that actualize them, that embody them by constituting series of regular points that go from the neighborhood of one singularity to the neighborhood of the other and that can go in multiple ways. Think about it.

[inaudible] radical.  If every statement…In fact, what I just tried to show is that every statement was a curve, and we could successfully draw the reciprocal out from Foucault's formula: “A curve is a statement.” But, conversely, every statement is a curve, a curve what? A curve that unites singularities. But nothing enables me to claim that all curves are convergent. If they are not convergent, I cannot say: the totality of curves is convergent. If that were the case, I would have irreducible families of statements. It is not at all certain that every series will come together into a single series, even if that series is infinite. No comments?

Someone in the auditorium asks a question: [inaudible]

Deleuze: Oh, well, yes, political examples, we'll get to that soon. Yeah, political examples are constant here. Um, but, I can’t give them yet, because... I can't give them yet, but I promise you that I will. Actually, we are going to create a schema of non-mathematical curves, um of curves that…yes, that’s a fair request. But I don't want to leave mathematics right away because I need it. I need it a little bit. Because there is a great philosopher of mathematics named Lautman. And in one of Lautman’s books I came across this: he comments on a famous text by Poincaré, which says, “On curves such as Poincaré's which are called…on curves that are defined by a differential equation…” It doesn’t even matter which “differential equation”; we don't even need to understand. You will see how we can read mathematics extremely well, even at a very high level, without losing anything...

Um…But…while…above all, there is reason to be even more modest, because…But you can sense that the differential equation is essential for philosophy even without having done mathematics. That's what Lautman says. “The theory of differential equations highlights two absolutely distinct realities.” Now I understand this again. Good. He announces that differential equations give rise to two heterogeneous, absolutely distinct realities. “There is a field of directions and topological accidents that can occur here, like the existence of singular points, for example.” A little further on, he says, “The existence and distribution of singularities in a vector field defined by the differential equation.” What don't we understand from that passage? Even if we admit that we don't understand anything, there's no need to. No need to. “Existence and distribution of singularities,” let's say, okay, singularities—I’m really doing a minimal job to understand—points, points, points on a plane, like I did with my three points. I distributed singularities, I made them exist, I distributed them. “In a vector field defined by the differential equation.” The vector field, where did the vector field come from? It appeared when I had to choose between two organizations of singularities. Was I going to put each of them in relation to the other two or was I going to put the third one solely in relation to other two? These were two vector fields. You see, I don't need to comment on “vector field”, I just need to recognize it myself. So I have an existence and distribution of singularities in a vector field. That's one thing.

And Lautman, along with Poincaré, tells us: and now there is something else and this other thing is the form of integral curves. As little as you know, you know that this relates differential calculus to integral calculus. We are told: there is the existence and distribution of singularities, which is the case in differential equations, but beware, the form of the integral curves is relative to what? Not to the differential equation, but to the solutions of this equation. Alright. And what is the form of integral curves? It is what determines singularities. And that is Poincaré's main theme in this note. Singularities exist and are distributed in a vector field, but as indeterminate points. Singularities receive their determination from integral curves that pass through their neighborhood, and everything depends on what the integral curve does to the neighborhood. And I just have to go back to my example, which was rudimentary, but was shown to be totally consistent in this respect.

And I would say: in both my cases, I don't have the same integral lines at all. So in my two cases, the singularities are not determined in the same way. Since in one case they are determined in a triangle that I will call an “integral figure”, which passes through the neighborhood of my three singularities. In the other case, I have a completely different figure: parallel lines. For the two series to link up with one another and continue in the same series is possible, but that’s not my concern for the moment. It will be…because, effectively, a third series is needed in order for them to continue, as we have seen, and on that point Poincaré makes his great…the points will be determined based on the form that the integral curves take as they pass through the neighborhood of points.

And I’ll reread Lautman: Poincaré distinguishes between a saddle, which is a determined singularity, nodes, foci and centers. Saddles, nodes, foci and centers—the words are very pretty, they are the names that singularities take on when they are determined by integral curves that pass through their neighborhood. Saddles, nodes, foci, and centers. Saddlesare defined in the following way: saddlesare that by which two curves (and only two curves) are defined by the equation. So: two curves and only two curves.  Nodes are where an infinite number of curves intersect. An infinity of curves.  Foci are what curves rotate around while endlessly approaching them like a spiral.  Centers are where curves appear in the form of closed disks. Well, it doesn't really matter. You see, we could christen singularities according to our needs and we will have to christen them.  It’s only under the condition of the form of integral curves, or the equivalent of integral curves, passing through the neighborhood of singularities that singularities determine themselves or are determined. And, indeed, if we go back to my story and recreate my pure emission of singularities…There. [He draws on the board]. There. Three indeterminate singularities.

Let’s suppose that we can do better. I'm constructing an emission with only one singularity. But that doesn't tell me anything about how the curve that passes through the neighborhood will look. [Inaudible]. My singularity here is determined as a vertex. And we can conceive of another case. [He draws on the board]. It's even prettier. Yeah? I can conceive of yet another case…like that. What matters to me is that the singularity in these three cases will be determined differently according to the speed of the curve passing through the neighborhood. Conclusion: a statement is not a structure, it is a function. It's a function. A function that consists of what?  It consists in regularizing singularities by drawing a curve that passes through the neighborhood of these singularities. And I see that it is very complicated, and given that the statement is a function, I can conclude, even immediately deduce, that the statement is serial. With this one-time question: how far will a series go?  Thus, the problem that Foucault posits in the beginning of the Archaeology, from the introduction of The Archaeology of Knowledge, and his deep interest in modern history as modern history, at least in one aspect under Braudel’s influence, has built a whole method that is referred to as “serial”. Establish series of capacities, variable temporalities, once all these spatiotemporal [inaudible] have been said. Good.

That's where we are now. Still, it bothers me. We just distinguished two dimensions. It goes without saying that one does not exist independently of the other. Finally, singularities without an integral curve, or an integral curve that passes through their neighborhood: indefinite. Conversely, there is no curve that does not pass through a neighborhood of singularities. So one is in the other, but that doesn't mean they don't differ in nature. The two differ in nature. One does not exist without the other; there is reciprocal presupposition, there is everything you want. We’re rediscovering all of our themes from the entire trimester. There is reciprocal presupposition, yes, but there’s still a difference in nature. There is immanence, yes, and yet there is heterogeneity. So, what would interest me would be managing to say a little bit more about indeterminate singularities.

What can I say about them? What can I say about them? I can't even say what they are. I can't say: they’re vertices of a triangle, since what constitutes them as the setting for a triangle is the regularity that embodies them. But can I say something about them in-themselves? What can I say about AZERT on the keyboard? Ah, what am I going to say about AZERT on the keyboard? So I tried because this is much trickier than mathematics. I assure you, I did everything I could; I wanted a typing manual, I went so far as to call Pigier, and they are rather unpleasant. I absolutely had to…I asked to speak to a typing teacher. Uh…I did all of that. I mean, I should have gone. It made me laugh, I have nothing…So these are assumptions I'm forced to make. Hypotheses. But any typist may know…if any of you…anyway, what I'm about to say is wrong, but it's easy to correct.  You can replace what I say with the truth, if you find it, but it won't change anything, absolutely anything.

 

I say to myself: AZERT, well, why is AZERT on French machines? You see, I'm talking about AZERT on the keyboard. So I'm putting myself on the level of “pure emissions of singularities.” What does this depend on? In the case of Scrabble letters, it's very simple, it's very simple because I would say: it's an emission of chance. There is a relationship between the letters I draw, and I would say that this relationship is random. Okay, you're going to understand right away what I'm getting at. But a random relationship is a relation of force. Picking letters at random is a force relation between those letters. If I draw letters at random, and I have, for example, A K E, I can't say that these letters are unrelated; they have a relationship, a random relationship. The random relationship is a force relation between the letters. I'll keep that in mind in case there's anything to be gained from it. Alright. The French machine says: AZERT…ah. In my opinion—this is where I’m cautiously adding information where it’s lacking, since they didn't want to give the information to me—in my opinion, you have to take into account... I can't say that A Z E R T is with relation…

 

There are tons of relations, what are the relations this time? These are not random relations. I think there are two things to consider if you want to understand the keyboard of a typewriter. It is necessary to take relations of frequency or attraction into account—which comes down to the same thing—relations of frequency in groups of letters, or attraction of one letter in relation to the others. On this point, linguists have carried out very detailed studies for each language on the power of attraction of one letter on the others and on the frequencies of a particular group of letters within a language. For example, WH has a high frequency in English. The frequency in French is zero. Hmmm. G, the letter G in French: what does it attract? It attracts U and N with a relatively high frequency. It doesn't matter if all that’s true or false, yeah. Alright. The letters will be spread over the keyboard. The typist is supposed to achieve the ideal, i.e. to type with both hands.

 

Notice that it's already a vector field, huh? The keyboard has two sides. The keyboard is vectorized. It is vectorized into two sides—at a fluid border, but a left side and a right side. What does that mean? It already means that if you have a letter—BTW, I’m presupposing all of this—if you have a letter, if you have, for example, two high frequency letters, let's say (and grant me this even if it's not this and is something else) G and U. So, when you type a G, there is a considerable chance or a large number of cases where the letter will be followed by a U. It is obvious that it is a good idea to distribute the G and U across both sides.  Because, if you put, for example—look at our keyboard—if you put the G here and the U just below it on the same side, you would have to hit G and U with the same finger, which would be a huge waste of time.

 

Thus, there are factors: time, the relationship between both hands, finger spacing and frequency relations specific to a language between letters that will determine your emission of singularities, which constitute the keyboard. Allow me to call this, this set (hand relations, finger relations between each hand, frequency relations, and relations of attraction of letters), force relations between letters and fingers. Relations of frequency of letters and dynamic relations of fingers. I would say: this is what governs the emission of singularities on a keyboard. That's what Pigier should have said to me. Alright.

 

On this point, Foucault says that the statement is a regularity. That is to say: as soon as—if only fictitiously, and it can be completely fictitious—as soon as I make a curve pass through an integral that goes from the neighborhood of one singularity to another, even if it follows the same order as the keyboard, even if I seem to copy down AZERT, I create a statement since I have embodied the singularities in an integral. Why isn’t the first AZERT a statement, while the second AZERT is? It’s because the first AZERT envisages the pure emission of singularities in a vector field defined by force relations, while the second AZERT embodies these same singularities in integrals, even if the integrals only happen to be fictional. I integrated the force relations, and thus constructed a statement.

 

If you understand that, then everything is in place. Now, the transition from knowledge to power.

 

And what will Foucault call “power”? What he will call “power”—and it is time to say it once and for all... no, we’ll repeat it—what he will call “power” is any force relation, no matter what it is, except he does not use the term “force relation” for just anything. What is a force relation for Foucault? That's very important. But one letter has power over another, and if you don't understand that, then you won't understand anything about Foucault's political philosophy.  Either a letter has power over another letter, or it doesn't…a letter will have a power of attraction over another letter. G, assuming that G commands U quite frequently, or N; in English, let’s assume that W commands H quite frequently, you will say: W has a power of attraction. Good. All force relations are power, and power alone consists of force relations. Between two terms there are force relations, and you can say: one exercises power over the other or both of them exercise power over each other.

 

How do we get from knowledge to power? We have our answer, at least. We move from knowledge to power insofar as the statement forms knowledge, is an integral, operates the integration of singularities, and it is only at the end that we realize that these singularities as such maintained power relations and force relations amongst one another. In other words, knowledge is the integration of force relations, in the most general sense, which is force relations between things, between people, between letters, between light, between shadow and light, between everything you can think of. This is why Foucault [inaudible] political ontology. I would say that we are now able to distinguish between force relations that constitute power and the relations of form that constitute knowledge.  Relations of form are the appearance of integral curves that actualize, and what do they actualize?  They actualize singularities, the singularities that sustain force relations between them.

 

Hence the claim from before becomes particularly urgent: an example from something other than mathematics or linguistics, and notice that we have given another one, a linguistic example with AZERT, where we see that letters exercise…[tape stops]. The statement [inaudible] in force relations that the statement will regularize. Are you all right? It's, it’s…this thought seems really extraordinary to me. Right now, if you want, it's…if I were asked…oh there are so many utterly novel things in Foucault, but this is one of the most remarkably novel points is this analysis, and it seems to me that this analysis is very extraordinary. Then why…? Yeah, fine…Well, you get some rest…What time is it? 11:00…[tape stops].

 

So someone just made a very fair remark. He says this is all well and good, but if we already introduce the vector field at the level of singularities; in other words, if we already take singularities to be force relations, then it's almost the same thing as taking them at the level of integral curves that pass through a neighborhood. It's not untrue, it's very…the embodiment is very…it doesn’t prevent force relations…it’s not yet the appearance of curves that pass through a neighborhood. But there is a kind of intertwining of the two.  But the appearance of curves won’t be defined by force relations. Moreover, you can see that when I invoked relations of frequency between letters in a given language, for instance, or relations of attraction between one letter and another, it was a question of whatever relations, independent of a given integral curve.

 

But that doesn't mean there's not a kind of…exactly as we saw between the visible and the enunciable. If you will, everything that has been said throughout this term about the two forms of knowledge, that is, the perpetual interweaving of the visible and the enunciable, which although they differ in nature, one does not cease to arouse the other, to capture the other. Foucault will say exactly the same thing about power and knowledge. Here too, there will be a mutual presupposition of the two, but a relation of forces is not a relation of forms. For the very simple reason that a relation of forces—we’ll see this after the new year—is fundamentally non-formal. While integral curves always define forms. But, ultimately, we will only be able to see this very gradually. So the main thing is that you intuit…I always do, I always appeal to your intuition because this is all new material…if it wasn't new, I mean…and there's a mode of philosophical intuition without which you wouldn’t understand.

 

(3) On Foucault: Historical Formations, 1985-1986 Academic Year

Seminar 8, December 17, 1985. Gilles Deleuze

46 Minutes, 31 Seconds

 

…pseudo-mathematics. Although, I think that when it comes to philosophy, the fact that mathematics includes a mathematical theory of singularities in its most important chapters is one of the great intersections between mathematics and philosophy. And this has always been the case. To me, it seems impossible to understand a philosopher like Leibniz without taking into account the dual affiliation of philosophy and mathematics in the notion of singularity and singular points. You see, every philosophical theory that reacted against the universal could only do so in the name of singularities, and singularities already understood in the mathematical sense, and we will see why it’s so important to Foucault to carry out a criticism of the universal as far as possible. Very good, well, well, well…So, yeah.

