Foucault / 18

April 8th, 1986

You have zones of probability for how many French go on vacation in Spain, etc. There are no more limits: you have no limits, you have no need to have any limits. You understand why this is not confinement? The third age can no longer be that of confinement. Confinement, one no longer has anything to do with it, since the assignable limits are replaced by the zones of frequency. It is the zone of frequency that counts. Why do you need to confine people since probability certifies to you that you will find them all on the highway [autoroute] on such and such a day at such and such an hour?

Seminar Introduction

After Michel Foucault's death from AIDS on June 25, 1984, Deleuze decided to devote an entire year of his seminar to a study of Foucault's writings. Deleuze analyses in detail what he took to be the three "axes" of Foucault's thought: knowledge, power, and subjectivation. The seminar led to the publication of Deleuze's book Foucault (Paris: Minuit, 1986), which subsequently appeared in an English translation by Seán Hand (Minneapolis: University of Minnesota Press, 1988).

English Translation

Edited

In the 08 April 1986 lecture, topics of discussion include: Foucault and the three forms of God, Man and Superman; humans and machines; the orders of infinity in the seventeenth century; the 'center of man' in the seventeenth century; Christ; Pascal; forces of the outside (dehors) and forces in humans; the Hegelian dialectic (reconciliation of the finite self with the infinite) and the Platonic dialectic; the principle of non-contradiction in Hegel (A is not not-A = the negation of negation); the negative as a force of thought, and the principle of non-contradiction in relation to the principle of identity; that the negative is not limitation, but rather a force; negative numbers; Foucault's The History of Sexuality, Vol. 1: The Will to Knowledge, and Discipline and Punish; the rise of biopolitics of populations, and the rise of the discipline of bodies; race in fascism; Nietzsche and the promise; the contract and the maximum in relation to goods (de biens); the right of the person; the power of control; how the law manages open multiplicities, whose limitations are not assignable, treatable only by the calculation and control of probabilities and social meaning (sens); population management and zones of frequency; why for Foucault the prison ceased to be an effective form of punishment; the organization of work time; Paul Virilio; roadways and control; the maritime hospital in the nineteenth century; exile and the visual grid (le quadrillage); the subject of law as 'the living' (le vivant) in humans, and no longer God or the personhood in humans; contracts and society as a third party; the transition from civil law to social law; two conceptions of law: the contractual relationship and the social law; the patient, the doctor and social security; 'the living' in humans in the name of quality of life; life in humans as the problem of law today; the epoch that abolishes the death penalty (foundational in the social law of sovereignty) yet produces the greatest genocide by getting rid of (se debarrasser) an infectious agent; German Jewish philosopher and writer Walter Benjamin, and the link between demonstrations by the masses and fascism; the status of images relative to law and the subject in the eighteenth, nineteenth, and twentieth centuries, respectively; and the French historian and philosopher François Ewald.

Deleuze also discusses how the three formations of sovereignty, discipline, and biopolitics produce three very different subjects of the law, respectively.  In the case of sovereignty, it has the power to levy, to take from people, and to decide on their death. In the case of discipline, it has the power to impose tasks on a small number of human multiplicities, taken within assignable limits, and to impose environments of confinement. The power of discipline is no longer the power to levy, but rather to compose forces that are useful to society. Hence, the legal constitution (la constitution juridique) of humans is no longer the relationship of people to the sovereign, but of human to human. In the case of biopolitics, Deleuze argues that it appears when the law begins to manage life. In contrast to discipline, biopolitics can operate on any number of open multiplicities.

 

Foucault and Stoneman in Death Valley
Foucault and Michael Stoneman in Death Valley, 1975. Photoraph by Simeon Wade. Source: Boom California.

 

Gilles Deleuze

Seminar on Foucault, 1985-1986

Part II: Power

Lecture 18, 08 April 1986

Transcribed by Annabelle Dufourcq

Translated by Christian Kerslake

 

What we have tried to clarify, once again, took place over a very short period – given that Foucault only considers short historical periods – over a very short period, consisting of the succession of three forms. The ‘God’ form, corresponding to the classical age, the ‘Man’ form, corresponding to the end of the 18th to the 19th century, and a form that, for convenience sake and because of Foucault’s allusions, we name with reference to Nietzsche, the form ‘Overman’, or the form of a near future. And you recall our theme: it is that, for once, this story of the overman is not at all as grotesque, nor as complicated as it has been presented, it means something quite precise. Namely that, in every way, the forms of God, man, overman, etc., are the expression of determinable relations of forces. When the forces … So that our general title could have been: when the forces in man enter into relation …

Three small points. ‘Three small points’ because the three points will have one variable. When the forces of man, in man, enter into relation with forces coming from the outside, depending on the nature of the forces from outside, the composite of forces will be the form ‘God’. The composite of forces always being a form. The composite of forces will be, in one case, the form ‘God’, in another case the form ‘man’, in another case what one can call the form ‘overman’. And the last time we attempted to specify this form ‘overman’ as form of the future and we arrived at the idea that the form ‘overman’ flows from a particular relation of forces. It arises when the forces in man – you see, the overman is not a monster – when the forces in man liberate a being of life, a being of language, a being of labour in man himself. I don’t want to return to it beyond that, we have already attempted to say how in certain way there is a being of labour in silicon; how in a certain way there is a being of language in what we call ‘literature’ in the modern sense of the word, and how in a certain way there is a being of life in what one calls the genetic code, with a wholly novel conception of biology and of life itself. Good. It is clear that there is more to say on these points, you yourself have said so, I would like to, I’m ready … but now is not the time to return to them.

I quickly made allusion to a text by Rimbaud, a great text of Rimbaud which in a way strongly chimes with great texts by Nietzsche in this regard: when Rimbaud sketches the man of the future in the great letter to Demeny, usually called the ‘Letter of the Seer’ [‘La lettre du voyant’]. A beautiful word, that, ‘voyant’.  What does the letter of the seer tell us? There is a paragraph, you will find it, for example in any edition of Rimbaud’s letters, there is a paragraph which interests me particularly since Rimbaud’s paragraph develops three ideas, three points. He tells us that this man of the future is man, just as I say … that this be the same for the overman: it concerns forces in man and the question of the power [puissance] to which the forces in man can be raised. Understand, that means: the ‘Man’ form does not exhaust the forces in man. The ‘Man’ form corresponds uniquely to a certain degree of power of the forces of man. If, for whatever reason, the forces in man attain another degree of power, you will have another form than the form ‘man’. All this is not complicated, it appears very simple to me, very clear, this history of the overman. It is not at all complicated, it is violently poetic; but it equally involves a very rigorous and precise concept, all this goes together. I’m saying that you will easily see that the relevant paragraph of the ‘Letter of the Seer’ is really constructed around three points. The man of the future is presented, as I said before, and this is Rimbaud’s exact expression, as ‘charged with [or responsible for] the animals themselves.’ He is charged with the animals themselves. That is the first point. I would say: it is man insofar as he has liberated a being of life.

Second point: he is charged with the formless [l’informe], says Rimbaud; that is to say, he is charged with the inorganic; it is that I called, for convenience sake, the revenge of silicon on carbon. He is charged with the rocks themselves. The rock, this is where silicon reigns, this is the reign of the inorganic. And here I would point out that under conditions that neither Rimbaud nor Nietzsche could have predicted, today it is true that everything we hear about machines of the third kind can be marvelled at as a revenge of silicon in relation to organic carbon. And that interests me a lot, so much so that at some point, maybe even this year, we are going to have to do a session on the relations silicon-carbon – for you recall that as a matter of fact the most interesting biologists, or the cosmobiologists, already posed the question long ago: why did life pass through carbon? Why not something else? That is a problem that gripped chemistry. If you do chemistry, this might well be what most interests you: why carbon? If you like, this is where philosophy rejoins science. To the question ‘why’ [pourquoi], when it is said that there is no reason [pas de pourquoi], this is not true. And why? Why? Well, that is a problem of sufficient reason. Why did life pass through carbon rather than through something else, why couldn’t it work otherwise? This puts into play all sorts of questions: the contingency of life; why this specific material?

And [?] we can always say (obviously it is complicated as you know) we are told that silicon, chains of silicon, would not have been stable. But that remains to be seen [?]; it depends on what conditions; what defines the stability of a chain? Good, but today, it is fantastic because … you see how the problem of the relations between life and machines can be posed … At the level of modern machines in particular it is what one calls the chips [puces] that are the fundamental element of machines of the third kind, and the chips are made of silicon. The machines of the third kind represent a veritable revenge of silicon on carbon. And now it is silicon that presents the incontestable advantages. One can conceive machines of the third kind on carbon. It has even already been announced, for the computers of the future, the machines of the future to come, wil return to carbon. We are indeed told that the true robots will be organic robots. There will be … this is a bit of a detour, it would be beautiful to give it a figure, we are in full prophecy mode. You see: you have the machines of the third kind, the modern machines which represent … founded on silicon, they represent the great revenge of silicon. There is a war of chemical elements. Carbon had stifled everything else at the level of organic chemistry. Everything passes through carbon; but the other elements protest. Protestation of the other elements. There is a stirring of the other elements deep in the night of the world, and then … revenge, silicon’s revenge, through the intermediary of our technology. The robot, the feedback machine, the computer, all this is the revenge of silicon. And then we are told that the true robots of the future will involve a return to carbon; they will be organised robots.

And all this is to say: this is the reign of the formless, it is the promotion of the formless, it is the man who liberates the forces of the formless, the forces of silicon. Well, the overman, it is rather complicated, and [?] don’t say to me that I am reducing it to scientism, the story of the overman … No! Because the relation with silicon is incarnated in certain technologies, but it overflows technology a great deal. The histories of the use of silicon, etc., infinitely overflows science since it will animate forms of art, it will animate all sorts of things, everything that puts in play the whole of the human condition, or the post-human, suprahuman or overhuman condition … whatever you want to call it. Therefore it interests me a great deal that after having said ‘man charged with the animals themselves’, Rimbaud adds, ‘man charged by the formless’; and I think ‘formless [informe]’ must be taken to the letter: inorganic, the rock.

And finally he adds ‘charged with language’. He says: a new universal language. Why does he say ‘a new universal language’? Because this is not a return to the universal language of the 17th century. A new universal language, which will be what? He specifies: “soul on soul” [l’âme sur l’âme].[1] ‘Soul on soul’ is curious because it is an expression so close to what Artaud will use, ‘a language which goes from the soul to the soul’ [un langage qui va de l’âme à l’âme], and which we saw – I don’t want to come back to that – that in a certain manner, it could define modern literature. Good. And in order to group the three notions together – ‘charged with animals themselves’, ‘charged with the formless’, and ‘charged with a new language’ – Rimbaud has an admirable expression: “thought latching on to thought and pulling” [la pensée accrochant la pensée et tirant]: this will be the formula of a kind of latch [croc] of thought. It is beautiful, “thought latching on to thought and pulling’, the latcher [crocheteur] of thought. The overman as latcher of thought with three arms: the formless or being of labour, literature or the being of language, the animals themselves or the being of life. Refer yourselves to the letter of Rimbaud. So that’s where we had got to. Any questions? Everything limpid? All okay? Good. Then we continue.

I note that we have wandered far afield. You understand. We must then return to more modest things, before finishing with all that. I would like to say, good, let us be more modest, and fall back on a less lyrical domain, less ...we will fall back [se rebattre] because it seems to me that this also exists in Foucault and that one will discover, displaced, a similar analysis at the level of what we could call ‘three juridical formations’. And this is what interests me today. Three juridical formations, or maybe we could discover the succession of three forms under another aspect: the ‘God’ form, ‘man’ form, form of something to come. This will be as three states of right [droit]. So it is on that .. Yes? Question in the audience?

Student: Inaudible.

Deleuze: I understand the first question. For me … er. The second question is not very clear for me. Say the second question again.

Student: Inaudible.

Deleuze: Mm, no. No, but it is interesting. Yes, one could say that, one could put it like that. Good, then what was the first question? That was the second question, and the first question was?

Student: ?

Deleuze: You quite rightly say that every epoch, whatever it is, has a certain concept of man. Yes, true enough, that does not mean that one thinks by relating the totality of concepts to the form ‘man’. We will therefore distinguish the concept and the form by saying, I suppose: concepts, you will always have them in every epoch, you have for example a concept of man, a concept of animal, etc., but the form is that to which the totality of concepts is related as their condition for being thought. Okay?

Therefore in every epoch, there is a concept of man. For example, in the Greeks, you even find several concepts of man: man as rational animal, man as political animal, etc. Going very quickly, I note that the 17th century, the classical age, breaks with this type of concept of man, it claims to substitute another kind of concept. For example, Descartes explicitly refuses to define man as rational animal. This is moreover very interesting in Descartes, for he says: it means nothing to call an animal rational, because it would be necessary to already know what it means to say animal and what it means to to say rational. That won’t work, it is to give oneself too many presuppositions. It is necessary to define man otherwise. So there are concepts of man which change, no problem. Good.

But, I say: in the classical age, the concept of man, whatever it is, relates itself to a form which, necessarily, cannot be the form ‘man’, that is to say, the form that allows for concepts to be thinkable cannot be the form ‘man’. The form which allows for concepts to be thinkable is the form ‘God’. But this is not simply … What you are adding is too abstract, if you like. You say, and it is true, that it is the form ‘God’ that allows for the thinkability of concepts in the classical age, because knowledge has for model things such as they are known by God. This is not false. This is not false, but it is abstract. That does not take account of what is living in a thought or in a circle. I believe that one could in fact assign a deeper reason from which yours could only follow. The deeper reason is this: it is not even that the classical age thinks starting from the infinite. Starting from the infinite, you could say that the theology of the Middle Ages already did that. What is truly new in the classical age, and is what, I think, makes that the classical thinkers incomparable, is that they throw themselves into an attempt which, really, belongs to them. It is not insofar as they think the infinite or start from the infinite, it is something rather different, to distinguish … because again to think the infinite starting from the infinite, you can say, that is already in Saint Thomas, … or there are already many currents in the Middle Ages.

What appears incomparable to me … here I am talking a little on my own account, because this is not the aspect that interests Foucault. But I say to myself: a further reason, which justifies him in every way is a very bizarre project, it is that the 17th century does not cease to distinguish orders of the infinite, and it is that which is … [?]. And think how original this is – at first sight, when one says the infinite, one says the infinite, there, it is not simple but … – that there are distinct orders of the infinite and one has to disentangle the orders of the infinite … I would say that for classical man, all is infinite, but all is not infinite in the same sense and in the same fashion. This is a rather mad task, the putting of order into the infinite. It is because of that that I would say to you that, for me, the great 17th century texts, those which are signed 17th century – and it is through this that they remain eternally modern – are those which try to distinguish the orders of the infinite: do not confuse this infinite with that infinite. And they all mobilise theology, mathematics, physics, all the sciences, the arts, in order to introduce an order into the infinities. To distinguish the orders of the infinite. And all the anxiety of the 17th century, it is not simply about the fear of losing oneself in the infinite. The anxiety of the 17th century is the fear of being submerged by the infinites into which order could not be put.

So you can see that the situation of man in the 17th century is, I would say to you, that man has lost all centre; one sees it very well in Pascal. If it appears in Pascal in particular, it is by virtue of the Pascalian genius, but it is the same for everybody. One no longer has a centre. The whole beginning of Descartes, the whole beginning of Descartes’ Meditations, is: where is it that I can find a centre? Thus, they will be able to find it to the extent that they order the infinites. There is an order in the infinites, a first infinite, a second infinite, a third infinite, etc. Perhaps one will be able to recognise oneself there, and recognise man, in all these infinites. So that man will be thought, but he will evidently be thought in his relation with the infinites, that is to say, in relation with the form ‘God’, since all the orders of the infinite must indeed flow from the form ‘God’. All the orders of the infinite flow diversely from the form ‘God’. For example, the infinity of the world, it is obvious that the infinity of the world would not exist, would not be, if the world had not been created by God. It is therefore an infinity undone [défait]. Whilst the infinity of God himself is an infinity through itself. God is infinite through himself, while the world is infinite through its cause (which is God), it is not the same infinite, there are already two orders of the infinite. Thus what is the situation of man [?]? Man, he is in the world, he participates to the infinite of the world, but he is in the image of God. It will be necessary to discover the place of man in these orders of the infinite. And to think man will be: to assign the place or places he has as a function of the form ‘God’.

With the result that what is thought is in effect the form ‘God’. There is no form ‘man’. There is no form ‘man’, why? For the simple reason that the form ‘man’ is just the limitation in certain aspects of the form ‘God’. It must simply be said that in order to have the form ‘man’, it is enough to say: which aspects of God happen to be limited in order to constitute the form ‘man’? Descartes’ response is famous: the forces in man are the understanding and the will. And the astonishing response of Descartes is: the will in man is infinite, as much as in God. Therefore, at the level of the will, there is no difference. The will does not tolerate finitude, bizarrely enough, in Descartes. It doesn’t matter why, but in return man only has a finite understanding. God has an infinite understanding. In other words man will be defined by the finite understanding, the finite understanding being a simple limitation of the infinite understanding. From that moment what is thought is the form ‘God’, the infinite understanding. Thus at the level of the infinite understanding, you are right: it is there that the problem ‘to know the things as they are’ appears. It seems to me that that deals with the first question.

The second question: what happens? At the level of the discovery of finitude which will be the condition of constitution of a ‘Man’ form. You see, the form ‘man’ connects up very well. When does it emerge? Starting from the moment where the finite is no longer apprehended as a simple limitation of the infinite, but seized as a positive force in itself, or a force of opposition. Now, for the 17th century, it is true that the finite is limitation and not opposition. The finite is a limitation of the infinite, it is not opposed to the infinite. In order for the form ‘man’ to emerge and destitute the form ‘God’, it is necessary that finitude should be seized as positive force, as positive force irreducible to a simple limitation.

At the level … Let us take up a logical discussion. The principle of identity, A is A. It is an old principle, it is a very old principle, the principle of identity, but it is very interesting. And it was already well known by the Greeks. Then we make leap as we do not have time to examine each historical formation. (It would be necessary to ask: in the formation of the Greeks, what is the principle of identity?) I jump to the classical thinkers, to the classical formation of the 17th century. Obviously, they have a very original way of making use of the principle of identity. ... I think that in a certain manner they carried the principle of identity up to the infinite, right up into the infinite, which is completely foreign to the Greeks. To carry the principle of identity up to the infinite … this is really a bizarre idea! You will find the purest expression of it in Leibniz. It is an astonishing coup de force. To carry A is A into the infinite, that is to dream, it is a beautiful enterprise, a great and beautiful enterprise.

Question: [?] They have made a guarantee of …

Deleuze: Of the infinite? Yes, or the inverse.

Student: They need a guarantee because that does not hold …

Deleuze: Yes, they need a kind of foundation, which they will only find in the infinite, for the principle of identity itself. Which makes possible an astonishing philosophy, again, which is the philosophy of Leibniz. Fine, but so what? What produces the 19th century, or what appears starting with Kant? A complete veering off [déportment] of the principle of identity, which is expressed how? A recusation of the very formula of the principle of identity … that has the air of nothing, all that, but it is so important! All the forms of thought pass … Formula of the principle of identity, this was, if you like, A is A. A is A. Well, starting from a certain period, one can no longer say A is A. And why can one no longer say A is A? There are a thousand ways of no longer saying that A is A. You know, all that is complicated. Because here we have men. God is dead and men arrive, and when men arrive, they say, they say amongst each other: we can no longer say A is A. And why can men no longer say A is A? Follow me closely here. Men can no longer say A is A, because they cannot know if there is a A. Who could tell them that there is an A? God. If God is dead, if the form ‘God’ gives way, A gives way. A is A, if there is A. So the principle of identity receives a little complement which will ruin it, which will ruin its formulation. A is A? Yes, of course: on condition that there be A. That is not the same as saying: ‘if A exists’, but ‘if there is something to think, if a concept exists.’ What proves to me that a concept exists? Yes. If there is A, then A is A. Good? In effect they have inherited the principle of identity from the time this principle depended on the form ‘God’.

Therefore, if the form ‘God’ vacillates, the principle of identity becomes hypothetical. If there is A, then A is A. Good. The principle of identity has lost its value … as is said in philosophy, where it is an indispensable piece of terminology, what is called an apodictic value in logic or in philosophy … the principle of identity has lost its apodictic value, that is to say, its logical necessity. It no longer has anything more than a hypothetical value. If there is A, then A is A. Hence the necessity that the principle of identity should be latched onto another categorical principle, another apodictic principle, an apodictic principle that can no longer be supplied by the form ‘God’. Again, what you just said is quite right: it was God, the guarantor of identities; it was God, the guarantor of identities [Deleuze repeats]. But there is no guarantor anymore. Where to find a guarantor? That would be another guarantor.

Well, a wholly different guarantor is known. Starting with Kant, what is it? The guarantor of the principle of identity ‘A is A’, is ‘self equals self’ [moi égale moi]. This is the ‘I think’. Self equals self. Every identity finds its guarantor in the identity of the consciousness of self [conscience de soi]. This is because, me [moi], I think that A equals A, if there is a me. But ‘me, I think’ is not referred to a hypothesis. ‘Me, I think’ is the new apodictic principle. And if A equals A it is because the ‘I think’ accompanies every concept. ‘Me equals me’ [or ‘self equals self’] accompanies every A. This is what Kant will say: the ‘I think’ accompanies all my representations. The ‘I think’ accompanies each of my representations, in other words every A refers to ‘me equal to me’. You will say: but ‘me equals me’, what interest is there in all that? ‘Me equals me’, this is the position of the finite self. It is the identity of the finite self which now guarantees the identity of the principle of identity. This is constitutive finitude and this is the form ‘man’. That is the form ‘man’, it is the identity of the finite self. And the post-Kantians will say it explicitly: if A is A – for example these are the formulas that you will find explicit in Fichte – if A is A, it is because me equals me. You see: the self is not an A among others. Self equals self, this is the position of the finite consciousness which will guarantee the identity of everything that is thought. The form ‘man’ replaces the form ‘God’.

