Foucault / 19

April 15, 1986

Power is always a set of relations of well-determined forces. It is always a set of relations of forces. Remember a set of relations of forces is presented in what Foucault at one point calls a diagram. It is the diagram that is the presentation of relations of forces at a given moment. Well, I would say, first direction: we seek the relation [rapport] between … or rather the relationship [relation] between the relations of forces and the forms that follow from them.

.

Seminar Introduction

After Michel Foucault's death from AIDS on June 25, 1984, Deleuze decided to devote an entire year of his seminar to a study of Foucault's writings. Deleuze analyses in detail what he took to be the three "axes" of Foucault's thought: knowledge, power, and subjectivation. The seminar led to the publication of Deleuze's book Foucault (Paris: Minuit, 1986), which subsequently appeared in an English translation by Seán Hand (Minneapolis: University of Minnesota Press, 1988).

English Translation

Edited

In the 15 April 1986 lecture, topics of discussion include: the American writer William S. Burroughs and his book Naked Lunch; regimes of images (régimes d'images) in Foucault; post-war cinema or the second regime of the image, the back of the image and the concentration camps; the door in cinema; Benjamin and the arts of reproduction; Syberberg and the production (les mises en scene) of the masses by Nazism; Paul Virilio; French film director Alain Resnais and the man who returns from the dead; cinema, reading (lire) an image, discipline, and the pedagogy of the image; the French film critic Serge Daney; the mannerism of the image, television programs and radio; the pre-visualization of images in the work of American filmmaker Francis Ford Coppola; regimes of control of the image by the image; diagrammatic mutations from one historical formation to another; relations of forces; that every diagram is strategic; social fields and singular points; Foucault's idea of ​​the transformation of diagrams; Foucault's books Discipline and Punish (a single form of disciplinary power) and The History of Sexuality, Vol. 1: The Will to Knowledge (biopolitics of populations); the powers to be affected, to affect, of resistance, and the transformation of diagrams; the social right (droit social) and the life of the people (des populations); vitalism in Foucault; points of resistance and relations of power; that in a social field resistance is always first compared to what it resists, to power; Tronti; Foucault's silence after The History of Sexuality, Vol. 1; Foucault and his struggles; Le Groupe d’information sur les prisons (GIP) after 1968; the question of the crossing (franchissement) of the line of power or the line of the outside (dehors); the discovery by Foucault of points of resistance; and the ‘ordinary man’ and power.

Foucault in Paris 1984
Foucault in Paris, May 1984. Photograph by Michelle Bancilhon. Source: RTS Culture

 

Gilles Deleuze

Seminar on Foucault, 1985-1986

Part III: Power

Lecture 19, 15 April 1986

Transcription by Annabelle Dufourcq

Translated by Christian Kerslake

 

I’ve been asked by some of you who don’t know about Burroughs where you should start with this author, who is so significant for American literature, and for modern literature in general. I think that the best way in, for those who don’t already know him, is to start from one of his better-known novels. It would be better to avoid … he has produced some theoretical essays on control, on all that, but I don’t think that it’s the finest part of his work; it would be better to start with The Naked Lunch, one of the better-known novels, which has been very nicely translated by Gallimard. In The Naked Lunch, you will see, there is a whole confrontation between groups of control, along with a very interesting preface by Burroughs. And I also recommend, especially if it’s your first contact – for those who already know him, you can ignore this – an interesting number of L’Herne on Burroughs, although it’s not just on him, it’s on Ginsberg as well, because Burroughs is one of the three greats of the Beat generation, the two others being the poet Ginsberg and Kerouac. Yes, it’s on those three … In the light of what we have already said about modern literature, Burroughs, Kerouac and Ginsberg  would also be key, fundamental figures in modern literature.

You will recall that last time we had somewhat displaced our problem of the relations of forces and the forms that follow from them, and which we had posed at the level of formations, formations of right [droit], formations of power or of right. Or rather formations of power and of right. And so we sought to sketch out from the juridical point of view, always focusing on a brief period, since this is the period considered by Foucault, a kind of table of formations of sovereignty, of formations of discipline and formations of control. And I ended by saying: yes, we could also look at the level of the formation of images (which would link up with what we have done in previous years), the formations of the image, so as to see … not at all in order to apply it, not at all …  but so as to gain some reference points. If I turn to the theme of regimes of images, can I find something equivalent there? So as to bring about a consolidation.

And this would have its foundations in Foucault because Foucault makes three interventions on the pictorial image. One is the famous text on Velasquez’s Las Meninas, and which corresponds to the classical formation. Another is the manuscript on Manet he did not want to publish. And the other is the text on Magritte, to which we have often referred. Well, … it is very vague things I have to say. From the point of view of the image – which was our concern in previous years, when we were preoccupied with cinema – is it possible to speak of regimes of images and if so, what could one bring to light? Could one find a confirmation there? I could even say, because of what we did in previous years, that there is the possibility here of defining different regimes of images. And in that case, might one be able to retrieve something like – without forcing it too much, without wanting a coincidence on all points – something like a regime of sovereignty as a regime of images, along with a regime of discipline, a regime of control?

I am thinking of a book to which Foucault nevertheless does not refer, which is quite independent, a book by Serge Daney that is a critique of cinema from the Cahiers. This book is called La Rampe. And what interests me is that he distinguishes three, really three, regimes of images and of the cinematographic image. The first he takes to run up until the war. In effect, this is a periodization proper to the cinema. Up until the war: first regime. Now, how does he go about defining this regime? He defines it via a question. He says that the fundamental question is: ‘To what does the image refer?’, that is to say, ‘What is there behind the image?’ ‘What is there behind the image?’ [Deleuze repeats]. What does that mean? He says: Yes, in this kind of regime of images, if you like, every element of the image plays the role, or can play the role, of a mask [cache][1], a temporary mask, so that it is only in the following image that one sees what lies behind it. And he says: the formula of this regime of images would be: the secret behind the door. And it is indeed true that in the whole of the classical cinema of the pre-war period, the door is something fundamental. Notably in the American comedy, the role of the door is … Rohmer has done a whole course at IDHEC on the role of doors in Lubitsch. But the door is … in effect the door is the temporary mask. So what there is behind the door, everything that is behind the image, will naturally appear in the following image. However, that implies that this regime of the image, this first regime of the image, is a regime of totalization. A film is a beautiful totality. And how does this whole present itself? It is a succession of images always tending towards something that lies behind. It is this something that lies behind that will bring about the totalization. One might put it like that.

I am also thinking of someone else, a great art critic from the 19th century called Riegl, who made periodizations out of three functions of art, or of the plastic arts in particular: to beautify nature, to spiritualise nature, to compete with nature. I would say that this first regime of the image, the secret behind the door, what there is behind the image, precisely gives the first formula: to beautify nature. To beautify nature by making a totality of images, a whole of images. Thus every image is transcended in the following image, but the set of images tends towards a whole. Fine. This is what formed the ambition of the earliest cinema: it is this regime of images, a ‘something behind the image’, that will constitute the whole of images, or that will constitute the determining center of images. Hence, at the summit of its ambition, you get great constructions in triptych. What was it that killed this kind of cinema? Note that this corresponds well with the analysis, if you recall, that Foucault made of the Meninas. What was that? What is there behind the image? The king: what Foucault calls the place of the king. The king, whom one only sees in the image in the form of a reflection in the mirror. And the whole painting is organised towards this point that is behind the image, since one does not see it; so one can see that, in the Meninas, everything functions as a function of masks [caches]. For instance, one sees the other side of the painting that the painter is in the process of creating, but one does not see the painting itself. One sees the reflection of the king in the background, but one does not see the king himself. And all the elements of the image tend towards the king who one does not see. Therefore the Meninas would correspond rather well to Daney’s formula: ‘what is there behind the image?’ Well, behind the image, there is the king, that is to say, the sovereign of the image.

Okay, that is just in order to … I don’t wish to insist on everything here. It is interesting, this is the question … okay, I’ll return to the cinema. Why did this great cinema, this first cinema disappear? This great cinema that one could call classical cinema. It disappeared with the war, why? Well, we would have to gather together the texts we looked at more closely in previous years; just recall the texts of Walter Benjamin on the relation between what he calls the arts of reproduction and the formation of totalitarian regimes. We would have to take up the way in which a director like Syberberg is inspired by Benjamin and goes on to push things further. When Syberberg said: it is necessary to judge Hitler as a film director, what does that mean, ‘judge Hitler as a film director’? It means that totalitarian regimes, and above all the Nazi regime, are presented under what form? As a kind of mise en scène. It cannot be reduced to that, but it is a kind of mise en scène of the masses. The massive direct palpations [manutentions] of the masses, the great mises en scène that end up making it … on this point it is Virilio who connects up with Benjamin and Syberberg, when he shows that right up to the end Nazism is lived as a kind of super Hollywood, as a kind of competition with Hollywood to go the furthest in a kind of colossal mise en scène of State propaganda and direct palpation of the masses.

Why is it that this sounds the death-knell of cinema? Why in a certain way does this toll the bell for the ambitions of Eisenstein and Gance? It is obvious: what terminates the cinema called classical is Leni Riefenstahl. Classical cinema does not die from any mediocrity in its production, it really dies from something completely different: namely that in its deepest ambition, it is as if it is itself realised and then transcended, abominably transcended, by the great mises en scène of the State. So that, if cinema revives after the war, it is as a function of a completely different regime. It will no longer be the regime of sovereignty, and it will no longer involve the question ‘What is there to see behind the image?’ In a certain way, Nazism gave the answer to the question of what there is to see behind the image. What there is to see behind the image is the extermination camps. What is there to see behind the propaganda of the State? What is there to see behind the direct palpations of the masses? The camps. And I would say – or rather Daney shows it very well – that the whole of post-war cinema is formed as a function of this situation.

And in this regard, I think that an oeuvre like that of Resnais is absolutely exemplary; in this regard and in others besides. What makes Resnais important, in the second regime of the image, is that he has only ever had one subject, he has simply known how to vary it. Resnais’ single and unique subject, or his single and unique preoccupation, is the man who comes back from the dead. What is this ‘coming back from the dead?’ One feels strongly that this is his problem. I mean, it is strange; how does it happen that something like that is someone’s problem? I mean: even the physical kind of beauty …. I don’t know, I have never seen him in person, Resnais, I’m talking about the photos, but there is a kind of zombie beauty in Resnais. The man who comes back from the dead. All his work is … Think about his last film, which is incredible, Love unto Death … The man who comes back from the dead. It is incomprehensible without taking into account one of Resnais’s first films, Night and Fog. What was there after the camps? What was it to come back from the camps? So I would say that cinema could not reconstitute itself after the war except by changing, by a changing of the regime of images. And what will this be? The way in which Daney defines the regime of image through neo-realism and starting from neo-realism is down to the fact that one can no longer ask what there is to see behind the image, but rather what there is to be seen in the image and on the surface of the image. What there is to see in the image and on the surface of the image: start by just looking. You are incapable of seeing what there is in an image. You had been incapable of seeing that, behind the great images of State propaganda, there was the camps. Don’t search for what is behind the images, start by reading an image. Start by perceiving an image. In a certain way, the first cinema proposed itself as an encyclopedia of the world. Well, no. There is no place for a sovereign encyclopedia now. So what is there left to do? What amounts to a pedagogy of the image.

Daney uses a word … I would call the first age the ‘encyclopedia’, the ‘encyclopedia of the world’. Now, after the war, arrives the great moment of a pedagogy of perception. To learn to look and to read the image. This will be Rossellini’s pedagogy. The work of Rossellini terminates explicitly with a pedagogical endeavour. And there will also be what Daney nicely calls Godardian pedagogy, or Straubian pedagogy … one could make a long list. I will recall a formula from Daney: the métier of director had stopped being innocent, that is to say, this is what the great directors had declared. From then on, in a certain way, the cinema really has to fall back onto new bases; once again, it will no longer be ‘what is there to see behind the image?’, but ‘What is there to see on and in the image?’ And I would say that this is a pedagogical formation. One could say, without forcing things too much, that it is a disciplinary formation. A discipline of the image. The sovereignty of the image has made way – with everything that means, the ‘sovereignty of the image’: that there is something to see behind the image, the place of the king – for a discipline or pedagogy of the image.

And what is that? According to Daney, it is the sign that this cinema will involve the image taking on its planitude [planitude]. The cinematographic image assuming its planitude. To the extent that it assumes its planitude, the eye that sees the image becomes the spiritual eye; this will be the stage in which the eye spiritualises nature. The eye that sees the image must become an eye of the seer [voyant]. The eye of the seer is the eye that spiritualises nature. Okay, I’ll make a quick parallel with painting: it is at the level of impressionism that pictorial space is presented as if before a pure optics, and as assuming its planitude. The painting assuming its planitude is usually seen as a triumph of impressionism, little matter if this is right or wrong. So that one could make all sorts of parallels here as well. I would also say, although we don’t have time to go into it, that at this stage of the image, where the image assumes its own planitude in the way that you find in Dreyer and in Ozu, one might be tempted to say that it is opposed to the depth of field in Welles – but this isn’t true. The depth of field in Welles is radically novel with respect to the depth of the first regime. The depth of field in Welles is a depth that gives everything up to be seen. I mean it yields up everything to be seen in the image, that is, it yields up all the interactions to be seen from one plane to another, from the background to the foreground. This is to say: it is the contrary of the depth of early cinema, the classical cinema, which was a depth in which the planes would serve to conceal some in relation to others, where the foreground is a kind of mask in relation to what is happening on other planes.

So in this sense both the depth of field in Welles and the planitude of Dreyer are fully a part of the second regime of the image – ‘to see what there is to see in the image and on the surface of the image.’ And then, just as Hitler was akin to the destruction or the impossibility of continuing with the first cinema, today one feels that in fact we are once more at an epochal turning point. After all, what was Hitler from the perspective we are exploring? That was radio. That was radio, everything happened through the radio. The contemporary crisis, on the other hand, well, everyone knows this and it comes up all the time: it now passes through the televison. It is no longer the radio, it is the television. And, in fact, one could say that what is currently being constituted as a third regime of the image, which will no longer be the encyclopedic or sovereign regime, nor the pedagogic or disciplinary regime, but a third regime – well, Daney attempts to define it in the following manner: he says that today  – and it is without doubt the same auteurs, the same modern auteurs, who straddle the two regimes – one is, in a very specific sense, in a new regime of images.

What is this new regime? It is a regime in which image always slides over image. That is to say, there is something behind the image, but it is no longer at all in the sense of the first regime. In what sense then? It is no longer at all in the same way, because what there is behind the image is always already an image. The images slide over each other. The image refers back to a prior, pre-existing image. An image slides over an image. In the very depths of the image, there is already an image. Or, as Daney says: nothing happens to humans anymore, everything that happens, happens through the image. This is striking, and he tries to give it a name, to form a concept, arriving at the notion – and here he also borrows from painting, from the history of painting – he calls modern mannerism. This is a mannerist regime of images. But from our point of view we could equally say that it is a regime of the control of images, where image controls image. This is no longer the same thing as the pedagogic or disciplinary regime. This is a regime … Perhaps there is an equivalent of this mannerism in contemporary cinema, where image always refers back to image, and where the image has no ground other than yet another image, as if the image does not cease to … You can see that this is very different to the first regime where, on the contrary, with the place of the king, the images refer back to something which is not an image, even if this something cannot be given beyond images; the images in any case tend toward something that is the ‘behind of the image.’ Here there is no longer any of that, the images slide over each other in such a way that there is always another image behind the image. And here, once again, in all our categories, I always insist on this: it is neither good nor bad. It includes the most worthless and the most beautiful. Every regime has its mediocrity of production and its masterpieces.

So if I attempt to specify a little: where do we find this mannerism of images at the moment, or in this third regime, where the image controls the image? Well, we find it in television. This concerns television, not excluding its most execrable forms. With television, there is no longer any need to make cinema, since it is the world that makes cinema. It is the world that makes cinema: very nice. There is no longer any need to travel to the farthest reaches, since to travel is just to confirm how television functions over there [Laughter]. Some serious studies have dwelled upon the very important question: what kind of spectacle is most pleasing to people at the moment? And well, it would seem that … There was an article in Libération that echoed this problem. It transpired that one of the most prized spectacles at the moment is participation in a transmission as spectator. Not to actively participate – to go on television to talk about and explain one’s problem, that’s legitimate enough – but to be a spectator at a show that is in the process of being made. Observe also that currently shows are increasingly integrating spectators. You might ask: is this disturbing? Is it promising? People seem to consider this the most valuable thing. Perhaps this is what is most disturbing about it, but as a spectacle, I see it as the equivalent of the visit to the factory. Now, the visit to the factory, that has never been very … You know: one goes around touching the technology [on touche de la technique]. With this kind of spectacle, there is a word that takes perfect account of the nature of the spectacle: it is said that ‘it is enriching’ [enrichissant] [laughter]. So it is very enriching, … The shows on television, you know, it is always rather interesting, you have always these groups of people about whom you think: ‘what are they doing there?’ [laughter]. And well, it seems that their point of view must be that of technical spectators. It is not at all that they find it beautiful, or intelligent, but … they find it enriching. Why? Because they see how it happens, or they believe they see how it is constructed [se fabrique]. And that can be at the level where you get spectators watching a television presenter being made up before the transmission, for example. Thus the show takes place before the show. Since finally there is always an image before the image, and the image will slide over the image. And the participation and presence of spectators at the show that is in the process of being made will serve as a guarantee of this sliding of the image over the image.

Good. I also saw – I couldn’t understand it – that there was a show where there are spectators, but one does not see them. So it’s funny, there are cases where one sees the spectators, and there are cases … But, either way, it is necessary for the show in the process of being made to be done in front of spectators, so that the image is bottomless. So these are, let us put it this way, the ‘enriching’ forms, but not the most ….  The technology [la technique], the contact with technology … To touch the technology. This is a wonderful thing, to touch the technology. It is not to become a technician, that is not at all what people want …. No, they want to touch the technology. That makes them dream. ... It’s strange because …. It enters into the aesthetic dimension. Take a case like Coppola. Even just technically. There is, as one says, a pre-visualization. This is a regime of images by way of pre-visualization. Previsualization. Previsualization by video. So that the film is filmed beyond the camera. In Coppola, in forms that are often very interesting, there will be a typical case of this modern mannerism where every image has pre-existing images for a basis. I don’t need to go further into the issue of the technology, I’m just indicating that the new images, or as is said, the numerical images, typically have the processes themselves (or other processes) as incrustations and are typically regimes of images where the image slides over the image; where what happens, happens to the image; and where the image has always has an image for basis. But, as always there is no need for very complex technologies, such as numerical images – I do not want to say that they are of no use, numerical images, but they are typically images of control. The numerical image, as a new form of image implying a new regime of images, refers back to a regime of control in which image controls image.

But I would say, independently of that, that you also have much simpler techniques that allow for the same thing. Think of a director like Syberberg, the whole question (for those who know his work) of frontal perspectives, and the technique of frontal perspectives as it appears in Syberberg, what does it make possible? Well, to film an actor on a transparent background; the frontal perspective in Syberberg is typically an illustration of a regime of the control of the image. This all works very well, because now I can say to myself: these three regimes … What can be found in the most important auteurs of contemporary cinema? I think that it’s the passage from the second to the third, from the second to the third stage. They started like …. Take the New Wave. They too are on the cusp of this. They have a foot in the new regime. You can see that Godard will be exemplary in this regard. They had been the creators of the great pedagogical regime, and then …. But I don’t really want to develop this. What I mean to say is: at this level of the regime of images, one can find an equivalent of the [historical] sequence, but displaced [décalée] in time – because it is not the same temporalization. One could find a kind of regime of the sovereignty of the image, of the discipline of the image, and of the control of the image. That’s all I wanted to add and now we can finish with that. Good, any remarks?

Someone in the auditorium: Yes, could I say something?

Deleuze: Ah … We have messed up the transmission, we forgot about 10 o’clock. We have spoiled the news.

Another person: [?] … all hours.

Deleuze: All hours? Then tell me at 11 o’clock. Because if the Libyan airplanes arrive, it would be better to be au courant. … Yes?