 

There you go. There are going to be all kinds of practical problems, because, you see, the method—The Archaeology of Knowledge is a book about method—so if I summarize it by saying: well yes, it's about constructing integrals, integral curves in the neighborhoods of singularities, then I think you’ll understand that I’m not claiming that Foucault is doing mathematics. Because he will directly apply this method to all other domains. And he will be right to do so, since he will have revealed the conditions under which this method is not limited to mathematics. So let's take an example. What kind of example? A social example this time, an example from the social field, because I made it clear that there is no reason to keep force relations confined; to repeat, there are force relations between the letters of the alphabet. Well, let's take an example from the social field this time. Are there any singularities in the social field? Obviously there are singularities in the social field.

 

What are singularities in the social field? Are there any singularities in the aesthetic field? Yes, there are…there are plenty of them in the aesthetic field. After all, isn't that the definition of thinking? To think is to emit singularities. If that were a definition of thought then we would understand Mallarmé’s “A Throw of the Dice” better, we would understand Nietzsche's call to play dice. To think is to roll the dice. What are singularities? These are dots on the face of the die. The face that results from a dice throw. So does that mean we can think anything? Nothing at all. In fact, it means that we can't think anything at all, since the singularities I emit must form beautiful integral curves that I don't know in advance…there are always risks. Take a stupid thought…a moronic thought: I roll the dice, but nothing comes out.  It’s a bad toss. I would say...thinking is throwing the dice, which once again means that, yes, chance itself is a force relation, a force relation between the dots on the faces of the dice and what comes out of them? Well, maybe the integrals of philosophy are concepts, but a concept is not a universal; it's an integral of singularities. Then there would be noetic singularities, singularities of thought..? Yes, there would be noetic singularities, and to do philosophy would be to throw the dice. Alright, good. So there will be a philosophical field with singularities. And that's what I'd use to create concepts. Or I wouldn't create anything at all. Good.

 

But, so, let's get back to the social field. There, I'm throwing something, I'm making a little constellation. So, of course, I am forced to appear to contradict myself, but it’s only pretense. Because I'm going to name these singularities, otherwise we wouldn't understand anything. I am forced to name them, so I am already prejudging the integrals that will unite them. But you can correct it on your own. I'm going to make a little constellation…Oh, no. See, that's how I do it. I’m throwing…I’m emitting a singularity. I call it “confession”. I’ll say: it's a point of confession. There you go, it’s a singularity, a point of confession. I’m emitting another one, there, a little higher up…a point of sacrament. Down below, I emit a third, a point of guilt…ummm…On the left, on the right, I’m emitting one last one, I can't take it anymore: a point of memorization.

 

There, that makes four, five. I can define force relations. I can define force relations between these points in a vector field. A first one: my point of confession is typically taken in a priest-user/confessor-confessed force relation. It's a force relation in the broadest sense: it doesn't mean the confessor slaps my face, does it? We already saw that that’s not what a force relation is. Notably, lines of attraction are force relations. Attractions are typically exercises of force. Sacrament…well, all that…Sacrament, guilt, memorization…You see that I can make a curve pass through the neighborhood of all these points. I'm doing it hypothetically. I tell myself: oh, well, yes, there's still something to see. What does the curve tell me? The integral will pass through the neighborhood of each of these points. Well, that’s how I start from the “point of confession” and then draw a line to the “point of sacrament”. In fact, I will have had to confess for communion, to receive communion.

 

It's more like the force relation of each point in the vector field, an integral curve that goes from the neighborhood of the first point to the neighborhood of the second. Sacrament and confession: I can set up two regular lines that reach towards guilt. The sacrament is a way of redeeming primordial guilt. Confession is the declaration of secondary guilt. Well, again, if what I say is wrong, you correct it on your own, it doesn't change anything. Memorization: the examination of conscience that precedes confession. Well, I can push my integral, my line that I’m calling the “integration” or “actualization” of singular points. How far can I…how far can I push it? How far? It is extremely variable. Here’s the first case: I push it until I’m able to call it a special curve, that's right, which would set the end of the series. I would say: a series ends if I can assign what mathematicians call an “envelope” (these are very convenient words) among and around the set of integral curves that actualize the series.

 

Let's put it this way: it’s a curve that envelops all the others. An envelope: all of these terms are pretty…it's very pretty, an envelope of singularities. That's good. And, simply, does such an envelope take place? There are cases where there is no envelope. It's like mathematics, I guess. There are cases where there is no envelope. There are cases where there are. At the end of his life Foucault became more and more interested in what he called “pastoral power”. And I think the unpublished book, Confessions of the Flesh, analyzes the formation of this particular church power, pastoral power. It is an ancient idea that can be found in Plato, namely: grazing as the model of government. Grazing a flock is the whole theme of Plato's Statesman…What is a good ruler? He's the pastor of a herd. It may seem like nothing, but it is a fundamental political problem: is power pastoral? It goes without saying that Christianity takes advantage of the idea of pastoral power in its revival of Platonism with the Fathers of the Church, and alters it in ways that obviously differ greatly from Plato, since they are Christian ways. And pastoral power becomes, above all, a new type of power that state power did not fulfil at that time, which, perhaps, prefigures the future State.  It could be defined in the following way (how would the force relation of pastoral power arise)? Control of everyday life. Control of everyday life. Management of everyday life. The pastor of the herd…the human multiplicity, the human community is likened to a herd such that the pastor must take charge of the everyday details of existence for each member of the herd.

 

This is a type of power that has no equivalent. Pastoral power is completely different from royal power. The king does not care at all about the everyday life of his subjects. The pastor takes care of the everyday life of his herd and what takes place in the mind of the herd. The king doesn't give a damn what's going on in people's heads. Well, I would say: here, the pastoral schema is encompassing, it’s an envelope. Can I say: the series ends, therefore, it is closed by the pastoral schema? Yes, yes, from a certain point of view. Can't it be extended?  From a certain moment in history, it’s likely that Foucault would situate the transition of the pastoral power of the Church to State power, which retains the model of pastoral power, at the end of the 18th century and the beginning of the 19th century. Specifically, one of the fundamental claims of the church's power is to individualize those to whom it relates, to individualize its subjects, and, by the same token, to be able to control them in their everyday lives, and the State also makes this its objective through completely different means. There is, therefore, a kind of relay where pastoral power is taken over by State power, even if it entails very important changes. State power demands, or positions itself to demand, the individualization of its subjects. Good.

 

At that moment, I can say that under this condition my series extends beyond pastoral power. There will be convergence between the pastoralized series and the state series. Between the Church series and the State series. Alright. We’ll settle for that. What does that mean? What would the method for analysis of the social field be? The method of analysis of the social field is: to fix the singularities that are present in this field as they enter into force relations that constitute the vector field. So: to fix the constitutive singularities of such and such a social field, i.e. those that enter into force relations that correspond to this social field. The second point is to construct the institutional forms, i.e. the integral curves that actualize these force relations. The sacrament, the confessional, the power of the Church as an institution…well. Insofar as force relations and singularities are actualized, are considered to be actualized in these integral curves and in these institutions, they constitute real knowledge. All this knowledge will be developed at the confessional level as casuistry, at the sacraments level, at the level of the Fathers of the Church, and at the level of what can be called “pastoral knowledge”, in general.

And, to the extent that the force relations of singularities are embodied in these curves, statements emerge. We’re discovering our solution again. I am looking for sexual statements in the 19th century. All we have to do now is start over again, but I think we have already taken a big enough step forward that everything is much clearer now. I’m looking to construct a corpus of sentences about sexuality and words that speak about sexuality at this particular period in time. How do I construct my corpus? I’m looking for singularities as foci of power. Focus is a bad word: there are centers of power, nodes of power, saddles of power, or whatever you want…they’re singularities. I assign my singularities, which are foci of power. I'm causing my curves to move. These curves are forms of statements. They are forms of statements that carry knowledge in themselves. Third aspect: So, you see the two aspects of the serial method. First aspect…I’ll start again: you assign singularities and force relations according to where they are taken. That's the problem with power. Second aspect: constructing integral curves, i.e. institutional integrations that produce statements. That's the aspect: knowledge. I’m building my series. Second aspect.

Third aspect: when does a series end? Variable response. It all depends on the level. Once again, there is a whole series that ends with pastoral power, but which, from another point of view, converges with State power. You can cut it off, depending on your goal, you can cut it off at some place that is closer or further away. Sometimes the duration will be short; since every series is spatiotemporal, you’ll have some series with short duration, and you can also construct series with long duration. Note for the future that this is a problem for Foucault: Foucault has always preferred series of short duration. If you look at all of his books, except the last ones, you see that he studies periods of short duration and hates periods of long duration, because he is afraid that they will fall back into universal history. So, at most, they’re series taken over two centuries. The History of Madness; even Discipline and Punish is a 50-year series. They’re short series. And we’ll visit this problem again, except with The Use of Pleasure, where Foucault's conversion to the long series, to long duration, bursts forth. It's about tracing the history of something that begins with the Greeks. It is quite unusual for such a long period of time. From the Greeks to us, while passing through the Fathers of the Church.

The History of Sexuality continues from the second volume of a long duration. What could have happened? If we have to start with something very specific to understand…Foucault [inaudible], ask the question: How did Foucault change between The Will to Knowledge and The Use of Pleasure? I think that a good way to ask this question, because it involves concrete detail, would be: what could have converted Foucault toward dealing with a large series, a long series? So this is like the third aspect: when does a series end? And on this point, we can see quite clearly what Foucault owes to the historians of his time. We can see quite clearly what he owes to Braudel, since Braudel always dealt with series, constituted historical series and, furthermore, he distinguished series according to the length of time that they spread out.  And Braudel’s entire conception of history, as you know—perhaps I will speak more precisely about it further along, later on—is to distinguish between three kinds of duration: short duration, medium duration, and long duration, which coexist with each other.

We will have to ask ourselves what the distribution of durations is with respect to series in Foucault’s thought. That's a lot of trouble, isn't it? So I gave an example. My example is: related to sexuality, how do the foci of power locate themselves within singularities, in force relations that will be actualized in processes of integration, these processes of integration being constitutive of knowledge? Well, that's Foucault's general theme. I'll take two examples. Two other examples that Foucault summarizes in The Archaeology of Knowledge. The example of psychiatry (pp. 233-234).  He says: “what made it possible” (psychiatry), "what made it possible at the time of its appearance, what determined this massive shift in the economy of concepts, was a whole set of relations…” Be careful, you will see that the terms of these relations are not knowledge. “…it's a whole set of relations between…”

Now I'm starting my emission of singularities again. “...between hospitalization (1), internment (2), conditions and procedures of social exclusion (3)…” Procedures of exclusion are not the same as internment. “…the rules of jurisprudence (4), industrial labor standards (5)…In short, a whole set of rules that characterizes the formation of its statements for this discursive practice.”  It can’t be said any better: it is the constellation of power foci, i.e. the constellation of singularities, which will make it possible to draw the curves that constitute knowledge. Good. That's exactly…it should be said that the social field emits a roll of the dice. You'll tell me: Oh well, the social field emits a roll of the dice, but isn’t that starting from scratch? No, it's not starting from scratch. Undoubtedly, the roll of the dice for each social field is partly determined by the state of the forces of the previous field. What is it? I say that because we might see that again later.  I’m saying it now for those who were here last year that it’s exactly what is referred to as a succession of semi-dependent events, or what is referred to as a Markov chain. Successive re-enchaining. Each time something is drawn at random, but according to the data of the previous draw. A succession of random draws that partially depend upon one another.

Well, that constitutes a Markov chain. Social mutations can be conceived in the form of a Markov chain. It’s the same analysis that Foucault gives of pathological anatomy.  Pathological anatomy is a form of knowledge, it is a kind of knowledge that is constituted and formed in the 19th century, at the beginning of the 19th century, and at the end of the 18th century, but what was there before that? Similarly, one can ask: what was there before psychiatry? There was no psychiatry, there was something else. It was a complete redistribution of the previous field that made psychiatry possible. A new draw. Before pathological anatomy, what was there? There was the clinic. The clinic was the conquest of the 18th century. It takes a complete redistribution of clinical foci for pathological anatomy to be possible as a form of knowledge. On pages 213-214, he says this, which was demonstrated in much more detail in The Birth of the Clinic. Hmmm, I’m not gonna find…

Here it is: pathological anatomy will discover a new field, a new object that will be an object of knowledge, and that is tissue.  Tissue is…tissue is a great discovery for biology, for medicine…Good.  Pathological anatomy is formed around tissue, taking tissue as its object. But “the preliminary fields are constituted by the mass of population under administrative control.” You will say: how does this relate to tissues? Well, yes, The Birth of the Clinic clearly shows what the relationship is between the discovery of tissues and this kind of data. “…the mass of population administratively controlled and surveilled, and measured according to certain norms of life and health.” You see, those are all power relations. “…analyzed according to documentary and statistical registration forms. They are also constituted by the large popular armies of the revolutionary and Napoleonic era. They are still constituted by the hospitals that were established at the end of the 18th and beginning of the 19th century...” etc., etc.

You can see that Foucault proceeds each time by making his constellation of singularities, questioning the force relations that vectorize these singularities, and then constructs these series that are constitutive of knowledge. Good. I can summarize in very broad terms by saying:  Except, if you followed me, we’ve only done half. We’ve only done half, because: what did I just demonstrate? Well, yes, curves—now I can say curve-statement with a hyphen, so I would say: any statement is a curve-statement—and I would say: curve-statements actualize the force relations or power relations between singularities. Actualize, embody, etc. We don't know what word to use yet, we'll only figure that out later. Yeah. Are you all right? But, I’m saying, I've only done half of our job. Only we’re so tired that the other half is going to go fast. Because, as you recall, knowledge has two irreducible forms. The production of statements and production of light. Knowledge is light no less than language is. Knowledge intertwines light and language and much more, and we wondered how it could do so since the light-form and the language-form have nothing to do with each other and are irreducible.  We arrived at this cruel problem, since, last time, everything brought us back to this: if you stay in the dimension of knowledge, you will never understand how the two forms can be intertwined. But you can see that we have the solution. We have everything we need now. That's good.

But, at one point, we were too tired to be happy about it, as always. On the other hand, I can't move on without saying the same thing. On the other hand, it is also necessary that, on their behalf, luminosities integrate singular points that are taken up in power relations, in force relations. In other words: just as statements are curves, visibilities are tables. And yet, there is something that is bothering me, which is that Foucault uses the word “table”, which he uses so often in a much more general sense than suits both curves and visibilities. It doesn't matter. It doesn't matter. If we try to reserve a particular meaning for the word “table”, then we will have to say: well, yes, visibilities integrate singular points into tables and not into curve-statements. Into visibility-tables. Visibilities are tables no less than…

That's why visibilities are never things. As we saw last time, for Foucault, particularly with regard to Raymond Roussel, visibility is the label on the Evian water bottle, the letterhead of a grand hotel. Visibility is always a picture. Why? Because visibility is a being of light before it is a solid being. Well, light, just like the statement, is an integration of singularities, singular points. And you can only define a light…and the path of a light as going from one singularity to another; that is, there are luminous series just as there are verbal series. I want to comment more on this point, but we can't take it anymore.