So in this history of constitutive finitude, once again, which starts with Kant, Heidegger is only one terminus of the distance covered. It traverses all the … It is the synthesis of the finite self. If you like, to sum it up, the synthesis of the finite self replaces the analysis of the infinite God. This will be the great Kantian reversal, the passage from the form ‘God’ to the form ‘man’. But I draw your attention to it … if you like, there is always …. The two are legitimate … When you try to characterise something, it is necessary to maintain both. The abstract formula – for example, if you want to abstractly define the theory of knowledge in the 17th century, it is not enough, you must arrive at the discovery of the problem, the lived problem, the problem which, even if it is a completely intellectual problem, affects everyone. Once again, in the 17th century, they no longer knew where they were. They absolutely no longer knew where they were, because everything is infinite and the latter is made of infinities of diverse orders. And this is their concrete problem. To find techniques, for example ... Then, for example, the concrete problem becomes ... You can convoke all the disciplines around it, when you grasp the concrete problem that stretches out in an epoch, which appears, which seeps throughout an epoch, and you can better understand how things refer to each other.

Good. Well then all the mathematicians ask themselves how they will dominate, how they will come up with an instrument capable of bearing, not upon the infinite, but upon an order of the infinite which will be the mathematical infinite. Thus the proliferation of methods around the infinitesimal calculus. But, in painting, it is a completely different problem: you have a discovery, you have the transformations of perspective, you have discoveries about light, light independent of the contour of objects, which here also refer back to a very particular order of the infinite. And, in the great theological texts, you have the attempt to distinguish the orders of the infinite: ‘Attention! The infinite is not ….’ etc. And everywhere a kind of anxiety: where to find a centre for man?

 

Hence the Pascalian theme: man does not have a centre, man no longer has a centre. And the last hope: can Christ be considered as the centre of man? You understand, when one says ‘can Christ be considered as the centre of man?’, that certainly still interests many people today, but it appears all the same as a problem no longer completely adapted to our concerns. Not in any vital sense. It is a concern, as Nietzsche would say, for the last Pope, but it is no longer such a concern for us. And nevertheless, if you replace … For example, if you re-read Pascal’s texts, you understand it  [?] to say: but can Christ perhaps considered as the centre of man? That means what? That means: man, in the language of the 17th century, no longer has any kind of centre at all. Why? Because the universe is infinite. Thus here one understands how Pascal can remain absolutely modern. This is of an absolute modernity because … Obviously it is not for the same reasons that the man of the 17th century no longer has a centre and that we ourselves don’t have one, it is not for the same reasons, but after all that gives us something to talk about with the authors of the 17th century, it at least makes for a dialogue. They are groaning down there, in the depths of their 17th century: ‘We have lost the centre!’ And we can reply to them: “Ah well, that’s okay, because we have too!” But we will see in what different manners. And then leads one to say to oneself: ah, but was there ever anyone who really had a centre? If yes, then what went wrong for them, if they had a centre? It is no longer holding. But what is it to have a centre? Perhaps they groaned under their centre. It was perhaps no good any longer, all that. There was never anything very good about it. But that allows … that nourishes the conversations across the centuries, and, above all, allows you to see that Pascal has lost nothing of his greatness and his power. There. Does that work, have I replied? Yes? Too much even! (Laughter).

 

So now let us return, more modestly still this time. The ages of right. … Yes, and I add something because I would like certain among you to reflect on it [?] … Again I would say Foucault has never taken on (and this is his rigour) anything but short, well-determined periods, except, as we see, at the end, right at the end, where he considers rather long periods, but that will be a mystery for us: what persuaded him that he had to consider long periods at the end? But up to then, again you can see for yourself the extent to which his books cover short periods, short durations, the largest being from the 17th century to the onset of the 20th century. But I would point out that if you accept the method he confides to us, as we have understood it up to this point – namely, the relations of forces being given in a historical period, to seek the form that flows from it – for my part, I think it is a method one can apply to completely different periods and I would say that evidently Foucault always forbade himself from talking about (except for some allusions) the historical formations of Asia, the historical formations of Africa, the historical formations of ...; he kept to Western Europe and to certain very determined segments of Western Europe, and he wanted above all not to leave them.

 

And, once again, what we can affirm in all confidence is that the form ‘God’, the form ‘man’ and the form ‘overman’ absolutely exhaust nothing, they do not exhaust the universe of forces and, certainly, there are other relations of forces between the forces in man and the forces of the outside that give a place to wholly different forms which are neither God, nor man, nor over-man. For example, it would appear very interesting to look a little into what the Indian forms are, what the Chinese forms are, the Asiatic forms more generally, the African forms. But for myself, I believe that there will be, that one could find, forms which in effect will be no longer God, nor man, nor the superman, but which will be extraordinary vegetal or animal forms, the forms of the garden, the man-garden … finally, there I stop because …! The man-garden or indeed the forms man-animal … the man-animal …I’m not really thinking of the histories of totemism. I am not thinking of totemism, totemism is a concept. This is much better than that. I want to say relations of forces will be thought in relation with vegetal forms, with animal forms. Not existing animals, of course, this would rather be an affair of relations of forces, and animal forms would take account of these relations of forces. This is to say that this will be a very, very rich domain. For my part, it is India that interests me above all in this regard. It would be necessary to take it up again … There is a very important author on this called Haudricourt, who was a specialist on agronomy and who discussed the role of the forms of garden in Asia and of the vegetal forms in India and in animal forms. He makes of India a kind of intermediary between the Occident and the Orient; what he says is very curious. There would be much to look into. … Perhaps there is the equivalent of Foucault did to be done at the level of non-European civilizations. Little matter … this is just to say.

 

Student: There is a question which returns every time for me, it is: in the relations of forces [?], [Foucault has] selected three types of vecteurs [?]. But is it that there will no other forces, other systems [?]. But what allows for the selection, on the basis of what criteria does one choose [?] as centre [?].

 

Deleuze: Yes, the question is very well founded. But we gave a response to it when you were not there. But as I do not know if everyone has taken account of our response, I seize on the occasion in order to … there is no fixed formula in Foucault, everything depends on the period. You have raised “life, labour, language’. Why does this ‘life, labour, language’ arise and when? It arises uniquely for the form ‘man’, so there is no invariable formula. It is not … One does not interrogate life, labour and language in every formation. And why is it that, at the level of the form ‘man’, it is ‘life, labour, language’ that counts? For the simple reason – one can think that Foucault is not justified, one can think that he is justified – that for Foucault it is the triple root of finitude. And it is because ‘life, labour, language’ are the three forces of finitude that the form ‘man’ will be thought in relation with life, labour, language, since the form ‘man’ appears when the forces in man confront the forces of finitude. Now, the three forces of finitude, these are ‘life, labour, language’, according to Foucault. With regard to that, in fact, everything is open, one can reflect, one can say to oneself: has that convinced me? But there is no place for dispute in my opinion. We can all say to ourselves: look, what does that mean, ‘life, labour, language’ are the roots of finitude?’ Is it that there are no others? Is it this? Is it that? [?] The fact is this is Foucault’s schema. But in the classical age the forces of finitude are not concerned, therefore it does not concern life, labour and language. It concerns, I say, orders of the infinite. In the classical age, the forces in man are not referred back to the forces of finitude; the forces of finitude are not recognised. Labour is recognised, language is recognised, life is recognised, but they are not set up as positive forces. They are set up as figures of limitation.

 

Therefore the forces in man in the classical age are not at all confronted with ‘life, labour, language’ as forces of finitude, rather the forces in man in the classical age are confronted with orders of infinity, that is to say, of that which can be raised to the infinite. And what can be raised to the infinite? It is not labour. You see how labour, for Foucault, is a force of finitude: it precisely cannot be raised to the infinite. Will this not be so by definition in all the senses of labour? If you take the physical sense of labour as a force, an infinite labour strictly has no meaning, it is a non-sense, it is like an infinite speed. ‘Infinite speed’, this is an expression devoid of meaning. Then so is ‘infinite labour’. So is an infinite life. None of that has any meaning. To make up for it, the classical age will therefore recognise what? What can be raised to the infinite, namely, not labour, but wealth. You say to me: wealth cannot be raised to the infinite … Yes. In the conditions where the 17th century thinks wealth, in relation with the land, supposed to have an inexhaustible power by right, wealth can be rasied to the infinite. Hence Foucault’s idea: in the 17th century, there is no political economy, because political economy is founded on labour and on the finitude of labour, and to make up for it, there is an analysis of wealth. In the same way, there is no biology because biology supposes the finitude of life. But there is a natural history that can be raised to the infinite. In the same way there is a universal grammar, there is no linguistics. And in the third age, the age of the overman, there are yet more novel forces. For, in fact, I have tried to show that even if one keeps the same words, ‘life, labour, language’, labour in the sense of the labour of machines of the third kind no longer has anything to do with the labour of energetic machines or human labour. Therefore different forces intervene every time, there is not at all a stereotyped formula in Foucault where each formation would be confronted with the same forces of the outside. Every time, moreover, in order that a form can change, it is necessary that it enters into the play of new forces of the outside. There. Yes?

           

Question: [?]

 

Deleuze: I would reply as follows: at the point where we are, these are questions that slightly get in my way because … I’m replying in a slightly disordered way. I will reply on two essential points in your questions. On the one hand, dialectics, on the other the principle of identity. Dialectics, the principle of identity: at the point where we are, I would rather not give a general response; if I focus on the point where we are in our analysis, these are empty notions insofar as it is not said what formation you are considering; there is no univocal principle of identity. Just as there is no univocal dialectic. If I interest myself in formations that employ the word ‘dialectical’, I can see that this is a word that appears in the Greek formation; and which then has a long history in the mediaeval formation. I do not believe I am exaggerating in saying that it disappears from the classical formation. Even if one can find it here or there, it is not a strong element. It reappeared in a triumphal form, but wholly different, in the 19th century formation. So I just say: if you say to me ‘what is the place of the dialectic?’, I say: in which formation?

 

Question: [?]

 

Deleuze: Then I would say: in the Hegelian formation …  in the 19th century formation, the Hegelian dialectic appears to me typically as an operation belonging fully to the 19th century, through which the synthesis of the finite self, which the dialectic supposes – and it is though that that the Hegelian dialectic is absolutely different from the Greek dialectic – the Hegelian dialectic is post-Kantian, that is to say, it presupposes the finite self as foundation and it operates … what is proper to the Hegelian dialectic is the claim to reconcile the finite self with the infinite. This is an impassioned endeavour, it is a grandiose endeavour, but it implies the determination of the new foundation as being the finite self, ie. it implies the Kantian position of departure that Hegel never rejected. What Hegel wants to show through the dialectic he constitutes is how the moments of the finite self go on to be a veritable reappropriation of the infinite. This is what he does. It goes without saying that when Plato talks of dialectic, it concerns something totally different that belongs to the Greek formation. That would lead to a problem: why the same word? No doubt there are relations. To be sure, something is passed from Hegel to Plato, Hegel reactivates something Platonic.

 

But at the point where we are, I can’t go into the dialectic in general. I can enquire into the respect in which Hegelian dialectic fits into the 19th century formation. If you ask me this question, I reply: obviously yes, since Hegel always recognised that the principle of identity refers back to the finite self. This is even why he claims to transcend the principle of identity, in order to reconquer the infinite.  Now how will he transcend it? Well, he will transcend it in a manner which seems very beautiful to me and which will precisely always show finitude as force of position. Finally, he will say: it is not identity which counts, it is the principle of contradiction. That is the Hegelian originality that will reconcile the infinite and the finite, it is to displace the principle of identity towards the principle of contradiction.

 

Listen to me carefully in this regard, because it is not complicated, all that. The principle of non-contradiction is A is not not-A , the principle of identity is A is A. The principle of non-contradiction has been known for a long time, and any logician worth his salt has always said: yes, the principle of non-contradiction flows from the principle of identity: if A is A, A is not not-A. What does Hegel do? You would have to be an imbecile … I don’t mean anyone personally, because certainly nobody has fallen into such an error … You would have to be an imbecile to believe that, as one says … no! As nobody could say it, ever! …, to believe that Hegel reverses the principle of contradiction and believes that things contradict themselves. It is truly necessary to be an imbecile. One would have to be feeble-minded. For, what does Hegel do? Imagine a not particularly bright child who has badly understood Hegel; he would say: this Mr. Hegel is a joke philosopher, who says A is not-A. One can always say whatever one likes, but it would be a joke of an idea to say A is not-A. The interest in doing this would be very little, first of all, then it would be idiotic, it would be truly idiotic. Anyway, he is not on this level, Hegel. What does he say, Hegel? Like everyone else, he says ‘A is not not-A’: only he is the first to take it seriously. The others say, A is not not-A, but they do not know what they are saying. They believe that they have contented themselves with saying A is A in another manner. Then Hegel arrives. It is quite astonishing, the story of Hegel. Because he arrives at the heart of it, he risks being understood as saying A is not-A. Hegel turns up and says: you have noticed nothing when you say: A is not not-A. Why do you say A is not not-A?’ You are justified in saying A is not not-A, but if you start from the principle of identity, you will never generate the principle of non-contradiction, there is a frontier from one to the other. From A is A, you cannot conclude A is not not-A, and nevertheless one must say: A is not not-A. Why? What appears that is new in A is not not-A?

 

Well, what appears that is new is that there are two negations. When I say A is A, ‘the triangle is a triangle’, fine, that is something. But when I say: the triangle is not the non-triangle, then why the devil I am introducing two negations? And the triumphant remark of Hegel is that identity is only a result. Namely, in order to posit its own identity, it is necessary that the thing is opposed to what denies it: two negations. In order to posit its own identity, it necessary that the thing is opposed to what denies it, A is not not-A. A is not (opposes itself to) not-A (to what denies it). Therefore identity is only a result of the principle of non-contradiction. It is necessary that the thing confronts what is opposed to it and denies what is opposed to it in order to posit its identity. Good. One can say that he introduces the negative as a force in thought; the negative is no longer a negation, as in the 17th century, the negative is a force. The power [puissance] of the negative. With the result that, far from saying A is not-A, Hegel is the one who says A is A, but in order to say A is A, it was necessary for you to say A is not not-A. It is the principle of non-contradiction that is first in relation to the principle of the identity. Understand that an idea as simple as that – even if nobody had ever had this idea – an idea as simple as that, that is what makes a great philosopher. But then, if you imagine someone who says ‘Hegel, he’s the one who says A is not-A’, you can see that, on the one hand, he destroys everything that is interesting in the idea, and moreover he no longer understands anything of anything. I say: Hegel, he is not the one who denies the principle of non-contradiction, he is on the contrary the first to take this principle seriously, to the point of positing it as first in relation to the principle of identity. And he goes on to derive his whole conception of the dialectic from it: you cannot posit the identity of the thing unless you have traversed a speculative adventure through which it confronts its opposite, that is to say, it confronts what denies it and itself denies what denies it. And this will be the Hegelian dialectic, which has nothing to do with the Platonic dialectic. You understand? Then I hope to have vaguely replied to your question.

 

Question: Was this not already due to the introduction, in the preceding century, of negative magnitudes, what Kant will call the negative magnitudes?

 

Deleuze: Yes indeed. That is why it is Kantian. That assumes two things: it assumes the discovery that the negative is not a limitation, is not a negative of limitation, but a force; and that supposes the finite self. That is to say that in fact the text from which, in this regard, everything flows, is Kant’s text, when he says: a negative magnitude, a negative quantity, – 2 for example, is not a limitation. It is a positive force oriented opposite the force + 2. With the result that, even here, there is a very simple arithmetic armature: negative numbers, just as in the 17th century, there was the differential calculus. But it is not at all that mathematics inspires philosophy, it is rather that what is a problem in mathematics has its corresponding problem in philosophy and inversely.

 

There. Shall we go on? So we fold ourselves back onto … But that will not be the same thing. We will try to separate out three juridical forms, and it will confirm to us that each of the three forms we have seen, God, man, overman, is never pure and one can never say that it is perfect. I insist on this because I have some concerns … Do not believe that … that when we become overmen, with our silicon, our animals and our literature, everything will go well. No. It would be even be necessary, I think … Nevertheless, it is complicated, you know, when one writes, it is very difficult because, in order to make oneself understood, it is necessary to make simplifications, even Nietzsche … When Nietzsche talks of the overman, one has the impression that it a radiant dawn. But it is not necessary to understand it like that. It is justified; sometimes it is necessary to go quickly; but it does not happen like that. What happens is very different. When the ‘God’ form reigns, everything did not go well then either. One was under the ‘God’ form, but what did man have to endure under the ‘God’ form? What he had to endure, the existing man! The crusades and the wars of religion … all that. And with the ‘Man’ form, the great humanist form, none of that is interrupted. At the moment of the ‘Man’ form, there is still what Nietzsche calls the Last Pope; the Last Pope labours under the form ‘man’. And for those who know Nietzsche, I think that one must periodize the fourth book of Zarathustra in particular: the Last Pope works over the form ‘man’, but the form ‘overman’ will be worked over by what Nietzsche calls (even if this jars slightly with the text, it is necessary to introduce this periodisation), by those Nietzsche admirably calls the Last Men. The Last Men take part in the form ‘overman’ in their bustling way. So one can see that each form continues to be the place, to talk like Foucault, of a combat, or of multiple combats; or a strategic place, strategic places where the combats continue.

 

Here is my theme, if you like, my general theme: following the path of Foucault’s research, can one sketch out the juridical formations corresponding to the form ‘God’, the form ‘man’, and the form ‘over-man’. I think you can if you proceed to take up Foucault’s texts in other books apart from The Order of Things, the great texts concerning right [le droit]. And here again, there is a very localised evolution, why? Because Foucault insists a great deal on the juridical model, the juridical taste, of Western Europe, from the Middle Ages to the 20th century. And this juridical taste is very proper all the same to Western societies. So here again one finds the short period studied by Foucault. But if I take Foucault’s books to the letter, two books in particular, how should I put it? Discipline and Punish presents us with two juridical formations, one form that is called ‘sovereignty’, proceeding roughly up to the threshold of the 18th century, up to Napoleon; and following that, the disciplinary formation, of course in preparation before Napoleon, but which breaks out after Napoleon.

 

(3) Sur Foucault Le pouvoir année universitaire 1985 1986 10 Cours du 8 avril 1986

Gilles Deleuze aut participant RequestDigital

46 min 08 sec

 

The following book, The Will to Knowledge, marks an advance; this advance, if I take it to the letter, consists in saying: the disciplinary formations do not consist only in a discipline of the body. Beyond that, is joined to it something about which Discipline and Punish doesn’t say a word. Something is joined to it that is very different from the discipline of the body, namely, a biopolitics of populations which both appears and is developed in the current of the 19th century, although it has been prepared from the end of the 18th century. And this biopolitics of populations, I quickly indicate (since it is not his project) that Foucault pursues it up to our own period, making numerous allusions to fascism and to the importance of a biopolitics of populations from the point of view of race in fascism. So it seems to me that in Foucault’s texts as he has left them – I am not saying that it is necessary to select one – many factors made possible the distinction between three formations and not simply two. There would be … I will try to be clear, for in fact the rise of the biopolitics of juridical populations appears to me as historically posterior to the rise of the disciplining of bodies. Therefore, even if there is an overlapping, using Foucault’s texts as a basis one cannot rule out the ensuing hypothesis of three (and not two) juridical formations.

 

First: the formation of sovereignty, with the French Revolution as termination, broadly corresponding to the Middle Ages in part and the classical age. Absolute monarchy.

 

The second formation: the disciplinary formation of the post-revolutionary period, Napoleon and the 19th century. And, of course, in the process of being unlocked already at this period, the apparition of the third formation, founded this time on a biopolitics of populations, sketched out in the 19th century and bursting forth in the 20th. You see where I want to get to: corresponding to these three formations, there would be three very different subjects of right, three very different juridical formations. How to name the third, if one manages to isolate it? One will say, to use the word that the American author I spoke to you about with regard to literature, Burroughs, makes use of, this is a formation of the power of control. One would therefore have: power of sovereignty, disciplinary power or power of discipline, and power of control. What is the terrible power of control of which Burroughs has made a portrait? I am saying this, I authorise myself in saying this, because of his admiration for and his knowledge of him; Foucault’s admiration for Burroughs – despite the fact that, to my knowledge, he never mentioned him in his writings – was very great, and the analyses Burroughs had made of social control in modern societies after the war had particularly struck Foucault.

 

Let us try to characterise these formations. In the case of the formation of sovereignty, I will go rather quickly: Foucault gives it two interesting characteristics. These are the operations of deduction [prélèvement]: there is a power consisting in deducting from man on the one hand, and on the other hand, deciding death. This is the right of the sovereign. Good. I do not want to say more on that, it would involve too much. I say this: you can agree that one could say: this is, in pure right, the God-form. The subject of right is God. That is to say, the sovereign. Identity of the sovereign with God, why? God is on the one hand he who deducts – the deducting is God’s share [la part de Dieu], sacrifice is God’s share, it is the economy of deduction, the economy of sovereignty. And on the other hand, it is he who decides on death. It is the judge.

 

What happens when one passes to the disciplinary societies? In disciplinary societies, as we have seen, so I can go relatively quickly, there is a little regrouping. Maybe you recall how Foucault defined discipline. To discipline was to subject a small human multiplicity, taken within assignable limits, to a series of determinate operations. It was to discipline it: precisely, to impose tasks. To discipline for Foucault was to impose tasks on small human multiplicities, taken within assignable limits. And he responded: what appears in the 19th century is the formation of great milieux of confinement: prisons, schools, barracks, factories, etc. You see. I say this is discipline. You can see what this opposes, it no longer involves deducting, it involves the composition of forces. Why the composition of forces? It involves the composition of forces in order to produce an effect greater than they would have produced if they had remained isolated. To compose forces as a function of obtaining a useful effect. It no longer concerns deducting, it concerns composing, it is a completely different goal. It no longer involves deciding on death, it concerns the disciplining of bodies. I think that, according to Foucault’s analyses, one can say that it is in this disciplinary formation that the notion of man, that the juridical form ‘man’, is constituted. And what counts in such a formation, in effect is not the relation of man with the sovereign, it is the relation of man with man in order to derive a maximum of effects. The subject of right is no longer the sovereign, the subject of right is man.