First intervention: Yes, I wanted to say something. It is that there is always a kind of ambiguity at the level of the image, since it is the same word that is used, in my opinion, for several things. It has been taken up and developed, in my opinion, notably by Sartre, who in his terrible Imagination, says that on the one hand, there is an vignette-image – that says clearly enough what is meant, it is the image which is there; and on the other hand, in the cinema, in the cinematic image, there is movement, it moves! There is always something that moves. It is different from the fact of contemplation, the gaze, and whatever else is involved in what can be called a vignette-image. So with the introduction of movement, Sartre said with some justice: these are ultimately two different types of consciousnesses. When I watch a film, I have a certain distance in relation to the film, whatever that implies, but at the end of the day I have a distance in relation to the film; whereas with the vignette-image, most often it is an imaging consciousness that supervenes on me, and in relation to which I am in some way passive, that I receive. And this dimension disappears in the image-movement which is that of cinema. So I say it again, the first remark I wanted to make is that there is a kind of ambiguity: it is the same word image which serves simultaneously for the vignette that is immobile and for what runs off in the film, that runs off in the cinema. There is the introduction of movement, which involves difference, and which therefore provokes a different consciousness in the spectator. Sartre would say that in the imaging consciousness, there is something which supervenes on me, it is not something that I take, or an attitude that I control, it is something which happens to me. I’ll finish with an example from … the name escapes me, the author of Lady Chatterley’s Lover. He says that unlike in former times, in antiquity, one no longer finds people who, all of a sudden, deeply live an image (it could be a flask of water or whatever). People who are imprinted by an image and live it profoundly. That fades away … probably precisely because of the introduction of movement. Anyway, there is this ambiguity, amongst others, of the vignette-image on the one hand, and the film-image on the other: in my opinion, it is the same word that is used for different things. I do not know if this is comprehensible or if one can draw important consequences from it. But this kind of imaging consciousness, in relation to perceptual consciousness – since the pedagogy of perception was being discussed – there was something there that leaves me a little unsatisfied and …

Deleuze. Yeah. With regard to that, it is not exactly our problem because I was taking the image in a sense as understood [sous-entendu]. For myself, I am no longer satisfied by … In fact, I understand the choice … You are right to recall that, in Sartre, there is a certain … Okay, but I mean the choice is not between an image where there is movement and what you are calling the vignette-image. Because take a picture, it does not move … but nobody thinks of reducing a picture to a vignette. In a certain way, strangely enough, it does move. What movement is there in a painting? There is obviously a movement. This movement nevertheless does not involve things moving in the painting. Then, as you say, in the cinematographic image, there really is movement, and you ask whether this might not be a reason for why there is not as much contemplation as during the times when the image doesn’t contain movement. I’m not sure. Contemplation: that has always been reserved to a minority of people. Painting was also reserved for a minority of people. What do people who love cinema find in cinema at the moment? What do I mean? Well, it seems to me to be a source of very intense contemplation. Among all the great auteurs of cinema, the factor of contemplation is intense, intense. If not how can one talk of ‘the rain’ in this or that auteur? The rain in Antonioni, one does not confuse that with the rain in … er, who is another auteur of the rain?

Student: Kurosawa.

Deleuze: … in Kurosawa. Okay, the rain is of course something that falls and moves. This does not prevent it from being the object of a fundamental contemplation, the rain. The rain has a signature. Images of rain are signed. It’s true: the rain of Antonioni, I think everyone who loves Antonioni would recognise it. It moves beautifully, it is an object of an absolute contemplation. The rain falls, voilà. It is as signed as a painting, it is an object of contemplation just as much as a painting. One must not say, for example, that one does not contemplate in the cinema. It is an object of fantastic contemplation, the cinema. For myself, what doesn’t gel with me, if you like, in what you say, is that I end up rediscovering the duality between what you call a vignette-image and the image-movement; that’s much too simple. Because once again, what is it that moves? It goes without saying that the relations between colours is a movement in a painting. It is necessary to arrive at a clearer definition of what movement is and what movement is not. The relations between colours are by all evidence a movement. When you have a relation between blue and a red, this is a movement, this is a movement and it is a movement that is in the painting. It is simply a movement … For myself, I would say more: in the pictorial image, the movement is not extensive, but there are indeed other movements than extensive movements. In cinema, there are extensive movements, but there are also movements of another nature. But anyway, what I was just saying was on track. I was developing a line of thought on the image … a little parallel to what … You see …

Question: The question is not between the image that does not move and the image which moves, but it is rather between … between the new images, that is to say, television images and the cinema image, the latter which in my opinion belongs to the same epoch as the painting-image, on the same side, while I had the impression that the television image is … [?]

Deleuze: Yes, yes, yes, yes.

Questioner: Also, I would really like a course …

Deleuze: On the televisual image? Ah, I am incapable of that … Yes, to be sure, yes. … But that is partly, it seems to me, because the regime of the televisual image is typically already a regime of the control of the image.

Questioner: Yes.

Deleuze: At the bottom of the image, an image, that is to say: what happens, happens to images.

Questioner: Yes, which is not at all the case …

Deleuze: Which is not at all the case in post-war cinema ... Good, let’s move on. Let’s leave that, eh?

So, we have come to the point, at last we are near – or at least we are able to believe that we are near – to having finished with our question of power, with Foucault’s question concerning power. And, finally, if you wish, it seems to me that the relation – because we have done a first semester on knowledge, a second semester on power, and finally we are reaching the end, under what form? Well, it seems on three principal points. We have tried to develop, in Foucault, the necessity of the confrontation power – knowledge. Power is always a set of relations of well-determined forces. It is always a set of relations of forces. Remember a set of relations of forces is presented in what Foucault at one point calls a diagram. It is the diagram that is the presentation of relations of forces at a given moment. Well, I would say, first direction: we seek the relation [rapport] between … or rather the relationship [relation] between the relations of forces and the forms that follow from them. And we have found that the forms that will be the forms of knowledge follow from relations of forces. For example, we saw recently how the God-form, the Man-form, and the Overman-form can be considered as proceeding from changing relations of forces. This is a whole first aspect that we have encountered.

Second direction: one considers the focal points [foyers] of power, the focal points of power presented in the diagram. This is the equivalent of relations of forces, but the accent is put on another aspect, it is no longer placed on the relations but on the points of power, once we remember that relations of forces in Foucault always go from one point to another in a social field. One considers the focal points of power and what follows from the focal points of power. What follows from them are regimes of statements or what Foucault calls the corpus. What follows is what we saw a while ago: to the question ‘How to select the dominant statements of an epoch? How to constitute the body of statements?’, Foucault answers: it is necessary first to determine the focal points of power and to see which words, which phrases, are exchanged at the level of these focuses. For example: what are the statements concerning sexuality in the 19th century or at the 18th century? Let us first determine the focal points of power around which discourses on sexuality were formed. And it will be from these focal points of power that the dominant statements of the epoch on sexuality will follow. So what are they, these focal points? Well, it will be the confessional, it will be the school, it will be medicine, certain sectors of medicine, etc. And Foucault’s method seems to us very important on this point, because in effect without it he would have no rule of method for selecting the characteristic statements of a historical formation. How to choose, how to select the statements? Well, if you have first determined the focal points of power around which discourses are exchanged. Therefore, it was no longer ‘relations of forces from which forms follow’, but rather: ‘focal points of power from which dominant statements follow’. I do not need to indicate that this is simultaneously a different answer and that, at the same time, the two responses are absolutely related.

The third direction we have encountered, still on this problem ‘what is the relation between power and knowledge?’ is that power – and this was a new way of determining power – consists in a set of abstract matters, or, if you prefer, of non-formed matters and non-formalised functions. But from it ensues formed or qualified matters and formalised or finalised functions. You see that this is still the same thing. This is still the same thing as the two other cases, but a different aspect is illuminated. Starting from non-formed matters and from non-formalised functions, concrete functions ensue, that is to say, formed matters, formalised functions. What does that mean? Well, in fact, what will power be? I take up my examples again, which I will not develop further: to impose a task on any multiplicity, that is the formula of discipline, that is disciplinary power, pure disciplinary power, disciplinary power in the pure state. Go ahead and already correct yourself: there is never power in the pure state; nevertheless I can still make an abstraction. In fact, I remind you of Foucault’s principle: in the concrete, everything is always a mixture of power and knowledge, there is no pure power, nor pure knowledge. But I can, though abstraction, derive a power in the abstract sense. Power in the abstract sense, disciplinary power in the abstract sense, will be: to impose any task on any multiplicity. Good, I say: any multiplicity whatever, that is what I am calling a non-formed matter. It is not specified which multiplicity. Are we talking about children? Is it men? And is it women? Is it workers? Is it soldiers? I know nothing about it. ‘Any multiplicity whatever’, that is to say, non-formed matter. To impose any task: I do not specify which. Is it to educate? Is to make people labour? Is it to care? Is it to carry out an exercise? I do not say. Any task whatever.

That is the pure diagram: to impose any task on any multiplicity. What ensues from it? That is to say, how is the diagram effectuated? Well, through the formalised functions and formed matters which, from that moment on, make up the entirety of the holders [détentrices] of knowledge. Example: the multiplicity is no longer any multiplicity whatsoever, it is a multiplicity of children. A formed matter. The child is a formed matter. And the corresponding function is no longer to impose any task whatever, it is to educate. This will be the school. If the any-multiplicity-whatever is no longer the child, but the sick, the corresponding formalised function will be: to care. And the form will no longer be the form ‘school’, but the form ‘hospital’. If the any-multiplicity-whatever is ‘young people with a sound constitution’ – what age did one do one’s service in the 19th century? 21 years old – in that case, ‘young people with a sound constitution of 21 years of age’. Well, then the formed matter will be: soldier. And the any-task-whatever will no longer be any one whatever, it will be: to train soldiers. You see, each time I can say: what defines power or the diagram is the ensemble of non-formalised functions and non-formed matters flowing from concrete formalisable functions and concrete formable matters.

So it’s as if there are three aspects, all of which come down to the same thing. With this I’ve summarised the object of our research on the relations power-knowledge, knowledge-power. How power is always incarnated or actualised in historical formations, historical formations that themselves constitute knowledges. Hence the idea: all power implies knowledge, all knowledge implies power. But you see how the three different ways, Foucault’s method, involves a kind of variation. But the whole is extremely rigorous and coherent. Only, at the moment when we thought we were finished – it is always like that, it’s great – when we thought we had finished, we come up against what? Okay, assuming all that, then what? What is that makes diagrams change? What is it that makes one pass from one relation of forces to another relation of forces? What is it that produces change? It’s already been said, it’s already been indicated: there are mutations, there are mutations of diagrams, and these mutations of diagrams have been verified up to this day. Change in the regimes of images is a mutation. Change in juridical formations, we saw that last time, that is a mutation. These are mutations. Change in the relations of forces leading to the forms God, Man and Overman: it is, if one may put it like this, the diagrammatic mutations that always bring new forms with them, new social formations. Good, that’s all fine, ‘mutation’, but it seems a bit easy. What are these mutations? The word ‘mutation’, okay, Foucault employs it …. Foucault invokes mutation, and at the level of relations of forces.

Fine, but does he just leave us with that? He abandons us, he says nothing more. How to take account of these mutations? How to explain the passage from one diagram to another diagram? And what relation is there between diagram B and diagram A? We have attempted to demonstrate all that, we have attempted to, but I believe that, to conclude, the moment has come to try to be a bit more … Well, what we know is that every diagram is strategic, and that, in appearance at least, to the question ‘what happens in a social field?’ Foucault’s own response, which has a great importance, will be: well, what happens in a social field is that “it strategises” [ça stratégise]. A social field is the place of a strategy. What defines a strategy? Well, the relation of forces presented in the diagram. The relations of forces define the strategy corresponding to the social formation under consideration. This means, in effect, that every diagram is the place of a combat. A combat of forces. And it is from the combat of forces that the forms ensue. But I go back to the question: what does combat consist in? Between what or whom does combat take place? This is what I would like to … there is a need to be totally meticulous since this is the question we’ve been left with. We realise now that we were talking of mutation, about the substitution of one diagram for another, but, once again, the motor of substitution, of the replacement of one diagram by another, has been left for us to think through.

So what happens to explain the change of diagram, that is to say, the passage from one historical formation to another? One could think up a first answer as follows: who is the combat happening between, in the strategy? We have already given an answer to that during the second semester a while back. Every force has a double power, a power of affecting and power of being affected. The power of being affected should be considered to be a power no less than the power of affecting. To affect and to be affected. As what? Well, the power of being affected by another force, the power of affecting another or other forces (force is always in the plural). Okay. So I will say: there are forces; combat comes about between affecting and affected forces. Moreover, I can even say: affecting forces and affected forces, this is already the result of combat. But better, what does that mean? Every power, Foucault says to us, goes from one point to another. What is a point in the social field? He hasn’t told us, and that speaks for itself; but for us, a definition must be proposed that seems to us to conform to the thought of Foucault. I would say: it seems to me that for Foucault, a point – in the sense in which he says ‘every power or every relation of forces goes from one point to another’ – a point is always the point of application of one force upon another. The point of application of one force upon another. And the synonym of ‘point’ would be ‘singularity.’ A singularity is the point of application of a force upon another force. Hence the expression current in mathematics: ‘singular point.’ But we can see in what sense it can serve us in a theory of forces: points as singular points will be the points of application of a force upon another force. The result is that I can distinguish two sorts of points or two sorts of singularities. The points that mark or the singularities that mark the way in which a force is affected by another, and the singularities that mark the way in which one force affects others. For convenience sake, let us place what we can call ‘active points’ on the one side, points of application of the affecting force, and on the other what we can call ‘reactive points’, ‘points of reaction’, or ‘singularities of reaction’, points of application on the affected force.

Can I say that it is as if the reactive points are the ‘vis-à-vis’ of the active points?[2] That is to say, the points that express the affecting force, and the points that express the affected force. What does that mean concretely speaking? Well, we have already seen. Take the relations of forces. For example, in the disciplinary regime, in disciplinary power, you will recall, they were painstakingly examined, arranged in series, lined up, to compose a force greater than the composing forces, to put in rank. I’ll focus on ‘putting in rank’. Putting in ranks is a force which affects other forces, it is the affecting force. The headmaster in a school says: ‘March! In file.’ He is the affecting one, there is the singularity of the master. When he speaks, it is the singularity put into rank [mise en rang]. It is the point put into rank. In fact, he will not be the only point. I no longer remember the exact order, but it involves first putting into rank and file, then entering into the class, the boys stand up, they sit down, they get out their machines, they arrange them, they get to work. They get a smack because they have not done their work. You see, there is a succession of operations. In order to leave they put themselves in file. This is all about putting into rank and file, from the beginning to the end. Okay, but ‘being in file’, that is a reactive point. Active point: the master says ‘In file!’ The boys put themselves in file: there is a reactive point, a being-affected. Now, the one cannot be concluded from the other, it is necessary to take account of the whole ... it is a couple of affects. To every affecting affect there corresponds an affected affect, but the two do not resemble each other. There is a point of application; for example, one can easily envisage a point of application: think back to your childhood. The headmaster says: ‘In file!’ You will find proof that there are points of application here. As Foucault said, this is an anatomy of the body, a political anatomy of the body. It can be that one finds oneself waiting with an almost sickly febrility for the end of the hour, for the moment when the master says ‘In file!’ It is not at all the same affect that is involved in the ‘In file!’ as in the ‘Enter!’, therefore there are already two affects of rank and file. But in fact there are four affects: for there is the affecting affect of the master, also double – it is not the same at the beginning and the end, the master can be glad that it is over, or sad that it is over if he is a good master, he can be sad that the course is over. Anyway, I can thus furnish my diagram with all kinds of points. So I ask you to keep this in mind, as we will need it. It is necessary to provide points, singularities. Now, is there in any of that anything that explains how a diagram passes away to the benefit of another diagram? I have looked hard, and there isn’t. No! The relations of power put all these points, or all the singularities, into relation with each other in such a way as to compose a stable whole.

What is capable of changing a diagram? You sense that there is a problem here. I hope you can sense that what needs to be retrieved here is Foucault’s path, his very path of research. He maintained the idea that diagrams change by mutation, but he could not content himself with a simple invocation of ‘mutation’. He had to ask himself: but who guarantees the transformation of a diagram? What had he maintained? He had maintained that there were affects or points between which relations of power are woven, but between these points, one does not actually come across the reason why a diagram changes. And note, this is what matters to me today, I would like to insist in particular on this story of Foucault’s evolution. What is the evolution of a great philosopher like Foucault? When I say to you ‘one has no choice’, well, he had no choice; it was necessary that he find … something. And what will that be? At this point, we can make an attempt … but what does that mean, to ‘make an attempt to reconstitute a history of Foucault’s thought’? Well, we have the mapping points. Reading Discipline and Punish, one can see that it is already a question of the diagram, since it is there that the word appears. It is also already a question of the mutation of a diagram into another, since he studies two periods, two historical formations. But there is something about which he does not say a word, and which only emerges a year later, since there is one year, I believe, between the two books; yes, Discipline and Punish is 1975, The Will to Knowledge 1976. What emerges in the course of one year is the idea that a diagram also involves points of resistance. And here it is obviously necessary to pause a little. For, I believe, the notion of resistance does not yet make an appearance in Discipline and Punish. Discipline and Punish concludes in a very curious manner; it terminates abruptly, as if Foucault were laughing … And he ends with an invocation of a combat, ‘the distant roar of battle’, he says, that is the last sentence, aside from a little note announcing the sequels to the book. It ends on the announcement of the rumbling of a battle.

And with that, a year later, The Will to Knowledge appears. You will say to me: the subject is not the same; but that is what interests me. The Will to Knowledge is the first volume of The History of Sexuality. My question is different: it is that in the first volume of The History of Sexuality the question of power is largely taken up again from scratch. I’m asking: for what reasons? I mean: what are the novelties in The Will to Knowledge with respect to Discipline and Punish a year earlier? I say that there are two novelties – considerable novelties. These are: first novelty, Discipline and Punish in the end only considers a single form of disciplinary power, which Foucault already calls ‘the political anatomy of the body’. To discipline the body. The political anatomy of the body. This is the sole point; and he pursues this political anatomy, which consists in this: to impose any task whatever on any multiplicity whatever. And he identifies this at the levels of school, hospital, barracks, prison, factory, atelier. This is what Discipline and Punish does. The first great novelty of The Will to Knowledge is that Foucault combines this with a second function … A disciplinary one? Maybe. Or maybe it is already something other than disciplinary, that is to say, a function of control? In any case, a function that straddles the disciplinary regime, but which also points to another regime. And this second function, he no longer calls it ‘political anatomy of the body’, but ‘biopolitics of populations’. That was not the question in Discipline and Punish. And the formula is no longer to impose a task on a confined multiplicity, but to administer [gérer] my life in a large, extended multiplicity. So that is the first novelty. I will not return to that, we have already commented on it, but I want to mark it as the first novelty.

Second novelty: at a fundamental level there appears the idea that in a society, in a social field, there are no longer only the points of affecting and the points of being affected, but there is a third sort of point: there are points of resistance, there are singularities of resistance. And here is a text which appears very strange to me. Listen to this carefully. It is necessary “not to misunderstand the strictly relational character of power relationships” (126/95). We have seen that force is always in relation with force. It is therefore necessary not to misrecognise the relational character of relations of power. “Their existence depends on a multiplicity of points of resistance” (ibid). Here appears the explicit formula of points of resistance. “Their existence depends on a multiplicity of points of resistance: these play the role of adversary, target, support, or handle in power relations.” This is rather curious! You must already feel why it is curious, this text. “These play the role of adversary, target, support, or handle in power relations. These points of resistance are present everywhere in the power network. Hence there is no single locus of great Refusal” (ibid).

So he rediscovers his usual theme: there is a dissemination of the points of resistance. “Resistances are not only a reaction or rebound, forming with respect to the basic domination an underside that is

in the end always passive, doomed to perpetual defeat” (ibid, trans. modified). Therefore these points of resistance are effective. “Resistances do not derive from a few heterogeneous principles” – that complicates it, it’s not heterogeneous to power, it also passes into and through the relations of power – “but neither are they a lure or a promise that is of necessity betrayed.” They pass through relations of power, but they are something else. “They are the odd term [l’autre terme] in relations of power; they are inscribed in the latter as an irreducible opposite [vis-à-vis].” Keep hold of that. “They are the odd term in relations of power; they are inscribed in the latter as an irreducible opposite. [Deleuze repeats]. Hence they too are distributed in irregular fashion”, just like the relations of power.

“Hence they too are distributed in irregular fashion: the points, knots, focuses [foyers] of resistance are disseminated.” You see, let me remind you. ‘Points, knots, focuses’: this is a mathematical vocabulary through which mathematicians give a precise definition to the singular points of a curve. Therefore there is an explicit allusion to singularities. With regard to what? To the points of resistance. There are therefore singularities of resistance. What should appear extraordinary to you in this text? The thing is, if you have been following me, even slightly, one would be expecting something completely different.

Who is talking in the hall?

Deleuze: Is it 11 o’clock?

Student:  3 minutes to.

Deleuze: Pages 126-127 … Ah, okay. Recreation. Cut!

[Continuation]

Pages 126-127 [95-6] of The Will to Knowledge [The History of Sexuality, Volume I]: two expressions give me a problem. These are: “the resistances play the role of adversary, target, support or handle in power relations” (95). And, a little further: “the resistances are inscribed in relations of power as an irreducible vis-à-vis” (96). Because, even so, one would be expecting something absolutely different. If I consider a force of affecting in a relation of power, for example, ‘to put in rank and file’, what is its ‘vis-à-vis’? Or, if you prefer, what is its adversary, its target and its support? Obviously the corresponding force of being affected. To the force of the master of putting in rank and file, corresponds, as vis-à-vis, the force of the pupil, that is, the power of the pupil, the capacity of the pupil to be put in rank and file. In other words, to the singularities or to the points of action, correspond, as vis-à-vis, the points of reaction, and there you have the relation action-reaction. Now, in The Will to Knowledge, Foucault does not tell us that. He tells us: the true vis-à-vis of power relations are points of resistance. Understand this, it is essential! It is essential, this slippage. One must understand: power relations put two vis-à-vises into relation, the force of affecting and the force of being affected, that is to say, the point of action and the point of reaction. That’s the first thing.