On this subject, I’ll point you toward two kinds of text. The famous description of Velázquez's painting, Las Meninas, which I’ll ask you to read from the following point of view—I am not saying that this is the only point of view to read this text, it is one possible point of view—from the following point of view: how do Velázquez’s lines of light unite and pass through neighborhoods of singularities? What will the singularities of Velázquez’s painting be? You will see that they are not reduced, they are multiple, they follow the very path of light, the way in which the path of light curves, has vertices, i.e. passes through singularities that distribute reflections, brightness, etc.  And everything culminates in the force relations between two masterly singularities, two dominant singularities: the painter and his model, the king. I'm not saying that everything can be reduced to this; on the contrary, there is a whole development of an extremely varied pictorial field populated by singularities, but certain singularities are dominant. The two dominant ones are: the painter and his model, the painter's gaze that sees without us seeing what he sees, and the king's gaze that sees without being seen. I would say that it is the relationship between these two singularities, the force relations, of the painter and the king. We can ask the question: which of these two forces is stronger? The strength of the painter or the strength of the king. It all depends on the point of view. In any case, that's what will mark the closing of the painting. This will be the envelope of the painting: the standoff between the painter and the king, but this standoff passes through the distribution of the baby, the dog, the jester, etc., etc. And you have the light of the painting which is the integration of all these singularities in a mode, in a certain mode that is Velasquez's mode.

You can conceive of other modes. If you refer to the book on Raymond Roussel, around page 150, before and after page 150, as we saw when I commented on it last time, there’s a great passage where Foucault analyzes visibilities in Roussel. Here, you have a visibility regime of a completely different type than Velasquez’s, which this time proceeds bit by bit. While describing the bottle of mineral water, the label of the mineral water bottle, Roussel proceeds in a kind of local construction that gradually spreads, where he is constantly saying: on the right we see this, a little in the background we see that, etc. just as Foucault says, it’s as if we were moving from one niche to another niche, as if we were slipping into a succession of tiny rooms, and this succession of tiny rooms will constitute the path of light, a whole other regime of light.

If you wanted to do practical exercises related to what we're doing here…maybe we'll do it later, you'll take painting regimes and you'll wonder how they are different regimes of light and what kind of singularities they include, what kind of force relations these regimes of light have. Because, after all, there are force relations, just like I said earlier, and you know there are force relations between the letters of the alphabet. In this sense, we can talk about a politics of language: yes, from the level where there are force relations between the letters of the alphabet. There are also force relations between colors. Force relations between colors…it is even…force relations between colors…colors…you can conceive of them as singularities united by force relations in a vector field. And, if you consider any kind of color scheme, you cannot define things like cold and hot, for example in terms of color, without using forces.  If there is anyone who has shown this definitively, it is Kandinsky, who is only able to present colors according to the forces affected by each one, as the forces affected by each one already determine the relationship between two colors, and the painting will be the integration of this and that force relation between colors. This is why Kandinsky's paintings are poorly referred to as being “abstract”.

So. I can say that…well…we have our solution. You’ll recall our solution: but how can the two forms be intertwined? How can the two forms of knowledge, the visible and the enunciable, intertwine when they have nothing in common? Our answer was: well, they can only be intertwined in an instance that arises from another dimension. Now we have it. We have it, the instance that is in another dimension and that explains the intertwining of the two forms of knowledge is: the distribution of singularities and force relations between singularities, which I would call a non-formal dimension, the non-formal dimension of force relations as opposed to the dimension formed by form relations, by form relations. However, we can only finish if we understand what it means to say “force relations are non-formal.”  We still have a lot to do, because how “force relations are non-formal” is a mystery. But above all, you can see that when Foucault uses the term “force relations”, he never, ever means “exercise of violence.”

So what does it mean, since the force relation is non-formal and does not consist of violence, that is to say, in the destruction of form? This will be our object of study when we return next term. All I can say in conclusion is that it's very simple. What is in common or what is, undoubtedly, the deepest point in common between Foucault and Blanchot? I would say the deepest point in common is to have established, in two very different ways, a set of intimate connections between the following three notions: the neutral or the “one”, as one part; the singular, as another; and the multiple, as yet another. The neutral, or “one”, is opposed to the person. The singular is opposed to the universal. The multiple is opposed to one and the same. The three concepts are....

…are emitted. It is the form of the distribution of singularities. When I said: to think is to emit a throw of the dice, well, the throw of the dice is always emitted into a “one”. “One” thinks.  On the side of the singular, the singular is not opposed to the “one”, since it is pre-personal, it has nothing to do with a person. Moreover, it would not be difficult to show that a singularity is already a force relation. In other words, the real subject is force. And that's where Foucault ends up being Nietzschean. And the only misinterpretation to translate is: there is violence everywhere. That is so little of Foucault's thought. Foucault absolutely separated force relations from the effects of violence. We'll see why.

Finally, the singular is not opposed to the multiple. We will call a “multiplicity” a constellation of singularities in the “one”. A distribution of singularities in the “one” is precisely what a multiplicity is. I think that Foucault assigned very precise relations and status to these three terms around which Blanchot revolved as the three components of his thought, which was not Blanchot's objective. So, we have our answer, once again: what is this other dimension that is the only one capable of ensuring the intertwining of the two irreducible forms of knowledge? It is force relations or power. They are the ones that are embodied in the visibility-table, as they are embodied in curve-statements. It is, therefore, in the non-formal elements of the force relation and singularity that the two forms of knowledge can find a reason for their intertwining. Hence the need to move beyond knowledge towards power, even though knowledge and power are inseparable from each other, such that Foucault speaks about an inseparable complex of the power-knowledge system. What could possibly happen so that at the end of his life he would still discover a third dimension and why did he need it? That will be our guiding question.  There you go, have a good holiday, get some rest. 

 

French Transcript

Edited

 

Dans la conférence du 17 décembre 1985, les sujets de discussion comprennent: L'archéologie du savoir de Foucault; l'énoncé et son double; l'énoncé comme le double de quelque chose qui lui est étrangement sembable et quasi identique: AZERT; la copie; règles de l'énoncé et singularités; discours et singularités; mathématiques et points singuliers; les lignes de réguliers et l'idée de séries; l'énoncé comme une régularité, une série, l'émission de singularités; le pouvoir et les rapports de forces; le savoir comme une intégration des rapports de forces; philosophie, mathématiques et singularités; le poème de Mallarmé Un Coup de Dés Jamais N'Abolira Le Hasard, le hasard et les points singuliers, les singularités de la pensée et des concepts et le philosophe allemand Friedrich Nietzsche; le champ social et les rapports de forces; le hasard comme un rapport de forces; le pouvoir pastoral et royal; l'individualisation des sujets; l'actualisation de ces individualisations par les institutions, et le savoir pastoral en général; les séries historiques de Foucault, les durées, et l'historien français Fernand Braudel; la notion d'événement et les mutations sociales; la chaîne de Markov; la lumière comme l'intégration des points singuliers; la séries verbales et la séries lumineuses; la lumière dans Les Ménines de Velasquez; Roussel; l'entrelacement du visible et de l'énonçable; la dimension informelle des relations des rapports de forces entre le visible et de l'énonçable; Foucault et Blanchot, le neutre ou le on s’opposant à la personne, le singulier s'opposant à l'universel, et le multiple s'opposant au même; et le système du savoir-pouvoir.

Gilles Deleuze

Sur Foucault

1ère partie : Les formations historiques

8ème séance, 17 decembre 1985

Transcription : Annabelle Dufourcq (avec le soutien du College of Liberal Arts, Purdue University)

 

 

1

Alors, vous voyez, le problème. Ça coïncide bien avec la fin du trimestre. C’est... après une espèce de tableau que nous avons fait du savoir selon Foucault, nous étions comme poussés... je veux dire, c’était pas par volonté, c’était pas par... nous étions réellement poussés vers un second domaine, celui du pouvoir. Et je veux dire : j’ai le sentiment que c’est arrivé ainsi pour Foucault. C’est-à-dire qu’il a réellement commencé par une épistémologie, ou par l’essai de constitution d’une doctrine du savoir et que c’est cette doctrine du savoir qui l’a littéralement poussé vers la découverte d’un nouveau domaine qui allait être celui du pouvoir. Si bien que, ce qu’on cherchait déjà la dernière fois, c’était l’espèce de transition qui nous fait passer du savoir au pouvoir et on avait procédé par une série de remarques, en effet, de remarques les plus concrètes possibles. Et on se proposait, pour aujourd’hui, d’étudier de plus près un texte, parce que c’est un texte mystérieux de L’archéologie du savoir. En effet, vous comprenez, on a toujours été très embarrassé pour répondre à la question, si cette question était posée, jamais, mais enfin, enfin, enfin, enfin : donnez-nous un exemple d’énoncé. Au moins on sait maintenant pourquoi on était embarrassé si bien qu’on ne l’est plus. C’est que c’est très très difficile de donner un exemple d’énoncé. En effet les énoncés se distinguent des mots, des phrases et des propositions, mais, en même temps, ils leur sont complètement immanents.

Je ne peux pas donner un exemple d’énoncé qui ne passe par ce que l’énoncé n’est pas, à savoir des mots, des phrases et des propositions. Si bien que chaque fois qu’on me réclame un exemple d’énoncé, ben je donnerai une phrase ou une proposition et je pourrai seulement expliquer en quoi l’énoncé ne se confond pas avec la phrase même. Mais comme il n’existe pas hors de la phrase, il m’est très difficile de donner un exemple. Si bien que, à la lettre, si quelqu’un maintenait son exigence - un exemple, un exemple d’énoncé ! - Foucault répondrait comme il le fait et c’est, c’est, c’est là-dessus que devrait porter notre séance aujourd’hui, il répondrait : A Z E R T, azert. Alors, évidemment, les souvenirs nous viennent. On se dit, ah ben oui les stoïciens, par exemple, avaient un mot secret, ce mot secret c’était blituri, c’était le grand mot magique, « blituri » chez les stoïciens désigne le mot qui n’a pas de sens. Alors, est-ce que « azert » est, en ce sens, l’énoncé secret, A Z E R T ? C’est pour ça que le groupe de pages de L’archéologie, 109-114, que, je vous demandais de lire, si possible, il faudrait le suivre de très près. Je retiens, dès la page 109, une première remarque de Foucault. Il s’agit de montrer qu’un énoncé n’implique pas forcément une grammaire ou une syntaxe. Et, pour le montrer, il nous dit : une équation est un énoncé. Et il ajoute : une courbe est un énoncé. Un graphique, une courbe de croissance, une pyramide d’âge, un nuage de répartition forment des énoncés (p.109). Une équation, une courbe sont des énoncés. Est-ce qu’on peut dire l’inverse ? On a envie de dire l’inverse. En tout cas, j’ai tout de suite envie de dire l’inverse. Mais à quelles conditions est-ce légitime ? Tout énoncé est une courbe. Ce serait important pour nous, ce serait intéressant, très intéressant pour nous parce que ce serait une manière d’insister sur l’irréductibilité de l’énoncé à la phrase. Peut-être que la courbe énoncée impliquerait une phrase, mais ce ne serait pas la phrase même, ce serait la courbe de la phrase. Mais qu’est-ce que c’est, la courbe d’une phrase ? Bon, laissons. 113-114, il nous en dit un peu plus. Car il nous dit ce qui est énoncé et ce qui n’est pas énoncé dans des exemples aussi insolites que les précédents. Une courbe est un énoncé. Là il nous en dit un peu plus, parce qu’il nous dit ce qui n’est pas énoncé et ce qui est énoncé. Qu’est-ce qui n’est pas énoncé ? Des lettres que vous prenez au hasard. A la lettre une poignée de lettres. Une poignée de lettres n’est pas un énoncé. Des lettres que vous prenez au hasard, à la lettre, ce n’est pas un énoncé. Euh, vous voyez ce jeu intelligent : le Scrabble, hein ? Vous prenez une poignée de lettres, vous avez dans la main une poignée de lettres : c’est pas un énoncé. Bon.

En revanche, vous recopiez les lettres sur une feuille de papier, ces lettres que vous avez tirées au hasard : c’est un énoncé. Vous les recopiez, c’est un énoncé. Il faut aller lentement parce que c’est une drôle de chose qu’il est en train de nous dire. Si je recopie cette poignée de lettres, si je reproduis ces lettres sur une feuille de papier, c’est un énoncé. Enoncé de quoi ? Enoncé d’une série de lettres n’ayant d’autre loi que le hasard. Il faut bien retenir ça : énoncé d’une série de lettres n’ayant pas d’autre loi que le hasard. Mais ma poignée de lettres, c’est pas un énoncé. Ou bien - vous pouvez voir que l’exemple est équivalent - des lettres sur le clavier d’une machine à écrire. A Z E R T. Ce sont les premières lettres sur le clavier des machines à écrire françaises. Ces lettres sur le clavier d’une machine à écrire, ce n’est pas un énoncé. Si je les recopie ou si je les dis, c’est un énoncé. Enoncé de quoi ? C’est l’énoncé de l’ordre des lettres sur une machine française. Voilà. Du coup les questions abondent et on croit avoir compris. Mais, avant même de croire avoir compris, il faut voir comment se termine... Vous voyez, vous retenez bien, hein : ma poignée de lettres n’est pas un énoncé, si je le recopie sur une feuille de papier, c’est un énoncé. Si je les recopie sur une feuille de papier ou si je les dis, c’est un énoncé. A Z E R T sur le clavier ce n’est pas un énoncé. Si je dis « A Z E R T » ou si je le recopie sur une feuille de papier, c’est un énoncé. Il conclut, p.117 : « une série de signes... » En effet les lettres du scrabble ou les lettres sur le clavier, c’est déjà une série de signes, c’est pas encore un énoncé. Et bien, « une série de signes deviendra énoncé à condition qu’elle ait à "autre chose" .... ». « A condition qu’elle ait avec "autre chose".... », entre parenthèses : « "autre chose" (qui peut lui être étrangement semblable, et quasi identique comme dans l’exemple choisi) ». « "autre chose" qui peut lui être... » euh, c’est très très curieux, ça c’est du pur, pur Foucault... « "autre chose" (qui peut lui être étrangement semblable, et quasi identique.... ». Donc : « une série de signes deviendra énoncé à condition qu’elle ait à "autre chose" (qui peut lui être étrangement semblable, et quasi identique comme dans l’exemple choisi) un rapport spécifique, qui la concerne elle-même ». Vous voyez : une série de signes, A Z E R T, devient énoncé, à condition qu’elle ait avec "autre chose"... Qu’est-ce que c’est que l’autre chose ? Les mêmes signes sur le clavier qui, eux, ne sont pas un énoncé et pourtant l’énoncé est étrangement semblable et quasi-identique. Pourquoi je dis « c’est du pur Foucault » ?