 

Then, looking at the options, you will say: either the third period almost comes down to the same as the second; or it is a complication of the second formation … But for myself I believe it would perhaps be interesting to stretch things and to say: this is truly a third formation. What is it? The third age of right, at the level of the biopolitics of populations. What is the biopolitics of populations? How is it distinguished from the training of bodies, from the discipline of bodies? It is absolutely distinguished because this time it concerns what? The biopolitics of populations appears when right sets about administering life, says Foucault, administering life in any open multiplicities whatever. You see the importance of the difference between discipline and biopolitics. The one is in an open space, with large multiplicities to which limits are not assignable. They can only be treated by the calculus of probabilities, hence the development of the calculus of probabilities and the meaning [sens] of the social control of probabilities, the probabilities of marriage in a nation, the probabilities of mortality, probabilities of natality. Natality, nuptiality, mortality … I am looking for others: planning [planification], expansion of cereals, the uprooting of vineyards. Vineyards, cereals: these are populations also, it is not only men who are populations. What is involved is truly administrating populations, in open spaces. It is necessary to reduce the cows? That is what administration [gestion] does. It is more than discipline, it is more than the disciplinary society, so what is it?

 

This is why the word ‘control’ … There is a social power of control that is very different from disciplinary power. Maybe the power of control took root, sketched itself out, at the same time as disciplinary power was consolidating itself. But it is not the same juridical formation, it seems to me. And it is not the same subject of right. Why is it not the same subject of right? We have seen that the subject of right of the formations of sovereignty is in the last instance the sovereign, that is to say, God. The subject of right of discipline is man. The disciplined man. Discipline has the function of forming man as subject of right. And man as subject of right is man in relation with man, in such a way that the maximum of useful effects arises from their composition. Note that the form, from that moment on I would say, the subject of right is no longer God, it is the person. In the humanist age, the subject of right is the person and rights [droits] are the rights of the person, and what is the person? It is man as a disciplined being.

 

This is what Nietzsche will say so admirably: man is a being capable of keeping promises. This is the subject of right [droit]. The disciplined man or, as Nietzsche will say more pugnaciously, the domestic man, giving his ultimate definition in the marvellous pages of the genre ‘how to train man …’ – this will be the Nietzschean version of Foucault – how to train man to keep his promises? There is a training of man which makes of him a subject of right, that is to say, which makes of him a person. And the relation of person to person, the whole of the right of the person in the 19th century, is the contract. The contract is the relation of person with person in such a way that from this conjunction of persons arises the maximum of goods. All of that might make you dream of far off times. As it is an old thought. As you must already be anticipating, right no longer thinks of the person. Nevertheless, these are the notions that seemed sacred. So that is what happened in a time that is now distant. But now I say we are in the age of the biopolitics of populations. The population can be equally cereals, sheep, vineyard, men; all of that is included in populations, that is to say, the numerous multiplicities without any assignable limit except for the limits of probability. The scales of probability replace the assignable limits of confinement. That is to say, the zones, the zones of probability. You have zones of probability for how many French go on vacation in Spain, etc. There are no more limits: you have no limits, you have no need to have any limits.

 

You understand why this is not confinement? The third age can no longer be that of confinement. Confinement, one no longer has anything to do with it, since the assignable limits are replaced by the zones of frequency. It is the zone of frequency that counts. Why do you need to confine people since probability certifies to you that you will find them all on the highway [autoroute] on such and such a day at such and such an hour? It goes without saying that confinement is absolutely useless, in this regard it even becomes costly, it becomes stupid, it becomes socially irrational. The calculus of probabilities is much better than the walls of a prison. So this is a power of control and no longer a disciplinary power. For my part, I think it is necessary to say it; and all the elements are in Foucault for one to be able to say it. The disciplinary power he analyses in Discipline and Punish is a finite power. The proof is that Foucault, at the end of Discipline and Punish, examines the question: why has prison stopped being such a pregnant form today?

 

You say to me: why should one say that? It is necessary to have the eye of a sociologist, and Foucault is obviously justified. Prison will survive, for years, decades, and will harden. But when things harden, it is a sign we are dealing with survivals. Everyone knows at the end of the day that the penitentiary regime is, with regard to our modern societies, an absolutely maladapted regime, which is no longer sustainable since there are too many people to put in prison, so it is no longer necessary to find disciplinary forms, it is necessary to find forms of control. And everything happening today, I would say it’s the same thing: the army explodes in the barracks, the students explode in their schools, what else ... the workers in their factories. This is why everyone has to listen very carefully to all the stories about a return to working from home, to part work; questions of the arrangement of labour time are questions that are absolutely fundamental today.

 

Again, we can agree that this does not mean that we are moving to better times, because the strategy continues at the level of formations of control. But all the evidence shows that prison is no longer adapted to punishments, the factory is no longer adapted to labour, school is no longer adapted to teaching; that is to say that it is the end of the disciplinary milieux which were milieux of confinement for arithmetical multiplicities. What is necessary for us are milieux of control, open onto probabilistic multiplicities. Now, they will be found, it is not necessary to make them, it is not necessary to make them [Deleuze repeats], the misfortune is on its way, but evidently there are still some people … but, you know, the types who say ‘make the prisons harder’, they do not even believe it, they know very well that the regime is completely screwed, that prison is finished, but their discourse nevertheless retains a meaning, which is that this could go on for 30 or 40 years; there could be another 30 or 40 years of this hardening. So yes, before control has fully shown itself, it will be necessary to assign … There are problems, you understand, when one assigns placements for working prisoners; the whole village does not want it, they say ‘why are they screwing us over?’, and all that. Planting a psychiatric clinic in a village creates problems; the people say: oh, we do not want all these mad people hanging out in cafes because …. All that creates problems, because …

 

And then one must in effect set up radars of control, that is to say, the … It is necessary to see the zones of frequency. All this takes a long time, but finally, it becomes obvious. You know it as well as me. So in order to be vigilant about what is going on currently, I’m finding that very interesting: the whole debate in France on the arrangement of labour time, and in relation to that, if you see what I mean, the sad character who ends up saying: me, I’m in favour of the re-establishment of the death penalty … it is funny, but … at the end of the day it’s not funny for everyone, but that doesn’t stop it … It is not fully serious, it is not reasonable, all that. To make up for it, what is reasonable in the most terrible and coldest sense of the word ‘reasonable’ are these new forms, which will be forms of control and not disciplinary forms. The age of discipline is over, I believe that. It’s finished.

           

What does that mean, ‘the age of discipline is over?’ Well, to the benefit of the age of control. Think about the history of maps, for instance, it is astonishing. That is not discipline, maps, that is control. The unification of maps, the magnetic map, that is a product of control. It’s interesting. That is not the old discipline. The walls of the school … Now this is very ambiguous because it is true that the most active parts of the left are right to struggle for the abolition of prisons, for the abolition of the psychiatric hospital, for abolition, etc. But one must see that their enemies are not the old ones. It is not crude types acting like buffoons and saying: ‘Yeah, psychiatric hospital, yeah, prison!’ Their enemies are the controllers who are absolutely in agreement with them, who say: Yes! Why yes! No prison! Wonderful idea!’ The battle never happens where one thinks. Strategy never happens where one thinks. As Foucault will say, it happens elsewhere … Strategy occurs between the abolitionists of the death penalty. The true struggle happens between the abolitionists of the death penalty, it does not happen between the preservers of the death penalty and the abolitionists. It passes between those who say ‘the education system is screwed.’ Well obviously, everyone knows that the education system is screwed, it is not enough to teach kids spelling over and over again for school to work. It is screwed because there is no longer a disciplinary procedure that counts, so when parents say in front of their kids: ‘oh, it’s so difficult, there’s no discipline anymore!’, even with the best-behaved, one says to oneself: yes, obviously there is no discipline anymore, but how controlled they are! They are controlled, but they are controlled: again, probability. So obviously, one does not occupy oneself in a precise way with every particular case, because in such a zone of frequency, it’s ‘off you go’, one sends them into a open milieu. All the milieux are open, there will just be no man’s lands between milieux, things like that … Control by magnetic card. No, you must not enter this zone! …What does all that mean?

 

Well, that already allows us to settle or to come back to a question that is very important in the context of Foucault’s work as a whole. This is a certain ambiguity, a little ambiguity, that had existed and for which Foucault was, in my opinion, half responsible and only half responsible. It concerns the way Foucault has been understood – we have already mentioned it, but now I’m more interested to return to this point – the way Foucault has been understood as a thinker of confinement. And I would say to you, to me, that already seems absolutely false. He had been thought of as a thinker of confinement, as a great thinker of confinement, and as having defined our modern societies through confinement. But nothing is more imprecise. For it is true that Foucault is occupied, and in a masterly way, with the milieux of confinement. Namely, notably, the asylum for madness, prison for delinquency. Fine, that’s true. But note the historical formation to which it is attached. That seems essential to me. The asylum for madness is attached to the classical historical formation, the general hospital to the 19th century, leading to the evolution of the psychiatric hospital; and for the prison, the 18th, 19th century, etc., I remind you that Discipline and Punish ends on the announcement that punishment, the system of punishment, no longer has need of prison; prison will no longer be needed.

 

So I can tell you it slightly surprised me when a philosopher as perpicacious and excellent as Virilio attacked Foucault by saying: no, he hasn’t grasped modern societies. For what was Virilio’s argument? A very interesting argument. He said that the problem is not one of confinement. If you prefer, it is not the couple discipline-confinement. And in all his books, Virilio opposes it to another couple, directed directly against Foucault, the couple he himself rather nicely calls highway-control [voirie-control]. ‘Highway’ means that the problem concerns the free highway and not of milieux of confinement. The police, he tells us, have always had more to do with the highway, that is to say, the road, than with the prison. The true element of the police is the highway, it is the road. And to the police of the 18th century are assigned the tasks of the highway. Good: highway-control and not confinement-discipline. Good. And in fact here one sees all of Virilio’s themes at work: speed, nuclear strategy and all that (those who know a bit about Virilio’s impassioned books can complete that). However, there has never been such a great …. If it often participates in the current misunderstandings, it participates in current misunderstandings because … but that has no importance since Virilio has something to say. That he is wrong about what Foucault said has no importance, what is important is what Virilio says to us.  

 

But it can induce a misinterpretation in us, for it is obvious that Virilio’s critique, like all critiques made of anyone, does not hold. For the accord Foucault-Virilio, … I don’t imagine that these two have a great accord of humour, of temperament, but the accord Virilio-Foucault should be obvious, obvious. Because for Foucault as well, what he defines as a ‘biopolitics of populations’ exceeds confinement in every way, which only concerns the discipline of bodies. Moreover, I point out to you that in Discipline and Punish, in a passage in which he is studying the milieux of confinement, namely, the hospital as milieu of confinement it is the same thing (parenthesis: when I say the hospital, it is the same thing when one says ‘the school, it is cracking up’, etc. Everyone knows the hospital is cracking up), so there are multiplied … And what is interesting today? It doesn’t mean that this is particularly progressive, as one says, social-liberal, it could come from anywhere, it is not the left in particular who say this. When you consider day hospitals, the night hospitals, care teams at home, sectorization, what does that mean? It no longer passes through a milieu of confinement, it passes through controls. Control of need, control in the home. But I do not want to say that this is worse. You understand that with things like that, it is not about knowing whether it is better or less good, it is about knowing why and against what you struggle, and at what moment. So it is necessary not to lose too much time struggling against the death penalty, again, even if someone tries to re-establish it. It would be better to pay attention to the processes of control that come to replace it. Finally, it is necessary at all times above all to retain as much gaiety as possible for the [?] because [?] So I said, you understand … What have you understood?

 

In Discipline and Punish, while he is in the process of explaining the sense in which the hospital functioned in the 19th century as a milieu of confinement, he says: look at this, there is this curious thing that is the naval hospital, and he has some very beautiful pages on it, two very beautiful, very rapid pages; one feels he could have written twenty, forty, fifty, but that it wasn’t his problem at that point. This is pages 145-46 [143-44] of Discipline and Punish, on the naval hospital as precisely irreducible to the hospital as confinement. For he says that the naval hospital, because of its very special functions and its very special situation, functions like a kind of crossroads, a flyover intersection, and as a means of control, a means of controls of all kinds: of drugs, of medicines, epidemics, along with all the sailors who bring back diseases and all that; AIDS. And right in the middle of the 19th century, the naval hospital is already an institution that prefigures the future formations of the 20th century, that is to say, an open formation of control, as opposed to a closed disciplinary milieu. These pages on the naval hospital really struck me, because here you see the point at which what is concerned is no longer confinement at all.

 

We saw in the preceding semester, or even in the first semester, that in Foucault the function of confinement is always subordinated to his more profound theme, that is to say, the invocation of an outside. Confinement always, even when confinement exists, fulfills a function of the outside, namely, it is in the service of another function, which itself is a function of exteriority. Previously a function of exile, this is how Foucault puts it explicitly in The History of Madness: the general hospital is modeled on exile, it confines, it confines the mad, the unemployed, etc., but in the mode of the exile. Now exile is a function of exteriorization, it is not a function of confinement. Confinement serves a function that transcends it, and which is a function of exteriority, namely [?]. And the other case, prison, does not have exile for a model, it has the grid [quadrillage] for a model. Confinement is always at the service of a deeper function, a function that is a function of exteriority. Foucault, far from being …well, this is all the more reason why there is no longer confinement, but the formation of a power of control.

 

So on this point I would like just to conclude that it seems to me that it is a real misinterpretation to make Foucault into a thinker who would have privileged confinement. On the contrary, sometimes he subordinates confinement to a deeper function of exteriority, and sometimes he announces the end of confinement, to the advantage of a function of control that is of a completely different nature, involving open functions and not closed functions. With regard to my three ages, well, at the level of formations of control, the subject of right is again completely different. The subject of right is wholly different. What will it be? Well, perhaps you have a presentiment of what it is, and it shouldn’t be surprising if you have already followed our whole preceding story of God, man and the overman. The subject of right will be what? [?] The brute response will be: the living being [le vivant] and no longer man nor the person. Let us be more precise: the subject of right will be the living being in man. Whereas in the formations of sovereignty, the subject of right was God in man and in the disciplinary formations, the subject of right was the person in man. It will be the living being in man and no longer the person. This evolution of right was very important. How to summarise it in one word from the point of view of the history of right? It is the passage that is made at the end of the 19th century and at the beginning of 20th century, the passage from a right called civil to a right called social. Right [le droit], the expression ‘civil right’ nicely preserved it; but right is no longer a civil right, right has more and more become a social right. How to define social right? Well, there are indeed ways of defining it. We have seen that civil right has for subject of right the person in man, and found its purest juridical expression in the contract, the relation of person with person.

 

And you know that, starting from the 19th century, from the end of the 19th century up to the 20th, the contract no longer works. Here again, everyone knows it, the contract … One can always keep … contracts, but no, it no longer works, the contract. Nothing can any longer pass through the contract, and why is that? Well, for a very simple reason, it is because the contract is a relation of person to person, it is not a relation at the level of a population. How are you going to have contractual relations between members of a population? This idea is not reasonable. There can be conventions between members of a population, there cannot be contractual relations, it is absolutely impossible. What does that mean? What does that mean, that? Well, I’ll take an example, in that case, what does one witness? Now things have gone a bit beyond that, but there was a nice moment when the contractual exigencies of disciplinary right, of civil right, and the nascent demands of social right brout about amusing juridical contradictions. From the point of view of contract, or of civil right, the contract is a relation which unites person to person. The person in man. Immediate consequence: the contract is not, as one says in law, opposable to the third. ‘The contract is not opposable to the third’ means: the contract does not engage anyone who has not validated the contractual relation. The ccontact obliges the partners of the contract and it is not opposable to the third, that is to say, to someone who has not validated the contract. Good. I’ll take a certain number of phenomena which have taken on a singular importance in the 19th century in order to show in what sense one can talk of a contract only by reference to a fiction. So strikes break out. Workers’ strikes. In the whole of the 19th century, does that lead to a rupture of the contract? God knows, in the anti-strike movements, the jurists denounced the strike as rupture of contract! There was a rear-guard combat there as well. It couldn’t work. For what is a strike? It is obvious that it is a social phenomenon that cannot be translated into the terms of contract, so it is the rupture of contract. Why? Because, fundamentally it is opposable to the third, it is opposable to the third [Deleuze repeats], as we know today since by nature it above all bothers the third, that is to say, the customers [usagers]. A strike in the metro doesn’t irritate the managers, it irritates the customers, which means ‘it is opposable to the third’. You see? Another sweeter example: is the deputy’s mandate a contract between the electors and the deputy? The deputies talk as if there is a contract that unites them to the electors, but it is a polite formula, they know very well that it is not a contract, why? Well, because they are fundamentally opposable to the third. A deputy represents those who have voted for him – that would be a contract – but equally represents those who did not for him or those who cannot vote; children, those with learning difficulties, all that. What are these phenomena, the strike …? Take social security, it’s hilarious, the beginnings of social security, it has now been made ... Think about it: why, above all at the beginning – now there are arrangements, with conventionnements [State payments to doctors for public health provision] – but at the beginning, the client himself paid (and often still does today); the client himself paid the doctor and the social security re-imbursed the patient.

 

(4) Sur Foucault Le pouvoir année universitaire 1985 1986 10 Cours du 8 avril 1986

Gilles Deleuze aut participant RequestDigital

26 min 49 sec

 

Every time a patient goes to see a doctor, a contractual relation is constituted between the sick person [malade] and the doctor. Pure 19th century. They keep to it. They totally keep to that. They stick to it, it goes without saying, for reasons that are sometimes the most noble and sometimes the most shameful, and sometimes a confused mixture of shame and nobility. So social security is a third, it is typically a third. And what is the third anyway, the third par excellence? It is society. Society is the third to every person. Society is the third par excellence. And where social security paid for care, it was the third paying. Do you follow? It’s not difficult. Juridical problem: this is a conflict. It is a conflict between a civil right that is in the process of dying and a social right that is in the process of being born. How can one settle this conflict, given that the liberal doctors represent an important social force? Answer: well, this is why right is so interesting, it is always necessary to find the loopholes [astuces]. Understand this: right is crazy. It was necessary to find something to satisfy both the rising powers of social right and the descending powers of liberal medicine. And what was found was particularly tortuous. It consists in saying to the sick person: well, you go and pay the doctor from your pocket (liberal relation; the contract is saved), but to make up for it, the doctor writes up a document for you, which he gives to you in his contractual relation. He does not want know what that becomes. He gives you a little piece of paper which is an acquisition of payment. And by means of this little piece of paper, you send it back to the third who will reimburse you. You see that this kind of decomposition of the operation which would have been much more simple if the doctor had been paid directly, is solely due to the confronting of two conceptions of right that are strictly, qualitatively different. In other words, the medical relation, to the extent that social right increases and is developed, no longer flows in the contractual relation or, if you prefer, no longer holds the person as subject of right. The sick one [malade] had ceased to be a person. Put like this, it’s a bit disturbing because … the most reactionary types [reacs] you can find say: ah yes, in social medicine, sick people are no longer persons. But it is true to the letter. There is no disputing it. They are obviously no longer persons. All that one can say is that the time when the sick people were persons was not so great, because being a person never prevented one from being treated as a dog … a personal dog [chien personnel], but … It is obvious: now, the sick are no longer persons.

 

What is that, the invalid [le malade]? He has become a living being. He has become a living being. The subject of right is no longer the person in man. There is no longer person in the man. The subject of right has become the living in man. You say to me: that does not stop there being different rights from those of a dog. Okay, there are different rights because the living being in man is not the same thing as the living being in God. But it is not in the name of the person, it is in the name of a quality of life, which is completely different. Social right rests on the living being and no longer on the person; while civil right rested on the person. And in this regard, it is obvious and I’m not saying anything that makes any advance. Look at what happens today in struggles concerning right. The struggles concerning right are all situated at the level of the living being and no longer at all at the level of the person. What does that mean? Life in man, that is the problem of right today. Life in man, why ‘life in man’? Well, I’m thinking of a case where reactionaries and progressives again use the same language, except that those who add to the discussion want to make out that they are more stupid than they are. But if not you have same language, which is that of social right. I mean, take the history of abortion. The worst enemies of abortion, what do they invoke? It is crazy [la marrade]. At any rate they do not invoke … the idea, they no longer dare … that would be the last [straw?], the foetus as person. They dare not say that the foetus is a person. They sense that this does not work, that if one says to people ‘the foetus is a person’, everyone laughs. So what do they say? Well, the associations hostile to abortion, their banner is ‘let them live’. ‘Let them live’, that is to say, they explicitly invoke a perfectly modern right, a right of the living, a right to life. And thus they artfully mirror what had been the motivating justification for abortion, that is to say, women’s right to life. The women who demanded the right to choose their life and the quality of their life for themselves. So the reactionaries mirror this … in saying that if one denies to them that the foetus is a person, one at least cannot deny that the foetus is a living being and that it is good, for the foetus, to let it live.

 

Well then, that becomes very interesting. And it is necessary to let the foetus live? That is a problem for Nietzsche, but in fact Nietzsche would rather have said yes, because, seen from his state of health … actually, no matter. But you understand, you understand. It is because of this that one must say: those who want to prohibit abortion and those who militate for abortion are indeed, to talk like Foucault (and this is always his approach), on the same archaeological soil, that of social right, where the subject of right is the living being and no longer the person at all. And Foucault will say, and I have already commented on these texts, so I will only return to this very quickly … If you recall the beautiful texts from The Will to Knowledge, which I read to you and which you have perhaps read yourselves, Foucault says to us: how to explain that it is the same epoch that has tended towards the abolition of the death penalty, and which has carried out the greatest genocides in history? And here too, he wanted to show that the two tendencies, the tendency to the abolition of the death penalty in all countries, and the existence of genocides, the universal existence of genocides in the 20th century, belong to the same archaeological soil, although that would not be in the same sense. Why? Because, the abolition of the death penalty finds its foundation in social right starting from the moment that the subject of right is the living being. At this moment, right can no longer be a right to kill. The right to kill is the old right of sovereignty. Disciplinary right already put the death penalty in question, so with all the more reason, a right that proposes the administration of life from the point of view of populations, cannot preserve the death penalty.