But more importantly there is a vis-à-vis of the relation of power, and the vis-à-vis of the relation of power involves points of resistance. This is because points of resistance are not at all the same thing as points of reaction. The point of reaction is, for example, the capacity to be put into rank and file. I put myself in file; there you have a point of reaction. I put myself in file, in fact, when the master says ‘Put yourselves in file’. There are two vis-à-vis. But the point of resistance is something completely different. That is you lot earlier, bad example I know [laughter]: I say: ‘Enter, enter!’ and … nothing at all! That was a case of the resistance known as passive. A step in the other direction and you would have stampeded over me: active resistance. But whether it be passive or active, the point of resistance is absolutely different from the point of reaction. When Foucault talks about ‘the vis-à-vis of the relation of power’, these are points of resistance. I say: the second novelty of The Will to Knowledge in relation to Discipline and Punish is the discovery of a third sort of singularity, or the discovery of points of resistance. In other words, I can no longer say, as I was happy to do up until now, that there is a fundamentally a double power in relation, namely, a power to affect and a power to be affected. Now I must link it up with a third power: the power to resist. The power to resist is a third sort of affect, irreducible to the active affects and to reactive affects. It is a third kind of singularity.

Well, you can see that this whole text … it fascinates me, this text, because if one turns back to a year before, it would have been completely unintelligible. The power of affecting in Discipline and Punish can only have a single vis-à-vis, and that is the power of being affected. That there is a power of resisting that is not to be reduced to the power of affecting, nor to the power of being affected, why does Foucault discover this? Because he absolutely has need of it. My question is: what are the consequences going to be? First: why does he absolutely need it? Let us respond to this question first. Why does he have need of it? Because it seems obvious to me that it is only by focusing on points of resistance that one can understand the mutation of a diagram; namely, why a diagram changes to the advantage of a new distribution of the relations of power. Everything happens as if [?] … Thank you: you will understand. [He writes on the board]: There, that’s nice, eh? That is a set of relations of forces, going from one point to another, point of action and point of reaction. Each time there is a line, I can write: PA, PR. I would say: that’s a diagram, that’s what that is. It is enough to specify the PA and the PR, the points of action and points of reaction. One specifies it by determining the focal points of power in an epoch. The focal points of power are the points where [?] specifically confront each other … where the lines [?] points of action and points of reaction. Now, that is what I would say if I remained within the confines of Discipline and Punish. The points of action and points of reaction are fundamentally bound to each other.

Hence you can recognise them by the way they are joined to each other. You will ask me: [Gesturing to the board] why don’t I join up that and that instead? Because there is dissemination: not every focus of power is bound to every focus of power. Sometimes it is bound, sometimes it is not bound. In any case, you have this: the set of the diagram will join the points in a certain order. But now I need to join the points of resistance to the diagram, as in some way the non-bound points, or rather – actually it’s not right to say non-bound; they are indeed bound, since in fact they’re not abstract. They resist existing centers of power. But, in order to indicate that they are not bound in the same manner as the preceding ones, I’ll write them with dots. You follow? The points of resistance. If these points of resistance, then, which are virtually tied to points of action and reaction, join among themselves … Imagine I’ve got a blue or red chalk, and I make a blue line from there to there. Suppose therefore that these points of resistance enter into relation and thus take on consistency and resonate with each other, then your diagram will collapse to the benefit of another diagram. All the relations of forces will be redistributed. How’s that sound? Is it clear? Question?

Question: [Inaudible].

Deleuze: Oh, no! There’s no answer to that since Foucault does not deal with other societies. But to the extent that we have seen that it can seem to us that every society has a strategy and a diagram, it would confirm it if there were societies which are thought, and perpetually thought, under the species of a strategy. There are indeed extreme oriental varieties, societies that are strategic by nature; the Chinese never stopped thinking strategically in their social formation. So it seems to me to hold for all … But understand the importance of these points of resistance that, precisely, will guarantee the way in which a diagram is overturned, giving place to another diagram which will be the expression of a new relation of forces, to which points of resistance will also be attached. In other words, it is at the level of the points of resistance that the diagram is fundamentally malleable, reversible, and the object of possible mutations.

Hence that text seems to me to be extremely curious, extremely important, because it explains the point of resistance, the points of resistance, literally as counter-powers. Except that this will bring with it enormous consequences for Foucault’s philosophy, and even more for his political conceptions. I’ll dwell on this a little before moving to the consequences: what does that mean, that these are counter-powers? Well, it means: every time power determines an object that is proper to it, or determines the object upon which it bears – and we have seen: every time there is a diagram, there is a determination of the object upon which the power bears – this object can always equally be related to a capacity for resistance which turns it back against power. Example: we have seen that in the formations of control, power and even right [droit] take life as their object. But power and even right under which form? Under the form ‘to adminster life, administration of populations’; or under the form of right, social right, namely how to ‘insure life in man.’ I’m using ‘insure’ in the proper sense of the word, in the literal sense of the word, since we saw last time that in this formation of social right, insurance played the fundamental role. But, when power and right take life for an object, it is this same life that is turned back against power and against right, and becomes the resistance of life against power and against right.

And this is what Foucault tells us, in one very beautiful page, also from The Will to Knowledge, pages 190-1 [144-45, translation modified] this time, and since it cannot be put any better, I am content to read it: “And against this power that was still new in the nineteenth century” – the adminstration of the life of populations, administering life, the biopolitics of populations – “against this power that was still new in the nineteenth century, the forces that resist …” – you see, it is not forces that affect or that are affected – “the forces that resist relied for support on the very thing that this power invests”[3], the forces of resistance relied for support on the very thing that this power invests, and this power invests life. Power, the administration of the life of populations, invests life. But the forces that resist relied for support on the very thing that it invests, that is to say, on life, and man insofar as he is a living being. In other words, it is: power takes life for object, life turns against power. “Since the last century, the great struggles that have challenged the general system of power were not guided by the belief in a return to former rights, or by the age-old dream of a cycle of time or a Golden Age. One no longer aspired toward the coming of the emperor of the poor, or the kingdom of the latter days, or even the restoration of our imagined ancestral rights; what was demanded and what served as an objective was life […].” “What was demanded and what served as an objective was life, understood as the basic needs, man's concrete essence, the accomplishment of his virtualities, a plenitude of the possible” (ibid). To my knowledge, this is very curious, because “plenitude of the possible” is such a Spinozist term, it is so … This is a very unusual expression coming from the pen of Foucault. I have been trying to say to you from the beginning: there is a vitalism in Foucault, there is a very strange vitalism in Foucault. And I think that this vitalism comes directly from Foucault’s relation with Bichat. I have attempted to say it in various ways, but if there is a vitalist text in which this vitalism of Foucault is expressed, it is this one, 190-191 [144-45]. It is life: “What was demanded and what served as an objective was life, understood as the basic needs, man's concrete essence.” This pays homage to Marx: “Man’s concrete essence”, that comes from Marx. “Accomplishment of his virtualities, a plenitude of the possible”, that comes from Spinoza. This is very [?]. I don’t mean that this is styled like a patchwork, it is unified in Foucault’s own style, but it is as if one sees the strata of reading right there in a text like that. But still more a kind of stratum of life that is very curious. “Whether or not it was Utopia that was wanted is of little importance [in contemporary struggles].” “Whether or not it was Utopia that was wanted is of little importance; what we have seen has been a very real process of struggle. Life as a political object […]” This is the essential text here, I’ll read it slowly: “Life as a political object was in a sense taken at its word and turned back against the system that was bent on controlling it.” “Life as a political object was in a sense taken at its word and turned back against the system that was bent on controlling it [Deleuze repeats]. It was life more than the law that became the issue of political struggles, even if the latter were formulated through affirmations concerning rights. The ‘right’ to life, to one's body, to health, to happiness, to the satisfaction of needs, and beyond all the oppressions or ‘alienations,’ the ‘right’ to rediscover what one is and all that one can be, this ‘right’ – which the classical juridical system was utterly incapable of comprehending – was the political response to all these new procedures of power.”

Fair enough, but what does that mean: power takes life for object, life turns back against power? I would say that this is a part of the contribution made by The Will to Knowledge that is completely different to Discipine and Punish. Only, if you have followed me so far, I would say: the consequences are enormous. It is very strange: these points of resistance disseminated in the diagrams, which have the power of making the diagram mutate under certain conditions: where do they come from? From where do they get their status? Do you sense that Foucault has found himself in a peculiar situation? Can he maintain that the points of resistances … will he be able to maintain any longer that the points of resistances are the vis-à-vis of relations of power, as he said on p. 126-27? Will he be able sustain that? I’ve already insisted, from the outset, upon the very ambiguous character of an expression like ‘vis-à-vis’, because rigorously speaking the only vis-à-vis of a force of affecting is the force of being affected. Resistance, the power of resistance, does not have power as a property under any conditions, but under certain conditions to be determined, of being capable of overturning diagrams. Diagrams are presentations of relations of existing forces. But ‘power of resistance’ far exceeds a simple vis-à-vis. And can Foucault maintain his definition of the social field, “it strategises”; that it is constituted as strategy? I mean: is it not that, one way or another, he will end up being forced into saying (which is bizarre): the points of resistance are primary in relation to power; they are not vis-à-vis, they have to be primary. From this moment a social field must be defined by this: it resists everywhere.

It resists everywhere. Meaning: it resists power, and not: it strategises everywhere. It is necessary, in a certain manner, that the points of resistance should be primary in relation to power.

It is necessary that the resistance to power should be primary in relation to power itself. Is it not necessary to go that far? And that is Foucault tells us in a text published by Dreyfus and Rabinow, p. 300 of Foucault a Parcours Philosophique [Michel Foucault: Beyond Structuralism and Hermeneutics] (but it is a text by Foucault, if it wasn’t I wouldn’t make use of it). This is what he tells us: “I would like to suggest another way to go further toward a new economy of power relations.” So it is a new way, different to what he has considered up to this point in his written work. This is a transcription of a conversation. This new mode of investigation “consists of taking the forms of resistance against different forms of power as a starting point.” “To take the forms of resistance against different forms of power as a starting point” [Deleuze repeats]. Okay. “To use another metaphor, it consists of using this resistance as a chemical catalyst so as to bring to light power relations, locate their position, and find out their point of application and the methods used.” “Point of application”: in our commentary so far this has involved the power to affect and the power to be affected; it is the application of force on force.

Now he tells us: from a certain point of view, it is necessary to consider the resistances as primary. Except if you listened carefully to the text I read, he says it under very prudent conditions, because according to the letter of the text, what is concerned is a primacy solely from the point of view of knowledge [connaissance]. That is, he tells us in this text: perhaps in order to know the relations of power in a social formation, it is best to start by studying the points of resistance. Keeping to the letter, I would say that he says nothing more. Do we have the right to think that he is already led to say more, that it is not simply from the point of view of knowledge, but it is in itself that the points of resistance in a society are primary with respect to the relations of power? In this sense, the points of resistance are not once again the vis-à-vis of relations of power, they are primary. In other words, a social field resists power, before strategising itself, in the relations of power. What would make someone say that? Who might articulate that? Who might think that Foucault is turning around something like that? For myself, I would almost say, if it did not take risks with Foucault’s thought, that he knew very well that he would end up there. He knew very well that he would arrive there, it was just that at this point, it wasn’t the right moment, so he takes a very prudent position, from the point of view of knowledge.

Why is it that at one point – although they only bring it up briefly, and we too will only briefly touch on it – that in what is known as Italian Marxism (and even in other forms, already in a certain way in Lukacs, then in the evolution of Marxism), but particularly in Tronti, an Italian Marxist, T R O N T I, resistance is posited as primary in relation to what it resists? Now Foucault knew these works. So why does he hesitate? Surely because he is not satisfied with the way in which Tronti demonstrates it, and because, as far as he is concerned, he has not yet found a satisfactory way of showing in what sense resistance is primary in the social field. But I think that … well, once again this is the case of a body of work too quickly interrupted in so many respects. At the end of his work, and certainly at the level of The Will to Knowledge in its difference from Discipline and Punish, Foucault discovers points of resistance as irreducible to relations of power, and as having the strange property of turning against power, and as being that out of which which power makes its object; that is to say, it is what power has undertaken to control. The point of resistance is something uncontrollable in the object of power. Now this something uncontrollable in the object of power is primary in relation to power.

But you can rightly sense that this will play a decisive role. A decisive role in what? If you are not too tired, I would like to continue this story [?]. What happened? What happened in Foucault? What happened in Foucault at this precise moment? Why does he think, in my opinion completely wrongly (but he lived it in this way) … what has made him think of himself as being in a kind of state of crisis? What happened? What happened after The Will to Knoweldge? I pose the question because this is a question that is important to us, one of development. It was a part of the development of the thought of a philosopher like Foucault. And I can mark right it there at this point, even if only from the outside – I wouldn’t allow myself to assume anything about what happened in Foucault’s head – I’m only stating how things look from outside.

The Archaeology of Knowledge is from 1969. What I can say of The Archaeology of Knowledge? This is a great book which is presented as a book of method, and which concludes a whole series of books that bear upon knowledge [savoir], the first axis of Foucault’s thought. All the preceding books were focused upon knowledge, which is not to say upon science, since Raymond Roussel has a knowledge which forms a unity with his own poetry. You will recall (I won’t go back over it beyond saying this), that knowledge is not at all the same thing as science, poetry is also knowledge. Science is knowledge and other things are indeed also knowledge. But all these books on knowledge culminate with The Archaeology of Knowledge, 1969. Of course something else was already underway. In other words, Foucault had already known for a long time that the axis of knowledge was not sufficient. In effect The Archaeology of Knowledge concludes and draws all its consequences at the level of a great theory of statements (the details of which we saw in the first semester), but he remains silent on how to choose the statements [énoncés] of a corpus, no doubt because the selection of statements of a corpus refers to another axis than that of knowledge. Therefore there is already another axis that puts pressure on the axis of knowledge, but Foucault was not yet at the point of studying this second axis for itself, even though this second axis had already been active within and underneath the first. Now a long reflection will be necessary for him; and not only a reflection, but a practice.

In fact, if The Archaeology of Knowledge is from 1969, the following book appears in 1975. Six years with no book. What does that mean? And what did he do during those six years? He engaged in the practice of struggle, that is to say, he founded – and I have often mentioned this – the Group Information – Prison, he participated in all the struggles around the prison movement; this was an epoch that was rich in struggles. So he did not have, or I do not think that Foucault had, a political practice, as some have said, before ’68. The great moment of his political practice is after ’68, in the Group – Information – Prison, which in my opinion was one of the successes of leftism after ’68, that is to say, one of the rare groups that did not give in once again to a Stalinist form. And he delivers himself over in parallel to a theoretical reflection. Is it by chance that his practice was centered on prisons and the problem of prisons? Obviously not. In 1975 Discipline and Punish burst on the scene, and it is through the problem of prisons and the problem of punishment that he accedes to the second axis, the axis of power. Discipline and Punish is the first book on this axis of power. There, power and power relations are considered for themselves. From this moment the sense in which the formations of knowledge implied, demanded, this second axis of power, becomes clear. It will have taken six years for Foucault to clarify this changing of axis. And then, almost immediately, The Will to Knowledge appears, which is in effect the second book on power. You will ask me: why call it ‘knowledge’? There is no problem in this regard, because if it is called ‘knowledge’ it is alongside a ‘will to knowledge’; and ‘will to knowledge’ precisely designates the concrete mixture power-knowledge.

I have tried to show how The Will to Knowledge brings novelties with it, two fundamentally new themes. First theme: the relation of power and life; second theme: the specificity of the points of resistance. These are therefore two closely related books. What has happened and what is the crisis, what kind of crisis has Foucault traversed with the publication of The Will to Knowledge? I think that there is no doubt, because he said that he had the impression of a misunderstanding about this book, he had the impression of a misunderstanding, and peculiarly enough, this misunderstanding was painful for him. He took it to heart in a certain way … it is quite curious because there were many misunderstandings concerning The History of Madness, and he took them very well to my knowledge, although I don’t know … But he finds the misunderstanding … well, it must have been much more serious, this misunderstanding. And it was not only that, in my opinion. What else? For myself, I think that if Foucault had the impression, rightly or wrongly, of a misunderstanding, it was because there was also a kind of crisis [?] and I think that this crisis was manifested in the most noble manner in which a crisis can manifest itself, namely, as a kind of retreat.

I have to try to picture things clearly. So Foucault underwent a retreat, and he was at this moment no doubt more alone than he ever had been. I think that this sort of thing is truly a part of philosophy. But what was it all about? Well, I think that the crisis, if I were to try to explain it (without claiming to divulge the slightest secret; this is my hypothesis, a hypothesis completely from outside) … I think that in fact he had a crisis and that he thought that, before everything else, there was not only a misunderstanding at the level of The Will to Knowledge, a misunderstanding between him and his readers, but that something much more serious was involved, namely, that he was in an impasse. And what was this impasse? That he had formed his system of knowledge-power with its whole variety of landscapes, with all its enormous diversity – Foucault is not one of those authors who repeat the same thing over and over again, every time it is a way of breaking away from the point of view of power. Will I be a man of power? In the end, I did well: is that because I am not yet on the side of power? And, if you wish, so as to try to make myself understood, Foucault was a man who, for example in the demonstrations of the period, possessed a kind of violence, but a contained violence; it was as if he trembled in himself, but not out of fear, he trembled in himself with violence.

And the question is: philosophically, am I no longer on the side of power? Do I have the means philosophically to think as a function of a category that would no longer be that of knowledge, since knowledge in his philosophy finds its reason, precisely, in the consecutive force-relations of power. In other words: am I able to cross the line? And finally, where is the author, whether in literature or philosophy, who doesn’t live in a certain way with this question: Do I do the bad thing [malin] or … am I capable of crossing the line? Although obviously ‘what line?’ is the question. And without doubt it varies, not everyone has the same line as everyone else. But, you know, in literature or in thought, there is no difference between literature and philosophy, what is always involved is crossing the line. And in the event that the readers applaud and say ‘that is good’, the author is aware that it is of course a good thing if people like it, but nevertheless, that it is still so far, so very far, from what he wanted. And for my part, I recall that Foucault says of himself [?]: the line of power, am I going to be able to cross it, or will I stay on the side of power?

Hence, the importance of this affair of the points of resistance, and, I say to you: a destiny! It is truly a destiny, a destiny must draw him to posit more and more the points of resistance as primary, because to say “the points of resistance are primary” is already to have crossed the line. But one cannot cross the line by simply saying something that arranges things in a different order – it must be necessary, it must be absolutely necessary in such a way that one cannot do otherwise. So although I have already read it, I think the time has come to re-read this fundamental text, since it persuades me that I am not in the process of delivering myself over to a grotesque interpretation, but that this is indeed what explains Foucault’s silence for much of the year after the publication of The Will to Knowledge. This is the moment Foucault says to us: “I will be told: ‘That’s so like you, always with the same inability to cross the line”[4], that is to say, to transcend the category of power. “That’s so like you, always with the same inability to cross the line”: this text is from 1977, and so after The Will to Knowledge, which is ’76: “Always with the same inability to cross the line, to pass to the other side, to listen and to convey the language that comes from elsewhere or from below; always the same choice, on the side of power, of what it says or causes to be said.” That is a kind of objection that Foucault, to the extent that he progressed, had to make to himself, and which he had to hold onto to the point that he said: no, to hell with peace, it is necessary that I … I have to take things up all over again.

How to cross the line? You understand? And in my opinion, this is the sole explanation of the fact that The Will to Knowledge is 1976, and that the next book, in which he has found an answer, will only appear in 1984 (it was ready before that, but will only appear then). That is to say, eight years later. There, he has found what he was looking for. At what cost did he find it? … Well, what does that mean? What does all this mean: that he discovered, he found how to cross the line? I would say that in a way one can mark the precise moment in The Will to Knowledge at which he has not yet crossed it: this is the discovery of the points of resistance. Because, in fact, what can one say? Foucault objects to himself, and it is indeed much more than an objection, it is truly something … it is an Affair of State. He objects to himself, he says to himself: but you are unable to cross the line, you remain on the side of power, all you are capable of doing is giving an account of the forms of knowledge through the relations of power and that’s it. He discovers the points of resistance, but he does not yet have a status for these points of resistance. He cannot yet cross the line. He sees beyond the line. He sees beyond the line that there are the points of resistance, but what to do about it? Well one can always have a debate; and he debates. Recall how he debates: he says ‘Okay, there, I could have…’ He was fond of this method, several of his books end with a kind of dialogue with himself. Let us try to reconstitute, if we can, a kind of dialogue of Foucault with himself, at the level of this problem: to cross the line.