C’est du pur Foucault, parce que s’il y a quelque chose, un problème euh, comme ça, un problème fluent, un problème... amusant, un problème fascinant qui l’a hanté... chacun a ses problèmes fascinant... chez Foucault c’est le problème du double. Qu’est-ce que c’est qu’un double ? Et on ne pourra pas s’en sortir de tout, de tout notre essai d’explication de Foucault, si on ne traverse pas cette épreuve qui est l’épreuve du double et le problème du double. Et ça, ça le hante, ça l’a hanté du début à la fin de... Qu’est-ce que c’est que le double ? Qu’est-ce que c’est qu’avoir un double ? Alors, euh, autre chose d’« étrangement semblable » et pourtant autre, d’« étrangement semblable et quasi identique ». C’est la première fois pour nous : nous voyons surgir l’existence du double chez Foucault. L’énoncé est le double de quelque chose qui lui est « étrangement semblable et quasi identique ». azert. azert énoncé est le double de azert sur le clavier. Et pourtant l’un n’est pas un énoncé, l’autre est un énoncé.

Bon, alors on se dit, oh ben c’est... on a compris, il dit une banalité. Qu’est-ce que ce serait de dire une banalité ? Ce serait, par exemple, dire : pour qu’il y ait énoncé, et ben il faut dire ou écrire. Alors les lettres sur le clavier, ce n’est pas un énoncé, mais, si je dis les lettres sur le clavier ou si je les écris sur une feuille de papier, à ce moment-là j’énonce. Enoncer impliquerait : dire ou écrire. En d’autres termes, ce serait dire quelque chose qui existe. En d’autres termes ce serait, en quelque sorte : pour qu’il y ait énoncé, il faut qu’il y ait une copie. Il faut que je recopie la succession des lettres telle qu’elle est sur le clavier ou il faut que je recopie les lettres que j’ai prises au hasard. A ce moment-là, il y aurait énoncé. C’est stupide. Pourquoi c’est stupide ? Ne serait-ce que parce que le clavier lui-même, sur lequel les lettres ne sont pas un énoncé, le clavier lui-même est une copie. Chaque machine française copie le modèle français de la machine. Donc s’il y a copie des conditions de l’énonciation, il faudrait dire : les lettres sur le clavier sont déjà des énoncés. Donc ça va pas. Est-ce que ce serait mieux de dire : ah ben oui, on a compris, pour qu’il y ait énoncé, il faut qu’il y ait désignation et, lorsque je recopie les lettres sur le clavier, en effet, là, j’ai un énoncé, parce que j’ai une instance qui désigne quelque chose et qu’est-ce que c’est ce quelque chose ? Et bien c’est une instance qui désigne l’autre chose étrangement semblable et quasi identique, à savoir : les lettres sur le clavier. Donc je dirais, à ce moment-là : oui, il y a énoncé quand il y a quelque chose qui désigne. Ou, ce qui revient au même de ce point de vue : il y a énoncé quand il y a quelque chose qui signifie. Et je dirais : le désigné « A Z E R T » sur le clavier, c’est pas un énoncé, en revanche, quand je recopie sur le papier... Vous voyez je ne définis plus l’énoncé par la condition de recopier, je le définis par la condition de désigner, parce que la seconde série désigne la première étrangement semblable et quasi identique. Ce serait idiot aussi. Pourquoi ? Ce ne serait pas idiot à une condition : ce serait que j’arrive à définir la désignation ou la signification sans rien présupposer de l’énoncé. Peut-être que c’est possible, j’en sais rien. [interruption de l’enregistrement]. Car, dans les définitions classiques de la désignation et de la signification, l’énoncé est présupposé. Donc je ne peux pas définir l’énoncé par la désignation, ni par la signification, pour la simple raison que ce sont des dimensions de l’énoncé qui présupposent l’énoncé lui-même. Ce qui désigne, c’est un énoncé lui-même. Ce qui désigne, c’est un énoncé lui-même.

Ma seconde réponse, lorsque je croyais avoir trop vite compris, ben, elle s’écroule. On me dira : et ben il faut définir l’énoncé par ce que toutes les autres dimensions présupposent, aussi bien la désignation que la signification, à savoir : il faut définir l’énoncé comme chaîne signifiante, parce que, là, la chaîne signifiante, elle ne présuppose pas l’énoncé, elle est constituante ou elle peut passer pour constituante. Ça va pas non plus cette fois-ci ! Car si je définis l’énoncé par la chaîne signifiante, qu’est-ce qui m’empêchera de dire que la chaîne signifiante est déjà sur le clavier ? Et me voilà revenu à zéro. Et, ce retour à zéro, ça revient à dire... je me prends la tête entre les mains et je me dis : qu’est-ce que c’est cet autre chose ? Si l’énoncé est fondamentalement en rapport avec autre chose d’étrangement semblable et quasi-identique, cet autre chose n’est ni un désigné, ni un signifié, ni un signifiant. Qu’est-ce que ça peut être ? On repart à zéro. Alors ce long chemin, ça nous a servi à quoi ? Ça nous a servi à faire des impasses. On sait que, ça, on peut pas, on peut pas, on peut pas... Et puis surgit un mot, un mot que Foucault... auquel Foucault attache beaucoup d’importance et que, très bizarrement, il commente assez peu. Dès le début de L’archéologie du savoir, il suffit de regarder la table des matières, on voit que, en gros, puisque c’est le titre d’une partie et pas d’un chapitre, que la première grande partie s’appelle « Les régularités discursives ». Les régularités discursives. Et puis on voit que, dans la dernière partie, un chapitre, le chapitre 2 de la quatrième partie s’appelle « L’original et le régulier ». Et quel est le thème de ce chapitre sur L’original et le régulier ? Ça consiste à nous dire, en gros, vous savez, quand vous voulez définir - il ne dit pas que c’est sans importance - mais quand vous voulez définir un énoncé, il y a quelque chose qui est sans importance c’est le critère de l’original et du banal. Quand vous voulez savoir... là aussi il faut pas aller trop vite, parce qu’il faut pas en conclure que, pour Foucault, une proposition mille fois dite ou un énoncé mille fois dit et un énoncé nouveau... non, il dit que le critère de nouveauté ou de banalité n’est pas constitutif de l’énoncé lui-même. Un énoncé banal n’est pas moins un énoncé qu’un énoncé original. En d’autres termes « banal / original » n’est pas une distinction pertinente quand on veut savoir ce qu’est un énoncé. Ça nous importe. Pourquoi ? Parce qu’on a vu que l’énoncé se rapportait à « on parle ». Ben, le « on », il n’est pas plus banal qu’original. Le « on » n’est pas le « on » de la banalité. Banal ou original n’est pas pertinent par rapport au « on parle » comme condition de toute énonciation. Bien.

Alors, l’énoncé n’est ni banal ni original, il est régulier. « Régulier », ça veut dire quoi ? Qu’il obéit à des règles. Quelles sont ces règles ? On a vu que c’est des règles très particulières, puisque, quand on a commenté la nature de l’énoncé, on éprouvait le besoin..., j’éprouvais le besoin d’emprunter à Labov le terme de règles facultatives par différence avec les règles obligatoires. C’est donc de drôles de règles. Toute règle n’est pas règle d’énonciation. Sans doute l’énoncé implique-t-il des règles très particulières, celles-là mêmes qu’on a appelé « règles facultatives ». Reste que l’énoncé est une régularité. Bon. Ça reviendrait à dire : très bien, c’est une régularité, pas n’importe quelle régularité. Dès lors il faut croire que, lorsque je disais « règle facultative », ça impliquait pour nous que ces règles-là se définissent par rapport à quelque chose, par rapport à quelque chose, mais quoi ? Qui serait pas la même chose que les règles obligatoires. En d’autres termes par rapport à quoi les règles énonciatives se définissent-elles ? Par rapport à quoi ? Ni l’original, ni le banal. Par rapport à quoi les règles proprement énonciatives se définissent-elles ? Là on va avancer, peut-être. Peut-être... Je dis : les règles énonciatives sont des règles qui se définissent par rapport à des singularités. C’est par rapport à des singularités. Ha ! J’ai l’air de m’étonner d’avoir fait un si grand progrès. Et oui. Parce que : est-ce que ce ne serait pas une manière, déjà, de confirmer la distinction des règles facultatives et des règles obligatoires ? Les règles facultatives concernent des singularités qu’elles régularisent. Tandis que les règles obligatoires concernent toujours de l’universel. Ce serait commode. Ce serait une rude confirmation. Mais on laisse ça, hein. Les règles énonciatives concerneraient des singularités. Ce qui est ennuyeux, c’est, je le dis tout de suite, c’est que Foucault emploie assez peu le mot « singularités », et pourtant il l’emploie.

Par exemple dans L’ordre du discours, vous trouvez cette phrase : « le logos élève les singularités au concept », au niveau du concept. Et, comprenez, même en coupant du contexte, c’est une critique du logos qu’il fait, parce que le concept c’est l’universel. Le logos élève les singularités au concept, c’est-à-dire : il les transforme en universalité. Puis, par-ci par-là, Foucault emploie le mot « singulier », « singularité », mais, en même temps, on ne peut pas dire qu’il en fasse une affaire de terminologie. Moi je crois que c’est encore plus beau. Vous savez, chez les philosophes, il y a toujours, au niveau terminologique, il y a toujours deux sortes de termes. Il y a des termes auxquels ils attachent une importance explicite, par exemple « énoncé » pour Foucault. Là il vous dit explicitement : attention, ce que j’entends par « énoncé », c’est pas ce qu’on entend par « phrase », « proposition ». Et puis il y a des termes que le philosophe n’éprouve pas le besoin... dont il se sert et dont il n’éprouve pas le besoin de vous dire « attention ». Et il le glisse au coin d’une phrase, comme ça. C’est à vous de vous débrouiller. Il faut, à ce moment-là, c’est... c’est des concepts non plus explicites de ce philosophe, c’est des concepts implicites. Ça n’est plus des concepts « regarde », c’est des concepts « clin d’œil » ou « coup d’œil ». Je reviens à mon thème. Voilà. Premièrement. ... [Faisons ?] simples hein ! Ça a l’air d’être des mathématiques, mais c’en n’est pas... [ ???] [il écrit au tableau]. Voilà. Qu’est-ce que j’ai fait ? J’ai fait une émission, une émission de singularités, trois singularités. Ou, comme on dit en mathématiques, j’ai marqué trois points singuliers. Ces points singuliers, tels quels...

Bon, j’ai tracé, là, sur un plan, trois points singuliers. Une de leurs singularités, c’est qu’ils ne sont pas sur la même ligne. J’aurais pu faire une autre émission de singularités, j’aurais fait... [il écrit au tableau]. C’était une tout autre émission de singularités. Là j’ai fait mon émission de singularités, celle-là. Puis c’est tout. Vous remarquerez que mes points singuliers sont indéterminés. Aaah. Un effort en plus. Je vais faire tout autre chose. Je fais ça, et puis... Bon. Qu’est-ce que j’ai fait ? C’est une seconde figure. Pour parler tout simplement, je dirais : j’ai uni les trois points singuliers. J’ai tracé trois lignes. Bien. On va très lentement parce que je crois que c’est plein de pièges tout ça. Plus vous croirez avoir compris tout de suite, moins vous aurez compris. En même temps si vous comprenez [ ???], c’est embêtant Alors, qu’est-ce que je peux dire, plutôt que « j’ai réuni mes points singuliers » ? Je dis : j’ai régularisé. J’ai régularisé. En effet chacune des lignes est une ligne de points réguliers. Une ligne de points réguliers unit une singularité à une autre ou, si vous préférez - j’introduis un autre mot parce qu’il va nous être très utile - une ligne régulière, une ligne de points réguliers ou, si vous préférez, alors [ ???], une série de points réguliers va du voisinage - ça c’est une notion mathématique, il n’y a pas besoin de savoir les mathématiques pour savoir qu’elle a une grande importance mathématique - ... va du voisinage d’un point singulier au voisinage d’un autre point singulier. Voilà ma ligne de régulier. Apparaît l’idée de série. Donc, la régularité, c’est une série de points qui va du voisinage d’une singularité au voisinage d’une autre singularité. Bien. Est-ce que... est-ce que je peux concevoir..., à ce niveau, tout à l’heure..., dans ma première figure, là, mes points singuliers étaient indéterminés. Là, quand j’ai régularisé, ils reçoivent une détermination, à savoir : sommets d’un triangle. Mais, en tant que points indéterminés, tout à l’heure, ils existaient comme singularités. Ils étaient indéterminés. J’avais trois points singuliers. Est-ce que je peux... Est-ce que c’est nécessaire que la régularisation soit triangulaire ? Je dirais que la régularisation triangulaire, c’est une régularité, c’est-à-dire c’est une forme sous laquelle j’ai régularisé mes points singuliers. Est-ce que c’est la seule, ou bien - continuons à essayer de fixer les mots, les mots qui terminologiquement vont être très très importants - est-ce qu’une autre série était possible que la série « triangle », avec les mêmes points singuliers ? Ah oui, ben oui, une autre série était possible. On en voit tout de suite une…

 

2

Et, dans cette seconde régularité... Vous voyez, c’est une seconde régularisation... qu’est-ce que sera mon troisième point singulier ? Mon troisième point singulier se déterminera - ce sera une autre détermination - se déterminera de la façon suivante : point situé en dehors de la droite AB par lequel je me propose de mener une parallèle à AB. Ce sera... [il écrit au tableau].. ; une autre régularité. Vous voyez que les régularités sont infinies. Car, à partir de ce point, je pourrais aussi bien proposer de tracer une sécante. Ça va ? Bon. Je m’en tiens à mes deux séries. Vous voyez que, pratiquement, je peux concevoir, peut-être, une infinité de séries. Mes deux séries, elles sont dans quel rapport ? Convergentes ou divergentes ? C’est-à-dire : même famille ou familles différentes ? En d’autres termes, vous voyez déjà que, dans ma régularisation triangulaire, j’ai, en fait, trois séries. Mais ces trois séries, précisément parce qu’elles sont convergentes, je peux les considérer comme une seule série. Je passe à régularisation. Je la traite aussi comme une série. Quel rapport entre les deux séries ? Est-ce que je peux prolonger l’une dans l’autre ? J’en sais rien d’avance. Peut-être, peut-être... A quelle condition ? A condition de constituer une troisième série qui englobe les deux précédentes. Et ben vous connaissez. Si vous vous rappelez votre géométrie élémentaire, vous connaissez, à quelle condition les deux séries vont se prolonger. La réponse, elle est pas donnée. Peut-être qu’elles se prolongent pas. Dans certains cas elles se prolongent pas. Elles se prolongent à condition que vous introduisiez une nouvelle régularisation. Ce sera quoi ? C’est [il écrit au tableau]. Si vous vous servez d’un des sommets du triangle pour élever la parallèle au côté opposé. Ce sera la condition sous laquelle vous démontrerez que les trois angles d’un triangle sont égaux à deux droits. Voilà. Vous aurez fait converger vos séries. Bien. Ah. C’est parfait.