 

But the … lost the word … the genocides ... why have genocides have taken on such importance in the 20th century? Take the theme … What were the first irruptions of the power of modern control? That is to say of a power which is no longer one of sovereignty, nor of discipline? It is fascism. It is fascism that corresponds exactly to Foucault’s definition: the biopolitics of populations. Racial biopolitics, the theme of Lebensraum, then denunciation ... racial biopolitics. Here, it seems to me, is the trinity of fascism: racial biopolitics … reclaiming living space, that is to say, an open space, a space of expansion; denunciation of the enemy not as another person, but as a dangerous biological agent, that is to say, capable of contaminating the race or civilization, culture, etc. The enemy as infectious agent. It seems to me that that is it … one can surely add to it, but it is the tri[ple] … Now genocide happens as a function of the conditions of survival of the population that commits it. It involves disburdening oneself, we are told, of the infectious agent. And it is in the name of life in man and of survival in man that genocide is carried out. So here I find again the conclusion that, truly, the third age of right is no more valuable than the two others, but this is not the question. What appears in this third age of right are new strategies, new struggles: there is struggling against the new forms just as there is to the promoting of new forms. And in effect, it is with fascism that the great power of control begins. Under what form does the great power of control begin?

 

It has been said a thousand times in the great texts of Walter Benjamin …. Under the form of the great mass demonstrations. The great mass demonstrations in open space are inseparable from fascism, at least of from fascism such as it existed, which is the birth … I cannot say that this would be the power of control in its fullest expression because this is obvious … The analyses of Burroughs reveal how the power of control operates today. But the prefiguration of power, if you will, fascism, had been the turning point: just as Foucault makes of Napoleon the turning point of the shift from the power of sovereignty to disciplinary power, Hitler and Mussolini were already the turning point of the shift from disciplinary power to the power of control. A turning point that is made twice, once by radio, once by television. Television being the modern form. In fact, if we wanted to refine this (but we no longer have time), one could draw up a classification of images corresponding to the three powers. Look, we’ll do it next time. If you remember, remind me. It would not be difficult, one could make a classification of means of expression of images corresponding to the three periods. We would distinguish three stages like we already did. Well, that would be great; we would distinguish three stages of the cinema. We will return to the cinema … perfect. Now, to finish up ....

 

You see, because of smoking you …. Well, no, it is not you … it is us, it is a shame [someone coughs and splutters in the room] and I mean, I did insist on that earlier. What? Open the windows? Yes, good one, then we’ll all fall out. Yes, the hour is come! Open the windows, yes! Again! Again! It does not open down there? There’s someone with a cold, he doesn’t want it, because …

 

So I’m going to finish because you can do no more, I can feel it. This passage from civil right to social right is surely one of the most important moments in the history of right, but I draw your attention, because it is a very beautiful book, to the fact there is precisely a disciple, a disciple of Foucault, who has published a very important book on this point, a large book called L’Etat  providence [The Welfare State]. It is Francois Ewald, who was Foucault’s assistant at the College de France. And this book is very, very good. And for his part, he has the merit at the very least, contrary to the contemporary upholders of the rights of man, of knowing something about the evolution of right. And what he shows is something fundamental. It is how the passage from civil right to social right is made not uniformly, but, amongst other factors in the current of the 19th century, in relation with a specific issue, workplace accidents and the development of insurance. The development of insurance and accidents in the workplace [accident de travail]. So there’s a study, very worthy of Foucault, very much in Foucault’s method, on the whole history of accidents in the workplace in the formation of the 19th century, with very interesting ideas, and in order to confirm it, I will read a bit out … Ewald, E W A L D, and it was published by Grasset some months ago, two months ago.

 

I will just read this to you, because it absolutely confirms everything that we have just said: ‘In the order of social rights …’ – I want to make this our conclusion today, it is pages 24-25 – ‘In the order of social rights, the subject acquires juridical competence by the sole fact of being a living being. If in fact social rights are indefinite in principle, they are never anything but expressions of a fundamental right to life. To say that civil right, that is to say, the old right, does not know the right to life might be surprising ...’ He makes an objection to himself: in fact, everyone knows that from the point of view of civil right, the right to preserve life holds well; to preserve life is an inalienable right to the point that, for civil right, the right to the preservation of life, of one’s own life, is a right that is called ‘natural’. It is an inalienable natural right to the point that the prisoner is in its … all the jurists always said it in the 19th century: a prisoner is strictly within his rights when he attempts to escape by any means. One cannot pursue him for having escaped, it is very interesting that. An escaped person has the natural right to attempt … a prisoner has the natural right to preserve his life, and thus to escape. One simply pursues him for having broken a lock.

 

But it is very interesting, because right is like that: one will not pursue someone for having escaped; but for having clubbed a jailer, for …etc. etc. But precisely, you can see that this is a confirmation: civil right recognises the right to preserve one’s own life by whatever means, except those which are prescribed by the law, but nevertheless one has the right to preserve one’s life, only it is not a civil right, it is a natural right. Thus to say that civil right does not know the right to life might be surprising, because doesn’t the right to self-preservation in fact figure among the natural rights? Ewald continues: ‘but precisely, it is not capable of being guaranteed as such through a positive right. No positive right can guarantee it. Positive right only protects the subject within the framework of an exchange, that is to say, within a contractual relation. For the liberal …”

 

Think of Reagan today. He is not liberal to the letter…, or of Giscard … ‘For the liberal, living gives no rights’: that is the position of civil right. ‘Living gives us no rights, right only protects what one makes of one’s life.’ ‘Living gives us no rights, right only protects what one makes of one’s life.’ [Deleuze repeats]. ‘On the contrary, the idea of social right assumes that the very fact of living gives you positive rights.’ Here there is truly a mutation of right. ‘The very fact of living gives you positive rights, but rights which can only obey a completely different regime to those of civil rights. They are not in fact opposable to an other, but to this new subject of right that is the totality of subjects, society.’ In other words, the contract is opposable to another, the other person who made a contract with you, whilst social right is not opposable to another person; it is opposable to society. ‘Society, you owe me labour. Society, you owe me the means of living and surviving. Society, you owe me labour … the right of bringing up a family, etc.’ Everything one calls, and everything the liberals denounce as being the Welfare State, signifies what? It signifies this new regime where even the liberals can only make cuts in extreme cases … You can see, for example, that in order to slash insurance, it would be necessary to slash automobiles; this is why the ‘liberal’ is … it is such a level of hypocrisy and stupidity in thought, it is unimaginable … you see what I mean, everything they say, it is truly nothing, it means something, but it does not mean what they claim … It is obvious that the regime of insurance itself is a kind of social right, it is typically … What is guaranteed is life, the very fact of living, and it is opposable to the third, the third being the whole society, which is the paying third. And well, the liberals can reduce social security, but again it is not easy. They can diminish it, etc. but they will not eliminate automobile insurance. Now, automobile insurance is as anti-liberal as possible, it participates in the new kind of right; and all this goes without saying.

 

Well, what more should I say? Read pages 23, 24, 25. Yes. It finishes there: ‘Social rights support themselves on the basis of a new principle of evaluation. The fundamental value is now not so much liberty as the value of values, as [?] the person [he might also be saying: the fundamental value is no longer in the person] as life, everything which is living, everything it produces, its potentialities which it must actualise.’ And Foucault would say to us … what is it that he says to us in The Will to Knowledge? Let us make Foucault interlock with Ewald’s book … Page 191 [145]: ‘It was life more

than the law that became the issue of political struggles, even if the latter were formulated through affirmations concerning rights’ – meaning the new social rights – ‘The ‘right’ to life, to one's body, to health, to happiness, to the satisfaction of needs, and beyond all the oppressions or ‘alienations,’ the ‘right’ to rediscover what one is and all that one can be, this ‘right’ which the classical juridical system was utterly incapable of comprehending was the political response to all these new procedures of power which did not derive, either, from the traditional right of sovereignty.’ I mean the interlocking is right there, that is the text on which Ewald will found his whole elaboration of the rise of insurance in the 19th century and the transformation of right that passes from the state of civil right into social right. So, in a word, what is that? The third subject of right is therefore no longer the person in man, but life in man, once again for better and for worse, for worse and for better. What I wanted to show you today, I ask you to reflect on it for next time, as we are reaching our destination … Next time I will have finished with all that, which is at the juridical level, at the very modest juridical level. But we have found a confirmation of the distinction between the three forms: the form of sovereignty, the form of the training of man and the form ‘the living being in man’, something new, a new form.

           

Notes

[1] [Translator’s note: In the letter to Demeny, Rimbaud says ‘Cette langue sera de l’âme pour l’âme’, translated by Oliver Bernard as ‘This language would be of the soul, for the soul’ (Rimbaud, Collected Poems, London: Penguin, 1962, 13).]

French Transcript

Edited

 

Dans la conférence du 8 avril 1986, les sujets de discussion comprennent: Foucault et les trois formes de Dieu, Homme et Surhomme; les forces dans les humains; les humains et les machines; les ordres de l'infini au XVIIe siècle; le centre de l'homme au XVIIe siècle; Christ; Pascal; les forces du dehors et forces dans les humains; la dialectique hégélienne (réconciliation du moi fini avec l'infini) et la dialectique platonicienne; le principe de non-contradiction dans Hegel (A n'est pas non-A = la négation de la négation); le négatif comme force de pensée et le principe de non-contradiction par rapport au principe d'identité; que le négatif n'est pas une limitation, mais plutôt une force; les nombres négatifs; La volonté de savoir et Surveiller et punir de Foucault; l'essor de la biopolitique des populations et l’essor de la discipline des corps; de la race dans le fascisme; Nietzsche et la promesse; le contrat et le maximum de biens; le droit de la personne; le pouvoir du contrôle; comment le droit se propose de gèrer les multiplicités ouvertes, dont les limites ne sont pas assignables, traitables seulement par le calcul et le contrôle des probabilités et du sens social; gestion de la population et zones de fréquence; pourquoi pour Foucault la prison a cessé d'être une forme efficace de punition; l'aménagement du temps de travail; Paul Virilio; voiries et contrôle; l'hôpital maritime au XIXe siècle; l'exil et le quadrillage; le sujet de droit comme «le vivant» dans les humains, et non plus le Dieu ou la personne dans les humains; les contrats et la société comme un tierce partie; la passage du droit civil au droit social; les deux conceptions du droit: la relation contractuelle et le droit social; le malade, le médecin et la sécurité sociale; «le vivant» dans les humains au nom d’une qualité de vie; la vie dans les humains comme le problème du droit aujourd'hui; l'époque qui abolit la peine de mort (fondement du droit social de la souveraineté) mais produit le plus grand génocide en se débarrassant de l’agent infectieux; le philosophe et écrivain juif allemand Walter Benjamin, et le liée entre les grandes démonstrations de masses et le fascisme; le statut des images relatives au droit et au sujet respectivement aux XVIIIe, XIXe et XXe siècles; et l'historien et philosophe français François Ewald.

Deleuze explique aussi comment les trois formations de la souveraineté, de la discipline et de la biopolitique produisent respectivement trois sujets très différents du droit. Dans le cas de la souveraineté, il a le pouvoir de prélever, de prendre des personnes et de décider de leur mort. Dans le cas de la discipline, elle a le pouvoir d'imposer des tâches à un petit nombre de multiplicités humaines, prises dans des limites assignables, et d'imposer des grands milieux d’enfermements. Le pouvoir de la discipline n'est plus le pouvoir de prélever, mais plutôt de composer des forces utiles à la société. Ainsi, la constitution juridique de la forme des humains n'est plus le rapport des gens au souverain, mais de l'humain à l'humain. Dans le cas de la biopolitique, Deleuze fait valoir qu'il apparaît lorsque le droit commence à gérer la vie. Contrairement à la discipline, la biopolitique peut opérer sur un nombre quelconque de multiplicités ouvertes.

Gilles Deleuze

Sur Foucault

2ème partie : Pouvoir

18ème séance, 08 avril 1986

Transcription : Annabelle Dufourcq (avec le soutien du College of Liberal Arts, Purdue University)

 

1

Ce que... ce que nous avions essayé de débrouiller..., ce que nous avions essayé de débrouiller c’était, encore une fois, sur une très courte période - une fois dit que Foucault ne considère que de courtes périodes historiques - sur une très courte période, la succession de trois formes. La forme « Dieu » correspondant à l’âge classique, la forme « homme » correspondant fin XVIIIème - XIXème, et une forme que, par commodité et en raison des allusions de Foucault, nous nommions, en référence à Nietzsche, la forme « surhomme » ou la forme d’un avenir prochain. Et vous vous rappelez tout notre thème, c’est que, pour une fois, cette histoire du surhomme, c’est pas du tout ni aussi grotesque, ni aussi compliqué qu’on le présente, que ça veut dire quelque chose de très très précis. A savoir que, de toute manière, les formes Dieu, l’homme, le surhomme etc. sont l’expression de rapports de forces déterminables. Quand les forces...

Si bien que notre titre général aurait pu être : quand les forces dans l’homme entrent en rapport... trois petit points. « Trois petits points » parce que les trois petits points vont avoir une variable. Quand les forces de l’homme, dans l’homme entrent en rapport avec des forces venues du dehors, suivant la nature des forces du dehors, le composé des forces sera la forme « Dieu ». Le composé des forces étant toujours une forme. Le composé des forces sera, dans un cas, la forme « Dieu », dans un autre cas la forme « homme », dans un autre cas ce qu’on peut appeler la forme « surhomme ». Et la dernière fois on avait beaucoup... on avait essayé de préciser cette forme « surhomme » comme forme de l’avenir et l’on était arrivé à l’idée que la forme « surhomme » découlait d’un rapport de forces qui était lequel ? Lorsque les forces dans l’homme - vous voyez, c’est pas un monstre le surhomme - lorsque les forces dans l’homme libèrent dans l’homme même un être de la vie, un être du langage, un être du travail. Donc je ne reviens pas là-dessus, on avait essayé de dire en quoi un être du travail... d’une certaine manière c’était le silicium..., un être du langage, d’une certaine manière c’était ce que nous appelons « littérature » au sens moderne du mot « littérature »... un être de la vie, c’était, d’une certaine manière ce qu’on appelait le code génétique avec une toute nouvelle conception de la biologie et de la vie elle-même. Bon. Alors, ça, on se l’accorde à moins qu’il y ait lieu de revenir sur des points, c’est vous qui me dites, je veux bien... je suis tout prêt... euh... il n’y a pas lieu de revenir....

Je signale que la lettre de... j’avais fait allusion très rapidement à un texte de Rimbaud, un grand texte de Rimbaud qui, d’une certaine manière, coïncide fort avec les grands textes de Nietzsche à cet égard, lorsque Rimbaud esquisse l’homme de l’avenir, dans la grand lettre à Demeny, dite et ordinairement appelée la lettre du voyant, c’est un beau mot, « voyant »... La lettre du voyant nous dit quoi ? Il y a un paragraphe, vous le trouverez, par exemple dans n’importe quelle édition des lettres de Rimbaud, il y a un paragraphe qui m’intéresse particulièrement puisque le paragraphe de Rimbaud développe trois idées, trois points. Il nous dit que cet homme de l’avenir c’est l’homme, exactement comme je dis... que ce soit même pour le surhomme, il s’agit des forces dans l’homme et à quelle puissance les forces dans l’homme peuvent-elles être élevées ? Comprenez, ça veut dire : la forme homme n’épuise pas les forces dans l’homme. La forme homme correspond uniquement à un certain degré de puissance des forces dans l’homme. Si, pour des raisons quelconques, les forces dans l’homme atteignent un autre degré de puissance, vous aurez une autre forme que la forme « homme ». C’est pas compliqué tout ça, ça me paraît très très simple, très clair, cette histoire de surhomme. Euh, c’est pas du tout, c’est violemment poétique, mais c’est également un concept très rigoureux, très précis, tout ça ça va ensemble. Je dis, dans la lettre du voyant, le paragraphe auquel je pense, vous le trouverez facilement, est vraiment construit sur trois points, l’homme de l’avenir est présenté comme, je vous le disais, là c’est l’expression même de Rimbaud, « chargé des animaux mêmes ». Il est chargé des animaux mêmes. Ça, c’est le premier point. Je dirais : c’est l’homme en tant qu’il libère en lui un être de la vie.

Deuxième point : il est chargé de l’informe, dit Rimbaud, c’est-à-dire il est chargé de l’inorganique, c’est ce que j’appelais, pour commodité, la revanche du silicium sur le carbone. Il est chargé des rochers mêmes. Le rocher, c’est là où règne le silicium, c’est le règne de l’inorganique. Et voilà, je vous disais que, dans des conditions que ni Rimbaud, ni Nietzsche ne pouvaient prévoir, c’est vrai que tout ce qu’on nous raconte aujourd’hui sur les machines de troisième espèce, admirez que ce soit la revanche du silicium par rapport au carbone organique. Et moi ça m’intéresse beaucoup, si bien que, une année ou une autre, même cette année, peut-être, il faudrait qu’on fasse une séance sur les rapports silicium-carbone, car je vous rappelle que, en effet, il y a très longtemps que les biologistes les plus intéressants, ou les cosmobiologistes, posent la question : mais pourquoi la vie est-elle passée par le carbone ? Pourquoi pas autre chose ? C’est un problème passionnant pour la chimie ça. Vous feriez de la chimie, c’est ça qui vous intéresserait peut-être, et pourquoi le carbone ? Euh, c’est là ou, si vous voulez, la philosophie rejoint la science. La question « pourquoi », quand on dit qu’il n’y a pas de pourquoi, c’est pas vrai. Et pourquoi ? Pourquoi ? Ben, c’est un problème de la raison suffisante. Pourquoi la vie est-elle passée par le carbone plutôt que par autre chose, ça ne pouvait pas marcher autrement, ça met en jeu toutes sortes de questions, la contingence de la vie... Pourquoi ce matériau-là ?

Et [ ?] on peut toujours, mais vous savez c’est compliqué, si on nous dit, par exemple, on nous dit : le silicium, les chaînes de silicium, elles auraient pas été stable. C’est [ ?] aller y voir, ça dépend dans quelles conditions, qu’est-ce qui définit la stabilité d’une chaîne ? Bon, mais aujourd’hui c’est formidable parce que... vous voyez comment on pourrait poser le problème des rapports vie-machines... Notamment au niveau des machines modernes, c’est que ce qu’on appelle les puces, qui sont l’élément fondamental des machines de troisième espèce, eh ben les puces c’est du silicium. Les machines de troisième espèce, elles représentent une véritable revanche du silicium sur le carbone. Là c’est le silicium qui présente des avantages incontestables. On pourrait concevoir des machines de troisième espèce sur le carbone. Bien plus, bien plus : on nous l’annonce déjà, car les ordinateurs futurs, les machines de l’avenir à venir, elles reviendront au carbone. On nous dit bien que les vrais robots ce seront des robots organiques. Il va y avoir... c’est comme un détour, vous avez... ce serait très beau comme figure, là, nous sommes en pleine, en pleine prophétie. Vous voyez ? Vous avez les machines de troisième espèce, les machines modernes qui représentent... fondées sur le silicium, elles représentent la grande revanche du silicium. Il y a une guerre des éléments chimiques, hein. Le carbone a tout étouffé au niveau d’une chimie organique. Tout est passé par le carbone, mais les autres éléments protestent. Protestation des autres éléments. Il y a le vagissement des autres éléments, là, dans la nuit du monde et puis... Revanche, revanche du silicium, par l’intermédiaire de notre technologie. Le robot, bon, la machine à feed-back, l’ordinateur, tout ça, c’est la revanche du silicium. Et puis, on nous annonce que les vrais robots de l’avenir, ce sera un retour au carbone, ce sera des robots organisés. Bon, bien.

Et tout ça pour dire : c’est le règne de l’informe, c’est la promotion de l’informe, c’est l’homme qui libère les forces de l’informe, les forces du silicium. Ben, le surhomme, c’est aussi compliqué que ça [ ?] et ne me dites pas que, là, je réduis ça à du scientisme, l’histoire du surhomme... Non ! Parce que le rapport avec le silicium, il s’incarne dans certaines technologies, mais il déborde beaucoup la technologie. Les histoires de l’utilisation du silicium etc., ça déborde infiniment la science puisque ça animera des formes d’art, ça animera tout ce que vous voulez, ça met en jeu l’ensemble d’une condition humaine, ou post-humaine, suprahumaine ou surhumaine... tout ce que vous voulez. Donc ça m’intéresse beaucoup qu’après avoir dit « l’homme chargé des animaux même », Rimbaud ajoute « l’homme chargé de l’informe », et je crois qu’il faut traduire « informe » à la lettre, inorganique : le rocher.

Et il ajoute, enfin, « chargé de la langue », « chargé de la langue ». Il dit : un nouveau langage universel. Pourquoi il dit « un nouveau langage universel » ? Parce que c’est pas un retour au langage universel du XVIIème siècle. Un nouveau langage universel qui serait quoi ? Il précise : l’âme sur l’âme. « l’âme sur l’âme » c’est curieux parce que c’est une expression tellement, tellement voisine de celle que Artaud emploiera, un langage qui va de l’âme à l’âme, et dont on a vu - je reviens pas là-dessus- d’une certaine manière, qu’il pourrait définir la littérature moderne. Bien. Et pour grouper les trois notions « chargé des animaux mêmes », « chargé de l’informe » et « chargé de la nouvelle langue », Rimbaud a une expression admirable : la pensé accrochant la pensée et tirant, ce serait la formule d’une espèce de croc de la pensée. C’est beau « la pensée accrochant la pensée et tirant », le crocheteur de la pensée. Hein. Le surhomme comme crocheteur de la pensée a trois bras : l’informe ou l’être du travail, la littérature ou l’être du langage, les animaux mêmes ou l’être de la vie. Reportez-vous à la lettre de Rimbaud. Alors on en était là. Pas de question ? Tout est limpide ? Tout va bien ? Bon. Alors continuons.

Je me dis : on a été comme trop loin, en effet, vous comprenez. Alors il faut revenir à des choses plus modestes, hein, avant d’en finir avec tout ça. Et je voudrais dire : eh ben, soyons plus modestes, on se rabat sur un domaine moins lyrique, moins... on va se rabattre parce qu’il me semble que ça existe chez Foucault aussi et qu’on va trouver, décalée, une analyse semblable au niveau de ce qu’on pourrait appeler « trois formations juridiques ». Et c’est ça qui m’intéresse aujourd’hui. Trois formations juridiques où, peut-être, on pourrait découvrir la succession des trois formes sous un autre aspect : forme « Dieu », forme « homme », forme d’un quelque chose à venir. Ce serait comme trois états du droit. Alors, c’est là-dessus, c’est ça qui... Oui ? Question dans l’assistance : ?

-Deleuze : la première question, je comprends. Pour moi... euh. La seconde question, elle est pas très claire pour moi. Euh. Redis la seconde question...