Well, I see a first possible intervention. He could say to himself: well, yes, but it’s not my fault, it’s the sign of the modern world, namely what has become destiny is, as others might say, politics. Politics has become destiny or, if you prefer, our destiny is always our relation with power and no matter how humble we are, the hour will always come when power, if one can say this, interpellates us. And Foucault can say to himself: it’s not even my fault, it’s just like that! Therefore, you see, he will accept it, he will say: well, yes, I don’t cross the line, because it is uncrossable. It is uncrossable. I stay on the side of power because we are all on the side of power, that is to say, one is under it. One receives the blows and that’s that. And, in fact, whether it is the most powerful or the most humble, I would say that power soon calls us and says to us ‘Come here’, ‘Come and make accounts’. And what recourse does one have? One can with all rigour invoke a power that is against other powers, yes. ‘Give an account of yourself, show yourself in the light!’, or ‘Come and explain yourself’. The two forms of knowledge, the visible and the statement, once again, are indeed the two branches corresponding to the injunctions of power: ‘Show yourself, explain yourself.’ ‘Show yourself, come into the light a little’, the identity photo; then ‘Explain yourself, say a bit about what you did there’, the inquest.

And so in 1977 Foucault writes on the theme that pursues him the whole time, the infamous man. What is an infamous man? Well, the infamous man is any man whatever, the ordinary man in so far as he comes up against power, in so far as he is interpellated by power, in so far as he must give an account to power. You have beaten your wife? This is the lettre, this is the man under the lettre de cachet or the man of voluntary investment. You have beaten our wife? Well, what happened? And the woman who is beaten, she herself makes a petition and says ‘Defend me’; she invokes a power. Okay, but first answer will be: the decisive moment of our lives is always the moment at which we run up against power. Indeed. One can indeed say that. But it is a desolate answer, because there is no way in which one can cross the line. Second possible intervention: Yes, there are points of resistance, the discovery of The Will to Knowledge, which brings with it the mutation of diagrams, etc., which can give a meaning to political struggle. Well, okay. There is that. It is already better. Can one link up the points of resistances? Yes, one can. Can one struggle? Yes, one can struggle, from this point: one can cross the line. Yes. Answer: on condition that one does not quickly go back to the other side of the line. For, if the points of resistance enter into relation with each other, that is to say, deliver themselves back over to operations of centralization, of reinforcement, if they transcend their dissemination – and they are indeed forced to transcend their dissemination, if not how would they prevail? – if they remould a centralism, the famous democratic centralism …. if they reforge a democratic centralism, in other words if they restratify, they engender a new formation. But, well, the new formation, we learn from experience that it risks being worse than what went before; or it engenders focal points of power that render resistance ever more aleatory. Fine. These are the great setbacks of revolutions. So there you are: the points of resistance.

Third intervention: so what is left? If I cannot even count on the points of resistance, because the points of resistance are good in so far as they are disseminated, in so far as they are specific in their relation to the relations of power, but from the moment that they co-aggregate, from the moment that they aggregate amongst each other, from the moment they reform the lines, they reform strata that are just as hardened as the strata they have just undone. So what would the line be, to cross the line? Is it simply to invoke a life? To turn life back against power, what is this vitalism? To cross the line, this means what? To go beyond power, no longer to be on the side of power. Is it to reclaim life? Like a poet or a great novelist can reclaim life: Lawrence, Henry Miller …. Yes, in a certain manner, they have not ceased to resist, their work is a resistance. Good. What is this line? Let us call it, because this will be convenient for us – to go beyond power is to cross a very bizarre line – the line of the outside. The outside of power. The line of the outside. To cross the line of the outside. This, no shadow of a doubt, is what writing tries to do, what the great writers and philosophers try to do. To attain the line of the outside or to cross it, it is the same thing: but what can it be, the line of the outside? We found this expression in both Foucault and Blanchot: the Outside! And what is that? And what is the line of the outside? What is there on the other side? The void? Death? The void, death … After all, Foucault’s vitalism, as I pointed out to you, arises in relation to Bichat, and as Foucault said with regard to Bichat, this is a vitalism on the basis of mortalism. Death for Bichat, that is to say, violent death, multiple death, plural death, all of that is the object of Bichat’s book on death. So to cross the line, is that finally …? Is it death? Or the void? It is falling into the void, it is to die. After all, these themes are close to both Foucault and Blanchot. At least, at least … what?

Well, suppose … suppose that the outside, the line of the outside, this beyond of power, is taken up into a movement that tears the void apart, or that overturns death. All this is words for the moment. The line of the outside that risks falling into the void or into death: suppose that it conjugates with a movement that tears the void apart and overturns death. You will say to me: easy to suppose. That doesn’t matter, let us suppose it. At this precise moment, what would happen? At this moment, one would have a third axis. At this precise moment, beyond the axis of knowledge and the axis of power, there would be a third axis. In fact, if the line of the outside leads back to the void and to death, one can’t say that there must be a third axis. However, if something other than the void and death is involved, there would indeed be a third axis. How could he not have seen this from the beginning? He was too immersed in the two others. He was too immersed in the two others [Deleuze repeats]. It was necessary to discover it. It was necessary to discover it as a kind of subterranean thing already working under the two others. It was present from the beginning, but one did not know that one saw it. An axis that would be neither knowledge nor power. And this axis would be what permits him to cross the line, it would itself be the crossing of the line.

So look at where we’ve got to. I firmly believe that, on the one hand, this third axis will only be discovered by Foucault in his final books, that is to say, in The Use of Pleasure. And this third axis will be discovered under exceptional conditions, completely bizarre, for even in all that I just said, this third axis is an axis of violent passion, a kind [of stake of life and death]. Foucault will put all his strength into uncovering it under neutral conditions and, in a kind of ultimate joke, he will discover it in the Greeks, although he is – I exaggerate a little – somewhat mischievous with the Greeks. Why did he need to put maximum coolness into the uncovering of this third dimension? And to make out that it concerns an ancient affair that does not concern us at a vital level, when it precisely does concern us at a vital level? There is the first question and the second question. This third dimension, this third axis that he uncovers at this moment, he … in a certain way he had never ceased speaking about it, and almost had never talked of anything but that, only under conditions that were overlain by the problem of knowledge and by the problem of power. But what I would like to show is that in a number of books, from the beginning until the end, notably in Raymond Roussel, this was what was in question: to cross the line, how to cross the line? How to go beyond both knowledge and power? What axis, literally, will it be necessary to mount? In what dimension will it be necessary to approach it? This was truly his most profound, passional problem, but which, as passional problem, could only exist in a subterranean way in knowledge and power, so that he could only isolate it under the conditions of a feigned coolness, an extreme coolness, and under the form of a return to the Greeks. What happened amongst the Greeks? Perhaps the Greeks had invented this third axis.

 

Notes


[1] [Translator’s Note: Deleuze’s use of the term ‘cache’ refers to André Bazin’s idea that “the screen is not a frame like that of a picture but a mask [cache] which allows only a part of the action to be seen” (‘Theater and Cinema’, Part Two, What is Cinema, Volume 1, trans. Hugh Gray, Berkeley: University of California Press, 1967, p. 105).]

[2] [Translator’s Note. Foucault’s La Volonté du Savoir describes resistances as follows: “Elles sont l'autre terme, dans les relations de pouvoir; elles s'y inscrivent comme l'irréductible vis-à-vis” (127). This is translated by Robert Hurley as: “They are the odd term in relations of power; they are inscribed in the latter as an irreducible opposite” (The History of Sexuality: An Introduction, p. 96). We retain the term ‘vis-à-vis’ in this translation.]

[3] Foucault’s text reads: “les forces qui résistent ont pris appui sur cela même qu'il investit” (Histoire de la sexualité, Vol. I (Paris: Gallimard, 1976), 190.

[4] ‘The Lives of Infamous Men’, translated in Foucault, Power: The Essential Works, ed. James D. Faubion. New York: Allen Lane, 1994, p. 161.

French Transcript

Edited

 

Dans la conférence du 15 avril 1986, les sujets de discussion comprennent: l'écrivain américain William S. Burroughs et son livre Le festin nu; les régimes d'images chez Foucault; le cinéma d'après-guerre ou le second régime de l'image, le derrière de l'image et les camps de concentration; la porte (cache temporaire) dans le cinéma; Benjamin et les arts de la reproduction; Syberberg et les mises en scène des masses par le nazisme; Paul Virilio; le réalisateur français Alain Resnais et l'homme qui revient des morts; le cinéma, lire une image, la discipline et la pédagogie de l'image; le critique de cinéma français Serge Daney; le maniérisme de l'image, les émissions de la télévision et la radio; la pré-visualisation des images dans l'œuvre du cinéaste américain Francis Ford Coppola; les régimes de contrôle de l'image par l'image; les mutations diagrammatiques d'une formation historique à une autre; les rapports de forces; que tout diagramme est stratégique; les champs sociaux et les points singuliers; l'idée de Foucault de la transformation des diagrammes; les livres de Foucault Surveiller et punir (une seule forme de pouvoir disciplinaire) et Histoire de la sexualité, vol. 1: La volonté de savoir (biopolitique des populations); les pouvoirs d'être affecté, d'affecter, de la résistance, et la transformation des diagrammes; le droit social et la vie des populations; le vitalisme chez Foucault; les points de résistance et rapports de pouvoir; que dans un champ social la résistance est toujours première par rapport à ce qu'elle résiste, au pouvoir; Tronti; le silence de Foucault après Histoire de la sexualité, vol. 1; Foucault et ses luttes; le Groupe d'information sur les prisons (GIP) après 1968; la question du franchissement de la ligne de pouvoir ou de la ligne du dehors; la découverte par Foucault des points de résistance; et l’homme ordinaire et le pouvoir.

Gilles Deleuze

Sur Foucault

2ème partie : Pouvoir

19ème séance, 15 avril 1986

Transcription : Annabelle Dufourcq (avec le soutien du College of Liberal Arts, Purdue University)

 

 

1

Certains d’entre vous qui connaissent mal ou pas du tout, ce qui est très [ ?], Burroughs m’ont demandé comment... comment prendre cet auteur qui a une grande importance dans la littérature américaine et dans la littérature moderne en général. Je crois que la meilleure manière, pour ceux qui le connaissent pas, c’est de prendre un de ses romans les plus connus. Il vaut mieux éviter... il a fait des essais théoriques sur le contrôle, sur tout ça, mais je crois que c’est pas le meilleur de son œuvre, il vaut mieux prendre un de ses romans les plus connus qui est Le festin nu, qui a été très très bien traduit chez Gallimard. Et dans Le festin nu, vous verrez, il y a tout un affrontement des groupes de contrôle et il y a une préface très intéressante de Burroughs. Et aussi, je signale, uniquement comme prise de contact, pour ceux qui le connaissent déjà, ça vaut pas ce que je dis, il y a un numéro de L’Herne intéressant. Il y a un numéro de L’Herne intéressant sur Burroughs et, je crois, il est pas tout seul : Burroughs et peut-être Ginsberg puisque Burroughs est un des trois grands de la génération Beat, les deux autres étant Ginsberg le poète et Kerouac. Oui, les trois là... Quant à ce qu’on a fait précédemment sur la littérature moderne, Burroughs, Kerouac et Ginsberg seraient aussi des... des clefs, des personnages fondamentaux de la littérature moderne.

Bon, alors, vous vous rappelez, la dernière fois, on avait un peu déplacé notre problème des rapports de forces et des formes qui en découlent et on l’avait posé au niveau des formations, des formations de droit, des formations de pouvoir ou de droit. Plutôt des formations de pouvoir et de droit. Et on avait cherché, même, du point de vue juridique, à esquisser sur une courte période toujours, puisque c’est la période considérée par Foucault, on avait esquissé une espèce de tableau des formations de souveraineté, des formations de discipline et des formations de contrôle. Et puis j’avais terminé en disant : oui, on pourrait très bien aussi chercher euh... comme ça, ça nous ferait une soudure avec ce que nous faisions les autres années, on pourrait très bien chercher aussi au niveau des formations d’images, des formations de l’image, pour voir... Pas du tout pour appliquer, pas du tout... mais pour avoir des points de repère. Si je reviens au thème des régimes d’images, est-ce que je peux trouver quelque chose d’équivalent ? Comme ça, pour faire des regroupements.

Et ce serait fondé chez Foucault car il y a trois interventions, il y a trois interventions de Foucault concernant l’image picturale. L’une c’est le texte célèbre sur les Ménines de Velasquez et qui correspond à la formation classique. L’autre, c’est le manuscrit qu’il n’a pas voulu publier sur Manet. Et l’autre, c’est le texte auquel nous nous sommes souvent référés sur Magritte. Alors ce... ce... là c’est des choses très vagues que je voudrais dire. Est-ce que, du point de vue de l’image, et même, alors, notre souci des autres années, notre souci quand on s’occupait de cinéma... Est-ce qu’on peut parler de régimes d’images et qu’est-ce qu’on pourrait découvrir ? Est-ce qu’on pourrait y découvrir une confirmation ? Je dis même, en fonction de ce qu’on a fait les autres années, je vois bien la possibilité de définir des régimes d’images. Et alors est-ce qu’on pourrait retrouver quelque chose comme... sans vouloir beaucoup, sans vouloir que ça coïncide sur tous les points, mais quelque chose comme un régime de souveraineté dans... comme régime d’images, un régime de discipline, un régime de contrôle ?

Je pense à un livre qui, pourtant, ne se réclame pas de Foucault, est très indépendant, un livre de Daney, Serge Daney, D A N E Y, qui est un critique euh... un critique de cinéma venu des Cahiers. Ce livre s’appelle La rampe. Et, ce qui m’intéresse, c’est qu’il distingue trois, vraiment, trois régimes d’images et de l’image cinématographique. Et, le premier, il le fait aller jusqu’à la guerre. En effet c’est une périodisation propre au cinéma. Jusqu’à la guerre : premier régime. Or comment est-ce qu’il le définit ? Il le définit par une question. Il dit : la question fondamentale c’est « à quoi renvoie l’image, c’est-à-dire qu’est-ce qu’il y a derrière l’image ? ». « Qu’est-ce qu’il y a derrière l’image ? ». Ça veut dire quoi ? Il dit : oui, dans un tel régime d’images, si vous voulez, chaque élément de l’image joue le rôle ou peut jouer le rôle d’un cache, d’un cache temporaire et c’est dans l’image suivante qu’on voit ce qu’il y avait derrière. Et il dit : la formule de ce régime d’images, ce serait : le secret derrière la porte. Et c’est vrai que, dans tout le cinéma classique, d’avant-guerre, la porte est quelque chose de fondamental. Notamment dans la comédie américaine, le rôle de la porte est... Rohmer avait fait tout un cours, tout un cours à l’IDHEC, sur le rôle des portes chez Lubitsch. Mais, la porte, c’est... en effet, c’est le cache temporaire. Alors ce qu’il y a derrière la porte, tout ce qu’il y a derrière l’image, bien sûr ça apparaîtra dans l’image suivante, mais ça implique que ce régime de l’image, ce premier régime de l’image est un régime de totalisation. Un film, c’est une belle totalité. Et cette totalité se présente comment ? C’est une succession des images qui tend toujours vers un quelque chose qui est derrière, c’est ce quelque chose qui est derrière qui va opérer la totalisation. On peut dire ça comme ça.

Je pense à un autre, un très grand critique d’art qui s’appelle Riegl, du XIXème siècle et qui, lui, faisait des périodisations avec trois fonctions de l’art, des arts plastiques : embellir la nature, spiritualiser la nature, rivaliser avec la nature. Je dirais que ce premier régime de l’image, le secret derrière la porte, qu’est-ce qu’il y a derrière l’image, c’est précisément la première formule : embellir la nature. Embellir la nature en faisant une totalité des images, un tout des images. Alors chaque image se dépasse dans l’image suivante, mais l’ensemble des images tend vers un tout. Bon. Or c’est ça qui a fait, il me semble, l’ambition du premier cinéma, c’est ce régime de l’image, un « quelque chose derrière l’image » qui va constituer le tout des images, ou qui va constituer le centre déterminant des images. D’où, au sommet de son ambition, les grandes constructions en triptyque. Qu’est-ce qui a tué ce cinéma ? Remarquez que ça répondrait assez bien si vous reprenez, si vous vous rappelez l’analyse que Foucault fait des Ménines, qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce qu’il y a derrière l’image ? Le roi, ce que Foucault appelle la place du roi. Le roi qu’on ne voit dans l’image que sous forme d’un reflet dans le miroir. Et tout le tableau est organisé vers ce point qui est derrière l’image, puisqu’on ne le voit pas, et on voit bien que, dans les Ménines, tout fonctionne en fonction de caches. Par exemple on voit l’envers du tableau que le peintre est en train de faire, on voit pas le tableau lui-même. On voit le reflet du roi dans le fond, mais on voit pas le roi lui-même. Et tous les éléments de l’image tendent vers le roi qu’on ne voit pas. Donc les Ménines répondraient assez bien à la formule de Daney : qu’est-ce qu’il y a derrière l’image ? Ben, derrière l’image, il y a le roi, c’est-à-dire le souverain de l’image.

Bon, c’est juste pour... bon, je souhaite pas du tout insister. C’est intéressant, c’est la question... bon, je reviens au cinéma. Pourquoi ce grand cinéma, ce premier cinéma a-t-il disparu ? Ce grand cinéma, là, qu’on pourrait appeler le cinéma classique. Il disparaît avec la guerre, pourquoi ? Ben, là, il faut... il faut réunir en effet les textes, on les avait mieux vu les autres années, je rappelle juste, les textes de Walter Benjamin, sur le rapport entre ce qu’il appelle les arts de reproduction et la formation des régimes totalitaires, il faut reprendre la manière dont un cinéaste comme Syberberg s’inspire de Benjamin pour aller plus loin. Lorsque Syberberg dit : il faut juger aussi Hitler comme cinéaste. Qu’est-ce que ça veut dire « juger Hitler comme cinéaste » ? Ça veut dire que les régimes totalitaires et avant tout le régime nazi s’est présenté sous quelle forme ? Une espèce de mise en scène. Il ne se réduit pas à cela, mais une espèce de mise en scène des masses. Les grandes manutentions de masse, les grandes mises en scène qui font que..., et là, du coup, c’est Virilio qui s’enchaîne avec Benjamin et avec Syberberg, lorsque Virilio montre que, jusqu’au bout, le nazisme s’est vécu comme une espèce de super Hollywood, comme une espèce de... en concurrence avec Hollywood pour aller plus loin dans une espèce de mise en scène, de mise en scène colossale qui était la propagande d’Etat et la manutention des masses.

Pourquoi est-ce que ça, ça sonne le glas du cinéma ? Pourquoi d’une certaine manière ça sonne le glas des ambitions de Eisenstein et de Gance ? Ben, c’est évident : ce qui termine le cinéma dit classique c’est Leni Riefenstahl. Le cinéma classique il ne meurt pas d’une médiocrité de sa production, il meurt vraiment de tout à fait autre chose à savoir que, dans son ambition la plus profonde, il est comme réalisé et dépassé, et abominablement dépassé, par les grandes mises en scène d’Etat. Si bien que, après la guerre, si le cinéma ressuscite, c’est en fonction d’un tout autre régime. Ce ne sera plus un régime de souveraineté, ce ne sera plus la question « Qu’est-ce qu’il y a à voir derrière l’image ? ». D’une certaine manière, qu’est-ce qu’il y a à voir derrière l’image ? Le nazisme nous avait donné la réponse. Ce qu’il y a à voir derrière l’image c’est les camps d’extermination. Qu’est-ce qu’il y a à voir derrière la propagande d’Etat ? Qu’est-ce qu’il y a à voir derrière les manutentions de masse ? Les camps. Et je dis que tout le cinéma d’après la guerre, ou plutôt Daney montre très bien que tout le cinéma d’après la guerre s’est formé en fonction de cette constatation.

Et, à cet égard, je crois qu’est absolument exemplaire, à cet égard comme à d’autres d’ailleurs, est exemplaire et fondamentale une œuvre comme celle de Resnais. Ce qui fait l’importance de Resnais dans, comme ce second régime de l’image, c’est que Resnais n’a jamais eu qu’un sujet, simplement il a su le varier. Le seul et unique sujet de... ou la seule et unique préoccupation de Resnais, c’est l’homme qui revient des morts. Qu’est-ce que c’est « revenir des morts » ? Et c’est bien, on sent tellement que c’est ça son problème. Je veux dire, c’est curieux... qu’est-ce qui fait que c’est le problème de quelqu’un, ça ? Je veux dire : même physiquement l’espèce de beauté..., je sais pas, je l’ai jamais vu, Resnais, alors j’en parle... mais d’après les photos, il y a une espèce de beauté zombie chez Resnais. L’homme qui revient des morts. Ensuite quand toute son œuvre est... Pensez à son... au dernier film, là, qui est une splendeur, euh L’amour à mort... L’homme qui revient des morts. C’est incompréhensible sans un des premiers films de Resnais qui était Nuit et brouillard. Qu’est-ce qu’il y a après les camps ? Qu’est-ce que c’est revenir des camps ? Mais alors, je dis que le cinéma ne pouvait se reconstituer après la guerre qu’en changeant, en changeant de régime d’image. Et ça allait être quoi ? Ce que Daney assigne... ou la manière dont il définit le régime d’image avec le néo- réalisme et à partir du néo-réalisme, c’est qu’on ne se demande plus ce qu’il y a à voir derrière l’image, mais ce qu’il y a à voir dans l’image et sur l’image. Ce qu’il y a à voir dans l’image et sur l’image : commencez par voir ! Vous êtes incapables de voir ce qu’il y a dans une image. Vous avez été incapables de voir que, derrière les grandes images de propagande d’Etat, il y avait les camps. Cherchez pas ce qu’il y a derrière les images, commencez à lire une image. Commencez à percevoir une image. D’une certaine manière, le premier cinéma se proposait d’être une encyclopédie du monde. Ben non. Il n’y a pas lieu de faire une encyclopédie souveraine. Qu’est-ce qu’il y a lieu de faire ? Vraiment une pédagogie de l’image.