On a presque tout trouvé [ ???]. Je veux dire : on peut pas se tromper dans [ ???]. Qu’est-ce qu’on peut dire maintenant ? Et ben voilà : un énoncé, c’est une régularité, Foucault le dit explicitement. Un énoncé, c’est une régularité. Ça veut dire quoi ? Qu’est-ce qu’il régularise ? Il régularise des points singuliers. C’est pour ça que c’est une régularité très particulière que l’on a appelée « régularité facultative ». Il régularise des points singuliers et, régulariser, ça veut dire « constituer une série qui va du voisinage d’un point singulier au voisinage d’un autre point singulier ». Ces séries peuvent être multiples. Il y aura autant d’énoncés que de séries. Est-ce que ces énoncés convergeront ? Pas de réponse toute faite. Faut voir. Oui, si les séries convergent. Non si les séries divergent. On l’a vu à propos de « qu’est-ce qu’une famille d’énoncés ? ». S’il y a convergence des séries les énoncés seront de la même famille. En d’autres termes, voilà que l’énoncé est une régularité, mais, l’émission des singularités, elle c’est pas un énoncé. La pure émission de singularités, c’est pas un énoncé. L’énoncé la suppose. S’il n’y a pas d’émission de singularités, il n’y a pas d’énoncé. Autre chose d’étrangement semblable et quasi-identique, qu’est-ce que c’est ?

L’énoncé renvoie à autre chose d’étrangement semblable et quasi-identique : c’est l’émission de singularités. Et, en effet, mes points singuliers indéterminés sont étrangement semblables et quasi-identiques à ce que sera l’énoncé. L’énoncé ne fait qu’y ajouter une ligne régulière allant du voisinage d’un de ces points au voisinage de l’autre point. En d’autres termes l’énoncé contient le « quelque chose d’étrangement semblable et quasi-identique » et pourtant ce « quelque chose » est bien autre chose que l’énoncé. L’énoncé c’est la régularité, c’est la série. Tout énoncé est sériel. Par parenthèse, c’est une grande confirmation de l’espèce d’anti-structuralisme... puisque Foucault n’arrêtera pas de vouloir substituer le point de vue des séries au point de vue de la structure. Dès lors, vous voyez qu’il nous propose une solution complètement différente. A Z E R T sur le clavier de la machine, c’est pas du tout ce que désigne l’énoncé. A Z E R T sur le clavier de la machine, c’est les singularités que l’énoncé va incarner, c’est l’émission de singularités. Quand je recopie A Z E R T sur la feuille de papier, mais je fais bien autre chose que recopier et je fais bien autre chose que désigner ce qu’il y a sur le clavier. Je régularise les singularités. Je fais ma série. Même chose pour la poignée de lettres tirée, là, au jeu du scrabble et quand je recopie, je fais autre chose que désigner : j’incarne des singularités, je les régularise. En d’autres termes, la petite différence, l’autre chose - j’appelle petite différence euh autre chose qui peut être étrangement semblable et quasi-identique - la petite différence ne passe pas entre l’énoncé et ce qu’il est censé désigner, ni entre l’énoncé et ce qu’il est censé recopier, mais entre la régularité qu’il constitue par lui-même et les singularités qu’il incarne ou qu’il actualise. Voilà. Vous vous reposez.

Je veux dire : ça, il faut que ce soit limpide. Ce qu’il a fait, c’est... il a fait quelque chose de formidable, à mon avis. Il a, au sein d’un système éculé qui est celui de la représentation, de la copie, de la désignation, de la signification, du signifiant..., il a érigé une espèce de dimension verticale qui redistribue tout, il a fait une nouvelle distribution. Alors, évidemment, ce qui est troublant, c’est qu’il ne dégage pas tellement, si explicitement, autant qu’on le souhaiterait, cette notion de singularité. D’une certaine manière, c’est qu’elle lui est trop proche. Et on verra - je veux dire il faut attendre - on verra, à mon avis, dans toute son œuvre, ensuite et à des niveaux très différents qui ne seront plus ceux de l’énoncé, la notion de singularité est fondamentale et pour une raison très simple, c’est que c’est l’élément des multiplicités. Une multiplicité, c’est un ensemble de singularités, c’est une émission de singularités. Et toute sa haine de l’universel et toute sa critique de l’universel, il me semble, restent incompréhensibles, si l’on ne voit pas ce qu’il veut dire, à savoir que les choses procèdent par singularités. Alors pourquoi est-ce qu’il le développe pas ? Parce que, je crois, parce qu’il peut considérer une notion acquise en mathématique et en physique. Voilà. Je voudrais que... vous méditiez en vous-mêmes... Parce que, si c’est pas absolument clair, je recommence, hein ! je recommence : tout le reste en dépend, alors vous vous... vous vous donnez deux minutes pas de repos, mais de réflexion intense. Ce qui me paraît très très curieux c’est que ça a l’air d’aller de soi, mais, vous savez, si vous voulez éviter... il faut absolument comprendre en quoi ça n’a plus rien à voir avec un rapport de désignation. Si je dis : l’énoncé est une régularité qui incarne ou qui actualise des points singuliers... Il faut que vous compreniez qu’en sort immédiatement la conception sérielle de l’énoncé, avec en plus tous les problèmes : deux énoncés étant pris, est-ce que vous pouvez dire qu’ils sont de la même famille ou pas ? Et ben, ils seront de la même famille, si vous pouvez prolonger les séries de l’un dans les séries de l’autre. Si vous ne pouvez pas, ils ne seront pas de la même famille.

Vous voyez, tout en dépend, c’est finalement une construction verticale et plus du tout une construction... Vous avez : les singularités... là, vous pourriez même les mettre dans une espèce de ciel, on va voir en quel sens, d’ailleurs, les singularités sont dans une espèce de ciel, simplement c’est pas des idées universelles qui sont dans le ciel, ce sont des points singuliers, des petites étoiles, là, cette construction verticale vous avez vos singularités indéterminées. C’est une espèce de platonisme de la singularité. Et puis vous avez les énoncés qui les actualisent, qui les incarnent en constituant des séries de points réguliers qui vont du voisinage d’une singularité au voisinage de l’autre et qui peuvent y aller de manières multiples. Réfléchissez. [ ???] radical... Si tout énoncé là...Ce que je viens d’essayer, en effet, de montrer, c’est que tout énoncé était une courbe, que l’on pouvait très bien tirer la réciproque de la formule de Foucault. « Une courbe est un énoncé ». Mais, inversement, tout énoncé est une courbe, c’est une courbe quoi ? Qui unit des singularités. Mais rien ne me permet de dire que toutes les courbes sont convergentes. Si elles ne sont pas convergentes, je ne peux pas dire : l’ensemble des courbes est convergent. A ce moment-là j’aurai des familles irréductibles d’énoncés. C’est pas du tout sûr que toutes les séries se réunissent en une seule série même infinie. Pas de remarque ?

-Une personne dans l’auditoire pose une question : inaudible.

-Deleuze : ah, ben oui, les exemples politiques, on va y venir tout à l’heure. Ouais les exemples politiques sont constants ici. Euh, mais, là, je ne peux pas le donner, parce que... je ne peux pas le donner encore, mais je vous le promets, je vais le faire. En effet on va faire un schéma de courbes non-mathématiques, de courbes euh... de courbes... Oui c’est juste. Mais je veux pas sortir tout de suite des mathématiques parce que j’en ai besoin. J’en ai un peu besoin. Car il y a un... un grand philosophe des mathématiques qui s’appelle Lautman. Et, dans un livre de Lautman, je tombe sur ceci : il commente un texte célèbre de Poincaré. [ ???]. « sur les courbes telles de Poincaré qui s’intitulent ... sur les courbes définies par une équation différentielle... ». Peu importe « équation différentielle », on n’a même pas besoin de comprendre. Vous allez voir comment on peut très bien lire des mathématiques même de très haut niveau sans rien perdre... Euh. Mais... euh.. tout en... Plutôt c’est une raison d’être encore plus modeste, parce que... Mais vous pouvez sentir, sans avoir fait de mathématiques, que c’est essentiel pour la philosophie. Voilà ce que dit Lautman. « La théorie des équations différentielles met en évidence deux réalités absolument distinctes ». Là je comprends encore, hein. Bon : il nous annonce que les équations différentielles suscitent deux réalités hétérogènes, absolument distinctes. « Il y a le champ de directions et les accidents topologiques qui peuvent y survenir comme par exemple l’existence de points singuliers ». Il dira, un peu plus loin : « existence et répartition des singularités dans un champ de vecteurs défini par l’équation différentielle. ».

Qu’est-ce qu’on comprend pas là-dedans ? Même en admettant qu’on comprenne rien... mais il n’y a pas besoin. Pas besoin. « Existence et répartition des singularités », mettons, bon, singularités - je fais vraiment l’entreprise de compréhension minimale - des points, des points, des points sur un plan, comme j’ai fait, mes trois points. J’ai réparti des singularités, je les ai fait exister, je les ai réparties. « Dans un champ de vecteurs défini par l’équation différentielle ». Le champ de vecteur, il apparaissait où, le champ de vecteur ? Il apparaissait quand j’ai eu à choisir entre deux organisations de ces singularités. Est-ce que j’allais les prendre chacune par rapport aux deux autres ou est-ce que j’allais prendre la troisième par rapport aux deux autres seulement ? C’étaient deux champs de vecteur. Vous voyez, j’ai pas besoin de commenter « champ de vecteur », j’ai juste besoin de m’y reconnaître. Donc j’ai une existence et répartition de singularités dans un champ de vecteur. Voilà une chose. Et Lautman, avec Poincaré, nous dit : et maintenant il y a autre chose et cet autre chose, c’est la forme des courbes intégrales. Si peu que vous sachiez, vous savez que [ ???] rapport le calcul différentiel et le calcul intégral.

On nous dit : il y a l’existence et la répartition des singularités, ça c’est l’affaire de l’équation différentielle, mais attention, la forme des courbes intégrales, elle, elle est relative à quoi ? Non pas à l’équation différentielle, mais aux solutions de cette équation. Bon. Et qu’est-ce que c’est la forme des courbes intégrales ? C’est ce qui détermine les singularités. Et c’est le grand thème de Poincaré dans ce mémoire. Les singularités existent et sont réparties dans un champ de vecteurs, mais, comme points indéterminés. Les singularités reçoivent leur détermination des courbes intégrales qui passent à leur voisinage et tout dépend de ce que fait la courbe intégrale au voisinage. Et j’ai qu’à reprendre mon exemple qui, lui, était rudimentaire, mais qui se révèle au moins tout à fait consistant à cet égard. Et je dirais : dans mes deux cas, j’ai pas du tout les mêmes lignes intégrales. Si bien que, dans mes deux cas, les singularités ne sont pas déterminées de la même façon. Puisque dans un cas elles sont déterminées dans un triangle que j’appellerai « figure intégrale », qui passe au voisinage de mes trois singularités. Dans l’autre cas, j’ai une tout autre figure : les parallèles. Que les deux séries s’enchaînent et se prolongent en une même série, c’est possible, mais pas mon affaire pour le moment. Ce sera... car en effet il faudra une troisième série pour qu’elles se prolongent, ça on a vu, et, en effet, là-dessus, Poincaré fait sa grande... suivant la forme des courbes intégrales qui passent au voisinage des points, les points vont être déterminés. Et je relis Lautman : Poincaré distingue - là les mots sont très jolis, c’est les noms que prennent les singularités quand elles sont déterminées par les courbes intégrales qui passent à leur voisinage - et il distingue les cols, c’est une singularité déterminée, les nœuds, les foyers et les centres. Les cols, les nœuds, les foyers et les centres. 
-Les cols se définissent par ceci : les cols par lesquelles deux courbes définies par l’équation et deux seulement. Donc : deux courbes et deux seulement. 
-Les nœuds où viennent se croiser une infinité de courbes. Infinité de courbes. 
-Les foyers autour desquels les courbes tournent en s’en rapprochant sans cesse à la façon de spirales. 
-Les centres autour desquels les courbes se présentent sous la forme de cycles fermés.

Bon, peu importe. Vous voyez, on pourrait baptiser les singularités suivant les besoins et on devra les baptiser. Quand, toujours, quand la forme de courbes intégrales ou d’équivalents de courbes intégrales passent à leur voisinage, c’est seulement à cette condition que les singularités se déterminent ou sont déterminées. Et, en effet, si on revient à mon histoire, là, et on recommence ma pure émission de singularités. Là. [Il dessine au tableau]. Là. Trois singularités indéterminées. Supposez même, faisons mieux. Je fais une émission avec une seule singularité. Mais, ça ne me dit rien de l’allure qu’aura la courbe qui passe au voisinage. [ ???]. Ma singularité, là, est déterminée comme sommet. Et on peut concevoir un autre cas. [Il dessine au tableau]. C’est plus joli même. Hein ? Je peux concevoir encore un autre cas... Comme ça... Ce qui compte pour moi, c’est que la singularité dans ces trois cas sera déterminée de manière différente selon l’allure de la courbe qui passe au voisinage. Conclusion : un énoncé, c’est pas une structure, c’est une fonction. C’est une fonction. Fonction qui consiste à quoi ?

Régulariser les singularités en traçant la courbe qui passe au voisinage de ces singularités. Et je vois que c’est très compliqué, que, de ce que l’énoncé est une fonction, je peux conclure et je peux même déduire immédiatement que l’énoncé est sériel. Avec la question, pour une fois : jusqu’où va se prolonger une série ? D’où le problème que pose Foucault dès le début de L’archéologie, dès l’introduction de L’archéologie du savoir, et l’intérêt profond qu’il éprouve pour l’histoire moderne en tant que l’histoire moderne, au moins sous un de ses aspects, sous l’influence de Braudel, a construit tout une méthode dite « sérielle ». Etablir des séries de portées, de temporalités variables, une fois dites toutes ces [ ???] spatiotemporelle. Bien. On en est là.