-Etudiant : inaudible

-Deleuze : mmh, non. Non, mais c’est intéressant. Oui, ça peut se dire, ça peut se dire comme ça. Bon, alors la première question, c’était ? Ça c’était la seconde question, et la première question, c’était ?

-Etudiant : ?

-Deleuze : tu dis, à juste titre : toute époque, quelle qu’elle soit, a un certain concept d’homme. Oui, c’est sûr, en revanche, ça ne veut pas dire que l’on pense en rapportant l’ensemble des concepts à la forme « homme ». On distinguera donc le concept et la forme en disant, je suppose : des concepts, vous en avez toujours, à chaque époque, vous avez par exemple un concept d’homme, un concept d’animal, etc., mais la forme c’est ce à quoi l’ensemble des concepts se rapportent comme à leur condition pour être pensés. D’accord ?

Donc à chaque époque, il y a un concept d’homme, par exemple chez les grecs, vous trouvez plusieurs, même, concepts d’homme, par exemple l’homme animal raisonnable, l’homme animal politique etc. Je remarque que - je vais très vite - le XVIIème siècle, l’âge classique, rompt avec ce type de concept d’homme, il prétend y substituer un autre type de concepts. Par exemple Descartes se refuse explicitement à définir l’homme comme animal raisonnable. C’est d’ailleurs ce qui est très intéressant chez Descartes, il dit : ça ne veut rien dire un animal raisonnable parce qu’il faudrait déjà savoir ce que veut dire animal et ce que veut dire raisonnable. Donc, pas moyen, c’est se donner trop de présuppositions, il faut définir l’homme autrement. Alors, ça, qu’il y ait des concepts d’homme qui changent, pas de problème. Bien.

Mais, je dis : à l’âge classique, le concept d’homme, quel qu’il soit se rapporte à une forme qui, nécessairement, ne peut pas être la forme « homme », c’est-à-dire la forme qui permet de penser les concepts ne peut pas être la forme « homme ». La forme qui permet de penser les concepts, c’est la forme « Dieu ». Mais c’est pas simplement..., si tu veux, ce que tu ajoutes est trop abstrait. Toi tu dis, c’est vrai, c’est la forme « Dieu » qui permet de penser les concepts à l’âge classique, parce que la connaissance a pour modèle les choses telles qu’elles sont connues par Dieu. C’est pas faux. C’est pas faux, mais c’est abstrait. Ça ne rend pas compte de ce qu’il y a de vivant dans une pensée ou dans un cercle. Je crois qu’on pourrait assigner en fait une raison plus profonde dont la tienne ne ferait que découler. Cette raison plus profonde c’est celle-ci : c’est même pas que l’âge classique pense à partir de l’infini. Car, penser à partir de l’infini, on pourrait dire que la théologie du moyen-âge l’a déjà fait. Ce qui fait vraiment quelque chose de nouveau à l’âge classique, là je crois que ce qui fait que les classiques sont incomparables, c’est qu’ils se lancent dans une tentative qui, réellement, leur appartient. C’est pas tant penser l’infini ou à partir de l’infini, c’est ce qui est assez différent, distinguer ... parce qu’encore une fois penser l’infini à partir de l’infini... vous pouvez le dire, mais c’est déjà du... c’est déjà Saint Thomas, euh... ou c’est déjà beaucoup de courants du Moyen-âge.

Ce qui me paraît incomparable..., là je parle un peu pour mon compte, parce que c’est pas l’aspect qui intéresse Foucault. Mais je me dis : raison de plus, ça lui donne raison de toute façon, c’est une tentative très très bizarre ça, c’est que le XVIIème siècle ne cesse pas de distinguer des ordres d’infini, c’est ça qui est [ ?]. Et pensez que c’était très original, à première vue, quand on a dit l’infini, on a dit l’infini, voilà, c’est pas facile mais... qu’il y ait des ordres d’infinité distincts et comment se débrouiller dans des ordres d’infini. Je dirais que pour un homme classique, tout est infini, mais tout n’est pas infini au même sens et de la même façon. C’est une besogne un peu folle, mettre de l’ordre dans l’infini. C’est pour ça que je vous disais, pour moi, les grands textes XVIIème siècle, ceux qui sont signés XVIIème siècle - et c’est par là qu’ils restent éternellement modernes - c’est ceux qui essaient de distinguer des ordres d’infini : ah, ne confondez pas cet infini-ci et cet infini-là. Et ils mobilisent tout, ils mobilisent la théologie, les mathématiques, la physique, tout, tout, les sciences, les arts, pour introduire un ordre dans les infinis. Distinguer des ordres d’infini. Et toute l’angoisse du XVIIème siècle, c’est, c’est pas simplement la peur de se perdre dans l’infini. L’angoisse du XVIIème siècle, c’est la peur d’être submergés par des infinis dans lesquels on pourrait pas mettre d’ordre. Alors, bon.

Du coup. Voyez bien que la situation de l’homme, au XVIIème siècle, c’est, je vous le disais, l’homme a perdu tout centre et on le voit très bien chez Pascal. Si, chez Pascal ça apparaît particulièrement, c’est en vertu du génie pascalien, mais chez tous c’est ça. On n’a plus de centre. Tout le début de Descartes, tout le début des Méditations de Descartes c’est : mais où est- ce que je vais trouver un centre ? Alors, ils vont pouvoir le trouver que dans la mesure où ils ordonnent des infinis. S’il y a un ordre dans les infinis, un infini premier, un infini second, un infini troisième etc., peut-être qu’on va pouvoir s’y reconnaître et reconnaître l’homme, dans tous ces infinis. Si bien que l’homme sera pensé, mais il sera pensé évidemment dans son rapport avec les infinis, c’est-à-dire en rapport avec la forme « Dieu », puisque tous les ordres d’infini doivent bien découler de la forme « Dieu ». Tous les ordres d’infini découlent diversement de la forme « Dieu ». Par exemple, l’infini du monde, c’est évident que l’infini du monde, il n’existerait pas, il ne serait si le monde n’avait pas été créé par Dieu. C’est donc un infini défait. Tandis que l’infinité de Dieu lui-même, c’est un infini par soi. Dieu est infini par soi, tandis que le monde est infini par sa cause (qui est Dieu), c’est pas le même infini, c’est déjà deux ordres d’infini. Alors quelle est la situation de l’homme [ ?] ? L’homme, il est dans le monde, il participe à l’infini du monde, mais il est à l’image de Dieu. Il va falloir trouver la place de l’homme dans ces ordres d’infini. Et penser l’homme ce sera : assigner la ou les places qu’il a en fonction de la forme « Dieu ».

Si bien que, ce qui est pensé, c’est, en effet, la forme « Dieu ». Il n’y a pas de forme « homme ». Il n’y a pas de forme « homme », pourquoi ? Pour la simple raison que la forme « homme », c’est uniquement la limitation à certains égards de la forme « Dieu ». Il faut simplement dire... pour avoir la forme « homme », il suffit de dire : quels aspects de Dieu se trouvent limités pour constituer la forme « homme ». La réponse de Descartes est célèbre : les forces dans l’homme, c’est l’entendement et la volonté. Et la réponse étonnante de Descartes c’est : la volonté dans l’homme est infinie, autant qu’en Dieu. Donc, au niveau de la volonté, il n’y a pas de différence. La volonté ne supporte pas la finitude, très bizarrement, chez Descartes. Peu importe pourquoi, mais... En revanche l’homme n’a qu’un entendement fini. Dieu a un entendement infini. En d’autres termes l’homme se définira par l’entendement fini, l’entendement fini étant une simple limitation de l’entendement infini. Dès lors, ce qui est pensé, c’est la forme « Dieu », l’entendement infini. Alors au niveau de l’entendement infini, t’as raison : c’est là qu’apparaît le problème « connaître les choses telles qu’elles sont ». Voilà pour la première question, il me semble.

La seconde question, qu’est-ce qui se passe ? Au niveau, là, de la découverte de la finitude qui va être la condition de constitution d’une forme « homme ». Vous voyez : la forme « homme », ça s’enchaîne très bien. Elle surgit quand ? À partir du moment où le fini n’est plus appréhendé comme une simple limitation de l’infini, mais saisi comme une force positive en elle-même, ou une force d’opposition. Or, pour le XVIIème siècle, c’est vrai que le fini est limitation et non pas opposition. Le fini est une limitation de l’infini, il ne s’oppose pas à l’infini. Pour que la forme « homme » surgisse et destitue la forme « Dieu », il faut que la finitude soit saisie comme force positive, comme force positive irréductible à une simple limitation.

 

2

Au niveau... Prenons une discussion logique. Le principe d’identité A est A. C’est un vieux principe, c’est un très vieux principe, le principe d’identité, mais il est très intéressant. Et puis, bon, il est déjà bien connu des grecs, bon... Alors, on saute, on n’a pas le temps d’examiner chaque formation historique. Il faudrait demander : dans la formation des grecs, qu’est-ce que c’est le principe d’identité ? Je saute aux classiques, à la formation classique XVIIème. Evidemment ils ont une manière très originale de se servir du principe d’identité. Euh... Je crois d’une certaine manière qu’ils font porter le principe d’identité jusque sur l’infini, jusque dans l’infini, ce qui est complètement étranger aux grecs, alors ça... Faire porter le principe d’identité jusque sur l’infini, c’est-à-dire constituer précisément une identité de Dieu. Porter l’identité dans l’infini... c’est une idée tellement bizarre ! Vous en trouvez l’expression la plus pure chez Leibniz. C’est un coup de force étonnant. Porter A est A dans l’infini, ça fait rêver, c’est une belle entreprise, ça, une grande et belle entreprise. Bien.

-Question : [ ?] Ils en font une garantie de...

-Deleuze : de l’infini ? Oui... Ou l’inverse

-Etudiant : ils ont besoin d’une garantie parce que ça ne tient pas...

-Deleuze : ouais, ouais, ils ont besoin d’une espèce de fondement qu’ils ne vont trouver que dans l’infini pour le principe d’identité même. Ce qui va permettre une philosophie étonnante, encore une fois, qui est la philosophie de Leibniz... Bon, mais enfin peu importe, hein. Qu’est-ce que fait le XIXème siècle ou qu’est-ce qui apparaît à partir de Kant ? Un déportement complet du principe d’identité, qui s’exprime comment ? Récusation de la formule même du principe d’identité... ça a l’air de rien, hein, tout ça, mais c’est tellement important ! Toutes les formes de pensée passent... Formule du principe d’identité, c’était, si vous voulez, A est A. A est A. Eh ben, à partir d’un certain âge, on ne peut plus dire A est A. Et pourquoi qu’on peut plus dire A est A ? Il y a mille manières de plus pouvoir dire A est A. Vous savez, c’est compliqué tout ça. Parce que, voilà, voilà les hommes. Le Dieu est mort et les hommes arrivent et, quand les hommes arrivent, ils disent, ils se disent entre eux : nous ne pouvons plus dire A est A. Et pourquoi les hommes ne peuvent plus dire A est A ? Suivez-moi bien. Les hommes ne peuvent plus dire A est A, parce qu’ils ne peuvent pas savoir s’il y a A. Qui pouvait leur dire qu’il y a A ? Dieu. Si Dieu est mort, si la forme « Dieu » s’est écroulée, A s’est écroulé. A est A, s’il y a A. Voilà que le principe d’identité reçoit un petit complément qui va le ruiner, qui va ruiner sa formulation. A est A ? Oui bien sûr : à condition qu’il y ait A. Ce qui ne veut même pas dire : si A existe, mais s’il y a quelque chose à penser, si un concept existe. Qu’est-ce qui me prouve qu’un concept existe ? Oui. S’il y a A, alors A est A. Ah bon ? En effet ils ont recueilli le principe d’identité du moment où ce principe dépendait de la forme « Dieu ».

Donc, si la forme « Dieu » vacille, le principe d’identité devient hypothétique. S’il y a A, alors A est A. Bon. Le principe d’identité a perdu sa valeur... comme on dirait en philosophie, mais, là, c’est une terminologie indispensable, ce qu’on appelle en logique ou en philosophie... Le principe d’identité a perdu sa valeur apodictique, c’est-à-dire de nécessité logique. Il n’a plus qu’une valeur hypothétique. S’il y a A, alors A est A. D’où nécessité que le principe d’identité soit accroché à un autre principe catégorique, un autre principe apodictique, principe apodictique qui ne peut plus être fourni par la forme « Dieu ». Encore une fois c’est très juste, là, ce que tu viens de dire : c’était Dieu le garant des identités, c’était Dieu le garant des identités. Maintenant il n’y a plus de garant. Où trouver un garant ? Ce sera un autre garant.

Ben, il est connu le tout autre garant. A partir de Kant, qu’est-ce que c’est ? Le garant du principe d’identité « A est A », c’est « moi égale moi ». C’est le « je pense ». Moi égale moi. Toute identité trouve son garant dans l’identité de la conscience de soi. C’est parce que, moi, je pense que A égale A, s’il y a moi. Mais « moi, je pense » n’est pas soumis à une hypothèse. « Moi, je pense » est le nouveau principe apodictique. Et si A égale A c’est parce que le « je pense » accompagne tout concept. « Moi égale moi » accompagne tout A. C’est ce que Kant dira : le « je pense » accompagne toutes mes représentations. Le « je pense » accompagne chacune de mes représentations, en d’autres termes tout A renvoie à « moi égale moi ». Vous me direz : mais « moi égale moi », mais quel intérêt tout ça ? « Moi égale moi » c’est la position du moi fini. C’est l’identité du moi fini qui garantit maintenant l’identité du principe d’identité. C’est ça la finitude constituante et c’est ça la forme « homme ». C’est ça la forme « homme », c’est l’identité du moi fini. Et les post-kantiens le diront explicitement : si A est A - par exemple c’est des formules que vous trouvez chez Fichte euh... explicitement - si A est A, c’est que moi égale moi. Vous voyez : moi n’est pas un A parmi les autres. Moi égale moi, c’est la position de la conscience finie qui va garantir l’identité de tout ce qui est pensé. La forme « homme » remplace la forme « Dieu ».

Alors, dans cette histoire de la finitude constituante, encore une fois, qui commence avec Kant, Heidegger n’est qu’une fin de parcours, hein. Ça traverse tous les... C’est la synthèse du moi fini. Si vous voulez, pour résumer, la synthèse du moi fini remplace l’analyse du Dieu infini. Ce sera le grand renversement kantien, le passage de la forme « Dieu » à la forme « homme ». Mais j’attire votre attention là-dessus, si vous voulez, il y a toujours... les deux sont légitimes... Quand vous essayez de caractériser quelque chose, il faut que vous mainteniez les deux. La formule abstraite, par exemple vous voulez définir abstraitement la théorie de la connaissance au XVIIème siècle, mais ça ne suffit pas, il faut que vous arriviez à trouver le problème, le problème vécu, le problème qui, bien que problème tout intellectuel, affecte [ ?]. Encore une fois, au XVIIème siècle, ils savent plus où ils en sont. Ils savent absolument plus où ils en sont parce que tout est infini et c’est des infinis de divers ordres. Et c’est ça leur problème concret. Trouver des techniques par exemple... Alors, par exemple, le problème concret devient... Là-dessus vous pouvez convoquer toutes les disciplines, quand vous tenez le problème concret qui s’étale dans une époque, qui apparaît, qui sue à travers une époque, vous pouvez mieux comprendre comment les choses se renvoient les unes aux autres.

Bon, tous les mathématiciens se demandent comment on va dominer, comment on va faire un instrument capable de porter, non pas sur l’infini, mais sur un ordre d’infini qui serait l’infini mathématique. Et c’est le foisonnement des méthodes autour du calcul infinitésimal. Mais, en peinture, tout autre problème : vous avez une découverte, vous avez des transformations de la perspective, vous avez des découvertes de la lumière, de la lumière indépendamment du contour des objets qui, là aussi, renvoient à un ordre d’infini très particulier. Et, dans les grands textes théologiques, vous avez cette tentative pour distinguer les ordres d’infini : « attention ! L’infini n’est pas... » etc. Et partout une espèce d’angoisse : où trouver un centre pour l’homme ?

D’où le thème pascalien : l’homme n’a pas de centre, l’homme n’a plus de centre. Et le dernier espoir : est-ce que le Christ peut être considéré comme le centre de l’homme ? Vous comprenez, quand on dit « est-ce que le Christ peut être considéré comme le centre de l’homme ? », ça intéresse encore aujourd’hui certainement beaucoup de personnes, mais ça apparaît quand même comme un problème qui n’est plus tout à fait adapté à nos soucis. Euh. Pas forcément. Euh. C’est un souci, comme dirait Nietzsche, pour le dernier pape, mais c’est plus tellement un souci pour nous. Et pourtant, si vous le replacez..., par exemple si vous relisez les textes de Pascal, ben vous comprenez que ça [ ?] de dire : mais est-ce que le Christ peut être considéré comme le centre de l’homme ? Ça veut dire quoi ? Ça veut dire : l’homme, dans le monde du XVIIème siècle n’a absolument plus de centre. Pourquoi ? Parce que l’univers est infini. Alors là on comprend comment Pascal peut rester absolument moderne. C’est d’une modernité absolue parce que... évidemment c’est pas pour les mêmes raisons que l’homme du XVIIème siècle n’a plus de centre et que, nous, on n’en a pas, c’est pas pour les mêmes raisons, mais enfin ça fait de quoi parler avec les auteurs du XVIIème siècle, ça fait au moins un dialogue. Euh ils gémissent là-bas, là, du fond de leur XVIIème siècle : « nous avons perdu le centre ! ». Et puis, nous on peut leur répondre : « ah ben ça tombe bien parce que nous aussi ! » Mais alors on va voir de quelles manières différentes. Et puis ça entraîne à se dire : ah, mais est- ce qu’il y en avait vraiment qui avaient un centre ? Oui, alors qu’est-ce qui se passait de mauvais pour eux, s’ils avaient un centre ? Ça allait pas fort non plus. Alors qu’est-ce que c’était avoir un centre ? Peut-être qu’ils gémissaient sous leur centre, hein. C’était peut-être pas très bon non plus, tout ça. Il n’y a jamais rien de très bon, hein. Euh, mais ça permet..., ça nourrit comme ça les conversations à travers les siècles et, surtout, ça vous permet de... ça vous permet de trouver que Pascal n’a rien perdu de sa grandeur et de sa puissance. Voilà. Ça va j’ai répondu ? Oui ? Trop même ! (rires)

Alors on revient à plus, à plus modeste, hein. Ces âges du droit... Oui, j’ajoute parce que je voudrais que certains d’entre vous y réfléchissent [ ?]. Je disais, encore une fois, Foucault n’a jamais supporté et c’est sa rigueur, que les petites périodes bien déterminées, sauf, on le verra à la fin, euh, tout à fait à la fin où il considère des périodes assez longues, mais ça va être un mystère pour nous : qu’est-ce qui l’a persuadé qu’il fallait considérer de longues périodes à la fin ? Mais, jusque-là, encore une fois, vous pouvez constater à quel point ses livres s’échelonnent sur de courtes périodes, des courtes durées, en gros au maximum : du XVIIème au début du XXème. Mais, je veux dire, si vous acceptez la méthode qu’il nous confie, au point où nous en sommes, à savoir : des rapports de forces étant donnés, dans une période historique, chercher la forme qui en découle, moi je crois que c’est une méthode qu’on peut appliquer à de tout autres périodes et, je vous le disais, c’est évident que Foucault s’est toujours interdit de parler, sauf quelques allusions, des formations historiques d’Asie, des formations historiques d’Afrique, des formations historiques euh... il s’est tenu à l’Europe occidentale et à certains segments de l’Europe occidentale très déterminés, et il voulait surtout pas en sortir.

Et, encore une fois, ce que nous pouvons affirmer en toute confiance, c’est que la forme « Dieu », la forme « homme » et la forme « surhomme » n’épuisent absolument rien, n’épuisent pas l’univers des formes et que, sûrement, il y a ailleurs des rapports de forces entre des forces dans l’homme et des forces du dehors qui donnent lieu à de tout autres formes qui ne sont ni dieu, ni l’homme, ni le surhomme. Par exemple, ça me paraîtrait très très intéressant de chercher un peu quelles sont les formes indiennes, quelles sont les formes chinoises, les formes asiatiques plus généralement, les formes africaines. Mais moi, là, je crois qu’il y aurait, qu’on pourrait trouver des formes qui, en effet, ne seraient plus ni dieu, ni l’homme, ni le surhomme, mais qui seraient d’extraordinaires formes végétales ou animales, des formes de jardin, l’homme-jardin... enfin, là j’arrête parce que... ! L’homme-jardin ou bien des formes homme-animal, l’homme-animal... Donc les histoires de totémisme, c’est pas à ça que je pense, justement. Je pensais pas au totémisme, le totémisme c’est du concept. C’est bien mieux que ça. Je veux dire les rapports de forces seraient pensés en rapport avec des formes végétales, avec des formes animales. Pas des animaux existants, bien entendus, mais ce serait affaire de rapports de forces et les formes animales rendraient compte de ces rapports de forces. Alors ce serait dire que ce serait un très, très riche domaine. C’est l’Inde, moi, qui m’intéresserait surtout à cet égard. Il faudrait reprendre, là, les... Faudrait... il y a un auteur très important là-dessus, qui s’appelle Haudricourt, qui était un spécialiste d’agronomie et qui a dit, sur le rôle des formes jardin en Asie et des formes végétales en Inde et des formes animales... il fait de l’Inde une espèce d’intermédiaire entre l’occident et l’orient, c’est très curieux ce qu’il dit... enfin... il y aurait beaucoup..., il y aurait à chercher. Il y aurait à faire l’équivalent peut-être de ce qu’a fait Foucault au niveau des civilisations non-européennes. Peu importe, peu importe... c’est pour dire.

-Etudiant : il y a une question qui revient à chaque fois pour moi, c’est : dans ces rapports de forces, [ ?) sélectionné trois types de vecteurs [ ?]. Mais est-ce qu’il n’y aurait pas d’autres forces, d’autres systèmes, [ ?]. Mais qu’est-ce qui permet de sélectionner, à partir de quels critères on choisit [ ?) comme centre [ ?]