 

2

Daney emploie le mot qu’il faut,... euh... j’appelais « encyclopédie » le premier âge, « encyclopédie du monde », maintenant arrive, après la guerre, le grand moment d’une pédagogie de la perception. Apprendre à voir et à lire l’image. Et ce sera la pédagogie Rossellini. L’œuvre de Rossellini se terminant explicitement dans une tentative pédagogique. Et ce sera ce que Daney appelle très bien la pédagogie godardienne, ou la pédagogie straubienne... Et on pourrait faire une longue liste. Comme il dit, comme dit Daney, je me rappelle une formule : le métier de metteur en scène avait cessé d’être innocent, c’est-à-dire le plus grand metteur en scène ça avait été Hitler. Dès lors, d’une certaine manière, le cinéma devait vraiment se rabattre sur de nouvelles bases, encore une fois non plus « ce qu’il y a à voir derrière l’image », mais « ce qu’il y a à voir sur et dans l’image ». Et ça je peux dire c’est, bon, c’est une formation pédagogique. On pourrait dire, sans trop forcer les choses, une formation disciplinaire. Une discipline de l’image. La souveraineté de l’image a fait place... avec ce que ça veut dire : « la souveraineté de l’image », ça veut dire : il y a quelque chose à voir derrière l’image : la place du roi. Et ben la souveraineté de l’image fait place à une discipline ou pédagogie de l’image. Et c’est quoi alors ? C’est le signe de... ce cinéma, ce serait, selon Daney, ce serait l’image assumant sa planitude. L’image cinématographique assumant sa planitude. Dans la mesure où elle assume sa planitude l’œil qui regarde l’image devient œil spirituel, ce serait le stade où l’œil spiritualise la nature. L’œil qui voit l’image doit devenir un œil de voyant. L’œil du voyant c’est l’œil qui spiritualise la nature.

Bon, remarquez je fais un très rapide parallèle avec... en peinture : c’est au niveau de l’impressionnisme que l’espace pictural est présenté comme devant optique pur et assumant sa planitude. Le tableau qui assume sa planitude passe pour une conquête impressionniste, peu importe si c’est à tort ou a raison. Si bien que l’on pourrait faire, là aussi, toutes sortes de parallèles. Je dirais même et, là, on n’a pas le temps, le... euh... quand, à ce stade de l’image ou l’image assume sa propre planitude, telle que vous la trouvez chez Dreyer, chez Ozu, ça va de soi... on pourrait dire ça s’o... - oui tout de suite - on pourrait dire que ça s’oppose à la profondeur de champ chez Welles, mais c’est pas vrai. La profondeur de champ chez Welles, elle est radicalement nouvelle par rapport à la profondeur du premier régime. La profondeur de champ chez Welles, c’est une profondeur qui donne tout à voir, je veux dire : qui donne tout à voir dans l’image, à savoir qui donne tout à voir des interactions d’un plan à un autre, du plan de fond à l’avant-plan. C’est-à-dire : c’est le contraire de la profondeur du premier cinéma, le cinéma classique, qui était une profondeur où les plans servaient de cache les uns par rapport aux autres, où l’avant-plan était une espèce de cache par rapport à ce qui se passait aux autres plans.

Donc, en ce sens, la profondeur de champ de Welles, aussi bien que la planitude de Dreyer est pleinement dans le second régime, serait pleinement dans le second régime de l’image, « voir ce qu’il y a à voir sur dans l’image et sur l’image ». Et puis tout comme Hitler était comme la destruction ou l’impossibilité de continuer le premier cinéma, on sent bien qu’on est à une époque charnière, là, aujourd’hui ; et Hitler, après tout, c’était quoi, du point de vue de ce qui nous occupe ? C’était la radio. C’était la radio, tout est passé par la radio. Et la crise actuelle, la crise actuelle, ben elle est bien connue, elle est [ ?] un peu partout, elle passe par la télévision. C’est plus la radio, c’est la télévision. Et, en effet, est-ce qu’on peut dire que, actuellement, se constitue comme un troisième régime de l’image, qui ne serait plus ni le régime encyclopédique ou souverain, ni le régime pédagogique ou disciplinaire, mais comme un troisième ; Daney essaye de le définir de la manière suivante, il dit : oh, vous savez, aujourd’hui... - et sans doute c’est les mêmes auteurs, les mêmes auteurs modernes qui sont à cheval sur les deux régimes - il dit : d’une certaine manière on est dans un nouveau régime d’image.

Qu’est-ce que c’est ce nouveau régime, c’est un régime où l’image glisse toujours sur l’image. C’est-à-dire : il y a quelque chose derrière l’image, quelque chose derrière l’image, mais ce n’est plus du tout au sens du premier régime, c’est en quel sens ? C’est plus du tout de la même manière, parce que ce qu’il y a derrière l’image, c’est toujours déjà une image. Les images glissent les unes sur les autres. L’image renvoie à une image préalable, préexistante. Une image glisse sur une image, au fond de l’image, on retrouve un fond de l’image, mais, au fond de l’image, il y a déjà une image. Ou, comme dit Daney : plus rien n’arrive aux humains, tout ce qui arrive, arrive à l’image. C’est curieux, ça, et il essaie de donner un nom, de former un concept... Et il trouve la notion... et là aussi il emprunte ça à la peinture, à l’histoire de la peinture, il appelle ça le maniérisme moderne. C’est un régime maniériste de l’image. Mais, nous, on peut dire aussi bien que c’est un régime de contrôle de l’image, où l’image contrôle l’image. Ce n’est plus la même chose que le régime pédagogique ou disciplinaire. C’est un régime... Alors peut-être on trouverait l’équivalent de ce maniérisme du cinéma actuel où l’image renvoie toujours à une image et où l’image n’a pas d’autre fond que déjà une image, comme si l’image ne cessait de se... Vous voyez que c’est très différent du premier régime où, au contraire, la place du roi... les images renvoient à quelque chose qui n’est pas image, même si ce quelque chose ne peut pas être donné hors des images, mais les images tendent vers quelque chose qui est le « derrière l’image ». Là c’est plus du tout ça, les images glissent les unes sur les autres de telle manière que ce qu’il y a derrière une image, c’est toujours déjà une image. Et, là, encore une fois, dans toutes nos catégories, j’insiste toujours sur ceci : c’est ni bon ni mauvais. Ça contient le plus nul et le plus beau. Chaque régime a sa médiocrité de production et a ses chefs d’œuvre.

Alors, si j’essaie de préciser un peu : qu’est-ce qu’il y a dans ce maniérisme des images actuellement, ou bien dans ce troisième régime : l’image contrôle l’image ? Ben, il y a la télé. Il y a la télé dans ce... y compris, y compris dans ses formes les plus exécrables. Avec la télé, il n’y a plus besoin de faire du cinéma puisque c’est le monde qui fait du cinéma. C’est le monde qui fait du cinéma, très bien. C’est plus la peine de voyager à la limite, puisque voyager c’est vérifier comment fonctionne, là-bas, la télé. Alors, c’est... c’est. Des études sérieuses se sont intéressées à la question très très importante : quel est le genre de spectacle qui plaît le plus aux gens actuellement ? Eh ben, il semblerait que, euh... il y avait un article dans Libération qui s’était fait l’écho de ce problème, il semble que l’un des spectacles les plus prisés actuellement ce soit la participation à une émission, comme spectateur. Pas participer activement... que on veuille aller à la télé parler et expliquer son problème, c’est très légitime, ça, mais... mais, mais assister à une émission en train de se faire... Aussi vous remarquez que, actuellement, de plus en plus d’émissions intègrent les spectateurs. Vous direz : est-ce inquiétant ? Est-ce prometteur ? Euh... Les gens semblent considérer que, peut-être est-ce que c’est inquiétant, parce que, comme spectacle, je vois comme équivalent que la visite à l’usine. Or la visite à l’usine, ça n’a jamais été très... Vous savez : on touche de la technique. D’un tel genre de spectacle, il y a un mot qui rend compte parfaitement de la nature du spectacle, on dit : c’est enrichissant (rire). C’est très enrichissant, alors... Les émissions, vous savez, à la télé, c’est toujours très intéressant, vous avez toujours une bande de types dont on se demande : qu’est-ce qu’ils font là ? Eh ben il semble que leur point de vue soit celui de spectateurs techniques. C’est pas du tout qu’ils trouvent ça beau, ni intelligents, mais euh... ils trouvent ça enrichissant. Pourquoi ? Parce qu’ils voient comment ça se passe, ou ils croient voire comme ça se fabrique. Alors ça peut être au niveau où les types, les gens..., alors il y a des spectateurs pour voir, par exemple, un présentateur de télé se maquiller avant l’émission. Donc l’émission est avant l’émission. Puisque, finalement il y a toujours une image avant l’image et l’image glissera sur l’image. Et la participation et la présence de spectateurs à l’émission en train de se faire sera comme garante de ce glissement de l’image sur l’image.

Bon. Alors, euh... Bien plus j’ai remarqué... je comprenais rien... Il y a une émission où il y a des spectateurs, mais on les voit pas. Alors c’est très curieux, il y a des cas où l’on voit les spectateurs, il y a des cas... Mais, de toute manière, il faut que l’émission en train de se faire se fasse devant des spectateurs pour que l’image ait pour fond des images. Alors, ça, c’est, mettons, les formes « enrichissantes », mais pas les plus... mais pas... la technique, le contact avec la technique. Toucher de la technique. C’est formidable, ça, toucher de la technique. C’est pas de devenir technicien, c’est pas du tout des gens qui veulent... Non, ils veulent toucher de la technique. Alors, ça fait rêver... Curieux parce que... Bon, mais euh... Alors quand même on monte dans les exigences esthétiques. Prenez un cas comme Coppola. Même techniquement. Il y a comme on dit prévisualisation. C’est un régime de l’image par prévisualisation. Prévisualisation. Prévisualisation par vidéo. Si bien que le film est filmé hors de la caméra. Chez Coppola, sous des formes souvent très très intéressantes, ce sera un cas typique de ce maniérisme moderne où toute image a pour fond des images préexistantes. En allant plus loin dans la technique, j’ai pas besoin de dire, je l’indique juste, que les nouvelles images, comme on dit, les images numériques, sont typiquement avec des procédés comme incrustations ou... ou bien d’autres procédés, sont typiquement des régimes d’image où l’image glisse sur l’image, où ce qui arrive arrive à l’image et où l’image a toujours pour fond une image. Mais, comme toujours, il y a pas besoin de techniques très très complexes, comme les images numériques, je veux pas dire qu’elles servent à rien, les images numériques, mais c’est typiquement des images de contrôle. L’image numérique, comme nouvelle forme d’image impliquant un nouveau régime d’image renvoie à un régime de contrôle où l’image contrôle l’image.

Mais je dis, indépendamment de ça, euh... vous avez des techniques beaucoup plus simples qui assurent ça, pensez à un cinéaste comme Syberberg, toute la question, là, pour ceux qui savent, des perspectives frontales et de la technique des perspectives frontales telle qu’elle apparaît chez Syberberg, lui permet quoi ? Ben de filmer un acteur sur fond de diapositives et c’est typiquement... la perspective frontale chez Syberberg est typiquement une illustration d’un régime de contrôle de l’image. Ce serait bien parce que je me dis : ces trois régimes... Alors qu’est-ce qu’il y a chez des auteurs les plus importants du cinéma actuel ? Je crois qu’il y a le passage du deuxième au troisième, du deuxième au troisième stade. Ils ont commencé comme... prenez la Nouvelle Vague, prenez euh... même ils sont, ils sont complètement à cheval. Ils ont un pied dans le nouveau régime. Vous voyez Godard serait exemplaire à cet égard. Et ils ont été le créateurs du grand régime pédagogique, et... Bref, bon, je veux pas développer, ça. C’est pas [ ?]. Je veux dire : à ce niveau de régime de l’image, on pourrait retrouver, retrouver un équivalent de cette succession, mais décalée dans le temps - parce que c’est pas la même temporalisation - décalée dans le temps, on pourrait trouver une espèce de régime de la souveraineté de l’image, de la discipline de l’image et du contrôle de l’image. Voilà donc ce que je voulais ajouter et on en a fini avec ça. Bon, il n’y a pas de ..., il n’y a pas de remarque ?

-Quelqu’un dans l’auditoire : si, je voulais dire quelque chose.

-Deleuze : oh, zut ! On a... on a raté l’émission, on a oublié à 10h, on a raté les nouvelles. Une autre personne : [ ?] toutes les heures

-Deleuze : toutes les heures ? Alors dites-le moi à 11h hein ! Parce que si les avions libyens arrivent, il vaut mieux être au courant quoi... Oui ?

-Premier intervenant : oui, je voulais dire quelque chose, c’est qu’il y a toujours une espèce d’ambiguïté au niveau de l’image, parce que c’est le même mot qui sert, à mon avis, pour plusieurs choses. Ça avait été repris et développé, à mon avis, par Sartre notamment qui, dans sa terrible Imagination, dit : il y a image-vignette, bon, ça dit bien ce que ça veut dire, c’est l’image qui est là alors que, au cinéma, il y a ce qui est fondamental dans tout ce [ ?) image de cinéma, il y a le mouvement, ça bouge ! Il y a toujours quelque chose qui bouge, quand même. C’est quand même différent du fait de la contemplation, le regard ou tout ce qu’on veut d’une image dite vignette. Alors il y a l’introduction, là, du mouvement et Sartre disait justement : c’est deux types de consciences différentes finalement. Euh je peux regarder, comme ça, un film, j’ai une certaine distance par rapport au film, elle vaut ce qu’elle vaut, mais enfin j’ai une distance par rapport au film, tandis que, dans l’image-vignette, très souvent c’est une conscience imageante qui me survient, dont je suis en quelque sorte... [ ?] passif, que je reçois et cette dimension-là disparaît dans l’image-mouvement qui est celle du cinéma. Donc je redis, là, la première remarque que je voulais dire, c’est qu’il y a une espèce d’ambiguïté, c’est le même mot image qui sert à la fois pour la vignette qui est immobile et pour ce qui défile pour le film, qui défile au cinéma, il y a l’introduction du mouvement qui peut être différent et qui peut donc provoquer, chez le spectateur, une conscience différente. Sartre disait que, dans la conscience imageante, il y a quelque chose qui me survient, c’est pas quelque chose que je prends, ou une attitude que je règle, c’est quelque chose qui m’arrive. Et je termine par un exemple que, par exemple, dans le... le nom m’échappe, celui qui a écrit l’amant de Lady Chatterley, là, il dit : aujourd’hui, on ne voit plus comme autrefois, comme dans l’antiquité, des types qui, tout d’un coup, vivent profondément une image, que ce soit une flaque d’eau ou n’importe quoi. Les types sont frappés par une image et la vivent profondément. Ça glisse... A cause justement de l’introduction du mouvement probablement. Alors c’est cette ambiguïté notamment, entre autres, que... de l’image, image vignette, image film etc. c’est le même mot qui sert, à mon avis, pour des choses différentes. Je sais pas si c’est recevable ou si on peut en tirer des conséquences importantes. Mais, cette espèce aussi de conscience imageante, par rapport à la conscience perceptive, puisqu’on parlait de pédagogie de la perception, il me semble qu’il y a quelque chose, là, qui me laisse un peu insatisfait et...

-Deleuze : ouais. Quant à ça, c’est pas exactement notre problème parce que, là, je prenais l’image en un sens, comme sous-entendu, euh... Moi je suis pas non plus satisfait par... Je comprends le choix en effet... tu as raison de rappeler que, chez Sartre, il y a un certain... ouais, je veux dire : le choix, il est pas entre une image où il y a du mouvement et l’image..., ce que tu appelles l’image-vignette. Parce que, prends un tableau, ça bouge pas... Personne ne considère ou ne peut réduire un tableau à une vignette. D’une certaine manière ça bouge étrangement. Quel mouvement, quel mouvement est-ce qu’il y a dans un tableau ? Il y a évidemment un mouvement. Ce mouvement, pourtant, il y a pas des choses qui bougent dans le tableau. Alors, dans l’image cinématographique, ça bouge vraiment... Tu dis : est-ce que c’est pas une raison pour laquelle... ça, que... il y a pas tellement de contemplation comme du temps où l’image ne contenait pas de mouvement. Je n’en suis pas sûr. Contemplation, contemplation, ça a toujours été réservé à une minorité de gens. La peinture aussi c’était réservé à une minorité de gens. Qu’est-ce que les gens qui aiment le cinéma trouvent dans le cinéma actuellement ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Mais ça me paraît une source de contemplation très intense, euh, chez tous les grands auteurs de cinéma, le facteur contemplation est intense, intense. Sinon comment est-ce qu’on parlerait de la pluie chez tel ou tel auteur ? La pluie chez Antonioni, on la confond pas avec la pluie, euh, euh... qui c’est qu’il y a encore comme auteur de la pluie ?

-Etudiant : Kurosawa

-Deleuze : euh chez Kurosawa. Alors, la pluie, bien sûr, c’est quelque chose qui tombe et qui bouge. N’empêche que c’est l’objet d’une contemplation fondamentale, la pluie. Or, la pluie, elle est signée. Les images de pluie, elles sont signées. Encore une fois, c’est vrai que... la pluie d’Antonioni, je crois que tout le monde... enfin tous ceux qui aiment Antonioni la reconnaissent. Euh... ça a beau bouger, c’est objet d’une contemplation absolue, hein. La pluie tombe, voilà. C’est aussi signé qu’un tableau, c’est aussi objet de contemplation qu’un tableau. Il faudrait pas dire, par exemple, que l’on ne contemple pas au cinéma. C’est un objet de contemplation fantastique, le cinéma. Euh, moi, ce qui me conviendrait pas, si tu veux, dans ce que tu dis, c’est que je trouverais que la dualité entre ce que tu appelles une image- vignette et l’image- mouvement, est beaucoup trop simple, est beaucoup trop... Parce qu’encore une fois, qu’est-ce qui se meut ? Ça va de soi que, des rapports de couleurs, c’est un mouvement dans un tableau. Il faut arriver à définir beaucoup plus ce qui est mouvement et ce qui est pas mouvement. Les rapports de couleurs c’est de toute évidence un mouvement. Quand vous avez un rapport entre un bleu et un rouge, c’est un mouvement et c’est un mouvement qui est dans le tableau. Simplement c’est un mouvement... moi je dirai beaucoup plus : dans une image picturale, le mouvement n’est pas extensif, mais il y a tellement d’autres mouvements que des mouvements extensifs. Dans le cinéma, il y a des mouvements extensifs, mais il y a aussi des mouvements d’une autre nature. Mais enfin, ça, c’était juste, euh... je développais ce truc sur l’image euh... un peu parallèlement à ce que... Vous voyez...

-Question : la question, elle est pas entre l’image qui bouge pas et l’image qui bouge, mais elle est plutôt entre euh... entre les nouvelles images, c’est-à-dire les images télé et l’image cinéma qui est, à mon avis, de la même époque que l’image-peinture, du même côté, quoi... Alors que j’ai l’impression que l’image télé c’est... [ ?]

-Deleuze : oui, oui, oui, oui.

-Intervenante :... enfin, là, moi je voudrais un cours...

-Deleuze : sur l’image télé ? Ah j’en suis bien incapable. Oui, sûrement, sûrement, oui... Mais c’est en partie, il me semble, parce que le régime de l’image télé est typiquement, déjà, un régime de contrôle de l’image.

-Intervenante : oui

-Deleuze : au fond de l’image, une image, c’est-à-dire : ce qui arrive arrive aux images.

-Intervenante : oui, ce qui n’est pas du tout le cas...

-Deleuze : ce qui n’est pas du tout le cas du cinéma euh... après-guerre.... Bon allez ! On laisse, hein !