Quand même, ça me trouble. On vient de distinguer deux dimensions. Il va de soi que l’une n’existe pas indépendamment de l’autre. Finalement les singularités sans la courbe intégrale ou une courbe intégrale qui passe à leur voisinage restent indéterminées. Inversement pas de courbe qui ne passe au voisinage de singularités. Donc l’un est dans l’autre, ça n’empêche pas qu’ils diffèrent en nature. Les deux diffèrent en nature. Ils n’existent pas l’un sans l’autre ; il y a présupposition réciproque, il y a tout ce que vous voulez. On retrouve tous nos thèmes de tout le trimestre. Il y a présupposition réciproque, oui, mais il y a quand même différence en nature. Il y a immanence, oui, et pourtant il y a hétérogénéité. Alors, ce qui m’intéresserait, ce serait quand même d’arriver à en dire un peu plus sur les singularités indéterminées [ ???]. Qu’est-ce que je peux dire sur elles ? Qu’est-ce que je peux dire d’elles ? Je peux même pas dire en quoi elles consistent. Je peux pas dire : c’est les sommets d’un triangle, puisque ce qui les constitue comme mets d’un triangle, c’est la régularité qui les incarne. Mais, en elles-mêmes, est-ce que je peux dire quelque chose ? Qu’est-ce que je peux dire de azert sur le clavier ? Aah qu’est-ce que je vais pouvoir dire de azert sur le clavier ? Alors j’ai essayé parce que, là, c’est beaucoup plus délicat que les mathématiques. Je vous assure, j’ai tout fait, je voulais un manuel de dactylographie, j’ai été jusqu’à téléphoner à Pigier où ils sont plutôt désagréables. Il me fallait absolument... j’ai demandé à parler à un professeur de dactylographie. Euh... tout ça. Enfin j’aurais dû y aller [ ???]. J’ai rie, j’ai rien... Alors, c’est des hypothèses que je suis forcé de faire. Des hypothèses. Mais n’importe quelle dactylo sait peut-être... Euh... si quelqu’un d’entre vous... de toute manière, ce que je vais dire est faux, mais c’est facile à corriger. Euh, vous mettrez la vérité, si vous la rencontrez, à la place de ce que je dis, mais ça ne changera rie, strictement rien. Moi je me dis : azert, bon, pourquoi sur les machines françaises, azert ? Vous voyez, je parle de azert sur le clavier. Donc je me mets au niveau « pure émission de singularités ». ça dépend de quoi ? Dans le cas des lettres du scrabble, là, c’est très simple, c’est très simple parce que je dirais : c’est une émission au hasard. Il y a un rapport entre les lettres que je tire, ce rapport, je dirais, c’est un rapport aléatoire.

Bon, vous allez comprendre tout de suite où je veux en venir. Mais un rapport aléatoire, c’est un rapport de force. Tirer des lettres au hasard, c’est un rapport de force entre ces lettres. Si je tire des lettres au hasard, j’ai, par exemple, A K E, je peux pas dire que ces lettres soient sans rapport, elles ont un rapport, un rapport au hasard. Le rapport au hasard est un rapport de force entre lettres. Je retiens, ça, juste, on va voir s’il y aura quelque chose à en tirer. Bon. La machine française dit : azert... aah. A mon avis - c’est là où je mets euh... où je suis prudent, faute de renseignements, puisqu’on n’a pas voulu me les donner, les renseignements - à mon avis, il faut tenir compte... je ne peux pas dire que A Z E R T soient sans rapport, les...

Il y a bien des rapports, quels sont les rapports cette fois-ci ? C’est pas des rapports de hasard. Je crois qu’il faut tenir compte de deux choses, si l’on veut comprendre le clavier d’une machine à écrire. Il faut tenir compte de rapports de fréquence ou d’attraction - ça revient au même - rapports de fréquence de groupes de lettres ou d’attraction d’une lettre par rapport aux autres. Là, les linguistes ont fait, pour chaque langue, des études très poussées sur le pouvoir d’attraction d’une lettre sur les autres et sur les fréquences de tel ou tel groupe de lettres dans une langue. Par exemple WH a une fréquence haute en anglais. La fréquence en français est nulle. Mmmhh. G, la lettre G en français : elle attire quoi ? Elle attire avec une fréquence relativement grande U et N. Peu importe si c’est vrai ou faux, hein, tout ça. Bon. Les lettres vont se répartir sur le clavier. Le dactylographe est supposé atteindre à l’idéal, c’est-à-dire taper avec deux mains. Remarquez que c’est déjà un champ de vecteurs, hein ? Le clavier a deux moitiés. Le clavier, il est vectorisé. Il est vectorisé en deux moitiés. A la frontière fluente, mais une moitié gauche et une moitié droite. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire déjà que si vous avez une lettre - je suppose tout ça hein - si vous avez une lettre... si vous avez, par exemple, deux lettres de haute fréquence, mettons - accordez-moi si c’est pas ça c’est autre chose - G et U. C’est-à-dire, lorsque vous tapez un G, il y a des chances considérables ou un grand nombre de cas où la lettre sera suivie par un U. Il est évident qu’il est bon de distribuer le G et le U dans les deux moitiés. Car, si vous mettiez par exemple - voyez notre clavier à étages - si vous mettiez le G ici et le U juste en-dessous dans la même moitié, il faudrait taper avec le même doigt G et U : perte de temps considérable.

Donc c’est des facteurs : temps, rapports des deux mains, de l’écartement des doigts et rapports de fréquence propres à une langue entre lettres qui va déterminer votre émission de singularités constitutive du clavier. Accordez-moi que je peux appeler ça, cet ensemble (rapports des mains, rapports des doigts de chaque main, rapports de fréquence, rapports d’attraction des lettres), je peux appeler ça des rapports de force entre lettres et doigts. Rapports de fréquence des lettres et rapports dynamiques des doigts. Je dirais : voilà ce qui préside à l’émission de singularités sur le clavier. Voilà ce qu’aurait dû me répondre Pigier. Bon. Là-dessus, l’énoncé, dit Foucault, c’est la régularité. C’est-à-dire : dès que, ne serait-ce que fictivement - ça peut être complètement fictif - dès que je fais passer une courbe, une intégrale qui va du voisinage d’une singularité à une autre singularité, même si ça suit le même ordre que le clavier, même si j’ai l’air de recopier azert, je fais un énoncé puisque j’ai incarné les singularités dans une intégrale.

Pourquoi le premier azert n’est pas un énoncé et le deuxième azert est un énoncé ? C’est que le premier azert envisage la pure émission de singularités dans un champ de vecteurs défini par les rapports de forces, le seconde azert incarne ces mêmes singularités dans des intégrales, ne serait-ce que des intégrales fictives. J’ai intégré les rapports de forces, j’ai ainsi constitué un énoncé. Si vous comprenez ça on tient tout. La transition du savoir au pouvoir. Car qu’est-ce que Foucault appellera « pouvoir » ? Ce qu’il appellera « pouvoir » - c’est le moment de le dire une fois pour toutes... non on le répètera... - ce qu’il appellera « pouvoir » c’est tout rapport de forces quel qu’il soit, simplement il n’appelle pas « rapport de forces » n’importe quoi. Qu’est-ce qu’un rapport de forces pour Foucault ? ça c’est très important. Mais une lettre a un pouvoir sur une autre, si vous ne comprenez pas ça, vous ne comprendrez rien à... à la philosophie politique de Foucault. une lettre a un pouvoir sur une autre, ou elle en n’a pas... une lettre aura un pouvoir d’attraction sur une autre lettre. G, à supposer que G commande U à haute fréquence, ou N ; à supposer qu’en anglais W commande H à haute fréquence, vous direz : W a un pouvoir d’attraction...Bon tout rapport de forces est pouvoir et le pouvoir consiste uniquement dans un rapport de forces. Deux termes entre lesquels il y a rapport de forces, vous pouvez dire : l’un exerce un pouvoir sur l’autre ou tous deux exercent réciproquement un pouvoir l’un sur l’autre. Comment passe-t-on du savoir au pouvoir ? On a notre réponse, au moins, on passe du savoir au pouvoir dans la mesure où l’énoncé forme du savoir, est une intégrale, opère l’intégration de singularités et c’est seulement à la fin qu’on s’aperçoit que ces singularités comme telles entretenaient les unes avec les autres des rapports de pouvoir, des rapports de forces. En d’autres termes, le savoir est l’intégration des rapports de forces, au sens le plus général qui soit, rapports de forces entre choses, entre personnes, entre lettres, entre lumière, entre ombre et lumière, entre tout ce que vous voulez....

Voilà pourquoi Foucault [ ???] ontologie politique. Je dirais : nous sommes en mesure maintenant de distinguer les rapports de forces qui constituent le pouvoir et les relations de formes qui constituent le savoir. Les relations de formes sont les allures de courbes intégrales qui actualisent et qui actualisent quoi ? Qui actualisent les singularités, lesquelles singularités entretiennent entre elles des rapports de forces. D’où devient particulièrement urgente la réclamation de tout à l’heure : un autre exemple que mathématique, ou que linguistique, remarquez qu’on en a donné un autre, hein, exemple linguistique, avec azert, où l’on voit que les lettres exercent... [coupure]. L’énoncé [ ???] dans des rapports de force que l’énoncé va régulariser. Ça va ? C’est, c’est... ça me paraît très très extraordinaire, cette pensée. Là, si vous voulez, c’est.. si, moi, si on me demandait... oh il y a tellement de choses très nouvelles chez Foucault, mais un des points de nouveauté les plus forts c’est cette analyse, c’est, il me semble, c’est cette analyse qui me semble très très extraordinaire. Alors pourquoi est-ce que... ? Ouais enfin... Bon, vous vous reposez un peu... Quelle heure est-il ? 11heures.... [coupure]

Alors quelqu’un vient de me... de faire une remarque très juste, il dit c’est très joli, mais, si on introduit déjà le champ de vecteurs au niveau des singularités, c’est-à-dire si l’on prend déjà les singularités dans des rapports de forces... mais c’est presque la même chose que les prendre au niveau des courbes intégrales qui passent au voisinage. C’est pas faux, c’est très très, là... l’incarnation est très... ça empêche pas que, les rapports de forces, c’est pas encore l’allure des courbes qui passent au voisinage. Mais qu’il y ait, qu’il y ait une espèce d’entrelacement des deux, qu’il y ait... Mais l’allure des courbes, elle ne sera pas définie par des rapports de forces. Bien plus, vous voyez bien que lorsque j’invoquais les rapports de fréquence par exemple entre lettres dans une langue donnée, ou les rapports d’attraction d’une lettre sur d’autres, il s’agissait de rapports quelconques indépendamment de telle courbe d’intégration. Mais ça empêche pas qu’il y a une espèce de... exactement comme on a vu entre le visible et l’énonçable. Si vous voulez, tout ce qu’on a dit, pendant tout ce trimestre, sur les deux formes du savoir, c’est-à-dire l’entrelacement perpétuel du visible et l’énonçable, au point que, quoi qu’ils diffèrent en nature, l’un ne cesse pas de susciter l’autre, de capturer l’autre. Foucault va dire exactement la même chose entre le pouvoir et le savoir. Là aussi il y aura présupposition réciproque des deux, mais un rapport de forces n’est pas une relation de formes. Pour une raison très simple c’est que le rapport de forces - on verra ça l’année prochaine - le rapport de forces est fondamentalement informel. Tandis que les courbes intégrales, elles, elles définissent toujours des formes. Mais, enfin, on ne pourra voir ça que très progressivement. Alors, l’essentiel, c’est que vous pressentiez... moi je fais toujours, je fais appel à votre pressentiment parce que, comme tout ça, c’est des matières nouvelles, c’est euh... si c’était pas nouveau, je veux dire... et il y a un mode de pressentiment philosophique qui... sans lequel vous ne comprenez pas.

 

3

…des pseudo-mathématiques. Encore que, je pense que, pour la philosophie, le fait que les mathématiques comportent, dans ses chapitres les plus importants, une théorie mathématique des singularités est un des grands croisements des mathématiques et de la philosophie. Et cela de tout temps. Cela me paraît impossible de comprendre un philosophe comme Leibniz sans tenir compte de la double appartenance philosophique et mathématique de la notion de singularité, des points singuliers. Vous comprenez, toutes les philosophies qui ont réagi contre l’universel n’ont jamais pu le faire qu’au nom des singularités et les singularités déjà comprises au sens mathématique, et on verra l’importance pour Foucault, de mener le plus loin possible une critique de l’universel. Bon, bien, bien, bien... Alors euh. Voilà. Il va y avoir toutes sortes de problèmes pratiques, parce que, vous voyez, la méthode - L’archéologie du savoir est un livre de méthode - dès lors, si je le résume en disant : et ben oui, il s’agit de construire les intégrales, les courbes intégrales au voisinage des singularités, euh, maintenant je pense que vous comprenez que ça veut pas dire que Foucault fait des mathématiques. Car cette méthode il va l’appliquer directement à de tout autres domaines. Et il aura le droit, puisqu’il aura dégagé les conditions sous lesquelles cette méthode ne se cantonne pas dans les mathématiques.

Alors, prenons un exemple. Un exemple... quoi ? Un exemple cette fois-ci social, car j’ai bien précisé que, les rapports de forces, il n’y a pas de raison de les maintenir, de les cantonner dans un champ social ; encore une fois, entre des lettres de l’alphabet il y a des rapports de forces. Et ben prenons cette fois-ci un exemple emprunté à un champ social. Est-ce qu’il y a des singularités dans un champ social ? Evidemment il y a des singularités dans un champ social. Qu’est-ce que c’est des singularités dans un champ social ? Est-ce qu’il y a des singularités dans un champ esthétique ? Oui, il y en a. il y en a plein dans un champ esthétique. Finalement, est-ce que c’est pas une définition de la pensée ? Penser c’est émettre des singularités. Si c’était une définition de la pensée, on comprendrait mieux « Un coup de dés... » de Mallarmé, on comprendrait mieux l’appel de Nietzsche au jeu de dés. Penser c’est émettre un coup de dés. Les singularités, c’est quoi ? C’est des points sur les faces du dé qui sort. Les faces sortantes du dé. Alors est-ce que ça veut dire qu’on peut penser n’importe quoi ? Rien du tout.