-Deleuze : ouais, ouais, la question est très bien fondée. Mais on y a répondu quand tu n’étais pas là. Euh, mais comme je sais pas si tout le monde s’est rendu compte qu’on y a répondu, je bondis sur l’occasion pour euh... Il n’y a pas une formule fixe chez Foucault, tout dépend de la période. Car tu dis toi-même, tu as relevé « vie, travail, langage ». Pourquoi est-ce que « vie, travail, langage » survient et quand ? Ça survient uniquement pour la forme « homme », donc il n’y a pas de formule invariable. C’est pas... A chaque formation on va pas interroger vie, travail, langage. Et pourquoi est-ce que, au niveau de la forme « homme », c’est « vie, travail, langage » qui compte ? Pour une raison simple, là - on peut penser que Foucault n’a pas raison, on peut penser qu’il a raison - c’est que pour Foucault c’est la triple racine de la finitude. Et c’est parce que « vie, travail, langage » sont les trois forces de la finitude que la forme « homme » sera pensée en rapport avec la vie, le travail, le langage, puisque la forme « homme » apparaît lorsque les forces dans l’homme affrontent les forces de la finitude. Or, les trois forces de la finitude, c’est « vie, travail, langage » selon Foucault. Alors, là-dessus, en effet, on peut, tout est ouvert, on peut réfléchir, on peut se dire : est-ce qu’il me convainc ? Mais il n’y a pas lieu de discuter à mon avis. C’est chacun... chacun de nous peut se dire : voyons, qu’est-ce que ça veut dire « la vie, le travail, le langage sont les trois racines de la finitude » ? Est-ce qu’il y en a pas d’autres ? Est-ce que... ? Est-ce que ? [ ?] Le fait est que, le schéma de Foucault, c’est ça. Mais à l’âge classique les... Il s’agit pas des forces de la finitude, donc il ne s’agit pas de la vie, du travail et du langage. Il s’agit, je dis, des ordres d’infini. A l’âge classique, les forces dans l’homme ne sont pas rapportées à des forces de finitude : les forces de finitude ne sont pas reconnues. Le travail est reconnu, le langage est reconnu, la vie est reconnue, mais elles ne sont pas érigées en forces positives. Elles sont érigées en figures de la limitation.

Donc les forces dans l’homme à l’âge classique ne sont pas du tout confrontées à « vie, travail, langage » comme forces de la finitude, mais les forces dans l’homme à l’âge classique sont confrontées aux ordres d’infinité, c’est-à-dire de ce qui est élevable à l’infini. Et qu’est-ce qui est élevable à l’infini ? C’est pas le travail. Tu vois en quoi le travail, pour Foucault, est une force de finitude : justement il n’est pas élevable à l’infini. Ne serait-ce que par sa définition dans tous les sens du travail. Si vous prenez le sens physique de travail d’une force, un travail infini n’a strictement aucun sens, c’est un non-sens, c’est comme une vitesse infinie. « Vitesse infinie » c’est une expression dénuée de sens. Alors « travail infini », c’est.... Une vie infinie, c’est... ça n’a pas de sens, tout ça. En revanche l’âge classique va donc reconnaître quoi ? Ce qui est élevable à l’infini, à savoir non pas le travail, mais la richesse. Vous me direz : la richesse, elle est pas élevable à l’infini... Si. Dans les conditions où le XVIIème siècle pense la richesse, en rapport avec la terre, supposée avoir une puissance inépuisable en droit, la richesse est élevable à l’infini. D’où l’idée de Foucault : au XVIIème siècle, il n’y a pas d’économie politique, parce que l’économie politique est fondée sur le travail et sur la finitude du travail, en revanche il y a une analyse des richesses. De même, il n’y a pas de biologie parce que la biologie suppose la finitude de la vie. Mais il y a une histoire naturelle qui, elle, est élevable à l’infini. De même il y a une grammaire universelle, il n’y a pas de linguistique. Et, au troisième âge, l’âge du surhomme, c’est encore de nouvelles forces. Car, en effet, ce que j’ai essayé de montrer, même si on garde les mêmes mots, « vie, travail, langage », le travail au sens du travail des machines de troisième espèce n’a plus rien à voir avec le travail des machines énergétiques ou avec le travail de l’homme. Donc chaque fois c’est des forces différentes qui interviennent, il n’y a pas du tout une formule stéréotypée chez Foucault où chaque formation serait confrontée aux mêmes forces du dehors. Chaque fois, bien plus, pour qu’une forme change, il faut qu’entrent en jeu de nouvelles forces du dehors. Voilà. Ouais ?

-Question : [ ?]

-Deleuze : Euh... Je répondrai ceci : au point où nous en sommes, ce sont des questions qui me gênent un peu parce que... voilà, euh, je réponds un peu en désordre. Je réponds sur deux points essentiels de vos questions. D’une part la dialectique, d’autre part le principe d’identité. Dialectique, principe d’identité, au point où nous en sommes, je répondrais pas ça en général, mais si je... si je m’intéresse au point où nous en sommes dans notre analyse, ce sont des notions vides tant que n’est pas dit dans quelle formation vous le considérez, il n’y a pas de principe d’identité univoque. De même, il n’y a pas de dialectique univoque. Si je m’intéresse aux formations qui emploient le mot dialectique, je vois que c’est un mot qui apparaît dans la formation grecque. Et puis qui a une longue histoire dans la formation médiévale. Je crois ne pas exagérer en disant : il disparaît de la formation classique. Même si on peut le trouver par-ci, par- là, ça ne va pas fort. Il réapparaît sous une forme triomphale, mais tout autre, dans la formation XIXème siècle. Je dis juste : si vous me dites « quelle est la place de la dialectique ? », je dis : dans quelle formation ?

-Question : [ ?]

-Deleuze : Alors je dis : dans la formation hégélienne... euh... dans la formation XIXème siècle, la dialectique hégélienne me paraît typiquement une opération qui appartient pleinement au XIXème siècle, par laquelle la synthèse du moi fini, que la dialectique suppose - et c’est par-là que la dialectique hégélienne est absolument différente de la dialectique grecque - la dialectique hégélienne est postkantienne, c’est-à-dire elle présuppose le moi fini comme fondement et elle opère... et le propre de la dialectique hégélienne, c’est de prétendre réconcilier le moi fini avec l’infini. C’est une tentative passionnante, c’est une tentative grandiose, mais elle implique la détermination du nouveau fondement comme étant le moi fini, c’est-à-dire elle implique la position kantienne de départ que Hegel n’a jamais récusée. Ce que Hegel veut montrer par la dialectique qu’il constitue, c’est comment les moments du moi fini vont être une véritable réappropriation de l’infini. C’est son truc à lui. Il va de soi [ ?] que, lorsque Platon parlait de dialectique, il s’agissait de tout à fait autre chose qui appartenait à la formation grecque. Il y aurait un problème : pourquoi le même mot ? Pourquoi le même mot ? C’est sans doute qu’il y a des rapports. De Hegel à Platon, il y a quelque chose qui se passe, Hegel réactive quelque chose de platonicien, c’est sûr ça.

Mais donc, je ne pourrais jamais me demander, au point où nous en sommes, la dialectique en général. Je peux me demander en quoi est-ce que la dialectique hégélienne appartient bien à la formation XIXème siècle. Si vous me posez cette question, je réponds évidemment oui, puisque Hegel a toujours reconnu que le principe d’identité renvoyait à la position du moi fini. Et c’est même pour ça qu’il prétend dépasser le principe d’identité, pour reconquérir l’infini. Or comment il le dépassera ? Ben il le dépassera d’une manière qui me paraît très belle et qui va montrer précisément toujours la finitude comme force de position. Finalement il va dire : c’est pas l’identité qui compte, c’est le principe de contradiction. C’est ça, c’est ça l’originalité hégélienne qui va réconcilier l’infini et le fini, c’est déplacer le principe d’identité vers le principe de contradiction.

Ecoutez-moi bien à cet égard, parce que c’est pas compliqué tout ça. Le principe de non-contradiction, c’est A n’est pas non-A, le principe d’identité, c’est A est A. Tout le monde connaît depuis très longtemps le principe de contradiction et le moindre logicien a toujours dit : ben oui, le principe de non-contradiction découle du principe d’identité : si A est A, A n’est pas non-A. Hein. Qu’est-ce qu’il fait Hegel ? Il faut être un imbécile... là je ne vise personne, parce que personne n’est tombé certainement dans une telle erreur... Il faut être un imbécile pour croire que, comme l’on dit... non ! Comme personne n’a pu le dire, jamais ! ...Que Hegel renverse le principe de contradiction et croit que les choses se contredisent. Il faut être vraiment un débile, quoi. Il faut être débile. Car, qu’est-ce qu’il fait, Hegel ? Voyez, supposons un enfant pas doué qui aurait mal compris Hegel, il dirait : Hegel, c’est un monsieur, c’est un philosophe, un drôle de philosophe qui dit A est non-A. Euh, on peut toujours dire n’importe quoi, mais ce serait une drôle d’idée de dire « A est non-A ». L’intérêt serait très petit d’abord, ensuite ce serait idiot, ce serait vraiment idiot. Quand même, alors, il est pas à ce niveau-là, Hegel. Qu’est-ce qu’il dit, Hegel ? Il dit comme tout le monde « A n’est pas non-A », seulement il est le premier à le prendre au sérieux. Les autres, ils disaient « A n’est pas non-A », mais ils ne savaient pas ce qu’ils disaient. Ils croyaient qu’ils se contentaient de dire, d’une autre manière, A est A. Hegel il arrive là-dedans, alors c’est très étonnant l’histoire d’Hegel, il arrive là-dedans, c’est pour ça qu’on risque de comprendre qu’il dit « A est non-A ». Il arrive là-dedans et il dit : mais vous avez rien remarqué, quand vous dites « A n’est pas non- A » ? Pourquoi vous dites « A n’est pas non-A » ? Vous avez raison de dire « A n’est pas non- A », mais jamais, si vous partez du principe d’identité, jamais vous n’engendrez le principe de non-contradiction, il y a une frontière de l’un à l’autre. De A est A, vous ne pouvez pas conclure A n’est pas non-A, et pourtant il faut dire : A n’est pas non-A. Pourquoi ? Qu’est-ce qui apparaît de nouveau avec « A n’est pas non-A » ?

Eh ben, comme on dit, pardonnez du peu, ce qui apparaît de nouveau c’est deux négations. Quand je dis A est A, le triangle est triangle, bon c’est une chose. Mais lorsque je dis : le triangle n’est pas le non-triangle. Ah, pourquoi diable est-ce que j’introduis deux négations ? Et la remarque triomphante de Hegel, c’est que l’identité n’est jamais qu’un résultat. A savoir : pour poser sa propre identité, il faut que la chose s’oppose à ce qui la nie, deux négations. Pour poser sa propre identité, il faut que la chose s’oppose à ce qui la nie, A n’est pas non-A. A n’est pas [s’oppose] non-A [à ce qui la nie]. Donc l’identité n’est qu’un résultat du principe de non-contradiction. Il faut que la chose affronte son opposé et nie ce qui s’oppose à elle pour poser son identité. Bon. Comme on dit : il introduit le négatif comme force dans la pensée, le négatif n’est plus une négation, comme au XVIIème siècle, le négatif est une force. La puissance du négatif. Si bien que, loin de dire « A est non-A », Hegel c’est celui qui dit « A est A », mais pour dire « A est A », il a fallu que vous disiez « A n’est pas non-A ». C’est le principe de non-contradiction qui est premier par rapport au principe d’identité. Comprenez qu’une idée aussi simple que ça - alors que personne n’avait eu cette idée-là - une idée aussi simple que ça, ça fait un grand philosophe. Mais alors, si vous... supposons quelqu’un qui dise : Hegel, c’est celui qui dit « A est non-A », vous comprenez bien que, d’une part, il détruit tout ce qu’il y a d’intéressant dans l’idée, et il comprend plus rien à rien. Je dis : Hegel, ce n’est pas celui qui nie le principe de non-contradiction, c’est au contraire le premier qui prenne au sérieux ce principe au point de le poser comme premier par rapport au principe d’identité. Et il va en découler toute sa conception de la dialectique, vous ne pouvez poser l’identité de la chose que si vous lui faites traverser une aventure spéculative par laquelle elle affronte son opposé, c’est-à- dire elle affronte ce qui la nie et nie elle-même ce qui la nie et ce sera la dialectique hégélienne qui n’a rien à voir avec la dialectique platonicienne. Vous comprenez ? Alors j’espère avoir vaguement répondu à votre question...

-Question : est-ce que c’est pas déjà un petit peu dû à l’introduction, au siècle précédent, des grandeurs négatives, ce que Kant va appeler les grandeurs négatives ?

-Deleuze : ben si. C’est pour ça que c’est kantien. Ça suppose deux choses ; ça suppose la découverte que le négatif n’est pas une limitation, n’est pas une négation de limitation, mais une force et ça, ça suppose le moi fini, c’est-à-dire, en effet, le texte dont, à cet égard, tout découle, c’est le texte de Kant, lorsqu’il dit : une grandeur négative, une quantité négative, -2 par exemple, n’est pas une limitation. C’est une force positive orientée à l’inverse de la force +2. Si bien que, même là, il y a une armature arithmétique très simple : les nombres négatifs, tout comme au XVIIème siècle, il y avait le calcul différentiel. Mais pas du tout que ce soient les mathématiques qui inspirent la philosophie, c’est que ce qui est problème en mathématiques a son correspondant en philosophie et inversement.

Voilà. Alors on y va ? Alors on se replie sur euh... Mais ça va être la même chose. On va essayer de dégager trois formes juridiques et pour nous confirmer déjà dans quelque chose, c’est que chacune des trois formes qu’on a vues, Dieu, homme, surhomme, c’est jamais pur et on peut jamais dire que c’est la merveille. J’insiste là-dessus parce que j’ai beaucoup de souci... Ne croyez pas que euh... que quand nous serons devenus des surhommes, avec notre silicium, nos animaux et notre littérature, que tout ira bien. Non. Il faudrait même je crois.... Pourtant c’est compliqué, vous savez, quand on écrit, c’est très très difficile parce que, pour se faire comprendre, il faut bien faire des simplifications alors, même Nietzsche... Quand Nietzsche parle du surhomme, on a l’impression que c’est la, la radieuse aurore. Mais faut pas le comprendre comme ça. Il a raison, il a raison : il faut toujours aller un peu vite, il faut toujours, mais ça ne se passe pas comme ça. Tout ça, c’est très différent. Quand régnait la forme « Dieu », eh ben, encore une fois, tout n’allait pas très bien. Pourtant on était sous la forme « Dieu », mais qu’est-ce que l’homme prenait sous la forme « Dieu » ! Qu’est-ce qu’il prenait, l’homme existant ! Euh, et les croisades et les guerres de religion... tout ça, quoi. La forme « homme », la grande forme humaniste... tout ça, on en a vu, surtout que ça s’interrompt pas. Au moment de la forme « homme », il y a encore ce que Nietzsche appelle le dernier Pape et, le dernier Pape, il est là, il travaille la forme « homme ». Et il faudrait, ceux qui connaissent Nietzsche, moi je crois qu’il faudrait périodiser notamment le quatrième livre de Zarathoustra : le dernier Pape, il travaille pleinement la forme « homme », mais la forme « surhomme », elle va continuer à être travaillée par ce que Nietzsche appelle... pourtant ça en a pas l’air d’après le texte, mais il faut, mais il faut introduire cette périodisation... elle continue à être travaillée par ceux que Nietzsche appelle admirablement les derniers hommes. Les derniers hommes, ils sont partie prenante dans la forme « surhomme » et ils s’agitent, si bien qu’on va voir que chaque forme continue à être le lieu, pour parler comme Foucault, d’un combat ou de multiples combats, ou un lieu stratégique, les lieux stratégiques où des combats continuent.

Or, voilà mon thème, si vous voulez, mon thème général c’est : est-ce qu’on peut esquisser, d’après les recherches de Foucault, des formations juridiques qui correspondent à : forme « Dieu », forme « homme », forme « surhomme », ou forme de [ ?] ? Je crois que oui, si vous reprenez, alors, les textes de Foucault dans d’autres livres que Les mots et les choses, les grands textes qui concernent le droit. Et, là encore, c’est une évolution très localisée, pourquoi ? Parce que Foucault insiste énormément sur le modèle juridique, le goût juridique de l’Europe occidentale, du Moyen-âge au XXème siècle. Et ce goût juridique, c’est quand même très propre aux sociétés occidentales. Donc, là encore, on trouverait la courte période étudiée par Foucault. Mais, si je prends la lettre des livres de Foucault, de deux livres, qu’est-ce que je peux dire ? Surveiller et punir. Surveiller et punir nous présente deux formations juridiques, formation dite « de souveraineté », jusqu’au XVIIIème siècle, en gros Foucault fixerait la charnière..., mais..., jusqu’à Napoléon, et, ensuite, formation disciplinaire, bien sûr préparée avant Napoléon, mais qui éclate après Napoléon.

 

3

Le livre suivant, Volonté de savoir, fait un progrès ; ce progrès, si je le prends à la lettre, consiste en ceci, dire : les formations disciplinaires ne consistent pas seulement en une discipline des corps. S’y joint, en plus, ce dont Surveiller et punir ne disait pas un mot, s’y joint quelque chose qui est très différent de la discipline des corps, à savoir une biopolitique des populations qui apparaît également et se développe dans le courant du XIXème siècle, bien qu’elle ait été préparée à la fin du XVIIIème siècle. Et cette biopolitique des populations, je signale que Foucault, très rapidement, puisque c’est pas son projet, la poursuit jusqu’à notre période, notamment fait de nombreuses allusions au fascisme et à l’importance d’une biopolitique des populations du point de vue de la race dans le fascisme. Si bien que, dans l’état des textes de Foucault, il me semble que - je dis pas du tout qu’il faille choisir - beaucoup de choses rendraient possible la distinction en fait de trois formations et pas simplement de deux. Il y aurait... Alors j’essaie d’être clair, car en effet l’essor de la biopolitique des populations juridiques me paraît historiquement, là, postérieur à l’essor de la mise en discipline des corps. Donc, même s’il y a empiètement, est-ce qu’on ne pourrait pas fermer, à partir des textes de Foucault, l’hypothèse suivante de trois formations juridiques, et non pas de deux ?

Premièrement : formation de souveraineté, avec comme terminaison révolution française et ... qui correspond en gros à Moyen-âge en partie et euh... âge classique, monarchie absolue.

Deuxième formation : formation disciplinaire du côté de l’après-révolution, Napoléon et le XIXème siècle. Et, bien sûr s’enclenchant déjà à cette période, apparition d’une troisième formation, fondée cette fois sur une biopolitique des populations, qui s’ébauche au XIXème siècle et éclate au XXème. Vous voyez où je veux en venir, il y aurait, là, correspondant... conformément à ces trois formations, il y aurait trois sujets de droit très différents, trois formes juridiques très différentes. Comment nommer la troisième, si l’on arrive à l’isoler ? On dira, [ ?] employer, là, le mot que l’auteur américain dont je vous parlais, euh, à propos de la littérature, dont Burroughs se sert, c’est une formation à pouvoir de contrôle. On aurait donc : pouvoir de souveraineté, pouvoir disciplinaire, pouvoir de discipline, pouvoir de contrôle. Qu’est-ce que c’est que le terrible pouvoir de contrôle dont Burroughs a fait un portrait ? Je dis cela, je m’autorise de cela parce que l’admiration de Foucault et la connaissance qu’il en avait, l’admiration de Foucault pour Burroughs, bien que, à ma connaissance, il n’en ait pas parlé, dans ses écrits, était très... était très grande et que notamment les analyses que Burroughs a fait du contrôle social dans les sociétés modernes après la guerre, après la guerre, avait beaucoup frappé Foucault. Oui. Euh, essayons de les caractériser, là, très...

Formations de souveraineté, je vais assez vite : Foucault leur donne deux caractères. Foucault leur donne deux caractères intéressants. C’est des opérations de prélèvement, c’est un pouvoir qui consiste à prélever sur l’homme d’une part et, d’autre part, à décider de la mort. Prélever sur toutes les activités de l’homme et décider... et décider de la mort. C’est le droit du souverain. Bon. Là je veux pas, comme... sinon ça... entraînerait trop. Je dis : accordez-moi qu’on pourrait dire : c’est, en droit pur, la forme Dieu. Le sujet de droit c’est Dieu. C’est-à-dire le souverain. Identité du souverain avec le Dieu, pourquoi ? Le Dieu, c’est d’une part celui qui prélève - le prélèvement c’est la part de Dieu, le sacrifice c’est la part de dieu, c’est l’économie du prélèvement l’économie de souveraineté. Et d’autre part c’est celui qui décide de la mort. C’est le juge.

Qu’est-ce qui se passe ? Lorsqu’on passe aux sociétés disciplinaires ? Sociétés disciplinaires, on a vu, là, je peux aller relativement vite, qu’on fait un peu du regroupement, là. Vous vous rappelez peut-être comment Foucault définissait la discipline. Discipliner, c’était faire subir une série d’opérations déterminées à une multiplicité humaine peu nombreuse, prise dans des limites assignables. C’était ça discipliner : imposer des tâches, voilà exactement. Discipliner pour Foucault, c’était imposer des tâches à des multiplicités humaines peu nombreuses, prises dans des limites assignables. Et il répondait : ce qui apparaît, dans le XIXème siècle, la formation des grands milieux d’enfermement, prisons, écoles, casernes, usines etc. Vous voyez. Je dis : ça, c’est la discipline. Il ne s’agit plus..., voyez en quoi ça s’oppose, il ne s’agit plus de prélever, il s’agit de composer des forces. Pourquoi composer des forces ? Il s’agit de composer des forces pour leur faire produire un effet plus grand que celui qu’elles auraient produit si elles étaient restées isolées. Composer des forces en fonction d’un effet utile à obtenir. Il ne s’agit plus de prélever, il s’agit de composer, c’est un tout autre but. Il ne s’agit plus de décider de la mort, il s’agit de discipliner les corps. Je crois que, et d’après les analyses de Foucault, on peut dire que c’est dans cette formations disciplinaire que la notion d’homme, que la forme juridique « homme », s’est constituée. Et ce qui compte dans une telle formation, en effet, ce n’est pas le rapport de l’homme avec le souverain, c’est le rapport de l’homme avec l’homme pour qu’en sorte le maximum d’effets. Le sujet de droit n’est plus le souverain, le sujet de droit c’est l’homme.