Alors, finalement, au point où nous en sommes, nous sommes enfin, enfin tout près, ou on peut croire que nous sommes tout près d’en avoir fini avec notre question du pouvoir, avec la question de Foucault concernant le pouvoir. Et, finalement, si vous voulez, il me semble que le rapport... puisqu’on avait fait un premier trimestre sur le savoir... et puis un second trimestre sur le pouvoir... eh ben enfin on touche au but, sous quelle forme ? Ben il me semble que sur trois points principaux. Nous avons essayé de développer, chez Foucault, la nécessité de la confrontation pouvoir - savoir. Le pouvoir, c’est toujours un ensemble de rapports de forces bien déterminé. C’est toujours un ensemble de rapports de forces. Un ensemble de rapports de forces, je vous rappelle, se présente dans ce que Foucault appelle une fois un diagramme. C’est le diagramme qui est la présentation des rapports de forces à un moment donné. Eh bien je dirais, première direction : on cherche quel est le rapport entre... ou plutôt quelle est la relation entre des rapports de forces et des formes qui en découlent. Et, ça, on l’a vu, des formes qui seront des formes de savoir découlent des rapports de forces. Par exemple, on l’a vu tout récemment, la forme Dieu, la forme homme, la forme surhomme peuvent être considérées comme découlant de rapports de forces changeants. Ça, c’est tout un premier aspect sur lequel on a...

Deuxième direction : on considère des foyers de pouvoir, les foyers de pouvoir présentés dans le diagramme, c’est l’équivalent des rapports de forces, mais avec une autre... l’accent est mis sur un autre aspect, il est mis sur... non plus sur les rapports, mais sur les points de pouvoir, une fois dit que les rapports de forces, vous vous rappelez, chez, Foucault vont toujours d’un point à un autre point dans un champ social, on considère les foyers de pouvoir et qu’est-ce qui découle des foyers de pouvoir ? Il en découle des régimes d’énoncés ou ce que Foucault appelle des corpus. Si bien que, ça on l’a vu il y a longtemps, à la question « comment choisir les énoncés dominants d’une époque ? Comment constituer les corpus d’énoncés ? », Foucault répondait : il faut d’abord déterminer les foyers de pouvoir et voir quels mots, quelles phrases s’échangent au niveau de ces foyers. Par exemple : quel sont les énoncés concernant la sexualité au XIXème siècle ou au XVIIIème siècle ? Déterminons d’abord les foyers de pouvoir autour desquels se forment des discours sur la sexualité. Et ce sera de ces foyers de pouvoir que découlent les énoncés dominants de l’époque sur la sexualité. Et qu’est-ce que c’est alors, ces foyers ? Eh bien ce sera le confessionnal, ce sera l’école, ce sera la médecine, certains secteurs de médecine etc. Et la méthode de Foucault nous avait paru, là, très importante, puisque, en effet, sinon il n’y aurait pas de règle de la méthode pour choisir... qui nous permette de choisir les énoncés caractéristiques d’une formation historique. Comment choisir, comment sélectionner les énoncés si vous avez d’abord déterminé les foyers de pouvoir autour desquels les discours s’échangent ? Donc ça n’était plus : rapports de forces dont découlent des formes, mais c’était : foyers de pouvoir dont découlent des énoncés dominants. J’ai pas besoin d’indiquer que c’est à la fois une autre réponse et que, en même temps, les deux réponses sont absolument liées.

Troisième direction que nous avions vu sur, toujours, ce problème « quel rapport y a-t-il entre le pouvoir et le savoir ? », eh bien c’est que le pouvoir - et c’était une nouvelle manière de déterminer le pouvoir - le pouvoir consiste en... en un ensemble de matières abstraites, ou, si vous préférez, de matières non-formées et de fonctions non-formalisées. Mais il en découle des matières formées ou qualifiées et des fonctions formalisées ou finalisées. Cette fois-ci, vous voyez, ça va être la même chose, toujours. C’est encore la même chose que les deux autres cas, mais c’est, c’est... l’éclairage est mis sur un autre aspect. A partir de matières non-formées et de fonctions non-formalisées, découlent des fonctions concrètes, c’est-à-dire des matières formées, des fonctions formalisées. Qu’est-ce que ça veut dire ? Ben, en effet, qu’est-ce que ce sera, le pouvoir ? Je reprends mes exemples que je ne développe plus : imposer une tâche quelconque à une multiplicité quelconque, voilà la formule de la discipline, voilà le pouvoir disciplinaire, le pouvoir disciplinaire pur, à l’état pur. Maintenant vous pouvez déjà corriger de vous-mêmes : il n’y a jamais de pouvoir à l’état pur, mais je peux toujours faire une abstraction. En effet, je vous rappelle le principe de Foucault : tout est toujours... dans le concret tout est mixte de pouvoir et de savoir, il n’y a pas de pouvoir pur, ni de savoir pur. Mais je peux, par abstraction dégager un pouvoir au sens abstrait. Le pouvoir au sens abstrait ce sera, le pouvoir disciplinaire ce sera : imposer une tâche quelconque à une multiplicité quelconque. Bon, je dis : multiplicité quelconque, c’est ça que j’appelle une matière non-formée. On ne dit pas quelle multiplicité, est- ce que c’est des enfants ? Est-ce que c’est des hommes ? Est-ce que c’est des femmes ? Est-ce que c’est des ouvriers ? Est-ce que c’est des soldats ? J’ai pas à le savoir. « Multiplicité quelconque » c’est-à-dire matière non-formée. Imposer une tâche quelconque : je précise pas laquelle. Est-ce que c’est éduquer ? Est-ce que c’est faire travailler ? Est-ce que c’est soigner ? Est-ce que c’est faire faire l’exercice ? Je dis pas. Une tâche quelconque.

Voilà le pur diagramme : imposer une tâche quelconque à une multiplicité quelconque. Mais qu’est-ce qui en découle ? C’est-à-dire dans quoi le diagramme va-t-il s’effectuer ? Ben dans des fonctions formalisées et des matières formées qui, dès lors, seront toutes détentrices de savoir. Exemple : la multiplicité n’est plus une multiplicité quelconque, c’est une multiplicité d’enfants. Matière formée. L’enfant est une matière formée. Et la fonction correspondante, ça n’est plus imposer une tâche quelconque, c’est éduquer. Ce sera l’école. Si la multiplicité quelconque n’est plus l’enfant, mais les malades. La fonction formalisée correspondante sera : soigner. Et la forme ce sera non plus la forme école, mais la forme hôpital. Si la multiplicité quelconque est « jeunes gens bien constitués de... » euh, à quel âge on faisait son service au XIXème siècle ? 21 ans ? Euh... jeunes gens bien constitués de 21 ans. Bon, la matière formée sera : soldat. Et la tâche quelconque ne sera plus quelconque, ce sera : dresser des soldats. Vous voyez : à chaque fois je peux dire : ce qui définit le pouvoir ou le diagramme, c’est-à-dire l’ensemble de fonctions non- formalisées et de matières non-formées découlent des fonctions concrètes formalisables et des matières concrètes formables.

Donc c’est comme trois aspects, mais qui reviennent au même. Par-là j’ai résumé ce qui a fait l’objet, là, de notre recherche sur les rapports pouvoir - savoir , savoir - pouvoir. Comment du pouvoir s’incarne, s’actualise toujours dans des formations historiques, formations historiques qui constituent elles-mêmes des savoirs. D’où l’idée : tout pouvoir implique savoir, tout savoir implique pouvoir. Mais vous voyez comme de trois manières différentes, la méthode de Foucault, là, est une espèce de variété... Mais l’ensemble est extrêmement rigoureux et cohérent. Seulement, au moment où on croyait en avoir fini - c’est toujours comme ça que c’est beau - quand on croyait en avoir fini, on bute sur quoi ? D’accord, tout ça, d’accord, mais alors, quoi ? Qu’est-ce qui fait changer les diagrammes ? Qu’est-ce qui fait passer d’un rapport de forces à un autre rapport de forces ? Qu’est-ce qui fait changer... On a toujours dit... on a toujours indiqué : il y a des mutations, il y a des mutations de diagrammes, et on l’a vérifié jusqu’à aujourd’hui les mutations de diagrammes. Changement dans les régimes d’images c’est une mutation. Changement dans les formations juridiques, on l’a vu la dernière fois, c’est une mutation, c’est des mutations. Changement dans euh... dans les rapports de forces dont découlent les formes dieu, homme, surhomme, c’est, si l’on peut dire des mutations diagrammatiques qui entraînent toujours de nouvelles formes, de nouvelles formations sociales. Ben, c’est très joli « mutation », mutation, mutation, mais ça paraît un peu facile, ça. Qu’est-ce que c’est que ces mutations ? Le mot « mutation » d’accord, Foucault l’emploie... Foucault invoque la mutation, et au niveau des rapports de forces.

Bon, bien, mais est-ce qu’il nous laisse, comme ça, il nous abandonne, il dit pas quelque chose de plus. Comment rendre compte de ces mutations ? Comment expliquer que l’on passe d’un diagramme à un autre diagramme ? Et quel rapport y a-t-il entre le diagramme B et le diagramme A ? On a essayé de montrer tout ça, on a essayé, mais je crois que, pour finir, le moment est venu d’essayer d’être plus... Ce que nous savons, c’est que tout diagramme est stratégique, et que, en apparence au moins, à la question « qu’est-ce qui se passe dans un champ social ? », la réponse propre de Foucault, et qui a une grande importance, la réponse propre de Foucault c’est, ce serait : eh bien, ce qui se passe dans un champ social, c’est que ça stratégise. Un champ social, c’est le lieu d’une stratégie ? Qu’est- ce qui définit une stratégie ? Eh bien le rapport de forces présenté dans le diagramme. Les rapports de forces définissent la stratégie correspondant à une formation sociale considérée. Ce qui veut dire, en effet, tout diagramme est le lieu d’un combat. Combat de forces. Et c’est du combat des forces que les formes découlent. Mais je reprends la question : en quoi consiste le combat ? Entre qui et qui est-ce qu’il se fait, le combat ? C’est là que je voudrais que... il y a nécessité d’être tout à fait minutieux puisqu’on a laissé cette question. On s’aperçoit maintenant, on s’aperçoit qu’on parlait de mutation, on parlait de substitution d’un diagramme à un autre, mais, encore une fois, le moteur de la substitution, du remplacement d’un diagramme par un autre, on avait laissé...

Alors qu’est-ce qui se passe qui expliquerait le changement de diagramme, c’est-à-dire le passage d’une formation historique à une autre ? On pourrait concevoir une première réponse, à savoir : entre qui et qui se fait le combat, dans la stratégie ? Ça on a déjà répondu, on a répondu dès le second trimestre, il y a déjà longtemps. Toute force a un double pouvoir, pouvoir d’affecter et pouvoir d’être affecté. Considérez que le pouvoir d’être affecté est un pouvoir non moins que le pouvoir d’affecter. Affecter et être affecté... quoi ? Comme quoi ? Ben pouvoir d’être affecté par une autre force, pouvoir d’affecter une autre ou d’autres forces (la force est toujours au pluriel). Bien. Je dirai donc : il y a des forces... le combat se fait entre forces affectantes et forces affectées. Bien plus, je peux même dire : forces affectantes et forces affectées, c’est déjà le résultat du combat. Mais qu’est-ce que ça veut dire, mieux ? Tout pouvoir, nous dit-il, Foucault, va d’un point à un autre. Qu’est-ce que c’est un point dans un champ social ? Il a pas à nous le dire, ça parle tout seul, mais, nous, il faut bien qu’on propose une définition qui nous paraisse conforme à la pensée de Foucault. Je dirais : il me semble, pour Foucault, un point - au sens où il dit « tout pouvoir ou tout rapport de forces va d’un point à un autre » - un point c’est toujours le point d’application d’une force sur une autre. Point d’application d’une force sur une autre. Et le synonyme de point ce serait « singularité ». 

Une singularité, c’est le point d’application d’une force sur une autre force. D’où l’expression courante en mathématique : « point singulier ». Mais on voit en quel sens elle peut nous servir dans une théorie des forces, les points comme points singuliers ce seront les points d’application d’une force sur une autre force. Si bien que je peux distinguer deux sortes de points ou deux sortes de singularités. Les points qui marquent ou les singularités qui marquent la manière dont une force est affectée par une autre et les singularités qui marquent la manière dont une force en affecte d’autres. Mettons, uniquement par commodité, on appellerait « points actifs » les uns, les points d’application de la force qui affecte, et on appellerait « points réactifs », « points de réactions » ou « singularités de réactions », les points d’application sur la force affectée.

 

3

Est-ce que je peux dire : les points réactifs sont comme le vis-à-vis des points actifs ? C’est-à- dire : les points qui expriment l’affectant, les points qui expriment l’affecté... concrètement ça veut dire quoi ? Ben on l’a vu. Prenons des rapports de forces. Par exemple dans le régime disciplinaire, dans le pouvoir disciplinaire. Vous vous rappelez, on les a longuement étudiés, sériés, rangés... composer une force plus grande que les forces composantes..., mettre en rang. Je prends « mettre en rang ». Mettre en rang, c’est une force qui affecte d’autres forces, c’est de l’affectant. Le maître à l’école dit : allez ! En rang. C’est de l’affectant, ça, il y a une singularité du maître. Quand il dit.., c’est la singularité mise en rang. C’est le point mis en rang. En effet ce ne sera pas le seul point ; je ne me souviens plus, dans l’ordre on met en rang d’abord, puis on entre dans la classe. Les petits gars ils sont debout, ils s’assoient, ils s’asseyent, ils s’assoient, ils défont leurs machins, ils rangent, ils se mettent au travail, bon... Ils reçoivent de grands coups parce qu’ils savent pas leurs leçons... Vous voyez, il y a une succession d’opérations. Ranger, là aussi, ils sortent pas. Ce sera ranger, mettre en rang, au début et puis à la fin. Bien, mais « être rangé », ça c’est un point réactif. Point actif : le maître dit « En rang ! ». Les gars se mettent en rang, c’est un point réactif, être affecté. Or l’un se conclut pas de l’autre, il faut tenir compte absolument... c’est un couple d’affects. A tout affect affectant correspond un affect affecté, mais les deux ne se ressemblent pas. Il y a un point d’application, par exemple... on le voit bien qu’il y a un point d’application... supposez, rappelez votre enfance, le maître, il dit : en rang ! La preuve qu’il y a points d’application, ils sont..., ils sont là, quoi... on les... c’est, comme dit Foucault, une anatomie du corps, une anatomie politique du corps. Il arrive, il arrive qu’on attende avec une fébrilité presque maladive, la fin de l’heure, le moment où le maître va dire « en rang », c’est pas du tout le même affect que le « en rang » de « rentrez ! », donc déjà deux affects du rang. Mais il y a quatre affects en fait : car il y a l’affect affectant du maître, deux - c’est pas le même au début et à la fin, le maître, il peut être ou content que ce soit fini, ou triste que ce soit fini, si c’est un bon maître, il est triste que le cours soit fini, euh... et puis voilà... bon, voilà, j’ai pas besoin.... Je peux ainsi garnir mon diagramme de toutes sortes de points et, ça, je vous demande de vous le rappeler vaguement, parce que j’en aurai besoin pour la... Il faut fournir des points, des singularités, là. Je dis : est-ce qu’il y a là-dedans quelque chose qui justifie qu’un diagramme passe au profit d’un autre diagramme ? J’ai beau chercher, non. Non ! Les rapports de pouvoir mettent tous ces points ou toutes ces singularités en relation les unes avec les autres de manière à composer un ensemble stable.

Qu’est-ce qui peut faire changer un diagramme ? Vous sentez que, ça, c’est un problème. Je veux dire, là, on essaie de retrouver.... Ce que je voudrais que vous sentiez, c’est qu’on essaie de retrouver quelque chose qui a été le cheminement de Foucault ou bien sa recherche même. Il tenait... il tenait l’idée, l’idée que les diagrammes changent par mutation, mais il ne pouvait pas se contenter d’une invocation à « mutation ». Il se devait, il devait se demander : mais qu’est-ce qui assure la transformation d’un diagramme ? Et qu’est-ce qu’il tenait ? Il tenait des affects ou des points entre lesquels se tissaient les rapports de pouvoir, mais, entre ces points, on voit pas tellement de raisons pour qu’un diagramme change. Et, vous remarquerez, c’est pour ça que ça m’importe, là, aujourd’hui, je voudrais particulièrement insister sur cette histoire d’évolution. Qu’est-ce que c’est l’évolution d’un grand philosophe comme Foucault ? Quand je vous dis « on n’a pas le choix », ben il n’avait pas le choix ; il fallait bien qu’il trouve une... quelque chose. Et qu’est-ce que ça va être ? On peut essayer, à ce moment-là... Qu’est-ce que ça veut dire « essayer de reconstituer une histoire de la pensée de Foucault » ? On a les points de repère. Je lis Surveiller et punir, je vois qu’il est déjà question du diagramme, puisque c’est là que le mot apparaît. Il est question de la mutation d’un diagramme à un autre puisqu’il étudie deux périodes, deux formations historiques. Mais, il y a quelque chose dont il ne dit pas un mot, et qui va surgir un an après, puisqu’il y a un an je crois entre les deux... oui Surveiller et punir c’est 75, Volonté de savoir c’est 76... qui va surgir en un an, à savoir : l’idée qu’un diagramme comporte aussi des points de résistance. Et, là- dessus, il faut évidemment, il faut un peu s’arrêter. Car, je crois bien, dans Surveiller et punir la notion de résistance n’intervient pas encore. Surveiller et punir se termine de manière très curieuse. Surveiller et punir se termine abruptement, comme si Foucault lâchait... Et se termine sur l’invocation d’un combat, « le grondement d’une bataille », dit-il, c’est la dernière phrase. Et une petite note qui annonce des livres suivants. Ça se termine sur l’annonce du grondement d’une bataille.

Bien. Là-dessus, un an après : Volonté de savoir. Vous me direz : le sujet n’est pas le même, mais c’est pas ça qui m’intéresse. Volonté de savoir c’est le premier tome de L’histoire de la sexualité. Ma question est autre : c’est que, dans ce premier tome de L’histoire de la sexualité, la question du pouvoir est largement reprise. Je demande : pour quelles raisons ? Je veux dire : quelles sont les nouveautés de La volonté de savoir par rapport à Surveiller et punir un an avant ? Je dis : il y a deux nouveautés : deux nouveautés considérables. C’est que, première nouveauté, Surveiller et punir ne considérait finalement qu’une seule forme de pouvoir disciplinaire que Foucault appelait déjà « l’anatomie politique des corps ». Discipliner les corps. L’anatomie politique des corps. C’est le seul point et, cette anatomie politique, il la poursuivait, elle consistait en ceci : imposer une tâche quelconque à une multiplicité quelconque et il la repérait à tous les niveaux de l’école, l’hôpital, la caserne... euh... l’école, l’hôpital, la caserne, la prison, l’usine euh... l’atelier. C’était ça, Surveiller et punir. La première grande nouveauté de La volonté de savoir, c’est que Foucault y joint une seconde fonction... disciplinaire ? Peut-être. Ou déjà autre chose que disciplinaire, c’est-à-dire de contrôle ? Peut-être. En tout cas une fonction qui est comme à cheval sur le régime disciplinaire et, peut-être, un autre régime qui pointe. Et cette seconde fonction, il l’appelle non plus « anatomie politique des corps », mais « biopolitique des populations », il n’en était pas question dans Surveiller et punir. Et la formule, ce n’est plus imposer une tâche dans une multiplicité restreinte, mais gérer ma vie dans une multiplicité large, étendue. Donc, ça, c’est la première nouveauté. Je reviens pas là-dessus, on l’a déjà commenté, mais je veux marquer que, ça, c’est une première nouveauté.

Deuxième nouveauté : apparaît fondamentalement l’idée que dans une société, dans un champ social, il n’y a pas seulement des points d’affecter et des points d’être affecté, mais qu’il y a une troisième sorte de points : il y a des points de résistance, il y a des singularités de résistance. Et voilà un texte qui me paraît très étrange. Je vous demande, là, de bien l’écouter, parce que... « Il ne faut pas méconnaître le caractère strictement relationnel des rapports de pouvoir... ». On l’a vu, ça, la force est toujours en rapport avec la force. Il ne faut pas méconnaître, donc, le caractère relationnel des rapports de pouvoir. « Ils ne peuvent exister qu’en fonction d’une multiplicité de points de résistance... » apparaît ici la formule explicite des points de résistance. « Ils ne peuvent exister qu’en fonction d’une multiplicité de points de résistance : ceux-ci, ces points de résistance, jouent, dans les relations de pouvoir, le rôle d’adversaire... ». Qu’est-ce que c’est curieux ! Vous devez déjà sentir pourquoi il est curieux, ce texte. Euh, « ceux-ci jouent, dans les relations de pouvoir, les points de résistance jouent, dans les relations de pouvoir le rôle d’adversaire, de cible, d’appui, de saillie pour une prise. Ces points de résistance sont présents partout dans le réseau de pouvoir. Il n’y a donc pas par rapport au pouvoir un lieu du grand Refus ».