Justement, ça veut dire qu’on peut pas penser n’importe quoi, car il faut que les singularités que j’émets forment de belles courbes intégrales et je ne sais pas d’avance... il y a toujours des risques. Une pensée débile... la pensée débilo, j’émets des coups de dés, mais... rien n’en sort. C’est le mauvais joueur. Je dirais... Penser c’est émettre un coup de dés, ça veut dire, encore une fois, ben oui, que le hasard lui-même est un rapport de forces, rapport de forces entre les points sur les faces du dé et que qu’est-ce qui en sort ? Ben peut-être que, les intégrales de la philosophie, c’est des concepts mais qu’un concept c’est pas un universel, c’est une intégrale de singularités. Alors il y aurait des singularités noétiques, des singularités de pensée... ? Oui, il y aurait des singularités noétiques et, faire de la philosophie, ce serait des coups de dés. Bon, bien. Donc il y aura un champ philosophique avec des singularités. Et c’est avec ça que je fabriquerais des concepts. Ou bien que je fabriquerais rien du tout. Bon. Mais, alors, revenons au champ social. Voilà, je lance, je fais une petite constellation. Alors, bien sûr, je suis forcé d’avoir l’air, mais c’est un air seulement, de me contredire. Puisque je vais les nommer, ces singularités, sinon on comprendrait plus rien. Je suis bien forcé de les nommer, donc, déjà, de préjuger des intégrales qui vont les unir. Mais vous corrigez de vous-mêmes. Je vais faire une petite constellation...

Oh non. Vous voyez, je le fais comme ça, hein. Je lance..., j’émets une singularité. Je l’appelle « confession ». Je dis : c’est un point de confession. Voilà, c’est une singularité, ça, un point de confession. J’émets un autre, là, un peu plus haut... un point de sacrement. En bas, j’émets, troisième, un point de culpabilité... Euh.... A gauche, à droite, j’en émets un dernier, j’en peux plus : un point de mémorisation. Voilà, ça m’en fait 4, 5. Je peux définir des rapports de forces. Je peux définir des rapports de forces entre ces points, dans un champ de vecteurs. Un premier : mon point de confession est pris typiquement dans un rapport de forces prêtre-usager, confesseur- confessé. C’est un rapport de forces au sens large : ça ne veut pas dire que le confesseur me donne une gifle hein ? Un rapport de forces, on a vu que c’était pas ça. Notamment, les lignes d’attraction sont des rapports de forces. Les attractions sont typiquement des exercices de force. Sacrement..., bon, tout ça... Sacrement, faute, mémorisation... Vous comprenez que je peux faire passer une courbe au voisinage de tous ces points.

Je le fais par hypothèse. Je me dis : oh, ben oui, il y a quand même quelque chose à voir. La courbe me dit quoi ? L’intégrale qui va passer au voisinage de chacun de ces points. Et ben, je pars comme ça de « point de confession » et puis je trace une ligne vers « point de sacrement ». En effet, il faut que je me sois confessé pour communier, pour recevoir la communion. Ça fait, ça... c’est plus le rapport de force de chaque point dans le champ de vecteurs, c’est une courbe intégrale qui passe du voisinage du premier point au voisinage du second. Sacrement et confession : je peux tendre deux lignes régulières qui tendent vers la faute. Le sacrement est une manière de rachat de la faute primordiale. La confession est la déclaration des fautes secondes. Bon, là aussi, si ce que je dis est faux, vous corrigez de vous-mêmes, ça ne change rien. Mémorisation : l’examen de conscience qui précède la confession. Bon, je peux pousser mon intégrale, ma ligne que je peux appeler « d’intégration » ou « d’actualisation » des points singuliers. Je peux la pousser... Je peux la pousser jusqu’à quand ? Jusqu’où ? C’est très variable. Premier cas : je la pousse jusqu’à ce que je pourrais appeler une courbe spéciale, c’est ça, qui fixerait la fin de la série. Je dirais : une série est finie si je peux assigner, relativement à cette assignation, si je peux assigner parmi et dans l’ensemble des courbes intégrales qui l’actualisent, si je peux assigner ce que les mathématiciens - c’est des mots très commodes - appelleraient une « enveloppante ». Mettons : une courbe qui enveloppe toutes les autres. L’enveloppante : c’est joli tous ces termes, c’est..., c’est très joli, l’enveloppante des singularités. C’est bien.

Et, simplement, est-ce qu’il y a une telle enveloppante ? Il y a des cas où il n’y a pas d’enveloppante. C’est comme en mathématiques, je suppose. Il y a des cas où il n’y a pas d’enveloppante. Il y a des cas où il y en a. A la fin de sa vie Foucault s’intéressait de plus en plus à ce qu’il appelait « le pouvoir pastoral ». Et le livre non publié, Les aveux de la chair, je crois, analyse la formation de ce pouvoir d’église, pouvoir pastoral. C’est une vieille idée qu’on trouve chez Platon, à savoir : paître comme étant le modèle du gouvernement. Paître un troupeau, c’est tout le thème du Politique chez Platon... Qu’est-ce que le bon gouvernant ? C’est le pasteur d’un troupeau. Ça a l’air de rien, mais c’est un problème politique fondamental : le pouvoir est-il pastoral ? Il va de soi que, dans sa reprise du platonisme, le christianisme va tirer parti de l’idée d’un pouvoir pastoral, avec les Pères de l’Eglise, et va l’orienter dans des voies qui seront évidemment très loin de Platon, puisque ce sont des voies chrétiennes. Et le pouvoir pastoral, ce sera avant tout un pouvoir d’un type nouveau, que le pouvoir d’Etat ne remplit absolument pas à l’époque, qui, peut-être, va préfigurer les Etats futurs, à savoir..., et qu’on pourrait définir comme ceci : un rapport de force (pouvoir pastoral) qui se présentera comment ? Contrôle de la quotidienneté. Contrôle de la vie quotidienne. Gestion de la vie quotidienne. Le pasteur du troupeau... La multiplicité humaine, la communauté humaine assimilée à un troupeau, tel que le pasteur doit s’occuper du détail quotidien de l’existence de chaque membre du troupeau. Voilà un type de pouvoir qui n’a aucun équivalent. Le pouvoir pastoral, qui est absolument différent du pouvoir royal. Le roi ne s’occupe absolument pas de la quotidienneté de ses sujets. Le pasteur s’occupe de la quotidienneté de son troupeau et de ce qui se passe dans la tête du troupeau. Le roi s’en tape complètement de ce qui se passe dans la tête des gens.

Bon, je dirais : là, avec le schéma pastoral, vous avez comme une englobante, une enveloppante. Est-ce que je peux dire : la série se termine donc, elle est close, elle est close par le schéma pastoral ? Oui, oui, d’un certain point de vue. Est-ce qu’elle ne peut pas être prolongée ? Il est probable que, à partir d’un certain moment, que Foucault assignerait fin XVIIIème début XIXème, le pouvoir d’Etat prend modèle sur le pouvoir pastoral de l’Eglise. C’est-à-dire qu’une des prétentions fondamentales du pouvoir d’église d’individualiser ceux sur qui il porte, individualiser ses sujets, et, par là-même, pouvoir les saisir dans leur vie quotidienne, et bien le pourvoir d’Etat va en faire son propre objet avec de tout autres moyens. Il y aura donc une espèce de relais où le pouvoir pastoral sera, quitte à des changements très importants, pris en relais par le pouvoir d’Etat. Le pouvoir d’Etat exige, se met à exiger l’individualisation de ses sujets. Bien. A ce moment-là, je peux dire, sous cette condition, que ma série se prolonge au-delà du pouvoir pastoral. Il y aura convergence entre la série pastoralisée et la série étatisée. Entre la série d’Eglise et la série d’Etat. Bon. On se contente de ça. Ça revient à dire quoi ? Quelle serait la méthode, méthode d’analyse du champ social ? La méthode d’analyse du champ social, c’est : fixer les singularités présentes dans ce champ en tant qu’elles entrent dans des rapports de forces constitutifs du champ de vecteurs. Donc : fixer les singularités constitutives de tel champ social, c’est-à-dire qui entrent dans les rapports de forces correspondant à ce champ social.

Deuxième point : construire les formes institutionnelles, c’est-à-dire les courbes intégrales, qui actualisent ces rapports de forces. Le sacrement, le confessionnal, le pouvoir d’Eglise en tant qu’institution... bien. Dans la mesure où les rapports de force et les singularités s’actualisent, sont considérés comme actualisés dans ces courbes intégrales, dans ces institutions, elles constituent de véritables savoirs. Tout un savoir qui va se développer au niveau du confessionnal comme casuistique, au niveau des sacrements, au niveau des Pères de l’Eglise, au niveau de ce qu’on pourra appeler « le savoir pastoral » en général. Et, dans la mesure où les singularités avec leurs rapports de forces s’incarnent dans ces courbes, surgissent des énoncés. Nous retrouvons notre solution. Je cherche quels sont les énoncés de sexualité au XIXème siècle. On n’a plus qu’à reprendre, mais je crois qu’on a fait un grand pas en avant qui rend maintenant beaucoup plus clair. Je cherche à constituer un corpus des phrases concernant la sexualité, des mots qui disent la sexualité à telle époque. Comment je constitue mon corpus ? Je cherche les singularités comme foyers de pouvoirs. Foyer est un mauvais mot : il y a des centres de pouvoir, il y a des nœuds de pouvoir, il y a des colles de pouvoir, il y a tout ce que vous voulez... C’est des singularités. J’assigne mes singularités, ce sont des foyers de pouvoir. Je fais passer mes courbes. Ces courbes, ce sont les formes d’énoncés. Ce sont les formes d’énoncés qui portent en elles-mêmes un savoir. Troisième question. Donc vous voyez les deux aspects de la méthode sérielle. Premièrement... je recommence : assigner les singularités et les rapports de forces où elles sont prises. Ça c’est le problème du pouvoir.

Deuxième aspect : construire les courbes intégrales, c’est-à-dire les intégrations institutionnelles qui produisent des énoncés. Ça c’est l’aspect : savoir. Je construis mes séries. Deuxième aspect. Troisième aspect : quand est-ce qu’une série se termine ? Réponse variable. Tout dépend à quel niveau. Encore une fois, il y a toute une série qui se termine avec le pouvoir pastoral, mais qui, d’un autre point de vue, converge avec le pouvoir d’Etat. Vous pouvez faire passer la coupure, suivant votre but, vous pouvez faire passer la coupure à tel endroit ou plus loin. Parfois la durée sera courte, toute série étant spatiotemporelle, vous avez des séries à courte durée, vous pouvez construire aussi des séries à longue durée. Remarquez, là, problème pour Foucault, mais pour l’avenir : Foucault a toujours préféré des séries à courte durée. Si vous prenez tous ses livres, sauf les livres de la fin, vous voyez qu’il étudie les courtes durées et qu’il déteste... parce qu’il a peur que la longue durée ramène l’histoire universelle. Donc, au maximum, c’est des séries sur deux siècles. Histoire de la folie ; Surveiller et punir c’est même une série sur 50 ans. C’est des séries courtes. Sauf et, ça, on retrouvera ce problème, sauf avec L’usage des plaisirs où, là, éclate la conversion de Foucault à la longue série. A la longue durée.

Il s’agit de faire l’histoire de quelque chose qui commence avec les Grecs. C’est tout à fait insolite une aussi longue durée. Des Grecs à nous, en passant par les Pères de l’Eglise. L’histoire de la sexualité se réclame, à partir du second tome d’une longue durée. Qu’est-ce qui a pu se passer ? S’il faut partir de quelque chose de très très précis pour comprendre... Foucault [ ???] poser la question : en quoi y a-t-il eu changement chez Foucault entre La volonté de savoir et L’usage des plaisirs ? Je crois qu’une bonne manière, parce que c’est un détail concret, c’est de se demander : qu’est-ce qui a pu convertir Foucault au maniement d’une grand série, d’une longue série. Donc, ça, c’est comme le troisième aspect : quand est-ce qu’une série finit ? Et, là, on voit très bien ce que Foucault doit aux historiens de son temps. On voit très bien ce qu’il doit à Braudel, puisque Braudel a toujours manié les séries, constitué les séries historiques et, bien plus, a distingué les séries d’après la longueur de la durée sur laquelle elles s’étalent et toute la conception de l’histoire de Braudel, vous le savez - peut-être que j’en parlerai plus précisément euh... plus loin, plus tard - c’est distinguer trois sortes de durée : les durées courtes, les durées moyennes et les longues durées qui coexistent les unes avec les autres. Chez Foucault, on aura à se demander quelle est la distribution des durées par rapport aux séries. Tout ça, ça fait beaucoup de problèmes, hein. J’ai donc donné un exemple. Mon exemple c’est : à propos de la sexualité, comment les foyers de pouvoir se localisent dans des singularités, dans des rapports de forces qui vont s’actualiser dans des processus d’intégration, ces processus d’intégration étant constitutifs de savoirs ? Bon, ça, c’est le thème général de Foucault. je prends deux exemples. Deux autres exemples que Foucault résume dans L’archéologie du savoir. L’exemple de la psychiatrie (233-234).

Euh... il nous dit : « ce qui l’a rendue possible... » (la psychiatrie), « ce qui l’a rendue possible à l’époque où elle est apparue, ce qui a déterminé ce grand changement dans l’économie des concepts, c’est tout un jeu de rapports.... » Faites bien attention, vous allez voir que les termes de ces rapports ne sont pas des savoirs. « ...c’est tout un jeu de rapports entre... ». Là je recommence mon émission de singularités. « ...entre l’hospitalisation (1), l’internement (2), les conditions et les procédures de l’exclusion sociale (3).. » C’est pas la même chose que l’internement : les procédures d’exclusion. « ...les règles de la jurisprudence (4), les normes du travail industriel (5)... Bref tout un ensemble qui caractérise pour cette pratique discursive la formation de ses énoncés ». On peut pas mieux dire : c’est la constellation des foyers de pouvoir, c’est-à-dire la constellation des singularités, qui va rendre possible le tracé des courbes constitutif de savoir. Bien. C’est exactement... il faudrait dire, là, un champ social émet un coup de dés. Vous me direz : ah bon, il émet un coup de dés, un champ social, mais, enfin, ça part pas de zéro ? Non, ça part pas de zéro. Sans doute que le coup de dés de chaque champ social est déterminé partiellement par l’état des forces du champ précédent. Qu’est-ce que c’est ? Je dis ça parce qu’on reverra peut-être ça plus tard, je le dis maintenant pour ceux qui étaient là l’année dernière, c’est exactement ce qu’on appelle une succession d’événements semi-dépendants, ou ce qu’on appelle une chaîne de Markov. Des ré-enchaînements successifs. A chaque fois il y a tirage au sort, mais d’après les données du précédent tirage au sort déjà tiré. Une succession de tirages au sort qui dépendent partiellement les uns des autres. Bon, ça constitue une chaîne de Markov. On peut concevoir les mutations sociales sous forme d’une chaîne de Markov.