Alors, au choix, vous allez dire : ou bien, troisième période, mais ça revient presque au même, ou bien troisième formation, ou bien complication de la seconde formation. Mais, moi, je crois qu’on aurait intérêt, peut-être, à distendre et à dire : c’est vraiment comme une troisième formation. Quoi ? Le troisième âge du droit, à ce niveau, biopolitique des populations. Qu’est-ce que c’est la biopolitique des populations ? En quoi ça se distingue du dressage des corps, de la discipline des corps ? Ça s’en distingue tout à fait parce que cette fois-ci il s’agit de quoi ? La biopolitique des populations apparaît lorsque le droit se propose de gérer la vie, nous dit Foucault, de gérer la vie dans des multiplicités ouvertes quelconques. Vous voyez l’importance de la différence entre la discipline et la biopolitique. L’un c’est dans un espace ouvert, c’est des grandes multiplicités dont les limites ne sont pas assignables. Elles ne seront traitables que par le calcul des probabilités, d’où le développement du calcul des probabilités et le sens des contrôles social des probabilités, probabilités de nuptialité dans une... dans une nation... probabilités de mortalité, probabilités de natalité, natalité, nuptialité, mortalité... euh... je cherche d’autres... euh, bon... euh, planification, expansion des céréales, arrachement des vignobles etc. Vignobles, céréales : c’est des populations aussi, il n’y a pas que les hommes qui sont des populations. Il s’agit vraiment de gérer les populations, dans des espaces ouverts. Allez, il faut supprimer des vaches ! Ah ? Ça c’est de la gestion, c’est plus de la discipline, c’est plus de la société disciplinaire, c’est quoi ?

Là, c’est pour ça que le mot contrôle... c’est de la société, c’est du pouvoir de contrôle qui est très différent du pouvoir disciplinaire. Alors peut-être qu’il a pris racine le pouvoir de contrôle, il s’est esquissé en même temps que le pouvoir disciplinaire se... euh... se... s’affermissait. Mais, c’est pas la même formation juridique, il me semble. Et c’est pas le même sujet de droit. Pourquoi c’est pas le même sujet de droit ? On a vu que le sujet de droit des formations de souveraineté c’est finalement le souverain, c’est-à-dire Dieu. Le sujet de droit de la discipline, c’est l’homme. L’homme discipliné. La discipline a pour fonction de former l’homme comme sujet de droit. Et l’homme comme sujet de droit, c’est l’homme en rapport avec l’homme, de telle manière que, de leur composition, surgisse le maximum d’effets utiles. Remarquez que la forme, dès lors, je dirais, le sujet de droit ce n’est plus Dieu, c’est la personne. A l’âge humaniste, le sujet de droit c’est la personne et les droits sont les droits de la personne et qu’est-ce que la personne ? C’est l’homme en tant qu’être discipliné.

Ce que Nietzsche dira si admirablement : l’homme en tant qu’être capable de tenir une promesse. C’est ça le sujet de droit. L’homme discipliné ou, dira-t-il plus violemment, Nietzsche, l’homme domestiqué, mais il donnera comme définition ultime dans des pages merveilleuses du type : comment dresse-t-on l’homme... - ça ce serait la version nietzschéenne de Foucault - comment dresse-t-on l’homme à tenir des promesses ? Ce dressage de l’homme qui en fait un sujet de droit, c’est-à-dire qui en fait une personne. Et la relation de la personne à la personne, c’est tout le droit de la personne au XIXème siècle, c’est le contrat. Le contrat c’est la relation de la personne avec la personne de telle manière que, de cette conjonction des personnes surgisse le maximum de biens. Tout ça vous laisse rêveurs, hein ! Comme c’est une vieille pensée ! Comme vous devez déjà pressentir que le droit ne pense plus à [ ?]. Pourtant c’est des notions qui paraissaient sacrées. Voilà ce qui se passait dans le temps, dans le temps lointain. Mais maintenant... Je dis : nous sommes à l’âge de la biopolitique des populations, que la population peut être aussi bien des céréales, des moutons, des vignobles, des hommes, tout ça est pris dans des populations, c’est-à-dire des multiplicités nombreuses sans limite assignable, sauf... sauf... sauf des limites probabilitaires, sauf des... comment on dit ? Des échelles probabilitaires, ce qui a remplacé les limites assignables de l’enfermement, c’est les échelles probabilitaires. C’est-à- dire des zones, des zones de probabilité. Vous avez des zones de probabilité pour que tant de français aillent en vacances en Espagne etc. C’est plus des limites : vous avez pas de limites, vous avez aucun besoin d’avoir des limites.

Vous comprenez pourquoi que c’est pas l’enfermement ? Le troisième âge ne peut plus être celui de l’enfermement. L’enfermement, on n’a plus rien à en faire, puisque les limites assignables sont remplacées par des zones de fréquence. C’est la zone de fréquence qui compte. Qu’est-ce que vous avez besoin d’enfermer les gens puisque la probabilité vous certifie que vous les retrouverez tous sur l’autoroute tel jour à telle heure ? Ça va de soi que l’enfermement est absolument inutile, il devient même, à cet égard, il devient coûteux, il devient stupide, il devient socialement irrationnel. Le calcul des probabilités est bien meilleur, là, que les murs d’une prison. Bon, alors, c’est ça un pouvoir de contrôle et non plus un pouvoir disciplinaire. Moi je crois qu’il faut dire et qu’il y a pour le dire tous les éléments chez Foucault. Le pouvoir de... le pouvoir disciplinaire qu’il analyse dans Surveiller et punir est un pouvoir fini. La preuve est que Foucault, à la fin de Surveiller et punir, traite la question : pourquoi la prison a-t-elle cessé d’être une forme prégnante aujourd’hui ?

Vous me direz : on dirait pas. Il faut le... il faut l’œil du sociologue et Foucault a évidemment raison. La prison, elle va survivre, elle va survivre euh... elle va survivre des années et des années et des décennies, elle va se durcir tout ça. Mais quand les choses se durcissent, c’est même plutôt le signe que c’est des survivances. Tout le monde sait à la fin que le régime pénitentiaire est, quant à nos sociétés modernes, un régime absolument inadapté... euh... qui n’est plus vivable puisqu’il y a trop de monde à mettre en prison, donc qu’il faut trouver non plus des formes disciplinaires, mais qu’il faut trouver des formes de contrôle. Et tout ce qu’on fait aujourd’hui, de même je dirai : l’armée éclate dans ses casernes, les écoliers éclatent dans leurs écoles, euh... qu’est-ce qu’il y a d’autre, les ouvriers dans leurs usines, c’est pour ça que c’est très intéressant et que, tous, il faut qu’on écoute très bien toutes les histoires de retour à du travail à domicile, de retour à du travail parcellaire et les questions d’aménagement du temps de travail sont des questions qui sont absolument fondamentales aujourd’hui.

Cela encore, accordez-moi que ça veut pas dire qu’on va vers des jours meilleurs, à savoir que la stratégie continue au niveau des formations de contrôle, mais que ça passe par là, à savoir, les évidences immédiates, c’est que : la prison n’est plus adaptée aux châtiments, que l’usine n’est plus adaptée au travail, que l’école n’est plus adaptée à l’enseignement, c’est-à-dire c’est la fin des milieux disciplinaires qui étaient des milieux d’enfermement pour multiplicités arithmétiques. Il nous faut des milieux de contrôle ouverts sur des multiplicités probabilitaires. Or elles seront trouvées, il faut pas s’en faire, faut pas s’en faire, le malheur nous viendra, mais c’est évident que les gens, il y a encore, il y a encore... mais ils y croient même pas, vous savez, les types qui disent « durcissons les prisons », ils y croient pas, ils savent bien que le régime est complètement foutu, que la prison, c’est fini, mais, bon, leur discours garde quand même un sens, c’est que ça va durer 30 ou 40 ans et que ça peut durer 30 ou 40 ans encore que à condition de se durcir. Alors ça oui, avant qu’ils aient monté les trucs de contrôle, il faudra assigner euh... Il y a des problèmes, vous comprenez, quand on assigne à des prisonniers en travail dit « libre », il y a tout le village qui veut pas, qui dit : « qu’est-ce qu’on nous fout là ? »... tout ça. Euh. Rien que planter une clinique psychiatrique dans un village, ça fait des problèmes, les gens ils disent : ah ben non, on veut pas de tous ces fous, là, qui traînent dans les cafés parce que..., bon. Ça fait des problèmes tout ça, parce que...

Et puis il faut monter, en effet, les radars de contrôle, c’est-à-dire les... il faut voir les zones de fréquence tout ça, ça met très longtemps, mais enfin, c’est évident, tout ça. Vous le savez aussi bien que moi. Mais donc c’est pour être vigilant à ce qui se passe actuellement, je trouve ça très intéressant, là, tout ce débat en France sur l’aménagement du temps de travail, bon et, par rapport à ça, vous comprenez, le pauvre type qui vient dire : moi je suis pour le rétablissement de la peine de mort, euh... c’est rigolo, mais euh... enfin c’est pas rigolo pour tout le monde, mais ça dépasse pas... c’est pas bien sérieux quoi, c’est pas raisonnable tout ça. En revanche ce qui est raisonnable au sens le plus terrible et le plus froid du mot « raisonnable », c’est ce que... c’est les nouvelles formes qui seront des formes de contrôle et pas des formes disciplinaires, c’est fini l’âge de la discipline, moi je crois, c’est fini. Bon.

Qu’est-ce que ça veut dire « c’est fini l’âge de la discipline » ? Bon, ben au profit de l’âge du contrôle. Euh, comprenez que, par exemple, toutes les histoires de cartes, c’est épatant ça. Ça c’est pas de la discipline, c’est du contrôle, ça, les cartes. L’unification des cartes, la carte magnétique, ça c’est du contrôle, c’est bien, ça, c’est du... c’est intéressant. C’est pas de la vieille discipline. Les murs de l’école... Alors c’est très ambigu parce que c’est vrai que les plus actifs de la gauche, ils ont raison de lutter pour l’abolition des prisons, pour l’abolition de l’hôpital psychiatrique, pour l’abolition etc. Mais il faut voir que leurs ennemis, c’est pas les vieux... c’est pas les pauvres types qui font les clowns, pour dire : si, l’hôpital psychiatrique, si, la prison ! Leurs ennemis c’est les contrôleurs qui sont absolument d’accord avec eux, qui disent : oui ! Mais oui ! Pas de prison ! Bravo ! La bataille se passe jamais où on croit. Elle se passe jamais où on croit, la stratégie. Comme dirait Foucault, elle passe ailleurs, euh... La stratégie, elle est entre abolitionnistes de la peine de mort. La vraie lutte, elle passe entre les abolitionnistes de la peine de mort, elle passe pas entre les conservateurs de la peine de mort et les abolitionnistes, elle euh... elle passe aussi... Tous ceux... elle passe entre ceux qui disent « ben l’école elle est foutue », ben évidemment, tout le monde sait que l’école elle est foutue, il suffit pas de réapprendre l’orthographe aux gosses pour que l’école ça marche. Elle est foutue parce qu’il n’y a plus de procédé disciplinaire qui compte, alors quand les parents ils disent devant leur gosses : « oh la la, c’est difficile, il n’y a plus de discipline ! », même les meilleurs, on se dit : ben oui, évidemment il n’y a plus de discipline, mais qu’est-ce qu’ils sont contrôlés ! Ils sont contrôlés, mais ils sont contrôlés [ ?] probabilité. Alors évidemment, on s’occupe pas exactement de chaque cas particulier, parce que, dans telle zone de fréquence, bon, allez, euh, on les envoie dans un milieu ouvert. Tous les milieux sont ouvertes, simplement il y aura des no man’s land entre milieux, il y aura des trucs comme ça...contrôle avec la carte magnétique... Bon. Non, tu ne devrais pas être dans cette zone, là... Qu’est-ce que ça veut dire tout ça ?

Eh ben ça nous permettrait déjà de régler ou de revenir sur une question qui m’importe beaucoup quant à toute l’œuvre de Foucault. C’est une certaine, c’est une petite ambiguïté qu’il y a eu et dont Foucault était, à mon avis, à moitié responsable et seulement à moitié responsable. C’est la manière dont Foucault a été considéré... on en a déjà parlé, mais, là, je suis plus fort pour revenir sur ce point, dont Foucault a été considéré comme un penseur de l’enfermement. Et je vous disais, moi, déjà, ça me paraît absolument faux. Il a été pensé comme penseur de l’enfermement et comme grand penseur de l’enfermement et comme ayant défini nos sociétés modernes par l’enfermement. Or il n’y a rien de plus inexact. Car il est vrai que Foucault s’occupe et s’est occupé d’une manière magistrale des milieux d’enfermement. A savoir, notamment, l’asile pour la folie, la prison pour la délinquance. Bon, ça c’est vrai. Vous remarquez à quelle formation historique il le rattache. Ça me paraît essentiel. L’asile pour la folie, il le rattache à formation historique classique, l’hôpital général et, XIXème siècle, avec l’évolution hôpital psychiatrique, et pour la prison, XVIIIème, XIXème siècle et, bien plus, je vous rappelle que Surveiller et punir se termine sur l’annonce que la punition, le système de la punition n’a plus besoin de la prison, ou n’aura plus besoin de la prison.

D’où, je vous dis, ça m’a toujours gêné quand un philosophe aussi perspicace et euh... excellent que Virilio s’en prenait à Foucault en disant : non il a pas saisi les sociétés modernes. Car quel était l’argument de Virilio ? Argument très intéressant, il disait : le problème ce n’est pas celui de l’enfermement. Si vous préférez ce n’est pas le couple discipline-enfermement. Et Virilio, dans tous ses livres, y oppose un autre couple, c’est dirigé tout droit contre Foucault, le couple qu’il appelle lui-même assez bien voirie-contrôle. « Voirie », il vaut dire : le problème c’est celui de la voirie libre et pas des milieux d’enfermement. La police, nous dit-il, a toujours eu plus à faire avec la voirie, c’est-à-dire la rue, qu’avec la prison. Le vrai élément de la police c’est la voirie, c’est la rue. Et, à la [ ?] de la police dès le XVIIIème siècle, sont assignées des tâches de voirie. Bon : voirie-contrôle et non pas enfermement-discipline. Bon. Euh et, en effet, là, tous les thèmes de Virilio sur le thème de la vitesse, sur la stratégie nucléaire, tout ça, pour ceux qui connaissent un peu les livres passionnants de Virilio, peuvent compléter. Mais jamais il y a eu aussi grand... si souvent, ça fait partie des malentendus courants, ça fait partie des malentendus courants parce que... ça n’a aucune importance parce que comme Virilio a quelque chose à dire, qu’il se trompe sur ce que dit Foucault, ça n’a aucune importance, ce qui est important c’est ce que Virilio a à nous dire.

Mais ça peut induire des contresens chez nous, car c’est évident que la critique de Virilio, comme toute critique qu’on fait à qui que ce soit, euh, elle porte pas. Car l’accord Foucault-Virilio..., ils n’avaient pas, je suppose, un grand accord d’humeur, de tempérament, mais l’accord Virilio - Foucault serait évident, évident. Car, pour Foucault aussi, ce qu’il définit comme une « biopolitique des populations » excède de toutes parts l’enfermement qui ne concerne que la discipline des corps. Bien plus, je vous signale que dans Surveiller et punir, à un moment et lorsqu’il étudie des milieux d’enfermement, à savoir l’hôpital, comme milieu d’enfermement... (parenthèse : quand je dis l’hôpital, là aussi c’est pareil, quand on dit « l’école, ça craque » etc., l’hôpital tout le monde sait que ça craque), lorsque se multiplient... qu’est-ce qui est intéressant aujourd’hui ? Et ça veut pas dire que ce soit très progressiste hein, comme on dit, c’est social-libéral, quoi, c’est tout à fait, c’est tout ce que vous voulez, c’est pas spécialement la gauche qui a fait ça. Lorsque vous considérez les hôpitaux de jour, les hôpitaux de nuit, les équipes soignantes à domicile, euh, la sectorisation, qu’est-ce que ça veut dire ? Ça passe plus par un milieu d’enfermement, ça passe par des contrôles. Contrôle au besoin, contrôle à domicile. Alors je veux pas dire que ce soit plus mal. Hein vous comprenez, quand on est dans des trucs comme ça, il ne s’agit pas de savoir si c’est mieux ou moins bien, il s’agit de savoir pourquoi et contre quoi vous luttez, à quel moment. Alors il faut pas trop perdre de temps à lutter contre la peine de mort, encore une fois, même si quelqu’un essaie de la rétablir. Il vaut mieux faire attention aux procédés de contrôle qui viendront la remplacer. Enfin il faut faire tout à la fois, je sais pas. Euh. Tout... Enfin il faut surtout garder beaucoup de gaité pour les [ ?] car [ ?]. Alors j’ai dit, vous comprenez... qu’est-ce que vous comprenez ? Bon. Eh ben voilà, quoi. On pourrait dire... oui... Non, je vois. Euh.

Quand il est en train d’expliquer, dans Surveiller et punir, à propos de l’hôpital, que, en quel sens au XIXème siècle il fonctionne comme milieu d’enfermement, il dit : attention : il y a un drôle de truc c’est l’hôpital maritime et il a des pages très belles, il a deux pages très belles, très rapides, on sent qu’il aurait pu en écrire vingt, quarante, cinquante et que c’est pas son problème. C’est pages 145-146 de Surveiller et punir, sur l’hôpital maritime comme étant précisément irréductible à l’hôpital enfermement. Car, dit-il, l’hôpital maritime, vu ses fonctions très spéciales, et sa situation très spéciale, fonctionne comme une espèce de carrefour, d’échangeur routier, et de moyen de contrôle, moyen de contrôles de toutes sortes : sur les drogues, sur les médicaments, sur les épidémies, avec tous les marins qui ramènent les maladies, tout ça, le sida, bon... euh... Et l’hôpital maritime est déjà en plein XIXème siècle une institution qui préfigure les formations de l’avenir du XXème, c’est-à-dire une formation ouverte de contrôle, par opposition au milieu disciplinaire fermé, ça ça m’a beaucoup frappé, là, cette, ces quelques pages sur l’hôpital maritime, parce que, là, vous y verrez à quel point il s’en tient pas du tout à l’enfermement.

Alors, dans ce qu’on a vu au trimestre précédent, ou même au premier trimestre, je vous rappelais que, chez Foucault, la fonction d’enfermement est toujours subordonnée au thème le plus profond de Foucault, c’est-à-dire l’invocation d’un dehors. L’enfermement est toujours, même quand l’enfermement existe, il remplit une fonction du dehors, à savoir : il est au service d’une autre fonction, qui, elle, est une fonction d’extériorité. Tantôt une fonction d’exil, c’est ainsi que Foucault nous dit explicitement dans L’histoire de la folie : l’hôpital général se modèle sur l’exil, il enferme, il enferme les fous les chômeurs etc. mais sur le mode de l’exil. Or l’exil c’est une fonction d’extériorisation, c’est pas une fonction d’enfermement. L’enfermement sert une fonction qui le dépasse, et qui est une fonction d’extériorité, à savoir [ ?]. Et dans l’autre cas, la prison, elle, elle n’a plus pour modèle l’exil, elle a pour modèle le quadrillage. L’enfermement est toujours au service d’une fonction plus profonde, laquelle fonction est une fonction d’extériorité. Foucault, loin d’être... alors à plus forte raison quand il n’y a plus enfermement, mais formation d’un pouvoir de contrôle...

Je voulais juste conclure à cet égard, il me semble que c’est un véritable contresens de faire de Foucault un penseur qui aurait privilégié l’enfermement. Au contraire : tantôt il subordonne l’enfermement à une fonction d’extériorité plus profonde, tantôt il annonce la fin de l’enfermement au profit de fonction de contrôle de tout autre nature, qui sont des fonctions ouvertes et pas des fonctions fermées. Bien, on pourrait dire aussi, remarquez, alors, j’ai comme mes trois âges, eh ben, au niveau des formations de contrôle, le sujet de droit est encore tout différent. Le sujet de droit est tout différent. Qu’est-ce que ce sera ? Ben, vous le pressentez peut-être, et ça va pas nous étonner si vous avez suivi toute notre histoire précédente sur Dieu, l’homme et le surhomme, ce sera quoi ? Le sujet de droit ce sera quoi ? [ ?] La réponse brute, ce sera : le vivant et non plus l’homme ou la personne. Soyons plus précis : le sujet de droit ce sera le vivant dans l’homme. Tandis que, dans les formations de souveraineté, le sujet de droit c’était le dieu dans l’homme et dans les formations disciplinaires, le sujet de droit c’était la personne dans l’homme. Ce sera le vivant dans l’homme et non plus la personne. Cette évolution du droit, elle est très importante, comment la résumer en un mot du point de vue de l’histoire du droit ? C’est le passage qui se fait à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle, le passage du droit dit civil au droit dit social. Le droit, on a beau garder l’expression « droit civil », le droit n’est plus un droit civil, le droit est devenu de plus en plus un droit social. Comment définit le droit social ? Oh, il y a bien des manières de le définir. On a vu que le droit civil avait pour sujet de droit la personne dans l’homme, trouvait son expression juridique la plus pure dans le contrat, relation de la personne avec la personne.