Donc il retrouve son thème ordinaire : il y a dissémination des points de résistance. « Les résistances ne sont pas le contrecoup, la marque ne creux du pouvoir. Elles ne forment pas par rapport à l’essentielle domination, un envers un envers finalement toujours passif voué à l’indéfinie défaite. » Donc ces points de résistance sont efficaces. Les résistances ne relèvent pas de quelques principes hétérogènes au pouvoir... ». Ça se complique, c’est pas hétérogène au pouvoir, ça passe aussi dans les relations et par les relations de pouvoir, « mais elles ne sont pas pour autant leurre ou promesse nécessairement déçue ». Elles passent par les relations de pouvoir, mais elles sont autre chose. Elles sont l’autre terme, dans les relations de pouvoir et elles s’y inscrivent comme l’irréductible vis-à-vis », retenez ça parce que... « Elles sont l’autre terme dans les relations de pouvoir et elles s’y inscrivent comme l’irréductible vis-à-vis. Elles sont donc, elles aussi, distribuées de façon irrégulière », tout comme les relations de pouvoir... « Elles sont donc distribuées de façon irrégulière : les points, les nœuds, les foyers de résistance sont disséminés ». Vous voyez, je rappelle : « les points, les nœuds, les foyers », c’est un vocabulaire mathématique par lesquels les mathématiciens définissent précisément les points singuliers d’une courbe. Donc il y a allusion explicite aux singularités. A propos de quoi ? Des points de résistance. Il y a donc des singularités de résistance. Qu’est-ce qui doit vous paraître extraordinaire dans ce texte ? Mais, si, vous me suivez, si vous avez suivi un peu, on se serait attendu à tout à fait autre chose.

Quelqu’un parle dans la salle ?

-Deleuze : il est 11heures ?

-Un étudiant : moins 3 minutes

-Deleuze : euh [Brouhaha]

-Deleuze : 126-127. Ah ! Bon ! Récréation ! Si on peut dire... Coupure

Reprise : 127 de La volonté de savoir, deux expressions qui me font problème. C’est : « les résistances jouent dans les relations de pouvoir le rôle d’adversaires, de cibles, d’appuis ». Et, un peu plus loin : « les résistances s’inscrivent dans les relations de pouvoir comme l’irréductible vis-à- vis ». Parce que, quand même, on se serait attendu à tout à fait autre chose. Si je considère une force d’affecter, dans une relation de pouvoir, par exemple « ranger, mettre en rang », quel est son vis-à-vis ? Ou, si vous préférez, quel est son adversaire, sa cible et son appui ? Evidemment la force d’être affecté correspondante. A la force du maître de mettre en rang, correspond, comme vis-à-vis, la force de l’élève, c’est-à-dire le pouvoir de l’élève, la capacité de l’élève d’être mis en rang. En d’autres termes, à des singularités ou à des points d’action, correspondent, comme vis-à-vis, des points de réaction et vous avez la relation de pouvoir action-réaction. Or, dans La volonté de savoir, dans ce texte, Foucault ne nous dit pas cela. Il nous dit : le vrai vis-à-vis des relations de pouvoir, ce sont les points de résistance. Vous comprenez, c’est essentiel ! C’est essentiel, ce glissement. Il faut comprendre : les relations de pouvoir mettent en relation deux vis-à-vis, la force d’affecter et la force d’être affecté, c’est-à-dire le point d’action et le point de réaction. D’abord.

Mais en plus il y a un vis-à-vis de la relation de pouvoir, et le vis-à-vis de la relation de pouvoir c’est les points de résistance. C’est que les points de résistance c’est pas du tout la même chose que des points de réaction. Le point de réaction, c’est, par exemple, la capacité d’être mis en rang. Je me mets en rang, voilà. Voilà un point de réaction. En effet je me mets en rang quand le maître dit : mettez-vous en rang. vis-à-vis, c’est deux vis-à-vis. Mais, le point de résistance, c’est tout à fait autre chose, c’est vous tout à l’heure, exemple déplorable (rire), je dis : rentrez, rentrez ! Rentrez ! Euh. Et : rien du tout ! C’est un cas de résistance dite passive, hein. Alors un pas de plus, allez-y, résistance active, à ce moment-là vous me piétinez, vous... Résistance active. Mais qu’elle soit passive ou active, le point de résistance est tout à fait différent du point de réaction. Lorsque Foucault nous dit « le vis-à-vis de la relation de pouvoir », ce sont les points de résistance. Je dis : la seconde nouveauté de La volonté de savoir par rapport à Surveiller et punir, c’est la découverte d’une troisième sorte de singularité ou la découverte des points de résistance. En d’autres termes, je ne peux plus dire, comme je me suis contenté de le faire jusqu’à maintenant, il y a un double pouvoir fondamentalement en rapport, à savoir : pouvoir d’affecter et pouvoir d’être affecté. Il faut que j’y joigne un troisième pouvoir : pouvoir de résister. Le pouvoir de résister est une troisième sorte d’affects, irréductibles aux affects actifs et aux affects réactifs. C’est une troisième sorte de singularités.

Bien, vous voyez que tout ce texte... il me fascine ce texte parce que, si l’on se reportait un an avant, il aurait été complètement inintelligible. Le pouvoir d’affecter, dans Surveiller et punir, il ne peut avoir qu’un seul vis-à-vis, c’est le pouvoir d’être affecté. Qu’il y ait un pouvoir de résister qui ne se réduit ni au pouvoir d’affecter, ni au pouvoir d’être affecté, Foucault le découvre, pourquoi ? Parce qu’il en a absolument besoin. Je demande : quelles vont être les conséquences ? D’abord : il en a absolument besoin, pourquoi ? D’abord, répondons à la question : pourquoi en a-t-il besoin ? Parce qu’il me paraît évident que c’est seulement en centrant sur les points de résistance qu’on peut comprendre la mutation d’un diagramme. A savoir : pourquoi un diagramme change au profit d’une nouvelle distribution des rapports de pouvoir ? Tout se passe comme si [ ?] - merci beaucoup - vous allez comprendre... [il écrit au tableau] [ ?] Voilà, c’est joli hein ? Ça c’est un ensemble de rapports de forces, bon, qui va d’un point à un autre, point d’action et point de réaction. Chaque fois qu’il y a une ligne, je peux dire : PA, PR. Voilà, je dirais : un diagramme, c’est ça. Il suffit de préciser les PA et les PR, les points d’action et les points de réaction. On le précisera en déterminant les foyers de pouvoir à une époque, les foyers de pouvoir sont des points où s’affrontent précisément... ou des lignes [ ?] points d’action et points de réaction. Ça, c’est ce que je pourrais dire si j’en reste à Surveiller et punir. Les points d’action et les points de réaction sont fondamentalement liés les uns aux autres.

D’où : vous les reconnaissez à ceci qu’ils sont unis. Vous me direz : pourquoi j’unis pas ça et ça ? Parce qu’il y a dissémination, tout foyer de pouvoir n’est pas lié à tout foyer de pouvoir. Tantôt c’est lié, tantôt c’est pas lié. En tout cas vous avez : l’ensemble du diagramme unira dans un certain ordre, tous les points [ ?]. Et puis, maintenant, je suis forcé de joindre au diagramme des points de résistance, comme en quelque sorte des points non-liés, ou bien - je peux pas dire non-liés - ils sont bien liés, puisqu’en effet ils sont pas abstraits, ils résistent aux foyers de pouvoir qui existent, mais, pour indiquer qu’ils sont pas liés de la même manière que les précédents, je les mets en pointillés. Vous me suivez : les points de résistance. Si ces points de résistance, alors, qui sont virtuellement liés aux points d’action et de réaction, si ces points de résistance s’unissent entre eux... Supposez que j’aie une craie bleue, hein, ou rouge, je fais un trait bleu de là à là. De là à là. Vous voyez. Supposez donc que ces points de résistance entrent en rapport et prennent ainsi de la consistance et résonnent les uns dans les autres, votre diagramme s’écroule au profit d’un autre diagramme, c’est tous les rapports de forces qui sont redistribués. Ça va ? C’est clair ? Question ?

-Deleuze : oh, non ! Ça [ ?] Euh... pas de réponse puisque Foucault ne traite pas des autres sociétés, mais dans la mesure où nous avons vu qu’il pouvait nous sembler que toute société avait une stratégie et un diagramme, alors [ ?] le confirmerait s’il y a des sociétés qui sont pensées et perpétuellement pensées sous les espèces d’une stratégie, c’est bien les espèces extrême-orientales, c’est des sociétés par nature stratégiques, les chinois n’ont jamais cessé de se penser stratégiquement dans leur formation sociale, donc ça me paraît valoir pour toute... Mais vous comprenez l’importance de ces points de résistance qui, précisément, vont assurer la manière dont un diagramme bascule, fait place à un autre diagramme qui va être l’expression d’un nouveau rapport de forces, qui va comporter aussi ses points de résistance. En d’autres termes, c’est au niveau des points de résistance que le diagramme est fondamentalement friable, renversable, objet de mutations possibles.

D’où : c’est très curieux ce texte, il me paraît extrêmement curieux, extrêmement important, car il va expliquer le point de résistance, les points de résistance, c’est à la lettre comme des contre-pouvoirs. Seulement ça va entraîner des choses, ça va entraîner des conséquences énormes pour la philosophie de Foucault, à plus forte raison pour ses conceptions politiques. Je dis, je continue à développer avant de passer aux conséquences, je dis : ce sont des contre-pouvoirs, ça veut dire quoi ? Ben, ça veut dire : chaque fois que le pouvoir détermine un objet qui lui est propre, détermine l’objet sur lequel il porte... et on a vu : chaque fois qu’il y a diagramme, il y a détermination de l’objet sur lequel porte le pouvoir... cet objet peut être rapporté également à une capacité de résistance qui le retourne contre le pouvoir. Exemple : on a vu que dans les formations de contrôle, le pouvoir et même le droit prenaient pour objet la vie. Mais que le pouvoir et même le droit..., sous quelle forme ? Sous la forme « gérer la vie, gestion des populations » ou sous la forme du droit, du droit social à savoir « assurer la vie dans l’homme », j’emploie « assurer » au sens propre du mot, au sens littéral du mot, puisque nous avons vu la dernière fois que, dans cette formation du droit social, les assurances ont joué le rôle fondamental. Mais, quand le pouvoir et le droit prennent pour objet la vie, c’est cette même vie qui se retourne contre le pouvoir et contre le droit et devient résistance de la vie contre le pouvoir contre le droit.

Et c’est ce que Foucault nous dit, dans une page très belle, aussi, de La volonté de savoir, page, cette fois-ci, 190-191, comme on ne peut pas dire mieux, je me contente de lire : et contre ce pouvoir, encore nouveau au XIXème siècle », la gestion de la vie des populations, gérer la vie, la biopolitique des populations, eh bien « contre ce pouvoir, contre, contre ce pouvoir encore nouveau au XIXème siècle, les forces qui résistent... », vous voyez, c’est pas les forces qui affectent ou qui sont affectées, « les forces qui résistent ont pris appui sur cela même que ce pouvoir investit ». Les forces de résistance ont pris appui sur cela même que ce pouvoir investit, or ce pouvoir investit la vie. Le pouvoir, la gestion de la vie des populations, investit la vie. Mais les forces qui résistent ont pris appui sur cela même qu’il investit, c’est-à-dire sur la vie et l’homme en tant qu’il est vivant. En d’autres termes c’est : le pouvoir prend pour objet la vie, la vie se tourne contre le pouvoir. « Depuis le siècle passé, les grandes luttes qui mettent en question le système général du pouvoir ne se font plus au nom d’un retour aux anciens droits, ni en fonction du rêve millénaire d’un cycle des temps et d’un âge d’or. On n’attend plus l’empereur des pauvres, ni le royaume des derniers jours, ni même seulement le rétablissement des justices qu’on imagine ancestrales. Ce qui est revendiqué et sert d’objectif, c’est la vie... » « Ce qui est revendiqué et sert d’objectif, c’est la vie, entendue comme besoins fondamentaux, essence concrète de l’homme, accomplissement de ses virtualités, plénitude du possible. » A ma connaissance, ça c’est très curieux, parce que « plénitude du possible », c’est un terme tellement spinoziste, c’est tellement..., c’est très insolite, ça, sous la plume de Foucault, ça, une expression... J’essaie de vous dire depuis le début : il y a un vitalisme de Foucault, il y a un très étrange vitalisme de Foucault. Et je crois que ce vitalisme est directement, directement dans le rapport de Foucault avec Bichat. Euh, j’ai essayé de le dire de plusieurs manières, mais s’il y a un texte vitaliste ou exprimant le vitalisme de Foucault, c’est celui-là, p.190-191. C’est la vie, « Ce qui est revendiqué et sert d’objectif, c’est la vie entendue comme besoins fondamentaux, essence concrète de l’homme... » ça c’est un hommage à Marx : « essence concrète de l’homme », ça vient de Marx, « accomplissement de ses virtualités, mais plénitude du possible », ça ça vient de Spinoza, c’est très  ?].

Je veux pas dire que c’est un style bariolé, c’est uni dans le style de Foucault, mais c’est comme si on voyait des strates de lecture, là, dans un texte comme ça. Mais, encore plus, une espèce de strate de vie, très curieuse... « Peu importe s’il s’agit ou non d’utopie [dans les luttes actuelles]... ». « Peu importe s’il s’agit ou non d’utopie, on a là un processus très réel de lutte ; la vie comme objet politique... ». C’est ça le texte essentiel, je le lis lentement : « la vie comme objet politique a été en quelque sorte prise au mot et retournée contre le système qui entreprenait de la contrôler. ». « La vie comme objet politique a été prise au mot et retournée contre le système qui entreprenait de la contrôler. C’est la vie beaucoup plus que le droit qui est devenue alors l’enjeu des luttes politiques, même si celles-ci [les luttes politiques] se formulent à travers des affirmations de droit. Le “droit” à la vie, au corps, à la santé, au bonheur, à la satisfaction des besoins, le “droit” si incompréhensible pour le système juridique classique, a été la réplique politique à toutes ces procédures nouvelles de pouvoir ».

Bon, le pouvoir prend pour objet la vie, la vie se retourne contre le pouvoir, ce qui veut dire quoi, là ? Je dis, ça, ça fait partie de l’apport complet de... de La volonté de savoir dans sa différence avec Surveiller et punir. Seulement, si vous m’avez suivi, je dis : les conséquences sont énormes... Quel est le statut... ? Bon d’accord... C’est curieux, hein, ces points de résistances disséminés dans les diagrammes, qui ont le pouvoir de faire muter le diagramme, sous certaines conditions... Mais d’où ils viennent ? Quel va être leur statut ? Est-ce que vous sentez pas que Foucault se trouve dans une drôle de situation ? Est-ce qu’il peut maintenir que les points de résistances... ou est-ce qu’il pourra maintenir longtemps que les points de résistances sont des vis-à-vis des rapports de pouvoir comme il le dit page euh... page 126-127 ? Est-ce qu’il pourra maintenir ça ? J’insistais déjà, dès le début, sur le caractère très ambigu d’une telle expression « vis-à-vis », car en toute rigueur le seul vis-à-vis d’une force d’affecter, c’est la force d’être affecté. La résistance, le pouvoir de résistance a pour propriété de pouvoir, pas dans n’importes quelles conditions, mais dans certaines conditions à déterminées, de pouvoir faire basculer les diagrammes. Les diagrammes, c’est les présentations de rapports de forces existants. Mais « pouvoir de résistance » excède de loin un simple vis-à-vis. Et est-ce que Foucault pourra maintenir sa définition du champ social, « ça stratégise », c’est de la stratégie ? Je veux dire : est- ce que, d’une manière ou d’une autre, il ne sera pas forcé de dire : ce qui [ ?] c’est bizarre, les points de résistance sont premiers par rapport au pouvoir, ils sont pas vis-à-vis, il faut bien qu’ils soient premiers. A ce moment-là, un champ social, ça doit se définir par : ça résiste de partout. Ça résiste de partout. Sous-entendu : ça résiste au pouvoir, et non pas : ça stratégise partout. Il faut bien, d’une certaine manière, que les points de résistance soient premiers par rapport au pouvoir.

Il faut bien que la résistance au pouvoir soit première par rapport au pouvoir lui-même. Est-ce qu’il faut pas aller jusque-là ? Et voilà que Foucault nous dit, dans un texte publié par Dreyfus et Rabinow, page 300 de Michel Foucault un parcours philosophique, mais c’est un texte de Foucault, sinon ça... je ne m’en servirais pas. Voilà ce qu’il nous dit : « je voudrais suggérer ici - p.300 - une manière d’avancer vers une nouvelle économie des relations de pouvoir », donc une nouvelle manière que celle qu’il a considérée jusqu’à maintenant dans son œuvre écrite. Là, c’est la transcription d’un entretien. « Ce nouveau mode d’investigation consiste à prendre les formes de résistance aux différents types de pouvoir... » « à prendre les formes de résistance aux différents types de pouvoir comme point de départ ». Ah bon ? « Ou, pour utiliser une autre métaphore, il consiste à utiliser cette résistance comme un catalyseur chimique qui permet de mettre en évidence les relations de pouvoir, de voir où elles s’inscrivent, de découvrir leurs points d’application ». « point d’application » : on l’a commenté, c’est pouvoir d’affecter - pouvoir d’être affecté, c’est l’application de la force sur la force.

Or il nous dit : d’un certain point de vue il faut considérer les résistances comme premières. Seulement il le dit dans des... si vous avez été sensibles au texte que je lisais, il le dit dans des conditions très très prudentes, car, dans la lettre du texte, il s’agit d’un primat uniquement du point de vue de la connaissance. A savoir, ce qu’il nous dit dans ce texte : peut-être bien que pour connaître les relations de pouvoir, dans une formation sociale, il est mieux de commencer l’étude des points de résistances. A la lettre, je veux dire, il dit pas plus. Est-ce que nous sommes en droit de penser qu’il est déjà amené à dire plus, que ce n’est pas simplement du point de vue de la connaissance, mais que c’est en soi que les points de résistances dans une société sont premiers par rapport aux rapports de pouvoir ? En ce sens, les points de résistances, ce sont pas, encore une fois des vis-à-vis des rapports de pouvoir, ils sont premiers. En d’autres termes un champ social résiste au pouvoir avant de se stratégiser dans des rapports de pouvoir. Qu’est-ce qui fait dire ça ? Qu’est-ce qui pourrait faire dire ça ? Qu’est-ce qui pourrait faire penser que Foucault tourne autour de ça ? Moi je dirais presque, quitte à prendre des risques [ ?] la pensée de Foucault, je dirais : il savait très bien qu’il en arriverait là. Il savait très bien qu’il en arriverait là, seulement c’était pas encore au point, donc il prend une position très prudente du point de vue de la connaissance.

Pourquoi est-une fois, mais ils l’ont rappelé très brièvement et, nous, on reviendra très brièvement là-dessus, que, dans ce qu’on a appelé le marxisme italien et même d’autres formes, déjà, d’une certaine manière, chez Lukacs, dans l’évolution du marxisme, mais particulièrement de Tronti, marxiste Italie, T R O N T I, la résistance est posée comme première par rapport à ce à quoi elle résiste. Or Foucault connaissait ces travaux. Alors pourquoi est-ce qu’il hésite ? Parce que, sûrement, il n’est pas satisfait de la manière dont Tronti le montre et que, pour son compte, il n’a pas encore trouvé la manière satisfaisante de montrer en quel sens la résistance est première dans un champ social. Mais je pense que... là c’est le cas d’une œuvre, encore une fois et à mille égards, trop vite interrompue, à la fin de son œuvre, en tout cas au niveau de La volonté de savoir, par différence avec Surveiller et punir, Foucault découvre les points de résistance comme irréductibles aux rapports de pouvoir et comme ayant l’étrange propriété de retourner contre le pouvoir, ce dont le pouvoir fait son objet, c’est-à-dire ce que le pouvoir a entrepris de contrôler. Le point de résistance, c’est quelque chose d’incontrôlable dans l’objet de pouvoir. Or ce quelque chose d’incontrôlable dans l’objet de pouvoir est premier par rapport au pouvoir.

 

4

Mais vous sentez juste que ça va jouer un rôle décisif. Rôle décisif dans quoi ? Si vous n’êtes pas trop fatigués, je voudrais continuer cette histoire [ ?]. Qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce qui se passe chez Foucault ? Qu’est-ce qui se passe chez Foucault à ce moment-là ? Pourquoi est-ce qu’il pense, à mon avis complètement à tort, mais il l’a vécu comme ça, qu’est-ce qui fait qu’il se pense dans une espèce d’état de crise ? Qu’est-ce qui s’est passé ? Qu’est-ce qui s’est passé après La volonté de savoir ? Je pose la question parce que c’est une question qui nous importe, l’évolution... Elle fait pleinement partie de l’évolution de la pensée d’un philosophe comme Foucault. Et je veux marquer, là, même vraiment du dehors - je ne me permettrais pas de supposer ce qui s’est passé dans la tête de Foucault - mais je constate des choses du dehors.