Même analyse de Foucault pour l’anatomie pathologique. C’est un savoir, l’anatomie pathologique, c’est un savoir qui se forme au XIXème, au début du XIXème, à la fin du XVIIIème et qui se constitue et, auparavant, il y a quoi ? De même on peut se demander : qu’est-ce qu’il y avait avant la psychiatrie ? Il y a pas psychiatrie, il y avait autre chose. C’est toute une redistribution du champ précédent qui rendra la psychiatrie possible. Un nouveau tirage. Avant l’anatomie pathologique, il y a quoi ? Il y a la clinique. Il y a la clinique qui est la conquête du XVIIIème. Il faudra toute une redistribution des foyers cliniques pour que l’anatomie pathologique comme savoir soit possible. Pages 213-214, il nous dit ceci, qui a été démontré en beaucoup plus long dans Naissance de la clinique. Euh. Je vais pas trouver... Voilà : l’anatomie pathologique va découvrir un nouveau champ, un nouvel objet qui va être objet de savoir et qui est le tissu. Le tissu ben c’est... le tissu, c’est une grande découvert pour la biologie, pour la médecine... Bien. Euh. Là, se forme, autour du tissu, et en prenant comme objet le tissu, se forme l’anatomie pathologique. Mais « les champs préalables sont constitués par la masse de la population administrativement encadrée »... vous me direz : quel rapport avec les tissus ? Ben, si, La naissance de la clinique montre très bien quel rapport il y a entre la découverte des tissus et des données de ce type... « ... la masse de la population administrativement encadrée et surveillée, jaugée selon certaines normes de vie et de santé »... Vous comprenez, c’est des rapports de pouvoir tout ça... « ....analysée selon des formes d’enregistrement documentaire et statistique. Ils sont constitués aussi par les grandes armées populaires de l’époque révolutionnaire et napoléonienne. Ils sont constitués encore par les institutions d’assistance hospitalière qui ont été définies, à la fin du XVIIIème et au début du XIXème... » etc. etc. Vous voyez qu’à chaque fois Foucault va procéder en faisant sa constellation de singularités, s’interroger sur les rapports de forces qui vectorisent ces singularités et puis construire ces séries qui sont constitutives des savoirs. Bien.

Je peux résumer en très gros en disant : et ben... Seulement, si vous m’avez suivi, on n’a fait que la moitié. On n’a fait que la moitié, parce que : qu’est-ce que je viens de montrer ? Ben oui, les courbes - je peux dire maintenant les courbes-énoncés, avec un petit trait d’union, hein, je dirais : tout énoncé est une courbe-énoncé - et je dirais : les courbes-énoncés actualisent des rapports de forces ou des rapports de pouvoir entre singularités. Actualisent, incarnent etc. On ne sait pas encore quel mot employer, on le verra seulement plus tard. Ouais. Ça va ? Mais, je dis, j’ai fait que la moitié de notre tâche. Seulement on est si fatigué que ça va aller vite, l’autre moitié. Car, vous vous rappelez, le savoir a deux formes irréductibles. Production d’énoncés et production de lumière. Le savoir, il est lumière non moins que langage. Le savoir, il entrelace la lumière et le langage et, bien plus, on se demandait comment il pouvait le faire puisque la forme-lumière et la forme-langage n’ont rien à voir l’une avec l’autre et sont irréductibles. On en était là, à ce problème cruel, puisque, la dernière fois, tout nous avait ramené à ceci : si vous restez dans la dimension du savoir, vous ne comprendrez jamais comment les deux formes peuvent s’entrelacer. Or vous voyez bien qu’on a la solution. On a tout maintenant. C’est bien. Mais, à un moment, on est trop fatigué pour en être heureux, comme toujours.

L’autre côté, je ne peux pas m’en tirer sans dire la même chose. De l’autre côté, il faut bien aussi que, pour leur compte, les luminosités intègrent des points singuliers pris dans des rapports de pouvoir, pris dans des rapports de forces. En d’autres termes : de même que les énoncés sont des courbes, les visibilités sont des tableaux. Et pourtant, il y a quelque chose qui m’ennuie, c’est que Foucault emploie le mot « tableau », qu’il emploie très souvent, en un sens beaucoup plus général qui convient aussi bien aux courbes qu’aux visibilités. Ça fait rien. Ça fait rien. Si l’on essaie de réserver un sens particulier du mot « tableau », il faudra dire : ben oui, les visibilités, elles, elles intègrent les points singuliers dans des tableaux et non pas dans des courbes-énoncés. Dans des tableaux-visibilités. Les visibilités sont des tableaux non moins que... C’est pour ça que les visibilités, c’est jamais des choses. Chez Foucault on l’a vu la dernière fois notamment à propos de Raymond Roussel, la visibilité, c’est l’étiquette de la bouteille d’eau d’Evian, c’est le papier à en-tête du grand hôtel. La visibilité, c’est toujours un tableau. Pourquoi ? Parce que la visibilité, c’est un être de lumière avant d’être un être solide. Et ben, la lumière, tout comme l’énoncé, est une intégration des singularités, des points singuliers. Et vous ne pouvez définir une lumière que... et le chemin d’une lumière que comme allant d’une singularité à une autre, c’est-à-dire il y a des séries lumineuses comme il y a des séries verbales.

Sur ce point, je voulais commenter de près, mais on n’en peut plus. Sur ce point, je vous renvoie à deux sortes de texte. La fameuse description du tableau de Vélasquez, Les Ménines, que je vous demande de lire du point de vue suivant - je ne dis pas que ce soit le seul point de vue pour lire ce texte, c’est un point de vue possible - du point de vue suivant : comment les lignes de lumière, chez Vélasquez, et de quelle manière, unissent et passent au voisinage de singularités ? Qu’est-ce que ce sera, les singularités du tableau de Vélasquez ? Vous verrez qu’elles ne se réduisent pas, elles sont multiples, elles suivent le trajet même de la lumière, la manière dont le trajet de la lumière se courbe, a des sommets, c’est-à-dire elle passe par des singularités qui distribuent les reflets, les éclats etc. Et tout culmine dans le rapport de forces de deux singularités magistrales, de deux singularités dominantes : le peintre et son modèle, le roi. Je ne dis pas que tout se réduit à ça, au contraire, il y a tout un développement d’un champ pictural extrêmement varié, peuplé de singularités, mais il y a des dominantes dans les singularités. Les deux dominantes c’est : le peintre et son modèle, le regard du peintre qui voit, sans que l’on voie ce qu’il voit, et le regard du roi, qui voit sans être vu. Je dirais que c’est le rapport de ces deux singularités, rapport de forces, du peintre et du roi...

On peut poser la question : qui est le plus fort, de ces deux forces ? La force du peintre et la force du roi. Tout dépend du point de vue. En tout cas, c’est ça qui marquera la clôture du tableau. Ce sera ça, l’enveloppante du tableau : le tête à tête du peintre et du roi, mais ce tête à tête passe par la distribution de l’infante, du chien, du bouffon etc. etc. Et vous avez la lumière du tableau qui est l’intégration de toutes ces singularités sur un mode, sur un certain mode qui est le mode de Vélasquez. Vous pouvez concevoir d’autres modes. Si vous vous reportez au livre sur Raymond Roussel, autour de la page 150, avant et après cette page 150, on l’a vu, je l’ai commenté la dernière fois, c’est le grand passage de Foucault qui analyse les visibilités chez Roussel. Là, vous avez un régime de visibilité d’un tout autre type évidemment que celui de Vélasquez et qui procède cette fois-ci par... de proche en proche. Comment, décrivant la bouteille d’eau minérale, l’étiquette de la bouteille d’eau minérale, Roussel procède par une espèce de construction locale qui va de proche en proche, où il nous dit constamment : à droite on voit ceci, un peu dans le fond on voit cela etc. tout comme, dit Foucault, comme si on passait d’une niche à une autre niche, comme si on enfilait une succession de loges et c’est cette succession de petites loges qui va constituer le cheminement de la lumière, un tout autre régime de la lumière. Si vous vouliez faire des exercices pratiques autour de ce qu’on fait là [ ???], on le fera peut-être plus tard, vous prendriez des régimes de peinture et vous vous demanderiez en quoi ce sont des régimes de lumière différents et quel type de singularités, quel rapport de forces ces régimes de lumières... Car, après tout, il y a des rapports de forces, tout comme je disais tout à l’heure, vous savez il y a des rapports de forces entre les lettres de l’alphabet. En ce sens on peut parler d’une politique de la langue : oui, dès le niveau, il y a des rapports de forces entre les lettres de l’alphabet. De même il y a des rapports de forces entre les couleurs. Rapports de forces entre les couleurs... c’est même..., rapports de forces entre les couleurs... les couleurs... vous pouvez les concevoir comme singularités unies par des rapports de forces dans un champ de vecteurs. Et, si vous considérez un traité des couleurs, quel qu’il soit, vous ne pouvez pas définir des choses comme le froid et le chaud, par exemple au niveau de la couleur, sans faire intervenir des forces.

S’il y a quelqu’un qui l’a montré de manière définitive, c’est Kandinsky, qui ne peut faire une présentation des couleurs qu’en fonction des forces affectées à chacune, en tant que les forces affectées à chacune déterminent déjà le rapport entre deux couleurs et le tableau ce sera l’intégration de tel et tel rapports de forces entre couleurs. C’est pourquoi la peinture de Kandinsky est très mal dite « abstraite ». Alors. Je peux dire que... bon... on l’a, notre solution. Vous vous rappelez, notre solution : mais comment est-ce que les deux formes peuvent s’entrelacer ? Comment les deux formes du savoir, le visible et l’énonçable, peuvent-elles s’entrelacer alors qu’elles n’ont rien de commun ? Notre réponse était : et ben, oui, elles ne peuvent s’entrelacer qu’à partir d’une instance qui est dans une autre dimension. Maintenant on l’a. On l’a, l’instance qui est dans une autre dimension et qui explique l’entrelacement des deux formes du savoir, c’est : la distribution des singularités et des rapports de forces entre singularités, c’est ce que j’appellerais une dimension informelle, la dimension informelle des rapports de forces par opposition à la dimension formée des rapports de formes, des relations de formes. Encore faut-il que l’on finisse par comprendre ce que veut dire : « les rapports de forces sont informels ». Il nous reste beaucoup à faire, parce que « les rapports de forces sont informels », c’est un mystère. Mais surtout, vous voyez bien que, lorsque Foucault emploie le mot « rapports de forces », il ne veut jamais, mais jamais, dire « exercice d’une violence ». Alors qu’est-ce qu’il veut dire, puisque le rapport de force est informel et ne consiste pas dans une violence, c’est-à-dire dans une destruction de forme ? Ça, ce sera notre objet dès la rentrée. Tout ce que je peux dire pour terminer, ben c’est tout simple. Qu’est-ce qu’il y a de commun ou quel est, sans doute, le point commun le plus profond entre Foucault et Blanchot ? Je dirais le point commun le plus profond c’est d’avoir établi, mais de deux manières très différentes, d’avoir établi un ensemble de liens intimes entre les trois notions suivantes : le neutre ou le « on », d’une part ; d’autre part, le singulier ; d’autre part, le multiple. Le neutre, ou le « on », s’oppose à la personne. Le singulier s’oppose à l’universel. Le multiple s’oppose à l’un et au même. Les trois notions sont…

 

4

…sont émises. Il est la forme de répartition des singularités. Quand je disais : penser, c’est émettre un coup de dés, et ben le coup de dès est toujours émis dans un « on ». « On » pense. Le singulier ne s’oppose pas, de son côté, ne s’oppose pas au « on », puisqu’il est pré-personnel, il n’a rien à voir avec une personne. Bien plus, ce serait pas difficile de montrer qu’une singularité est déjà un rapport de forces. En d’autres termes le vrai sujet, c’est la force. Et c’est par là que Foucault se retrouve nietzschéen. Et justement, le seul contresens c’est traduire : il y a de la violence partout. C’est si peu la pensée de Foucault. Foucault a absolument séparé le rapport de forces et l’effet de violence. On verra pourquoi. Enfin, le singulier ne s’oppose pas au multiple. On appellera « multiplicité » une constellation de singularités dans le « on ». Une distribution de singularités dans le « on », c’est précisément ça, une multiplicité. Ces trois termes autour desquels Blanchot tournait comme les trois constituants de sa pensée, je crois que Foucault leur a assigné des rapports et un statut très précis, ce qui n’était pas l’objet de Blanchot. Donc, on l’a notre réponse, encore une fois : qu’est-ce que c’est que cette autre dimension qui est seule capable d’assurer l’entrelacement des deux formes irréductibles du savoir ? C’est les rapports de force ou de pouvoir. C’est eux qui s’incarnent dans le tableau-visibilité, comme ils s’incarnent dans les courbes-énoncés. C’est donc dans l’élément informel du rapport de force et de la singularité que les deux formes du savoir peuvent trouver la raison de leur entrecroisement. D’où nécessité de dépasser le savoir vers le pouvoir, bien que savoir et pouvoir soient inséparables l’un de l’autre, au point que Foucault, à ce niveau, parlera d’un complexe indissociable un système pouvoir-savoir. Qu’est-ce qui peut bien se passer pour qu’à la fin de sa vie il découvre encore une troisième dimension et pourquoi en avait-il besoin ? Ce sera tout notre objet. Voilà, ayez de bonnes vacances, reposez-vous.

 

Notes

The part 2 audio file plays through stereo channel only. This coincides with the (approx.) 34:27 - 1:21:10 marks of the complete audio file.

Lectures in this Seminar

Lecture Date: October 22, 1985
Lecture Date: October 29, 1985
Lecture Date: November 5, 1985
Lecture Date: November 12, 1985
Lecture Date: November 19, 1985
Lecture Date: November 26, 1985
Lecture Date: December 10, 1985
Lecture Date: December 17, 1985
Lecture Date: January 7, 1986
Lecture Date: January 14, 1986
Lecture Date: January 21, 1986
Lecture Date: January 28, 1986
Lecture Date: February 25, 1986
Lecture Date: March 4, 1986
Lecture Date: March 11, 1986
Lecture Date: March 18, 1986
Lecture Date: March 25, 1986
Lecture Date: April 8, 1986
Lecture Date: April 15, 1986
Lecture Date: April 22, 1986
Lecture Date: April 29, 1986
Lecture Date: May 6, 1986
Lecture Date: May 13, 1986
Lecture Date: May 20, 1986
Lecture Date: May 27, 1986