Et vous savez, à partir du XIXème siècle, de la fin du XIXème jusqu’au XXème, le contrat ça marche plus. Là aussi, tout le monde le sait, le contrat... on peut toujours garder... des contrats, mais non, ça marche plus, le contrat. Plus rien ne peut passer par le contrat, pourquoi ? Ben parce que, pour une raison très simple, c’est que, le contrat, c’est une relation de personne à personne, c’est pas une relation au niveau d’une population. Comment voulez-vous qu’il y ait des relations contractuelles entre membres de [ ?] d’une population ? C’est pas raisonnable, cette idée. Il peut y avoir des conventions entre membres d’une population, il ne peut pas y avoir des relations contractuelles, c’est absolument impossible. Qu’est-ce que ça veut dire ? Qu’est-ce que ça veut dire, ça ? Ben, je prends un exemple, alors on va assister à quoi ? Maintenant c’est un peu dépassé tout ça, mais il y a eu un bon moment où les exigences contractuelles du droit disciplinaire, du droit civil et les exigences naissantes du droit social faisaient des drôles de contradictions juridiques. Du point de vue du contrat, ou du droit civil, le contrat est une relation qui unit personne à personne. La personne dans l’homme. Conséquence immédiate, le contrat n’est pas, comme on dit en droit, le contrat n’est pas opposable au tiers. Ça veut dire quoi, « le contrat n’est pas opposable au tiers », ça veut dire : le contrat n’engage pas quelqu’un qui n’a pas passé la relation contractuelle. Le contrat oblige les partenaires du contrat et n’est pas opposable au tiers, c’est-à-dire quelqu’un qui n’a pas passé contrat. Bon. Je prends un certain nombre de phénomènes qui ont pris une importance singulière dans le XIXème siècle, pour vous montrer en quel sens c’est uniquement par fiction qu’on peut parler d’un contrat. Voilà les grèves qui se développent. Grèves ouvrières. Dans tout le XIXème, est-ce qu’on peut ramener ça à une rupture de contrat ? Dieu que dans les mouvements anti-grève, les juristes ont dénoncé la grève comme rupture de contrat ! C’était un combat d’arrière-garde là aussi. Ça ne pouvait pas marcher. La grève, c’est quoi ? C’est évident que c’est un phénomène social qui ne peut pas se traduire en termes de contrat, donc de rupture de contrat. Pourquoi ? Parce que, fondamentalement elle est opposable au tiers, elle est opposable au tiers, on le sait encore aujourd’hui puisque, par nature, elle embête surtout les tiers, c’est-à-dire les usagers. Une grève de métro, elle ennuie pas tellement la direction du métro, elle ennuie les usagers, ce que veut dire « elle est opposable au tiers ». Vous comprenez ? Autre exemple plus doux : le mandat de député, est-il un contrat entre les électeurs et le député ? Les députés, ils parlent comme ça du contrat qui les unit aux électeurs, c’est une formule polie, ça, ils savent très bien que c’est pas un contrat, pourquoi ? Ben parce que c’est fondamentalement opposable au tiers. Un député représente ceux qui ont voté pour lui - ça ce serait un contrat - mais représente également ceux qui n’ont pas voté pour lui ou ceux qui ne peuvent pas voter, les enfants, les crétins, tout ça. Hein. Qu’est-ce que c’est, ça, ces phénomènes, la grève... ? Prenez la sécurité sociale, c’est marrant, les débuts de la sécurité sociale, maintenant on y est fait... Réfléchissez à ceci : pourquoi... surtout au début, maintenant il y a eu des arrangements, avec les conventionnements, mais au début, le client payait lui-même - et encore maintenant souvent - le client payait lui-même le médecin et la sécurité sociale remboursait le patient.

 

4

Chaque fois qu’un patient vient voir un médecin, une relation contractuelle se constitue entre le malade est le médecin. Pur XIXème siècle. Ils y tiennent. Ils y tiennent énormément. Ils y tiennent, il va de soi, pour des raisons qui sont parfois les plus nobles et parfois les plus honteuses et parfois mélangées de honte et de noblesse. Et puis, la sécurité sociale, c’est un tiers, c’est typiquement un tiers. Et qu’est-ce que c’est, même, le tiers par excellence ? C’est la société. La société est tierce à toute personne. La société c’est le tiers par excellence. Et voilà que la sécurité sociale payait le soin ; c’était le tiers payant. Vous suivez ? C’est pas difficile. Problème juridique : c’est un conflit. C’est un conflit entre le droit civil en train de mourir et le droit social en train de naître. Comment va-t-on régler ce conflit une fois dit que les médecins libéraux représentent une force sociale importante ? Réponse : c’est par là que c’est très intéressant le droit, il faut toujours trouver des astuces. C’est très marrant le droit, vous comprenez. Il a fallu trouver quelque chose pour satisfaire et les puissances montantes du droit social et les puissances descendantes de la médecine libérale. Alors, ce qu’on a trouvé, c’est particulièrement tordu. Ça consiste à dire au malade : eh ben tu vas payer de ta poche le médecin (relation libérale, le contrat est sauvé), mais, en revanche, le médecin va te faire un papier, à toi, qu’il te donnera dans sa relation contractuelle, tout ça, il veut pas savoir ce que ça devient, ça. Il te donne un petit papier qui est un acquis de paiement. Et moyennant ce petit papier, tu l’envoies au tiers qui va te rembourser. Vous voyez que cette espèce de décomposition de l’opération qui aurait été beaucoup plus simple si le médecin avait été payé directement, est due uniquement à l’affrontement de deux conceptions du droit strictement, qualitativement différentes. En d’autres termes, la relation médicale, à mesure que le droit social augmentait, se développait, ne se coulait plus dans la relation contractuelle ou, si vous préférez, ne prenait plus comme sujet de droit la personne. Le malade avait cessé d’être une personne. Comme on dit, alors ça c’est épatant parce que... les plus... les plus réacs que vous prenez disent : ah oui, dans la médecine sociale, les malades ne sont plus des personnes. Mais c’est vrai à la lettre. Il n’y a pas lieu de discuter. Ben évidemment, ils sont plus des personnes. Tout ce qu’on peut dire, c’est que du temps où les malades étaient des personnes, euh, c’était pas fameux, c’était pas fameux parce qu’être une personne, ça n’a jamais empêché d’être traité comme un chien, mais euh... un chien personnel, mais... C’est évident : un malade n’est plus une personne.

Qu’est-ce qu’il est, le malade ? Il est devenu un vivant. Il est devenu un vivant. Le sujet de droit, ce n’est plus la personne dans l’homme. Il n’y a plus de personne dans l’homme. Le sujet de droit, c’est devenu le vivant dans l’homme. Vous me direz : ça empêche pas qu’il a quand même des droits différents de ceux d’un chien. D’accord, il a des droits différents parce que le vivant dans l’homme, c’est pas la même chose que le vivant dans le chien. Euh.. Mais c’est pas au nom de la personne, c’est au nom d’une qualité de vie, ce qui est complètement différent. Le droit social repose sur le vivant et non plus sur la personne. Alors que le droit civil reposait sur la personne. Et, à cet égard, c’est évident et je dis... là je dis quelque chose qui n’est pas un progrès. Regardez aujourd’hui ce qui se passe comme luttes concernant le droit. Mais les luttes concernant le droit, elles se situent toutes au niveau du vivant et plus du tout au niveau de la personne. Qu’est-ce que ça veut dire ? La vie dans l’homme, c’est ça le problème du droit aujourd’hui. La vie dans l’homme, pourquoi « La vie dans l’homme » ? Eh bien, euh, Je pense à un cas, mais là aussi, euh, réactionnaires ou progressistes, ils ont le même langage, sauf ceux qui vraiment en rajoutent, là, ceux qui veulent se faire encore plus bêtes qu’ils ne sont. Mais sinon vous avez le même langage qui est celui du droit social. Je veux dire, prenez l’histoire de l’avortement. Les pires ennemis de l’avortement, qu’est-ce qu’ils invoquent ? Ça c’est la marrade. Ils invoquent quand même pas... l’idée, là... ils osent plus... ce serait du dernier [ ?], le fœtus comme personne. Ils osent pas dire que le fœtus est une personne. Ils sentent que ça marche pas, que si on dit aux gens « le fœtus est une personne », tout le monde rigole. Mais qu’est-ce qu’ils disent ? Eh ben les associations hostiles à l’avortement, leur drapeau, c’est « laissez les vivre ». « Laissez les vivre », c’est-à-dire ils invoquent explicitement un droit parfaitement moderne, un droit au vivant, un droit à la vie. Et ainsi ils retournent avec habileté ce qui a été la revendication motrice de l’avortement, c’est-à- dire le droit à la vie des femmes. Les femmes qui se réclamaient du droit de décider elles-mêmes de leur vie et de la qualité de leur vie. Et voilà que les réactionnaires retournent ce... en disant que si on leur nie que le fœtus est une personne, on ne peut pas leur nier au moins que le fœtus soit un vivant et qu’il convient, pour le fœtus, de le laisser vivre.

Bon, alors ça devient très intéressant. Est-ce qu’il faut laisser vivre les fœtus ? Ça c’est un problème pour Nietzsche, mais, enfin, Nietzsche aurait plutôt dit oui, parce que, vu son état de santé... enfin, peu importe. Mais vous comprenez, vous comprenez. C’est pour ça qu’il faut dire : ceux qui veulent interdire l’avortement et ceux qui militent pour l’avortement sont bien, pour parler comme Foucault et c’est ça son idée tout le temps, sont bien sur le même sol archéologique, c’est celui du droit social où le sujet de droit c’est le vivant et non plus du tout la personne. Et Foucault dira... et j’avais commenté ces textes, donc je ne fais qu’y renvoyer, là, très rapidement. Si vous vous rappelez les beaux textes, que je vous avais lus et que vous avez peut-être lus, de La Volonté de savoir, Foucault nous disait : comment expliquer que la même époque, soit celle qui ait tendu à l’abolition de la peine de mort et qui ait opéré les plus grands génocides de l’histoire ? Et, là aussi, il voulait montrer que les deux tendances, tendance à l’abolition de la peine de mort dans tous les pays, et existence des génocides, existence universelle des génocides au XXème siècle, ça appartient au même sol archéologique, bien que ça n’aille pas dans le même sens. Pourquoi, Parce que, l’abolition de la peine de mort, elle trouve son fondement dans le droit social à partir du moment où le sujet de droit c’est le vivant. A ce moment-là, le droit ne peut plus être un droit de faire mourir. Le droit de faire mourir, c’était le vieux droit de souveraineté. Le droit disciplinaire déjà mettait en question la peine de mort, alors, à plus forte raison, un droit qui se propose la gestion de la vie du point de vue des populations, peut pas conserver la peine de mort.

Mais les... les... perdu le mot... les génocides... les génocides ont pris tellement d’importance au XXème siècle, pourquoi ? Prenez le thème... Qu’est-ce qui a été... quels ont été les premiers surgissements du pouvoir de contrôle moderne ? C’est-à-dire d’un pouvoir qui n’était plus ni de souveraineté ni de discipline ? C’est le fascisme. C’est le fascisme qui répond exactement à la définition de Foucault : biopolitique des populations. Biopolitique raciale, thème de l’espace dit vital, dénonciation donc... biopolitique raciale. Voilà il me semble la trinité du fascisme : biopolitique raciale, euh... réclamation de l’espace vital, c’est-à-dire d’une espace ouvert, d’un espace d’expansion, dénonciation de l’ennemi non pas comme autre personne, mais comme agent biologique dangereux, c’est-à-dire susceptible de contaminer la race ou la civilisation, la culture etc. L’ennemi comme agent infectieux. Il me semble que c’est ça... enfin on peut sûrement en ajouter, mais c’est ça la tri... Or le génocide se fait en fonction des conditions de survie de la population qui le commet. Il s’agit de se débarrasser, nous dit-on, de l’agent infectieux. Et c’est au nom de la vie dans l’homme et de la survie dans l’homme que le génocide s’opère. Je retrouve, là, la conclusion que, vraiment, le troisième âge du droit ne vaut pas mieux que les deux autres, mais c’est pas la question. Que ce qui apparaît dans ce troisième âge du droit, c’est de nouvelles stratégies, de nouvelles luttes : il y a à lutter contre de nouvelles formes tout comme il y a à promouvoir de nouvelles formes. Et, en effet, c’est avec le fascisme que commence le grand pouvoir de contrôle. Il commence, le grand pouvoir de contrôle, sous quelle forme ?

Ça a été dit mille fois, dans les grands textes déjà de Walter Benjamin... euh... sous forme des grandes démonstrations de masse. Les grandes démonstrations de masse en espace ouvert sont inséparables du fascisme, enfin du fascisme tel qu’il a été, qui est la naissance... je peux pas dire que ce soit le pouvoir de contrôle dans sa pleine expression parce que c’est évident, euh... ne serait-ce que par les analyses de Burroughs, le pouvoir de contrôle c’est ce qui se fait maintenant. Mais la préfiguration du pouvoir... Si vous voulez, le fascisme, ça a été la charnière, tout comme, là, on pourrait dire, exactement comme Foucault fait de Napoléon la charnière du pouvoir de souveraineté au pouvoir disciplinaire, Hitler et Mussolini déjà avant, ont été a charnière du pouvoir disciplinaire au pouvoir de contrôle. Charnière qui s’est faite deux fois, une fois par la radio, une fois par la télévision. La télévision étant la forme moderne. Mais, en effet, on pourrait faire correspondre un statut... alors, si on voulait raffiner, mais on n’a plus le temps. On pourrait faire correspondre un statut des images aux trois pouvoirs. Tiens, on le fera la prochaine fois. Si vous y pensez, faites-moi penser. Ce serait pas difficile, on pourrait faire un euh... un statut des moyens d’expression des images correspondant aux trois périodes. On ferait comme ça trois stades... Ah ben ce serait très bien on ferait trois stades du cinéma. On reviendrait au cinéma... parfait. Je veux dire, oui, pour en finir avec ça... euh... je veux dire.

Vous voyez, à force de fumer vous... Ben non ! c’est pas vous, c’est pas... c’est nous, c’est une honte [quelqu’un tousse dans la salle]... Euh, je veux dire, oui, j’insiste là-dessus... quoi ? Ouvrir les fenêtres ? oui, c’est formidable, on va tous tomber, hein... Oui l’heure est venue ! Ouvrez les fenêtres, ouais ! Encore ! Encore ! Elle s’ouvre pas là-bas ? Il y en a un qui a froid, il veut pas, parce que...

Alors je termine parce que vous n’en pouvez plus, je le sens. Ce passage du droit civil au droit social, c’est sûrement un des moments les plus importants de l’histoire du droit, mais je signale, parce que c’est un très très beau livre, qu’il y a justement un disciple, un disciple de Foucault qui vient de faire paraître sur ce point un livre très important, un gros livre qui s’appelle L’Etat providence, et... L’Etat providence, c’est François Ewald, qui a été l’assistant de Foucault au Collège de France. Et ce livre est très très beau. Et lui, au moins, il a le mérite, contrairement aux tenants actuels des droits de l’homme, euh... d’y connaître quelque chose dans l’évolution du droit. Et ce qu’il montre, c’est quelque chose de fondamental, c’est comment le passage du droit civil au droit social s’est fait, non pas uniformément, mais, entre autres, dans le courant du XIXème siècle à propos d’un point précis qui était l’accident de travail et le développement des assurances. Le développement des assurances et l’accident de travail. Et il y a une étude, alors, très digne de Foucault, très dans la méthode Foucault, sur toute une histoire des accidents de travail dans la formation du XIXème siècle, avec des notions très intéressantes, et pour confirmer, je lis juste... Ewald, E W A L D et ça a paru chez Grasset, ça a paru il y a quelques mois, il y a deux mois.

Je vous lis juste, parce que ça confirme absolument tout ce qu’on vient de dire, voilà : « dans l’ordre des droits sociaux... », je voudrais qu’on en fasse notre conclusion aujourd’hui, c’est pages 24-25. « dans l’ordre des droits sociaux - pas civils hein - dans l’ordre des droits sociaux, le sujet acquiert compétence juridique par le seul fait d’être un être vivant. Si en effet les droits sociaux sont par principes indéfinis, ils ne sont jamais qu’autant d’expressions d’un fondamental droit à la vie. Dire que le droit civil, c’est-à-dire l’ancien droit, ne connaît pas le droit à la vie pourra étonner... ». Il se fait à lui-même une objection ; en effet tout le monde sait que, du point de vue du droit civil, le droit à conserver sa vie - retenez bien : conserver sa vie - est un droit inaliénable au point que, pour le droit civil, le droit de conservation de la vie, de sa propre vie, est euh... un droit dit « naturel ». C’est un droit naturel inaliénable au point que le prisonnier est dans sa.... tous les juristes l’ont toujours dit au XIXème siècle, un prisonnier est dans son strict droit lorsqu’il tente par tous les moyens de s’évader. On ne peut pas le poursuivre pour s’être évadé, hein, c’est très intéressant, ça. Un évadé a le droit naturel de tenter... euh... un prisonnier a le droit naturel de conserver sa vie, donc de s’évader. Simplement on le poursuivra pour avoir cassé une serrure.

Mais c’est très intéressant, parce que le droit c’est comme ça : on le poursuivra pas pour s’être évadé. Mais pour avoir assommé un gardien, pour avoir... etc. etc. Mais, justement, vous voyez que c’est une confirmation : le droit civil reconnaît le droit de conserver sa propre vie par n’importe quels moyens, sauf ceux qui tombent sous la loi, hein, mais on a le droit de conserver sa vie, seulement c’est pas un droit civil, c’est un droit naturel. Donc, dire que le droit civil ne connaît pas le droit à la vie pourra étonner, le droit à la conservation de soi, en effet, ne figure-t-il pas parmi les droits naturels ? Ewald continue : mais précisément, il n’est pas susceptible d’être garanti en tant que tel par un droit positif. Aucun droit positif ne peut le garantir. « Celui-ci, le droit positif, ne protégeant le sujet que dans le cadre d’un échange, c’est-à-dire d’un rapport contractuel. Pour le libéral, pour le libéral... »

Pensez à Reagan aujourd’hui. C’est pas libéral à la lettre..., ou à Giscard... « Pour le libéral, vivre ne donne aucun droit », ça c’est la position du droit civil. « Vivre ne nous donne aucun droit, le droit ne protège que ce que l’on fait de sa vie ». « Vivre ne nous donne aucun droit, le droit ne protège que ce que l’on fait de sa vie. Au contraire l’idée de droit social suppose que le fait même de vivre vous donne des droits positifs ». Là il y a vraiment une mutation du droit. « Le fait même de vivre vous donne des droits positifs, mais des droits qui ne peuvent obéir qu’à un tout autre régime que celui des droits civils. Ils ne sont pas en effet opposables à un autre, mais à ce nouveau sujet de droit qu’est la totalité de sujets, la société ». En d’autres termes le contrat est opposable à un autre, l’autre personne qui a passé contrat avec toi, tandis que le droit social, il est pas opposable à une autre personne. Il est opposable à la société. « Société, tu me dois du travail. Société, tu me dois le moyen de vivre et de survivre. Société, tu me dois le trava... euh... le droit d’entretenir une famille etc. » Tout ce qu’on appelle et tout ce que les libéraux dénoncent comme étant l’Etat providence, signifie quoi ? Il signifie ce nouveau régime où même les libéraux ne peuvent faire que des tailles extrêmement... Comprenez par exemple que pour arriver... pour restaurer un droit civil, il faudrait supprimer les assurances ; pour supprimer les assurances, faudrait supprimer les autos ; c’est pour ça que « libéraux », c’est, c’est... c’est un tel niveau d’hypocrisie et de connerie dans la pensée... euh... que c’est pas imaginable... euh... vous comprenez, tout ce qu’ils disent, c’est vraiment rien, ça veut dire quelque chose, mais ça veut pas dire ce qu’ils prétendent... C’est évident que le régime d’assurance même, c’est typiquement du droit social, c’est typiquement... Ce qui est garanti c’est la vie, le fait même de vivre et c’est opposable au tiers, le tiers étant la société tout entière, c’est le tiers payant. Eh ben, ils peuvent supprimer la sécurité sociale, les libéraux... et encore, c’est difficile. Ils peuvent la diminuer etc. mais ils supprimeront pas l’assurance automobile. Or, l’assurance automobile, elle est anti-libérale au possible, elle fait partie du nouveau droit, elle fait partie du droit... et tout ça... ça va de soi...

Bon, qu’est-ce que je voulais dire encore ? 23, 24, 25. Oui. Voilà ce qui termine. Voilà : « les droits sociaux se supportent d’un nouveau principe d’évaluation. La valeur fondamentale n’est plus tant la liberté comme valeur des valeurs, en tant [ ?] la personne [il dirait aussi bien : la valeur fondamentale n’est plus dans la personne] que la vie, tout ce qui est vivant, tout ce qu’elle produit, ses potentialités qu’il faut actualiser ». Et Foucault nous disait... qu’est-ce qu’il nous disait dans La volonté de savoir ? Je fais l’enclenchement de Foucault avec le livre de Ewald... page 191 : « c’est la vie, beaucoup plus que le droit - sous-entendez que le droit civil- qui est devenue l’enjeu des luttes politiques, même si celles-ci se formulent à travers des affirmations de droits - sous-entendu de nouveaux droits social - Le droit à la vie, au corps, à la santé, au bonheur, à la satisfaction des besoins, le droit par-delà toutes les oppositions ou aliénations, à retrouver ce qu’on est et tout ce qu’on peut être, ce droit si incompréhensible pour le système juridique classique, a été la réplique politique à toutes ces procédures nouvelles de pouvoir qui, elles non plus, ne relèvent pas du droit traditionnel de la souveraineté. ». Je veux dire : ça, c’est exactement l’enclenchement, le texte sur lequel Ewald va fonder tout son développement sur la montée des assurances au XIXème siècle et la transformation du droit qui passe de l’état de droit civil en droit social. Alors, en un mot, c’est quoi ? Le troisième sujet de droit, c’est donc, non plus la personne dans l’homme, mais la vie dans l’homme, encore une fois pour le meilleur et pour le pire, pour le pire et pour le meilleur. Tout ce que je voulais montrer aujourd’hui, je vous demande d’y réfléchir pour la prochaine fois, on touche au but, enfin, euh... j’en aurai fini la prochaine fois avec tout ça c’est qu’au niveau juridique, au niveau très modeste juridique, on a trouvé une confirmation de la distinction des trois formes : forme de souveraineté, forme de dressage de l’homme et forme « le vivant dans l’homme », hein, quelque chose de nouveau, une nouvelle forme.

 

Notes

a) The volume for a small portion of the lecture during which a student is asking a question is very low, and at times effectively inaudible. This coincides with the 26:36-27:47 marks of the part 2 audio file, and the 58:54-1:00:05 marks of the complete audio file. b) The aggregate audio file has been downsampled.

Lectures in this Seminar

Foucault / 01
Foucault / 02
Foucault / 03
Foucault / 04
Foucault / 05
Foucault / 06
Foucault / 07
Foucault / 08
Foucault / 09
Foucault / 10
Foucault / 11
Foucault / 12
Foucault / 13
Foucault / 14
Foucault / 15
Foucault / 16
Foucault / 17
Foucault / 18
Foucault / 19
Foucault / 20
Foucault / 21
Foucault / 22
Foucault / 23
Foucault / 24
Foucault / 25