L’archéologie du savoir est de 1969. Qu’est-ce que je peux dire de L’archéologie du savoir ? C’est un grand livre qui se présente comme livre de la méthode et qui conclut toute une série de livres qui portaient sur le savoir, premier axe de la pensée de Foucault. Tous les livres précédents portaient sur le savoir, ce qui ne veut pas dire sur la science, puisque Raymond Roussel a un savoir qui ne fait qu’un avec sa propre poésie. Vous vous rappelez, je ne reviens pas là-dessus, le savoir c’est pas du tout la même chose que la science, en revanche la poésie est savoir. La science est savoir et bien d’autres choses sont savoir. Mais tous ces livres sur le savoir culminent avec L’archéologie du savoir, 1969. Bien sûr quelque chose était déjà en train, quelque chose d’autre. A savoir : il y a bien longtemps que Foucault savait que l’axe du savoir n’était pas suffisant, en effet L’archéologie du savoir se conclut et tire toutes les conséquences au niveau d’une grande théorie des énoncés dont nous avons vu le détail au premier trimestre, mais se tait sur : comment choisit-on les énoncés d’un corpus ? Sans doute parce que la sélection des énoncés d’un corpus renvoie à un autre axe que celui du savoir. Donc il y a déjà un autre axe qui travaillait l’axe du savoir, mais Foucault n’était pas encore en mesure d’étudier pour lui-même ce deuxième axe, bien que ce deuxième axe ait déjà été actif dans et sous le premier. Or il lui faudra une longue réflexion, et pas seulement une réflexion, mais une pratique.

En effet, si L’archéologie du savoir est de 69, le livre suivant est de 75, 6 ans, 6 ans sans livre. Qu’est-ce que ça veut dire ? Et qu’est-ce qu’il fait pendant 6 ans ? Il fait de la pratique de lutte, c’est-à-dire il instaure - j’en ai souvent dit quelques mots - il instaure le Groupe Information - Prison, il participe à toutes les luttes autour du mouvement des prisons et dans cette époque qui fut riche en luttes. Donc, ... il n’a pas, je ne crois pas que Foucault ait eu une pratique politique, comme on dit, avant 68. Le grand moment de sa pratique politique est après 68, à la fois dans ce Groupe Information Prison qui, à mon avis, a été une des réussites du gauchisme après 68, c’est-à-dire un des rares groupes qui n’a pas réengendré une forme stalinienne. Et il se livre parallèlement à une réflexion théorique. Est-ce que c’est par hasard que sa pratique était centrée sur les prisons et le problème des prisons ? Evidemment non. En 75 éclate Surveiller et punir, c’est par le problème des prisons et le problème du châtiment qu’il accède au deuxième axe, l’axe du pouvoir. Surveiller et punir est le premier livre sur cet axe du pouvoir. Là, le pouvoir et les rapports de pouvoir sont considérés pour eux-mêmes. A ce moment-là éclate, en quel sens les formations de savoir impliquaient, exigeaient ce deuxième axe du pouvoir. Il aura fallu 6 ans à Foucault pour mettre au point ce changement d’axe. Et puis, presque aussitôt s’enchaîne La volonté de savoir, qui en fait est le second livre sur le pouvoir. Vous me direz : pourquoi s’appelle-t-il « savoir » ? Il n’y a aucun problème à cet égard, car s’il s’appelle savoir c’est avec « volonté de savoir » et « volonté de savoir » désigne très précisément le mixte concret pouvoir- savoir.

Je viens d’essayer de montrer en quoi La volonté de savoir apportait des choses nouvelles, deux thèmes fondamentaux nouveaux : 
-le rapport (premier thème) du pouvoir et de la vie, 
-deuxième thème : la spécificité des points de résistances. C’est donc deux livres très rapprochés, là. Qu’est-ce qui se passe et qu’est-ce que c’est que la crise, l’espèce de crise que Foucault a traversée à l’issue de La volonté de savoir ? Je crois qu’il y a pas de doute, parce qu’il l’a dit, il a eu l’impression d’un malentendu sur ce livre, il a eu l’impression d’un malentendu et, bizarrement, ce malentendu lui a été pénible. [ ?] Il l’a pris d’une manière... c’est très curieux parce qu’il y a eu beaucoup de malentendus concernant L’histoire de la folie, il les a très bien pris à ma connaissance, je sais pas... Mais il se trouve que le malentendu..., il a dû être plus grave ce malentendu. Et il y a pas eu que ça, à mon avis, qu’est-ce qu’il y a eu ? Moi je crois que si Foucault a eu l’impression, à tort ou à raison, d’un malentendu, c’est parce qu’il y avait aussi une espèce de crise [ ?] et je crois que cette crise s’est manifestée de la manière la plus noble sous laquelle une crise peut se manifester, à savoir une espèce de retraite : laissez-moi, laissez- moi...

Bon, il faut que j’y voie clair. Bon et Foucault, là, s’est mis comme en retrait et, sans doute, à ce moment-là il a été plus seul qu’il a jamais été seul. Et, bon, je crois que ça fait vraiment partie de la philosophie, quoi. Mais alors qu’est-ce que c’était ? Alors je crois que la crise, si j’essaie d’expliquer, sans prétendre détenir le moindre secret, c’est une hypothèse que je fais, moi, et une hypothèse complètement du dehors, je pense qu’en effet il y a eu crise et qu’il a pensé avant tout qu’il y avait pas seulement malentendu au niveau de La volonté de savoir, malentendu entre lui et les lecteurs, mais que c’était quelque chose de beaucoup plus grave, à savoir qu’il était dans une impasse ; et que cette impasse c’était quoi ? Qu’il avait formé son système savoir-pouvoir avec toute la variété des paysages, toute l’énorme diversité - Foucault n’est pas de ces auteurs qui répètent la même chose tout le temps, c’est chaque fois j’ai pas les moyens de sortir du point de vue du pouvoir. Est-ce que je serai un homme de pouvoir ? Finalement, j’ai beau faire, est-ce que je ne suis pas encore du côté du pouvoir ? Et, si vous voulez, pour essayer de me faire comprendre, Foucault est un homme qui, par exemple dans les manifestations de l’époque, avait une espèce de violence, de violence, mais de violence, de violence contenue, c’était comme s’il tremblait sur lui-même, mais pas de peur, mais il tremblait sur lui-même de violence.

Et la question, la question : est-ce que philosophiquement je ne reste pas du côté du pouvoir ? Est-ce que j’ai les moyens philosophiquement de penser en fonction d’une catégorie qui ne serait plus ni celle du savoir, puisque le savoir, dans sa philosophie trouvait sa raison, précisément, dans les rapports de forces constitutifs du pouvoir. En d’autres termes : est-ce que je peux franchir la ligne ? Et finalement quel est l’auteur soit en littérature, soit en philosophie, qui ne vive d’une certaine manière avec cette question : est-ce que je fais le malin ou est-ce que... est-ce que je suis capable de franchir la ligne, avec, bien entendu, « quelle ligne ? » comme question. Et, sans doute, ça varie, chacun n’a pas pour ligne la même ligne. Mais, vous savez, en littérature ou dans la pensée, il n’y a aucune différence entre la littérature et la philosophie, il s’agit toujours de franchir la ligne. Et quand les lecteurs...quand il arrive que les lecteurs applaudissent et disent « ça, c’est bien », le type sait bien que tant mieux si les gens trouvent ça bien, mais c’est tellement loin, tellement loin de ce qu’il voulait. Et moi je pense que Foucault se disait [ ?] : mais la ligne du pouvoir, est-ce que je vais pouvoir la franchir ou est-ce que je vais m’arrêter du côté du pouvoir ?

D’où l’importance de ce truc sur les points de résistances, et quand je vous dis : un destin ! Et c’est vraiment un destin, un destin devait l’entraîner à poser de plus en plus les points de résistances comme premiers, parce que dire « les points de résistance sont premiers », c’est déjà avoir franchi la ligne. Mais on peut pas franchir la ligne en disant simplement quelque chose qui arrange, il faut que ce soit nécessaire, il faut que ce soit absolument nécessaire qu’on ne puisse pas faire autrement. D’où, je l’ai déjà lu, mais, je crois, l’heure est venue de relire ce texte fondamental, puisqu’il me persuade que je suis pas en train de me livrer à une interprétation grotesque, mais que c’est bien ça, c’est bien ça qui explique le silence de Foucault pendant tant d’année après La volonté de savoir. C’est lorsque Foucault nous dit : « on me dira... ». « On me dira : vous voilà bien avec toujours la même incapacité à franchir la ligne » c’est-à-dire à dépasser la catégorie du pouvoir. « Vous voilà bien avec toujours la même incapacité à franchir la ligne », ce texte est de 1977. Donc après La volonté de savoir qui est de 76. « Vous voilà bien avec toujours la même incapacité à franchir la ligne, à passer de l’autre côté, à écouter et à faire entendre le langage qui vient d’ailleurs. Toujours le même choix : du côté du pouvoir, de ce qu’il dit ou fait dire », ça c’est une espèce d’objection que Foucault, à mesure qu’il avançait, a dû se faire et qui a dû retentir en lui à tel point qu’il a dit : non, foutez-moi la paix, il faut que je trouve, il faut que je me reprenne.

Comment franchir la ligne ? Vous comprenez ? Et, à mon avis, c’est la seule explication au fait que volonté de savoir, 1976 et le livre suivant où il a trouvé paraîtra... sera prêt bien avant... sera prêt bien avant, mais paraîtra en 1984. C’est-à-dire 8 ans après. 8 ans après. Là, il a trouvé. A quel prix il a trouvé, euh... bon, qu’est-ce que ça veut dire ? Qu’est-ce que ça veut dire, tout ça : il a trouvé, il a trouvé comment franchir la ligne ? Je dis, d’une certaine manière, on peut marquer dans La volonté de savoir, ce moment précis où il a pas encore franchi, c’est la découverte des points de résistances. Car, en effet, qu’est-ce qu’on peut dire ? Foucault s’objecte à lui-même, et c’est bien plus qu’une objection, c’est vraiment quelque chose... C’est une affaire d’Etat... Il s’objecte à lui-même, il se dit : mais, tu peux pas franchir la ligne, tu restes du côté du pouvoir, tout ce que t’es capable de faire, c’est rendre compte des formes de savoir par des rapports de pouvoir et puis voilà. Il découvre les points de résistances, mais il n’a pas encore de statut pour ces points de résistances. Il ne peut pas encore franchir la ligne. Il voit au-delà de la ligne. Il voit au-delà de la ligne qu’il y a des points de résistances, mais qu’en faire ? Alors on peut toujours discuter, et il discute. Supposons qu’il discute, il dit : d’accord, voilà, je pourrais... Il aimait, lui, cette méthode, il y a plusieurs de ses livres qui se terminent par une espèce de dialogue avec soi- même, hein. Essayons de reconstituer, si l’on peut, une espèce de dialogue de Foucault avec soi, au niveau de ce problème : franchir la ligne.

Alors je vois une première intervention possible, il pourrait se dire à lui-même : ben oui, mais c’est pas ma faute, c’est le signe du monde moderne, à savoir ce qui est devenu destin c’est, comme disait l’autre, la politique. La politique est devenue destin ou, si vous préférez, notre destin, c’est toujours notre rapport avec le pouvoir et si humbles que nous soyons, vient toujours l’heure où le pouvoir, si l’on peut dire, nous interpelle. Et Foucault peut se dire : c’est quand même pas ma faute, c’est ainsi ! Donc, vous voyez, il accepterait, il dirait : ben oui, je franchis pas la ligne, parce qu’elle est infranchissable. Elle est infranchissable. Je reste du côté du pouvoir parce qu’on est tous du côté du pouvoir, c’est-à-dire on est en-dessous. On en reçoit les coups et puis voilà. Et, en effet, du plus puissant au plus humble, je dis : le pouvoir tantôt nous appelle et nous dit « viens » « viens rendre des comptes », et qu’est-ce qu’on peut invoquer ? On peut invoquer à la rigueur un pouvoir contre d’autres pouvoirs, ouais. « Viens rendre des comptes, montre-toi à la lumière ! », ou bien « viens t’expliquer » et les deux formes du savoir, encore une fois le visible et l’énoncé, sont bien ces deux branches qui correspondent aux injonctions du pouvoir, « montre-toi, explique-toi ». « Montre-toi, qu’on te voie un peu à la lumière », la photo d’identité, et puis « explique-toi, raconte un peu qu’est-ce que t’as fait là », l’enquête.

Et Foucault, en 77, écrit donc ce thème qui le poursuivait de tout temps, l’homme infâme, qu’est-ce qu’un homme infâme ? Ben l’homme infâme c’est l’homme quelconque, l’homme ordinaire en tant qu’il butte contre le pouvoir, en tant qu’il est interpelé par le pouvoir, en tant qu’il doit rendre des comptes au pouvoir. T’as battu ta femme ? C’est la lettre, c’est l’homme sous la lettre de cachet ou l’homme sous le placement volontaire. T’as battu ta femme ? Eh ben, qu’est-ce qui se passe ? Et la femme qui est battue, elle-même elle fait un placet et elle dit « défendez-moi », elle invoque un pouvoir. Bon, donc la première réponse ce serait : le moment décisif de notre vie, c’est toujours le moment où nous nous heurtons au pouvoir. Bien. On peut dire ça. Mais, c’est une réponse désolée, c’est que d’aucune manière on ne peut franchir la ligne. Deuxième, deuxième intervention possible : Ah ben oui, il y a les points de résistances, cette découverte de La volonté de savoir, bon, qui entraînent la mutation des diagrammes etc., qui donnent un sens à la lutte politique. Bien, d’accord. Il y a ça. C’est déjà mieux. Est-ce qu’on peut rejoindre les points de résistances ? Oui on peut. Est-ce qu’on peut lutter ? Oui on peut lutter, dès lors : on peut franchir la ligne. Oui, réponse : à condition de pas être ramené de l’autre côté de la ligne, et vite. Car, si les points de résistances entrent en rapport les uns avec les autres, c’est-à-dire se relivrent à des opérations de centralisation, de renforcement, s’ils dépassent leur dissémination - et ils sont bien forcés de dépasser leur dissémination, sinon comment est-ce qu’ils l’emporteraient ? S’ils refont du centralisme, hein, le fameux centralisme démocratique... s’ils refont du centralisme démocratique, en d’autres termes s’ils se restratifient, s’ils engendrent une nouvelle formation, ils engendrent une nouvelle formation, d’accord, eh ben oui, mais, la nouvelle formation, l’expérience nous apprend qu’elle risque d’être pire que la précédente, ou de se... ou d’engendrer des foyers de pouvoir qui rendront la résistance encore plus aléatoire. Bon. C’est les grands échecs des révolutions. Donc, les points de résistances.

Troisième intervention : mais alors, qu’est-ce qu’il y a ? Si je peux même pas compter sur les points de résistances, parce que, les points de résistances, ils sont bons tant qu’ils sont disséminés, tant qu’ils sont spécifiques par rapport aux relations de pouvoir, mais dès qu’ils se co-agrègent, dès qu’ils s’agrègent les uns aux autres, dès qu’ils reforment des lignes, ils reforment des strates aussi dures que les strates qu’ils ont défaites. Alors, qu’est-ce que ce serait la ligne, franchir la ligne ? Est-ce que c’est simplement invoquer une vie ? Retourner la vie contre le pouvoir, qu’est-ce que c’est ce vitalisme ? Franchir la ligne c’est quoi ? Aller au-delà du pouvoir, ne plus être du côté du pouvoir. Est-ce que c’est se réclamer de la vie ? Comme un poète ou comme un grand romancier peut se réclamer de la vie, Lawrence, Henry Miller... ouais, d’une certaine manière, ils n’ont pas cessé de résister, leur œuvre est une résistance. Bon. Qu’est-ce que c’est que cette ligne ? Appelons-la, puisque ça nous sera commode, aller au-delà du pouvoir, c’est franchir une ligne très bizarre : la ligne du dehors. Le dehors du pouvoir. La ligne du dehors. Franchir la ligne du dehors. C’est ça, sans doute, que l’écriture, c’est ça que les grands écrivains et les grands philosophes s’efforcent de faire. Atteindre la ligne du dehors ou la franchir, c’est pareil, mais qu’est-ce que ça peut bien être, la ligne du dehors. On a trouvé cette expression revenant et chez Foucault et chez Blanchot : le dehors ! Et qu’est-ce que c’est que ça ? Et qu’est-ce que c’est que la ligne du dehors ? Qu’est-ce qu’il y a de l’autre côté ? Le vide ? La mort ? Le vide, la mort... Après tout le vitalisme de Foucault, je vous l’ai dit, il est en rapport avec Bichat, et, comme disait Foucault à propos de Bichat, c’est un vitalisme sur fond de mortalisme. La mort à la Bichat, c’est-à-dire la mort violente, la mort multiple, la mort plurielle, tout ce qui faisait l’objet du livre de Bichat sur la mort. Alors, franchir la ligne, est-ce que c’est finalement... ? C’est la mort, quoi. Ou c’est le vide. C’est tomber dans le vide, c’est mourir, bon. Après tout, ces thèmes sont assez proches et de Foucault et de Blanchot. A moins que... à moins que, à moins que... A moins que quoi ?

Eh bien supposez... voilà, supposez que le dehors, la ligne du dehors, cet au- delà du pouvoir, soit pris dans un mouvement qui l’arrache au vide ou qui la détourne de la mort. Tout ça, c’est des mots pour le moment. La ligne du dehors qui risque de tomber dans le vide ou dans la mort, supposez qu’elle épouse un mouvement qui l’arrache au vide et la détourne de la mort. Vous me direz : facile à supposer. Ça fait rien, supposons. A ce moment-là qu’est-ce qui se passerait ? A ce moment-là on aurait un troisième axe. A ce moment-là, au-delà de l’axe du savoir et de l’axe du pouvoir, il y aurait un troisième axe. En effet, si la ligne du dehors se ramène au vide et à la mort, on peut pas dire qu’elle soit un troisième axe. Mais si c’est autre chose que le vide et la mort, alors là, oui, il y aurait un troisième axe. Pourquoi on l’aurait pas vu depuis le début ? Il était trop emmêlé dans les deux autres. Il était trop emmêlé dans les deux autres. Il faut le découvrir, là. Il faut le découvrir comme une espèce de truc souterrain qui travaillait déjà sous les deux autres. Il était présent dès le début, mais on ne savait pas le voir. Un axe qui ne serait ni savoir, ni pouvoir. Et cet axe, ce serait lui qui permettrait de franchir la ligne, il serait lui-même le franchissement de la ligne.

Or voilà où nous en sommes. Je crois très vivement que, d’une part, ce troisième axe ne sera découvert par Foucault que dans ses livres finaux, c’est-à-dire dans L’usage des plaisirs. Et que ce troisième axe sera découvert dans des conditions exceptionnelles, tout à fait bizarres, car, alors que, dans tout ce que je viens de dire, ce troisième axe est un axe de passion violente, une espèce d’enjeu vie et mort, Foucault mettra toute sa force à le découvrir dans des conditions neutres et, par une espèce de plaisanterie ultime, il le découvrira chez les grecs, alors qu’il s’est toujours - j’exagère un peu - alors qu’il s’est toujours foutu des grecs. Pourquoi est-ce qu’il a besoin de mettre le maximum de froideur dans la découverte de cette troisième dimension ? Et de faire comme s’il s’agissait d’un très vieux truc qui nous concerne pas vitalement, alors que ça nous concerne vitalement. Voilà la première question et la deuxième question : cette troisième dimension, ce troisième axe qu’il découvre à ce moment-là, il le... d’une certaine manière il n’avait jamais cessé d’en parler et presque de ne parler que de ça, seulement dans des conditions qui étaient recouvertes par le problème du savoir et par le problème du pouvoir. Mais ce que je voudrais montrer c’est que, dans un certain nombre de livres, du début jusqu’à la fin, notamment dans Raymond Roussel, c’était de ça qu’il était question : franchir la ligne, comment franchir la ligne ? Comment aller au-delà et du savoir et du pouvoir ? Quel axe, à la lettre, faut-il enfourcher ? Quelle dimension faut-il prendre ? Et que c’était vraiment là son problème passionnel le plus profond, mais qui, en tant que problème passionnel, ne pouvait exister que souterrain au savoir et au pouvoir, si bien qu’il ne pourra le dégager que dans des conditions de froideur feinte, de froideur extrême et sous la forme d’un retour aux grecs : Qu’est-ce qui se passait chez les grecs ? Les grecs, peut-être, avaient inventé ce troisième axe.

 

Lectures in this Seminar

Lecture Date: October 22, 1985
Lecture Date: October 29, 1985
Lecture Date: November 5, 1985
Lecture Date: November 12, 1985
Lecture Date: November 19, 1985
Lecture Date: November 26, 1985
Lecture Date: December 10, 1985
Lecture Date: December 17, 1985
Lecture Date: January 7, 1986
Lecture Date: January 14, 1986
Lecture Date: January 21, 1986
Lecture Date: January 28, 1986
Lecture Date: February 25, 1986
Lecture Date: March 4, 1986
Lecture Date: March 11, 1986
Lecture Date: March 18, 1986
Lecture Date: March 25, 1986
Lecture Date: April 8, 1986
Lecture Date: April 15, 1986
Lecture Date: April 22, 1986
Lecture Date: April 29, 1986
Lecture Date: May 6, 1986
Lecture Date: May 13, 1986
Lecture Date: May 20, 1986
Lecture Date: May 27, 1986